Version classiqueVersion mobile

Recherches de Protohistoire alsacienne

 | 
Anne-Marie Adam

Évolution de la céramique de la fin du Hallstatt en Alsace : expertise de quatre gisements situés au Sud-Ouest de Strasbourg

Marie-Pierre Koenig, Gertrud Kuhnl et Christian Maise

Résumé

Les découvertes récentes mises au jour à Holtzheim complètent la documentation recueillie ces dernières années au sud-ouest de Strasbourg à Geispolsheim, Rosheim « Sandgrube » et Rosheim « Mittelweg ». L’abondant mobilier que ces quatre gisements ont livré donne aujourd’hui matière à une réflexion approfondie sur la céramique s’échelonnant entre le Ha D et La Tène A (définition des types, analyse des assemblages, étude comparative, chronologie, relations culturelles). Afin de valider ces propositions, un corpus des principaux gisements de la fin du Hallstatt en Basse-Alsace, Haute-Alsace et dans le Breisgau a été élaboré (annexe).

Texte intégral

Introduction

1Les fouilles récentes réalisées sur la commune de Holtzheim (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume) portent aujourd’hui au nombre de quatre les gisements découverts dans une micro-région située sur des terrasses lœssiques, au sud-ouest de Strasbourg (fig. 1).

2Outre Holtzheim, il s’agit des gisements de Geispolsheim (Koenig et alii, 1990), Rosheim « Sandgrube » (Jeunesse, 1993a ; Röder, Blanc, 1995) et Rosheim « Mittelweg » (Jeunesse, 1993b ; Blanc, 1994 ; Röder, Blanc, 1995). S’échelonnant entre le Ha D et La Tène A, l’abondant mobilier qu’ils ont livré donne aujourd’hui matière à une réflexion approfondie sur cet horizon en Alsace.

  • 1 Nos plus vifs remerciements vont à Bernadette Schnitzler, conservatrice du musée archéologique de S (...)

3Il a cependant été diversement appréhendé dans la mesure où la céramique de Geispolsheim et de Holtzheim a été reconsidérée à partir des pièces originales et d’un décompte exhaustif1, tandis que celle des deux gisements de Rosheim n’a été abordée que par le biais des dessins existants, le matériel original n’ayant pu être expertisé. Devant l’impossibilité d’effectuer des statistiques à partir de deux approches aussi diamétralement opposées, le parti a donc été pris de proposer quelques tendances évolutives, en comparant les formes dessinées.

Fig. 1. Localisation des quatre gisements (fond de carte d’après Livet, Rapp dir., 1980, pl. I). 1, Holtzheim « Am Schluesselberg » ; 2, Geispolsheim « Bruechel » ; 3, Rosheim « Mittelweg » ; 4, Rosheim « Sandgrube ».

Fig. 1. Localisation des quatre gisements (fond de carte d’après Livet, Rapp dir., 1980, pl. I). 1, Holtzheim « Am Schluesselberg » ; 2, Geispolsheim « Bruechel » ; 3, Rosheim « Mittelweg » ; 4, Rosheim « Sandgrube ».

4Le mobilier a tout d’abord été traité dans sa globalité, afin de proposer une première définition typologique des formes en présence (au total quatorze types dont les quatre premiers se déclinent en diverses variantes). À ce niveau de l’analyse, il n’a pas été jugé pertinent d’aborder l’étude des décors au vu de la rareté de leurs types.

  • 2 Il s’agit en particulier des gisements de Brumath « Lotissement Édouard Manet » (Bas-Rhin) (Guillau (...)

5Chacun des quatre gisements a ensuite été présenté, en insistant sur la fréquence et l’originalité des formes et décors constituant leurs corpus respectifs. Afin d’élaborer une chronologie relative de ces ensembles, cette étude a été affinée en prenant en compte l’évolution et la répartition de certaines formes spécifiques, le choix des thèmes décoratifs et la progression métrique des récipients. Pour ce faire, d’autres gisements de Haute et Basse-Alsace2, comme de la région du Brisgau ont été étudiés à titre comparatif ; ils sont présentés en annexe.

6Quelques parallèles avec des régions plus périphériques (est de la France, Suisse, Palatinat, Wurtemberg) se sont également révélées indispensables pour affiner cette recherche.

Définition des types

Type 1. Jattes/écuelles en céramique fine

7La distinction entre jattes et écuelles n’est pas toujours aisée à opérer. Elle repose sur des critères métriques (diamètre, rapport diamètre/hauteur) et morphologiques (profil des parois), ces divers paramètres étant intimement liés. Ainsi les jattes ont un profil plus ou moins hémisphérique et une certaine profondeur, tandis que les écuelles présentent des parois plus évasées et rectilignes, et accusent de ce fait une plus faible profondeur (Balfet et alii, 1983).

8On comprendra dès lors que dans le vocabulaire habituellement employé par les protohistoriens, le terme écuelle est généralement utilisé pour le Bronze final, par référence aux nombreuses formes à parois tronconiques fortement évasées (Rychner, 1979), alors que pour les premier et second Âges du Fer, c’est le terme générique de « jatte » qui semble le plus usité (Bonnet et alii, 1990, fig. 21 ; Dartevelle, 1992, fig. 36). Mais il va de soi que tous les intermédiaires entre ces deux types existent et qu’il est dès lors impossible d’en fixer précisément les limites. Par ailleurs, dans les ensembles sélectionnés pour cette étude, le taux de fragmentation ne facilite pas toujours une telle distinction.

9Les jattes sont le plus souvent réalisées en céramique fine, à dégraissant fin, voire invisible, les surfaces étant bien lissées mais exceptionnellement lustrées. Ces modèles ne sont jamais décorés. Il s’agit de formes ouvertes simples. Leur diamètre varie entre 7 et 40 cm, avec deux pics de fréquence, l’un autour de 20/21 cm tous sous-types confondus, l’autre autour de 28/30 cm pour les jattes à bord rentrant exclusivement. Lorsqu’elle est conservée, la partie inférieure du récipient est soit franchement tronconique, soit plus arrondie, et le fond est plat. Dans certains cas cependant le degré de fragmentation exclut une telle distinction et la partie inférieure demeure indéterminée. Une classification typologique plus fine repose par conséquent sur la partie haute du récipient avec laquelle se confond généralement le bord. Plusieurs sous-types et variantes ont été identifiés.

Jattes à bord droit (sous-type 1-1) (fig. 2, n° 1 ; fig. 3, nos 1-2 ; fig. 5, n° 1 ; fig. 6, n° 1)

10Elles se caractérisent par un bord plus ou moins vertical, dans le prolongement de la panse dont le profil est généralement hémisphérique, occasionnellement tronconique. Il se termine par une lèvre généralement arrondie, plus rarement en bourrelet ou à biseau interne.

Jattes à profil rentrant (sous-type 1-2)

11Ce sous-type regroupe toutes les jattes dont la partie supérieure ou le bord sont rentrants. Tous les degrés de courbure ont été observés depuis celles se dessinant progressivement sur toute la partie supérieure du vase, jusqu’à celles se limitant plus ou moins à son extrémité, à savoir le bord. Dans l’ensemble, ces jattes sont pourvues d’une lèvre arrondie ou biseautée.

12Trois variantes ont été distinguées :

  • pour les jattes à partie supérieure rentrante (variante 1-2-1 : fig. 2, n° 2 ; fig. 3, nos 3-4 ; fig. 5, n° 2 ; fig. 6, n° 2), c’est toute la partie supérieure qui progressivement se rétrécit, affectant un tracé le plus souvent curviligne. Ceci leur confère une forme plus ou moins bitronconique, la partie supérieure étant toujours moins développée que la partie inférieure ;

  • sur les jattes à bord rentrant (variante 1-2-2 : fig. 3, n° 5 ; fig. 5, n° 3 ; fig. 6, n° 3), le caractère rentrant du profil se limite à leur extrémité ;

    • 3 Pour un petit pourcentage de récipients en céramique fine, il est délicat de définir s’il s’agit de (...)

    enfin les jattes à bord rentrant sinueux (variante
    1-2-3 : fig. 3, n° 6 ; fig. 5, n° 4) constituent une variante particulière où le bord rentrant présente alors une légère concavité sur sa face externe et parfois une lèvre épaissie3.

13Les variantes 1.2.2 et 1.2.3 ont majoritairement une partie inférieure tronconique.

Type 2. Jattes de facture grossière (fig. 2, nos 3-4 ; fig. 3, nos 7-8 ; fig. 5, n° 5 ; fig. 6, n° 4)

14Contrairement aux précédentes, ces jattes sont confectionnées à partir d’une pâte plus grossière, dont le dégraissant peut être d’un certain calibre. Leurs parois n’ont subi qu’un lissage sommaire. Les spécimens suffisamment bien conservés laissent à penser que leur diamètre est assez variable (de 16 à 52 cm) et que leur hauteur reste dans l’ensemble relativement réduite. Le profil varie de la forme tronconique à celle plus galbée en calotte. En raison de leur irrégularité, la forme des lèvres ne s’avère pas pertinente ; elles se présentent sans ou avec digitations.

  • 4 À Wolfgantzen (Haut-Rhin), encoche et digitations apparaissent simultanément sur une forme interpré (...)

15Autre particularité de ces jattes, mais cette fois d’ordre fonctionnel, la présence d’encoches4. Elles sont réalisées par simple pression du doigt dans la pâte encore molle puis égalisation de la surface afin qu’aucun bourrelet de pâte ne subsiste. Il est généralement admis que ces encoches sont multiples (par exemple à Brumath, cf. Mentele, Plouin, ce volume), toutefois le corpus étudié ne permet pas de le vérifier ici.

Type 3. Coupes

16Les coupes sont des récipients ouverts qui se distinguent des jattes par un profil plus ou moins complexe, marqué soit par une courbe plus ou moins sinueuse, soit par une carène. Comme on le verra, la limite entre jatte et coupe n’est pas toujours aisée à fixer. D’ailleurs, dans la typologie allemande, les termes « Schüsseln » et « Schalen » sont souvent employés pour caractériser des profils analogues (Fort-Linksfeiler, 1978, 1989). En fait, le terme « coupe » est improprement employé si l’on en juge par la classification proposée par Hélène Balfet et ses collaboratrices (Balfet et alii, 1983, p. 13) qui attribuent cette terminologie aux seuls récipients munis d’un piédestal. Il a néanmoins été conservé dans la présente typologie, ceci afin de respecter une dénomination fréquemment utilisée dans les travaux relatifs au premier Âge du Fer dans l’est de la France (Bonnet et alii, 1990, fig. 21 ; Koenig et alii, 1990 ; Feugère, Guillot, 1986, p. 170, fig. 12, nos 8-9).

17Le diamètre d’ouverture de ces coupes varie entre 9 et 25 cm, la plus forte fréquence étant atteinte à 14 cm. La partie inférieure de ces récipients présente les mêmes caractéristiques que celles énoncées pour les jattes, à savoir tronconique (fig. 5, nos 7-8) ou arrondie (fig. 2, n° 6 ; fig. 5, n° 6). Seul un exemplaire complet muni d’un pied creux est à noter (fig. 3, n° 15) ; cependant quelques pieds isolés indiquent que leur présence n’est pas exceptionnelle (Kuhnle et alii, 2000, fig. 27, n° 23). Les coupes sont toujours réalisées en céramique fine, à dégraissant fin, voire invisible. Les surfaces sont bien lissées et souvent soigneusement lustrées. Si quelques spécimens sont à pâte claire, la plupart affectent, comme les jattes, des teintes sombres. Ces formes sont parfois décorées (graphite, peinture, incisions).

18Pour les coupes, ce n’est pas seulement la partie supérieure du vase qui a permis une classification en sous-types mais l’ensemble du profil, prenant en compte le degré de sinuosité de la panse, la présence ou non d’une carène.

Coupes à profil pansu (sous-type 3-1)

19Les coupes dont le profil est pansu sont toujours pourvues d’un petit bord bien marqué, qui est généralement éversé (fig. 3, n° 9 ; fig. 5, n° 6), occasionnellement vertical (fig. 3, n° 10) ou quasi oblique (fig. 2, n° 5). C’est sur ce type de forme qu’apparaissent des décors peints à Geispolsheim.

Coupes à profil faiblement sinueux (sous-type 3-2) (fig. 2, n° 6 ; fig. 3, n° 11)

20Ce sous-type correspond à des récipients pourvus d’un profil faiblement sinueux, se terminant par un petit bord éversé et une lèvre arrondie. Lorsque la partie inférieure est arrondie, ces coupes ne se distinguent des jattes (à partie inférieure arrondie) que par la légère courbure affectant leur extrémité qui individualise le bord. Par rapport au diamètre de la panse, le diamètre de l’ouverture peut être plus petit (partie supérieure rentrante), plus grand (partie supérieure évasée) ou identique (partie supérieure quasi verticale). Quelques exemplaires de Rosheim « Sandgrube » sont uniformément graphités.

Coupes à profil sinueux (sous-type 3-3)

21Il s’agit de tous les récipients à profil sinueux, dit également à profil en « S ». Suivant la courbure que suit le « S » à son extrémité, le bord est éversé, vertical ou légèrement rentrant ; la lèvre est dans la majeure partie des cas arrondie. On peut à nouveau observer des modèles à base arrondie ; toutefois ceux à base tronconique sont majoritaires. Deux variantes ont été distinguées selon l’absence (variante 3-3-1 : fig. 3, nos 12-14 ; fig. 5, n° 7 ; fig. 6, nos 5-6) ou la présence d’un épaulement marqué (variante 3-3-2 : fig. 3, nos 15- 17). Un seul exemplaire de la variante 3-3-1 de Geispolsheim est décoré de croisillons incisés.

Coupes carénées (sous-type 3-4)

22Ce dernier sous-type se caractérise par la présence d’une carène. La partie supérieure est généralement concave (variante 3-4-1 : fig. 5, nos 8-9), plus exceptionnellement verticale (variante 3-4-2 : fig. 3, n° 18). Lorsque la partie inférieure est conservée, son profil est toujours tronconique.

Type 4. Pots

23La catégorie des pots regroupe l’essentiel de la céramique dite grossière. Elle est confectionnée à partir d’une argile contenant un dégraissant souvent abondant et de fort calibre (chamotte, sable). Les surfaces sont généralement rugueuses, parfois « crépies » ou à l’opposé sommairement lissées. Dans de nombreux cas, un traitement plus soigné du bord a néanmoins été observé. Leurs teintes sont à dominante claire, variant du beige au rouge orangé, certains récipients pouvant être bigarrés. Ces récipients dont le diamètre moyen à l’ouverture oscille entre 17 et 20 cm ont été divisés en trois sous-types, bien qu’ici encore une limite franche entre les deux premiers sous-types s’avère difficile.

Pots à épaulement (sous-type 4-1) (fig. 2, n° 7 ; fig. 4, n° 1 ; fig. 5, n° 10)

24Ces pots à profil complexe sont dotés d’une épaule plus ou moins marquée. C’est sur cette forme que l’on retrouve le plus souvent les cordons digités ou incisés, disposés à la pliure du col. La lèvre peut être agrémentée de digitations.

Pots à profil plus ou moins ovoïde (sous-type 4-2) (fig. 2, n° 8 ; fig. 4, n° 2 ; fig. 5, nos 11-12 ; fig. 7, nos 1-2)

25Ce sous-type englobe un large éventail de profils au sein desquels deux variantes ont été distinguées. La première regroupe toutes les formes de profil ovoïde. Lorsque le bord peut être individualisé, il est vertical ou légèrement éversé dans la majorité des cas. La présence de digitations sur la lèvre y est aussi fréquente. En revanche, les cordons sont rares, plus volontiers remplacés par des lignes digitées ou incisées (variante 4-2-1 : fig. 4, n° 2).

26La seconde variante se caractérise par un profil presque bitronconique, la présence d’un bord nettement déjeté (toujours dépourvu de digitations) et un façonnage plus soigné (variante 4-2-2 : fig. 5, n° 12).

Pots à parois rectilignes (sous-type 4-3) (fig. 5, n° 13 ; fig. 7, n° 3)

27Il s’agit de pots à profil simple dont les parois rectilignes sont soit divergentes, soit parallèles. La lèvre peut être épaissie.

Type 5. Couvercles (fig. 2, n° 9 ; fig. 4, nos 3-4)

28Ce type a été bien identifié à Geispolsheim compte tenu de la présence d’exemplaires complets mais il va de soi qu’à l’état fragmentaire, la confusion avec les jattes en céramique grossière peut s’avérer importante. Il s’agit d’un ustensile lui aussi réalisé dans une céramique assez grossière, dont les surfaces sont sommairement lissées. Le profil affecte globalement la forme d’une calotte. Le sommet, bombé ou plus rarement aplati, est pourvu d’une solide anse de section ovalaire. Sur les rares pièces reconstituables, le diamètre varie entre 24 et 42 cm (Koenig et alii, 1990, fig. 8, nos 9-10 et 11, n° 7). On peut donc exclure leur attribution à des coupes dont le diamètre dépasse exceptionnellement les 20 cm et dont la facture est beaucoup plus soignée. En revanche, ces couvercles peuvent s’adapter sur certaines jattes et pots. Toutefois, exception faite de quelques jattes en céramique grossière, aucun diamètre supérieur à 30 cm n’a clairement été reconnu. On peut dès lors s’interroger sur une éventuelle fonction de couvre-feu pour les modèles les plus grands.

Type 6. Vases à col concave développé (fig. 4, n° 5 ; fig. 5, n° 14 ; fig. 7, n° 4)

29Ce type de récipient présente la particularité d’être doté d’un col nettement concave et développé, ainsi que d’un profil général en « S » (fig. 7, n° 4). Dans de nombreux cas cependant, seuls des fragments de col sont conservés. La hauteur de ce col varie de 4 à 7,5 cm et le diamètre à l’ouverture de 12 à 30 cm. Ces récipients sont réalisés dans une pâte semi-fine à fine, permettant sans ambiguïté de les différencier des pots.

Type 7. Vases à col vertical développé (fig. 4, n° 6 ; fig. 7, n° 6)

30Ces vases, réalisés en céramique fine et semi-fine, se caractérisent par un col vertical très développé et une panse à léger épaulement. Le bord qui n’est pas à proprement parler individualisé se termine par une lèvre ronde.

Type 8. Vases à profil bombé et col en degrés (fig. 4, n° 7)

31Les vases à profil bombé et col en degrés sont réalisés à partir d’une pâte très soignée, assez différente du reste de la céramique fine, d’une belle teinte brune. Les surfaces sont soigneusement lissées et lustrées. L’exemplaire le plus complet correspond indiscutablement à une forme fermée. Il présente un profil extrêmement bombé et une épaule tronconique se prolongeant par une encolure composée de plusieurs degrés. De par l’étroitesse de l’ouverture (se terminant vraisemblablement par un petit bord oblique), ce récipient se rapproche de la catégorie des bouteilles. À signaler enfin l’originalité du fond, très concave, en rien comparable aux fonds ombiliqués fréquents durant l’époque hallstattienne.

Type 9. Vases à épaulement et bord court vertical (fig. 2, n° 10)

32Par rapport aux urnes basses à col oblique du début du Hallstatt dont la forme dérive, l’épaule est haute et bien marquée. Le bord est court, rigoureusement vertical et se termine par une lèvre arrondie. Les deux exemplaires de ce type présents à Rosheim « Sandgrube » sont en céramique fine et uniformément peints en rouge.

Type 10. Vases à partie supérieure rentrante (fig. 4, n° 8 ; fig. 7, n° 5)

33Il s’agit d’une catégorie de vases dont seule la partie supérieure est conservée. Elle présente un profil rectiligne nettement rentrant, qui peut se terminer par un petit bord très légèrement éversé et une lèvre arrondie. La panse est vraisemblablement ovoïde. Un décor de cannelures horizontales disposées sur le haut de la panse agrémente le tesson exhumé à Geispolsheim.

Type 11. Vases à bord oblique (fig. 2, n° 11)

34Ce type de vase offre la particularité d’être doté d’un bord oblique plus ou moins long, se terminant par une lèvre arrondie. Dans les cas où la panse est conservée, la jonction bord/panse est proche d’un angle à 90°.

Type 12. Bouteilles (fig. 7, nos 7-8)

35La principale caractéristique des bouteilles est leur goulot. De profil plus ou moins concave, il est ici relativement développé et mesure 7 à 9 cm de diamètre. Le goulot surmonte une panse soit carénée, soit dégageant un léger épaulement. Les bouteilles étudiées, présentes uniquement à Rosheim « Mittelweg », sont toutes de taille modeste et appartiennent au corpus des céramiques fines.

Type 13. Assiette (fig. 4, n° 9)

36Les assiettes correspondent à des récipients ouverts, dont la très faible hauteur est induite par des parois très évasées. Forme particulièrement rare au Hallstatt, seul un exemplaire de notre corpus répond à cette dénomination. Encore faut-il s’interroger sur son assimilation à un éventuel couvercle (cf. infra).

Type 14. Céramique tournée (fig. 6, nos 7-8)

37La céramique tournée constitue à la période englobant la fin du premier Âge du Fer et le début du second Âge du Fer une catégorie particulière et typochrono-logiquement significative, ce qui justifie qu’elle soit traitée comme un type à part entière. Parmi les quatre sites, seul Rosheim « Mittelweg » a livré deux formes en céramique tournée. Il s’agit de jattes à bord rentrant pourvues d’une cannelure sous le bord (fig. 6, n° 7) et de coupes à profil sinueux, également cannelées (fig. 6, n° 8).

Type 15. Micro-vases et autres objets en argile

  • 5 Des formes originales ont également été observées à Morschwiller-Le-Bas « Simlisberg » (Haut-Rhin) (...)

38La catégorie des micro-vases renferme tous les vases de très petite dimension. Il peut aussi bien s’agir de répliques en miniature de formes courantes dans les services de table (en particulier des jattes ou des pots), que de formes plus originales dont le façonnage est parfois moins soigné5. Au vu de leur facture assez grossière, on peut s’interroger sur la présence de jouets peut-être réalisés par les enfants eux-mêmes. Mais d’autres hypothèses doivent également être évoquées, à l’instar de l’étude effectuée par H. Van den Boom pour le mobilier miniature de la Heuneburg (Van den Boom, 1989, p. 34-36). Si cet auteur semble exclure une fonction de stockage de matières rares (épices, teintures, préparations médicinales) en raison de l’absence de couvercles, elle envisage des ustensiles pouvant être liés à la métallurgie, mais aussi des objets rituels.

