Version classiqueVersion mobile

L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or

 | 
Jean-Pierre Nicolardot

Chapitre I. L’habitat fortifié pré- et protohistorique. Présentation

Texte intégral

I-1 Étude archéologique

I-1-1 Définition

1L’apparition de structures fortifiées liées à l’habitat correspond à une prise de conscience par les Préhistoriques de la nécessité d’apporter à ce dernier des mesures artificielles de protection ou de renforcer une position déjà naturellement défensive. Ce développement de la protection de l’habitat a été vraisemblablement rendu nécessaire par l’évolution des modes de vie communautaires instaurés par le développement des regroupements de population en unités distinctes d’habitations juxtaposées, qui donneront naissance aux agglomérations, villages, bourgades et villes.

  • 1 Chronologie utilisée concernant les occupations du Camp de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Étaule (...)

2La protection de ces types d’habitats apparaît au Néolithique1 comme un besoin majeur. À partir du moment où la sédentarisation a amené certaines populations à concevoir une protection efficace de l’espace sur lequel elles allaient se fixer et exercer leurs activités, qu’elles soient d’ordre domestique (construction des habitats et activités pastorales et agricoles) ou vraisemblablement aussi, au moins pendant les premiers temps de la sédentarisation, comme prédateur dans un espace choisi et limité sur lequel s’exerceront des actions permettant la survie comme la chasse, la pêche ou la cueillette des espèces sauvages. Ce souci se traduit par des choix bien précis des lieux d’implantation des habitats permanents. Ils occupent toujours une situation déjà protégée naturellement, que ce soit en plaine ou sur des hauteurs.

3La géomorphologie du terrain est exploitée avec discernement pour profiter au maximum des caractères naturels défensifs d’un méandre ou d’un confluent de cours d’eau, d’une avancée de terre entre deux vallées ou d’une éminence. Il suffira d’un aménagement artificiel, souvent réalisé avec de modestes structures : fossé, palissade ou mur de pierre sèche, pour donner à ces lieux un caractère défensif suffisant pour les classer, au premier degré, parmi les fortifications. Il faut cependant souligner que le terme est utilisé avec un sens de protection sans pour cela impliquer un rôle militaire, comme le sous-entend, plutôt aujourd’hui, le vocabulaire moderne.

4Le rôle défensif de certains de ces ouvrages peut être soumis à discussion, soit, comme en plaine, lorsqu’ils présentent des interruptions, multipliant ainsi les points faibles permettant l’accès à l’intérieur de l’enceinte, comme celle des Grands Champs à Autun (THEVENOT, 1996a), soit, comme sur une hauteur, lorsque les structures d’habitat se répartissent, paradoxalement, à l’extérieur du territoire protégé, comme l’ont montré les travaux entrepris de 1976 à 1985 par L. Lepage au Camp de la Vergentière à Cohons (Marne) (LEPAGE, 1980a ; 1986, p. 67) ; cette surprenante implantation de l’habitat n’est pas sans remettre en question, pendant le Néolithique, le rôle de ce que nous nommons aujourd’hui « rempart » (LEPAGE, 1982, p. 152).

I-1-2 Typologie des habitats fortifiés

5Faute de fouilles, en Côte-d’Or, sur des habitats fortifiés de plaine, l’étude qui va suivre portera sur des sites fortifiés de hauteur.

6La typologie des habitats fortifiés de hauteur se réduit à un nombre relativement limité de modèles, toujours étroitement soumis aux accidents du relief, que ce dernier soit faible ou prononcé. Les types les plus fréquents sont l’habitat en éperon barré (Mont-Roger à Échannay - fig. 2) avec sa variante la croupe barrée, comportant un barrage à ses deux extrémités (Camp de Chassey - fig. 12), l’habitat en rebord de plateau (Mont-Milan à Meursault - fig. 3) et l’habitat occupant le sommet d’une colline (Mont-de-Marcilly à Marcilly-sur-Tille - fig. 4). Ces différents types d’habitats sont souvent désignés aussi sous le terme de camp. Cette typologie a été définie par J.-P. Millotte pour les camps du Jura (MILLOTTE, 1955, p. 40). Elle est parfaitement utilisable en toutes régions, avec cependant quelques variantes possibles, par exemple en domaine maritime où le camp en éperon barré peut prendre l’aspect d’un cap barré, transposition adaptée au milieu géographique où le rôle des vallées est joué par la mer qui entoure sur trois côtés l’habitat de hauteur. En Bretagne, de nombreux exemples de caps barrés ont été reconnus comme ayant été occupés dès les temps protohistoriques : Lostmarch’ à Crozon, le Cap d’Erquy (fig. 5) (GIOT et alii, 1968 ; GIOT, 1981) ou Castel-Meur à Cléden-Cap-Sizun (fig. 6-7).

7Cette typologie n’a pas de valeur chronologique. Les fouilles ont montré qu’elle n’est simplement que le résultat d’une parfaite adaptation de la protection à la configuration naturelle du terrain sur lequel l’habitat a été implanté. Tous les différents types d’habitats à caractères défensifs, utilisant comme matériaux la pierre et le bois, comportant ou non des fossés, peuvent avoir été construits à des époques très variables, et ceci depuis le IVe millénaire avant J.-C. En Bourgogne, l’éperon barré du Crais à Charigny (Côte-d’Or) est daté du Néolithique moyen (JOLY, 1954), alors que celui du Mont Dardon à Uxeau (Saône-et-Loire) offre un dispositif fortifié du Hallstatt ancien, remanié à La Tène III (JOLY, 1970b).

