Version classiqueVersion mobile

Recherches de Protohistoire alsacienne

 | 
Anne-Marie Adam

La céramique domestique en Alsace de la fin du Bronze final au début de la Tène : essai de synthèse1

Marie-Pierre Koenig et Anne-Marie Adam

Résumé

En conclusion du recueil d’articles proposés dans ce volume, on s’efforce de présenter une première synthèse sur les tendances évolutives de la céramique d’habitat en Alsace, entre le Bronze final IIIb et La Tène A, en résumant les caractéristiques propres de chaque phase. On peut considérer que, dès à présent, l’étude des ensembles alsaciens permet d’apporter une contribution sur plusieurs points, tels que le passage du BF III au Ha C, la distinction, parfois difficile, des faciès Ha C et Ha D1, ou la transition Hallstatt/La Tène.

Texte intégral

État de la recherche

  • 1 Nous tenons à remercier chaleureusement Suzanne Plouin et Gertrud Kuhnle pour la relecture critique (...)

1Notre propos n’est pas de retracer l’historique des recherches archéologiques consacrées à la Protohistoire en Alsace (voir Schnitzler, 1994), mais de mettre plus précisément en lumière l’état de la documentation sur les habitats de l’Âge du Fer. L’objectif est d’évaluer quels acquis majeurs ont apportés les fouilles d’archéologie préventive réalisées ces quinze dernières années, pour la connaissance de la céramique domestique de cette période.

2Alors que dès le milieu du xixe siècle s’opèrent les premières recherches sur les tumulus (Ring, 1859- 1870 ; Morlet, 1863, 1865 ; Henning, 1895, 1902, 1912), puis les importantes fouilles réalisées par X. Nessel dans les nécropoles de la forêt de Haguenau (Schaeffer, 1930), il faut attendre les travaux menés à Strasbourg et dans ses environs, au début du xxe siècle, pour que la fouille de structures domestiques voie le jour. Les premiers fours de potier hallstattiens sont explorés à Marlenheim-Fessenheim (Forrer, 1915) et à Neewiller (Forrer, 1923), tandis que quelques fosses isolées sont étudiées à Kienheim (Derville, 1953), à Cronenbourg et Krautergersheim (Hatt, 1958, p. 342), des céramiques étant par ailleurs exhumées hors contexte à Mundolsheim-Hausbergen (Forrer, 1923) et à Strasbourg « Schiltigheimer Matt » (Forrer et alii, 1936 ; Adam, 1988b, p. 122-123).

3L’essor des études protohistoriques se concrétise à partir des années 60 avec les travaux réalisés dans la région colmarienne (Colmar, Rouffach, Merxheim) par M. Jehl et Ch. Bonnet (Jehl, Bonnet, 1959, 1961, 1970 ; Bonnet, Jehl, 1960 ; Bonnet, 1972). Parallèlement, diverses découvertes sont effectuées dans la région de Strasbourg : des silos à Achenheim (Heintz, 1953, 1964), des « fonds de cabane » à Entzheim « Sablière Oesch » (Normand, 1973, p. 82 et pl. XIV-XV), des fours de potiers, l’un à Rosheim, l’autre à Mundolsheim (Sainty et alii, 1974), ainsi que diverses fosses à Reichstett (Normand, 1973), Mundolsheim (Stieber, 1962), Rosheim (Thévenin, 1971) et Brumath lotissement « Le Tilleul » (Pétry 1980, p. 446). Enfin on ne saurait passer sous silence les recherches menées à la même époque dans les environs de Mulhouse, à Habsheim (Wolf, 1968) ou sur l’oppidum du Britzgyberg à Illfurth (Knecht, 1932 ; Schweitzer, 1971, 1973, 1989, 1997), par exemple.

4Il faudra attendre la fin des années 80 pour que soient décidées les premières fouilles de sauvetage sur les sites d’habitat hallstattiens de Colmar « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990), de Wolfisheim (Schnitzler, Sainty, 1992) et de Geispolsheim « Bruechel » (Koenig et alii, 1990). Des observations ponctuelles sont opérées dans le secteur de Mulhouse, où quelques silos sont fouillés à Bruebach « Auf dem Burner » et « Rennwasen » (Jeunesse et alii, 1988, fig. 3-9), comme au « Rennwasen am Rotlaubweg » (Voegtlin, 1991). La localité voisine de Zimmersheim « Knabenboden » livre un silo (Voegtlin, 1991) et un fond de cabane (Voegtlin, Schweitzer, 1989). Une fosse est étudiée à Morschwiller-le-Bas « Simlisberg » (Lack et alii, 1991), l’important gisement de Sierentz livrant quant à lui quelques témoins hallstattiens et laténiens (Wolf, 1989).

  • 2 D’après le dépouillement des bilans scientifiques d’Alsace de 1991 à 1998.

5Cependant l’archéologie préventive ne se développera véritablement que la décennie suivante avec la fouille de nombreux gisements. Ainsi, entre 1991 et 1998, ce sont au minimum une quarantaine d’habitats s’échelonnant entre le Bronze final IIIb et La Tène ancienne qui sont reconnus2. S’ils se révèlent d’inégale valeur scientifique, tant la nature des vestiges et les emprises fouillées sont variables, quelques-uns sont de première importance pour la connaissance de ces horizons chronologiques. On évoquera principalement les sites de Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, ce volume), Leutenheim « Hexenberg (Adam, Lasserre, 1996, 2001) et Reichstett « rue Ampère » (Treffort, Le Meur, 2000) pour la fin du Bronze final. L’horizon du Hallstatt C est illustré par les ensembles de Lingolsheim « Les Sablières modernes » (Lasserre, 2003), Houssen « Cora » et Sainte-Croix-en-Plaine (Mentele, ce volume). Les découvertes se multiplient pour le Ha D avec l’étude des gisements de Brumath (Mentele, Plouin, ce volume), d’Holtzheim (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume ; Koenig et alii, ce volume), de Merxheim « Trummelmatten » (Treffort, Dumont, 2000), de Rosheim « Sandgrube » (Röder, Blanc, 1995 ; Koenig et alii, ce volume), d’Habsheim lotissement « Le Lobélia » (Mentele, 1999) et de Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000). Quant à La Tène ancienne, les habitats de Rosheim « Mittelweg » (Röder, 1993 ; Koenig et alii, ce volume) et de Pfulgriesheim « Langgarten » et « Buetzel » (Balzer, Meunier, ce volume) en constituent les principaux apports.

Le Bronze final IIIB

État de la documentation

  • 3 Les autres ensembles sont d’une portée plus limitée. Il s’agit d’une fosse à Lingolsheim (Heintz, 1 (...)

6Alors que le gisement de Wintzenheim « Hohlandsberg » offre un corpus remarquable pour les productions du RSFO, son ultime phase d’occupation, qui se situe durant le Bronze final IIIb, est paradoxalement peu documentée (Jehl, Bonnet, 1968 ; Bonnet, 1973, 1974 ; Bonnet et alii, 1985). Cette faiblesse documentaire est d’ailleurs perceptible sur l’ensemble de l’Alsace et les rares ensembles domestiques caractéristiques de cet horizon final sont ceux de Merxheim « Breyl » (Bonnet, Plouin-Mantzer, 1979, fig. 5c- 6), de Gundolsheim n° 3 (Jehl, Bonnet, 1962, fig. 15) et de Ribeauvillé « Saint Ulrich » (Bonnet, Plouin-Mantzer, 1979, fig. 3-4)3.

  • 4 Pour les découvertes d’Eguisheim « RD 83/RD 14 » (Meunier, 1999) et de Strasbourg « 43 rue Kageneck (...)

7Récemment, diverses traces d’habitats ont été mises au jour à Colmar « Route de Rouffach (Bonnet et alii, 1990, fig. 19-20), à Strasbourg-Koenigshoffen « Chemin du Cuivre » (Baudoux, 1996) ou à Rosheim « Bischenabwand », structures 14 et 15 (Röder, Blanc, 1995)4. Mais là encore aucun de ces gisements ne révélait de séries suffisamment pertinentes pour élaborer une typologie régionale détaillée. Aujourd’hui, cette lacune se comble peu à peu avec les fouilles programmées menées sur le Hexenberg à Leutenheim (Adam, Lasserre, 1996, 2001) et surtout grâce aux fouilles de sauvetage réalisées à Reichstett « rue Ampère » (Treffort, Le Meur, 2000) et à Colmar « Diaconat » (Maise, Lasserre, ce volume).

Évolution typologique

8L’abondant mobilier exhumé à Colmar « Diaconat » (1868 NMI) constitue une documentation de premier plan, tant pour l’élaboration d’une typologie fine au cours du Bronze final III, que pour un essai de périodisation dans le sud de la vallée du Rhin supérieur. Selon Ch. Maise, l’occupation du gisement débute dès le Bronze final IIb, mais cet horizon n’est illustré que par une fosse (phase 1). Il distingue ensuite deux horizons successifs au cours du Bronze final IIIa (phases 2 et 3), deux autres au Bronze final IIIb (phases 4 et 5) (Maise, Lasserre, ce volume). Seules ces deux dernières phases seront évoquées ici. Elles sont illustrées par le mobilier des fosses 25 et 71, de même que par celui issu du paléochenal.

  • 5 Dans toute cette étude, les formes perdurant sans changement notable du Bronze final à la fin du Ha (...)