39Parmi les autres objets en argile, on peut évoquer des cuillères, des fusaïoles, des perles et d’éventuels fragments de pesons qui ne seront pas analysés en détail. En outre, une pièce en forme de goulot, de 4,5 cm à l’embouchure, composée de parois de forte épaisseur, relativement bien lissées sur la face externe a été découverte à Geispolsheim. Les pièces en forme de goulot ne sont connues en Alsace qu’à Achenheim (Bas-Rhin) (Heintz, 1964, pl. VII, fig. 103, n° 1) et peut-être à Zimmersheim (Haut-Rhin) où un objet qualifié de bouteille appartient peut-être à ce type (Voegtlin, 1991, pl. 4, fig. 3). Ils sont mieux représentés dans les régions voisines, notamment dans le Palatinat (Sehnert-Seibel, 1993, pl. 81 A-B) ou dans le Bade-Wurtemberg (Van den Boom, 1989, p. 72- 73, pl. 78, nos 908-909 ; Bender et alii, 1993, pl. 9, fig. C2 et 56, fig. 66) par exemple. Connu dès le Bronze final (Dehn, 1941, fig. 32, fig. 9-10), ce type d’objet s’observe sur divers gisements de la fin du Hallstatt ou du début de La Tène comme le montre l’inventaire dressé par H. Bender, L. Pauli et I. Stork (Bender et alii, 1993, p. 90-91) pour les régions situées entre le nord de la France et la Bavière. La fonction de ces pièces, dénommées « entonnoir » dans la littérature, demeure encore incertaine. Certains auteurs envisagent des ustensiles liés au travail de la métallurgie (tuyère, ustensile pour la coulée…) (Van den Boom, 1989, p. 72-73), d’autres sont plus réservés, voire sceptiques (Bender et alii, 1993, p. 92). L’interprétation proposée pour cette pièce, à savoir une éventuelle tuyère (Koenig et alii, 1990, p. 253 et fig. 11 n° 9), doit donc être reconsidérée.

Présentation des quatre gisements

Rosheim « Sandgrube »

Le gisement

40Rosheim se situe à 30 km au sud-ouest de Strasbourg, à la limite entre la terrasse de lœss et les collines sous-vosgiennes. La construction de la RD 500 entre Molsheim et Obernai a conduit à réaliser une fouille à l’emplacement de l’actuel échangeur. Les sites de « Mittelweg » et « Sandgrube » se trouvent à environ 2 km à l’est du centre de la localité et 200-400 m au nord de la rive gauche du ruisseau « le Rosenmeer » qui traverse la commune d’ouest en est. Rosheim « Sandgrube » (essentiellement Ha D) et Rosheim « Mittelweg » (essentiellement LTA) ne sont éloignés l’un de l’autre que de 200 m environ (Jeunesse, 1993a, fig. 1 et 3).

41La fouille effectuée au lieu-dit « Sandgrube » en décembre 1992 et janvier 1993 a été dirigée par Ch. Jeunesse et P. Muller. Sur les 5200 m2 du décapage, 93 structures ont été découvertes. Parmi elles, on compte 53 fosses du Hallstatt dont des silos de profil tronconique ou cylindrique. Ces structures se répartissent sur l’ensemble du décapage avec une zone de plus forte densité dans la moitié sud (Röder, Blanc, 1995, fig. 11). L’absence de trous de poteaux empêche toute conclusion sur l’architecture.

Le mobilier

  • 6 Pour la présente étude, on ne disposait cependant que des planches de ce mémoire, aussi les caracté (...)

42Le mobilier découvert a été étudié en 1994 par E. Blanc, dans le cadre d’un mémoire de maîtrise à l’université de Fribourg-en-Brisgau (Blanc, 1994)6, puis partiellement publié en collaboration avec B. Röder (Röder, Blanc, 1995). Si la distinction entre les deux phases proposées par les auteurs (Ibidem, 1995, p. 60, fig. 12-15), à savoir la transition Bronze final-Hallstatt (fosses 7, 11 et 69) et le Ha D1 (en particulier les fosses 14, 16 et 65) est claire, une comparaison avec les découvertes faites à Rosheim « Mittelweg » (cf. infra) montre aujourd’hui que le site de « Sandgrube » comporte également des éléments relevant du Hallstatt final/La Tène ancienne (notamment les fosses 19 et 22), comme l’évoque d’ailleurs brièvement B. Röder (Röder, 1995, p. 200).

  • 7 Si l’on prend comme base de calcul les 55 récipients dont le diamètre a pu être reconstitué, le rap (...)

43Ce sont les fosses nos 14, 16 et 65 qui ont servi de référence à notre étude, dans la mesure où leur céramique couvre la totalité de l’éventail des formes caractéristiques de la phase du Ha D1 de Rosheim « Sandgrube ». Ces trois fosses sont d’ailleurs les seules qui, dans la publication, illustrent cet horizon. Dans son mémoire, E. Blanc présente pour ces trois fosses au total 235 dessins de céramiques (dont 142 bords) et d’objets en terre cuite ou en os. 63 des 142 bords dessinés appartiennent à des formes bien identifiées7.

Les formes (fig. 2)

44Les jattes en céramique fine (type 1) sont constituées de deux tiers du sous-type 1-1 à bord droit et d’un tiers du sous-type 1-2 à profil rentrant. Celles du sous-type 1-1 sont caractérisées par un profil faiblement arrondi (fig. 2, n° 1), regroupant toutes les variations allant du profil plutôt conique au profil plutôt hémisphérique, et qui est prolongé par un bord dont la lèvre est arrondie. L’éventail des diamètres d’ouverture est grand (10 à 30 cm) ; un exemplaire de faible diamètre est uniformément graphité. Le lot des jattes à profil rentrant (sous-type 1-2) semble composé exclusivement de la variante 1-2-1 où toute la partie supérieure du récipient est rentrante (fig. 2, n° 2). Leurs diamètres d’ouverture oscillent entre 16 et 28 cm.

Fig. 2. Formes caractéristiques du gisement de Rosheim « Sandgrube ».

Fig. 2. Formes caractéristiques du gisement de Rosheim « Sandgrube ».

45Les jattes à facture grossière (type 2), de profil tronconique à hémisphérique, sont en général pourvues d’une lèvre digitée (fig. 2, n° 4) ou, dans un cas, munie d’une encoche (fig. 2, n° 3).

46Seuls deux sous-types de coupes sont présents dans le corpus de Rosheim « Sandgrube ». Il s’agit d’une coupe à profil pansu (sous-type 3-1), dont le bord quasi oblique évoque encore une tradition relevant du Ha C (fig. 2, n° 5), et d’une série de coupes à profil faiblement sinueux (sous-type 3-2 avec neuf exemplaires comptabilisés) dont un tiers est uniformément graphité (fig. 2, n° 6).

47Parmi les pots, le profil plus ou moins ovoïde (sous-type 4-2 ; fig. 2, n° 8) est dominant par rapport au sous-type à épaulement (sous-type 4-1 ; fig. 2, n° 7) ; le bord est dans les deux cas soit droit, soit éversé. Réalisés en céramique grossière, les pots sont majoritairement décorés, à la jonction entre la panse et le bord ou/et sur la lèvre. Il s’agit d’impressions au doigt, à l’ongle ou à l’aide d’un outil, ainsi que de cordons, également agrémentés de ces impressions.

48Deux vases à épaulement et bord court vertical (type 9 ; fig. 2, n° 10), uniformément graphités, sont des récipients de taille modeste dont la forme générale rappelle les « urnes » du Ha C.

49Les vases à bord oblique (type 11 ; fig. 2, n° 11) qui sont assez bien représentés au sein du corpus, semblent être façonnés avec une pâte tantôt fine, tantôt grossière. Le bord oblique qui caractérise ces vases au profil général inconnu constitue un élément ancien hérité des récipients à col en entonnoir du Bronze final et du début du Hallstatt.

50Deux couvercles, exclusivement identifiés à partir de leurs anses (fig. 2, n° 9), et six fusaïoles complètent cet inventaire, duquel sont absents, outre quelques formes rares (types 7, 8 et 12), les vases à col concave développé (type 6) et les vases à partie supérieure rentrante (type 10).

Les décors

51Parmi le mobilier illustré dans le mémoire d’E. Blanc, 79 fragments sont décorés, ce qui correspondrait environ à 30 % du mobilier. Le graphite en aplats semble relativement fréquent et orne des formes fines telles les coupes, jattes ou les vases à bord oblique. Outre les deux vases à épaulement et bord court vertical peints en rouge (fig. 2, nos 6 et 10), on trouve quelques rares tessons où la peinture rouge est combinée à des motifs incisés ou dans un cas estampés (cercles oculés). Mais dans l’ensemble, incisions et estampage ne semblent pas très prisés.

52Au minimum seize pots sont pourvus d’un cordon toujours digité ou incisé, situé à la pliure du col ou près du bord (fig. 2, n° 7). Les lignes digitées sur la panse ou à la pliure du col sont relativement rares. En revanche, nombreux sont les pots à lèvre digitée, quelques cas de jattes en céramique grossière, ornées de la sorte, pouvant également être mentionnées. Les impressions rectangulaires, circulaires ou triangulaires, réalisées avec divers instruments, demeurent cependant l’ornementation la plus répandue. Elles peuvent agrémenter la lèvre ou la pliure du col. À noter, en particulier, la rangée de petites impressions circulaires, disposées à la jonction col/panse d’un petit pot, dans la tradition des productions du Ha C. Cannelures ou décors peignés font quant à eux totalement défaut.

Geispolsheim « Bruechel »

Le gisement

53Le gisement de Geispolsheim est situé à 8 km au sud-ouest de Strasbourg. Il a été découvert en 1983 lors de la réalisation de l’axe rapide reliant Strasbourg à l’aéroport d’Entzheim (CD 400). Un important gisement du Néolithique récent (Jeunesse, Sainty, 1986 et 1987), de même que quelques fosses hallstattiennes et gallo-romaines y ont été exhumés.

54En 1988, le doublement de cet axe devant entraîner l’arasement total de l’éminence de terre où étaient implantés ces vestiges, une nouvelle campagne de fouille a été programmée par la Direction des Antiquités d’Alsace. Outre quelques fosses du Néolithique moyen-récent (Koenig, 1988), un enclos circulaire protohistorique et le plan partiel d’un bâtiment sur poteaux d’époque gallo-romaine, c’est surtout un important habitat hallstattien qui a été mis au jour (Koenig et alii, 1990). Fouillé sur une bande d’environ 160 m de long et 10 m de large, il se compose de quatorze silos et de trois fosses creusés dans le substrat lœssique. Après leur abandon, ces diverses structures ont servi de dépotoir, livrant ainsi un abondant mobilier (céramiques, perles en verre brun, épingle en bronze, fragment de corail brut, matériel destiné à la mouture, au filage et au tissage, faune).

55Si l’ensemble de ce mobilier a déjà fait par le passé l’objet d’une étude exhaustive (Koenig et alii, 1990), il a été jugé utile d’en réviser dans le détail la typologie, afin de proposer un cadre commun à l’ensemble du mobilier du Ha D en Alsace.

Le mobilier

Aspect de la céramique

56L’aspect de la céramique résulte de la combinaison de plusieurs facteurs : la texture de la pâte, le traitement opéré sur les surfaces et le mode de cuisson, auquel s’ajoute un facteur extérieur qui est l’altération subie après cuisson ou lors de l’enfouissement. Schématiquement, on peut envisager deux grandes catégories de céramiques, celle à dégraissant fin, voire invisible, généralement bien lissée et parfois lustrée et celle à dégraissant plus grossier, aux surfaces sommairement lissées, voire franchement rugueuses. La couleur de la pâte est à dominante brune à noire, témoignant d’une cuisson réductrice. Le pourcentage de céramique de couleur claire (rouge à beige) demeure quant à lui faible. Dans l’ensemble la céramique présente un bel aspect, même si dans quelques cas un encroûtement de la surface est visible. À noter également l’aspect savonneux du mobilier de la structure 45 qui, de toute évidence, a subi une cuisson secondaire.

57Dans le détail, on observe que les coupes sont toujours soigneusement lissées, voire lustrées. Une seule exception, la coupe pansue à col vertical marqué, qui est sommairement lissée. Leur couleur est majoritairement brune à noire, quelques rares cas de pâte claire ayant été observés. Les jattes sont généralement lissées (quelques cas lustrés dans la catégorie à bord rentrant) de couleur sombre dominante ; les teintes claires ou bigarrées sont présentes quoique faiblement représentées. Si on rencontre quelques exemplaires sommairement lissés, une série se compose essentiellement de modèles à parois rugueuses de teinte bigarrée ou claire. Enfin les pots sont quant à eux toujours sommairement lissés, voire rugueux, et affectent majoritairement des teintes brun-noir ou tachetées.

Les formes8 (fig. 3 et 4)

  • 8 À Geispolsheim, 385 individus ont été identifiés à partir de leurs bords, dont 91 appartiennent à d (...)

58Comme sur de nombreux gisements protohistoriques, les jattes constituent la forme la plus fréquente (48 % du total des 166 formes bien identifiées) mais leur taux de fragmentation empêche en général une bonne appréciation du profil. Elles se répartissent en deux catégories selon la finesse de leur pâte.

59Les jattes fines (type 1) (90 % des jattes) présentent le plus souvent un bord droit dans le prolongement de la panse (sous-type 1-1). Celle-ci peut être hémisphérique (fig. 3, n° 1) ou tronconique (fig. 3, n° 2). Parmi les modèles à profil rentrant (sous-type 1-2), c’est principalement la variante à partie supérieure rentrante (variante 1-2-1 ; fig. 3, nos 3-4) qui est illustrée. De rares cas de bord rentrant (variante 1-2-2 ; fig. 3, n° 5) ou rentrant sinueux (variante 1-2-3 ; fig. 3, n° 6) sont également à signaler. Les lèvres sont pour la plupart arrondies ou effilées, plus exceptionnellement biseautées ou en bourrelet. Ces jattes ne sont jamais décorées.

60Celles en pâte grossière (type 2 ; fig. 3, nos 7-8) (10 % des jattes) sont souvent assez basses et pourvues d’encoches et/ou d’une lèvre digitée.

61Les coupes constituent de toute évidence la forme la plus significative au sein de ce corpus dont elles représentent 23 % (type 3).

62Plusieurs exemplaires de coupes à profil pansu ont pu être individualisés (sous-type 3-1). La plupart sont à parois fines, parfois décorées, se terminant par un petit bord éversé (fig. 3, n° 9). Un spécimen à bord vertical marqué est à noter (fig. 3, n° 10).

  • 9 On peut parler de « haut col » mesurant de 3 à 5 cm ou de « col court » ne dépassant pas 2,5 cm.

63Si quelques coupes à profil faiblement sinueux sont présentes (sous-type 3-2 ; fig. 3, n° 11), le modèle sinueux domine largement (sous-type 3-3 ; fig. 3, nos 12- 17). Il se décline en deux variantes suivant que l’épaulement est ou non marqué (variantes 3-3-1 et 3-3-2). Lorsque l’épaulement est marqué, il est surmonté d’un col plus ou moins développé9 (fig. 3, nos 15-17) se terminant par un bord vertical (fig. 3, n° 15) ou légèrement éversé (fig. 3, n° 16). Un exemplaire archéologiquement complet est pourvu d’un pied (fig. 3, n° 15) mais des fragments d’au moins six autres pieds ont été recensés.

64Parmi les coupes carénées (sous-type 3-4), il n’existe que la variante à partie supérieure verticale (variante 3-4-2 ; fig. 3, n° 18).

65Les pots (19 %) (type 4) sont réalisés en céramique grossière ; ils sont sommairement lissés à l’exception du bord qui peut avoir fait l’objet d’une finition soignée. Deux sous-types sont présents : ceux à épaulement (sous-type 4-1) et ceux à profil ovoïde (sous-type 4-2). Si les premiers sont munis d’un bord droit ou éversé (fig. 4, n° 1), les seconds présentent aussi des bords rentrants (fig. 4, n° 2). Ces récipients sont souvent agrémentés de digitations sur la lèvre et parfois sur la panse (Koenig et alii, 1990, fig. 3 nos 2 et 8 ; fig. 4, n° 15 ; fig. 6, n° 18 ; fig. 11 nos 3 et 8 ; fig. 12, nos 12-13). La présence de cordons, qu’ils soient digités, pincés ou plus rarement unis, est surtout fréquente à la jonction bord/panse des pots à épaulement (fig. 4, n° 1).

  • 10 En Alsace, on peut toutefois mentionner l’existence d’un couvercle pourvu d’encoches à Brumath (Bas (...)
  • 11 À l’instar des observations faites à Montbéliard (Doubs) pour la période médiévale par exemple.

66Avec huit exemplaires répertoriés, les couvercles sont nombreux à Geispolsheim (3 %) (type 5 ; fig. 4, nos 3-4). Toujours réalisés dans une pâte assez grossière et sommairement lissée, ils sont tous dotés d’une solide anse rubanée. Ils affectent une forme hémisphérique, un seul cas offrant une partie supérieure nettement aplatie (fig. 4, n° 4). Les lèvres arrondies ou effilées, sont dépourvues de tout décor10. L’analyse métrique de ces pièces a montré qu’elles peuvent s’adapter sur certaines jattes et pots. Pour l’exemplaire le plus grand – qui atteint 42 cm de diamètre – on peut toutefois s’interroger sur une éventuelle fonction de couvre-feu11.

Fig. 3. Formes caractéristiques du gisement de Geispolsheim « Bruechel » : jattes et coupes.

Fig. 3. Formes caractéristiques du gisement de Geispolsheim « Bruechel » : jattes et coupes.

Fig. 4. Formes caractéristiques du gisement de Geispolsheim « Bruechel » : pots, couvercles, vases et assiette.

Fig. 4. Formes caractéristiques du gisement de Geispolsheim « Bruechel » : pots, couvercles, vases et assiette.

67Les vases à col concave développé semblent peu nombreux (4 %) (type 6 ; fig. 4, n° 5). Ceci est peut-être à mettre sur le compte de la fragmentation du mobilier, peu propice à une identification claire de ces formes. D’ailleurs, leur profil général demeure inconnu.

68Des fragments de deux vases à profil bombé et col en degrés ont été recueillis à Geispolsheim (2 %) (type 8 ; fig. 4, n° 7).

69Un seul exemplaire a été classé dans la catégorie des vases à partie supérieure rentrante (type 10 ; fig. 4, n° 8). Il s’agit d’un récipient de belle facture : la pâte est fine, de couleur sombre, et la surface soigneusement lissée. Il est décoré sur l’épaule d’au moins deux cannelures. Ce mode décoratif n’a pas été observé sur d’autres vases (cf. étude des décors).

70Autre originalité du corpus de Geispolsheim, les vases à col vertical développé (1 %) (type 7 ; fig. 4, n° 6). Deux de ces vases, quoique de taille différente, ont été exhumés dans le silo 21.

71Les vases à bord oblique (type 11) ou à épaulement et bord court vertical (type 9), comme les bouteilles (type 12), ne sont pas connus à Geispolsheim.

72Les assiettes (?) sont exceptionnelles puisque l’on ne dénombre qu’un seul individu au demeurant très particulier. Il s’agit d’une forme très basse, à parois tronconiques, munie d’un bord s’épaississant en triangle pour former une sorte de léger marli, rappelant quelque peu les productions du Bronze final (type 13 ; fig. 4, n° 9). Réalisée avec grand soin, cette pièce est de plus agrémentée de peinture rouge foncé sur la face interne (cf. étude des décors).

  • 12 Pour cet exemplaire, l’hypothèse d’un petit couvercle ne peut être totalement exclue, quoiqu’aucun (...)

73Comme sur de nombreux sites hallstattiens, cinq micro-vases figurent dans cet inventaire (2 %). Si trois d’entre eux évoquent des formes connues en miniature (écuelle tronconique12, jatte à profil arrondi, coupe à profil faiblement sinueux), les deux autres constituent des formes particulières.

Les décors

  • 13 Ce tesson n’ayant pu être conservé, il n’a pu être réexaminé.

74Le corpus des décors est assez peu étoffé. Un seul tesson est orné de bandes graphitées13.

75Quelques décors peints sont attestés, tel le motif rouge sur fond blanc qui agrémente une petite coupe pansue à parois fines (fig. 3, n° 9). Une autre coupe pansue et quelques fragments de panse sont quant à eux peints en rouge, tandis que l’intérieur de l’assiette est orné d’un bel aplat rouge foncé (fig. 4, n° 9).

76Les décors incisés s’avèrent rares. Des losanges remplis de croisillons, incrustés de pâte blanche, ornent la partie supérieure d’une coupe à profil sinueux (fig. 3, n° 12), tandis qu’un petit fragment est décoré de stries parallèles et de petits losanges (Koenig et alii, 1990, fig. 5, n° 20).

77Le décor cannelé n’apparaît quant à lui que sur un vase à partie supérieure rentrante (fig. 4, n° 8), tandis que le décor peigné fait totalement défaut.

78Les digitations constituent le thème décoratif le plus fréquent sur les formes en céramique grossière. Ainsi les jattes sont souvent ornées de digitations sur la lèvre, conférant à cette dernière un aspect ondulé (fig. 3, n° 7). Ce décor se retrouve également sur de nombreux pots (fig. 4, n° 2), associé ou non à d’autres motifs. Ainsi, sur les pots de profil ovoïde, la panse est plus souvent décorée d’une simple ligne digitée, voire imprimée ou incisée au poinçon (fig. 4, n° 2), la combinaison de ces thèmes se retrouvant rarement sur le même vase.

79Sur les pots à épaulement, la jonction bord/panse est parfois agrémentée d’un cordon. Exceptionnellement lisse, il est le plus souvent digité ou pincé (fig. 4, n° 1).

Holtzheim « Am Schluesselberg »

Le gisement

80Le gisement de Holtzheim, localisé à 7 km à l’ouest sud-ouest de Strasbourg, se situe à l’emplacement de la deuxième tranche du lotissement à usage d’activités économiques. Un important gisement néolithique du Michelsberg III-IV et du Munzingen B a été mis au jour en 1994 et 1996 dans l’emprise de la première et la deuxième tranche du lotissement (Kuhnle et alii, 2001). En 1996, l’intervention archéologique menée sur un peu plus d’un hectare a permis de mettre entre autres en évidence une cinquantaine de fosses hallstattiennes réparties sur 4000 m2. Elles constituent les seuls témoins d’un habitat ouvert de plaine (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume). L’analyse typologique de la céramique porte sur le mobilier issu des quarante et une fosses attribuées avec certitude à la fin du Hallstatt.

Le mobilier

Aspect de la céramique

  • 14 À noter qu’il y a aussi des exemplaires où la paroi est irrégulière. Sur ces récipients, on voit so (...)

81L’ensemble du mobilier céramique de Holtzheim « Am Schluesselberg » est monté à la main. À l’instar de Geispolsheim, on trouve à Holtzheim soit la céramique à dégraissant fin, lissée14 et plus rarement lustrée, soit celle à dégraissant plus grossier aux surfaces rugueuses ou parfois sommairement lissées. La couleur de la pâte varie en général (et parfois sur le même récipient) du gris-ocre au gris-noir. Le pourcentage de céramique de couleur claire (orange à beige) est un peu plus élevé qu’à Geispolsheim. L’aspect savonneux caractérise un petit nombre de tessons dont notamment ceux décorés au peigne.

82Dans le détail, on constate que les coupes sont toutes soigneusement lissées et environ 20 % d’entre elles sont lustrées. Leur couleur est majoritairement grise à noire, quelques rares cas de pâte claire ayant été observés. 85 % des jattes en céramique fine sont lissées et 15 % également lustrées. Toutes les teintes de pâte sont présentes chez les jattes avec 60 % à dominante sombre et 40 % à dominante claire. Les jattes de fabrication grossière se caractérisent par l’absence de lissage à l’exception d’un exemplaire où le pourtour sous le bord est lissé. Les vases à col développé concave sont lissés et les pots à profil presque bitronconique et bord éversé sont quant à eux sommairement lissés. En revanche, les autres types de pots sont le plus souvent rugueux. Les pots qui affectent majoritairement des teintes claires (orange ou gris-ocre) sont fréquemment tachetés. La surface de certains de ces pots ainsi que de quelques jattes de facture grossière porte parfois un engobe qui la rend très rugueuse.

