Version classiqueVersion mobile

L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or

 | 
Jean-Pierre Nicolardot

Avant-propos

Texte intégral

1Notre intérêt pour les travaux sur les fortifications pré- et protohistoriques trouve son origine dans les chantiers de fouilles que nous avons effectués dès 1963 et pendant sept ans, dans les Missions Archéologiques Françaises dirigées par le Professeur Claude Schaeffer à Ras Shamra-Ugarit (Syrie) et à Enkomi-Alasia (Chypre). Ces rencontres sur des sites riches en structures défensives, en particulier sur l’enceinte d’Alasia et sa porte ouest, étudiées pendant plusieurs campagnes, ont été déterminantes pour notre choix de sujet de recherches dès notre admission au C.N.R.S. en 1969, moment où nous avons développé nos travaux sur les habitats de hauteur à caractères défensifs en France et notamment en Côte-d’Or.

2Cette étude sur les premiers habitats de hauteur fortifiés s’appuie principalement sur les recherches que nous avons effectuées de 1969 à 1976 et en 1996 et 1997 sur le Camp de Myard à Vitteaux, puis de 1976 à 1987 sur le Châtelet d’Étaules (fig. 1), sans négliger l’apport des différents chantiers que nous avons entrepris en France, non seulement en Bourgogne, mais aussi en Île-de-France (Camp de Fort-Harrouard à Sorel-Moussel - Eure-et-Loir) et en Bretagne (Camp de Péran à Plédran - Côtes-d’Armor).

Fig. 1. Situation des communes de Vitteaux et d’Étaules (Côte-d’Or).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation des communes de Vitteaux et d’Étaules (Côte-d’Or).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search