Version classiqueVersion mobile

Recherches de Protohistoire alsacienne

 | 
Anne-Marie Adam

Holtzheim « Am Schluesselberg » (Bas-Rhin) : un habitat hallstattien de bord de terrasse lœssique dans la Plaine du Rhin supérieur

Gertrud Kuhnle et Corinne Tesnier-Hermetey

Résumé

Le petit habitat de plaine d’Holtzheim du Ha D3 témoigne entre autres par l’absence de tout matériel d’importation d’une communauté qui vivait en autarcie. Le lot de faune, faible en quantité mais riche en espèces, suggère que la chasse jouait un rôle important à côté de l’exploitation agricole.

Texte intégral

  • 1 Un habitat néolithique composé de fosses Michelsberg et Munzingen (Kuhnle et alii, 2001) ainsi qu’u (...)

1En 1996, un projet d’aménagement concernant la deuxième zone du lotissement à usage d’activités économiques de Holtzheim1 (Bas-Rhin), village situé à 7 km à l’ouest sud-ouest de Strasbourg, a motivé une opération archéologique préventive au lieu-dit « Am Schluesselberg ». Cette opération a révélé, intercalé entre des traces d’occupations plus anciennes (Kuhnle et alii, 2001) et plus récentes (fossé gallo-romain et chemin rural, cf. Kuhnle, 1998), un habitat du Hallstatt final qui apporte de nouvelles et importantes données chronologiques et fonctionnelles.

  • 2 Le mobilier céramique est présenté à l’aide d’un tableau synthétique et de dessins illustrant – fos (...)

2Le présent article s’attache d’abord au contexte géographique du gisement, à la répartition et à la morphologie des structures conservées, puis à l’analyse de l’ensemble du mobilier façonné et faunistique. La céramique ne sera que brièvement évoquée ici2. Son étude détaillée, rendue pertinente par des comparaisons avec les ensembles de Geispolsheim et de Rosheim, fait l’objet de l’article sur l’évolution de la céramique de la fin du Hallstatt en Alsace (Koenig et alii, ce volume). En dépit de la faiblesse du corpus, l’ensemble de la faune a été présenté. L’étude croisée de ces données permet d’appréhender l’organisation spatiale de cette occupation, que l’on peut déjà qualifier d’« habitat ouvert de plaine », et de mettre en évidence plusieurs activités exercées par la communauté.

3Pour conclure, nous tenterons de préciser l’échelle socio-économique du gisement en interprétant la présence ou l’absence de certains éléments en comparaison avec d’autres habitats tel Geispolsheim « Bruechel » (Koenig et alii, 1990).

Présentation du gisement

4Le site archéologique « Am Schluesselberg » se trouve à 750 m à l’est du centre (église) de Holtzheim, dans la nouvelle zone d’activité de la commune (fig. 1a), à 147 m d’altitude en moyenne.

5Mené au printemps 1996, le diagnostic concernant cette deuxième zone du lotissement a porté sur une emprise totale de 6,5 ha (Kuhnle, 1996) (fig. 1b). Une zone archéologiquement sensible, d’une superficie de 1,23 ha, a été mise en évidence. Elle se présentait sous la forme de champs en friche et d’un chemin rural dit « Burgweg » qui traversait du sud-ouest au nord-est la partie septentrionale du site (fig. 2). La zone décapée est délimitée au nord par un chemin agricole (rue du Calvaire) et, à l’est, par la nouvelle route qui dessert le lotissement à usage d’activités économiques. À l’ouest et au sud, sa limite dépend directement de l’absence de vestiges archéologiques, révélée par les sondages du diagnostic préliminaire (Kuhnle, 1996).

  • 3 Nos plus vifs remerciements vont à Jean-Luc Isselé, Jacques Kohl, François Schneikert (de l’INRAP) (...)

6La fouille archéologique a été réalisée entre le 1er août et le 18 octobre 1996 par une équipe de cinq personnes3. Elle a mis en évidence 108 structures en creux (fig. 2). Cinquante fosses, dont quarante et une relativement riches en mobilier céramique, forment un habitat ouvert du Hallstatt final. Cinq silos du groupe de Munzingen et une fosse datée par14C du Néolithique récent, renfermant deux inhumations et un crâne, appartiennent à l’établissement néolithique découvert en 1994 au lieu-dit « Les Abattoirs » (Kuhnle et alii, 2001). Un fossé comblé au iie s. ap. J.-C., qui servait vraisemblablement à l’irrigation, et les traces d’un chemin médiéval sous le chemin rural « Burgweg », constituent des vestiges isolés pour leurs périodes. Enfin, cinquante structures en creux, dont de nombreuses fosses d’extraction, sont indatables.

7C’est incontestablement la découverte d’un gisement du Hallstatt final qui a marqué l’opération archéologique de 1996. Pour cette période, le site de Holtzheim « Am Schluesselberg » constitue dans le Bas-Rhin la découverte la plus importante depuis la fouille de Geispolsheim « Bruechel » en 1988 (Koenig et alii, 1990). Sur ces deux gisements, on doit malheureusement déplorer l’absence de plans d’habitations. Dans le Haut-Rhin, les habitats de plaine de Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000) et de Merxheim (Treffort, Dumont, 2000) sont d’envergure comparable ; seul le premier a livré le plan d’une maison.

8Les structures hallstattiennes ont d’abord été fouillées à moitié afin de relever leur coupe, puis, à quelques exceptions près, la seconde moitié a été vidée manuellement afin de pouvoir recueillir l’intégralité du matériel. Il est sûr que certains résultats découlent directement de cette méthode de fouille exhaustive ; ce fait mérite d’être souligné au moment où l’archéologie préventive se contente souvent, pour des sites analogues considérés comme « mineurs », de purger mécaniquement une moitié de chaque structure. Toutefois, dans le cas de Holtzheim, nous regrettons de n’avoir pas eu le temps de tamiser le comblement, ce qui nous a probablement privé d’une partie des macro-restes végétaux et de la microfaune.

Contexte géographique et topographique

9Le gisement hallstattien de Holtzheim « Am Schluesselberg » se situe sur la terrasse de lœss de Lingolsheim, à environ 500 m au sud-est du cours actuel de la Bruche qui délimite cette terrasse au nord. Le site hallstattien de Geispolsheim « Bruechel », distant d’environ 3 km, se trouve sur une autre terrasse de lœss au sud de Holtzheim. L’implantation identique des deux gisements, près du rebord nord de chaque terrasse de lœss, est frappante (fig. 3a). La terrasse gravelo-sableuse de Lingolsheim n’est recouverte que par une mince couche de lœss sableux alors que celle de Geispolsheim porte une couverture lœssique épaisse.

  • 4 Nous supposons qu’à chaque structure, il manque entre trente centimètres (au nord-est du terrain) e (...)

10À Holtzheim « Am Schluesselberg », il est important de souligner que les structures attribuées au Hallstatt occupent la partie centrale de la zone de fouille (fig. 3b). Bien que des vestiges non datés et néolithiques s’étendent en périphérie, on suppose que les limites de l’habitat hallstattien se trouvent dans l’emprise du décapage. Il est d’autre part probable que les vestiges des habitations ont été détruits par l’érosion du sol et le nivellement volontaire du paysage : en effet, des travaux agricoles récents ont entraîné la destruction des parties sommitales de toutes les structures en creux. Une couche à dominante de lehm, intercalée entre le substrat lœssique et la terre arable, témoigne ainsi de travaux agricoles intensifs ; elle inclut généralement au-dessus de chaque fosse des résidus provenant de son remplissage. Dès lors, il est compréhensible qu’aucun lambeau de paléosol ne soit plus conservé4.