Les formes15 (fig. 5)

  • 15 À Holtzheim, 278 individus ont été identifiés à partir de leurs bords dont 31 appartiennent à des f (...)

83La moitié du mobilier en céramique de Holtzheim est constituée par les jattes dont la grande majorité est réalisée en pâte fine (type 1 : 87 %). Soixante et une jattes en céramique fine sont bien identifiables. Dans les cas où la partie inférieure est conservée, elle affecte beaucoup plus souvent un profil tronconique qu’arrondi. Le bord est plus fréquemment rentrant (sous-type 1-2, 81 % des jattes déterminées) que droit (sous-type 1-1, 19 % ; fig. 5, n° 1). On compte un seul modèle où toute la partie supérieure est légèrement rentrante (type 1-2-1 ; fig. 5, n° 2) ; il s’agit de l’unique jatte dont la surface n’est que sommairement lissée.

84Ce sont donc les exemplaires à bord plus ou moins rentrant et à partie inférieure tronconique qui caractérisent les jattes de Holtzheim (type 1-2-2 ; fig. 5, n° 3). La variante où le bord rentrant dessine une légère sinuosité (type 1-2-3 ; fig. 5, n° 4), combinée dans la plupart des cas à une lèvre épaissie, est avec treize individus bien représentée sur le site. Quand le diamètre d’ouverture est reconstituable, il mesure de 30 à 33 cm pour les jattes à bord rentrant et de 16 à 36 cm pour celles à bord rentrant sinueux. Toutes les tailles intermédiaires sont représentées pour ces dernières et l’unique modèle dont la hauteur est connue appartient également à ce groupe : avec 23 cm d’ouverture et 11,5 cm de hauteur, il s’agit d’un modèle relativement haut (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 3, n° 11).

85Dans la catégorie des jattes en céramique grossière (type 2 ; fig. 5, n° 5), les deux tiers sont pourvus d’une lèvre digitée. L’absence d’encoches est à signaler bien qu’il soit possible qu’elle résulte de la fragmentation du matériel. Nettement plus bas que les jattes en céramique fine, ces récipients ont un diamètre d’ouverture assez variable si l’on en juge par les exemplaires bien conservés. Il est respectivement de 15, 24 et 36 cm pour les modèles à lèvre digitée, de 32 et 42 cm pour ceux non digités.

86Les coupes (type 3) représentent 20 % du corpus, mais seulement vingt-six des quarante-neuf individus identifiés ont pu être attribués à un type précis (les autres fragments de bords sont trop petits). À en juger par les formes les plus complètes, il semblerait que leur partie inférieure soit plus souvent tronconique qu’arrondie. Les diamètres d’ouverture oscillent entre 9 et 23 cm.

87Les coupes pansues (sous-type 3-1) sont représentées par un individu archéologiquement complet (fig. 5, n° 6), qui ne semble pourtant pas représentatif au sein du corpus, bien que la prudence s’impose en raison du fort taux de fragmentation. Pourvue d’un fond ombiliqué, cette coupe constitue une forme assez originale dans le contexte alsacien.

88Parmi les coupes à profil sinueux (sous-type 3-3), seule la variante dépourvue d’épaulement marqué existe ici (variante 3-3-1 ; fig. 5, n° 7). Elle est bien représentée avec sept exemplaires. Lorsque la partie inférieure est conservée, elle affecte toujours un profil tronconique.

89Enfin, les douze coupes carénées (sous-type 3-4) sont toutes à partie supérieure concave (variante 3-4-1 ; fig. 5, nos 8-9). Elles constituent une originalité au sein du corpus de Holtzheim puisqu’elles sont absentes sur les autres sites de la micro-région.

90On notera que les coupes à profil faiblement sinueux font défaut à Holtzheim.

91Les pots constituent environ 28 % du corpus. On ne compte qu’un pot à épaulement à bord aplati digité (sous-type 4-1 ; fig. 5, n° 10). Sa panse sous l’épaule est revêtue d’un engobe grossier et rugueux, mais aucun cordon ne souligne le passage d’un état de surface à l’autre (cf. infra).

Fig. 5. Formes caractéristiques du gisement de Holtzheim « Am Schluesselberg ».

Fig. 5. Formes caractéristiques du gisement de Holtzheim « Am Schluesselberg ».

92En revanche, les pots à profil plus ou moins ovoïde (sous-type 4-2 ; fig. 5, nos 11-12) dominent à un tel point qu’ils constituent une des spécificités du corpus de Holtzheim. Pour la série des pots nettement ovoïdes (variante 4-2-1), il faut admettre qu’en général, seule la partie supérieure des récipients est conservée, de sorte qu’un doute concernant le développement du profil peut subsister (fig. 5, n° 11). Les bords, plus ou moins individualisés, munis d’une lèvre aplatie, semblent être une constante. Cette lèvre a souvent fait l’objet d’impressions au doigt ou à l’outil lui conférant un aspect ondulé. Une ligne formée de digitations peut agrémenter la panse au-dessous du bord ou plus bas sur la panse.

93La variante presque bitronconique illustrée par cinq exemplaires (variante 4-2-2 ; fig. 5, n° 12) se distingue de la précédente par un façonnage plus soigné qui résulte de l’emploi d’une pâte semi-grossière et d’un lissage sommaire de la surface. Ces récipients sont toujours munis d’un petit bord déjeté à lèvre arrondie. S’il y a décor, il est localisé sur la panse. Un pot porte une ligne digitée située au niveau du diamètre maximal (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 3, n° 6). Une autre pièce est à plus d’un point remarquable : archéologiquement complet, ce pot est décoré de quatre lignes imprimées à l’aide d’un outil de section approximativement triangulaire ; une ligne se trouve dans la pliure du col, les trois autres ornent la section qui correspond au diamètre maximal de la panse bitronconique (fig. 5, n° 12).

94Enfin, deux pots se caractérisent par des parois quasi verticales qui se terminent par un bord légèrement effilé et, dans un cas, digité (sous-type 4-3 ; fig. 5, n° 13). Réalisés avec une pâte semi-grossière, leur surface non lissée est relativement régulière.

95Les vases sont faiblement représentés (2 %) et se limitent à l’identification de trois cols concaves développés réalisés en céramique fine lissée (type 6 ; fig. 5, n° 14). Leur bord se termine par une lèvre arrondie qui forme sur un des vases un léger bourrelet. Aucun autre type de vase n’a été rencontré à Holtzheim.

96La forme générale des deux micro-vases recensés dans l’inventaire de Holtzheim se rapproche des coupes (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 8, n° 9). La présence, sur les deux exemplaires, d’une base à omphalos – dans lequel logerait le pouce – permet de les interpréter comme bols à boire. Le modèle bas (4 cm de hauteur pour 9,5 cm d’ouverture) est lustré, le modèle plus haut (5,5 cm de hauteur pour 8,5 cm d’ouverture) lissé.

97À signaler trois petits fragments d’anses dont les sections ont un diamètre assez faible et qui de ce fait ne semblent pas pouvoir être attribuables à des couvercles.

98Sept fusaïoles, deux perles à profil cylindrique aplati ainsi qu’un colombin, conservé grâce à sa cuisson (accidentelle ?), complètent l’inventaire du mobilier en terre cuite du gisement de Holtzheim.

Les décors

99Le corpus des décors peut être qualifié de pauvre. Aucun tesson n’est graphité ou peint, motifs estampés ou cannelures font également défaut.

100Un récipient en céramique fine de type indéterminé porte sur l’amorce de son épaule des croisillons incisés et incrustés de pâte blanche. Un petit fragment de panse avec le même décor incisé, issu d’une fosse voisine, semble appartenir à cet individu (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 3, n° 12 et pl. 6, n° 13).

101Deux fosses ont livré quatre tessons décorés au peigne à dix dents (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 3, nos 13-14 ; pl. 7, nos 7-8). Ces fragments de panses en pâte fine de couleur brunâtre et au toucher savonneux appartiennent vraisemblablement à des jattes.

102Ce sont incontestablement les formes en céramique grossière ou semi-grossière qui ont plus volontairement été décorées. Ainsi, on trouve dans chaque fosse un ou plusieurs tessons recouverts d’un engobe grossier et rugueux (cf. infra).

103Les cordons sont extrêmement rares au sein de l’inventaire de Holtzheim. Seulement deux fragments de panse sont agrémentés d’un cordon pincé, orné d’impressions réalisées dans un cas au doigt, dans l’autre avec un instrument. Ces cordons séparent la partie inférieure engobée de la partie supérieure lissée (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 7, nos 9-10).

104Les digitations ou autres impressions effectuées à l’aide d’un instrument constituent – à côté de l’engobe grossier et rugueux – le répertoire décoratif privilégié. Les impressions qui affectent fréquemment le bord des jattes et des pots en céramique grossière peuvent être si prononcées que le bord devient ondulé. Les pots peuvent aussi porter des lignes d’impressions situées en général nettement en dessous du bord et plus occasionnellement à la base (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 7, nos 11-12).

Rosheim « Mittelweg »

Le gisement

105Non loin du site de Rosheim « Sandgrube », celui de « Mittelweg » se situe à l’emplacement de la « Sablière Helmbacher » qui avait déjà livré par le passé des vestiges archéologiques (Thévenin, 1971). Des témoins du Ha D-LT A ayant été mis en évidence sur les trois sites, la zone d’habitation s’étend vraisemblablement sur plusieurs centaines de mètres.

106La fouille du site de Rosheim « Mittelweg » a eu lieu en 1992 sous la direction de Ch. Jeunesse (Jeunesse, 1993b). Sur près de 5000 m2, environ cent fosses ont été étudiées, relevant du Néolithique ancien, moyen et récent ainsi que de La Tène ancienne. Parmi les vingt et une fosses laténiennes, on compte quinze fosses-silos, deux fonds de cabane et quatre structures irrégulières (Jeunesse, 1993b, fig. 1).

107Les fosses-silos présentent toutes un profil en forme d’entonnoir inversé. Leur diamètre maximal se situe juste au-dessus du fond et atteint environ 1,50 à 2 m. Elles étaient encore conservées jusqu’à une profondeur de 1,50 m.

  • 16 Un fond de cabane nettement plus petit (1 x 2 m) avait déjà été présenté par A. Thévenin (Thévenin, (...)

108Les deux fonds de cabanes de forme rectangulaire à angles arrondis mesurent respectivement 4,40 x 3,60 et 4,15 x 3,40 m, pour une profondeur de 0,25 à 0,60 m16. Il s’agit de vestiges de petites maisons à demi enterrées qui offraient un espace intérieur utile d’environ 10 à 12 m2. Ce type de bâtiment servait en général de lieu de stockage ou d’atelier. Des bâtiments similaires ont été recensés à Habsheim (Wolf, 1989), Entzheim (Normand, 1973) et sur divers sites du Kaiserstuhl (Röder, 1995). Tous sont attribués à La Tène ancienne.

Le mobilier

109Comme pour Rosheim « Sandgrube », il est important de rappeler que le mobilier de « Mittelweg » n’a lui aussi pu être étudié que par le biais des dessins publiés dans une monographie présentée par B. Röder (Röder, 1993). Sur un total de 358 récipients identifiables, seule la moitié a été illustrée, mais ce choix est représentatif. Aussi ce vaste ensemble de découvertes peut-il faire l’objet d’une bonne estimation, même sans examen des céramiques originales. On dénombre 11 % de céramique tournée (39 tessons) et 89 % de céramique montée à la main. Dans cette catégorie, B. Röder identifie 57 % de jattes et coupes, 40 % de pots et vases et 3 % de bouteilles (Röder, 1993, fig. 4)

Les formes (fig. 6 et 7)

110Parmi les 132 bords dessinés, 79 appartiennent à des formes bien identifiables ; on peut leur ajouter huit fragments correspondant indiscutablement à des bouteilles et à des coupes cannelées réalisées au tour.

111Au sein des jattes en céramique fine (type 1), les modèles à profil rentrant (sous-type 1-2) sont trois fois plus nombreux que ceux à bord droit (sous-type 1-1 ; fig. 6, n° 1). La variante à partie supérieure rentrante (variante1-2-1 ; fig. 6, n° 2) demeure très faible par rapport à celle à bord rentrant (variante 1-2-2 ; fig. 6, n° 3) dont la paroi est nettement tronconique. À mentionner que les bords rentrants sinueux (variante 1-2-3) n’apparaissent pas dans le corpus. Les diamètres d’ouverture des jattes en céramique fine varient entre 18 et 40 cm.

112Les quelques exemplaires de jattes de facture grossière (type 2 ; fig. 6, n° 4) sont munis d’une lèvre aplatie pouvant être pourvue d’encoches ou d’impressions. L’unique exemplaire dont le diamètre a pu être reconstitué mesure seulement 18 cm à l’ouverture.

113Les coupes (type 3) comportent exclusivement des modèles à profil sinueux qui semblent tous avoir une partie inférieure tronconique (sous-type 3-3 ; fig. 6, nos 5-6).

114Les pots sont presque exclusivement représentés par des formes ovoïdes (sous-type 4-2 ; fig. 7, nos 1-2), exception faite de deux exemplaires à parois rectilignes (sous-type 4.3 ; fig. 7, n° 3). Le décor n’affecte plus que la lèvre qui est ornée d’impressions obliques, de digitations ou d’incisions (fig. 7, nos 1-2).

115Les pots à épaulement (type 4-1) sont absents de ce corpus, de même que les couvercles (type 5), les vases à épaulement et bord court vertical (type 9), ceux à bord oblique (type 11) ainsi que quelques formes rares (type 8 et 13).

116On retrouve des vases à col concave développé, à bord éversé et lèvre arrondie (type 6 ; fig. 7, n° 4) comme des spécimens à col vertical développé (type 7 ; fig. 7, n° 6) dont le bord est le plus souvent aplati sur le dessus et légèrement triangulaire. Le vase à partie supérieure rentrante (type 10 ; fig. 7, n° 5) n’est ici encore représenté que par un seul individu.

117Relativement fréquentes sont les bouteilles à profil élancé, illustrées par des exemplaires de taille modeste (type 12 ; fig. 7, nos 7-8).

118Parmi les trente-neuf tessons tournés, vingt-neuf individus ont été identifiés par B. Röder (Röder, 1993, p. 61) au sein desquels elle dénombre deux jattes à bord rentrant (fig. 6, n° 7) et vingt-sept coupes (fig. 6, n° 8) (type 14). Les premières sont toujours décorées d’une cannelure située sous le bord, les secondes d’un groupe de deux ou trois cannelures localisées sur le col.

119Les analyses minéralo-pétrographiques montrent que près d’un tiers de ce lot de céramiques tournées a été fabriqué dans différents ateliers de la région du Kaiserstuhl (présence d’inclusions de roches volcaniques), à environ 45 km au sud de Rosheim (Röder, 1993, p. 75 et 157). Le lieu de production des autres vases est plus difficile à définir dans la mesure où seul un contexte alluvial et/ou lœssique a pu être déterminé, renvoyant sans plus de précision à la plaine du Rhin supérieur.

Fig. 6. Formes caractéristiques du gisement de Rosheim « Mittelweg » : jattes et coupes.

Fig. 6. Formes caractéristiques du gisement de Rosheim « Mittelweg » : jattes et coupes.
  • 17 Une carte de répartition a été présentée dans l’article consacré à Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 200 (...)

120La présence de céramique originaire du Kaiserstuhl à Rosheim « Mittelweg » et sur d’autres sites de la région du Rhin supérieur (notamment entre l’Alsace du Nord et la région de Bâle)17 montre qu’à La Tène ancienne la céramique tournée produite dans le Kaiserstuhl a fait l’objet d’échanges (Röder, 1993, p. 75 et 157).

Les décors

121Les pièces tournées portent toutes des cannelures, à condition que le secteur proche du bord où elles apparaissent soit conservé. Les cannelures sont toujours larges et se distinguent donc facilement de celles plus fines qui ornent la céramique tournée du Ha D3.

122Seul un cinquième des récipients montés à la main est décoré. Le répertoire décoratif est pauvre. Les impressions digitées ou imprimées à l’aide d’un instrument prédominent, mais affectent exclusivement le bord des pots à profil plus ou moins ovoïde et celui des jattes de facture grossière, sauf si ces dernières sont munies d’encoches.

Fig. 7. Formes caractéristiques du gisement de Rosheim « Mittelweg » : pots, vases et bouteilles.

Fig. 7. Formes caractéristiques du gisement de Rosheim « Mittelweg » : pots, vases et bouteilles.

123En outre, on relève deux modes de décor couvrant : les incisions réalisées au peigne sur des fragments de jattes ou pots et l’engobe grossier et rugueux (Schlickrauhung) (cf. infra) appliqué sur des panses appartenant vraisemblablement à des pots. Graphite, peinture, estampage et cordons font totalement défaut dans l’inventaire de Rosheim « Mittelweg ».

Analyse comparative des formes et décors des quatre gisements

Les formes significatives

Type 1. Jattes en céramique fine (fig. 8 et 9 ; fig. 13)

Jattes à bord droit (sous-type 1-1)

124Les jattes à bord droit correspondent dans l’ensemble à une forme particulièrement fréquente de la fin du Bronze final à La Tène.

125Dans le secteur étudié, la proportion des jattes à bord droit par rapport aux jattes à profil rentrant varie fortement selon les gisements (fig. 9). Si elles sont dominantes à Rosheim « Sandgrube » et Geispolsheim, elles ne constituent plus qu’un quart du corpus sur les deux autres gisements.

Jattes à partie supérieure rentrante (variante 1-2-1)

126Les jattes à partie supérieure rentrante ne constituent à vrai dire pas une forme fréquente et ne semblent pas spécifiques à un horizon chronologique particulier.

Fig. 8. Fréquence des jattes (en NMI).

Fig. 8. Fréquence des jattes (en NMI).

Fig. 9. Fréquence des jattes (en %).

Fig. 9. Fréquence des jattes (en %).

Fig. 10. Fréquence des coupes (en NMI).

Fig. 10. Fréquence des coupes (en NMI).

Jattes à bord rentrant (variante 1-2-2)

127Les modèles dont seul le bord est bien rentrant sont fréquents à la fin du Hallstatt, par exemple au Mont Lassois (Côte-d’Or) (Durand, 1998, pl. III-IV). Elles évoluent progressivement pour donner naissance, au début de La Tène, à des formes où le bord sera notablement replié vers l’intérieur et le profil de plus en plus tronconique. Cette variante ne semble pas présente au Ha D1 mais se développe au cours du Ha D2- D3 pour perdurer à La Tène A.

Jattes à bord rentrant sinueux (variante 1-2-3)

128La variante à bord rentrant sinueux, connue à Geispolsheim et Holtzheim, demeure à ce jour rare sur les autres gisements alsaciens, sauf à Wolfgantzen (Haut-Rhin) où elle voisine de la céramique tournée hallstattienne (Kuhnle et alii, 2000, fig. 26 n° 2 ; 30, n° 11). De bons éléments de comparaison se trouvent également dans le Rheinhessen à Wallertheim, site daté du Ha D2-D3 (Koepke, 1998, pl. 206, fig. 5 ; pl. 208, fig. 5 ; pl. 216, fig. 5 et pl. 245B, fig. 1). Comme à Holtzheim (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume), l’inventaire de Wallertheim offre de nombreuses variations morphologiques.

Type 3. Coupes (fig. 10 ; fig. 13)

129C’est au sein des coupes que s’observent les différences les plus marquées entre les quatre sites. En ce qui concerne cette forme de base, la distinction apparaît plus particulièrement entre le Ha D1 et le Ha D2-D3.

Coupes pansues (sous-type 3-1)

130Parmi les coupes à profil pansu, celles à bord presque oblique tel qu’il en existe à Rosheim « Sandgrube » (variante 3-1-4, ; fig. 2, n° 5) sont typologiquement proches des urnes basses observées à Colmar « route de Rouffach » (Haut-Rhin) et datées du Ha C-début Ha D1 (Bonnet et alii, 1990, p. 13, fig. 18, n° 11). Elles sont également connues dans une tombe de Réguisheim (Haut-Rhin) (Matthieu, Plouin, 1989, fig. 71, n° 5) et dans le tumulus de Colmar-Nord (Haut-Rhin) (Bonnet, 1972, fig. 7, n° 8).

  • 18 Les résultats des récentes campagnes de fouilles réalisées sur le « Münsterberg » à Breisach vienne (...)

131La coupe pansue décorée d’un motif en zigzag rouge sur fond blanc de Geispolsheim (fig. 3, n° 9) connaît de bons éléments de comparaisons sur la Heuneburg ; ceux-ci sont tous datés de la période IV, et pour la plupart de la période IVa, c’est-à-dire de l’extrême fin du Ha D1 (Dämmer, 1978, p. 114-116, pl. 79, nos 861, 862 ; 81, nos 880, 883, 885, 886 ; 83, n° 911 ; Van den Boom, 1995, pl. 35, nos 84-87) (cf. également étude des décors). Une forme similaire avec le même motif ornemental, mais où l’incision remplace la peinture, est attestée à Breisach dans un fond de cabane du Ha D3 (Balzer, 2004)18. Cette forme, que l’on retrouve essentiellement à Geispolsheim (fig. 3, n° 9- 10), mais aussi à Rosheim « Sandgrube » (fig. 2, n° 5) et Holtzheim (fig. 5, n° 6), ne semble pas avoir une valeur chronologique forte. L’exemplaire original de Holtzheim (fig. 5, n° 6) trouve, quant à lui, un bon parallèle à Breisach dans une fosse datée du Ha D3 (Balzer, 2004).

Coupes à profil faiblement sinueux (sous-type 3-2)

132Cette forme fait son apparition dès la fin du Ha C à Oberbergen (Kimmig, Rest, 1948-50, pl. 47, fig. 16- 17) et perdure au Ha D1, comme l’illustre l’étude effectuée sur le mobilier de Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin) (Bonnet et alii, 1990, p. 12, pl. 18, fig. 14). Le site de Rosheim « Sandgrube » ne révèle pratiquement que des coupes à profil faiblement sinueux et partie inférieure arrondie (fig. 2, n° 6) dont la plupart comportent des décors au graphite (Röder, Blanc, 1995, fig. 14, n° 11). Elles sont encore présentes à Geispolsheim (fig. 3, n° 11) mais dépourvues de graphite et cessent d’apparaître dans les deux autres habitats de la micro-région.

Coupes à profil sinueux (sous-type 3-3)

133En ce qui concerne les coupes à profil sinueux sans épaulement marqué, généralement pourvues d’une partie inférieure tronconique, elles sont absentes à Rosheim « Sandgrube » mais bien représentées à Geispolsheim (fig. 3, nos 12-14), Holtzheim (fig. 5, n° 7) et Rosheim « Mittelweg » (fig. 6, nos 5-6). Ce modèle n’est jamais attesté au Ha D1, phase durant laquelle les coupes n’affectent qu’une légère sinuosité. Elles sont en revanche typiques du Ha D2-D3, comme l’illustre leur présence en association avec une fibule à grosse timbale du Ha D2 ou avec deux scalptoriums en fer et de la céramique tournée du Ha D3 dans des ensembles de Wolfgantzen (Haut-Rhin) (Kuhnle et alii, 2000, fig. 32, nos 15-16 ; fig. 33, n° 11). Toujours aux côtés de fibules du Ha D2 et D3, on les retrouve sur le site de Kornwestheim dans le Wurtemberg (Joachim, Biel, 1977, par exemple fig. 15, n° 9) et dans des contextes chronologiques similaires en Rheinhessen, notamment sur l’habitat de Wallertheim (Koepke, 1998, pl. 216, fig. 4 ; 236, fig. 8 et 12).