8Un autre facteur, l’importance des ouvrages défensifs, n’est pas non plus un critère déterminant pour dater, a priori, ces constructions. Certains auteurs ont proposé de dater les remparts en fonction de leur hauteur. J. Joly, à la suite de ses travaux au Crais de Charigny, pensait pouvoir distinguer les remparts les plus anciens sur le fait qu’ils étaient moins élevés que les ouvrages plus récents. D’après lui, les « barrages bas » devaient être les premiers à avoir été construits et il accordait une datation postérieure aux « grands barrages » qu’il pensait, en Bourgogne tout au moins, devoir dater des Âges du Fer (JOLY, 1953, p. 5). Les travaux qui se sont développés sur les habitats fortifiés depuis une trentaine d’années ont montré que quelques ouvrages à caractères défensifs remontant au Néolithique pouvaient, eux aussi, atteindre des proportions colossales, comme au Camp de Champ-Durand à Nieul-sur-l’Autize (Vendée) (fig. 8 et 9), triple enceinte à fossés et entrées multiples, étudiée et publiée par R. Joussaume (JOUSSAUME, 1981). Cette remarquable architecture préfigure, dès le Néolithique, les imposantes fortifications qui seront élevées pendant la fin de l’Âge du Bronze et les débuts du premier Âge du Fer. Avec ses 480 m de longueur, le rempart du camp de Bourguignon-lès-Morey (Haute-Saône), dont la construction s’élabore du Néolithique moyen au second Âge du Fer, apporte une autre illustration de cette évolution (PININGRE, 1999).

9En Côte-d’Or, les recherches menées sur le Camp de Myard à Vitteaux (fig. 10 et 11) ont permis de discerner avec précision le moment de l’implantation des premiers aménagements d’un habitat fortifié occupé au Néolithique moyen et final. On verra que la structure défensive néolithique de Myard n’a rien d’un simple bourrelet de terre et de pierres. Les fortifications néolithiques du Châtelet d’Étaules témoignent elles aussi, dès le IVe millénaire avant notre ère, d’une grande technicité dans l’art des constructions défensives monumentales, dont la maîtrise atteindra son apogée à la fin de l’Âge du Bronze et au cours des Âges du Fer.

I-1-3 Le choix du cadre naturel, un héritage du passé

10Tous les habitats à caractères défensifs, c’est-à-dire ceux qui possèdent une structure artificielle formant barrage, quels que soient les types auxquels ils se rattachent, ont en commun une situation stratégique identique, due au choix délibéré d’un lieu offrant d’emblée, sans l’addition d’aménagements particuliers, des dispositifs naturels de protection. On distingue des habitats naturellement couverts, comme les abris-sous-roche et les grottes, et des habitats de plein air, occupant des positions naturellement protégées. Le plus généralement, ce sont des escarpements qui préviennent ou ralentissent notablement toute incursion de l’extérieur vers l’intérieur de la surface habitée ou occupée pour les diverses activités domestiques.

11Cette préférence pour l’habitat perché est un héritage du passé et c’est aux Chasséens, au moins en partie, qu’il convient sans doute de l’attribuer. Les habitats chasséens méridionaux sont des habitats de hauteur ouverts, sans structures à caractères défensifs (COURTIN, 1974, p. 56). Cette absence de rempart montre que l’utilisation de ces habitats n’est pas principalement liée à des impératifs de défense, ce que confirme d’ailleurs l’absence d’armes dans ces villages de plein air à vocations agricoles ou pastorales. Il reste cependant possible que le choix de position élevée réponde, quand même, à un certain besoin de protection.

I-1-4 Les sites de référence

12Outre les deux sites clefs de Côte-d’Or, le Camp de Myard à Vitteaux et le Châtelet d’Étaules, notre travail fera appel aux travaux que nous avons effectués sur d’autres habitats de hauteur fortifiés bourguignons, le Camp de la Côte-d’Étang à Fleurey-sur-Ouche et Velars-sur-Ouche, le Camp de Roche-Château à Messigny-et-Vantoux, le Mont-Milan à Meursault, le Camp de la Fontaine au Chat à Val-Suzon. De même il sera fait référence, pour compléter l’information, à d’autres sites sur lesquels nous avons eu l’occasion de travailler : le Fort-Harrouard à Sorel-Moussel (Eure-et-Loir) et le Camp de Péran à Plédran (Côtes-d’Armor). On aura également recours à des habitats fortifiés très importants qui ont fait l’objet de travaux par d’autres chercheurs, comme le Crais à Charigny, le Mont à Marcilly-sur-Tille, le Camp de Fontaine-Brunehaut à Crécey-sur-Tille, le Mont Lassois à Vix (Côte-d’Or), ainsi qu’au Camp de César à Cohons (Haute-Marne), au Camp de César à La Groutte (Cher), au Camp de César à Catenoy (Oise), au Camp de Chassey (fig. 12), ainsi qu’à l’oppidum de Bibracte au Mont Beuvray à Saint-Léger-sous-Beuvray (Saône-et-Loire). D’autres sites, auxquels il sera souvent fait référence, doivent également être mentionnés : la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche, la grotte de la Molle-Pierre à Mavilly-Mandelot et l’habitat de base de corniche du Verger à Saint-Romain (Côte-d’Or).

Fig. 2. Échannay (Côte-d’Or), Mont-Roger. Camp en éperon barré : 1 = barrage ; 2 = fossé (d’après A. Colombet).

Fig. 3. Meursault (Côte-d’Or), Mont-Milan. Camp en rebord de plateau : 1 = rempart ; 2 = fossé.

Fig. 4. Marcilly-sur-Tille (Côte-d’Or), Mont-de-Marcilly. Camp en sommet de colline : 1 = rempart inférieur ; 2 = rempart intermédiaire ; 3 = rempart supérieur (d’après É. Planson).

Fig. 5. Erquy (Côtes-d’Armor), Cap d’Erquy. Camp en cap barré : 1 = rempart du Fossé de Pleine-Garenne ; 2 = rempart du Fossé Catuélan (d’après P.-R. Giot, J. Briard et M. Avery).

Fig. 6. Cléden-Cap-Sizun (Finistère), Castel-Meur. Vue du côté sud des remparts.

Fig. 7. Cléden-Cap-Sizun (Finistère), Castel-Meur. Vue du côté nord des remparts.