Fig. 1. a. Le village de Holtzheim (Bas-Rhin) au sud de la Bruche (d’après le fond IGN au 1/25000) ; coordonnées Lambert I du site « Am Schluesselberg » : x = 992.085, y = 109.200. b. Lotissement à usage d’activités économiques de Holtzheim (d’après un plan de composition de la Communauté Urbaine de Strasbourg, service de voirie et urbanisme, état 1996).

(DAO : G. Kuhnle, INRAP.)

Fig. 2. Holtzheim « Am Schluesselberg » 1996 : plan d’ensemble du site.

(DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Fig. 3. a. Le contexte géologique des sites hallstattiens de Holtzheim et de Geispolsheim (d’après la Carte géologique détaillée de la France : « Strasbourg », feuille XXXVIII-16). b. L’environnement géologique des vestiges hallstattiens (fosses en noir) de Holtzheim « Am Schluesselberg » (d’après le diagnostic archéologique de la « zone d’activité 2 »).

(DAO : G. Kuhnle, INRAP.)

11L’altitude au niveau du décapage (qui suit le toit conservé du substrat) descend très graduellement de la cote moyenne 147,5 m au nord et nord-est, à la cote moyenne 146 m NGF au sud et sud-ouest. Ainsi, on note sur la limite basse de la pente l’absence de lœss et l’apparition des matériaux d’origine alluvionnaire (fig. 3b).

12En résumé, l’habitat hallstattien de Holtzheim « Am Schluesselberg » était implanté sur une éminence de lœss, près d’un bord qui surplombe un bras de la Bruche encore actif à cette époque ou formant déjà chenal fossile. Il en résulte que son environnement proche était diversifié puisque des sols riches propices aux cultures (mince couche de lœss recouvrant les cailloutis et alluvions de la Bruche), côtoient des zones à terres moins généreuses couvertes de forêts ou de prairies (limons de débordement recouvrant les cailloutis de la Bruche). En outre, la proximité de ce cours d’eau constitue un autre facteur naturel favorable. Séparant l’Alsace des plaines, au sud, de l’Alsace des plateaux, au nord, il semble avoir été suffisamment important pour autoriser une navigation extra-locale, permettant vers l’amont de pénétrer le cœur du massif vosgien, et, vers l’aval, de rejoindre l’Ill puis le Rhin et ses gués, situés dans le secteur de Strasbourg.

Chronologie du gisement

  • 5 Fosses 19, 20, 24, 25, 30, 37, 57, 60 et 105.

13Cinquante structures en creux sont, d’après leur mobilier, attribuables au premier Âge du Fer. L’ensemble du mobilier céramique recueilli dans quarante et une d’entre elles est homogène et se situe chronologiquement sans équivoque au Hallstatt D3, soit à la fin du vie s. av. J.-C. (voir Koenig et alii, ce volume). Pour neuf fosses5, il manque hélas des éléments de datation significatifs tels les bords de récipients, ce qui compromet leur attribution certaine à cette phase tardive du Hallstatt. Cependant, les fragments de panses issus de ces structures offrent la même apparence que ceux associés à des bords bien datés.

14Si le matériel hallstattien de Holtzheim « Am Schluesselberg » peut être considéré comme chronologiquement homogène en raison de fortes ressemblances entre ensembles, cette homogénéité chronologique ne saurait être absolue dans la mesure où il s’agit, de toute façon, de matériel détritique.

15Nous avons pu observer que le comblement de plusieurs fosses est synchrone de par la présence de tessons se recollant d’une fosse à l’autre. Certains tessons très spécifiques renvoient aussi à une datation relativement homogène :

  1. les fragments d’un même pot sont issus des fosses 44 et 46 (pl. 5, n° 10) ;

  2. le mobilier de la fosse 39 possède des affinités avec celui qui est issu des structures 47 et 59, affinités fondées d’une part sur un décor incisé (pl. 3, n° 12 et pl. 6, n° 13), d’autre part sur un décor au peigne (pl. 3, nos 13, 14 et pl. 7, nos 7, 8) : dans les deux cas, les fragments issus des différentes fosses semblent provenir d’un même récipient.

Répartition des structures

  • 6 Structures 28, 29, 30, 31, 33, 34, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46 et 47.

16Concentrées dans la partie médiane de la zone de fouille, les cinquante structures attribuées au Hallstatt n’occupent qu’un tiers de la surface décapée en s’inscrivant dans un rectangle d’environ 4000 m2 (fig. 4). Dans la mesure où nous ne connaissons que rarement l’emprise totale d’un site d’habitat, nous ne pouvons pas encore exploiter les données concernant la densité de l’occupation de l’espace (fig. 5). À Holtzheim, il y a en moyenne 1,25 structure pour 100 m2 (contre 0,7 fosse à Wolfgantzen et 2,1 structures à Geispolsheim). Mais on y trouve également quinze structures6 sur seulement 200 m2 (soit 7,5 structures pour 100 m2), ce qui montre qu’il faut rester extrêmement prudent quand un gisement n’est pas reconnu dans son intégralité.

17Au premier abord, aucune organisation spatiale très recherchée ne se dégage. L’axe nord-ouest/sud-est est néanmoins quelque peu privilégié par l’alignement approximatif de plusieurs fosses et par un « couloir libre » (car dépourvu de structures), large entre 12 et 15 m, délimité côté sud-ouest par les fosses 78, 63, 64 et 59 et côté nord-est par les fosses 62, 56, 57 et 38. On peut certes imaginer une corrélation entre la configuration du terrain naturel et cet axe (cf. fig. 3), mais il ne faudrait pas oublier que l’orientation de ce dernier s’aligne sur celle de nombreux bâtiments du premier Âge du Fer (Brénon et alii, 2003 ; Kuhnle et alii, 2000).

  • 7 Cette chronologie relative de l’aménagement de ces trois fosses ne s’observe pas au niveau du mobil (...)

18Par rapport au « couloir libre », seul un cinquième des structures se trouve au sud-ouest près du rebord du lambeau de lœss, les trente-neuf autres structures étant regroupées au nord-est. La proximité de certaines fosses y est remarquable, notamment leur concentration autour de la structure 31 (fig. 4). Trois des fosses de ce groupe sont imbriquées : la fosse 42 coupe la fosse 41 qui coupe très légèrement le silo 317.

Fig. 4. Répartition des structures attribuées à la période du Hallstatt (sur un extrait du plan d’ensemble du site).

(DAO : G. Kuhnle, INRAP.)

Fig. 5. Relation entre surface et nombre de structures à Holtzheim et sur des sites de comparaison.

Fig. 5. Relation entre surface et nombre de structures à Holtzheim et sur des sites de comparaison.

Fig. 6. Dimensions par catégorie de structure.

Fig. 6. Dimensions par catégorie de structure.

Fig. 7. Chronologie et inventaire par forme de structure.

Fig. 7. Chronologie et inventaire par forme de structure.

Morphologie et remplissage sédimentaire des structures

Caractéristiques morphologiques

19Les structures hallstattiennes de Holtzheim étant très variées, elles ont été classées selon des critères morphologiques et dimensionnels. Les données s’appuient évidemment sur la partie conservée de chaque structure. Nous estimons que leurs parties sommitales détruites par l’érosion correspondent à un tiers, voire parfois à la moitié de la profondeur conservée.