  • 19 Ce dernier est considéré comme une imitation « de formes pseudo-ioniennes de la fin du vie et du ve(...)

134La variante à épaulement marqué, surmonté d’un col plus ou moins développé et se terminant par un bord vertical ou légèrement éversé, est bien représentée à Geispolsheim (variante 3-3-2) (fig. 3, nos 15- 17). Elle reste à ce jour inconnue sur les autres gisements alsaciens et demeure somme toute assez rare dans les régions avoisinantes. Pour l’est de la France, on peut évoquer les vases exhumés dans la nécropole des Jogasses à Chouilly (Marne) (Hatt, Roualet, 1976, pl. 10, n° 851), de même que des modèles assez proches identifiés à Grisy-sur-Seine (Seine-et-Marne) (Gouge, Leconte, 2000, fig. 16) et à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire)19 (Feugère, Guillot, 1986, p. 170 et fig. 12, nos 8-9). En Allemagne et en Suisse, d’autres exemplaires présentant des affinités avec notre type ont également été observés à Breisach (Bender et alii, 1993, pl. 44, fig. 11) et à Châtillon-sur-Glâne (Dietrich-Weibel et alii, 1998, pl. 7).

  • 20 Dans le Bas-Rhin : Achenheim (Heintz, 1953, pl. IX fig. 18), Brumath (Pétry, 1980, p. 446, fig. 5), (...)

135L’un des exemplaires de Geispolsheim est pourvu d’un pied (fig. 3, n° 15), un élément que l’on retrouve en Alsace dans un seul ensemble du Ha C (Gundolsheim, Haut-Rhin) (Jehl, Bonnet, 1960, fig. 3), mais qui semble plus prisé dans les contextes du Ha D20. Cette tendance s’observe également dans d’autres régions, avec en particulier un très bon parallèle découvert en Lorraine, à Ennery « la Hache » (Moselle ; Brénon et alii, 2003, fig. 3, n° 1).

Coupes carénées (sous-type 3-4)

136Les coupes carénées dont la partie supérieure est verticale semblent assez peu répandues puisqu’on les rencontre exclusivement à Geispolsheim (variante 3- 4-2 : fig. 3, n° 18). Elles connaissent toutefois de bons parallèles en Alsace sur le gisement du Ha D1-D2 de Brumath (Bas-Rhin ; Mentele, Plouin, ce volume) et en Bourgogne, en association avec une fibule à petite timbale sur le pied typique du Ha D3 (Dartevelle, 1992, p. 245, fig. 32, n° 5).

  • 21 Merci à Ines Balzer qui nous a fait part de cette observation après avoir reconsidéré la pièce orig (...)
  • 22 En association avec de la céramique tournée de La Tène A (type 4 de Röder).

137Celles dont la partie supérieure est concave (variante 3-4-1 : fig. 5, nos 8-9) ne sont quant à elles présentes qu’à Holtzheim. Ce modèle est connu à la fin du Hallstatt sur d’autres gisements d’Alsace : à Wolfgantzen (Haut-Rhin), il se trouve en association avec une fibule à grosse timbale du Ha D2 (Kuhnle et alii, 2000, fig. 33, n° 12), à Habsheim « Le Lobélia » (Haut-Rhin) aux côtés d’une fibule à timbale décorée de cannelures qui ne connaît pas d’équivalent, mais peut être attribuée au Ha D2-D3 (Mentele, 1999, p. 50 et pl. 29, n° 3), et enfin à Colmar (Haut-Rhin), aux côtés d’une coupe cannelée en céramique tournée21, dans une fosse qui fut datée du Hallstatt ancien dans la publication (Jehl, Bonnet, 1970, pl. VII, fig. 8). Sur l’autre rive du Rhin, on en connaît sur le site de hauteur de Breisach (Bender et alii, 1993, pl. 34A, fig. 522 ; pl. 36, fig. 22 ; pl. 44, fig. 10.11 ; pl. 52D, fig. 5). Dans l’est de la France, certaines coupes carénées offrent aussi de bons parallèles avec celles de Holtzheim : au Mont Lassois (Côte-d’Or) (Durand, 1998, pl. V), à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire) (Feugère, Guillot, 1986, fig. 25, n° 7) ou à Izier (Côte-d’Or) (Dartevelle, 1992, fig. 20, n° 7). De façon plus sporadique, quelques affinités s’observent avec des modèles de Champagne, notamment dans une tombe des Jogasses à Chouilly (Marne) (Hatt, Roualet, 1976, pl. 8, n° 836), de même que sur l’habitat de Lyon-Vaise (Rhône) qui date de la transition entre le premier et second Âge du Fer (Ayala, Monin, 1996, fig. 10, 16.17).

Type 4. Pots (fig. 11 ; fig. 14)

138Au niveau de leur profil, les pots constituent difficilement un critère chronologique pertinent. Les formes plus ou moins ovoïdes sont omniprésentes ; celles à épaulement sont diversement réparties avec quelques individus à Rosheim « Sandgrube » (fig. 2, n° 7) et Geispolsheim (fig. 4, n° 1), un seul à Holtzheim (fig. 5, n° 10) et aucun à « Mittelweg ». Les décors constituent en revanche des critères pertinents puisque les cordons situés à la pliure du col ont tendance à disparaître et les rangées d’impressions se situent de plus en plus bas sur la panse (cf. infra).

139Plus marquants chronologiquement sont les pots à parois rectilignes identifiés à Holtzheim (fig. 5, n° 13) et à Rosheim « Mittelweg » (fig. 7, n° 3). De bons éléments de comparaison émanent d’ensembles de la fin du Hallstatt comme à Wolfgantzen (Haut-Rhin) où on trouve une association pot rectiligne – céramique tournée (Kuhnle et alii, 2000, fig. 30, n° 10) ou à Izier (Côte-d’Or) aux côtés d’une fibule à petite timbale sur le pied (Dartevelle, 1992, fig. 32, n° 3). Pour un horizon plus tardif, on peut évoquer le vase de Jarny (Moselle), associé à une petite fibule laténienne (Feller, 1999, fig. 5.18).

Type 5. Couvercles (fig. 14)

  • 23 Outre les deux gisements étudiés, des couvercles ont été exhumés en contexte Ha D1-D2 à Brumath (Ha (...)

140Des couvercles existent peut-être à Rosheim « Sandgrube » (fig. 2, n° 9) et surtout à Geispolsheim (fig. 4, nos 3-4). Dans l’ensemble, ils paraissent peu courants en Alsace où on ne les rencontre pour l’instant que dans le Bas-Rhin23. Alors que sur la rive droite du Rhin ce type d’ustensile est attesté dès le Ha C à Mauenheim, en contexte funéraire (Aufdermauer, 1963, pl. 1, fig. 6-7), il semble que sur la rive gauche ils apparaissent exclusivement dans des habitats datés pour la plupart du Ha D assez évolué. La variante à sommet plus aplati (fig. 4, n° 4) connaît par ailleurs de bons parallèles dans les ensembles hallstattiens du Palatinat (Engels, 1967, pl. 8A, fig. 9 ; pl. 8B, fig. 14 ; pl. 10A, fig. 17). Sur la Heuneburg, ils ont été en usage durant les quatre phases principales de la construction, y compris pendant les phases II et I, c’est-à-dire durant le Ha D3 (Van den Boom, 1989). En revanche, aucun n’est attesté en contexte LT A. Les couvercles constituent donc un indice certain pour une datation du Ha D.

Fig. 11. Fréquence des pots (en NMI).

Fig. 11. Fréquence des pots (en NMI).

Fig. 12. Fréquence des vases et bouteilles (en NMI).

Fig. 12. Fréquence des vases et bouteilles (en NMI).

Types 6, 7, 8, 9, 11 et 12. Vases et bouteilles (fig. 12 ; fig. 14)

141Parmi les vases, les modèles les plus anciens sont incontestablement les vases à bord oblique (type 11 ; fig. 2, n° 11) et les vases à épaulement et bord court vertical (type 9 ; fig. 2, n° 10) que l’on rencontre dès le Ha C, par exemple à Réguisheim (Haut-Rhin) (Matthieu, Plouin, 1989, fig. 71, n° 5) ou à Gundolsheim-Merxheim (Haut-Rhin) (Jehl, Bonnet 1959, fig. 3). Dans la micro-région, seul le site de Rosheim « Sandgrube » a livré de tels récipients, parfois ornés de graphite ou de peinture rouge en aplat.

  • 24 En Alsace, une forme assez similaire, peinte en rouge sur fond blanc, a été exhumée dans un tumulus (...)

142Les vases à profil bombé et col à degrés (type 8) sont exclusivement illustrés à Geispolsheim (fig. 4, n° 7). La forme générale et le fond très concave évoquent certains « Kegelhalsgefässe » particulièrement fréquents à la Heuneburg au Ha D124, même si ces derniers ne présentent, à de rares exceptions près, ni un col formé de plusieurs degrés, ni un goulot aussi rétréci (Dämmer, 1978, n° 440 ; Van den Boom, 1989, pl. 48, n° 549). En fait, aucune comparaison parfaite ne peut en être proposée. En Alsace, seule une urne présente un col élevé pourvu de degrés (Jehl, Bonnet, 1959, fig. 12). Elle a été exhumée sur l’habitat de Gundolsheim « Mühlmatt » (Haut-Rhin) qui demeure malheureusement difficile à caler chronologiquement au sein du Hallstatt, mais ne présente toutefois aucune forme tardive.

143Deux exemplaires de vase à col vertical développé sont connus à Geispolsheim (type 7 ; fig. 4, n° 6) et on peut s’interroger sur l’appartenance de certains bords de « Mittelweg » à ce type (fig. 7, n° 6). Peu prisés en Alsace, leur aire de répartition semble se situer dans le Hunsrück-Eifel, une région avec laquelle l’Alsace présente quelques rares affinités. Ces formes sont caractéristiques de l’horizon HEK IB, c’est-à-dire le Ha D3 (Haffner, 1976, p. 92, pl. 100, fig. 8).

Fig. 13. Tableau récapitulatif des formes caractéristiques observées sur les quatre gisements : jattes, coupes, assiettes.

Fig. 13. Tableau récapitulatif des formes caractéristiques observées sur les quatre gisements : jattes, coupes, assiettes.

Fig. 14. Tableau récapitulatif des formes caractéristiques observées sur les quatre gisements : pots, couvercles, vases, bouteilles.

Fig. 14. Tableau récapitulatif des formes caractéristiques observées sur les quatre gisements : pots, couvercles, vases, bouteilles.

144Les vases à col concave développé de Geispolsheim et de Holtzheim sont très fragmentés, ce qui n’autorise aucune perception de la forme générale (type 6 ; fig. 4, n° 5 ; fig. 5, n° 14). Ceux de « Mittelweg » offrent un profil proche du « S » (fig. 7, n° 4), ce qui les distingue nettement des exemplaires du Ha D2- D3, pourvus d’une épaule large bien marquée, de Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000, fig. 24, nos 15-16 ; 25, n° 10) et de Merxheim (Haut-Rhin) (Treffort, Dumont, 2000, p. 52-53). Les spécimens pourvus d’une épaule – qui évoquent assez le profil général des jarres – pourraient donc constituer un critère chronologique pertinent pour la fin du Hallstatt. Les vases dont le profil s’approche du « S » seraient quant à eux plus tardifs puisqu’ils se retrouvent à « Mittelweg » en association avec de la céramique tournée typique de La Tène ancienne. Une telle datation est par exemple confirmée par le mobilier de Spaichingen-Dreifaltigkeitsberg dans le Wurtemberg (Biel, 1987, pl. 136, n° 38 et 141, n° 128).

145Enfin, les petites bouteilles (type 12 ; fig. 7, nos 7- 8) recueillies dans les fosses de « Mittelweg », toujours aux côtés de la céramique tournée, semblent fournir un indice fiable pour une datation à l’époque de La Tène. D’autant plus qu’elles font fréquemment partie des inventaires de La Tène A dans la région du Rhin supérieur, comme sur l’important site de Bad Krozingen (Röder, 1995, pl. 5, fig. 24). En revanche, ces petites bouteilles sont absentes à Geispolshein et Holtzheim ainsi que sur d’autres sites alsaciens de la fin du Hallstatt (Wolfgantzen, Merxheim…).

Type 13. Assiettes (fig. 13)

146En ce qui concerne l’assiette peinte en rouge foncé de Geispolsheim (fig. 4, n° 9), aucun élément de comparaison ne peut être proposé dans la région comme aux alentours. Au niveau de la forme, un modèle entièrement graphité découvert rue Balzac à Colmar (Jehl, Bonnet, 1970, pl. V, fig. 1) et un autre dans la fosse 31 de Merxheim (Haut-Rhin) (Treffort, Dumont, 2000, pl. 23, fig. 20) s’y apparentent quelque peu. Toutefois, parmi les formes particulières exhumées à la Heuneburg, figure un couvercle qui mérite d’être signalé. Hormis son rebord fortement épaissi vers l’intérieur, il est en tout point semblable à l’exemplaire de Geispolsheim (profil, dimension, décor). Selon H. Van den Boom, il s’agirait d’une imitation d’un couvercle de situle originaire d’Este ou de l’une des régions du domaine hallstattien oriental (Van den Boom, 1989, p. 78 et pl. 80, n° 929).

Produits tournés (fig. 13)

  • 25 En se fondant sur la chronologie des fibules, les dates d’importations et les datations dendrochron (...)
  • 26 Le fragment en céramique tournée à cannelures graphitées issu de la fosse 130 de Wolfgantzen (Kuhnl (...)

147À la fin du Hallstatt apparaît sur les sites princiers (Heuneburg, Mont Lassois…) comme sur quelques habitats de plaine (Wolfgantzen : Kuhnle et alii, 2000, fig. 24, n° 1 ; fig. 28, n° 24 ; fig. 30, n° 2 ; fig. 32, nos 19-20 ; Merxheim : Treffort, Dumont, 2000, pl. 14, fig. 10 ; pl. 15, fig. 9 ; pl. 19, fig. 1-4) de la céramique cannelée tournée25. Elle se caractérise par de fines cannelures disposées sur des coupes à profil sinueux pourvues d’une petite lèvre ou sur des jattes et des bouteilles26, et se distingue donc nettement de celle en usage à La Tène avec ses larges cannelures agrémentant des formes pourvues d‘un bord épaissi.

148Si la céramique tournée hallstattienne est absente de notre corpus, celle caractérisant les productions laténiennes est bien représentée dans l’ensemble de Rosheim « Mittelweg » (fig. 6, nos 7-8). Comme sur le site de Bad Krozingen, les types 2 et 4 définis par B. Röder y sont clairement identifiables (Röder, 1995, fig. 31, pl. 2-4). Or ces deux types sont exclusivement connus dans des ensembles clos de La Tène A. Leur apparition constitue donc un indice chronologique fiable. Inversement, bien sûr, leur absence ne peut cependant exclure une datation à La Tène ancienne.

Les décors (fig. 15 et 16)

Graphitage

149À partir du Bronze Final IIIb, l’application du graphite sur la surface des vases constitue dans la vallée du Rhin supérieur un type de décor courant qui tombe en désuétude au cours du Ha D1, ou au plus tard au début du Ha D2. Parmi les quatre sites examinés, on ne reviendra pas sur l’unique tesson de Geispolsheim orné de bandes rayonnantes en graphite qui évoque encore fortement les thèmes décoratifs chers au Bronze final III et au Ha C (Koenig et alii, 1990, p. 252). Du graphite en aplat apparaît quant à lui sur moins d’un quart des récipients en céramique fine de Rosheim « Sandgrube » (fig. 2, n° 6). Son usage dans les contextes plus tardifs est rare, même si à Wolfgantzen (Haut-Rhin), il orne entre autre le creux des cannelures d’une coupe tournée (Kuhnle et alii, 2000, p. 162 et fig. 23). Les sites de Holtzheim et Rosheim « Mittelweg » ne présentent aucun spécimen graphité.

Fig. 15. Corpus des décors chronologiquement pertinents.

Fig. 15. Corpus des décors chronologiquement pertinents.

Peinture rouge

150Comme le décor au graphite, la peinture, qui fait habituellement appel au rouge et au noir, existe à partir du Bronze Final IIIb. Elle est complétée – puis ultérieurement remplacée – par une peinture rouge, rouge et blanche ou rouge sombre. Dans notre secteur d’étude, on trouve de la peinture rouge à Rosheim « Sandgrube », uniformément appliquée sur deux vases à épaulement et bord court vertical (fig. 2, n° 10) ou associée à des décors incisés voire estampés (fig. 16). À Geispolsheim, la peinture rouge en aplat et le motif rouge sur fond blanc se rencontrent sur des coupes à profil pansu (fig. 3, n° 9). La peinture rouge sombre n’apparaît quant à elle que sur une forme particulière (fig. 4, n° 9).

151Le décor rouge et blanc, observé par excellence sur les vases à haut col, est plus rare sur des formes basses (Dämmer, 1978, p. 114-116, pl. 79, nos 861, 862 ; 81 nos 880, 883, 885, 886 ; 83 n° 911 ; Van den Boom, 1995, pl. 35, nos 84-87). Ce mode décoratif est principalement répandu dans le Bade-Wurtemberg, le nord de la Suisse, la Bavière, la Hesse et le Palatinat (Dämmer, 1978, fig. 7). À la Heuneburg, l’un des principaux centres de production, c’est à la fin du Ha D1 que les coupes à décor de zigzags rouges sur fond blanc sont florissantes, comme d’ailleurs la peinture rouge sombre appliquée sur l’ensemble de la surface (Dämmer, 1978, p. 53). Ceci n’exclut cependant pas l’existence d’autres centres ailleurs et ce, jusqu’à la fin du Hallstatt (Salzburg, Dürrnberg, Breisach…) (Dämmer, 1978, p. 34, 58-59 et fig. 5). S. Kurz suggère également que ce décor est encore en usage au Ha D2 (Kurz, 2000, p. 149-151).

152En Alsace, des décors peints en rouge et blanc n’avaient été recensés que sur le vase d’Hilsenheim (Bas-Rhin) (Heintz, 1949, p. 244 et pl. I, fig. 22) et celui d’Ehl-Lutterbach (Bas-Rhin) (Plouin, 1983, p. 1413). En dépit de la fouille de plusieurs habitats du Ha D ces dernières années, force est de constater que les trouvailles ne sont pas plus abondantes, hormis celles réalisées à Entzheim « Sellit » (Bas-Rhin) (Lasserre, 1993, p. 52, fig. 1 et 5) (cf. annexe).

Décors estampés

153Sur l’ensemble du mobilier étudié, les décors estampés sont exceptionnels. Il s’agit en particulier d’un motif de cercles oculés associés à de la peinture rouge sur un tesson de Rosheim « Sandgrube » (fig. 16). Ce thème décoratif apparaît à la fin de l’Âge du Bronze et s’avère particulièrement usité au Ha C sur la céramique de type Alb-Salem (Bauer, 1988, p. 107, 111) dont on connaît de nombreux exemples en Alsace (Plouin, 1983, pl. II et IV). Il perdure encore au début du Ha D1, comme l’attestent par exemple les sites de référence que sont, pour cette période, le Magdalenenberg et la Heuneburg (cf. infra). Cet horizon est illustré en Basse-Alsace par la découverte d’Achenheim (Bas-Rhin) (Heintz, 1953, pl. VIII, fig. 32) (cf. annexe).

Cordons

154Les cordons situés au niveau de l’infléchissement du col de certains pots constituent un élément typique des phases Ha C et D1. Dans le secteur considéré, ils sont connus à Rosheim « Sandgrube » (fig. 2, n° 7) et à Geispolsheim (fig. 4, n° 1) sur des pots à épaulement et bord peu développé.

Fig. 16. Tableau récapitulatif des décors caractéristiques observés sur les quatre gisements.

Fig. 16. Tableau récapitulatif des décors caractéristiques observés sur les quatre gisements.

155Conjointement à l’évolution de ces pots vers des pièces ovoïdes, voire rectilignes, le cordon a tendance à descendre et ce jusqu’au diamètre maximal de la panse. Cependant, il demeure nettement moins usité qu’aux périodes précédentes. L’habitat de Wolfgantzen (Haut-Rhin) illustre par exemple toutes ces variations (Kuhnle et alii, 2000, fig. 27, nos 8-10 ; 33, n° 6) et offre de bonnes comparaisons pour ceux de Holtzheim (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 7, nos 9- 10). Sur ces pièces, la zone située en dessous du cordon est souvent recouverte d’un engobe grossier et rugueux (cf. infra). Ce n’est qu’à La Tène ancienne que la décoration à l’aide d’un cordon est abandonnée.

Cannelures

156Deux types de décors cannelés doivent être distingués. Le premier constitue une ornementation classique qui agrémente des récipients montés à la main au Bronze final et, suivant les régions, au premier Âge du Fer. Contrairement à la Champagne où ce décor semble relativement prisé au cours du Hallstatt (Villes, 1984, fig. 6, nos 4 et 6b, nos 11-12), peu de vases présentent ce type d’ornementation en Alsace. Dans la micro-région, seul le vase non tourné à partie supérieure rentrante de Geispolsheim en est pourvu (fig. 4, n° 8). Quelques décors similaires ont été mentionnés par le passé à Colmar, au Britzgyberg, mais sur des formes ne présentant aucune analogie avec notre exemplaire (Koenig et alii, 1990, p. 252). Sporadiquement, on rencontre des décors cannelés en Bourgogne (Dartevelle, 1992, fig. 19, n° 7 ; 24, n° 1 ; 26, n° 4) ou en Franche-Comté (Pétrequin dir., 1979, fig. 65, n° 2 ; 66, n° 2, 4.5 ; 68 ; 75, n° 1.2.8 ; 78), par exemple.

157Le second type fait la spécificité des formes tournées, identifiées pour le Hallstatt en Alsace à Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 1998, fig. 24, n° 1 ; 28, n° 24 ; 30, n° 2) et à Merxheim (Haut-Rhin) (Treffort, Dumont, 2000, pl. 14, fig. 10 ; pl. 15, fig. 9 ; pl. 19, fig. 1-4), mais n’apparaît pas dans notre micro-région. Pour les cannelures laténiennes, nous renvoyons le lecteur au chapitre consacré à la céramique tournée.

Incisions

  • 27 En l’état actuel de la documentation, on observe en Lorraine une relative diversification des motif (...)

158Les décors réalisés selon la technique de l’incision existent durant tout l’Âge du Bronze et le premier Âge du Fer. L’association peinture rouge/incision apparaît sur de nombreux gisements du Ha C-D1, notamment en Alsace. L’incision seule est, quant à elle, recensée sur quelques gisements de la fin du Hallstatt ; elle constitue apparemment un répertoire décoratif peu prisé (cf. annexe)27. Enfin des croisillons rehaussés d’incrustation de pâte blanche ont été observés à Geispolsheim (fig. 3, n° 12) et à Holtzheim (fig. 16) ainsi que sur divers gisements du Ha D (Heintz, 1953, pl. VIII, fig. 31 ; Werth, Dehn, 1967, pl. 98, fig. 6 ; Kuhnle et alii, 2000, fig. 25, n° 20). Ils paraissent donc caractéristiques de la fin du Hallstatt, mais ne sont plus d’usage à La Tène ancienne.