9Dans l’ensemble, les formes les plus caractéristiques5 du Bronze final IIIb sont les écuelles tronconiques, les jattes à marli, les tasses, les gobelets à profil ovoïde, les vases à bord en entonnoir et les pots grossiers, parfois agrémentés d’un cordon disposé à la pliure du col (fig. 1). Au sein du corpus décoratif, la peinture rouge et le graphite constituent un critère chronologique important. Les décors incisés se raréfient, hormis ceux exécutés à la pointe bifide (outil également utilisé pour la réalisation de motifs en points de chaînette). Si l’on observe encore des cannelures disposées sur la face interne de certaines écuelles, l’agencement de larges cannelures sur l’épaule de vases à bord en entonnoir manque totalement dans cet ensemble, alors qu’il constitue pourtant ailleurs un bon fossile directeur. Parmi les autres objets figurent des fragments de « chenets » et de « tuiles de faîtage », une bobine et une figurine ornithomorphe en terre cuite, deux petites épingles en bronze à tête vasiforme, des bagues et spirales en fil de bronze, enfin un moule en pierre pour la réalisation d’anneaux.

10Quoique partielle, la fouille du paléochenal a permis de déceler une évolution chronologique du mobilier, perceptible au fur et à mesure que l’on se déplace de la terrasse (zones 1 et 2) vers la zone basse :

11– dans la zone 1, les formes pourvues d’un bord en entonnoir sont presque inexistantes ; la peinture rouge est rare et les cordons appliqués au départ du col absents ; on observe encore divers décors incisés (comme des décors en arête de poisson par exemple) et des impressions en forme de grain de riz ; les jattes à marli sont faiblement représentées ;

  • dans la zone 2, le matériel semble un peu plus récent, avec en particulier une augmentation du nombre de bords en entonnoir et peu à peu des cordons placés au départ du col ; les décors incisés diminuent tandis que l’emploi de la peinture rouge augmente ;

  • dans la zone basse enfin, on note une bonne représentativité des bords en entonnoir et des jattes à marli, ainsi qu’une certaine raréfaction des écuelles coniques au profit de formes plus galbées, de jattes et de bols ; les thèmes décoratifs incisés sont progressivement remplacés par de la peinture rouge et du graphite pouvant être agencés en aplats ou en motifs ; un certain nombre de ces éléments perdurera au Hallstatt.

12Une distinction entre un Bronze final IIIb ancien et classique (phase 4 : fosses 25 et 71, paléochenal zone 1 et 2) et un Bronze final IIIb « évolué » (phase 5 : paléochenal zone basse) est dès lors proposée par l’auteur.

13Le gisement du Hexenberg à Leutenheim, fouillé sur environ 2000 m2, a livré un mobilier abondant, quoique très fragmenté (environ 600 NMI). On y observe principalement des vases à bord oblique ornés de cannelures, des jattes, des jattes à encoches, des écuelles tronconiques parfois agrémentées de degrés internes ou d’un marli décoré, des bols dotés d’un petit mamelon au niveau du bord, des tasses, des récipients de stockage, des pots et des gobelets. Ces derniers sont fréquemment décorés de filets horizontaux incisés et de peinture rouge tandis que des plages de graphite s’observent sur des formes plus diversifiées. Les décors polychromes associant peinture rouge et graphite sont également attestés sur divers tessons ; ils s’ordonnent principalement selon une alternance de bandes horizontales, plus exceptionnellement sous forme de chevrons. En revanche, l’absence de méandres et la rareté de l’excision, des motifs graphités ou en points de chaînette est à noter. Parmi le mobilier en terre cuite, de nombreux fragments de « tuiles de faîtage » ou de « chenets », des fusaïoles, des tores (dont deux correspondent à des bracelets), un ou deux hochets et une bobine peuvent être évoqués. Ces divers indices conduisent les fouilleurs à attribuer cet ensemble à une phase assez évoluée au sein du Bronze final IIIb (Adam, Lasserre, 1996, 2001).

14Au terme de ce rapide inventaire, on se gardera de vouloir ordonner ces divers ensembles d’un point de vue chronologique, d’une part parce que les études relatives aux habitats de Leutenheim et de Reichstett ne sont pas achevées ou publiées, d’autre part parce qu’il s’agirait de confronter la fréquence de chaque forme ou décor selon des critères homogènes et des calculs statistiques. Tout au plus peut-on souligner, à partir du mobilier de Colmar « Diaconat », la lente évolution qui conduira sans rupture des formes du Bronze final IIIb à celles du Hallstatt C, comme l’illustre la sériation des formes et décors significatifs (infra, fig. 2).

Fig. 1. Formes caractéristiques du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace.

Fig. 1. Formes caractéristiques du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace.

Le Hallstatt C

État de la documentation

  • 6 D’autres ensembles moins bien documentés peuvent être cités pour le Hallstatt C : des fours de poti (...)

15Hormis les riches céramiques souvent polychromes exhumées dans certaines sépultures de la forêt de Haguenau ou d’Appenwihr par exemple (Plouin, 1983, pl. II), les productions caractéristiques du Hallstatt C ne pouvaient, il y a quelques années encore, être appréhendées que par le mobilier issu de deux fours de potiers, l’un à Marlenheim-Fessenheim (Forrer, 1915), l’autre à Gundolsheim n° 1 (Bonnet, Jehl, 1960). Aujourd’hui, à partir d’une quinzaine de gisements attribués au Ha C ou plus largement au Ha CD1, il est possible de suivre l’évolution typologique des formes héritées du Bronze final et d’analyser les innovations hallstattiennes. Pour ce faire, on se fondera sur le mobilier issu des fosses d’habitat de Sainte-Croix-en-Plaine « Marbach Acker » et Houssen « Cora » (Mentele, ce volume), du puits de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Lasserre, 2003) et, dans une moindre mesure, des ensembles de Rosheim « Bischenabwand » (Röder, Blanc, 1995), du four de Gundolsheim n° 1 (Bonnet, Jehl, 1960), de la fosse de Morschwiller-le-Bas « Simlisberg » (Lack et alii, 1991) et du puits de Colmar-Houssen (Plouin, Zehner, 2003)6.

Évolution typologique

16En préambule, il est important de souligner que seules certaines fosses sélectionnées sur les gisements de Sainte-Croix-en-Plaine et de Houssen ont été traitées selon la même méthode et peuvent donc être comparées finement. Pour les autres ensembles, une tendance évolutive sera proposée. Tout un travail statistique de fond reste en effet à effectuer. Et dans cette optique, un réexamen des ensembles anciennement fouillés à Gundolsheim et à Marlenheim mériterait d’être envisagé.

17Limité à un décapage d’un hectare, l’habitat de Sainte-Croix-en-Plaine « Marbach Acker » n’a que partiellement été reconnu. Parmi les 150 structures protohistoriques, la fosse 5 a livré un abondant lot de céramiques (119 NMI) (Mentele, ce volume). L’auteur distingue tout d’abord des profils anciens issus du corpus du Bronze final ; les écuelles tronconiques souvent munies de cannelures internes en constituent le meilleur marqueur. Au sein des formes dites évolutives, il classe les vases à haut col oblique (communément appelés vases à bord en entonnoir), les formes à bord oblique (dont un sous-type présente un épaulement) et les jattes à petit bord éversé. Ce dernier type se rencontre en particulier à Mussig, dans un tumulus daté par dendrochronologie de 707 av. J.-C. (Plouin et alii, 1986). Enfin les éléments novateurs correspondent aux profils globuleux à bord rentrant et parmi les formes ouvertes, à quelques jattes pourvues d’une carène haute ou basse et aux profils légèrement sinueux (« profil à bord sinueux » dans la typologie de S. Mentele).

18Au niveau des décors, divers récipients sont rehaussés sur la face interne et/ou externe d’aplats de peinture rouge ou de graphite. Sur quelques formes fermées, peinture rouge et graphite sont parfois associés ; dans ce cas, il s’agit le plus souvent de motifs géométriques graphités (zigzags et losanges emboîtés) appliqués sur un fond rouge. Des décors incisés, estampés ou imprimés complètent cet inventaire. Seuls ces derniers peuvent être combinés avec de la peinture ; mais dans ce cas, il s’agit exclusivement de peinture rouge agrémentant des formes fermées. Un seul cas d’incrustation de pâte blanche est à signaler.

19La combinaison de ces formes et décors, leur fréquence, comme leur similitude avec le mobilier d’autres gisements contemporains permettent de placer cet ensemble dans la première moitié du Ha C.

20Le puits de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » a livré un lot important de céramiques (environ 700 NMI) (Lasserre, 2003). Parmi les formes ouvertes, les écuelles tronconiques sont bien représentées, de même que les jattes à marli ; ces dernières offrent des profils variés, allant de formes basses relativement tronconiques à des modèles plus galbés et profonds. Les jattes à carène et les coupes à profil légèrement sinueux font défaut, de même que les formes à épaulement dotées d’un bord court vertical qui paraissent émerger dans la seconde moitié du Ha C à Houssen « Cora » (infra). En revanche, les vases à bord en entonnoir ou à bord oblique sont fréquents. À signaler également la présence d’un vase muni d’un petit mamelon perforé disposé à la pliure du col.

21Le corpus décoratif se compose essentiellement de graphite déposé en aplat ou formant des motifs géométriques disposés sur un fond de peinture rouge. Exceptionnellement, le graphite peut rehausser des motifs imprimés ou estampés. Ces caractéristiques, proches de celles de Sainte-Croix-en-Plaine, laissent entrevoir une datation assez ancienne au sein du Ha C.

22Il en est de même pour le mobilier de Rosheim « Bischenabwand », qui présente de fortes analogies avec la céramique exhumée dans le puits de Lingolsheim (Röder, Blanc, 1995, fig. 5-10). Décors peints, incisés, excisés et estampés, motifs géométriques graphités, cordons à la pliure du col (parfois il s’agit d’un petit mamelon) et jattes à marli sont représentés sans qu’il soit cependant possible d’en apprécier la fréquence, ce matériel n’étant à ce jour que partiellement étudié.