  • 8 Ce comptage exclut la fosse 47a qui est traitée à part.

20Le classement est présenté dans les figures 6 et 7. Au total, sur les cinquante fosses hallstattiennes, il y a quatorze silos8 et cinq silos probables ; leurs coupes et, à titre de comparaison, celle de la structure 47 (cf. infra) sont représentées figure 8. Quant aux autres fosses, leur fonction reste le plus souvent énigmatique.

Fig. 8. Coupes des silos et éventuels silos datant du Hallstatt D3 (les fosses 20 (n° 7) et 37 (n° 21) datant probablement du Ha D3). 1-3. silos à profil étranglé ; 4-7. silos à profil en forme de cloche ; 8. éventuel silo à profil en cloche ; 9. fosse à profil en cloche liée à une grande cuvette ; 10-16. silos à profil droit ; 17-20. éventuels silos à profil +/- droit.

(DAO : G. Kuhnle, INRAP)

À propos des « silos »

21Les quatre silos à profil en forme de cloche (28, 29, 48 et 20) constituent le groupe le mieux conservé en profondeur (0,75 m en moyenne) et aussi le groupe dont le diamètre au niveau du décapage est le plus faible (1,3 m en moyenne).

22En ce qui concerne les éventuels silos, la question demeure de savoir si ces fosses sont assez profondes pour avoir pu fonctionner comme structures d’ensilage. La fosse 52 se rattache à l’ensemble des silos au profil en cloche. Il en est probablement de même de la structure 47a (cf. infra). En ce qui concerne les fosses 23, 37, 40 et 44, dont le profil est un peu plus en cuvette que celui des silos à profil droit, la fonction de silo ne peut être que supposée. Elles paraissent occuper une place intermédiaire entre les fosses identifiées comme silos et les autres fosses de plan circulaire (30, 51, 57, 62 et 66) qui sont encore moins profondes.

À propos des « fosses indéterminées »

23Il s’agit de trois fosses dissemblables (39, 41 et 105). La fosse 105, probablement attribuable au Hallstatt D3, a le plus faible diamètre (0,9 m) de toutes celles du site : conservée sur 0,4 m de profondeur sous le niveau de décapage, elle paraît cependant trop grande, en plan comme en profondeur, pour être identifiée à un trou de poteau. La fosse 39 peut elle aussi être comptée parmi les petites fosses : conservée sur 0,35 m, son plan est irrégulier, son fond plat et ses parois verticales ; à noter, la forte quantité de mobilier céramique qu’elle abritait (2550 g). Pour autant, sa fonction reste énigmatique. La fosse 41, aux parois légèrement divergentes, ressemble en plan à une poire ; la partie la plus large est également la plus creusée. Il faut encore souligner qu’elle coupe très légèrement le silo 31 et qu’elle-même se voit coupée par la fosse 42, tout en étant plus profonde que l’une ou l’autre. Là encore, cette fosse n’a livré aucun indice pour interpréter sa fonction.

Fig. 9. Plan et coupes de la structure 47.

(DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Le cas particulier de la structure 47 (fig. 9 et 10)

Présentation

24La structure 47 est bipartite, composée d’une cuvette irrégulière (47b-c) et d’une fosse circulaire (47a) plus profonde qui, excentrée, se situe au nord-est.

25Le plan de la cuvette (47b) suggère un fond de cabane, mais aucune trace de trous de poteaux ou de piquets n’a pu être relevée. Le creusement de la cuvette est conservé sur 0,1 à 0,2 m de profondeur sous le niveau du décapage. Le fond de sa partie septentrionale est marqué par une dépression allongée (47c) qui atteint jusqu’à 0,5 m de profondeur.

26La fosse circulaire (47a) possède la morphologie d’un silo à profil en forme de cloche (cf. fig. 8), ses dimensions correspondent d’ailleurs exactement à la moyenne caractérisant cette catégorie de structure sur le site : diamètre de 1,3 m, profondeur conservée de 0,75 m.

27S’il est certain que la fosse 47a ne coupe pas la cuvette à laquelle elle est liée (47b-c), nous ne disposons d’aucun indice pour déterminer si le creusement de la cuvette est contemporain ou postérieur à celui de la fosse.

28La fosse 47a et une grande moitié de la cuvette du côté de la fosse (47b-c) ont livré l’essentiel du mobilier avec raccords existants entre les tessons dispersés aux deux endroits. Un pot entier (pl. 6, n° 11) se trouvait écrasé sur le fond de la cuvette, tout près de la dépression allongée (fig. 9).

Proposition d’interprétation

29Nous supposons que la fosse à profil en forme de cloche (47a) servit dans un premier temps comme silo. Après abandon de cette fonction, les habitants auraient procédé à l’aménagement de la grande cuvette en partant du silo (47a). Celui-ci était alors comblé à moitié ; son comblement étant en effet caractérisé par un affaissement central (cf. fig. 9, coupe ouest-est). L’élargissement du plan pour former une grande structure inclut le creusement de la cuvette (47b) et celui de la dépression allongée (47c). Enfin, il y a eu le comblement final de l’ensemble.

  • 9 Rappelons qu’à Florange en Lorraine il n’y a ni sole perforée, ni voûte ou superstructure, ni systè (...)

30À partir de la phase où la fosse initiale (47a) et son élargissement en cuvette ont fonctionné ensemble, l’utilisation devait être spécifique. Si la superficie de la structure d’environ 8 m2 permet de l’interpréter comme un lieu de travail, l’activité exercée reste à déterminer. L’utilisation de la fosse circulaire en four de potier n’est pas à exclure absolument : il n’y a certes pas trace de parois rubéfiées, ni d’un feu soutenu comme dans les deux fours de Florange (Pétrequin et alii, 1973), mais, entre ces derniers9 et la structure 47 apparaissent des similitudes morphologiques. Quelques éléments du mobilier archéologique issu du comblement pourraient étayer cette hypothèse. En ce qui concerne notamment le pot entier planche 6, n° 11, il s’agit d’un raté de cuisson car il a été déformé, craquelé et rendu poreux par une trop forte chaleur. En outre, parmi les trente-six petits fragments d’argile rubéfiée recueillis, six présentent sur un côté une surface lisse et pourraient par conséquent être des fragments de sole ou de parois de four.

Fig. 10. La structure 47 (la fosse-silo 47a étant fouillée à moitié), vue du sud-ouest.

(Cliché : F. Schneikert, INRAP)

Remplissage sédimentaire

31Le remplissage à base de limon brun homogène est majoritaire puisqu’il caractérise 88 % des structures. La matrice limoneuse contient en général des particules de charbon de bois et, parfois aussi, d’argile rubéfiée.

32Les six structures (12 %) dont le remplissage diffère du schéma précité, ont toutes la morphologie de silos (28, 31, 38, 65 et 47a ; cf. fig. 8) à l’exception de la fosse sub-cylindrique et peu profonde 46. Même dans leur cas, la variété et le nombre de couches successives ne sont pas très importants :

  • les silos 28 et 31 incluent des poches de lœss qui proviennent probablement de l’effondrement des parois ;

  • les silos 38, 65, 47a et à nouveau 31 incluent dans leur remplissage à dominante de limon une couche cendreuse et charbonneuse, laquelle ne constitue jamais le premier comblement ;

  • la fosse 46, au contraire, est entièrement comblée par un limon cendreux et charbonneux de couleur gris-noir.