I-2 Historique des recherches sur les habitats fortifiés en France

13Les plus anciennes mentions de recherches sur les premiers habitats fortifiés érigés par l’homme paraissent devoir remonter au xvie siècle, au moment de la création des « Cabinets d’Antiques », donnant naissance à une archéologie de terrain qui s’est portée sur des lieux considérés comme ayant été habités « il y a fort longtemps ». C’est ainsi que les princes de Condé font explorer le site de Vendeuil-Caply (Oise) qui, quatre siècles plus tard, verra les prospections et photographies aériennes de R. Agache révéler la présence d’un important système défensif romain. Toujours à la Renaissance, des érudits se sont intéressés aux enceintes romaines des grandes villes dont certaines, à l’époque, présentaient encore un excellent état de conservation. Celles de Bayonne, de Bordeaux, de Dax, de Paris, de Poitiers, de Saintes et de Tours ont été remarquées par E. Vinet (BLANCHET, 1907, p. 1). L’attention des pionniers « historiens » de la fortification antique, guidée par les Commentaires de César, se porte alors surtout sur des considérations de stratégie militaire concernant les itinéraires et les champs de bataille plutôt que sur des études visant à retrouver des indications chronologiques ou typologiques des ouvrages défensifs.

14Au xviiie siècle, les Académies et les Sociétés Savantes naissantes font porter l’intérêt des recherches sur les sites d’habitat. En 1731, sous la coupole de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’Abbé de Fontenu présente un mémoire sur les camps fortifiés de Picardie. Bien entendu, c’est à l’époque romaine que l’on attribue les sites reconnus. Pour l’anecdote, on notera que cet auteur a volontairement écarté de son inventaire des camps romains le Camp de César à Catenoy (Oise) ; il le juge « trop bien conservé pour être romain », alors que les travaux modernes montrent aujourd’hui que le premier rempart élevé sur ce site remonte au Néolithique moyen (BLANCHET, MARTINEZ, 1988). Toujours au cours de ce siècle de Voltaire et de Rousseau, on s’intéresse aux fortifications urbaines, et les murailles qui protègent les villes de Dijon et de Senlis font l’objet de descriptions (PIGANIOL de LA FORCE, 1754). De même, l’archéologie de terrain s’enrichit de relevés architecturaux et des plans d’ouvrages défensifs en terre sont publiés (CAYLUS, 1761).

15À la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, on assiste au développement de l’engouement pour tout ce qui est celtique ou romain. Les oppida n’échappent pas à la règle et l’on voit même le préfet de la Somme, le Comte d’Allonville, faire dresser des plans par des géomètres pour « montrer que c’était Jules César qui avait fait édifier les fortifications de Liercours-Hérondelle, de La Chaussée-Tirancourt, de l’Étoile et du Vieux-Catil à Roye », ce dernier site étant le seul ouvrage romain. Le travail est publié sous le titre de Dissertation sur les Camps Romains de la Somme, ouvrage dédicacé à son Altesse Royale Monsieur le Dauphin (ALLONVILLE, 1828).

Fig. 8. Nieul-sur-l’Autiz (Vendée), Champ-Durand. Camp à fossés à entrées multiples : 1 et 2 = tours (d’après R. Joussaume).

Fig. 8. Nieul-sur-l’Autiz (Vendée), Champ-Durand. Camp à fossés à entrées multiples : 1 et 2 = tours (d’après R. Joussaume).

Fig. 9. Nieul-sur-l’Autiz (Vendée), Champ-Durand. Reconstitution d’une tour protégeant une entrée (d’après R. Joussaume).

Fig. 10. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Vue aérienne, vers le sud-est (Cliché D. Jalmain).

Fig. 11. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Vue du côté ouest du plateau, depuis Dracy.

Fig. 12. Chassey-le-Camp (Saône-et-Loire), Camp de Chassey. Vue aérienne du côté ouest du site (Cliché D. Jalmain).

16Un autre exemple de recherches commencées il y a deux siècles nous est donné, en Bretagne, à quelques kilomètres au sud de Saint-Brieuc, par le Camp de Péran à Plédran (Côtes-d’Armor) (NICOLARDOT, GUIGON, 1991, p. 123-157 ; NICOLARDOT, 2002, p. 60-69 ; GUIGON, 2002, p. 70). À propos de ce site, une anecdote mérite d’être rapportée : J. Geslin de Bourgogne signale que « plusieurs années avant la Révolution, divers instruments de cuisine, d’une forme ancienne, furent tirés de terre vers le centre du camp et vendus ou donnés au Recteur de Plédran qui les utilisait encore, il n’y a pas si longtemps » (GESLIN de BOURGOGNE, 1846). Les premiers travaux sur le Camp de Péran se situent entre 1820 et 1825 et en mai 1845 un érudit local pensait « qu’il serait à désirer dans l’intérêt de la science et du pays, que le gouvernement fît exécuter des fouilles, dans cette curieuse localité, par la société archéologique du département » (BACHELOT de LA PYLAIE, 1870). Fut-il écouté, ou plutôt, le préfet des Côtes-du-Nord répondit-il aux souhaits de l’empereur Napoléon III en ordonnant l’ouverture de recherches à Péran et en nommant une Commission d’étude ?

17L’influence de Napoléon III a certainement été importante dans le développement des connaissances sur les habitats fortifiés. C’est sous son impulsion qu’en 1858, la création de la Commission de la Topographie des Gaules et celle, par décret du 1er novembre 1862 au château de Saint-Germain-en-Laye, du Musée Gallo-Romain devenu le Musée des Antiquités Nationales, coïncident avec les lancements d’une série de grandes fouilles. Sur ordre de l’Empereur, elles sont menées sur des grands oppida, dont le site d’Alésia sur le Mont Auxois à Alise-Sainte-Reine (Côte-d’Or), qui vit la capitulation de Vercingétorix en 52 avant J.-C. Aujourd’hui, la localisation du site historique d’Alésia, qui a fluctué entre la Bourgogne et la Franche-Comté (Alaise, Syam), n’est plus à mettre en question. L’un des arguments irréfutables a été avancé par un numismate, le docteur J.-B. Colbert de Beaulieu qui, en étudiant les monnaies gauloises retrouvées dans l’environnement du Mont Auxois, a déterminé que c’était le seul site qui possédait un échantillonnage très complet des monnaies frappées par les différentes peuplades gauloises venues pour lutter contre les Romains. Une vitrine du musée des Antiquités Nationales, dans la salle d’Alésia, est consacrée à cette question. Elle nous montre la provenance des monnaies retrouvées à Alise-Sainte-Reine, dont les origines intéressent la presque totalité de la Gaule exceptée l’Armorique.