Digitations et impressions

159Les digitations et les impressions constituent un thème décoratif extrêmement fréquent sur les pots et jattes grossières tout au long du Hallstatt. Il n’est dès lors pas surprenant de les rencontrer dans les quatre ensembles étudiés.

160On retrouve fréquemment cette ornementation sur la lèvre. Progressivement, ces impressions deviennent de plus en plus prononcées, de sorte qu’au Ha D3, se constituent de véritables bords ondulés. C’est le cas pour les nombreux exemplaires de Holtzheim (fig. 5, n° 11) et Rosheim « Mittelweg » (fig. 7, n° 2).

161En ce qui concerne la position de ces motifs sur la panse des pots, une évolution est observée sur des gisements bien documentés comme la Heuneburg. H. Van den Boom démontre qu’avec le temps et conjointement à l’effacement de l’épaule, la zone décorée se situe de plus en plus bas sur la panse pour attendre le diamètre maximal à la fin de l’occupation de ce site (Van den Boom, 1991, p. 62).

162Dans notre micro-région, les lignes imprimées au doigt ou à l’outil sont exclusivement situées à la jonction col/panse ou juste en dessous à Rosheim « Sandgrube » (fig. 2, n° 8) et majoritairement de la sorte à Geispolsheim (fig. 4, n° 2). À Holtzheim, elles sont le plus souvent placées juste au-dessus du diamètre maximal de la panse (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 3, nos 6 et 15).

163Enfin on retrouve également ce motif décoratif à la base de certains pots à Holtzheim (Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume, pl. 7, nos 11-12), un agencement que l’on rencontre fréquemment à Breisach par exemple, aussi bien dans des contextes Ha D3 que La Tène A (Balzer, 2004).

164Signalons également la présence, sur un pot de Holtzheim (fig. 5, n° 12), d’une triple rangée d’impressions plus ou moins triangulaires qui ne connaît a priori pas d’équivalent dans la vallée de Rhin. Un tel agencement, mais plus volontiers composé de digitations semble-t-il, s’observe plus au nord à Wolfsheim en Rheinhessen au début du Ha D (Koepke, 1998, pl. 257, fig. 10 et 12), au Dommelberg à Coblence, également au Ha D (Joachim, 1976, fig. 1, n° 15), comme à Schifferstadt dans le Palatinat au début de La Tène (Engels, 1967, pl. 26, fig. 19). En Lorraine – zone géographique qui entretient d’importantes relations culturelles avec ces régions – on retrouve également ce motif à Vigny, dans l’un des rares ensembles bien calés chronologiquement du Ha D3 (Brénon et alii, 2003, fig. 3, n° 19). Signalons également la présence de quelques exemplaires à la Heuneburg (Van den Boom, 1991, pl. 84, nos 722 et 725).

Engobe grossier et rugueux (Schlickrauhung)

  • 28 C’est pourquoi, on ne peut comparer que les ensembles de céramiques dont le matériel original a fai (...)

165Même un élément de décoration aussi banal que l’engobe grossier et rugueux s’avère chronologiquement pertinent lorsqu’on l’observe en détail. Mais les tessons recouverts d’un tel engobe sont rarement illustrés28. Ce type d’engobe, qui est appliqué sur la surface, doit être différencié des surfaces grossières affectant souvent les pots. L’engobe grossier et rugueux est appliqué sur la moitié inférieure des pots et se termine parfois vers le haut par un cordon ou une ligne d’impressions digitales. À titre de comparaison, ce procédé se retrouve sur des gisements datés du Ha D3, tels Merxheim (Haut-Rhin) (Treffort, Dumont, 2000, p. 51 et pl. 16, fig. 4-5, 7 ; pl. 17, n° 8), Breisach (Bender et alii, 1993, pl. 9, n° 22 ; pl. 10, n° 11 ; pl. 32A, n° 11 ; pl. 56, n° 67), Mayence-Ebersheim et Wallertheim (Koepke, 1998, pl. 94, n° 1 ; pl. 241, n° 5). À Rosheim « Sandgrube » et à Geispolsheim, l’engobe grossier et rugueux n’est pas connu. En revanche, cet élément est présent dans chacune des fosses de Holtzheim.

  • 29 La proportion de fragments de panses recouverts d’un engobe grossier et rugueux (schlickgerauht) pa (...)
  • 30 Les fosses 8, 26 et 52, sans pouvoir être datées précisément entre l’extrême fin du Hallstatt ou le (...)

166À Rosheim « Mittelweg », seules quatre fosses sur vingt et une renfermaient de telles pièces : fosses 8, 15, 26 et 5229. Le taux le plus élevé est atteint dans la fosse 15 qui renfermait entre autres une fibule à pied orné datant du Ha D3, des coupes à profil sinueux, des jattes à bord rentrant ainsi que six fragments de céramique tournée attribués à La Tène A (Röder 1993, p. 91-92, pl. 8-11). La fibule et l’engobe grossier sont incontestablement des éléments courants au Ha D3. Les coupes et jattes peuvent appartenir indistinctement au Ha D2-D3 et à LT A. En revanche, la céramique tournée est laténienne. Ces indices nous portent à croire que la fosse 15 constitue une des structures les plus anciennes du gisement30.

167Pour conclure, l’engobe grossier et rugueux ne semble pas perdurer au-delà du début de La Tène ancienne et reste essentiellement caractéristique de la fin du Hallstatt.

Décor au peigne

  • 31 Compte tenu des éléments de comparaison disponibles lors de sa publication, le mobilier des fours d (...)

168Le décor au peigne apparaît très timidement au cours de la culture du Laufeld (Joachim, 1968, pl. 7, A1) ou dans le Taunus durant le Ha C (Behagel, 1949, pl. 5, G2), puis prend un certain essor au cours du Ha D au sein du groupe de l’Hunsrück-Eifel (Joachim 1968, pl. 20, C1 ; pl. 23, E1 ; Neuffer, 1939, pl. 7, nos 2, 3, 5 et 7), dans le Rhin inférieur (Simons, 1989, p. 66, fig. 10), la Belgique (Destexhe, 1987, p. 244), la Picardie (Talon, 1989, p. 314) et la Lorraine (Brénon et alii, 2003, fig. 3, nos 11-12), notamment à Florange (Moselle) (Pétrequin et alii, 1973)31.

169De Francfort à la Bourgogne, en passant par l’Alsace et le Pays de Bade, le peigne semble quant à lui principalement en usage à la transition Hallstatt/La Tène. On peut citer les découvertes de Francfort-Zeilsheim (Schumacher, 1972, pl. 6A, fig. 7), de Wallertheim (Koepke, 1998, pl. 205A, fig. 9 ; pl. 225, fig. 5, 16 ; pl. 233, fig. 7) et de Breisach (Bender et alii, 1993, pl. 8, fig. 20 ; pl. 42, fig. 17) en Allemagne, de Merxheim (Treffort, Dumont, 2000, pl. 12, fig. 4- 5 ; pl. 19, fig. 5) et de Zimmersheim en Alsace (Voegtlin, Schweitzer 1989, fig. 7,4) (cf. annexe), de Bragny-sur-Saône en Bourgogne (Feugère, Guillot, 1986, fig. 14, n° 9), enfin de Beaufort au Luxembourg (Waringo, 1999, fig. 19, n° 1).

170En Alsace, la présence du décor peigné semble impliquer une datation au plus tôt du Ha D3. Aussi est-il important de souligner l’absence totale de décor peigné à Rosheim « Sandgrube » comme à Geispolsheim, alors que cette technique est attestée à Holtzheim (fig. 16) et à Rosheim « Mittelweg » (fig. 16).

Conclusion (fig. 15 et 16)

171En dépit de la rareté des décors observés sur les quatre gisements, on peut souligner, comme le résume le tableau de la figure 15, que dans l’ensemble, les thèmes décoratifs et les techniques employées sont chacun caractéristiques d’une époque particulière. Ils permettent donc d’ordonner les gisements les uns par rapport aux autres, voire parfois de proposer quelques orientations chronologiques pour des complexes pauvres en mobilier.

172Certains éléments pertinents ne figurent pas au sein de ce tableau dans la mesure où ils font plus appel à des appréciations quantitatives (par exemple rareté des digitations dans les ensembles de La Tène) ou à une évolution dans la position du décor sur le vase (entre autres celle de la ligne imprimée qui quitte la pliure du col pour orner l’épaule ou la panse).

Conclusion : Évolution de la céramique de la fin du Hallstatt en Alsace

Chronologie des quatre gisements

173Les quatre gisements de Rosheim « Sandgrube », Geispolsheim « Bruechel », Holtzheim « Am Schluesselberg » et Rosheim « Mittelweg » ne se trouvent qu’à quelques kilomètres les uns des autres. À cette proximité spatiale s’ajoute un phasage chronologique relativement serré, la céramique exhumée s’échelonnant entre le Hallstatt D et La Tène ancienne. Les concordances et les différences entre ces gisements voisins sont enfin suffisamment nombreuses pour tirer quelques conclusions significatives, et ce en dépit de l’absence quasi totale de mobilier métallique.

  • 32 La proportion de formes de base (jattes, coupes, pots) ne donne en revanche aucune certitude quant (...)

174Diverses caractéristiques autorisent des assertions chronologiques. Il s’agit : (1) de la présence ou de l’absence de certains types, (2) de la proportion relative de certaines formes32, (3) des modes décoratifs et (4) de la modification de la taille de certains types (cf. infra).

175Un classement des quatre gisements en chronologie relative peut à présent être proposé :

176* D’un point de vue typologique, les fosses 14, 16 et 65 de Rosheim « Sandgrube » se caractérisent par la présence de coupes à profil pansu ou faiblement sinueux, de vases à bord oblique, de décors au graphite, de motifs de cercles oculés, qui existent au Ha C et perdurent au Ha D1. L’absence de vases à large bord en entonnoir, d’écuelles tronconiques conduit cependant à privilégier l’horizon Ha D1. Rien dans le corpus n’évoque en revanche des formes plus évoluées en particulier des coupes à profil sinueux ou caréné, qui se développeront ultérieurement.

177Le problème actuel est que le meilleur fossile directeur pour dater les ensembles du Ha D1, à savoir les fibules, fait défaut sur la quasi-totalité des habitats à l’ouest de la Forêt-Noire, alors qu’à l’est (Wurtemberg et Bavière), les fibules sont présentes aussi bien dans les contextes funéraires que dans les habitats. Ainsi, les fibules provenant de la nécropole du Magdalenenberg près de Villingen (Spindler, 1971-1980) et celles appartenant à la phase IV du site de hauteur de la Heuneburg (Mansfeld, 1973 ; Sievers, 1984 ; Stöckli, 1991) couvrent ensemble toute la phase du Ha D1 (cf. infra). La meilleure référence pour la céramique d’habitat du Ha D1 demeure donc la Heuneburg.

  • 33 On rappellera d’ailleurs que des courants d’échanges à grande distance avaient déjà été mis en évid (...)

178* Dans son ensemble, le mobilier de Geispolsheim est relativement homogène. Si la coupe à profil pansu décorée d’un zigzag rouge sur fond banc et le vase à col en degrés évoquent la fin du Ha D1 par comparaison avec les productions de la Heuneburg, ces pièces demeurent rares en Alsace et constituent, si ce n’est des importations, tout au moins des imitations33. L’incidence sur la chronologie du gisement demeure donc difficile à apprécier. En effet, hormis les coupes à profil faiblement sinueux, les caractères du Ha D1 bien identifiés à Rosheim « Sandgrube » font défaut (vase à bord oblique, graphite en aplat…). Toutefois le tesson orné de motifs graphités typique du Ha CD1 ne peut être ignoré, même si son caractère résiduel reste probable.

179L’absence marquée de certaines formes caractéristiques des ensembles tardifs, telles les coupes à profil caréné et partie supérieure concave, le décor peigné, les jattes à bord nettement rentrant, laisse à penser que le gisement de Geispolsheim est quelque peu plus ancien que ceux de Wolfgantzen ou de Merxheim.

180La céramique cannelée tournée hallstattienne typique du Ha D3 fait également défaut. Il va de soi que tous les gisements du Ha D3 ne livrent pas ce type de céramique dite de luxe. Holtzheim en est un exemple tout proche. Cependant on décèle à Geispolsheim, de par la présence d’objets rares (corail brut, « assiette », vase à col en degrés), un certain statut social qui ne l’aurait vraisemblablement pas mis à l’écart de la circulation de tels biens de prestige. On envisagera donc plus volontiers que le gisement se développe avant l’émergence de cette production, à savoir à l’extrême fin du Ha D1 et surtout au Ha D2.

  • 34 Cependant, les vases à col vertical ne connaissent de bons parallèles qu’au Ha D3 dans la Hunsrück- (...)

181Rien n’exclut une telle datation pour l’essentiel du mobilier34, ce que confirment les nombreuses coupes à profil sinueux. Rappelons aussi que les céramiques du silo 32, bien représentatives du corpus, sont associées à des perles en verre brun, que l’on retrouve dans les nécropoles de la forêt de Haguenau en contexte Ha D1 et surtout Ha D2 (Koenig et alii, 1993, p. 185, fig. 9).

182Au sein de cet ensemble, seul le silo 45 est peut-être un peu plus tardif, présentant quelques similitudes avec le mobilier de Holtzheim (jatte à bord rentrant sinueux, motifs de croisillons).

183* À Holtzheim, le mobilier est très homogène, ce que confortent les remontages interfosses. Les nombreuses comparaisons que l’on a pu établir en Alsace comme dans les régions voisines attestent que les jattes à partie inférieure tronconique et bord rentrant ou à bord rentrant sinueux, les coupes à profil sinueux ou carénées, les pots revêtus d’engobe grossier et rugueux, ceux à parois rectilignes ou encore les tessons décorés au peigne, sont typiques des productions du Ha D3. Quelques ressemblances demeurent néanmoins entre Holtzheim et Geispolsheim, notamment à travers les séries de coupes à profil sinueux, prouvant que ces deux gisements se succèdent dans un laps de temps relativement court, d’autant plus qu’aucune caractéristique relevant avec certitude de La Tène ancienne n’a été recensée à Holtzheim.

  • 35 Ce site particulièrement riche en céramiques du Hallstatt final est déjà occupé à partir du Ha C-D1

184Dans l’ensemble, le corpus de Holtzheim a des affinités avec ceux d’un certain nombre d’habitats ouverts situés dans des régions éloignées de plus de 100 km. Datés de la fin, voire de l’extrême fin du Hallstatt, il s’agit entre autres des gisements de Francfort-Zeilsheim (Schumacher, 1972, pl. 6A) et de Wallertheim (Koepke, 1998, pl. 200-248)35 au nord de la vallée du Rhin supérieur (Rheinhessen), de Neunkirch « Tobeläcker » (Suisse) à l’ouest du Lac de Constance (Ruckstuhl, 1989) et de Möhlin « Hinter der Mühle » (Suisse) près de Bâle (Brogli, Schibler, 1999).

185* Enfin, la datation de Rosheim « Mittelweg » est assurée par les coupes et jattes en céramique tournée qui sont exclusivement connues dans des ensembles clos de La Tène ancienne. Le matériel monté à la main, en particulier les jattes à bord rentrant, les bouteilles et les vases à col concave et profil en « S », correspondent bien aux productions courantes à cette phase.

186La tendance générale révèle donc tout d’abord une évolution des formes. Elle est particulièrement sensible entre le Ha D1 et le Ha D2-D3, alors que la quasi-totalité des formes de LT A est de tradition Hallstatt final. Quelques nouveaux types émergent néanmoins, comme les petites bouteilles, les jattes et les coupes tournées. Les décors évoluent eux aussi de façon notoire entre le Ha C-D1 et le Ha D2-D3 et vont souvent de pair avec la modification du profil des vases (par exemple les cordons). Si les changements sont moins perceptibles entre le Ha D2-D3 et LT A, on observe toutefois un certain appauvrissement des modes décoratifs et une diminution du nombre de vases ornés à partir du second Âge du Fer.

187Une évolution entre le Hallstatt et La Tène ancienne est enfin perceptible au niveau de la taille des récipients. L’analyse métrique ne constitue pas un critère adapté pour différencier le Ha D1 du Ha D2-D3. En revanche, au sein de la phase Ha D2/3-LTA, on constate une nette augmentation de la taille des jattes, et, dans une moindre mesure, de celle des coupes. Le diamètre des pots reste quant à lui inchangé. Ainsi, des ensembles numériquement importants semblent pouvoir être classés selon une chronologie relative au sein de la phase Ha D2/3-LT A par le biais des diamètres moyens et maximums des jattes et des coupes (fig. 17).

188En l’état actuel des recherches, nous disposons de quelques dates clés pour la période Ha D1-LT A :

    • 36 Aucune sépulture n’a été aménagée ultérieurement, exception faite d’une seule tombe du Ha D2, ayant (...)

    Pour le début de cette période, les principales dates sont fournies par le Magdalenenberg, près de Villingen (Forêt-Noire) et par la Heuneburg située à environ 75 km plus à l’est, sur le haut Danube. La tombe centrale du tertre du Magdalenenberg (environ
    100 m de diamètre) et ses nombreuses sépultures périphériques ont fourni des fibules et autres objets métalliques typiques du début du Ha D1 (Spindler,
    1971-1980). Plusieurs tombes ont pu être datées par dendrochronologie : la tombe centrale a été érigée en
    616 av. J-C. et la tombe présentant la date la plus récente vers 593 av. J.-C. On suppose que la pratique des sépultures périphériques cesse entre 593 et 581 av J.-C.36 puisque le pillage de la tombe centrale est intervenu à cette date ou peu après (Friedrich, 1995,
    p. 172). L’occupation de la Heuneburg (phase IVc) débute également au Ha D1, mais d’après les caractéristiques typologiques des fibules, après celle du Magdalenenberg, c’est-à-dire aux alentours de 575 av. J.-C. (Stöckli, 1991).

  • Pour le Ha D3, on dispose de deux datations dendrochronologiques, l’une pour la Heuneburg et l’autre pour le site de hauteur de Beaufort au Luxembourg (Friedrich, 1995). Les bois de la Heuneburg, datés de 520 ±10 av. J.-C., proviennent de la porte menant au Danube (« Donautor »), construite au début de la phase Ia (Friedrich, 1995, p. 179). Dans la mesure où cette phase est précédée par un horizon Ib dont le matériel appartient au même spectre (Ha D3), cette date permet de situer le début du Ha D3 avant 520. Les bois recueillis dans le rempart du site de hauteur de Beaufort (1 ha) datent de 513 et 501 av. J.-C. (Friedrich, 1995, p. 172). La céramique exhumée (Waringo, 1999) offre quelques parallèles avec celle des sites alsaciens du Hallstatt final (Ha D3). Ces dates dendrochronologiques sont conformes à celles proposées pour les importations (Dehn, Frey, 1962 et
    1979) puisque les produits importés de Grèce (céramique attique) découverts sur les sites princiers sont datés de ces décennies (530-500 av. J.-C.).

    • 37 Des planches datées de 469 ± 10 BC proviennent du gisement d’Hagondange (Moselle) ; le mobilier peu (...)

    Aucune date dendrochronologique n’apporte à l’heure actuelle de précision sur le début du second Âge du Fer37. En se fondant sur les recherches de
    G. Kaenel pour la Suisse (Kaenel, 1990), corrélées aux terminus post quem fournis par les objets importés (Dehn, Frey, 1979 ; Haffner, 1976), on retiendra que les premières formes laténiennes apparaissent dès les années 480-470 en Suisse occidentale, dates pouvant par ailleurs s’appliquer à l’ensemble du monde celtique occidental (Kaenel, 1990, p. 255).

189En résumé, on proposera de façon schématique les datations suivantes pour les sites de la micro-région :

  • Rosheim « Sandgrube » : Ha D1 (fin viie-début vie siècle environ) ;

  • Geispolsheim « Bruechel » : extrême fin du Ha D1-Ha D2 (milieu vie siècle environ) ;

  • Holtzheim « Am Schluesselberg » : Ha D3 (fin vie siècle environ) ;

  • Rosheim « Mittelweg » : LTA (ve siècle environ).

Fig. 17. Évolution des diamètres des jattes, coupes et pots.

Fig. 17. Évolution des diamètres des jattes, coupes et pots.

Relations entre Basse-Alsace et Haute-Alsace/Brisgau

190Les nombreuses comparaisons effectuées tout au long de cette étude traduisent indiscutablement l’existence, au premier Âge du Fer, d’un fonds commun sur l’ensemble de la vallée du Rhin supérieur et au-delà. Ceci étant, quelques spécificités peuvent être énoncées afin de mettre en lumière les différences existant au niveau des productions de céramiques entre Basse-Alsace et Haute-Alsace/Brisgau.

  • 38 Il s’agit du site de hauteur de Breisach (D) (Bender et alii, 1993) et de quatre habitats de plaine (...)
  • 39 Il semble en être de même plus au nord. Cependant pour certains récipients provenant de la « Heiden (...)

191La première constatation est que de la céramique tournée du Hallstatt final, comparable à celle de la Heuneburg (Lang, 1974 ; Hopert, 1996b) ou du Mont Lassois (Joffroy, 1960), est attestée en Haute-Alsace et dans le Brisgau sur au moins quatre sites38. En revanche, elle fait pour l’instant défaut en Basse-Alsace39. Cette différence est-elle à mettre sur le compte d’une faible diffusion de cette céramique, s’opérant ici à partir de centres de production situés par exemple à Breisach et dans ses environs (Kuhnle et alii, 2000, p. 164-165) ? On peut en douter, d’autant que les échanges à plus longue distance sont fréquents à la fin du premier Âge du Fer.

192Une seconde différence, facilement repérable, tient aux couvercles munis d’une poignée. Durant le Hallstatt D, ils constituent un type très répandu, depuis le Haut Danube (Van den Boom, 1989, pl. 33-43) jusqu’à la région de Mayence (Koepke, 1998, pl. 221D, fig. 1 ; 237, fig. 18), dans le Palatinat (Engels, 1967, pl. 12A, fig. 11 ; 27A, fig. 10), ainsi que dans le Bas-Rhin (cf. supra). Il n’en existe en revanche aucune pièce dans le Haut-Rhin, ni dans le Brisgau. Breisach, avec ses centaines de découvertes publiées, n’en a pas même livré un seul exemplaire (Bender et alii, 1993, pl. 1-62).

193Il convient en troisième lieu de mentionner le motif peint en rouge et blanc observé sur une coupe à profil pansue de Geispolsheim (fig. 3, n° 9). Particulièrement fréquent à la Heuneburg, ce type de décor ne se retrouve en Alsace que dans un secteur géographique limité au sud-ouest de Strasbourg avec les découvertes d’Hilsenheim (Bas-Rhin) (Heintz, 1949, p. 244 et pl. I, fig. 22), d’Ehl-Lutterbach (Bas-Rhin) (Plouin, 1983, p. 1413) et d’Entzheim « Sellit » (Bas-Rhin) (Lasserre, 1993, p. 52, fig. 1 et 5) (cf. annexe).