23Le gisement multiphasé de Houssen « Cora », a été reconnu sur environ deux hectares. Parmi les sept fosses attribuées au Hallstatt, deux d’entre elles – structures 1014 et 1015 – se sont révélées riches en mobilier (au total 180 NMI, de nombreux collages entre ces deux fosses attestant une certaine contemporanéité) (Mentele, ce volume).

  • 7 Quelques prémices sont perceptibles dès le Bronze final IIIb au Hohlandsberg par exemple (Bonnet, 1 (...)

24Le corpus des formes et décors est relativement proche de celui de Sainte-Croix-en-Plaine. Néanmoins on note une diminution de certains types anciens notamment des écuelles tronconiques, qui voient de surcroît leur taille se rétrécir. S’il est encore difficile d’entrevoir l’évolution des profils à marli, compte tenu du faible nombre d’exemplaires, certains paraissent à présent plus galbés. Les formes ouvertes à profil légèrement sinueux sont également présentes ; elles préfigurent les coupes à profil de plus en plus sinueux en vogue au Ha D. Les modèles à carène haute ou basse sont présents en faible nombre et s’observeront jusqu’au Ha D1. Parmi les formes fermées, on peut souligner une bonne représentativité des profils à bord court vertical ou à bord oblique. L’épaulement est souvent bien marqué, le profil général de certains modèles pouvant par ailleurs être surbaissé. La rareté des exemples dotés d’un bord en entonnoir ne doit être qu’apparente ; c’est en effet l’une des caractéristiques d’un type qui se développe dès le début du Ha C7 : le vase à col quille.

  • 8 Les associations observées sont les suivantes : peinture rouge/cannelures, peinture rouge/impressio (...)

25Au niveau des décors, l’emploi de la peinture rouge et du graphite, disposés en aplat, est toujours en vogue. On note un seul décor graphité à l’intérieur d’une forme ouverte, composé de rayons et d’un zigzag, de même que quelques motifs géométriques graphités sur fond rouge (chevrons, quadrillage, zigzag, croix de Saint-André) ornant des formes fermées. Les combinaisons entre décor chromatique et plastique sont très variées8 mais presque toujours illustrées par une seule pièce, ce qui n’en facilite pas l’étude. Elles évoquent indiscutablement les principes décoratifs de la céramique d’Alb-Hegau (Bauer, 1988 ; Maise, 2001). La diminution des formes de tradition Bronze final, l’évolution morphologique de certains types, comme les créations nouvelles, militent en faveur d’une datation dans la deuxième moitié du Ha C.

26On évoquera brièvement les céramiques issues du four de potier anciennement fouillé à Gundolsheim n° 1 (Bonnet, Jehl, 1960). L’éventail des formes caractéristiques du Ha C est globalement représenté, à l’exception toutefois des récipients globuleux à bord rentrant et des vases à épaulement et bord court vertical. Les modes décoratifs semblent délaisser la peinture rouge au profit de l’emploi du graphite pour la réalisation de motifs géométriques variés (chevrons, triangles, croisillons) parfois associés à des décors incisés. Incisions, impressions ou excisions peuvent également agrémenter certains récipients.

27Enfin, l’essentiel des types décrits se rencontre également dans le puits 2029 de Colmar-Houssen (environ 100 NMI) (Plouin, Zehner, 2003). Les archaïsmes sont exceptionnels (mamelon accroché sous le bord par exemple) voire absents (écuelles tronconiques, cannelures internes). Les jattes à marli et celles à encoches sont rares. La peinture rouge n’apparaît que dans deux cas et sert de fond à des motifs graphités ; l’emploi du graphite en aplat est en revanche bien illustré. Enfin les formes nouvelles (vase à col quille et vase à bord court vertical) font défaut.

28La fosse de Morschwiller-le-Bas « Simlisberg » est plus délicate à dater. Elle offre un corpus de formes où les jattes à marli, les vases à bord en entonnoir et ceux à bord oblique semblent dominer (Lack et alii, 1991). Comme à Houssen « Cora », les formes se développant au cours du Ha C sont présentes (vase à col quille et forme à épaulement munie d’un bord court vertical). Cependant l’absence de graphite surprend ; s’agit-il d’un problème taphonomique ou faut-il voir ici la prépondérance de décors incisés et estampés, chers à la céramique de type Alb-Hegau ? Parmi ces derniers, on observe des registres de motifs poinçonnés encadrés par des lignes incisées pouvant former des croix de Saint-André, comme il en existe dans les tombes d’Ensisheim, par exemple (Ring, 1858, pl. II, n° 2 et III, n° 12). La coupe à profil sinueux et les récipients en céramique grossière, dotés de bords verticaux ou rentrants sous lesquels se développe une ligne d’impressions, correspondent, quant à eux, à des formes en usage au Ha D2 (infra). L’association de formes typiques du Ha C avec des éléments qui n’émergent qu’au cours du Ha D2 pose problème et l’on est en droit de s’interroger sur la validité de l’ensemble en tant qu’ensemble clos, ou sur la fiabilité de certains dessins.

Le Hallstatt D1

État de la documentation

29Longtemps la céramique du Hallstatt D a été difficile à identifier, tant par son absence dans les ensembles funéraires servant de référence chronologique, que par la difficulté à en appréhender clairement les formes et décors. Comme le souligne S. Plouin, l’évolution de certains types est lente de la fin du Bronze final à La Tène ; il est de ce fait nécessaire de s’appuyer sur quelques éléments pertinents et d’analyser la fréquence relative des diverses formes (Bonnet et alii, 1990).

30En s’appuyant sur la présence d’objets de parure, seuls deux gisements pouvaient être attribués à cet horizon. Dans le « fond de cabane » de Kienheim, de la céramique domestique était associée à une épingle à tête en corail, des perles en jais, un bracelet et une boucle d’oreille en bronze typiques du Ha D (Derville, 1953 ; Koenig, 1985) ; à Achenheim, une fosse livrait une fibule à navicelle, une autre un bracelet en lignite (Heintz, 1953, p. 64-65). Ces poteries n’offraient a priori pas de caractéristiques notables ; tout au plus pouvait-on souligner l’absence de décors graphités et l’évolution de certaines formes vers des profils plus sinueux.

31Avec la fouille des fosses de Colmar « route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990) et des riches silos de Geispolsheim (Koenig et alii, 1990 et ce volume), débute dans les années 90 une série de découvertes importantes qui débouche aujourd’hui sur une typochronologie fine des productions du Hallstatt D (Koenig et alii, ce volume et infra).

32Trois fosses de Rosheim « Sandgrube » (Röder, Blanc, 1994 ; Koenig et alii, ce volume) et la plupart des ensembles de Colmar « route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990) sont caractéristiques de l’horizon D1. À Brumath, des fosses au mobilier typique du Ha D1 jouxtent des ensembles plus tardifs (infra), certains assemblages étant plus largement datés du Ha D1-D2 (Mentele, Plouin, ce volume), comme c’est le cas des ensembles d’Entzheim « Sellit » (Lasserre, 1993 ; Koenig et alii, ce volume) et de la fosse 49 d’Hindisheim « Borot » (Hamm, Lasserre, 1996).

Évolution typologique

33C’est l’étude détaillée du mobilier d’une dizaine de fosses exhumées à Colmar « route de Rouffach » qui a contribué à jeter les premières bases d’une typologie pour les productions du Hallstatt D1 (86 NMI)

34(Bonnet et alii, 1990). Dans ces ensembles, les vases à bord en entonnoir ou à bord oblique sont encore bien représentés ; d’autres formes, notamment les jattes à marli, disparaissent. La sinuosité de certains profils de coupes s’affirme, une tendance déjà observée sur un exemplaire de Houssen « Cora » et qui va progressivement s’accentuer. L’ornementation se compose encore de motifs géométriques graphités (occasionnellement agencés sur un fond de peinture rouge) et de décors incisés ou estampés caractéristiques de la céramique de type Alb-Hegau. Longtemps considérée comme fossile directeur du Ha C, il ne fait aujourd’hui aucun doute que cette céramique perdure jusqu’au Hallstatt D1 avec une place prépondérante accordée aux motifs incisés ou estampés durant cet horizon (Bonnet et alii, 1990, p. 14 ; Maise, 2001, p. 411).

35Parmi les 48 fosses hallstattiennes de Rosheim « Sandgrube », trois peuvent être attribuées au Hallstatt D1 : les fosses 14, 15 et 65 (Blanc, 1994 ; Röder, Blanc, 1995 ; Koenig et alii, ce volume). En résumé, le corpus des formes se caractérise par l’absence des jattes à marli et des vases à bord en entonnoir, typiques du Ha C. Pourtant une coupe pansue munie d’un bord quasi oblique évoque encore bien une tradition relevant du Ha C (sorte d’urne surbaissée en miniature). Quelques formes ouvertes carénées existent mais, comme par le passé, ces modèles semblent assez anecdotiques. Les vases à bord court vertical ou oblique perdurent et le nombre de coupes à profil légèrement sinueux s’accroît sensiblement. Les décors se limitent essentiellement à des aplats de graphite, deux vases à bord vertical étant peints en rouge. Sur quelques tessons, peinture rouge et motifs incisés ou estampés sont associés, ces dernières techniques restant néanmoins marginales. Enfin les cordons et les lignes d’impressions effectuées au doigt ou à l’aide d’un outil, que l’on retrouve communément sur la céramique grossière, sont fréquents.