33Les fosses au remplissage homogène peuvent avoir été comblées assez rapidement. Quant aux structures 28, 31, 38, 47 et 65, l’existence de plusieurs couches témoigne peut-être d’un comblement (un peu) plus lent. Dans tous les cas, un comblement par ruissellement ou par érosion peut être exclu au vu de la taille de la plupart des tessons recueillis.

Le matériel

La faune

Présentation de l’assemblage de faune

  • 10 Rappelons que leur contenu a été fouillé intégralement ; le sédiment n’a pas pu être tamisé, exclua (...)

34Vingt-neuf des quarante et une structures datées du Hallstatt D3 mises au jour sur le site ont livré des ossements d’animaux (fig. 11). Les traces de découpe, de cuisson et la fragmentation des ossements montrent sans équivoque qu’il s’agit de rejets alimentaires. Les structures10 (pour certaines, des silos) sont réparties sur toute l’aire de l’occupation. Elles réunissent 337 restes parmi lesquels 220 éléments, dispersés entre les vingt-neuf structures, ont été déterminés.

35Une des caractéristiques de cet ensemble est donc son faible nombre de restes (le contenu d’une structure varie en effet de 1 à 44 restes !). Ce caractère n’est pas propre à l’Alsace, on le remarque en d’autres régions, au Hallstatt mais aussi à la fin de l’Âge du Bronze. L’explication d’une telle situation a vite été recherchée et plusieurs études menées sur des sites comparables (Gondreville, Deffressigne et alii, 2002, ou Geispolsheim, Méniel, 1990) ont montré qu’elle ne résidait pas dans le processus de fonte du matériel dans le sol, les ossements pouvant même présenter un assez bon état de conservation. Il ne s’agit donc pas de résidus de rejets presque intégralement fondus, ce que confirme ici la présence d’éléments fragiles comme les vertèbres ou des ossements de jeunes individus.

36Ni l’état de conservation des restes ni l’érosion de la partie sommitale des structures ne pouvant justifier seuls la pauvreté numérique des vestiges osseux, celle-ci trouverait plutôt son origine dans les modalités de rejets des déchets, c’est-à-dire dans la « gestion des déchets ». Il est permis de penser qu’au lieu d’évacuer les ossements dans des dépotoirs creusés, on les jetait sur des tas de fumier (comme ceux que l’on pouvait encore observer voici peu dans l’est de la France), ou bien qu’on les utilisait, les deux modes ayant en fait pu coexister.

37Les véritables dépotoirs semblent donc rares auprès des habitats de cette époque où les assemblages d’ossements résultent souvent de piégeages parfois successifs : les contenus des structures sont alors des ensembles artificiels qui n’ont de commun qu’une même localisation au sein du site. On observe aussi ponctuellement des rejets volontaires qui sont donc en situation de rejets primaires. Il s’agit le plus souvent d’ensembles d’ossements en connexion anatomique, têtes, extrémités de pattes ou restes de consommation de petites espèces comme le lièvre. À Brumath, autre site hallstattien du Bas-Rhin (Tesnier-Hermetey, 2000), on a retrouvé plusieurs ensembles correspondant sans ambiguïté à des rejets primaires. À Holtzheim, l’interprétation d’une extrémité complète de patte de bovin reste délicate car cette partie peut rester longtemps en connexion avant de se décomposer.

38Quoi qu’il en soit, il est évident que la manière de gérer les déchets n’est pas indépendante de la manière d’occuper le site ou d’exercer les activités qui y ont cours. L’approche critique du matériel est également indispensable pour aborder la description des décomptes par structure ou par espèce.

39La méthode d’étude ici adoptée prend en compte le faible nombre de restes, leur dispersion entre les structures, c’est-à-dire sur l’espace du site, ainsi que le caractère artificiel des regroupements de matériel de certaines structures. L’analyse s’effectue à la fois à l’échelle du site et à celle de la structure, pour chaque espèce et pour l’ensemble de la faune.

40Les deux paramètres de quantification habituels, le Nombre de restes et le Poids de restes, sont complétés par un troisième, la fréquence d’occurrence (« FO ») d’une espèce ou d’un caractère entre structures. Ce dernier paramètre est précieux dans le cas d’un petit assemblage dispersé entre de nombreuses fosses car il met en évidence la récurrence des faits en palliant (à sa mesure) l’impossibilité d’aborder lesdits faits par une approche quantitative directe.

Spectre des espèces

  • 11 Les coquillages n’ont pas été pris en compte dans cette présentation car au regard de certaines esp (...)

41Les 220 restes déterminés se rapportent à neuf espèces de mammifères et deux espèces d’oiseaux11 (fig. 12). Parmi les animaux domestiques, le bœuf (Bos taurus), le porc (Sus scrofa domesticus) et les caprinés (le mouton, Ovis aries, et peut-être la chèvre, Capra hircus) sont représentés respectivement par 57, 51 et 37 éléments. Le chien (Canis familiaris) n’est attesté que par un reste, comme aussi le cheval (Equus caballus). La faune sauvage se compose de treize restes de cerf (Cervus elaphus) parmi lesquels un bois, presque entier, de massacre et un fragment de bois, quarante-neuf éléments de lièvre (Lepus europeaus), six de renard (Vulpes vulpes) et deux de fouine ou de martre (Martes sp). Un os de pigeon (Colomba sp.), un autre de grand tétras (Tretrao urogallus) complètent ce cortège assez large au regard du petit nombre de restes. Cette variété est particulièrement nette pour les animaux sauvages, qui représentent un tiers des restes déterminés, mais aussi dans la répartition de ces restes entre onze structures (deux structures réunissant deux espèces) localisées sur toute l’étendue du site. Les vestiges de faune domestique exposent une même régularité : les ossements de caprinés, de bovins et de porcins proviennent d’au moins la moitié des fosses (14 d’entre elles pour les premiers, 18 pour les deux suivants). La présence d’un seul reste de chien n’est pas étonnante, il apparaît en petits nombres dans les dépotoirs de cette période.

Fig. 11. Répartition des restes de faune entre les vingt-neuf structures.

Fig. 11. Répartition des restes de faune entre les vingt-neuf structures.

Fig. 12. Spectre de faune. NR : nombre de restes ; FO : fréquence d’occurrence ; NMI f : nombre minimum d’individus de fréquence ; NMI c : nombre minimum d’individus de combinaison ; PdR : poids des restes.

Fig. 12. Spectre de faune. NR : nombre de restes ; FO : fréquence d’occurrence ; NMI f : nombre minimum d’individus de fréquence ; NMI c : nombre minimum d’individus de combinaison ; PdR : poids des restes.

Les espèces domestiques

42Les âges d’abattage livrent des informations ponctuelles. Les cinquante-sept restes de bœuf proviennent d’au moins quatre individus, un veau de quelques mois, un plus âgé, une bête âgée de 4 à 6,5 ans, une autre de 6,5 à 9 ans. Les cinquante et un restes de porc ont permis de dénombrer trois individus âgés respectivement de 16 à 20 mois, 21 à 25 mois et 3,5 ans ou plus. Les trente-sept éléments de caprinés se rapportent à deux individus au moins, de 6-12 mois et de 2-3 ans.

43L’inventaire des parties du squelette est présenté dans la figure 13.

Les espèces sauvages

44L’inventaire des parties du squelette est présenté dans la figure 14.