194Pour résumer, peu de particularismes s’observent donc entre la Basse-Alsace et la Haute-Alsace/Brisgau. Ces derniers se limitent en fait à des productions relativement rares. C’est le cas, comme nous l’avons souligné, de la céramique peinte en rouge et blanc et des couvercles, qui montrent des contacts certains entre la Basse-Alsace et la Heuneburg, située à plus de 150 km au sud-est, mais qui demeurent inconnus en Haute-Alsace. Inversement, les trouvailles de céramique cannelée tournée du Ha D3 se concentrent, quant à elles, dans le secteur englobant Breisach, Colmar et Mulhouse, tout en ayant de fortes affinités avec les productions similaires présentes sur des sites lointains comme la Heuneburg, Châtillon-sur-Glâne, le Mont Lassois, etc. Enfin, au plus tard à La Tène ancienne, des liens très forts se tissent aussi entre le Brisgau et la micro-région au sud-ouest de Strasbourg comme en témoigne la céramique tournée laténienne du site de Rosheim « Mittelweg ».

  • 40 De nettes différences ont été observées entre le nord et le sud de l’Alsace au Néolithique (Jeuness (...)

195À l’issue de cette étude, les productions en céramique de la fin du Hallstatt semblent donc homogènes du nord au sud de l’Alsace. Des groupes régionaux étant cependant bien attestés pour des horizons plus anciens ou plus récents40, l’hypothèse selon laquelle on n’observe pas d’entités culturelles bien différenciées à la fin du Hallstatt et au début de La Tène, devra être confirmée ou infirmée par les recherches futures, tout particulièrement dans les secteurs encore mal documentés.

Annexe : corpus des principaux gisements de la fin du Hallstatt en Basse-Alsace, Haute-Alsace et dans le Brisgau

196L’étude détaillée de la céramique de Holtzheim, de Geispolsheim et des gisements de Rosheim « Sandgrube » et « Mittelweg » a permis l’élaboration d’un cadre typochronologique propre à cette micro-région allant du Ha D1 au début de La Tène.

197Pour replacer les gisements étudiés dans un cadre géographique plus vaste, il a été important d’analyser le mobilier issu des autres gisements attribués au Ha D2-D3 voire au début de La Tène découverts sur l’ensemble de l’Alsace et le Brisgau (fig. 18). La documentation n’ayant pu être intégralement reprise à la base, l’analyse s’est fondée sur des ensembles relativement bien documentés et publiés. Cette démarche présente un certain nombre d’écueils dans la mesure où seul le mobilier dessiné est pris en compte et ce, sans vérifications préalables. Elle permet néanmoins d’esquisser un cadre typochronologique applicable à toute la région. Les dernières découvertes actuellement en cours d’étude sont exclues de cet inventaire (Merxheim, Habsheim) ; néanmoins leurs principales caractéristiques ont pu être prises en compte dans l’étude d’ensemble.

Fig. 18. Carte de répartition des principaux gisements du Ha D2-D3 d’Alsace et du Brisgau.

Fig. 18. Carte de répartition des principaux gisements du Ha D2-D3 d’Alsace et du Brisgau.

Gisements de Basse-Alsace

Achenheim

198Une surveillance archéologique des travaux d’extraction de lœss à Achenheim a été menée par G.-F. Heintz entre 1936 et 1953 (Heintz, 1953), puis jusqu’à 1963 (Heintz, 1964). Rendue possible en raison d’une exploitation effectuée à la main, cette surveillance a été fortement compromise lorsqu’en 1958 l’exploitation a été mécanisée (Tuilerie Coopérative des entrepreneurs de l’Est devenue ensuite la briqueterie « Matériaux de Construction S.A. »).

199De rares traces de bâtiments, quelques sépultures et surtout près de 170 fosses s’échelonnant entre le Bronze final et le gallo-romain précoce ont été fouillées. Ces vestiges observés sur près de 2 ha complètent les quelques découvertes néolithiques et gallo-romaines réalisées au début du xxe siècle lors des fouilles de R. Forrer (Forrer, 1903 et 1921) et de F.-A. Schaeffer (Schaeffer, 1926).

  • 41 Un tel horizon chronologique est confirmé sur le site par la présence d’une fibule à navicelle (Hei (...)

200La période hallstattienne est représentée par une cinquantaine de fosses qui semblent correspondre à des silos. Pour une vingtaine d’entre elles, le mobilier significatif a été illustré. Même s’il demeure impossible de quantifier la fréquence de chaque type et de distinguer de façon fiable les vases en céramique grossière, leur présence/absence permet de proposer quelques orientations d’ordre chronologique pour trois d’entre elles. Ainsi dans la structure 15, les coupes pansues à petit bord droit vertical, le décor de cercles apparenté au style Alb Salem et les bracelets en lignite évoquent encore le Ha D141, mais une coupe presque carénée, à partie supérieure verticale, tout comme plusieurs jattes à profil rentrant, sont probablement plus tardives (Heintz, 1953, pl. VIII, fig. 9-39). Ces divers types existent aussi dans les ensembles 61 et 82, à présent associés à des formes plus évoluées telles les coupes à profil sinueux, voire franchement caréné (Heintz, 1953, pl. IX fig. 18-55).

201En résumé, le mobilier d’Achenheim présente encore quelques éléments du Ha D1 (décor de cercles oculés, bracelets en lignite, coupes pansues à petit bord droit vertical). Mais les coupes à profil plus ou moins sinueux ou caréné sont quant à elles caractéristiques des productions du Ha D2-D3. Rappelons qu’elles sont absentes des ensembles du Ha D1, comme Rosheim « Sandgrube » ou Colmar « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990).

Entzheim « Sablière Oesch »

202Une série de structures interprétées comme des « fonds de cabane » a été fouillée en 1970 par

203G. Schmitt dans la sablière Oesch à Entzheim. B. Normand attribue le mobilier à La Tène 1a, compte tenu de son caractère soigné et d’analogies de pâte avec la céramique cannelée laténienne (Normand, 1973, p. 82 et pl. XIV-XV).

204L’analyse typologique des formes présentes dans les fosses 26 et 29 permet de déceler un certain nombre d’analogies avec le mobilier du Ha D3 étudié à Holtzheim. En revanche, dans la fosse 27, la coupe à profil sinueux, à épaulement très haut et passage bord/panse marqué, constitue une nouveauté. Avec la petite bouteille issue de la fosse 17, elle pourrait dater de LT A. Dans toutes ces structures, l’absence de formes à bord rentrant est à signaler : réalité ou image induite par la sélection des dessins ? Cette seconde interprétation paraît vraisemblable au vu de la fréquence de ce type à la fin du Hallstatt et au début de La Tène.

Entzheim « Sellit »

205La découverte de vestiges archéologiques dans le front de taille d’une carrière établie à Entzheim a conduit à effectuer un décapage d’environ 250 m2 afin de fouiller la partie restante d’une grande fosse. Cette excavation creusée dans le lœss contenait encore plusieurs kilos de céramiques parmi lesquels des jattes à bord droit, des modèles à encoches, des coupes à profil sinueux, des pots ovoïdes à bord ourlé faiblement déjeté ou situliformes à décor digité. Ce corpus peut être complété par deux coupes peintes à petit bord éversé : la première de forme pansue est décorée d’une large bande blanche encadrée par deux bandes rouges plus étroites ; la seconde semble carénée et présente une bande oblique rouge sur fond blanc (Lasserre, 1993, p. 52). Ce mobilier offre un certain nombre d’analogies avec celui de Geispolsheim, en particulier les décors peints.

206Il est dès lors difficile de définir si le mobilier d’Entzheim « Sellit » appartient encore au Ha D1 ou déjà à l’horizon suivant.

Kienheim

207Découverte fortuitement en 1951 lors du creusement d’un silo à Kienheim, il s’agit d’une excavation creusée dans le lœss et interprétée par les fouilleurs comme étant un « fond de cabane ». Le caractère très succinct du descriptif (2 horizons distincts de 0,30 m chacun) et l’absence d’illustration ne permettent pas d’aller plus avant dans l’interprétation (Derville, 1953).

208Le mobilier se compose essentiellement de pots et de jattes. Les cordons semblent nombreux et ornent majoritairement des pots hémisphériques à bord vertical ou très légèrement rentrant. Un exemple de cordon localisé à la pliure bord/panse est aussi à signaler. Une anse est figurée sans que l’on puisse définir avec certitude si elle appartient à un couvercle. Parmi les formes plus fines figurent des jattes à bord légèrement rentrant, parfois sinueux ou offrant une lèvre en léger bourrelet. Divers récipients s’avèrent difficiles à classifier, parmi lesquels figurent peut-être des coupes. Une épingle à tête de corail, un petit bracelet, une boucle d’oreille en tôle de bronze et quatre perles en jais complètent cet inventaire.

209Les éléments de parures de cette structure appartiennent sans conteste au Ha D, mais un phasage plus fin s’avère délicat (Koenig, 1985, p. 186-191, et 1987, p. 92). La céramique, en grande partie constituée de formes grossières, n’apporte que peu d’informations. Les vases hémisphériques à bord vertical et cordon se rencontrent à Rosheim « Sandgrube » (Röder, Blanc, 1995, fig. 13, n° 4) au Ha D1, comme à Brumath dans un contexte quelque peu plus évolué (Mentele, Plouin, ce volume). Les deux récipients dits « plombaginés » sont vraisemblablement graphités, un style décoratif que l’on ne rencontre plus au-delà du Ha D1. Pour une phase plus récente, il manque également tout le cortège des coupes qui sont en général de bons indicateurs chronologiques.

Reichstett

210À Reichstett, B. Normand signale la découverte d’une fosse en 1970 lors de travaux d’assainissement (Normand, 1973, p. 109 et pl. XI). Les tessons sont attribués à La Tène mais, à la lumière des dernières découvertes, on peut s’interroger sur leur éventuelle appartenance au Ha D2-D3. En effet, le corpus se compose de deux coupes à profil caréné, l’une à partie supérieure verticale, l’autre concave, de jattes à bord droit ou rentrant et de pots pansus décorés d’un cordon ou de digitations sur la panse ou la lèvre. Les fonds présentent le particularisme d’avoir une base nettement démarquée, ce qui est peu fréquent au Hallstatt mais s’observe néanmoins sur le site d’Holtzheim.

Wolfisheim « Westermatt »

211Découvert lors d’une prospection préalablement à l’installation d’une ZAC, le gisement de Wolfisheim « Westermatt » a été fouillé en 1990 sur une emprise d’environ 2000 m2. Situé sur la terrasse de lœss de Lingolsheim, il a livré des vestiges du Néolithique moyen (Grossgartach), du premier Âge du Fer et des époques gallo-romaines et médiévales (Sainty, 1990). Les vestiges hallstattiens correspondent à une ferme et ses dépendances. Outre la maison, deux autres bâtiments ont été partiellement reconnus. En périphérie se répartissent des silos, un four de potier, un four à vocation culinaire et diverses fosses, le tout limité au nord par un grand fossé doublé d’un fossé palissadé (Schnitzler, Sainty, 1992).

212Si l’essentiel du mobilier semble appartenir au Ha C, la fosse 34 évoque un horizon a priori plus récent. Elle renferme notamment des coupes à profil plus ou moins sinueux ; les formes rentrantes sont elles aussi bien représentées. Tous ces types sont bien caractéristiques de la fin du Hallstatt.

Gisements de Haute-Alsace

Bruebach « Auf dem Burner » et « Rennwasen am Rotlaubweg »

213Dans le cadre des prospections effectuées depuis 1985 dans la micro-région de Bruebach, Zimmersheim, Eschentzwiller et Habsheim, un silo a été fouillé à l’extrémité nord-ouest du plateau lœssique sundgauvien, sur la commune de Bruebach, au lieu-dit « Auf dem Burner » (Jeunesse et alii, 1988, p. 82-83 et fig. 6-9). Cette structure a livré, outre de la faune et des résidus métallurgiques, un lot de céramiques. Il se compose de pots à épaulement ou de profil ovoïde pourvus de cordon, de jattes à partie inférieure tronconique et bord droit ou très légèrement rentrant, d’une coupe carénée à partie supérieure concave et d’un vase à bord rentrant. Le mobilier est attribué au Ha D mais, à la lumière des découvertes d’Holtzheim et de Wolfgantzen, il est possible aujourd’hui de restreindre la fourchette chronologique à la fin du Hallstatt.

214À environ un kilomètre à vol d’oiseau, au lieu-dit « Rennwasen am Rotlaubweg », un autre silo a été fouillé en 1989 (Voegtlin, 1991, p. 135). Le mobilier, quoique peu abondant et fragmenté, a été attribué à La Tène ancienne. Il se compose de jattes à bord légèrement rentrant et partie basse tronconique, de coupes carénées, d’une panse décorée au peigne et de pots ovoïdes à bord vertical et bords épaissis (Voegtlin, 1991, pl. 1-3). Dans la mesure où toutes ces formes et décors se rencontrent déjà à Holtzheim, Merxheim (Treffort, Dumont, 2000) et Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000), on peut s’interroger sur une datation plus large pour cet ensemble, à savoir la fin du Hallstatt ou le début de La Tène43.

Illfurt-Britzgyberg

215Le gisement de hauteur du Britzgyberg à Illfurt a fait l’objet de diverses campagnes de fouilles programmées entre 1971 et 1989 (Schweitzer, 1973 et 1997). Il s’agit d’un gisement de hauteur de type « éperon barré », formé de deux terrasses couvrant une superficie d’environ 5 ha, délimité par un système défensif avec fossé et vallum (double rempart à la fin du Hallstatt). De par sa position topographique, il contrôlait la vallée de l’Ill et la plaine du Rhin.

216Au total, six phases d’occupation s’échelonnant entre la fin du Ha C et LT A ont été identifiées (A à F). Il s’agit de trois ou quatre phases de construction défensives, séparées par des niveaux d’habitat. Ces niveaux ont livré un abondant mobilier traduisant, outre des activités agro-pastorales et artisanales classiques sur les sites d’habitat, des activités métallurgiques (bronze et fer) et la fabrication de poterie. Parmi les objets importés figurent des produits manufacturés (céramique attique à figures noires, amphore massaliote, bucchero) comme des matières premières.

217La céramique domestique n’a à ce jour fait l’objet que d’une publication des plus partielles (Schweitzer, 1973, pl. 1-5). La phase du Ha D y est illustrée par des jattes à bord droit ou rentrant, des coupes à pied à profil sinueux (dont une à épaulement marqué), des jattes à encoches et des pots ovoïdes ou à épaulement. Quelques décors incisés originaux sont à signaler : frises de triangles emplis de cercles oculés, croix de Saint-André, chevrons emplis de petits « V » incrustés de pâte blanche. Cette abondante documentation, largement inédite, est actuellement en cours d’étude dans le cadre d’un projet collectif (PCR), dirigé par A.-M. Adam.

Wolfgantzen « Déviation RN 415 »

218L’habitat ouvert de Wolfgantzen a fait l’objet d’une fouille préventive en 1995, menée sur 0,7 ha sur le tracé de la déviation de la RN 415 à 500 m au nord du village (Kuhnle et alii, 2000). Cette occupation de plaine, implantée sur des dépôts alluviaux du Rhin, se situe face au « Münsterhügel » de Breisach, distant de 5,5 km. Environ 200 trous de poteaux étaient conservés, dont ceux d’une maison rectangulaire de 9,40 sur 5,60 m et de deux greniers successifs, construits à côté de l’habitation.

219Une trentaine de fosses et un lambeau de sol ont livré un mobilier particulièrement riche pour un habitat de plaine. Il s’agit notamment de sept fibules, bien datées du Ha D2 et du Ha D3, ainsi que de coupes et bouteilles en céramique tournée comparables à celles des « résidences princières » du Hallstatt final.

  • 42 Notamment les jattes, associées à une fibule à arc plat et disque d’arrêt, datée de la transition H (...)
  • 43 Seule la mention d’un décor « en pointe de diamant » (non illustré) considéré par les fouilleurs co (...)

220Pour la céramique montée à la main, le corpus est varié et illustre dans l’ensemble les phases Ha D2 et D3, même si quelques éléments relèvent encore du Ha D142 43. Les jattes à bord droit et à bord rentrant, y compris à bord rentrant sinueux, sont nombreuses. Les coupes se distinguent par de multiples variantes au sein desquelles les modèles sinueux ou carénés sont bien représentés, les formes pansues plus rares. Parmi les pots, on recense divers exemplaires à profil plus ou moins ovoïde, dont le bord, souvent bien individualisé, est soit droit, soit éversé. Certains sont épaissis et le dessus de leur lèvre aplati, ce qui est souvent induit par les digitations. Cette caractéristique se retrouve aussi sur des pots à parois quasi rectilignes ; avec une dizaine d’exemplaires identifiés, ils constituent une originalité du corpus. Impressions ou cordons ornent la panse de ces pots, cette dernière ornementation se rencontrant principalement sur les modèles à parois quasi rectilignes. Si le corpus ne contient qu’un seul vase à partie supérieure rentrante, il fournit un nombre relativement important de fragments de cols développés. Droit ou concave, le col surmonte sur les exemplaires les mieux conservés une épaule bien marquée. Selon leur diamètre d’ouverture, ces récipients peuvent être interprétés comme jarres à col cintré ou comme bouteilles.

Zimmersheim « Knabenboden »

221À quelques kilomètres au N-E de Bruebach, un fond de cabane a été fouillé en 1978 sur le plateau lœssique à Zimmersheim, lieu-dit « Knabenboden » (Voegtlin, Schweitzer, 1989, p. 207-208 et fig. 6- 7). Il a livré des jattes dotées d’une partie inférieure tronconique, la partie supérieure étant verticale ou évasée (dont une « brunie » et ornée d’incisions), des coupes à profil sinueux ou caréné, une bouteille, des micro-vases, des fusaïoles et des poids de tisserand. Le mobilier métallique associé se compose d’une fibule à petite timbale, d’une épingle à petite tête sphérique, d’un bracelet à petits tampons, d’un couteau en fer. Considérant que la fibule et l’épingle étaient typiques du Hallstatt, mais que le bracelet pouvait être plus tardif, les auteurs de la fouille ont attribué cet ensemble au début de La Tène.

  • 44 Merci à S. Plouin pour ces précisions typologiques.

222Un réexamen du mobilier métallique conduit à nuancer cette datation44 : les bracelets dont les extrémités hémisphériques sont terminées par de très légers tampons à peine ébauchés sont connus dès le Ha C-D1 dans la nécropole de Mondelange (Moselle) par exemple (Buzzi et alii, 1997, fig. 152), la fibule à timbale est caractéristique du Ha D2-D3, l’épingle étant fréquente durant tout le Ha D. Quant au couteau en fer, il demeure difficile à caler finement entre la fin du Hallstatt et le début de La Tène. Au niveau de la céramique, il est clair que toutes les formes représentées ici existent au Ha D3. Mêmes les bouteilles si caractéristiques de La Tène font une timide apparition à Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000, fig. 24, nos 15-16). On proposera donc d’attribuer cet ensemble à la fin du Hallstatt.

223Quelques années plus tard, un silo a également été étudié à « Knabenboden » (Voegtlin, 1991, p. 137). Le mobilier exhumé se limite à des fragments de bouteilles (l’une évoquant toutefois un entonnoir), des jattes à bord droit vertical ou légèrement rentrant, un exemplaire à parois évasées et des coupes à profil sinueux (Voegtlin, 1991, pl. 4-5). Par comparaison avec la céramique découverte sur le site même dans le fond de cabane ou à Bruebach (cf. supra), une datation de La Tène ancienne fut proposée. Mais ici encore une attribution à la fin du Hallstatt ne saurait être exclue.

Gisements du Brisgau

Breisach « Münsterberg »

224Le site le plus important du Hallstatt final et de La Tène ancienne de la région du Brisgau est le site de hauteur du Münsterberg de Breisach (Bender et alii, 1993). Aujourd’hui implanté sur la rive droite du Rhin, il constituait, par le passé, une île entourée des bras du fleuve dont les crues inondaient régulièrement la plaine alluviale environnante. Il jouait sans aucun doute un rôle central, non seulement pour le territoire Outre-Rhin, mais aussi pour les habitats voisins à gauche du fleuve. Les autres gisements du Brisgau sont, à l’opposé du site du Münsterberg, des habitats de plaine qui se concentrent sur les étendues de lœss au nord et au sud du Kaiserstuhl.

225Le matériel provenant de Breisach « Münsterberg » est très abondant. Toutes les découvertes datant du Hallstatt final et de La Tène ancienne, issues des fouilles réalisées avant 1976, ont été étudiées, puis publiées en 1993 par H. Bender, L. Pauli et I. Stork (Bender et alii, 1993). En revanche, les données de terrain et le mobilier recueillis lors des investigations archéologiques effectuées entre 1980 et 1986 (« Kapuzinergasse », « Rathauserweiterung-Tief-garage ») n’ont fait l’objet d’une étude approfondie qu’à partir de 1999. Le matériel céramique (plus d’une tonne) a été étudié par I. Balzer dans le cadre d’un travail de thèse, soutenu en mai 2004, et qui sera prochainement publié. Notamment le site « Rathauser-weiterung-Tiefgarage » (1984-1986) a livré des structures en contexte stratigraphique permettant ainsi d’appréhender des ensembles clos pour chacune des principales phases d’occupation que sont le Hallstatt final, la transition Hallstatt-La Tène et La Tène ancienne (Ibidem).

226La présence d’un grand nombre d’importations n’est pas étonnante si l’on tient compte de la localisation de Breisach « Münsterberg » sur une voie de communication aussi importante que le Rhin. Il y a entre autres des récipients provenant de Slovénie et de Bohême, des cruches pseudo-ioniennes du sud de la France (Provence), des amphores massaliotes et de la céramique attique (Balzer, 2002).

227La céramique cannelée tournée est abondante dès le Hallstatt final. Les céramiques tournées de Wolfgantzen (Haut-Rhin) et de Rosheim « Mittelweg » (Bas-Rhin) y trouvent de bonnes comparaisons, respectivement au Hallstatt final (Bender et alii, 1993, pl. 2, fig. 4-10) et au début de La Tène (Ibidem, pl. 19C, fig. 4 ; pl. 26, fig. 5 ; pl. 43, fig. 32-42).

228En regardant l’abondante céramique montée à la main, illustrée en 1993 par 62 planches (Bender et alii, 1993), on n’est pas surpris que toutes les formes et les décors observés en Alsace existent ici, hormis les couvercles et les décors peints en rouge et blanc sur les coupes pansues, qui ne sont d’ailleurs connus que dans les environs de Strasbourg.

229La forme la plus courante est indiscutablement la jatte à bord rentrant et partie inférieure tronconique, que l’on rencontre dans presque tous les ensembles (Bender et alii, 1993, pl. 3, fig. 31-42). Les coupes à profil sinueux ou caréné sont également représentées, avec toutes leurs variantes (Ibidem, pl. 2, fig. 20- 23 ; pl. 4, fig. 14-17 ; pl. 13B, fig. 12). Dans la catégorie des pots, les profils plus ou moins ovoïdes prédominent. Il va sans dire que sur ces pots, bords ondulés, lignes digitées (Ibidem, pl. 3, fig. 50), engobe rugueuse appliquée sur la partie inférieure du récipient (Ibidem, pl. 9A, fig. 22 ; pl. 10, fig. 11 ; pl. 22F, fig. 8) ou décor au peigne (Ibidem, pl. 8, fig. 20 ; 31B, fig. 11) sont fréquents.

230Le problème actuel est que le matériel publié en 1993 (Bender et alii, 1993) n’a pas pu être présenté par phase chronologique. Une distinction entre le mobilier de la fin du Hallstatt et du début de La Tène a en revanche été mise en évidence par la thèse d’I. Balzer, dont la publication est attendue.