18Les preuves indéniables en faveur du Mont Auxois en Côte-d’Or ont récemment été fournies à la fois par les prospections aériennes de R. Goguey, qui ont permis de localiser avec précision les aménagements tactiques effectués par l’armée romaine lors du siège, en 52 avant J.-C., et par les fouilles conduites par M. Reddé et une équipe internationale entre 1991 et 1997, qui ont mis au jour notamment l’ensemble formé par la circonvallation et le camp C sur la Montagne de Bussy, repéré pour la première fois en 1986, et dont on a une description par César : quatre lignes de cippi précèdant la circonvallation, deux lignes de cippi placées avant le fossé nord du camp C ainsi qu’une porte à tutulus dont deux petits fossés protègent l’ouverture (REDDÉ, VON SCHNURBEIN, 2001).

19Si le plateau d’Alise-Sainte-Reine est célèbre pour les événements survenus à La Tène finale, il est moins connu pour ses occupations antérieures, qui remontent au Néolithique et à l’Âge du Bronze. Ce sont pourtant des objets de l’Âge du Bronze, découverts en 1860 à la Ferme de l’Épineuse et considérés un temps comme des mobiliers gaulois, qui sont sans doute à l’origine des recherches sur le site d’Alésia. Mais ce dépôt, daté du Bronze final IIIb et rassemblant des armes, des outils, des objets de parure et un récipient en tôle de bronze, n’est pas le seul témoignage de l’occupation des Protohistoriques aux alentours du Mont Auxois, qui étaient aussi fréquentés au Bronze moyen, comme l’attestent les mobiliers d’un autre dépôt, celui des Granges-sous-Grignon (NICOLARDOT, VERGER, 1998, p. 9- 21, fig. 1-2). Enfin, au lieu-dit « La Pointe » au nord du Mont Auxois, les prospections de J. Joly révèlent la présence d’un barrage délimitant un petit camp en « éperon barré » qui aurait livré de l’industrie lithique et de la céramique du Néolithique moyen.

20Les grandes opérations lancées par Napoléon III ont toutes un dénominateur commun : la « Guerre des Gaules » de César. On interprète alors les découvertes archéologiques « à la manière de César » pour qu’elles s’adaptent au texte. Au besoin, on n’hésite pas à faire des ajouts non seulement sur les plans, mais parfois sur le terrain. En forêt de Compiègne, sur l’oppidum de Saint-Pierre-en-Chastre à Vieux-Moulin (Oise), en un mois seulement, E. Viollet-le-Duc dirige soixante-dix sondages au sud-ouest du camp (VIOLLET-LE-DUC, 1862a et 1862b). Pour satisfaire l’empereur, l’architecte, qui restaura notamment la cathédrale de Paris, le château de Pierrefonds et les remparts de Carcassonne, n’hésitera pas, pour « faire romain », à remodeler le talus de la fortification de Saint-Pierre-en-Chastre. L’étude des fortifications a été faite dès le début du xxe siècle (VAUVILLÉ, 1909) et de nos jours, le matériel provenant de ce site, déposé dès les premières fouilles au Musée des Antiquités Nationales, a été de nouveau étudié, ce qui a permis de constater que Saint-Pierre-en-Chastre est avant tout une enceinte de plateau érigée au Bronze final IIb / IIIa, avec seulement quelques remaniements tardifs à La Tène finale et au Gallo-Romain précoce (BLANCHET, 1978).

21On doit cependant souligner l’envergure donnée, en cette fin du xixe siècle, aux recherches sur les fortifications antiques, qui portent sur tout le territoire français. La Commission Historique des Gaules, s’appuyant sur la nouvelle carte au 1/80.000e, prépare des recensements archéologiques à l’échelle nationale en rassemblant des inventaires départementaux. Dite « carte d’état-major », ce document marque une étape dans le détail et la précision des supports cartographiques en supplantant la carte au 1/100.000e utilisée précédemment.

22Des inventaires de fortifications antiques voient le jour : les enceintes en terre du Cher font l’objet d’une publication dès 1867 (BUHOT de KERSERS, 1867). Cependant les recherches sur le terrain restent majoritaires et elles sont conduites sur des sites choisis avec un grand discernement, apportant une documentation nouvelle et complémentaire. Parmi les plus importants habitats fortifiés étudiés, on citera ceux de Murcens à Cras (Lot) (CASTAGNÉ, 1868), de l’Impernal à Lusech (Lot), de Boviolles (Meuse), le plus grand de Lorraine avec sa superficie de 50 hectares (MAXE-WERLY, 1877, p. 276-292) et du Mont Beuvray sur la commune de Saint-Léger-sous-Beuvray (Saône-et-Loire).

23Cet oppidum fera l’objet de premières recherches de la part de J.-G. Bulliot, à qui la Bourgogne doit aussi des relevés et la cartographie précise de nombreux habitats fortifiés protohistoriques et romains (BULLIOT, 1856 ; 1899). Jusqu’en 1901, J. Déchelette reprend l’étude du Mont Beuvray (DÉCHELETTE, 1904), dont une part importante des mobiliers tirés des fouilles est toujours déposée au Musée des Antiquités Nationales. De nos jours, le site, déclaré d’intérêt national, fait l’objet de recherches à l’échelon européen. Les travaux de terrain, depuis 1984, ont notamment porté sur la « Porte du Rebout » (FLOUEST, 1991b), apportant une meilleure connaissance sur l’organisation architecturale de l’entrée d’une agglomération gauloise. D’après les données de fouilles et les études expérimentales entreprises par les chercheurs, la reconstitution grandeur nature d’un murus gallicus a été réalisée, implantée sur le rempart. On y remarque notamment le fruit important du parement extérieur de la fortification (10 %) et l’inclinaison des pièces de charpente noyées dans la muraille. Ces modes de construction devaient assurer une meilleure cohésion des matériaux et offrir une plus grande résistance à la fois à la poussée du rempart lui-même et aux éventuelles attaques par « coups de béliers ». Réalisée avec des matériaux locaux, cette reconstitution révèle que la charpente du mur comprend des poutres longitudinales et transversales. Du côté intra muros, à l’arrière d’une première structure de bois, une deuxième rangée de poutres vient consolider l’ensemble. Les interstices entre les pierres de construction et les pièces de bois ont été colmatés avec une terre très argileuse et fortement compactée. Ces recherches sur la « porte du Rebout » ont également permis de constater que la porterie, du fait de nombreuses reprises dans la construction, n’était pas symétrique. Le murus gallicus dégagé est de type traditionnel ; cependant, de place en place, on observe des renforts. Ceux-ci, sous la forme de constructions de bois, peuvent correspondre à des ajouts de matériaux lors de travaux de réfection.

