Version classiqueVersion mobile

L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or

 | 
Jean-Pierre Nicolardot

Remerciements

Texte intégral

1Qu’il nous soit permis de remercier ici tous ceux qui, à divers titres, ont permis la réalisation de cette étude, à la quête de données nouvelles sur les premiers habitats de hauteur. En tout premier lieu, nous tenons à remercier Monsieur le Professeur A. Thévenin qui a bien voulu accepter de diriger notre thèse de Doctorat à l’Université de Franche-Comté à Besançon.

2La publication que nous présentons ici, fait référence à ce mémoire et plus particulièrement aux travaux consacrés aux sites du Camp de Myard à Vitteaux et au Châtelet d’Étaules (Côte-d’Or).

3En nous excusant d’omissions involontaires, nous tenons à exprimer notre gratitude aux personnalités et organismes qui nous ont permis d’entreprendre et de poursuivre pendant de longues années cette étude :

  • Monsieur le Professeur R. Chevallier, de l’Université de Tours, qui coordonna nos premières études archéologiques à l’École Pratique des Hautes Études à Paris, et à qui nous devons, particulièrement, un penchant pour les travaux cartographiques et d’inventaires appuyés sur la photo-interprétation de clichés aériens stéréoscopiques.
  • Monsieur le Professeur Cl. Schaeffer, Membre de l’Institut et Professeur au Collège de France, qui nous accepta, dès 1962, dans son Laboratoire d’Archéologie de l’Asie Occidentale au Collège de France et dans sa Mission Archéologique au Moyen-Orient, alors qu’étudiant, nous venions, tout juste, d’achever nos obligations militaires dans la Marine Nationale.
  • Monsieur R. Joffroy, Professeur à l’École du Louvre et Conservateur en Chef du Musée des Antiquités Nationales, qui bien avant de nous avoir accueilli à son tour dans son équipe de recherche, l’E.R.A. n° 423 au C.N.R.S., nous inculqua le goût des travaux archéologiques avec une grande largeur d’esprit en nous faisant embrasser un vaste horizon chronologique depuis la Préhistoire jusqu’au haut Moyen Âge, puis qui nous guida vers une spécialisation sur les périodes couvrant les temps néolithiques et les Âges des Métaux.
  • Monsieur le Professeur L. Balout, Professeur à l’Institut de Paléontologie Humaine, qui parraina nos recherches de stagiaire et de jeune chercheur comme attaché au C.N.R.S.
  • Monsieur H. Delporte, Inspecteur Général des Musées Nationaux, qui succéda à Monsieur R. Joffroy à la direction du Musée des Antiquités Nationales et à celle de l’Équipe du C.N.R.S. devenue U.A. n° 880. C’est Monsieur H. Delporte qui nous montra et nous ouvrit, par l’exemple de son équipe de préhistoriens, aux techniques informatiques appliquées à la recherche archéologique.
  • Monsieur J.-P. Mohen, ancien Conservateur en Chef du Musée des Antiquités Nationales, aujourd’hui Directeur du Laboratoire des Musées de France. C’est d’une longue collaboration depuis de nombreuses années, en particulier au Musée des Antiquités Nationales et au sein de la Société Préhistorique Française, que nous devons à Monsieur Jean-Pierre Mohen, l’attrait pour la communication et les échanges scientifiques.
  • Monsieur A. Duval, ancien Conservateur en Chef du Musée des Antiquités Nationales, qui nous apporta ses profondes connaissances concernant les périodes historiques et principalement sur les Âges du Fer. Nous lui devons particulièrement d’avoir eu accès aux pièces originales provenant de Côte-d’Or, conservées aujourd’hui dans les vitrines et les réserves du Musée des Antiquités Nationales.
  • Mesdames E. Chew, Chr. Eluère, F. Vallet, ainsi que Mme F. Beck et Monsieur J.-J. Cleyet-Merle, anciens Conservateurs au Musée des Antiquités Nationales appelés aujourd’hui à de nouvelles fonctions, Mme F. Douau, Directrice du Laboratoire de Restauration du Musée des Antiquités Nationales, qui nous ont toujours très cordialement ouvert leur documentation et apporté leurs conseils.
  • Messieurs les Directeurs des Antiquités Préhistoriques et Historiques qui se sont succédé tant en Bourgogne qu’en Bretagne et qui nous ont facilité les travaux sur le terrain : Messieurs les Professeurs R. Martin et Cl. Rolley ainsi que Messieurs J.–B. Devauges et H. Gaillard de Sémainville, à la direction des Antiquités Historiques de Bourgogne et Messieurs J. Joly, J.-P. Thevenot, C. Mordant et P. Duhamel à la direction des Antiquités Préhistoriques de Bourgogne ; Monsieur R. Sanquer à la direction des Antiquités Historiques de Bretagne et Messieurs P.-R. Giot et C.-T. Le Roux à la direction des Antiquités Préhistoriques de Bretagne.
  • Les spécialistes et les Laboratoires qui ont entrepris des études et des recherches à partir de matériaux provenant de nos fouilles et qui ont pris de leur précieux temps pour nous apporter des données complémentaires : Mesdames G. Delibrias (datations C14), Th. Poulain (archéo-zoologie), Messieurs J. Évin (datations C14) et L. Langouët (datations archéomagnétiques), Messieurs Bossières, Dron, Paute, Philippon (analyses de matériaux), Messieurs Tellier, Scheib, Chauvin (prospections géophysiques), Messieurs J. Briard, J.-R. Bourhis et Y. Onnée (E.R. 27 du C.N.R.S. - Laboratoire d’Anthropologie - Préhistoire - Protohistoire et Quaternaire Armoricains - Université de Rennes I).

4Nous n’aurions pas pu mener à bien tout ce travail sans l’aide dévouée des membres de l’équipe de fouilles qui ont donné, sans compter, leurs efforts et leurs compétences, en consacrant leur temps libre aux recherches sur le terrain sur nos différents chantiers successifs, tant en Bourgogne qu’en Île-de-France et en Bretagne. De cette équipe formée depuis de très nombreuses années, nous ne pouvons nommer exhaustivement tous les membres. Que tous ceux qui sont concernés trouvent nos bien sincères remerciements à travers ceux que nous exprimons aux plus anciens et persévérants : Mesdemoiselles C. du Gardin, M. Oberkampf, A. Philippon, Mesdames P. Giauffret, S. Branche-Guillaume, C. Marolleau, C. Ménégaux ainsi que Messieurs D. Guillaume, R. Guillaume, D. et P. Heuillard, B. Paquaux, R. Patru, J.-L. Paute, J. Philippon et Ph. Saulgeot.

5Notre gratitude s’adresse également à G. Naudet, Ingénieur au C.E.A., qui, aux fouilles de Myard, nous guida et conseilla pour les premières mesures de radiocarbone et nous introduisit auprès du Laboratoire des Faibles Radioactivités de Gif-sur-Yvette.

6Nous remercions chaleureusement J.-P. Thevenot et H. Gaillard de Sémainville, Directeurs de la R.A.E. qui ont bien voulu accepter de faire paraître cette étude dans un supplément de la revue, ainsi que C. Touzel qui a assuré la mise en forme du manuscrit. Cette étude n’aurait pas vu le jour sans les soutiens de Maître G. Mathieu, ancien député-maire de Vitteaux, de M. François Sauvadet, député-maire de Vitteaux et Conseiller Général, du Docteur C. Ferry et de M. Chr. Verry, successivement maires d’Étaules au cours des années durant lesquelles nous avons poursuivi les recherches sur le terrain.

7Martrois, Novembre 2001

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search