  • 9 Ensembles attribués par S. Mentele au Ha D1 à Brumath : St 1009, 1013, 1016, 1018, 2001, 2005 et 20 (...)

36Les investigations archéologiques menées à Brumath « Betzetweg », lotissement Manet, ont permis la mise au jour de 47 structures attribuables au Ha D1 et au Ha D2 dont une dizaine a livré des éléments de parure (Mentele, Plouin, ce volume). Parmi les ensembles attribués au Ha D19, on observe encore des formes en usage au Ha C, en faible nombre toutefois, qui côtoient des modèles jusqu’alors inconnus. Ainsi la fosse 1013 se caractérise par la présence de vases à bord en entonnoir (dont un exemplaire graphité), en association avec une coupe à profil légèrement sinueux, un vase à partie supérieure rentrante, une épingle à tête sphérique massive et un second modèle à tête en « T » du Ha D1- début Ha D2. Dans la fosse 1016, une jatte à marli est observée aux côtés d’un vase à épaulement et bord court vertical, d’un vase à col concave développé et d’une coupe à profil légèrement sinueux. Les décors sont quasi inexistants, hormis sur la céramique grossière. Dans l’ensemble le corpus est peu diversifié, avec une prépondérance des jattes hémisphériques qui, comme nous l’avons vu, ne constituent pas un critère chronologique pertinent. Les vases à bord oblique avec ou sans épaule, bien illustrés dans les ensembles précédents, sont absents, ce qui laisserait envisager une datation assez tardive au sein de cet horizon. La rareté des décors peints et l’accroissement du nombre de coupes à profil faiblement sinueux confirment cette proposition.

Le Hallstatt D2

État de la documentation

37Il n’est pas toujours aisé de distinguer finement les horizons Ha D2 et Ha D3. Tel est le cas pour certaines fosses d’Achenheim (Heintz, 1953, 1964), d’Habsheim, lotissement « Le Lobélia » (Mentele, 1999), de Wolfisheim « Westermatt » (St 34) (Schnitzler, Sainty, 1992) ou de Reichstett (Normand, 1973). Une datation large fut également proposée lors de la publication du gisement de Geispolsheim « Bruechel » (Koenig et alii, 1990). En s’appuyant sur les ensembles récemment fouillés et datés du Ha D3 (cf. infra), un réexamen du mobilier de Geispolsheim a pu être réalisé (Koenig et alii, ce volume). Il permet de classer l’essentiel des productions entre la fin du Ha D1 et le Ha D3, en l’occurrence au Ha D2, proposition confirmée par l’étude récente du gisement de Brumath.

Évolution typologique

  • 10 Ensembles attribués par S. Mentele au Ha D2 à Brumath : St 1020, 1022, 2002, 2015 et 2017. La valeu (...)

38Le gisement de Brumath « Betzetweg » lotissement Manet, évoqué précédemment, a livré, en effet, quelques ensembles bien datés du Ha D210 (MENTELE, Plouin, ce volume). On y observe à présent une multiplication des coupes aux profils variés, plus ou moins sinueux, pourvus d’une carène ou encore agrémentés d’un pied. Des vases à bord en entonnoir sont encore présents dans la fosse 2017, en association avec une fibule à timbale, typique du Ha D2. Sur les récipients en céramique grossière, les cols obliques s’effacent et la disparition de la pliure du col engendre celle du cordon ; le haut de la panse est plus volontiers agrémenté par une ligne digitée que l’on retrouve aussi fréquemment sur la lèvre. Ils sont remplacés par des bords verticaux ou nettement rentrants. Des couvercles et une jatte à bord rentrant, munie d’un pied en anneau, font également leur apparition.

39Le corpus décoratif est des plus limités : outre de rares tessons ornés de lignes parallèles ou de croisillons incisés et souvent incrustés de pâte blanche, seule une petite jatte peinte en rouge sur les deux faces peut être mentionnée.

40Un important lot de céramiques, parfois associées à des objets de parure (perles en verre brun, épingle en bronze, fragment de corail brut), a été exhumé dans les 14 silos et 3 fosses de Geispolsheim « Bruechel » (Koenig et alii, 1990 et ce volume) (385 NMI). Certaines formes et décors évoquent encore le Ha D1. Il s’agit d’un décor de peinture rouge sur fond blanc, d’un tesson orné d’un motif de bandes graphitées et d’un vase à col en degrés. La rareté de ces pièces sur le gisement même, comme dans l’ensemble de l’Alsace, conduit à attribuer à ces éléments une valeur chronologique relative, d’autant que toutes les autres formes du répertoire du Ha D1 sont absentes (vases à bord oblique, à épaulement et bord court vertical). En revanche, l’évolution de certains profils est sensible, notamment pour les coupes, et se décline en de nombreuses variantes de plus en plus sinueuses, avec ou sans épaulement marqué. Les vases à col concave développé et ceux à partie supérieure rentrante, déjà observés en faible nombre à Brumath, ne semblent pas mieux représentés ici quoiqu’un problème de taphonomie ne soit pas à exclure. Enfin, les décors sont rares sur la céramique fine, qu’ils soient peints (peinture rouge et blanche ou rouge unie) ou incisés (croisillons incrustés de pâte). La céramique grossière est, en revanche, fréquemment décorée de lignes imprimées sur la panse ou le bord, alors que les cordons, dorénavant disposés sur la panse, tendent à disparaître. Au niveau des formes, les pots à profil plus ou moins ovoïde (avec un bord droit et rentrant), tout comme les couvercles, se multiplient.

Le Hallstatt D3

État de la documentation

  • 11 On évoquera les structures interprétées comme des « fonds de cabane » à Entzheim « sablière Oesch » (...)

41Les éléments caractéristiques du Ha D3 sont mis en lumière par trois découvertes récentes : ce sont les gisements de Holtzheim « Am Schluesselberg » (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume ; Koenig et alii, ce volume), de Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000) ; Koenig et alii, ce volume) et de Merxheim « Trummelmatten » (Treffort, Dumont, 2000). La datation d’ensembles de moindre importance, tels Colmar (Jehl, Bonnet, 1970, pl. VII), Bruebach « Auf dem Burner » (Jeunesse et alii, 1988, p. 82-83 et fig. 6-9) et Zimmersheim « Knabenboden » (Voegtlin, Schweitzer, 1989, p. 207-208 et fig. 6-7), a de ce fait pu être reconsidérée (Koenig et alii, ce volume). Cependant un certain nombre de gisements demeurent encore difficiles à caler chronologiquement entre la fin du Hallstatt et le début de La Tène11.

Évolution typologique

42L’évolution typologique qui s’amorce clairement, au cours du Ha D2, dans les ensembles de Brumath et de Geispolsheim, se poursuit, comme l’illustre le mobilier d’une quarantaine de fosses réparties sur 4000 m2 à Holtzheim « Am Schluesselberg » (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume ; Koenig et alii, ce volume) (278 NMI). Près de la moitié du mobilier se compose de jattes. Cette forme, généralement trop ordinaire pour en tirer un quelconque enseignement d’ordre chronologique, présente ici des bords rentrants ou affectés d’une sinuosité particulière, voire d’un épaississement de la lèvre, qui les distinguent sans hésitation des productions en usage depuis la fin du Bronze final. Dans le cortège des coupes, les modèles faiblement sinueux ont disparu et, avec un seul exemplaire, le type pansu reste marginal ; celles à profil sinueux sont nombreuses et un type nouveau à carène et partie supérieure concave est à présent bien illustré. Les vases à col concave développé sont toujours aussi faiblement représentés ; des pots à parois quasi rectilignes font leur apparition.

43Sur la céramique fine, la pauvreté du corpus décoratif est extrême. Nulle trace de peinture, de graphite ou de motifs estampés. Tout au plus observe-t-on un cas de croisillons incisés et incrustés de pâte blanche. Deux nouveaux modes décoratifs font néanmoins leur apparition, le peigne sur la céramique fine et l’engobe grossier et rugueux sur la céramique grossière.

  • 12 Une telle caractéristique s’observe encore en contexte La Tène B à Habsheim (Wolf, 1968).

44Le mobilier d’une trentaine de fosses (340 NMI), étudié à Wolfgantzen, présente de fortes analogies avec celui de Holtzheim, tout en étant plus diversifié. La plupart des ensembles – constitués majoritairement de céramique commune – ont été attribués au Ha D2- D3 sans plus de précision, une fosse appartenant quant à elle au Ha D1 (Kuhnle et alii, 2000). La présence d’objets métalliques ou de céramique tournée permet cependant d’attribuer au moins 7 ensembles au Ha D3. Dans ces ensembles tardifs, les jattes à bord rentrant (parfois en bourrelet ou sinueux), les bouteilles et les coupes à profil sinueux constituent les éléments les plus marquants et les mieux représentés. Le nombre de fragments de cols développés croît alors qu’un seul vase à partie supérieure rentrante est identifié. Peu nombreux dans ces ensembles, les pots à parois quasi rectilignes sont, en revanche, bien documentés sur l’ensemble du gisement. La nouveauté du corpus réside en la présence de céramique cannelée réalisée au tour. Au niveau des décors réapparaît le graphite en aplat, parfois en association avec les cannelures de la céramique tournée12. Une seule fois, un motif rayonnant au graphite a été identifié, mais probablement s’agit-il d’un tesson résiduel. Contrairement à Holtzheim, peigne et décor de croisillons sont absents de ces ensembles du Ha D3, mais néanmoins attestés sur le site dans des ensembles difficiles à caler chronologiquement entre le Ha D2 et le Ha D3.