24Si l’étude de cette architecture gauloise a certainement apporté des précisions et des confirmations sur les techniques de construction d’ouvrages défensifs dans les derniers temps de l’Indépendance, ces travaux ont également permis de faire une découverte extrêmement importante dans les niveaux profonds, sous les structures protohistoriques : l’existence de vestiges de fortifications remontant au Néolithique moyen.

25L’étude des niveaux préhistoriques du Mont Beuvray reste à faire ; elle serait certainement d’un grand intérêt et permettrait de préciser l’importance de la surface enclose par les Néolithiques et de préciser la ou les cultures des Préhistoriques qui se sont installés, à une altitude de 820 m, dans un milieu particulièrement rude en période hivernale. L’occupation néolithique du site n’était connue jusqu’ici que par la présence de quelques mobiliers retrouvés en surface ou hors stratigraphie. La présence d’un poignard du Grand-Pressigny (BERTIN, GUILLAUMET, 1987, p. 54 et fig. 17, n° 1) laisse supposer que le site était fréquenté aussi au Néolithique final. Ses occupations à l’Âge du Bronze et au premier Âge du Fer sont également bien attestées.

26À la charnière entre le xixe siècle et le xxe siècle, une place particulière doit être faite à E. Fournier qui, dès 1899, signale l’existence d’un camp néolithique dans la vallée du Doubs, aux environs de Besançon (FOURNIER, 1899).

27Au début du xxe siècle, il faut signaler les importants travaux menés pendant plus de dix ans, en Lorraine, par le Comte J. Beaupré (BEAUPRÉ, 1902, 1910 et 1912). On doit même à ce chercheur l’identification d’un habitat fortifié de l’Âge du Bronze à Gugny-sous-Vaudémont (Meurthe-et-Moselle) (BEAUPRÉ, 1909).

28En Bourgogne et concernant l’ancienneté des études sur les habitats fortifiés, on rappellera que le rempart du camp de Vertault (Côte-d’Or) à fait également l’objet de recherches depuis le milieu du xixe siècle (CAUMONT, 1853 ; 1868, p. 659). En Côte-d’Or, c’est un imprimeur, Paul Jobard, qui fait œuvre de pionnier dans la recherche sur les enceintes fortifiées. Archéologue de terrain passionné, il nous a transmis une œuvre écrite très précieuse (JOBARD, 1903, 1904 et 1906) sur laquelle reposent tous les travaux qui seront entrepris après sa tragique disparition prématurée, sous les balles d’un déséquilibré.

29Dès la première décennie du xxe siècle, des inventaires des camps, enceintes et oppida sont dressés, cette fois non plus à l’échelle régionale mais pour tout le territoire français. En 1906 le premier inventaire de ce type, qui signale près de 1200 sites, est publié par A. de Mortillet (MORTILLET, 1906). L’auteur, dont un manuscrit est conservé à la bibliothèque de Sarrebruck (BUCHSENSCHUTZ, 1984, p. 11-12) veut faire œuvre de pionnier, alors qu’au même moment la Société Préhistorique Française crée la Commission des Enceintes. Celle-ci, notamment sous la présidence du Docteur Guébhard, rassemblera des chercheurs et publiera de nombreux documents jusqu’en 1923, plus rarement jusqu’en 1930. À l’échelle régionale, de nombreux travaux sur les habitats fortifiés sont entrepris, couvrant même les premiers temps du Moyen Âge dont les structures architecturales défensives font l’objet de relevés (DEGLATIGNY, 1927). La Première Guerre mondiale a arrêté les projets de la Commission des Enceintes qui, après la phase descriptive sous la forme d’inventaires départementaux, devait déboucher sur une cartographie pour toute la France et la mise en place de vérifications par des fouilles sur le terrain.

30Parmi les nombreuses publications parues dans les premières décennies du xxe siècle, le Manuel de J. Déchelette, dans son volume où il traite des oppida, reste une solide source documentaire concernant les habitats fortifiés du deuxième Âge du Fer (DÉCHELETTE, 1914, t. IV, p. 693-713).

31Pendant la période comprise entre la Première et la Seconde Guerre mondiale, on constate un essoufflement de la recherche sur les habitats fortifiés, même s’il apparaît que les travaux français ont servi souvent de référence aux chercheurs étrangers. On poursuit bien, en France, quelques travaux remarquables de monographie comme ceux sur le Fort-Harrouard à Sorel-Moussel (Eure-et-Loir ; PHILIPPE, 1936), site dont nous avons repris l’étude des structures défensives de 1985 à 1988 (MOHEN, NICOLARDOT, 1985) ou encore les recherches entreprises à Gergovie (BROGAN et alii, 1969), mais ce sont des archéologues étrangers qui viennent chercher en France des compléments d’information pour des synthèses sur les habitats fortifiés, particulièrement sur les sites du deuxième Âge du Fer. Les britanniques M. Wheeler et K. Richardson publient et dédient à C. et O. Schaeffer un ouvrage sur les camps de La Tène du nord-ouest de la France (WHEELER, RICHARDSON, 1957). Une revue française, Ogam-Celticum Tradition Celtique, publie de nombreux articles sur les oppida, dont le premier inventaire des sites germaniques (DEHN, 1961). À cette même époque, le Limousin fait l’objet d’un recensement des enceintes de l’Âge du Fer (COTTON, FRÈRE, 1961) et dans le département des Alpes maritimes, le Commandant F.C.E. Octobon publie un inventaire des camps (OCTOBON, 1962).