Le cerf

45Les treize restes, un bois de massacre non détaché de l’os frontal, trois fragments de mandibule, un d’humérus, un de radius et des os des extrémités (calcanéum, métacarpe et métatarse), proviennent d’au moins deux individus, un d’environ 4 ans, l’autre d’au moins 6 ou même 10 ans (âges établis sur deux mandibules d’après Brown, Chapman, 1991). Le bois de massacre, issu d’un individu abattu entre 5 et 8 ans, pourrait avoir appartenu au second individu. La présence d’un massacre peut signaler la recherche du bois en tant que matière première.

Fig. 13. Inventaire des parties du squelette des espèces domestiques.

Fig. 13. Inventaire des parties du squelette des espèces domestiques.

Fig. 14. Inventaire des parties du squelette des espèces sauvages.

Fig. 14. Inventaire des parties du squelette des espèces sauvages.

46Le cerf a été chassé puis consommé, ce que révèlent les ossements mais aussi des traces de boucherie sur un humérus (désarticulation du coude).

47Le bois de massacre retrouvé dans la structure 51 présente quelques particularités. Comme on peut le voir sur la photographie figure 15, ce bois, complet, orienté nord-sud, a été retrouvé au centre d’une fosse arrondie très peu profonde. Le fragment d’os frontal porte des traces d’incisions et de coups de hache. S’agit-il d’un simple rejet ou d’un dépôt ? Un bois de massacre n’est pas une pièce anodine : il peut d’autant mieux constituer un trophée de chasse qu’il provient, comme ici, d’un individu d’assez belle taille.

Le lièvre

48Parmi les quarante-neuf restes de lièvre retrouvés dans trois structures, toutes les parties du squelette sont représentées, parfois même plusieurs fois, d’où un dénombrement d’au moins trois individus immatures.

Le renard

49Au nombre de six, ces restes proviennent de trois côtes, d’un ulna, et d’un fémur. Ce dernier, entier et appartenant à un individu adulte, présente des indices très lisibles : de fines incisions sur le col du fémur témoignent de la désarticulation de la tête du fémur d’avec le coxal. Une trace de brûlure signale que le cuisseau a ensuite été porté au feu. L’extrémité distale porte également des incisions mais aucune trace de brûlure ; le tibia était donc encore lié au fémur lors de la cuisson et c’est après la cuisson que les deux os ont été séparés. S’il est fort probable que nous sommes en présence de vestiges d’une consommation de renard, cette consommation se rencontre si rarement sur les sites de cette époque que nous pouvons aussi envisager une offrande. Ce type d’offrande, en contexte domestique, est de plus en plus souvent signalé sur les habitats de l’Âge du Fer (Auxiette, 1997 ; Brogli, Schibler, 1999). Rappelons que le renard symbolise depuis longtemps le monde sauvage, que sa viande de carnivore est forte en goût, notamment le cuissot, pièce pourtant considérée lors des banquets de chasseurs comme l’une des meilleures avec le filet (comm. pers. Louis Boivin, chasseur).

Fig. 15. La fosse 51 (fouillée à moitié) avec bois de cerf in situ, vue du nord.

(Cliché : F. Schneikert, INRAP)

La martre ou la fouine

50Un des deux restes de martre ou de fouine (les os retrouvés ne permettent pas une détermination précise) présente des traces de prélèvement de la fourrure.

Les oiseaux

51Le pigeon est représenté par un os du membre antérieur, l’ulna, trouvé dans la fosse 63.

52Le grand tétras, également appelé « grand coq des Bruyères », se distingue par sa grande taille (de 60 à plus de 80 cm) et une queue en éventail. On le trouve actuellement dans les grandes forêts de conifères des montagnes ou dans les collines où il niche dans les sous-bois au pied des arbres. À Holtzheim, on a retrouvé un tibiotarse dans la fosse 67.

Synthèse et conclusions de l’étude de la faune

53Les restes d’animaux se rapportent donc à dix espèces de mammifères et deux espèces d’oiseaux. Les animaux d’élevage sont les mieux représentés : bœuf, porc et caprinés, complétés par le chien et le cheval qu’atteste pour chacun un seul reste. Dans la faune sauvage on note le cerf, dont subsistent entre autres éléments un bois de massacre presque entier et un fragment de bois, le lièvre, le renard, la martre ou la fouine. Un os de pigeon et un autre de grand tétras complètent ce tableau relativement varié pour si peu de vestiges.

54Cette richesse trouve un écho dans la forte part relative des animaux sauvages, un tiers des restes déterminés, et dans la répartition de ces derniers au sein de structures dispersées sur toute l’étendue du site (fig. 16). L’originalité de Holtzheim paraît ainsi bien résider dans cette importance de la faune sauvage, ce qu’appuient le dépôt du bois de massacre et les débris de rôtissage du cuissot de renard.

55L’utilisation de ces données en terme de fonction du site demeure délicate, pas seulement d’ailleurs parce qu’elles sont extraites d’un petit ensemble de faune. Les informations concernant les ressources carnées rejoignent ce que l’on connaît pour cette époque ; les élevages de bœuf, de porc et de caprinés en constituent la ressource première. Maintenant, la singulière importance de la chasse de gibiers de tailles différentes doit être doublement appréciée : déjà au regard du prestige qui s’y attache immanquablement, ainsi qu’on le dit et le répète toujours, mais encore en fonction de possibles variations climatiques préjudiciables à certaines activités agropastorales, tous aléas non contrôlables incitant en conséquence la petite communauté à garantir sa survie par une exploitation plus intensive de son environnement naturel proche. Car si le Hallstatt final nous apparaît globalement comme une période propice au développement agricole, nous savons aussi qu’il fut traversé par une série d’oscillations climatiques. La datation du site n’exclut pas qu’il fut occupé durant l’une d’elles. En tout cas, et quelles qu’en furent les motivations successives ou simultanées, l’activité cynégétique n’aurait su trouver l’ampleur qu’on doit lui reconnaître ici sans la richesse faunique d’un environnement particulièrement favorable (proximité de la Bruche).

Fig. 16. Répartition des restes d’animaux sauvages entre les structures Ha D3 ayant livré des restes de faune.

(DAO : G. Kuhnle, INRAP)

La céramique (pl. 1 à 9)

56Les cinquante fosses appartenant au Hallstatt renferment 2181 fragments de céramique, soit 44 kg. Seules neuf fosses demeurent mal datées au sein de cet horizon (68 fragments). Les quarante et une autres fosses se rattachent au Ha D3, ce qui porte à un minimum de 278 individus le corpus disponible pour l’étude de cette phase : 247 correspondent à des formes interprétables, 31 restent indéterminables (fig. 17). Pour 150 des 247 individus déterminés, nous avons pu définir le sous-type et l’éventuelle variante (voir Koenig et alii, ce volume).

Fig. 17. Répartition du mobilier céramique par fosse datée du Hallstatt final (Ha D3).

Fig. 17. Répartition du mobilier céramique par fosse datée du Hallstatt final (Ha D3).

57Nous pouvons d’ores et déjà confirmer que le spectre des formes de base est restreint : il y a 123 jattes (49 %) (cf. pl. 1, n° 4 ; pl. 2, n° 4 ; pl. 3, n° 11 ; pl. 4, nos 3, 4 et 13 ; pl. 5, n° 8 ; pl. 6, n° 6 ; pl. 7, n° 18 ; pl. 8, nos 2 et 4), 51 coupes (21 %) (cf. pl. 2, nos 1-2 ; pl. 3, nos 2, 9 et 10 ; pl. 6, nos 1-2 ; pl. 8, n° 11) et 73 pots ou vases (30 %) (pl. 2, n° 5 ; pl. 5, nos 10, 11 et 19 ; pl. 8, n° 12 ; pl. 9, n° 4).