45Un corpus assez similaire est observé dans une dizaine de fosses exhumées à Merxheim « Trummelmatten » (Treffort, Dumont, 2000). Un net appauvrissement des formes est cependant perceptible avec a priori une absence des pots à parois rectilignes, des jattes à bord sinueux ou en bourrelet et des vases à col concave développé, pourtant fréquents à Wolfgantzen. Les modes décoratifs sont quant à eux identiques, à l’exception toutefois du graphite qui n’est ici jamais appliqué dans le creux des cannelures de la céramique tournée. Comme le souligne J.-M. Treffort, ces trois gisements typologiquement voisins ne peuvent encore être ordonnés finement au sein du Ha D3 (Treffort, Dumont, 2000, p. 53).

La Tène A

État de la documentation

  • 13 À partir des inventaires établis par A. Thévenin (Thévenin, 1971), B. Normand (Normand, 1973), J.-J (...)

46En dépit de nombreuses traces d’habitats laténiens, la céramique domestique de La Tène ancienne restait étonnamment mal documentée en Alsace. Tout au plus pouvait-on faire référence, jusque dans les années 90, à de petits ensembles assez mal caractérisés13. Pour divers gisements, une distinction fine entre la fin du Hallstatt et le début de La Tène restait par ailleurs délicate (supra). Avec la fouille de l’habitat de Rosheim « Mittelweg » (Röder, 1993 ; Koenig et alii, ce volume), débute une série de découvertes plus importantes : à Reichstett « rue Ampère » (Le Meur, 2002), à Rosheim « Rosenmeer » (Baudoux, 1999a, 1999b), à Colmar-Houssen (Plouin, 1995) ou à Pfulgriesheim (Balzer, Meunier, ce volume), tandis que quelques observations plus ponctuelles sont effectuées à Rosheim, lotissement « Sainte-Odile » (Jeunesse, Stahl, 1994), à Illfurth « Hammen » (Nilles, 1999, p. 59 ; Bakaj, 1999) et à Colmar « rue Balzac » (Sainty, 1994).

Évolution typologique

47La fouille du site de Rosheim « Mittelweg » a livré une trentaine de structures laténiennes, au nombre desquelles près de la moitié sont des silos (Jeunesse et alii, 1993). L’abondant mobilier exhumé (358 NMI) comporte environ 10 % de céramique tournée ornée de larges cannelures, illustrée pour l’essentiel par des coupes à profil en « S », seules deux jattes à bord rentrant étant dénombrées. La céramique non tournée regroupe quant à elle des pots et de nombreuses jattes, munies dans les 3/4 des cas d’un bord rentrant. Coupes, vases à col concave développé et bouteilles apparaissent également quoiqu’en plus faible nombre (Röder, 1993, fig. 4). Ces formes déjà identifiées sur les gisements du Hallstatt D3 présentent un certain amollissement de leur profil, sans qu’une quelconque limite puisse être établie entre la production de deux horizons. Exception faite des banales impressions agrémentant la céramique grossière, deux modes décoratifs couvrants, déjà identifiés par le passé, sont employés : le peigne et l’engobe grossier et rugueux (Koenig et alii, ce volume).

48Parmi les cinq fosses étudiées à Pfulgriesheim « Langgarten » et « Buetzel » (76 NMI), quatre se rattachent indiscutablement à La Tène A (St 82 à 84 et 87) (Balzer, Meunier, ce volume). Comme à Rosheim « Mittelweg », on y remarque le développement des productions tournées, au sein desquelles les coupes à profil en « S » et décor de cannelures larges dominent. Les jattes tournées à bord rentrant sont à nouveau rares. On observe ici l’émergence de formes pansues s’apparentant plus ou moins à des bouteilles ; un goulot étroit appartient quant à lui indiscutablement à un récipient de type bouteille. Un décor de cannelures larges fleurit conjointement à l’essor de cette céramique.

  • 14 Cette identification demeure incertaine, d’autant que les couvercles sont rares en contexte laténie (...)

49Le corpus non tourné se limite à quelques jattes, avec ou sans bord rentrant, des vases à bord concave, des pots et peut-être un couvercle14. Lorsque la céramique tournée vient à faire défaut, le manque de spécificité de ces productions ne facilite pas leur attribution fine au Hallstatt ou à La Tène. C’est le cas du mobilier de la fosse 48, avec une coupe à profil caréné et une jatte à bord rentrant (offrant une certaine sinuosité) qui rappellent fortement les modèles observés à Holtzheim en contexte Hallstatt D3, mais qui perdurent peut-être, au même titre que les coupes à profil sinueux.

Conclusion

  • 15 Une telle démarche a par exemple été suivie pour cerner l’évolution de la céramique du Bronze final (...)

50Au terme de cette tentative de synthèse, il est important de rappeler que faute d’ensembles clos suffisamment nombreux et en présence d’approches typologiques variées, l’étude n’a pu se fonder sur une analyse statistique, seule à même de fournir des indications précises quant à l’évolution de chacun des fossiles directeurs pris en compte15. Chaque forme, chaque mode décoratif, émergent à un moment « t », se développent, puis déclinent ou se transforment au gré des modes, des régions et selon un rythme qui leur est propre. Les conclusions que nous proposons doivent de ce fait être considérées comme des tendances évolutives, réajustables au fur et à mesure de nouvelles découvertes (fig. 2).

51Les productions typiques du Bronze final sont indiscutablement les écuelles tronconiques souvent munies de cannelures internes, les gobelets et vases à bord oblique, parmi lesquels a été distingué un type à bord en entonnoir. Exception faite des gobelets, ces formes perdurent au Hallstatt C et pour certaines jusqu’au début du D1 (vase à bord en entonnoir, jatte à marli, jatte à bord éversé). Quelques changements sont néanmoins à évoquer. Ainsi les écuelles tronconiques, typiques du Bronze final, sont encore bien représentées au début du Hallstatt C, mais une diminution de leur diamètre a été soulignée à plusieurs reprises. Les jattes à marli se développent elles aussi dès le Bronze final IIIb. Il s’agit d’exemplaires au profil très conique, dotés d’un petit marli court. Une tendance à l’accroissement de la taille de ce dernier est notable au Hallstatt C ; en revanche, il est plus difficile d’apprécier la valeur chronologique du profil galbé que l’on observe au cours du Hallstatt C et D1.

Fig. 2. Évolution des formes et décors significatifs du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace. X : présent ; x : a priori rare ; x ? : identification incertaine ;(x) : probablement intrusif.

Fig. 2. Évolution des formes et décors significatifs du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace. X : présent ; x : a priori rare ; x ? : identification incertaine ;(x) : probablement intrusif.

52Quant aux jattes à petit bord éversé, elles font une timide apparition à la fin de l’Âge du Bronze et se rencontrent encore au Hallstatt D2. Leur faible fréquence sur la plupart des gisements n’en fait pas un marqueur chronologique très pertinent. C’est néanmoins à la fin du Hallstatt C qu’elles paraissent le mieux représentées.

  • 16 Les urnes à col quille se rencontrent encore dans certains ensembles du Ha D1. On évoquera par exem (...)
  • 17 Les jattes munies d’une carène haute ou basse semblent également disparaître au Hallstatt D3 ; leur (...)

53Quelques formes sont typiques du Hallstatt C, mais demeurent faiblement documentées, tels le vase à col quille16, le vase globuleux à bord rentrant ou la jatte à paroi haute verticale. Les coupes à profil faiblement sinueux sont quant à elles caractéristiques du Hallstatt, sans toutefois atteindre l’horizon D317. Cette forme va en effet évoluer au cours du Hallstatt D vers des profils de plus en plus sinueux (Ha D2 et D3), voire carénés (Ha D3).

54Les vases à bord court vertical, comme les jattes à partie supérieure rentrante, semblent principalement en usage au Hallstatt D1, horizon durant lequel émergent timidement les vases à col concave développé et ceux à partie supérieure rentrante que l’on retrouvera sporadiquement jusqu’à La Tène A.

  • 18 La valeur chronologique des pieds en forme d’anneau est difficile à apprécier. Tout au plus peut-on (...)

55Des changements notables s’observent au Hallstatt D2, où fleurit tout un cortège de formes nouvelles ou plus précisément de profils évolués (en particulier les coupes déjà évoquées). La céramique grossière à bord droit ou rentrant constitue, par exemple, un type nouveau dont l’usage sera constant jusqu’à La Tène A. Les couvercles font aussi leur apparition, mais ils ne seront en vogue qu’un court laps de temps (Hallstatt D2 avec une éventuelle apparition dès le D1). Quoique présents dans un ensemble du Hallstatt C à Gundolsheim, les récipients munis d’un pied creux18 sont également typiques de cette phase et perdurent au D3.

56Au Hallstatt D3, on rencontre à présent des jattes à bord rentrant, ou doté d’un bourrelet interne, qui seront particulièrement fréquentes à La Tène A. Les modèles à bord rentrant sinueux semblent quant à eux caractéristiques du D3, comme d’ailleurs les pots à parois rectilignes. C’est à ce moment que prennent naissance les bouteilles et les jarres. Par ailleurs, l’apparition de céramique tournée au Hallstatt D3 est un phénomène important et l’on constate aujourd’hui que sa présence ne se limite pas aux seuls gisements dits « princiers ».

57Enfin pour La Tène ancienne, aucun type nouveau ne semble émerger au sein des formes non tournées. On observe un certain amollissement des profils et une prépondérance des jattes à bord rentrant, mais ces indices ne suffisent pas à distinguer ces vases des productions antérieures. Une datation fine ne peut s’opérer qu’en présence de céramique tournée. Cette dernière, de plus en plus abondante, est à présent agrémentée de larges cannelures, qui la différencient des formes tournées de la fin du Hallstatt.