32L’archéologie métropolitaine protohistorique connaît alors un renouveau et l’intérêt des chercheurs se porte sur des synthèses régionales accompagnées d’inventaires de sites et de découvertes mobilières. Les travaux du Professeur J.-P. Millotte couvrent la plaine de la Saône, le Jura français et la Lorraine. On y trouve des inventaires d’enceintes, souvent non datées faute de fouilles, accompagnés de quelques relevés de sites en plan et en coupe (MILLOTTE, 1955, 1963 et 1965). L’est de la France fait l’objet de fouilles très méthodiques conduites sur des enceintes protohistoriques comme le Britzgyberg, au-dessus d’Illfurth (Haut-Rhin), site de hauteur stratégique de premier ordre dans la vallée de l’Ill, au débouché de la Trouée de Belfort (KNECHT, 1932, p. 8-10 ; SCHWEITZER, 1973) ou l’oppidum de La Pierre-d’Appel à Etival-Clairefontaine (Vosges ; DEYBER, 1972 ; 1974).

33En 1984, un mémoire de la Société Préhistorique Française est consacré aux « structures d’habitats et fortifications de l’Âge du Fer en France septentrionale » (BUCHSENSCHUTZ, 1984). Cette publication reprend, d’une façon méthodique et accessible par des classements régionaux, les données jusqu’ici dispersées dans les inventaires anciens, et principalement celui, déjà mentionné, de la Commission des Enceintes de la Société Préhistorique Française. Cet ouvrage, malgré son titre, prend en compte des enceintes antérieures aux Âges du Fer pour lesquelles, toujours faute de vérifications sur le terrain, il est difficile de préciser les périodes d’occupation.

34Le développement de la prospection photographique aérienne a permis de déceler un nombre extrêmement important de sites fortifiés restés jusqu’ici inconnus. Ceux-ci ont été notamment repérés en plaine. Les travaux de D. Jalmain en Île-de-France (JALMAIN, 1978), qui découvrit l’enceinte néolithique à fossés interrompus de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne), fouillée par C. et D. Mordant (MORDANT D., 1989, p. 133, cliché D. Jalmain ; MORDANT, MORDANT, 1988), ceux de R. Agache et de B. Bréart en Picardie (AGACHE, BRÉART, 1975 ; AGACHE, 1978) ou de M. Marsac dans les Pays de la Loire et la Vendée (MARSAC, 1972 ; 1976). En Bourgogne, les prospections aériennes effectuées depuis la fin des années cinquante par R. Goguey sont très prometteuses. Après avoir porté surtout sur des sites gallo-romains, les investigations en plaine de cet archéologue, particulièrement dans la vallée de la Saône et de ses affluents, ont permis de découvrir de nombreux sites supposés protohistoriques et néolithiques. Dans le domaine des habitats fortifiés découverts en plaine en Bourgogne, on mentionnera des ouvrages à fossés interrompus observés à Autun (Saône-et-Loire) et à Maisey-le-Duc (Côte-d’Or).

35Parmi les monographies ou les synthèses à signaler, souvent des mémoires universitaires, parus dans les deux dernières décennies et portant sur les habitats fortifiés, on peut citer les travaux de C. Jorrand sur la Picardie (JORRAND, 1977 ; 1978), de G. Lefranc, P. Leman et G. Leman-Delerive également pour le nord de la France (LEFRANC et alii, 1978 ; LEFRANC, LEMAN-DELERIVE, 1980), de J.-P. Mohen (MOHEN, BERGOUGNAN, 1984), de R. Joussaume dans le sud-ouest (JOUSSAUME, 1981), de C. Roussel-Claer en Alsace, Franche-Comté et Lorraine (ROUSSEL-CLAER, 1983), de F. Passard en Franche-Comté (PASSARD, 1980) et de J.-C. Blanchet dans le nord de la France (BLANCHET, 1984). Enfin, la fouille programmée commencée en 1992 sur le camp de Bourguignon-lès-Morey (Haute-Saône) par J.-F. Piningre s’inscrit dans la ligne des travaux essentiels sur les sites de hauteur fortifiés de l’est de la France (PININGRE, 1999).

36Il faut souligner aussi la place qu’occupent les recherches sur le terrain menées sur les oppida protohistoriques dans la France méridionale et particulièrement dans la région de Nîmes (PY, 1989, p. 264). On mentionnera plus spécialement les habitats fortifiés protohistoriques de la région de La Vaunage (Gard), dont les études ont apporté de nombreux renseignements sur la vie à l’Âge du Bronze et durant l’Âge du Fer. Certains de ces oppida ont fait l’objet de remarquables fouilles, comme aux Castels à Nages (PY, 1978). Quelques-uns de ces habitats de hauteur à caractères défensifs ont été occupés dès le Bronze final : Roc-de-Gachonne et la Font-du-Coucou à Calvisson et le Roque-de-Viou à Saint-Dionisy. Ce dernier est particulièrement vaste, avec une superficie égale à celle du Châtelet d’Étaules, soit 7 hectares. L’Âge du Fer est représenté sur les oppida de la Liquière et de la Font-du-Coucou à Calvisson. Une particularité de ces habitats perchés languedociens consiste en une occupation souvent cantonnée à une seule période chronologique. La Liquière se distingue par deux fréquentations, l’une au Bronze final et l’autre au premier Âge du Fer. Les recherches systématiques entreprises dans cette région ont permis notamment de bien cerner l’évolution des structures de construction, depuis l’emploi de matériaux légers pour arriver à une architecture monumentale en pierres.

I-3 La Côte-d’Or : un territoire propice à l’implantation des habitats fortifiés

III-3-1 Le substrat géologique

37Il serait hors du sujet de développer ici la pédogenèse du sous-sol côte-d’orien. Nous présenterons seulement quelques caractères principaux qui interfèrent dans l’historique des habitats fortifiés pré- et protohistoriques régionaux.

38Les terrains bourguignons se répartissent selon un schéma de quatre grandes familles (RAT, 1986, p. 10) qui ont retenu plus ou moins l’attention des Préhistoriques pour fixer leurs habitats fortifiés.