58Parmi les jattes, 90 % sont en pâte fine ou semi fine et seulement 10 % en pâte grossière (pl. 7, n° 18 ; pl. 8, n° 4). Au sein des coupes, toutes réalisées avec une pâte fine, on trouve également quelques modèles de taille réduite (micro-coupes) (pl. 8, n° 9). Enfin, la grande fragmentation des récipients plus hauts ne permet pas toujours de faire la distinction entre les pots et les vases, façonnés avec une pâte plus ou moins grossière. Dans ce lot, seuls trois vases à col concave sont clairement identifiables (pl. 2, n° 6 ; pl. 7, n° 5 ; pl. 9, n° 3).

59Peu de décors sont présents. On note l’absence totale de tessons décorés au graphite ou peints en rouge. Un récipient de forme atypique provenant de la fosse 39 (pl. 3, n° 12) porte au-dessous du col lissé un décor incisé, incrusté de pâte blanche ; un petit fragment de panse trouvé dans la fosse 47 est décoré de la même façon (pl. 6, n° 13). Quatre fragments de panses issus des fosses 39 et 59 sont décorés au peigne (pl. 3, nos 13-14 et pl. 7, nos 7-8). Seules trois panses de pots sont agrémentées d’un cordon (pl. 7, nos 9-10). Les impressions réalisées au doigt, à l’ongle ou à l’aide d’un instrument constituent le décor le plus fréquent. Elles sont placées surtout sur la lèvre de jattes (pl. 7, n° 18 ; pl. 8, n° 3) ou de pots de facture grossière (pl. 4, nos 11-12 ; pl. 5, nos 11 et 19 ; pl. 8, n° 12), mais aussi sur le corps de quelques pots (pl. 3, nos 6, 15 ; pl. 7, n° 21 ; pl. 8, n° 5). Le pot archéologiquement complet de la fosse 77, avec ses trois rangées d’impressions sur le ventre et une rangée sous le bord, paraît constituer une pièce unique (pl. 9, n° 4). Des éléments de comparaison ont été recensés dans l’article sur l’évolution de la céramique à la fin du Hallstatt (Koenig et alii, ce volume).

60En résumé, il faut encore une fois souligner la grande homogénéité du matériel céramique qui suggère conséquemment une datation uniforme. Si les formes rencontrées dans les quarante et une fosses correspondent aux formes les plus courantes à la fin du Hallstatt (jattes, coupes, pots), on peut dès lors qualifier comme « simple » ce corpus céramique par rapport à des ensembles plus variés tels ceux de Geispolsheim (Koenig et alii, 1990 ; Koenig et alii, ce volume) ou de Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000). On ne relève en effet à Holtzheim qu’une faible variété de formes, très peu de décors, pas de céramique tournée ou d’importation, ni d’imitation de vaisselle métallique.

Autre mobilier

61Outre la céramique, on remarque un petit lot d’objets en terre cuite. Il y a sept fusaïoles issues de cinq fosses (pl. 1, nos 11-12 ; pl. 2, n° 14 ; pl. 6, nos 14-15 ; pl. 7, n° 6 ; pl. 8, n° 1) et deux perles aplaties (pl. 3, n° 17 ; pl. 7, n° 20). Un petit fragment de terre cuite pourrait éventuellement appartenir à un peson (fosse 38, sans illustration). Un colombin ayant subi une cuisson a été recueilli dans le comblement de la fosse 29 (pl. 1, n° 14). Près de 12 kg de fragments d’argile rubéfiée, dont quelques plaques, proviennent plus vraisemblablement de fours ou de foyers que de parois de maisons, compte tenu de l’absence de fragments épais et de traces de clayonnage.

  • 12 Avant sa disparition, la pièce a pu être attribuée au Hallstatt final par Suzanne Plouin et Jean-Fr (...)

62Pour le mobilier métallique, on note quelques rares éléments en fer indéterminés, une bague en bronze (fosse 47, sans illustration) et un fragment de bracelet en bronze (fosse 62, sans illustration) bien daté de la fin du Hallstatt12. Nul autre objet de parure n’a été découvert dans les structures hallstattiennes.

  • 13 Je remercie Florent Jodry (INRAP) pour ses indications précieuses.

63Parmi les pierres apportées, nous comptons trois meules plates13. La fosse 53 a livré un fragment du bord d’une meule de forme ronde en microgranit (roche magmatique plutonique). Des fragments (éclatés par le feu) d’une meule en basalte sont issus de la fosse 59. Enfin, le silo 36 contenait deux fragments d’une meule en grès dont le plan de broyage est très peu usé ; la face inférieure du plus grand morceau est brûlée.

64Des galets de chauffe ne sont attestés qu’en petit nombre. D’autres galets, présentant des traces d’usure ou de polissage, ont pu servir de lissoirs, de bouchardes, etc.

Interprétation du gisement

65Un ensemble d’informations, précieux pour l’interprétation du gisement, résulte de l’observation du plan de masse des structures hallstattiennes et de leurs contenus.

L’Organisation de l’espace (fig. 18)

66Au préalable, il est important de rappeler que nous connaissons les limites de l’occupation hallstattienne dans la mesure où nous avons exploré un peu plus d’un hectare et que les 4000 m2 occupés par ces structures en creux correspondent à la partie médiane du décapage. Mais nous n’avons pu mettre en évidence ni trous de poteaux, ni niveau de sol, sans doute par suite d’une érosion relativement importante du site. Nous ne pouvons donc raisonner sur l’organisation de l’espace qu’à partir de la répartition des fosses et de leur contenu.

671) La répartition spatiale des fosses dégage un espace dépourvu de structures ; la présence de ce « couloir vide », large d’environ 13 m, doit avoir une signification.

682) On constate une plus forte densité en mobilier céramique de part et d’autre de ce couloir, notamment dans les fosses 38, 39, 46, 47, 52, 59 et 65, qui contenaient chacune plus de 2 kg de tessons (cf. fig. 17). Au nord-est du couloir, la structure 47 et ses fosses voisines 39, 44 et 46 recueillent à elles seules un tiers de la poterie du gisement et présentent des remontages céramiques entre elles. La fosse 59, située au sud-ouest juste en face des précédentes, est liée à la fosse 39 par la présence dans chacune d’elles de deux tessons décorés au peigne, seuls témoins de ce mode décoratif sur tout le site. Les fragments peignés n° 14 de la planche 3 (fosse 39) et n° 8 de la planche 7 (fosse 59) semblent appartenir au même récipient.

693) Les lieux de trouvaille des trois meules (fosses 36, 53 et 59) sont mitoyens au « couloir vide ». À Wolfgantzen, nous avons observé que les fosses les plus proches de la maison étaient les plus riches en meules (Kuhnle et alii, 2000). À Holtzheim, le triangle formé par les fosses à meules couvre une surface d’environ 300 m2 appartenant à l’espace libre. Ce triangle englobe le secteur des structures liées par la composition de leur mobilier céramique (39, 44, 46, 47 et 59).

704) La structure 47 qui pourrait avoir été le lieu d’une activité domestique (fosse de travail) et même artisanale si la fosse en forme de silo servait effectivement de four, occupe à plus d’un titre une place « centrale » ou « privilégiée » au sein du site : mitoyenne de l’espace libre, elle s’inscrit dans l’emprise des fosses à meules et dans celle des fosses partageant un mobilier céramique spécifique. Le fait qu’elle semble constituer un lieu de travail augmente son importance et valorise davantage l’espace vide au sud-ouest (entre la structure 47 et la fosse 59).