58L’analyse des décors apporte quelques compléments chronologiques importants. Ainsi, les points de chaînette et filets horizontaux sont spécifiques du Bronze final IIIb. À de rares exceptions près, il en est de même des cannelures observées à l’intérieur des écuelles. Les décors peints en rouge et graphités, parfois associés à d’autres techniques décoratives (incision, estampage, cannelure), connaissent une durée d’utilisation plus longue puisqu’ils sont fréquents du Bronze final IIIb au Hallstatt C (voire au Hallstatt D1 lorsqu’il s’agit d’aplats de graphite seul ou de peinture rouge seule). À noter toutefois que les décors géométriques exécutés au graphite semblent une spécificité du Hallstatt C. Il est probable que dans l’avenir une chronologie plus fine pourra être établie, en fonction des combinaisons de ces divers modes décoratifs et de leur fréquence.

59L’emploi de petits mamelons et de décors excisés se limite aussi à la fourchette chronologique Bronze final-Hallstatt C. D’autres sont spécifiques du Hallstatt C-D1, en particulier les gros points estampés ou imprimés disposés en registres. À partir du Hallstatt D2, les cordons jusqu’alors situés à la pliure du col, vont, suite à l’effacement de cette angulation, descendre et orner la panse. C’est à cette période qu’apparaissent également les croisillons incrustés de pâte blanche ; ils constitueront, avec le peigne et l’engobe grossier rugueux, les rares modes décoratifs en usage au Hallstatt D3 et à La Tène A. L’appauvrissement du corpus décoratif est considérable et n’est compensé que par les cannelures qui se développent sur les productions tournées : cannelures fines pour les productions du Hallstatt D3, cannelures larges pour celles de La Tène ancienne.

60Quels que soient les limites et le caractère provisoire que présente cette étude de quelques sites alsaciens, on peut tenter d’évaluer les acquis de cette présentation, en replaçant les considérations régionales dans une perspective plus large. Parallèlement aux progrès de la recherche sur la typochronologie de la céramique protohistorique dans les régions voisines (Bade-Wurtemberg, Suisse, Franche-Comté), on dispose maintenant pour l’Alsace d’ensembles inégalement abondants, mais qui couvrent toute la séquence chronologique entre le Bronze final III et le début de La Tène, et fournissent la possibilité de mettre en évidence, comme nous avons tenté de le faire, un schéma général d’évolution. Plusieurs de ces sites offrent, par ailleurs, des associations de matériel céramique avec du mobilier métallique (Wolfgantzen, Brumath), qui facilitent l’ancrage chronologique des évolutions constatées.

61On peut considérer que, dès à présent, l’étude des ensembles alsaciens permet d’apporter une contribution sur plusieurs points cruciaux, tels que le passage du BF III au Ha C, la distinction, parfois difficile, des faciès Ha C et Ha D1, ou la transition Hallstatt/La Tène. L’étude du matériel de Colmar-Diaconat autorise Ch. Maise à proposer une périodisation fine du BF IIIb. La comparaison entre plusieurs ensembles datés globalement du Ha C permet à S. Mentele de souligner l’existence d’une phase ancienne et d’une phase plus récente, dans la continuité des récentes recherches sur le Pays de Bade, où Ch. Maise (2001) s’est efforcé à la fois de définir une évolution interne du Ha C, et des critères distinctifs permettant d’isoler une phase Ha D1. Nous avons souligné aussi, à mesure des publications de sites, un accroissement du corpus de la céramique tournée, pour le Ha D3 (Wolfgantzen) et LT A (Rosheim « Mittelweg », Pfulgriesheim), donnée qui, combinée à celles qu’apportent les régions voisines, permettra certainement une nouvelle approche de ce phénomène.

Bibliographie

Bibliographie

Adam A.-M., 1988a, « Le site de Strasbourg aux Âges des métaux », in : - 12 aux origines de Strasbourg, Strasbourg, éd. des musées de la ville de Strasbourg, p. 19-31.

Adama.-M., 1988b, « Strasbourg Schiltigheimer Matt », in : - 12 aux origines de Strasbourg, Strasbourg, éd. des musées de la ville de Strasbourg, p. 122-123.

Adam A.-M., Lasserre M., 1996, « Le site archéologique du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : premiers résultats des fouilles 1994-1995 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXIX, p. 35-48.

Adam A.-M., Lasserre M., 2001, « La butte du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : un habitat fortifié de la fin du Bronze final, fouille 1994 à 1999 », B.S.P.F., t. 98, fasc. 2, p. 311-324, 8 fig.

Bakaj B., 1999, « Illfurth ‘Hammen’ », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1997, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 43-44.

Baudoux J., 1996, « Deux fosses de la fin du Bronze final, chemin du Cuivre à Strasbourg-Koenigshoffen », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXIX, p. 23-34, 4 fig.

Baudoux J., 1999a, « Rosheim ‘Rosenmeer 2’ », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1995, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 35.

Baudoux J., 1999b, « Rosheim ‘Rosenmeer’ », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1996, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 34-35.

Bauer I., 1988, « Das Verzierungsprinzip der Alb-Salem Keramik », Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, t. 71, p. 107-121.

Blanc E., 1994, Untersuchungen zur Frage der Hallstatt-C zeitlichen Keramik im Elsass anhand der Siedlung Rosheim ‘Sandgrube’ (Bas-Rhin), Magisterarbeit zur Erlangung des Magister Artium der Philosophischen Fakultäten der Albert-Ludwigs-Universität zu Freiburg i. Br., 2 vol. : 55 p., 69 pl.

Bonnet Ch., 1972, « Compléments à la carte archéologique de la région de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XVI, p. 57-74, 10 fig.

Bonnet Ch., 1973, « Une station d’altitude de l’époque des Champs d’Urnes au sommet du Hohlandsberg », B.S.P.F., t. 70, fasc. Études et Travaux, p. 455-478.

Bonnet Ch., 1974, « Un nouvel aperçu sur la station d’altitude de Hohlandsberg, Wintzenheim (Haut-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XVIII, p. 33-50, 12 fig.

Bonnet Ch., Jehl M., 1960, « Habitats pré- et protohistoriques à Gundolsheim-Merxheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. IV, p. 27-43, 8 fig.

Bonnet Ch., Plouin-Mantzer S., 1979, « Complément à la carte archéologique du Haut-Rhin (région colmarienne), 3e partie : les nouveaux sites pré- et protohistoriques », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXII, 1979, p. 5-21.

Bonnet Ch., Plouin S., Lambach F., 1985, « Linsenbrunnen II, un nouveau secteur de la station d’altitude de Hohlandsberg (commune de Wintzenheim, Haut-Rhin) », B.S.P.F., t. 82, fasc. 10-12, p. 449-509.

Bonnet Ch., Plouin S., Lambach F., 1990, « Colmar, route de Rouffach : un site pré- et protohistorique d’importance. IIIe partie : le site protohistorique de Colmar-Sud », R.A.E., t. 41, fasc. 1, p. 7-34, 21 fig.

Derville H., 1953, « Fond de cabane hallstattien de Kienheim (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, n° 133, p. 67-72, 1 fig., 1 pl.

Dumont A., Tegel W., Treffort J.-M., 2000, « Neue dendrochronologische Datierungen hallstattzeitlicher Hölzer aus Hattstatt ‘Ziegelscheuer’ im Elsass », Nachrichtenblatt Arbeitskreis Unterwasserarchäologie, t. 7, p. 84-88.

Forrer R., 1915, « Ein Hallstatt-Töpferofen bei Marlenheim-Fessenheim », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, n° 23-24, p. 504-509.

Forrer R., 1923, « Nouvelles découvertes et acquisitions du musée préhistorique et gallo-romain de Strasbourg », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, t. 13- 17, n° 53-56, p. 88-124.

Forrer R., Goehner Ch., Amiet P., 1936, « Les palafittes préhistoriques à radeaux flottants et fixes de la Schiltigheimermatt à Strasbourg », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, n° 101-104, p. 1-56.

Hamm E., 2002, « Westhouse ‘Altmatt’ », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1998, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 58.

Hamm E., Lasserre M., 1996, Hindisheim « Borot », rapport de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 15 p.

Hatt J.-J., 1952 « Découverte à Achenheim d’un four de potier de la période des Champs d’Urnes », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, n° 132, p. 49-53.

Hatt J.-J., 1958, « Informations archéologiques. Circonscription d’Alsace : Krautergersheim, Cronenbourg », Gallia, t. XVI, 2, p. 342.

Heintz G.-F., 1953, « Observations archéologiques à Achenheim-Bas de 1936 à 1952 », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, n° 133, p. 53-66, 10 pl.

Heintz G.-F., 1957, « Observations archéologiques faites dans la sablière Zimmer à Lingolsheim (anciennes sablières Fischer et Schott) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. I, p. 7-15.

Heintz G.-F., 1964, « Observations archéologiques à Achenheim-Bas de 1953 à 1963 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. VIII, p. 55- 70.

Henning R., 1895, « Neuere Funde aus dem Elsass. I. Die Grabhügel zwischen Hatten und Seltz », Bull. de la Soc. pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace, 2ème série, t. XVII, p. 1-33.

Henning R., 1902, « Elsässische Grabhügel. II. Tumulus 20 des Brumather Waldes », Bull. de la Soc. pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace, 2ème série, t. XX, p. 352-357.

Henning R., 1912, Denkmäler der elsässischen Altertumssammlung Strassburg, Strasbourg, 529 p.