Terrains de l’Ère primaire

39Le socle hercynien se rencontre surtout dans la partie ouest du département au contact du Morvan (Pays d’Arnay-le-Duc, Semur-en-Auxois) et exceptionnellement ailleurs (Mâlain, Rémilly-en-Montagne). Les reliefs du socle hercynien n’ont été utilisés que très rarement par les hommes des temps pré- ou protohistoriques pour implanter leurs habitats fortifiés. Aujourd’hui occupé par la ville médiévale de Semur-en-Auxois, l’éperon qui se détache dans le socle cristallin dans un méandre de l’Armançon a été utilisé par les Protohistoriques (Bronze moyen) qui avaient reconnu sa position élevée naturellement défensive. La « butte » de Mâlain, qui verra l’implantation d’un château fort médiéval, a connu également une occupation au cours du Néolithique moyen et final et pendant le Bronze final. Les recherches entreprises récemment par P. Buvot dans la grotte du Trou du Diable, qui s’ouvre sur le flanc de la colline, viennent confirmer ces occupations (BUVOT, 1992 et 1993 ; BUVOT, MARTIN, 1994, 1996 et 1998).

Terrains de l’Ère secondaire

40On trouve des dépôts de séries jurassiques marines (Jurassique inférieur ou Lias, Jurassique moyen et Jurassique supérieur). Ce sont les terrains des formations du Jurassique moyen (Bajocien et Bathonien) qui seront les plus occupés par les habitats défensifs ; ceux-ci seront implantés depuis le Néolithique moyen (IVe millénaire avant J.-C.) jusqu’à la fin des temps protohistoriques, au deuxième Âge du Fer (ier siècle avant J.-C.) et parfois jusqu’au Moyen Âge, où l’on voit un château fort s’implanter sur un site précédemment occupé et fortifié dès le Néolithique ou les Âges des métaux.

  • 2 Le terme de « lave », utilisé en Bourgogne correspond sensiblement à celui de « lauze », employé en (...)

41Les reliefs des plateaux bajociens ont été les plus utilisés pour l’implantation des habitats défensifs pré- et protohistoriques (Camp de Crais à Charigny, Mont-Milan à Meursault, Camp de la Montagne de Myard à Vitteaux). On les retrouve plus rarement sur les plateaux bathoniens (Châtelet d’Étaules). Ces reliefs calcaires du Jurassique moyen ont été judicieusement choisis par les Préhistoriques pour leurs caractères naturellement défensifs et certainement aussi par le fait qu’ils permettaient de se procurer sur place à ciel ouvert, donc à moindre effort, un inépuisable matériau de construction : des plaquettes de roche appelées localement « laves »2. Il s’agit le plus souvent de dalles délitées naturellement dans le calcaire à nubéculaires. Les fouilles des habitats fortifiés ont montré l’importance de l’emploi de la pierre sèche dans les architectures défensives pré- et protohistoriques et elles ont également révélé que les « laves » ont été largement choisis comme matériaux de construction dès le Néolithique moyen.

Terrains de l’Ère tertiaire

42Ces terrains résultent du remplissage de bassins continentaux avec des accumulations de calcaires lacustres et de meulières. À l’est de la Côte-d’Or, les mouvements tectoniques, dont l’effondrement du Fossé bressan, ont provoqué l’écroulement de parois de failles, formant des conglomérats d’énormes blocs de calcaires jurassiques (Pays dijonnais). Ces terrains, recouverts à la fin de l’Ère tertiaire et durant le Quaternaire, n’ont pas été retenus pour l’implantation des habitats fortifiés pré- et protohistoriques.

Terrains de l’Ère tertiaire et quaternaire

43Le processus de constitution des formations superficielles s’est poursuivi au gré des phénomènes d’érosion engendrés, entre autres, par les conditions climatiques chaudes et humides du Tertiaire, les alternances de gel et de dégel dans la période de grands froids au début du Quaternaire, et par les profondes modifications dues aux mouvements tectoniques, notamment les déformations et soulèvements causés par les mouvements alpins. Tous ces phénomènes se retrouvent aujourd’hui dans le paysage bourguignon qui en porte de plus ou moins importantes cicatrices, se traduisant régionalement par des diaclases, des failles ou un relief de cuesta.

44Les sols de formations superficielles, les Préhistoriques les ont rencontrés dans des conditions très proches de celles que nous pouvons avoir aujourd’hui. Sur les hauteurs, là où nous voyons encore de nos jours des chailles, comme dans les limons rouges des plateaux, les hommes du Néolithique se sont approvisionnés en matière première pour confectionner leur outillage et leur armement lithique. En plaine, les Néolithiques et les Protohistoriques ont été attirés par des sols propices aux activités agricoles et pastorales mais impropres à l’implantation des constructions. Ils ont dû, comme nous le faisons encore de nos jours, adapter leurs techniques architecturales au terrain et rechercher, en profondeur, des assises solides pour les fondations. D’où une architecture où domine les travaux de terrassement en excavations : fosses, fossés, alignements de trous de poteaux. Alors qu’aux mêmes époques, sur les plateaux, les constructions utilisent principalement la pierre sèche, en plaine l’usage du bois est majoritaire et presque exclusif.

III-3-2 La géomorphologie

45La géomorphologie de la Côte-d’Or reflète pratiquement tous les caractères géographiques de la région Bourgogne. Le nord du département s’apparente déjà aux paysages du Sénonais et du Pays d’Othe de l’Yonne, qui tendent à s’assimiler à ceux du Bassin parisien et de la Champagne pouilleuse. À l’ouest, le Morvan, avec son relief cristallin adouci par les érosions, annonce les paysages du Nivernais et du Charolais. À l’est, la plaine de la Saône fait transition avec les reliefs du Jura, lesquels rappellent beaucoup les crêtes et les plateaux calcaires formant cette sorte d’épine dorsale, faite de plateaux bajociens et bathoniens, qui coupe le département du nord au sud, du plateau de Langres jusqu’à la vallée de la Dheune.