71En conclusion, il y a de fortes chances que l’espace libre ait été occupé par un bâtiment servant d’habitation. On peut penser que cette habitation se trouvait à proximité des secteurs où l’on a retrouvé une forte densité de matériel, c’est-à-dire entre le groupe formé par les structures 46-47-39-44 et la fosse 59. Si le bâtiment suivait l’axe du couloir, il était orienté nord-ouest/sud-est, comme beaucoup de maisons du premier Âge du Fer en Lorraine mais aussi comme celles connues dans le Haut-Rhin à Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 2000, fig. 3) ou à Sainte-Croix-en-Plaine « Marbach Acker » (Mentele et alii, ce volume). Enfin, la majorité des silos est regroupée à l’est du site, c’est-à-dire excentrée par rapport à la structure 47, donc légèrement en retrait de l’hypothétique bâtiment. Dans une organisation de l’espace habité, on présume en effet que ces lieux d’ensilage occupent une position plus à l’écart de l’habitation.

Fig. 18. Proposition d’interprétation de l’habitat Ha D3 selon l’organisation spatiale et la répartition des structures et du mobilier (les numéros en italique indiquent les fosses datant probablement du Ha D3).

(DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Activités

72Ce sont les structures elles-mêmes, en tant que structures annexes à l’habitat, ainsi que le matériel recueilli qui permettent de détailler les activités exercées sur le site.

73Parmi les déchets contenus dans les fosses hallstattiennes du site de Holtzheim figurent les tessons de vaisselle de table et de préparation culinaire. Selon nos connaissances des sociétés d’alors, la poterie trahit une production locale ; elle était probablement réalisée sur le site si l’on en juge par le colombin cuit, le pot issu d’une cuisson ratée et la très éventuelle utilisation comme four de la structure 47. Les aménagements domestiques telles les structures de combustion pour la cuisson des aliments sont attestés par quelques galets de chauffe et, surtout, par les nombreux fragments d’argile rubéfiée. L’analyse des ossements d’animaux, issus de vingt-neuf fosses du Hallstatt final réparties sur toute l’aire du site, a montré qu’il s’agissait essentiellement de rejets alimentaires. Si l’approvisionnement en viande se fondait d’abord sur l’élevage, l’exploitation de l’environnement naturel (chasse du gros gibier, capture du lièvre, recherche de petits mammifères à fourrure) semble avoir été régulière. La pratique du filage est attestée par les nombreuses fusaïoles et celle du tissage n’est pas entièrement à exclure (fragment d’un éventuel peson). Les activités agricoles sont perceptibles à travers la présence de structures de stockage (silos) et de meules nécessaires pour la mouture des céréales. Le faible nombre de silos indique qu’ils étaient destinés au stockage à l’échelle d’un groupe familial. Le gisement hallstattien de Holtzheim ne pouvait donc en aucun cas constituer un centre de redistribution de produits agricoles comme l’étaient Gondreville (Deffressigne et alii, 2002) et peut-être aussi Geispolsheim (Koenig et alii, 1990).

74En résumé, on retrouve sur ce site les activités habituelles d’un habitat : élevage, chasse, stockage, mouture, filage et peut-être tissage ainsi que préparation culinaire et consommation. Les rejets alimentaires ainsi que la vaisselle de table et de préparation culinaire, associés à la présence de meules, de fusaïoles et de probables structures de combustion suggèrent clairement que le bâtiment supposé était une habitation.

Conclusion : Échelle socio-économique du gisement

75Les 1,23 ha explorés à Holtzheim au lieu-dit « Am Schluesselberg » ont permis de mettre au jour, réparties sur une aire d’un peu moins d’un demi-hectare, une cinquantaine de fosses qui témoignent d’une occupation hallstattienne de la fin du vie siècle av. J.-C. (Ha D3).

76Le gisement présente de nombreuses caractéristiques d’un petit habitat ouvert de plaine. Divers indices nous laissent supposer l’existence d’un bâtiment dans un secteur vierge de tout vestige (cf. supra), implanté à une cinquantaine de mètres du rebord de l’éminence de lœss, non loin du cours d’eau de la Bruche. Une grande cuvette qui pouvait servir à des activités domestiques (structure 47) et d’autres fosses de fonction indéterminée entouraient cet espace d’habitation. Faut-il voir dans le bois de cervidé, déposé dans une fosse circulaire très peu profonde à fond plat (fosse 51), le vestige d’un acte cultuel ? La question reste ouverte. Quant aux silos, la plupart sont situés en léger retrait, à l’est de l’habitation supposée, du côté des terres riches (éminence à couverture lœssique). Seuls trois silos ont été aménagés du côté ouest.

77Si nous avons pu mettre en évidence des activités domestiques et agricoles, nous n’avons pas trouvé de traces d’une ouverture économique vers l’extérieur : il y a très peu d’objets métalliques, pas de céramique tournée et aucun élément d’importation. En revanche, la céramique, exclusivement montée à la main, est homogène et le spectre des formes très restreint. Il en va tout autrement sur les sites plus ou moins contemporains de Geispolsheim et de Wolfgantzen, qui révèlent que leurs occupants entretenaient de multiples échanges à moyen et longue distance (Koenig et alii, 1990 ; Kuhnle et alii, 2001 ; Koenig et alii, ce volume).

78Tout porte à croire que Holtzheim nous met en présence d’une communauté assez modeste, peu ouverte sur le monde extérieur malgré une implantation géographique plutôt favorable par sa proximité des axes de communication fréquentés à cette époque. En effet, la vallée de la Bruche, cours d’eau navigable, constitue un axe de circulation naturel est-ouest à hauteur de Strasbourg et qui croise de toute manière, à des distances certainement raisonnables, une ou plusieurs voies nord-sud.

79Dans ce contexte, peut-on considérer que l’importance relative des restes d’animaux sauvages résulte d’un mode de vie quelque peu replié ? Se pose ici la question du statut de la chasse, qui certes peut être associée à des activités de prestige mais peut aussi bien n’être qu’une forme d’exploitation de l’environnement naturel. En tout cas, l’absence d’éléments mobiliers issus de contacts et d’échanges n’incline pas dans le sens d’un habitat « riche ». Au contraire, les caractères de la céramique et la forte exploitation du milieu naturel suggèrent l’existence d’une petite communauté pratiquant une certaine autonomie économique.

Pl. 1. Mobilier des fosses 22 (1), 23 (2), 26 (3-6), 28 (7-13) et 29 (14-20).

(Dessins : J.-L. Isselé, INRAP ; DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Pl. 2. Mobilier des fosses 31 (1-8), 32 (9-13) et 34 (14-17).

(Dessins : J.-L. Isselé, INRAP ; DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Pl. 3. Mobilier des fosses 35 (1), 38 (2-8) et 39 (9-17).

(Dessins : J.-L. Isselé, INRAP ; DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Pl. 4. Mobilier des fosses 41 (1-5), 42 (6-7), 53 (8-9), 54 (10-11), 51 (12) et 40 (13).

(Dessins : J.-L. Isselé, INRAP ; DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Pl. 5. Mobilier des fosses 44 (1-5), 46 (6-14) et 52 (15-19).

(Dessins : J.-L. Isselé, INRAP ; DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Pl. 6. Mobilier de la structure 47 (1-15) et des fosses 48 (16) et 75 (17).

(Dessins : J.-L. Isselé, INRAP ; DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Pl. 7. Mobilier des fosses 59 (1-14) et 63 (15-22).