Jehl M., Bonnet Ch., 1959, « Fouilles et trouvailles dans la région de Rouffach », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. III, p. 25-38.

Jehl M., Bonnet Ch., 1961, « Fouilles protohistoriques et romaines dans la région de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. V, p. 35- 53.

Jehl M., Bonnet Ch., 1962, « Fouilles et trouvailles dans la région de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. VI, p. 13-35.

Jehl M., Bonnet Ch., 1968, « Un potier de l’époque des Champs d’Urnes au sommet du Hohlandsberg », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XII, p. 5-30.

Jehl M., Bonnet Ch., 1970, « Compléments à la carte archéologique de la banlieue sud de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XIV, p. 55-69, 12 fig., 1 pl.

Jeunesse Ch., 1996, « Meistratzheim ‘Foegel’ », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1994, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 26.

Jeunesse Ch., Méniel P., Röder B., 1993, L’habitat de La Tène ancienne de Rosheim ‘Mittelweg’ (Bas-Rhin) : fouilles 1992, Riedisheim, 160 p., ill. (1er suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace – Monographie d’Archéologie Alsacienne, 1).

Jeunesse Ch., Stahl R., 1994, « Rosheim Lotissement Sainte-Odile », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1991, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 26.

Jeunesse Ch., Voegtlin Ch., Arbogast R.-M., Forrières C., Méniel P., 1988, « Le secteur de Bruebach-Zimmersheim-Eschentzwiller-Habsheim : étude d’une micro-région, VI. Bruebach ‘Rennwasen’ et Bruebach ‘Auf dem Burner’ (Haut-Rhin). Deux habitats hallstattiens avec restes d’activités métallurgiques », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 4, p. 75-102.

Keller M., 1999, « Strasbourg ‘43 rue Kageneck’ », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1996, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 39.

Klag Th., 1999, La céramique de la phase moyenne du Bronze final en Lorraine : étude typo-chronologique de la céramique d’habitat (du 12e siècle au 10e siècle av. J.-C.) dans la vallée de la Moselle de Nancy à Thionville, Mémoire de maîtrise, université de Bourgogne, 137 p.

Knecht J., 1932, « Refugium der Hallstattzeit auf dem Britzgyberg bei Illfurth », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, n° 85-92, p. 8-10.

Koenig M.-P., 1985, La parure au premier Âge du Fer : la collection du Musée archéologique de Strasbourg, Mémoire de maîtrise, Strasbourg, Université des sciences humaines, 2 vol., 252 p., ill. et 409 p., ill.

Koenig M.-P., 1988, « Mundolsheim-Hausbergen », in : - 12 aux origines de Strasbourg, Strasbourg, éd. des musées de la ville de Strasbourg, p. 125.

Koenig M.-P., Legendre J.-P., Méniel P., 1990, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim ‘Bruechel’ (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 41, fasc. 2, p. 247-274, 13 fig.

Kuhnle G., Tesnier-Hermetey C., Plouin S., Thurnheer Ch., Maise Ch., 2000, « L’habitat hallstattien D2/D3 de Wolfgantzen (Haut-Rhin) : une occupation de plaine face à Breisach », R.A.E., t. 49-1998, p. 135-181.

Lack J., Lack B., Plouin S., Voegtlin Ch., 1991, « Le site hallstattien de Morschwiller-le-Bas, ‘Simlisberg’ (Haut-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 7, p. 101- 111, 5 pl.

Lasserre M., 1993, « Note sur une fosse hallstattienne fouillée à Entzheim-Sellit (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXVI, p. 52-54.

Lasserre M., 2003, « Un puits du Hallstatt C à Lingolsheim ‘les Sablières modernes’ (Bas-Rhin) », in : Plouin S., Jud P. dir., Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’Âge du Fer, Actes du XXe colloque A.F.E.A.F., Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996, Dijon, p. 39-48 (20e suppl. à la R.A.E.).

Le Meur N., 2002, « Reichstett-Mundolsheim-Souffelweyersheim rue Ampère », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1998, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 30.

Maise Ch., 2001, « Zur Untergliederung der Stufe Ha C/D1 im Breisgau », Fundberichte aus Baden-Württemberg, t. 25, p. 389-461.

Mentele S., 1999, « Inventaire et étude de la céramique et des fibules protohistoriques », in : Cantrelle S., Habsheim (68) Lotissement ‘Le Lobélia’, DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace / Nancy, AFAN Grand-Est, p. 47-63.

Mombert M., 1995, « Westhouse ‘Ziegelhof’ », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1993, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 46.

Morlet G. de, 1863, « Note sur les tumuli de la forêt de Brumath », Bull. de la Soc. pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace, t. 2, 1, p. 200-201.

Morlet G. de, 1865, « Les cromlech’s de Mackwiller », Bull. de la Soc. pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace, t. 2, 3, p. 81-92.

Meunier C., 1999, « Eguisheim RD 83/RD », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1997, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 38-39

Nilles R., 1999, « Illfurth ‘Hammen’ », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1995, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 59.

Normand B., 1973, L’Âge du Fer en Basse-Alsace, Strasbourg, Publ. de la Soc. Savante d’Alsace et des Régions de l’Est, 140 p., 12 cartes, 26 pl. (Coll. Recherches et Documents, XIV).

Pétry F., 1980 « Informations archéologiques. Circonscription d’Alsace : Brumath », Gallia, t. 38, fasc. 2, p. 445-446.

Piningre J.-F., 1988, « Le groupe Rhin-Suisse-France orientale en Alsace : genèse et évolution ». in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 179-191 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Plouin S., 1983, « Céramique : époque hallstattienne », in : Encyclopédie de l’Alsace, t. 3, p. 1410-1413, 4 pl.

Plouin S., 1989, L’Alsace celtique : 20 ans de recherches, Catalogue d’exposition, Colmar-Haguenau-Mulhouse 1989-1990, Colmar, éd. d’Alsace, 120 p.

Plouin S., 1995, « Archéologie préventive et aménagement du territoire : les résultats de l’opération menée à Colmar-Houssen en 1994 sur le site de la future zone de loisirs », Mémoire colmarienne, n° 58, p. 6-9.

Plouin S., Lambach F., Piningre J.-F., Bonnet Ch., 1986, « Un tertre à palissade : le tumulus 21 de Mussig (Bas-Rhin) », R.A.E., t. XXXVII, fasc. 1-2, p. 3-22, 15 fig.

Plouin S., Zehner M., 2003, « Le site protohistorique de Colmar-Houssen : présentation générale, la céramique du Hallstatt C et la céramique de La Tène finale ». in : Plouin S., Jud P. dir., Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’Âge du Fer, Actes du XXème colloque AFEAF, Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996, Dijon, p. 89-98 (20e suppl. à la R.A.E.).

Ring M. de, 1859-1870, Tombes celtiques d’Alsace, Strasbourg, 4 vol.

Ring M. de, 1858, « Les tombes celtiques de la forêt communale d’Ensisheim et du Hübelwaeldele », Bull. de la Soc. pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace, I, 2, p. 235-259.

Röder B., 1993, « Die Funde », in : Jeunesse Ch., Méniel P., röder B., L’habitat La Tène ancienne de Rosheim ‘Mittelweg’Bas-Rhin : fouilles 1992, p. 21-129 et 153- 159 (1er suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace).

Röder B., 1995, Frühlatènekeramik aus dem Breisgau : ethnoarchäologisch und naturwissenschaftlich analysiert, Stuttgart, K. Theiss, 258 p., 68 pl. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 30).

Röder B., Blanc E., 1995, « Deux nouveaux habitats hallstattiens à Rosheim (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXVIII, p. 55-68, 15 fig.

Rychner V., 1979, L’Âge du Bronze final à Auvernier (lac de Neuchâtel, Suisse) : typologie et chronologie des anciennes collections conservées en Suisse, Lausanne, 166 p., 137 pl., 42 fig. (Cahiers d’Archéologie Romande, 15 et 16).

Sainty J., 1990, Wolfisheim (Bas-Rhin) : rapport de fouille 1990, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 69 p., dactylographié.

Sainty J., 1994, « Colmar, rue Balzac », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1992, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 39.

Sainty J., 1996, « Colmar, 16 rue des Aulnes », in : Bilan scientifique régional d’Alsace, 1994, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, S.R.A. d’Alsace, p. 46.

Sainty J., Jeunesse Ch., Schneider M.-L., Rapp J., 1974, « Découverte de deux fours de potiers de l’époque hallstattienne à l’ouest de Strasbourg », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XVIII, p. 13-22.

Sauer C., 1957, « Trouvailles d’un fond de cabane hallstattien entre Eckbolsheim et Wolfisheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. I, p. 16.

Schaeffer C.F.A., 1930, Les tertres funéraires préhistoriques dans la forêt de Haguenau, T. II : Les tumulus de l’Âge du Fer, Haguenau, Publ. du Musée de Haguenau, 332 p., 191 fig., 30 pl.

Schnitzler B., 1994, Âge du Bronze, Âge du Fer : la Protohistoire en Alsace, Strasbourg, éd. des musées de la ville de Strasbourg, 107 p. (Coll. du musée archéologique, 3).

Schnitzler B., Sainty J., 1992, Wolfisheim, un village de l’Âge du Fer, Catalogue d’exposition, Wolfisheim, 14-27 sept. 1992 / Musée de Strasbourg, 8 oct. 1992- 31 mars 1993, Strasbourg, éd. des Musées de la ville de Strasbourg, 59 p. (Fouilles récentes en Alsace, 1).