46Ces reliefs bajociens et bathoniens des plateaux calcaires de la Côte-d’Or, découpés par de très nombreuses vallées, possèdent à la fois les caractéristiques d’un terroir de passage et celles de places fortes naturelles sécurisantes. Avec des sommets qui culminent à une altitude moyenne de 500 m, les plateaux dominent suffisamment les fonds de vallées, sans être trop éloignés des points d’eau et des plaines alluviales qui offrent des terres plus propices au développement des activités pastorales et agricoles. Autant de raisons pour que, dès le Néolithique moyen, au cours du IVe millénaire avant notre ère, un grand nombre des digitations du relief de la Côte, de l’Arrière-Côte et de la partie méridionale du plateau de Langres, aient été choisies et aménagées pour établir les premiers habitats fortifiés qui seront, bien souvent, réutilisés ultérieurement aux Âges des Métaux et parfois jusqu’au début des temps médiévaux. L’examen de la carte géologique, sur laquelle les digitations bajociennes, du type de la Montagne de Myard à Vitteaux, apparaissent très bien, permet, par leur simple examen, une approche préliminaire pour la reconnaissance de ces sites fortifiés, types d’habitats de hauteur fréquents au Néolithique moyen et aux Âges des Métaux (NICOLARDOT, 1972, p. 103).

III-3-3 Le réseau hydrographique

47Le réseau hydrographique de la Bourgogne est extrêmement dense (fig. 13). Il forme une résille dendritique qui s’organise cependant selon trois grandes directions commandées par la géomorphologie du sol. Cette particularité fait de ce département un « seuil » naturel entre les bassins de la Seine, du Rhône et de la Loire (COMBIER, 1990, p. 7). De plus, on notera que ces cours d’eau s’organisent en véritable plaque tournante en formant des couloirs naturels de circulation, privilégiant les échanges nord-sud et est-ouest.

Axes nord-sud

  • 3 Pour la localisation des sites sur les cartes de répartition (fig. 224 à 236), le lecteur est invit (...)

48La Seine, dont la source est singularisée par la présence d’un important sanctuaire gallo-romain lié au culte des eaux, avec son réseau d’affluents directs et secondaires (Armançon, Aube, Brenne, Ource, Oze, Ozerain, Serein, Yonne…) constitue un vaste échangeur vers le Bassin parisien et la Manche. C’est également par le « Seuil de Bourgogne » et le plateau de Langres (fig. 13), où l’on retrouve un très important habitat fortifié de hauteur, le Camp de la Vergentière à Cohons (Haute-Marne ; LEPAGE, 1992) (fig. 224 et 237, F / G 3)3, que la Côte-d’Or peut aussi communiquer avec la Mer du Nord, via la Meuse et ses affluents.

49À l’extrémité est de la Côte-d’Or, la Saône, qui coule du nord vers le sud dans une large vallée alluviale, ouvre le trafic entre le Bassin rhénan et le Couloir rhodanien, jusqu’à la Méditerranée.

Axes ouest-est

50Alors que plus de la moitié nord du département est résolument tournée vers la France septentrionale et le Bassin parisien, le sud du département est non seulement orienté vers les régions méridionales, mais aussi vers l’ouest par les vallées de l’Arroux (affluent de la Loire permettant la communication avec l’Atlantique), de la Dheune, de l’Ouche et du Suzon et vers l’est, par la vallée du Doubs.

Fig. 13. Carte physique de la Bourgogne avec indication de la localisation des Camps de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Étaules ainsi que des sites principaux de référence, d’ouest en est : La Groutte (Cher), Saint-Moré (Yonne), Bibracte (Saône-et-Loire), Chassey-le-Camp (Saône-et-Loire) et Cohons (Haute-Marne).

Notes

1 Chronologie utilisée concernant les occupations du Camp de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Étaules (Côte-d’Or) :
Néolithique moyen (ve au ive millénaire avant J.-C.).
Néolithique final (ive au iiie millénaire avant J.-C.).
Bronze final (viiie siècle avant J.-C. terminus ad quem)
Bronze final IIb / IIIa (env. 1100 à 900 avant J.-C.) (KIMMIG, 1988, p. 15).
Bronze final IIIb (env. 900 à 750 avant J.-C.) (Ibid.).

2 Le terme de « lave », utilisé en Bourgogne correspond sensiblement à celui de « lauze », employé en France méridionale et en Ardèche.

3 Pour la localisation des sites sur les cartes de répartition (fig. 224 à 236), le lecteur est invité à utiliser la grille de repérage par coordonnées établie sur transparent (fig. 237).

Table des illustrations

Légende Fig. 2. Échannay (Côte-d’Or), Mont-Roger. Camp en éperon barré : 1 = barrage ; 2 = fossé (d’après A. Colombet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 3. Meursault (Côte-d’Or), Mont-Milan. Camp en rebord de plateau : 1 = rempart ; 2 = fossé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Fig. 4. Marcilly-sur-Tille (Côte-d’Or), Mont-de-Marcilly. Camp en sommet de colline : 1 = rempart inférieur ; 2 = rempart intermédiaire ; 3 = rempart supérieur (d’après É. Planson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 5. Erquy (Côtes-d’Armor), Cap d’Erquy. Camp en cap barré : 1 = rempart du Fossé de Pleine-Garenne ; 2 = rempart du Fossé Catuélan (d’après P.-R. Giot, J. Briard et M. Avery).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 6. Cléden-Cap-Sizun (Finistère), Castel-Meur. Vue du côté sud des remparts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 7. Cléden-Cap-Sizun (Finistère), Castel-Meur. Vue du côté nord des remparts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 8. Nieul-sur-l’Autiz (Vendée), Champ-Durand. Camp à fossés à entrées multiples : 1 et 2 = tours (d’après R. Joussaume).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 9. Nieul-sur-l’Autiz (Vendée), Champ-Durand. Reconstitution d’une tour protégeant une entrée (d’après R. Joussaume).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 10. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Vue aérienne, vers le sud-est (Cliché D. Jalmain).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 11. Vitteaux (Côte-d’Or), Camp de Myard. Vue du côté ouest du plateau, depuis Dracy.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 12. Chassey-le-Camp (Saône-et-Loire), Camp de Chassey. Vue aérienne du côté ouest du site (Cliché D. Jalmain).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 13. Carte physique de la Bourgogne avec indication de la localisation des Camps de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Étaules ainsi que des sites principaux de référence, d’ouest en est : La Groutte (Cher), Saint-Moré (Yonne), Bibracte (Saône-et-Loire), Chassey-le-Camp (Saône-et-Loire) et Cohons (Haute-Marne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23562/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search