231En ce qui concerne les habitats de plaine du Hallstatt final dans le Brisgau, il est surprenant que leur nombre soit très faible par rapport à ceux datant du Ha C-D1 et de La Tène ancienne (Dehn, Plouin, 1997, cartes p. 392-395 ; Maise, 2001 ; Röder, 1995). À côté du site de hauteur de Breisach, seules les occupations de Jechtingen et Bad Krozingen ont livré du matériel datant avec certitude du Ha D3.

Jechtingen « Lachenmüngle » et « Kapellenfeld »

232Les deux sites de Jechtingen, « Lachenmüngle » et « Kapellenfeld », ont été présentés par B. Röder dans le cadre de sa monographie sur les occupations de La Tène ancienne du Brisgau (Röder, 1995). Elle estimait à l’époque que ces deux sites contenaient des formes de La Tène A et également des éléments du Hallstatt final et elle proposait une position transitoire entre le Hallstatt et La Tène pour ces deux complexes (Röder, 1995, p. 148).

233Par comparaison avec les sites nouvellement découverts comme Holtzheim, Wolfgantzen ou Merxheim, il s’avère cependant que le site Jechtingen « Lachenmüngle » et au moins la fosse 82/3 de Jechtingen « Kapellenfeld » peuvent être attribués au Hallstatt final.

234Pour preuve, on peut évoquer la céramique cannelée tournée hallstattienne de la fosse 82/3 de Jechtingen « Kapellenfeld » (Röder, 1995, pl. 52, fig. 1) et la fibule de la fin du Hallstatt de Jechtingen « Lachenmüngle » (Röder, 1995, pl. 60, fig. 1). Dans les deux cas, il manque les productions tournées typiques de La Tène avec leurs profils sinueux et leurs bords épaissis.

Bad Krozingen « Sinnighofer Buck »

235Dans les remblais provenant de l’excavation réalisée pour une installation d’épuration en 1956 au lieu-dit « Sinnighofer Buck » à Bad Krozingen, a été découvert un abondant mobilier du Bronze final et du Hallstatt, dont une fibule serpentiforme datée du Ha CD1 et plusieurs fibules du Ha D3. Ces trouvailles ne peuvent plus être mises en relation avec des structures déterminées. À côté des fibules du Ha D3, il est cependant sûr que certaines formes céramiques datent du Hallstatt final. Il s’agit de coupes, jattes et pots qui ressemblent aux formes présentes dans le spectre du Hallstatt final de Breisach « Münsterberg », distant de 12 km (Werth, Dehn, 1967).

Bibliographie

Bibliographie

Adam F. et alii, 1989, Aéroport régional de Lorraine : zone A, Rapport de fouille, Metz, S.R.A. de Lorraine, 97 p.

Aufdermauer J., 1963, Ein Grabhügelfeld der Hallstattzeit bei Mauenheim Ldkrs. Donaueschingen, Fribourg im Breisgau, 45 p., 17 pl. (Badische Fundberichte, 3).

Ayala G., Monin M., 1996, « Un nouveau site d’occupation de la transition du 1er au 2e Âge du Fer en plaine alluviale de Vaise (Lyon 9e) », R.A.E., t. 47, p. 47-66.

Balfet H., Fauvet-Berthelot M.-F., Monzon S., 1983, Pour la normalisation de la description des poteries, Paris, éd. du C.N.R.S.

Balzer I., 2001a, « Neues vom Breisacher Münsterberg in frühkeltischer Zeit », Archäologische Nachrichten aus Baden, t. 64, p. 9-14.

Balzer I., 2001b, « Breisach - frühkeltischer Fürstensitz uns spätkeltische Siedlung auf dem Münsterberg », in : Rieckhoff S., Biel J. dir., Die Kelten in Deutschland, Stuttgart, Theiss.

Balzer I., 2002, « Neue Untersuchungen zu Breisach : zum Forschungsprojekt Chronologisch-corologische Analyse des späthallstattlichen- und frühlatènezeitlichen Fürstensitzes auf dem Münsterberg von Breisach (Grabungen 1980-1986) », in : Langa., Salacv. dir., Fernkontakte in der Eisenzeit, Konferenz Liblice, 5-7 juin 2000, Prague, p. 298-303.

Balzer I., 2004, Chronologisch-chorologische Untersuchung des späthallstatt- und frühlatènezeitlichen ‘Fürstensitzes’ auf dem Münsterberg von Breisach (Grabungen 1980-1986), Thèse de doctorat de l’université de Tübingen. I : Texte, 346 p., ill. ; II : Catalogue, 147 p., ill. ; III : Planches, 199 pl.

Bauer I., 1988, « Das Verzierungsprinzip der Alb-Salem Keramik », Jahrbuch der schweizerischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, t. 71, p. 107-121.

Behagel H., 1949, Die Eisenzeit im Raum des rechtsrheinischen Schiefergebirges, Wiesbaden, Verlag des Vereins für Nassauische Altertumskunde, 156 p.

Bender H., Pauli L., Stork I., 1993, Der Münsterberg in Breisach II : Hallstatt- und Latènezeit, Munich, Beck, 420 p.

Biel J., 1987, Vorgeschichtliche Höhensiedlungen in Südwürttemberg-Hohenzollern, Stuttgart, K. Theiss, 352 p., ill., 162 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frügeschichte in Baden-Württemberg, 24).

Blanc E., 1994, Untersuchungen zur Frage der Hallstatt-C zeitlichen Keramik im Elsass anhand der Siedlung Rosheim ‘Sandgrube’ (Bas-Rhin), Magisterarbeit zur Erlangung des Magister Artium der Philosophischen Fakultäten der Albert-Ludwigs-Universität zu Freiburg i. Br., 2 vol. : 55 p., 69 pl.

Bonnet Ch., 1972, « Compléments à la carte archéologique de la région de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XVI, p. 57-74, 10 fig.

Bonnet Ch., Plouin S., Lambach F., 1990, « Colmar, route de Rouffach : un site pré-et protohistorique d’importance. IIIe partie : le site protohistorique de Colmar-Sud », R.A.E., t. 41, fasc. 1, p. 7-34, 21 fig.

Brénon J.-C., Buzzi P., Faye O., Gébus L., Klag Th., Koenig M.-P., Petitdidier M.-P., 2003, « Nouvelles données sur l’habitat de l’Âge du Fer en Lorraine », in : Plouin S., Jud. P. dir., Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’Âge du Fer, Actes du XXe colloque de l’A.F.E.A.F., Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996, p. 241-273 (20e Suppl. à la R.A.E.).

Brogli W., Schibler J., 1999, « Zwölf Gruben aus der Späthallstatt-/Frühlatènezeit in Möhlin », Jahrbuch der schweizerischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, t. 82, p. 79-116.

Buzzi P. et alii, 1997, La nécropole de Mondelange ‘Schemerten’ (Moselle), DFS de sauvetage urgent, Metz, S.R.A. de Lorraine, 318 p.

Dämmer H.W., 1978, Die bemalte Keramik der Heuneburg : die Funde aus den Grabungen von 1950- 1973, Mayence, Ph. von Zabern, 2 vol., 179 p. et 145 pl. (Heuneburgstudien, IV).

Dartevelle H., 1992, « Genlis-Izier (21) ‘Le Joannot’ : structures domestiques et funéraires protohistoriques en Bourgogne orientale », R.A.E., t. 43, fasc. 2, p. 225- 268.

Dehn W., 1941, Kataloge west- und süddeutscher Altertumssammlungen. VII. Kreuznach, Berlin, Reichsverlagsamt, 2 vol., 209 p. et 174 p.

Dehn W., Frey O.-H., 1962, « Die absolute Chronologie der Hallstatt- und Frühlatènezeit Mitteleuropas aufgrund des Südimports », in : Atti del VI Congresso Internazionale delle scienze preistoriche e protostorice - t. I : relazioni generali, Rome, Sansoni ed., p. 197-209.

Dehn W., Frey O.-H., 1979, « Southern Imports and the Hallstatt and Early La Tène Chronology of Central Europe », in : Ridgway D., Ridgway F.R. dir., Italy before the Romans, London, New York, San Francisco, p. 489-511.

Dehn R., Plouin S., 1997, « Site de Breisach », in : Brun P., Chaume B. dir., Vix et les éphémères principautés celtiques, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 1993, Paris, éd. Errance, p. 389-396.

Derville H., 1953, « Fond de cabane hallstattien de Kienheim (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, t. 133, p. 67-72, 1 fig., 1 pl.

Destexhe G., 1987, La Protohistoire en Hesbaye centrale : du Bronze final à la romanisation, 446 p., 158 pl. (Archéologie Hesbignonne, 6).

Dietrich-Weibel B., Lüscher G., Kilka T., 1998, Posieux/Châtillon-sur-Glâne : Keramik/Céramiques, Fribourg (Archéologie fribourgeoise, 12).

Dumont A., Tegel W., Treffort J.-M., 2000, « Neue dendrochronologische Datierungen hallstattzeitlicher Hölzer aus Hattstatt ‘Ziegelscheuer’ im Elsass », Nachrichtenblatt Arbeitskreis Unterwasserarchäologie, t. 7, p. 84-88.

Durand J.-P., 1998, « La céramique du Hallstatt final au Mont Lassois », Études celtiques, t. XXXIV, p. 13- 54.

Engels H.J., 1967, Die Hallstatt- und Latènekultur in der Pfalz, Speyer, 122 p., 43 pl. (Veröffentlichung der Pfälzischen Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften in Speyer, 55).

En quête d’une mémoire, 1998 = En quête d’une mémoire : 10 ans d’archéologie municipale à Montbéliard, Châtenois-les-Forges, imp. du Lion, 128 p.

Faye O., 1991, Élargissement Autoroute A31 (Moselle), D.F.S. de fouille d’archéologie préventive, Metz, S.R.A. de Lorraine, 138 p.

Feller M. dir., 1999, ZAC de Jarny-Giraumont (54). Sauvetage urgent, D.F.S. de fouille d’archéologie préventive, Metz, S.R.A. de Lorraine/Nancy, A.F.A.N. Grand-Est, 154 p.

Feugère M., Guillot A., 1986, « Fouilles de Bragny : 1. Les petits objets dans leur contexte du Hallstatt final », R.A.E., t. XXXVII, fasc. 3-4, p. 159-221.

Forrer R., 1903, Bauernfarmen der Steinzeit von Achenheim und Stützheim im Elsass : ihre Anlage, ihr Bau und ihre Funde, Strasbourg, K.-J. Trübner, 57 p.

Forrer R., 1921, « Caves et fonds de cabanes préhistoriques en Alsace », Bull. archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris, p. 11-26.

Forrer R., 1923, « Nouvelles découvertes et acquisitions du musée préhistorique et gallo-romain de Strasbourg », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, t. 13-17, n° 53-56, p. 88-124.

Fort-Linksfeiler D., 1978, « Die Schüsseln und Schalen der Heuneburg », Germania, t. 56, fasc. 2, p. 434-460.

Fort-Linksfeiler D., 1989, Die Schüsseln und Schalen der Heuneburg, Mayence, Ph. von Zabern, 106 p. (Heuneburgstudien, VII).

Friedrich M., 1995, « Dendrochronologische Datierung der Toranlage der Periode Ia der Heuneburg », in : Gersbach E., Baubefunde der Perioden IVc-IVa der Heuneburg, Mayence, Ph. von Zabern, p. 170-180 (Römisch- Germanische Forschungen, 53 - Heuneburgstudien, IX).

Gersbach E., 1995, Baubefunde der Perioden IVc-IVa der Heuneburg, Mayence, Ph. von Zabern, 383 p. (Römisch- Germanische Forschungen, 53 - Heuneburgstudien, IX).

Gouge P., Leconte L., 2000, « L’habitat du Hallstatt final et de La Tène ancienne sur le territoire de la ‘Ferme d’Isle’ à Grisy-sur-Seine (Seine-et-Marne) : propositions pour un cadre chronologique », in : Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne, Actes du colloque de l’A.F.E.A.F., Troyes, 1995, p. 157-180 (Mémoire de la Société d’Archéologie Champenoise, 15 - 4ème suppl. au Bull. 1999).

Guillaume M., Mentele S., Messoussi L., Plouin S., Tesnier-Hermetey C., 2000, Bas-Rhin (67) Brumath, lotissement Edouard Manet - deuxième tranche (67), DFS de fouille préventive, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace/A.F.A.N., 96 p.

Haffner A., 1976, Die westliche Hunsrück-Eifel-Kultur, Berlin, W. von Gruyter, 2 vol., 418 p., 179 pl.

Hatt J.-J., Roualet P., 1976, « Le cimetière des Jogasses en Champagne et les origines de la civilisation de La Tène », R.A.E., t. XXVII, fasc. 3-4, p. 421-505.

Heintz C.-F., 1949, « Les tertres funéraires celtiques de la ‘Willermatt’ près d’Hilsenheim (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, n° 130, p. 241-246.

Heintz C.-F., 1953, « Observations archéologiques à Achenheim-Bas de 1936 à 1952 », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, n° 133, p. 53-66, 10 pl.

Heintz C.-F., 1964, « Observations archéologiques à Achenheim-Bas de 1953 à 1963 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. VIII, p. 55-70.

Hopert S., 1996a, « Frühe Scheibengedrehte Keramik aus Südwestdeutschland und der Schweiz », Archéologie Suisse, t. 19, p. 18-27.

Hopert S., 1996b, « Die riefenverzierte und scheibengedrehte Keramik der Grabungskampagnen 1974- 1985 », in : Gersbach E., Baufunde der Periode IIIb-Ia der Heuneburg, Mayence, Ph. von Zabern, p. 153-168 (Römisch- Germanische Forschungen, 56 - Heuneburgstudien, X).

Jehl M., Bonnet Ch., 1959, « Fouilles et trouvailles dans la région de Rouffach », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. III, p. 25-38.

Jehl M., Bonnet Ch., 1960, « Habitats pré- et protohistoriques à Gundolsheim-Merxheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. IV, p. 27-43.

Jehl M., Bonnet Ch., 1970, « Compléments à la carte archéologique de la banlieue sud de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XIV, p. 55-69, 12 fig., 1 pl.

Jeunesse C., 1993a, « Introduction », in : Jeunesse C., Méniel P., Röder B., L’habitat La Tène ancienne de Rosheim ‘Mittelweg’ (Bas-Rhin) : fouilles 1992, Riedisheim, p. 1-5 (1er suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace – Monographie d’Archéologie Alsacienne, 1).

Jeunesse C., 1993b, « Présentation générale et description des structures », in : Jeunesse C., Méniel P., Röder B., L’habitat de La Tène ancienne de Rosheim ‘Mittelweg’ (Bas-Rhin) : fouilles 1992, Riedisheim, p. 7-19 (1er suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace - Monographie d’Archéologie Alsacienne, 1).

Jeunesse C., 1994, « Le Néolithique du sud de la plaine du Rhin supérieur », Praehistorische Zeitschrift, t. 69, fasc. 1, p. 1-31.

Jeunesse C., Sainty J., 1986, « Un nouvel habitat du Michelsberg Récent (groupe de Munzingen) à Geispolsheim (Bas-Rhin). Première partie : les structures », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 2, p. 37-71.

Jeunesse C., Sainty J., 1987, « Un nouvel habitat du Michelsberg Récent (groupe de Munzingen) à Geispolsheim (Bas-Rhin), lieux-dits ‘Bruechel’ et ‘Kirstenfeld’. Deuxième partie : Les mobiliers », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 3, p. 88-129.

Jeunesse C., Voegtlin C., Arbogast R.-M., Forrières C., Méniel P., 1988, « Le secteur de Bruebach-Zimmersheim-Eschentzwiller-Habsheim. Étude d’une micro-région : VI. Bruebach ‘Rennwasen’ et Bruebach ‘Auf dem Burner’ (Haut-Rhin) : deux habitats hallstattiens avec restes d’activités métallurgiques », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 4, p. 75-92.

Joachim H.-E., 1968, Die Hunsrück-Eifelkultur am Mittelrhein, Cologne, Böhlau, 302 p., 45 pl., 21 cartes (Beiheft Bonner Jahrbücher, 29).

Joachim H.-E., 1976, « Späthallstattzeitliche Siedlungsreste bei Bergheim, Erftkreis », Beiträge zur Urgeschichte des Rheinlandes, t. V, p. 70-149.

Joachim H.-E., Biel J., 1977, « Untersuchung einer spät-hallstatt-frühlatènezeitlichen Siedlung in Kornwestheim, Kreis Ludwigsburg », Fundberichte aus Baden-Württemberg, t. 3, p. 173-203.

Joffroy R., 1960, L’oppidum de Vix et la civilisation hallstattienne finale dans l’Est de la France, Paris, éd. Les Belles Lettres, 206 p.

Kaenel G., 1990, Recherches sur la période de La Tène en Suisse occidentale : analyse des sépultures, Lausanne, 457 p. (Cahiers d’archéologie romande, 50).

Kimmig W., 1936, « Späthallstättische Keramik von Mengen, U. Freiburg », Badische Fundberichte, t. III, fasc. 10/12, p. 423-428.

Kimmig W., Rest W., 1950, « Fundschau 1944-1948 : Hallstattzeit : Oberbergen », Badische Fundberichte, t. 18, p. 253-254, pl. 47.

Koenig M.-P., 1985, La parure au premier Âge du Fer : la collection du Musée archéologique de Strabourg, Mémoire de maîtrise, Strasbourg, Université des Sciences Humaines, 2 vol. : 252 p. et 409 p.

Koenig M.-P., 1987, « L’emploi du corail dans la parure hallstattienne d’Alsace », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXX, p. 91-102.

Koenig M.-P., 1988, « Un site de la transition Néolithique moyen-Récent découvert à Geispolsheim (Bas-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 4, p. 39-48.

Koenig M.-P., Legendre J.-P. et coll. Méniel P., 1990, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim ‘Bruechel’ (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 41, fasc. 2, p. 247-274, 13 fig.

Koenig M.-P., Plouin S., 1990, « Les bracelets hallstattiens à cannelures longitudinales : témoignage d’une production artisanale originaire de la région de Colmar ? », Annuaire de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Colmar, p. 7-32.

Koenig M.-P., Lambert G.-N., Plouin S., Piningre J.-F., 1989, « La civilisation des tumulus en Alsace et le groupe de Haguenau : aspects chronologiques et culturels », in : Dynamique du Bronze Moyen en Europe Occidentale, Actes du 113e congrès des Sociétés Savantes, Strasbourg, 1988, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 193-218.

Koenig M.-P., Lambert G.-N, Piningre J.-F., Plouin S., 1993, « L’Âge du Fer dans la forêt de Haguenau », in : Fonctionnement social de l’Âge du Fer, Actes de la Table ronde de Lons-le-Saunier, 1990, Lons-le-Saunier, p. 177-196.

Koepke H., 1998, Siedlungs- und Grabfunde der älteren Eisenzeit aus Rheinhessen und dem Gebiet der Unteren Nahe, Weissbach, Beier & Beran, 2 vol. (Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte Mitteleuropas, 19).

Krzyzanowski J., Lepage L., 1993, « Une fosse de la transition Hallstatt/La Tène à Trémont-sur-Saulx ‘La Garenne’ », in : Interactions culturelles et économiques aux Âges du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg, Actes du XIe colloque A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987, p. 269-293 (Archeologia Mosellana, t. 2).

Kuhnle G., Tesnier-Hermetey C., Plouin S., Thurnheer Ch., Maise Ch., 2000, « L’habitat hallstattien D2/D3 de Wolfgantzen (Haut-Rhin) : une occupation de plaine face à Breisach », R.A.E., t. 49-1998, p. 135-181.

Kuhnle G., Wiechmann A., Arbogast R.-M., Boës É., Croutsch Ch., 2001, « Le site Michelsberg et Munzingen de Holtzheim (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 50- 1999/2000, p. 3-51.

Kurz S., 2000, Die Heuneburg-Außensiedlung : Befunde und Funde, Stuttgart, Theiss-Verlag, 188 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 72).

Lack J., Lack B., Plouin S., Voegtlin Ch., 1991, « Le site hallstattien de Morschwiller-le-Bas, ‘Simlisberg’ (Haut-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 7, p. 101- 111, 5 pl.

Lagadec J.-P., Duval P., Eveillard J., Leroy M., Ploquin A., 1989, « Bilan de sept campagnes de fouilles à la Cité d’Affrique de Messein (1981-1987) », R.A.E., t. 40, p. 147-197.

Lang A., 1974, Die geriefte Drehscheibenkeramik der Heuneburg 1950-1970 und verwandte Gruppen, Berlin, Walter De Gruyter & CO., 113 p. (Heuneburgstudien, III).

Lasserre M., 1993, « Note sur une fosse hallstattienne fouillée à Entzheim-Sellit (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXVI, p. 52-54.

Livet G., Rapp F. dir., 1980, Histoire de Strasbourg des origines à nos jours. Tome 1, Strasbourg des origines à l’invasion des Huns, Strasbourg, éd. des Dernières nouvelles de Strasbourg (Coll. Histoire des villes d’Alsace).

Maise Ch., 2001, « Zur Untergliederung der Stufe Ha C/D1 im Breisgau », Fundberichte aus Baden-Württemberg, t. 25, p. 389-461.

Mansfeld G., 1973, Die Fibeln der Heuneburg 1950- 1970 : ein Beitrag zur Geschichte der Späthallstatt-fibeln, Berlin, Walter De Gruyter & Co, 299 p., 50 pl., 13 cartes (Römisch- Germanische Forschungen, 33 - Heuneburgstudien, II).

Matthieu G., Plouin S., 1989, « Un dépôt de céramiques dans une tombe hallstattienne de Réguisheim », in : L’Alsace celtique, 20 ans de recherches, Exposition du musée Unterlinden, Colmar, p. 88-89.

Mentele S., 1999, « Inventaire et étude de la céramique et des fibules protohistoriques », in : Cantrelle S., Habsheim (68) Lotissement ‘Le Lobélia’, DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace/Nancy, A.F.A.N. Grand-Est, p. 47-63.

Neuffer E., 1939, « Siedlungskeramik der Hunsrück-Eifel-Kultur », Bonner Jahrbücher, t. 143/144, p. 1-46.

Normand B., 1973, L’Âge du Fer en Basse-Alsace, Strasbourg, Publ. de la Soc. Savante d’Alsace et des régions de l’Est, 140 p., 12 cartes, 26 pl. (Coll. Recherches et Documents, XIV).

Pauli L., 1993, « Hallstatt- und Frühlatènezeit », in : Bender H., Pauli L., Stork I., Der Münsterberg in Breisach II : Hallstatt- und Latènezeit, München, Beck, p. 21-171.

Pétrequin P. dir., 1979, Le gisement néolithique et protohistorique de Besançon-Saint-Paul (Doubs), Paris, éd. Les Belles Lettres, 232 p. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 228).

Pétrequin P., Piningre J.-F., Vuaillat D., 1973, « Deux fours de potier hallstattiens à Florange (Moselle) », Gallia, t. 31, fasc. 2, p. 265-291.

Pétry F., 1980, « Informations archéologiques. Circonscription d’Alsace : Brumath », Gallia, t. 38, fasc. 2, p. 445-446.

Plouin S., 1983, « Céramique : époque hallstattienne », Encyclopédie de l’Alsace, t. 3, p. 1410-1413, 4 pl.