Schweitzer J., 1989, « L’oppidum hallstattien du Britzgyberg d’Illfurth », in : Plouin S. dir., L’Alsace celtique : 20 ans de recherches, Catalogue d’exposition, Colmar-Haguenau-Mulhouse 1989-1990, Colmar, éd. d’Alsace, p. 64-67.

Schweitzer J., 1997, « L’oppidum du Britzgyberg et le faciès hallstattien dans le Horst de Mulhouse », in : Brun P., Chaume B. dir., Vix et les éphémères principautés celtiques, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 1993, Paris, éd. Errance, p. 57-66.

Schweitzer R., 1971, « Découverte de tessons attiques à figures noires au Britzgyberg près d’Illfurth », Bull. du musée historique de Mulhouse, t. 79, p. 39-44.

Schweitzer R., 1973, « Le Britzgyberg, station du Hallstatt », Bull. du Musée Historique de Mulhouse, t. 81, p. 43-64.

Spindler K., 1973, Magdalenenberg III : der hallstatt-zeitliche Fürstengrabhügel bei Villingen im Schwarzwald, Villingen, Neckar Verlag, 67 p.

Stieber A., 1962, « Station hallstattienne de Mundolsheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. VI, p. 37-46.

Thévenina., 1971, « Une fosse de La Tène I à Rosheim, canton de Molsheim (Bas-Rhin) », B.S.P.F., t. 68, fasc. 4, p. 121-127.

Treffort J.-M., Dumont A., 2000, Merxheim ‘Trummelmatten’, DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace / Nancy, AFAN Grand-Est, 65 p.

Treffort F.-M., Le Meur N., 2000, Reichstett – Mundolsheim – Souffelweyersheim (67) (‘RMS’), ‘Rue Ampère’. T. VI : Périodes protohistoriques, DFS de Sauvetage, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace / Nancy, AFAN Grand Est, 90 p., 83 fig.

Voegtlin Ch., 1991, « Des silos laténiens à Bruebach et Zimmersheim (Haut-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 7, p. 135-144.

Voegtlin Ch., Schweitzer J., 1989, « Un habitat de La Tène ancienne à Zimmersheim ‘Knabenboden’ », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 5, p. 205-216.

Waton M.-D., Nilles R., Baudoux J., 1998, « De la préhistoire à l’époque gallo-romaine en l’Île Verte à Strasbourg (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XLI, p. 25-42.

Wolf J.-J., 1968, « Découvertes archéologiques récentes au Sud d’Habsheim », Bull. du Musée historique de Mulhouse, t. 76, p. 5-23.

Wolf J.-J., 1989, « L’établissement de La Tène finale de Sierentz (Haut-Rhin) », in : Plouin S. dir., L’Alsace celtique : 20 ans de recherches, Catalogue d’exposition, Colmar-Haguenau-Mulhouse 1989-1990, Colmar, éd. d’Alsace, p. 111-112.

Zehner M., 2001, Hatten, zone industrielle lieu-dit Rothsmatt (Bas-Rhin), DFS de fouille de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace.

Notes

1 Nous tenons à remercier chaleureusement Suzanne Plouin et Gertrud Kuhnle pour la relecture critique de cet article, de même que Marina Lasserre pour les renseignements précieux qu’elle nous a fournis.

2 D’après le dépouillement des bilans scientifiques d’Alsace de 1991 à 1998.

3 Les autres ensembles sont d’une portée plus limitée. Il s’agit d’une fosse à Lingolsheim (Heintz, 1957, pl. 4) et à Eckbolsheim (Sauer, 1957). À cet inventaire, Ch. Maise (ce volume) ajoute la fosse 79 d’Achenheim (Heintz, 1953, pl. 7).

4 Pour les découvertes d’Eguisheim « RD 83/RD 14 » (Meunier, 1999) et de Strasbourg « 43 rue Kageneck » (Keller, 1999) comme pour certains ensembles de Rosheim « Bischenabwand » et « Sandgrube » (Röder, Blanc, 1995, fig. 4 et 12), il s’avère difficile de définir si le mobilier se rattache encore au Bronze final IIIb ou déjà au Hallstatt C.

5 Dans toute cette étude, les formes perdurant sans changement notable du Bronze final à la fin du Hallstatt ne seront pas évoquées. On pense en particulier aux jattes hémisphériques, aux jattes à encoches et aux récipients servant à la cuisson ou au stockage. Il en est de même de quelques pièces exceptionnelles pour lesquelles nous renvoyons le lecteur à la publication détaillée des gisements.

6 D’autres ensembles moins bien documentés peuvent être cités pour le Hallstatt C : des fours de potier à Mundolsheim et à Rosheim (Sainty et alii, 1974), un épandage à Strasbourg « rue Sainte-Marguerite et de Molsheim » (Waton et alii, 1998, p. 36, pl. VI), des fosses à Gundolsheim et Rouffach « Gallbuhl » (Jehl, Bonnet, 1959), à Merxheim « Zapfenloch » (Bonnet, Jehl, 1960), à Mundolsheim (Stieber, 1962), à Colmar (Jehl, Bonnet, 1970 ; Bonnet et alii, 1990, fig. 16, E22 ; Sainty, 1996), à Wolfisheim « Westermatt » (St 14, 15 et 55) (Sainty, 1990), à Rosheim lotissement « Sainte-Odile » (Jeunesse, Stahl, 1994) et à Hindisheim « Borot » (Hamm, Lasserre, 1996).

7 Quelques prémices sont perceptibles dès le Bronze final IIIb au Hohlandsberg par exemple (Bonnet, 1974, fig. 7B n° 2).

8 Les associations observées sont les suivantes : peinture rouge/cannelures, peinture rouge/impressions, peinture rouge/graphite/cannelures, graphite/cannelures/impression/pâte blanche.

9 Ensembles attribués par S. Mentele au Ha D1 à Brumath : St 1009, 1013, 1016, 1018, 2001, 2005 et 2016. On serait toutefois enclin à attribuer la fosse 2005 au Ha D2 compte tenu de la présence de coupes à profil bien sinueux.

10 Ensembles attribués par S. Mentele au Ha D2 à Brumath : St 1020, 1022, 2002, 2015 et 2017. La valeur chronologique du mobilier métallique est discutable dans l’ensemble 2002. Si la trousse de toilette et les épingles à tête massive semblent anciennes au sein du Ha D, les formes céramiques, elles, sont bien typiques du Ha D2.

11 On évoquera les structures interprétées comme des « fonds de cabane » à Entzheim « sablière Oesch » (Normand, 1973, p. 82 et pl. XIV-XV ; Koenig et alii, ce volume), un silo à Bruebach « Rennwasen am Rotlaubweg » (Voegtlin, 1991, p. 135 ; Koenig et alii, ce volume) et à Zimmersheim « Knabenboden » (Voegtlin, 1991, p. 137 ; Koenig et alii, ce volume), ainsi qu’une trentaine de fosses à Hatten « Rothsmatt » (Zehner, 2001), une structure à Westhouse « Altmatt » (Hamm, 2002), probablement les fosses 19 et 22 de Rosheim « Sandgrube » (Röder, 1995, p. 200 ; Koenig et alii, ce volume) et quelques tessons ramassés lors de prospections à Meistratzheim « Foegel » (Jeunesse, 1996).

12 Une telle caractéristique s’observe encore en contexte La Tène B à Habsheim (Wolf, 1968).

13 À partir des inventaires établis par A. Thévenin (Thévenin, 1971), B. Normand (Normand, 1973), J.-J. Wolf (Wolf, 1989) et B. Röder (Röder, 1995), il est possible d’établir la liste des habitats de La Tène ancienne découverts avant 1990. Pour le Bas-Rhin : Achenheim, Erstein, Hausbergen, Hautepierre, Lampertheim, Mommenheim, Reichstett, Rosheim, Schwindratzheim, Stutzheim, Uttenhoffen et Vendenheim. Pour le Haut-Rhin : Brinckheim, Bruebach, Brunstatt, Colmar, Habsheim, Illfurth, Illzach, Landser, Mulhouse, Pfaffenheim, Rantzwiller, Riedisheim, Sierentz, Wittenheim et Zimmersheim. Le dépouillement des bilans archéologiques d’Alsace (1991-1998) permet aujourd’hui de compléter cette liste par quelques découvertes récentes (cf. infra).

14 Cette identification demeure incertaine, d’autant que les couvercles sont rares en contexte laténien (Röder, 1995, p. 201). Il pourrait tout aussi bien s’agir d’une anse fixée sur la panse d’un récipient, mais là aussi, les comparaisons manquent.

15 Une telle démarche a par exemple été suivie pour cerner l’évolution de la céramique du Bronze final en Lorraine et a débouché sur un phasage extrêmement fin s’articulant autour de 8 horizons successifs (Klag, 1999).

16 Les urnes à col quille se rencontrent encore dans certains ensembles du Ha D1. On évoquera par exemple les tombes 68 et 78 de Magdalenenberg à Villingen (Spindler, 1973, pl. 22 et 43).

17 Les jattes munies d’une carène haute ou basse semblent également disparaître au Hallstatt D3 ; leur nombre reste cependant limité du Hallstatt C au D2.

18 La valeur chronologique des pieds en forme d’anneau est difficile à apprécier. Tout au plus peut-on noter leur absence au Bronze final. Ils seront à partir de La Tène bien représentés sur les formes tournées.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Formes caractéristiques du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 2. Évolution des formes et décors significatifs du Bronze final IIIb à La Tène A en Alsace. X : présent ; x : a priori rare ; x ? : identification incertaine ;(x) : probablement intrusif.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search