(Dessins : J.-L. Isselé, INRAP ; DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Pl. 8. Mobilier des fosses 65 (1-7), 68 (8) et 66 (9-12).

(Dessins : J.-L. Isselé, INRAP ; DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Pl. 9. Mobilier des fosses 77 (1-4) et 67 (5-6).

(Dessins : J.-L. Isselé, INRAP ; DAO : G. Kuhnle, INRAP)

Bibliographie

Bibliographie

Auxiette G., 1997, « La faune des établissements ruraux du Bronze final au Hallstatt final/La Tène ancienne dans la vallée de l’Aisne », Revue Archéologique de Picardie, 3-4, p. 29-71.

Brénon J.-C., Buzzi P., Faye O., Gébus L., Klag Th., Koenig M.-P., Petitdidier M.-P., 2003, « Nouvelles données sur l’habitat de l’Âge du Fer en Lorraine », in : Plouin S., Jud P. dir., Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’Âge du Fer, Actes du XXe colloque de l’AFEAF, Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996, p. 241- 273 (20ème suppl. à la R.A.E.).

Brogli W., Schibler J., 1999, « Zwölf Gruben aus der Späthallstatt-/Frühlatènezeit in Möhlin », JbSGUF, 82, p. 79-116.

Brown W.A.B., Chapman H.G., 1991, « The dentition of red deer (/Cervus elaphus/) : a scoring schema to assess age from wear to the permanent molariform teeth », Journal of Zoological, 224, Zoological Society of London, p. 519-536.

Deffressigne S., Tikonoff N., Boulanger-Bouchet K., Chaussé C., Tesnier-Hermetey C., 2002, « Les gisements d’habitat du premier Âge du Fer à Gondreville - Fontenoy-sur-Moselle (54) : le stockage intensif et ses conséquences économiques et sociales », Archaeologia Mosellana, t. 4, p. 81-184.

Koenig M.-P., Legendre J.-P. et coll. Méniel P., 1990, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim ‘Bruechel’ (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 41, fasc. 2, p. 247-274, 13 fig.

Kuhnle G., 1996, Holtzheim ‘ZA 2’ : rapport de diagnostic (12.03. - 25.03.1996), Strasbourg, S.R.A. d’Alsace / Nancy, AFAN Grand-Est, 15 p., 3 pl.

Kuhnle G., 1998, Holtzheim ‘Am Schluesselberg’ : DFS de sauvetage urgent (22.07. - 18.10.1996), Strasbourg, S.R.A. d’Alsace / Nancy, AFAN Grand-Est, 2 vol., 113 p., 56 fig., 9 pl., catalogue des structures.

Kuhnle G., Schneikert F., Zehner M., 1998, « Deux puits de La Tène finale sur les terrasses de lœss à l’ouest de Strasbourg - Holtzheim ‘Les Abattoirs’ 1994 et Eckbolsheim ‘Lotissement’ 1996 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XLI, p. 43-51.

Kuhnle G., Tesnier-Hermetey C., Plouin S., Thurnheer Ch., Maise Ch., 2000, « L’habitat hallstattien D2/D3 de Wolfgantzen (Haut-Rhin) : une occupation de plaine face à Breisach », R.A.E., t. 49-1998, p. 135-181.

Kuhnle G., Wiechmann A., Arbogast R.-S., Boës É., Croutsch Ch., 2001, « Le site Michelsberg et Munzingen de Holtzheim (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 50- 1999/2000, p. 3-51.

Méniel P., 1990, « La faune », in : Koenig M.-P. et alii, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim ‘Bruechel’ (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 41, fasc. 2, p. 259-261.

Pétrequin P., Piningre J.-F., Vuaillat D., 1973, « Deux fours de potier hallstattiens à Florange (Moselle) », Gallia, t. 31, fasc. 2, p. 265-291.

Tesnier-Hermetey (C.), 2000, « La faune », in : Guillaume M., L’habitat Hallstatt de Brumath (Bas-Rhin), DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace / Nancy, AFAN Grand-Est.

Treffort J.-M., Dumonta., 2000, Merxheim ‘Trummelmatten’, DFS de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace / Nancy, AFAN Grand-Est, 65 p., ill.

Notes

1 Un habitat néolithique composé de fosses Michelsberg et Munzingen (Kuhnle et alii, 2001) ainsi qu’un puits et deux fosses de La Tène finale (Kuhnle et alii, 1998) sont connus sur le terrain du Complexe Viande ABIVA qui constituait la première zone de ce lotissement, fouillée en 1994.

2 Le mobilier céramique est présenté à l’aide d’un tableau synthétique et de dessins illustrant – fosse par fosse – près de la moitié du nombre minimum d’individus.

3 Nos plus vifs remerciements vont à Jean-Luc Isselé, Jacques Kohl, François Schneikert (de l’INRAP) et Loïc Daulny (étudiant bénévole), qui ont œuvré sous la responsabilité de Gertrud Kuhnle (INRAP), et à Marina Lasserre (ingénieur d’études au service régional de l’archéologie d’Alsace) qui a instruit le dossier.

4 Nous supposons qu’à chaque structure, il manque entre trente centimètres (au nord-est du terrain) et soixante centimètres (au sud-ouest).

5 Fosses 19, 20, 24, 25, 30, 37, 57, 60 et 105.

6 Structures 28, 29, 30, 31, 33, 34, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46 et 47.

7 Cette chronologie relative de l’aménagement de ces trois fosses ne s’observe pas au niveau du mobilier céramique, lequel témoigne de leur utilisation ultérieure comme dépotoirs.

8 Ce comptage exclut la fosse 47a qui est traitée à part.

9 Rappelons qu’à Florange en Lorraine il n’y a ni sole perforée, ni voûte ou superstructure, ni système d’aération par la base. La chaleur est fournie par un foyer, dont l’ardeur est tempérée par des plaquettes de calcaire ou de grès ou par des galets siliceux (Pétrequin et alii, 1973, p. 287).

10 Rappelons que leur contenu a été fouillé intégralement ; le sédiment n’a pas pu être tamisé, excluant de ce fait la possibilité de retrouver les restes de microfaune et de petits éléments squelettiques d’espèces de plus grande taille.

11 Les coquillages n’ont pas été pris en compte dans cette présentation car au regard de certaines espèces présentes, ils pourraient bien constituer des intrusions dans ce matériel du Hallstatt final.

12 Avant sa disparition, la pièce a pu être attribuée au Hallstatt final par Suzanne Plouin et Jean-François Piningre lors d’une visite au dépôt archéologique de la rue des Couples à Strasbourg. Je tiens à les remercier pour l’intérêt qu’ils ont porté au matériel hallstattien de Holtzheim.

13 Je remercie Florent Jodry (INRAP) pour ses indications précieuses.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 5. Relation entre surface et nombre de structures à Holtzheim et sur des sites de comparaison.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 6. Dimensions par catégorie de structure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 7. Chronologie et inventaire par forme de structure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 11. Répartition des restes de faune entre les vingt-neuf structures.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Fig. 12. Spectre de faune. NR : nombre de restes ; FO : fréquence d’occurrence ; NMI f : nombre minimum d’individus de fréquence ; NMI c : nombre minimum d’individus de combinaison ; PdR : poids des restes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Fig. 13. Inventaire des parties du squelette des espèces domestiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 14. Inventaire des parties du squelette des espèces sauvages.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 17. Répartition du mobilier céramique par fosse datée du Hallstatt final (Ha D3).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23474/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search