Röder B., 1993, « Die Funde », in : Jeunesse C., Méniel P., Röder B., L’habitat La Tène ancienne de Rosheim ‘Mittelweg’Bas-Rhin : fouilles 1992, p. 21-129 et 153- 159 (1er Suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace).

Röder B., 1995, Frühlatènekeramik aus dem Breisgau : ethno-archäologisch und naturwissenschaftlich analysiert, Stuttgart, K. Theiss, 258 p., 68 pl. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 30).

Röder B., Blanc E., 1995, « Deux nouveaux habitats hallstattiens à Rosheim (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXVIII, p. 55- 68, 15 fig.

Ruckstuhl B., 1989, « Hallstattzeitliche Siedlungsgruben aus Neunkirch-Tobeläker », Jahrbuch der schweizerischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, t. 72, p. 59-98.

Rychner V., 1979, L’Âge du Bronze final à Auvernier (lac de Neuchâtel, Suisse) : typologie et chronologie des anciennes collections conservées en Suisse, Lausanne, 166 p., 137 pl., 42 fig. (Cahiers d’Archéologie Romande, 15 et 16).

Sainty J., 1990, Wolfisheim (Bas-Rhin) : rapport de fouille 1990, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 69 p., ill. (dactylographié).

Schaeffer C.F.-A., 1925-26, « Sépultures d’accroupis et caves de cabanes néolithiques », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, p. 273-285.

Schaeffer C.F.A., 1930, Les tertres funéraires préhistoriques dans la forêt de Haguenau. T. II : Les tumulus de l’Âge du Fer, Haguenau, Publ. du Musée de Haguenau, 332 p., 191 fig., 30 pl.

Schnitzler B., Sainty J., 1992, Wolfisheim, un village de l’Âge du Fer, Catalogue d’exposition, du 14 au 27 sept. à Wolfisheim et du 8 oct. 1992 au 31 mars 1993 au Musée de Strasbourg, Strasbourg, éd. des Musées de la ville de Strasbourg, 59 p. (Fouilles récentes en Alsace, 1).

Schumacher A., 1972, Die Hallstattzeit im südlichen Hessen, 2 vol. : Band 1, Text und Tafeln (Bonner Hefte zur Vorgeschichte, 5).

Schweitzer R., 1973, « Le Britzgyberg, station du Hallstatt », Bull. du Musée Historique de Mulhouse, t. 81, p. 43-64.

Schweitzer J., 1997, « L’oppidum du Britzgyberg et le faciès hallstattien dans le Horst de Mulhouse », in : Brun P., Chaume B. dir., Vix et les éphémères principautés celtiques, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 1993, Paris, éd. Errance, p. 57-66.

Sehnert-Seibela., 1993, Hallstattzeit in der Pfalz, Bonn, R. Habelt, 111 p., 159 pl., 7 cartes (Universitäts-forschungen zur prähistorischen Archäologie aus dem Institut für Ur- und Frühgeschichte der Universität Kiel, 10).

Sievers S., 1984, Die Kleinfunde der Heuneburg : die Funde aus den Grabungen von 1950-1979, Mayence, Ph. Von Zabern, 2 vol. : 256 p., 250 pl. (Römisch-Germanische Forschungen, 42 - Heuneburgstudien, V).

Simons A., 1989, Bronze- und eisenzeitliche Besiedlung in den Rheinischen Lössböden : archäologische Siedlungsmuster im Braunkohlengebiet, Oxford, 241 p. (BAR International series, 467).

Spindler K., 1971-80, Magdalenenberg : der hallstatt-zeitliche Fürstenhügel bei Villingen im Schwarzwald, Villingen, Neckar Verlag, 6 vol.

Stöckli W., 1991, « Die Zeitstufe Hallstatt D1 und der Beginn der hallstattzeitlichen Besiedlung auf der Heuneburg », Archäologisches Korrespondenzblatt, 21, p. 369-382.

Stümpel B., 1991, Beiträge zur Latènezeit im Mainzer Becken und Umgebung, Mayence, 183 p. (Beihefte der Mainzer Zeitschrift, Bd 1).

Talon M., 1989, « Les tendances évolutives des formes céramiques du premier Âge du Fer dans la vallée de l’Oise (France) », in : La civilisation de Hallstatt : bilan d’une rencontre, Liège, 1987, p. 307-320.

Thévenin A, 1971, « Une fosse de La Tène I à Rosheim, canton de Molsheim (Bas-Rhin) », B.S.P.F., t. 68, fasc. 4, p. 121-127.

Tikonoff N., Deffressigne-Tikonoff S., 2003, « Première approche de la céramique du site fortifié de hauteur de la Cité d’Affrique à Messein (Meurthe-et-Moselle) », Archaeologia Mosellana, t. 5, p. 239- 270.

Treffort J.-M., Dumonta., 2000, Merxheim ‘Trummelmatten’, DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace/Nancy, A.F.A.N. Grand-Est, 65 p.

Van den Boom H., 1989, Keramische Sondergruppen der Heuneburg, Mayence, Ph. von Zabern, 134 p. (Heuneburgstudien, VII).

Van den Boom H., 1991, Grossgefässe und Töpfe der Heuneburg, Mayence, Ph. von Zabern, 157 p. (Heuneburgstudien, VIII).

Van den Boom H., 1995, « Bemalte Keramik von der Heuneburg aus den Jahren 1974-1979 », in : Gersbach E., Baubefunde der Perioden IVc-IVa der Heuneburg, Mayence, Ph. von Zabern, p. 245-254 et pl. 25-45 (Heuneburgstudien, IX).

Villes A., 1984, « Sur la ‘transition’ Bronze-Fer en Champagne », in : Actes du 109e congrès national des sociétés savantes, Dijon, 1984, Paris, éd. du C.T.H.S., p. 165-193.

Voegtlin C., 1991, « Des silos laténiens à Bruebach et Zimmersheim (Haut-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 7, p. 135-144.

Voegtlin C., Schweitzer J., 1989, « Un habitat de La Tène ancienne à Zimmersheim ‘Knabenboden’ », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, t. 5, p. 205-216.

Waringo R., 1999, « Die ‘Aleburg’, bei Befort in Luxemburg », in : Jockenhövel A. éd., Ältereisen-zeitliches Befestigungswesen zwischen Maas/Mosel und Elbe, Internationales Kolloquium am 8. November 1997 in Münster, p. 49-61 (Veröffentlichungen der Altertumskommission für Westfalen, Band XI).

Werth, Dehn R, 1967, « Krozingen Bad (Müllheim) ‘Sinnighofer Buck’ », Badische Fundberichte (Fundschau 1960-1963 : Hallstattzeit), t. 23, p. 246- 249 et pl. 98-99.

Wolf J.-J., 1989, « Un habitat de La Tène Ib à Habsheim », in : Plouin S. dir., L’Alsace celtique : 20 ans de recherches, Catalogue d’exposition, Colmar-Haguenau-Mulhouse 1989-1990, Colmar, éd. d’Alsace, p. 103-104.

Zehner M., 2001, « Les nécropoles de La Tène moyenne au début de l’époque romaine en Alsace », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XLIV, p. 13-31.

Notes

1 Nos plus vifs remerciements vont à Bernadette Schnitzler, conservatrice du musée archéologique de Strasbourg, sans qui ce travail n’aurait pu être mené à bien. Outre un réexamen du mobilier de Geispolsheim et de Holtzheim, il nous a également été permis d’analyser, à titre de comparaison, celui de Wolfisheim (Bas-Rhin).

2 Il s’agit en particulier des gisements de Brumath « Lotissement Édouard Manet » (Bas-Rhin) (Guillaume et alii, 2000 ; Mentele, Plouin, ce volume), de Habsheim « Le Lobélia » (Haut-Rhin) (Mentele, 1999) et de Merxheim « Trummelmatten » (Haut-Rhin) (Treffort, Dumont, 2000). Que tous ces collaborateurs soient vivement remerciés de nous avoir fait part de leurs découvertes inédites.

3 Pour un petit pourcentage de récipients en céramique fine, il est délicat de définir s’il s’agit de jattes ou de coupes. Ceci est particulièrement le cas lorsque le mouvement rentrant s’accompagne d’une légère sinuosité.

4 À Wolfgantzen (Haut-Rhin), encoche et digitations apparaissent simultanément sur une forme interprétée comme étant un couvercle mais qui pourrait aussi correspondre à une jatte (Kuhnle et alii, 2000, fig. 27, n° 25).

5 Des formes originales ont également été observées à Morschwiller-Le-Bas « Simlisberg » (Haut-Rhin) (Lack et alii, 1991, p. 104 et pl. 8, fig. 3-4).

6 Pour la présente étude, on ne disposait cependant que des planches de ce mémoire, aussi les caractéristiques des pâtes n’ont pu être appréhendées.

7 Si l’on prend comme base de calcul les 55 récipients dont le diamètre a pu être reconstitué, le rapport entre les jattes/coupes (36 exemplaires), d’une part, et les pots/vases (19 exemplaires), d’autre part, est de 1,8, ce qui semble être représentatif de l’ensemble du matériel et assez proche des pourcentages les plus fréquents au sein d’ensembles datant de cette période.

8 À Geispolsheim, 385 individus ont été identifiés à partir de leurs bords, dont 91 appartiennent à des formes indéterminées (soit 24 %). Pour 128 individus, il n’a pas été possible de définir le sous-type en raison de la petite taille des tessons : il s’agit de 80 jattes, 18 coupes et 30 pots ou vases. Restent 166 individus pour lesquels le sous-type et l’éventuelle variante ont pu être déterminés : ce lot se compose de 45 jattes en céramique fine, 15 jattes de facture grossière, 49 coupes, 26 pots, 17 vases, 8 couvercles, 1 assiette et 5 micro-vases.

9 On peut parler de « haut col » mesurant de 3 à 5 cm ou de « col court » ne dépassant pas 2,5 cm.

10 En Alsace, on peut toutefois mentionner l’existence d’un couvercle pourvu d’encoches à Brumath (Bas-Rhin) (Mentele, Plouin, ce volume) et d’un récipient à bord digité à Wolfgantzen (Haut-Rhin) ; ce dernier a été assimilé à un couvercle quoique la partie supérieure soit manquante (Kuhnle et alii, 2000, fig. 27 n° 25). Parmi les nombreux fragments de couvercles exhumés à la Heuneburg, quelques-uns sont bien munis d’une lèvre digitée (van den Boom, 1989, pl. 33, nos 387-388 ; Gersbach, 1995, pl. 7, n° 7).

11 À l’instar des observations faites à Montbéliard (Doubs) pour la période médiévale par exemple.

12 Pour cet exemplaire, l’hypothèse d’un petit couvercle ne peut être totalement exclue, quoiqu’aucun épaississement de la paroi ne soit perceptible au niveau de la cassure. Une forme proche est par exemple illustrée dans le corpus de la Heuneburg (van den Boom, 1989, pl. 33, n° 394) ou à Trémont-sur-Saulx dans la Meuse (Krzyzanowski, Lepage, 1993, fig. 5 n° 29).

13 Ce tesson n’ayant pu être conservé, il n’a pu être réexaminé.

14 À noter qu’il y a aussi des exemplaires où la paroi est irrégulière. Sur ces récipients, on voit souvent très bien les traces laissées par l’instrument (spatule ou lissoir ?) utilisé pour le lissage.

15 À Holtzheim, 278 individus ont été identifiés à partir de leurs bords dont 31 appartiennent à des formes indéterminées (soit 11 %). Les pourcentages reposent sur les 247 formes déterminées. Pour 97 individus, il n’a pas été possible de définir le sous-type en raison de la petite taille des tessons : il s’agit de 49 jattes, 23 coupes et 25 pots ou vases. Restent 150 individus pour lesquels le sous-type et l’éventuelle variante ont pu être déterminés : ce lot se compose de 61 jattes en céramique fine, 13 jattes à fracture grossière, 26 coupes, 45 pots, 3 vases et 2 micro-coupes.

16 Un fond de cabane nettement plus petit (1 x 2 m) avait déjà été présenté par A. Thévenin (Thévenin, 1971, fig. 1).

17 Une carte de répartition a été présentée dans l’article consacré à Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000, p 163, fig. 21). Sa légende doit être complétée pour la période laténienne par : n° 26 : Herbolzheim (Röder, 1995, p. 180) ; n° 27 : Bleichheim ; n° 28 : Nonnenweier (Röder, 1995, pl. 65).

18 Les résultats des récentes campagnes de fouilles réalisées sur le « Münsterberg » à Breisach viennent de faire l’objet d’un travail de thèse par Ines Balzer, Fribourg (Balzer, 2004 ; voir également Balzer, 2001a, 2001b et 2002). Merci à cet auteur de nous avoir fait part avant parution de ces travaux sur le mobilier de la fin du Hallstatt et du début de La Tène.

19 Ce dernier est considéré comme une imitation « de formes pseudo-ioniennes de la fin du vie et du ve siècle av. notre ère » (Feugère, Guillot, 1986, p. 170 et fig. 12, nos 8-9).

20 Dans le Bas-Rhin : Achenheim (Heintz, 1953, pl. IX fig. 18), Brumath (Pétry, 1980, p. 446, fig. 5), Brumath, lotissement É. Manet (Mentele, Plouin, ce volume), Donauberg (Schaeffer, 1930, fig. 15E), Mundolsheim-Hausbergen (Forrer, 1923, p. 104 et fig. 89-91), Wolfisheim (Sainty, 1990, pl. 38, fig. 1) ; dans le Haut-Rhin : Colmar (Jehl, Bonnet, 1970, pl. VI, fig. 5), le Britzgyberg à Illfurth (Schweitzer, 1973, pl. I, fig. 7 et pl. V, fig. 12), Merxheim (Treffort, Dumont, 2000), Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000, fig. 27, n° 23).

21 Merci à Ines Balzer qui nous a fait part de cette observation après avoir reconsidéré la pièce originale au musée d’Unterlinden de Colmar et à Suzanne Plouin, conservatrice chargée des collections archéologiques.

22 En association avec de la céramique tournée de La Tène A (type 4 de Röder).

23 Outre les deux gisements étudiés, des couvercles ont été exhumés en contexte Ha D1-D2 à Brumath (Haut-Rhin) (Mentele, Plouin, ce volume). Une attribution chronologique fine au sein du Ha D est plus difficile à établir à Achenheim (Bas-Rhin) (Heintz, 1953, pl. VIII, fig. 40) et probablement à Kienheim (Bas-Rhin) (Derville, 1953, pl. I, fig. 17).

24 En Alsace, une forme assez similaire, peinte en rouge sur fond blanc, a été exhumée dans un tumulus à Hilsenheim (Bas-Rhin) (Heintz, 1949, pl. I, fig. 22). Ce tertre ayant été nivelé sans fouille préalable, le mobilier correspondant à une vingtaine de sépultures n’a pas été individualisé par ensemble ; une datation fine s’avère donc impossible.

25 En se fondant sur la chronologie des fibules, les dates d’importations et les datations dendrochronologiques de gisements comme la Heuneburg et Breisach par exemple, cette céramique peut être datée du Hallstatt final et plus précisément du Ha D3. En effet, à la Heuneburg, 149 des 160 tessons tournés retrouvés en contexte stratigraphique proviennent des horizons de la phase I datée du Ha D3 (soit 93 %), contre 11 tessons issus des couches attribuées aux phases II à IV (soit 7 %) (Hopert, 1996a, fig. 2).

26 Le fragment en céramique tournée à cannelures graphitées issu de la fosse 130 de Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000, fig. 30, n° 2) est à présent attribuable à une bouteille (et non pas à une coupe). Nous tenons à remercier vivement Ines Balzer qui a réexaminé la pièce.

27 En l’état actuel de la documentation, on observe en Lorraine une relative diversification des motifs incisés dans des ensembles du Ha D3, notamment à la « Cité d’Affrique » à Messein (Meurthe-et-Moselle) (Lagadec et alii, 1989, fig. 34-35 ; Tikonoff, Deffressigne-Tikonoff, 2003, fig. 11) et sur l’Aéroport régional de Lorraine (Moselle) (Adam et alii, 1989, p. 49, n° 20 ; p. 51, n° 40).

28 C’est pourquoi, on ne peut comparer que les ensembles de céramiques dont le matériel original a fait l’objet d’une expertise (Geispolsheim, Holtzheim) ou de publications très détaillées (Rosheim « Mittelweg »).

29 La proportion de fragments de panses recouverts d’un engobe grossier et rugueux (schlickgerauht) par rapport aux fragments de panses rugueux (rauhwandig) est de 3,4 % dans la fosse 8, de 3,6 % dans la fosse 52, de 6,3 % dans la fosse 26 et de 17,6 % dans la fosse 15.

30 Les fosses 8, 26 et 52, sans pouvoir être datées précisément entre l’extrême fin du Hallstatt ou le début de La Tène, sont, elles aussi, visiblement plus anciennes que les autres ensembles du site.

31 Compte tenu des éléments de comparaison disponibles lors de sa publication, le mobilier des fours de potiers de Florange (Moselle) fut considéré comme relativement récent au sein du Ha C-D1 (Pétrequin et alii, 1973, p. 290). Aujourd’hui, grâce aux nouvelles corrélations établies avec le matériel de l’est de la France (coupe à bord festonné, coupes carénées, décor peigné, bords épaissis…), une datation du Ha D2-D3 est envisageable. Cet ensemble pourrait donc être contemporain des découvertes alsaciennes traitées dans le présent article, même s’il affiche plus de similitudes avec le matériel champenois qu’avec celui d’Alsace.

32 La proportion de formes de base (jattes, coupes, pots) ne donne en revanche aucune certitude quant à la position chronologique relative d’un site avec dans tous les cas, des coupes atteignant environ 20 à 30 %, des pots 20 à 40 % et des jattes 40 à 50 %.

33 On rappellera d’ailleurs que des courants d’échanges à grande distance avaient déjà été mis en évidence par la découverte d’une branche de corail brut (Koenig et alii, 1990, p. 249 et fig. 5, n° 8) et d’une « assiette » assez particulière (cf. supra).

34 Cependant, les vases à col vertical ne connaissent de bons parallèles qu’au Ha D3 dans la Hunsrück-Eifel-Kultur (Haffner, 1976, p. 92, pl. 100, fig. 8).

35 Ce site particulièrement riche en céramiques du Hallstatt final est déjà occupé à partir du Ha C-D1.

36 Aucune sépulture n’a été aménagée ultérieurement, exception faite d’une seule tombe du Ha D2, ayant livré une fibule serpentiforme de type Mansfeld S5.

37 Des planches datées de 469 ± 10 BC proviennent du gisement d’Hagondange (Moselle) ; le mobilier peu abondant renvoie au Hallstatt final-La Tène ancienne sans plus de précision (Faye, 1991). Ces bois fournissent néanmoins les premiers points de repère pour la transition Ha-LT (Dumont et alii, 2000, p. 86).

38 Il s’agit du site de hauteur de Breisach (D) (Bender et alii, 1993) et de quatre habitats de plaine : Jechtingen « Lachenmüngle » (D) (Röder, 1995, pl. 52 fig. 17), Colmar (Haut-Rhin) (Jehl, Bonnet, 1970, pl. VII, fig. 8 ; information I. Balzer), Merxheim (Haut-Rhin) (Treffort, Dumont, 2000) et Wolfgantzen (Haut-Rhin) (Kuhnle et alii, 2000). La mention du Britzgyberg (Haut-Rhin) sur la carte de Hopert (1996a, fig. 9 ; 1996b, fig. 3) ne semble pas devoir être retenue dans la mesure où ni la liste des sites (Hopert, 1996b, p. 167-168), ni les publications originales ne font état de céramique tournée. Ce mobilier fait actuellement l’objet d’une nouvelle étude qui devrait apporter des précisions dans ce domaine (cf. annexe).

39 Il semble en être de même plus au nord. Cependant pour certains récipients provenant de la « Heidenmauer », près de Bad Dürkheim dans le Palatinat (Engels, 1967, pl. 25, fig. 18.19), seul un examen des originaux pourrait établir s’il s’agit de céramique tournée du Hallstatt final ou d’imitations montées à la main. Un exemplaire de céramique cannelée provenant de la région de Mayence, qui a de toute évidence été monté à la main, appelle ici à la prudence (Stümpel, 1991).

40 De nettes différences ont été observées entre le nord et le sud de l’Alsace au Néolithique (Jeunesse, 1994, fig. 13 et 18) et au Bronze moyen (Koenig et alii, 1989, p. 197) ou encore à La Tène finale, par exemple (Zehner, 2001, carte p. 14). Au Ha C-D1, l’aire de diffusion très restreinte des bracelets cannelés à boules (comme celle d’autres types de bracelets contemporains) atteste également l’existence de groupes régionaux bien délimités (Koenig, Plouin, 1990, p. 24 et fig. 5 ; Maise, 2001, p. 390-396). En analyser les causes dépasserait largement notre propos. On peut, entre autres, s’interroger sur l’impact éventuel d’une large zone marécageuse et apparemment faiblement peuplée séparant le nord et le sud de l’Alsace.

41 Un tel horizon chronologique est confirmé sur le site par la présence d’une fibule à navicelle (Heintz, 1953, pl. IX fig. 4).

42 Notamment les jattes, associées à une fibule à arc plat et disque d’arrêt, datée de la transition Ha D1/Ha D2, exhumées dans la fosse 158. Cette fosse se situe d’ailleurs légèrement à l’écart des autres ensembles du Hallstatt final, au sud-est du décapage (Kuhnle et alii, 2000, fig. 2 ; 32, nos 23-29).

43 Seule la mention d’un décor « en pointe de diamant » (non illustré) considéré par les fouilleurs comme typique de La Tène ancienne conduirait à réviser cette attribution chronologique.

44 Merci à S. Plouin pour ces précisions typologiques.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des quatre gisements (fond de carte d’après Livet, Rapp dir., 1980, pl. I). 1, Holtzheim « Am Schluesselberg » ; 2, Geispolsheim « Bruechel » ; 3, Rosheim « Mittelweg » ; 4, Rosheim « Sandgrube ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 2. Formes caractéristiques du gisement de Rosheim « Sandgrube ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 3. Formes caractéristiques du gisement de Geispolsheim « Bruechel » : jattes et coupes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 4. Formes caractéristiques du gisement de Geispolsheim « Bruechel » : pots, couvercles, vases et assiette.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 5. Formes caractéristiques du gisement de Holtzheim « Am Schluesselberg ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 6. Formes caractéristiques du gisement de Rosheim « Mittelweg » : jattes et coupes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 7. Formes caractéristiques du gisement de Rosheim « Mittelweg » : pots, vases et bouteilles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 8. Fréquence des jattes (en NMI).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 9. Fréquence des jattes (en %).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 10. Fréquence des coupes (en NMI).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 11. Fréquence des pots (en NMI).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 12. Fréquence des vases et bouteilles (en NMI).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 13. Tableau récapitulatif des formes caractéristiques observées sur les quatre gisements : jattes, coupes, assiettes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 14. Tableau récapitulatif des formes caractéristiques observées sur les quatre gisements : pots, couvercles, vases, bouteilles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 15. Corpus des décors chronologiquement pertinents.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 16. Tableau récapitulatif des décors caractéristiques observés sur les quatre gisements.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 17. Évolution des diamètres des jattes, coupes et pots.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 18. Carte de répartition des principaux gisements du Ha D2-D3 d’Alsace et du Brisgau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23484/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search