Version classiqueVersion mobile

Recherches de Protohistoire alsacienne

 | 
Anne-Marie Adam

L’Habitat hallstattien de Brumath « lotissement Édouard Manet-deuxième tranche » (Bas-Rhin)

Serge Mentele, Suzanne Plouin et Maxime Guillaume

Résumé

Le mobilier du Ha D1-D2 mis au jour sur le site d’habitat de Brumath Betzetweg comporte un abondant ensemble céramique dont une partie, provenant d’une dizaine de structures, est associée à du mobilier caractéristique essentiellement métallique. L’abondance et la rareté de certaines pièces témoignent du statut important de ce site. Les activités agro-pastorales et artisanales sont attestées par certains autres éléments de ce mobilier.

Texte intégral

1C’est le projet de construction de la deuxième tranche du lotissement Édouard Manet qui généra, en 1999, une fouille d’évaluation archéologique, puis, l’année suivante, une fouille de sauvetage dirigée par M. Guillaume (Guillaume et alii, 2000).

2Le site est localisé au nord de la commune de Brumath, au lieu-dit Betzetweg, à mi-pente sur le flanc nord de l’ancien lit de la Zorn (fig. 1). Les deux parcelles concernées par le projet ont livré quarante-sept structures en creux qui constituent les vestiges d’une occupation attribuable aux Ha D1 et Ha D2. Les structures interprétables sont des silos, des fosses d’extraction et deux trous de poteau. Si l’existence de bâti n’a pas été décelée, les structures et le matériel découverts fournissent des données non négligeables pour la connaissance des sites d’habitat du Hallstatt moyen et final. Le matériel exhumé dans ces structures témoigne d’une part des activités inhérentes à un établissement rural (faune domestique, meules, fusaïoles, pesons, scories…) et d’autre part d’un niveau de richesse (perles de jais) ainsi que de l’existence de relations « commerciales » avec des régions du sud des Alpes (objet d’importation de l’Italie du Nord).

Fig. 1. Localisation des sites d’habitat hallstattiens de référence dans la plaine rhénane.

(S. Mentele, M. Châtelet)

Analyse des structures (M. Guillaume, S. Mentele)

3Sur les quarante-sept structures mises au jour, vingt ont pu être interprétées (fig. 2). Les autres structures, dont le profil érodé ne permettait aucune identification, sont désignées comme fosses indéterminées. Aucun plan de bâtiment n’a pu être mis en évidence sur le site. Cette absence peut être la conséquence d’une érosion, dont l’importance peut être appréciée par les profils restitués de structures profondes comme les silos. L’étude géomorphologique menée par L. Messoussi (Guillaume et alii, 2000, p. 92) a relevé l’existence ancienne d’une « butte » dans le secteur nord-ouest du site. À l’emplacement de cette « butte » disparue depuis, aucune structure n’a été mise au jour. Le travail d’érosion qui a entamé ce monticule et les structures qu’il abritait, autorise à envisager l’emplacement d’éventuels bâtiments à cet endroit. À ce titre, la concentration relative de silos, de fosses d’extraction et de four sur le pourtour immédiat de cette zone constitue un argument favorable à cette hypothèse. L’absence récurrente de trous de poteau oblige également à évoquer l’existence de bâti sur sablière basse.

Les silos (fig. 3) (structures 1010, 1018, 1019, 1020 1021, 1022, 2001, 2008, 2015, 2017 et 2020)

4Onze structures ont été interprétées comme des silos. Leur plan est circulaire et elles possèdent des profils tronconiques ou en « cloche » le plus souvent perturbés par des effondrements de parois. Leur diamètre d’ouverture varie entre 110 cm et 210 cm et les profondeurs conservées oscillent entre 40 et 92 cm. Ces différences de profondeur peuvent être expliquées en partie par une érosion différentielle du site, sans exclure toutefois des variations de creusements volontaires liées peut-être au type de denrées stockées. Aucun traitement particulier n’a pu être observé sur les parois de ces structures.

5Selon les estimations, la contenance moyenne de ces silos atteint 1,5 m3, contre 0,97 m3 pour ceux de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990). Tous les silos identifiés ont servi en second lieu de dépotoir.

6Le regroupement en batteries tel qu’il a pu être observé à Geispolsheim Bruechel (Koenig et alii, 1990, p. 248) ne semble pas avoir été pratiqué à Brumath. Toutefois une concentration de silos est observée sur le pourtour de l’ancienne « butte », mentionnée plus haut. La restitution possible des bâtiments d’habitation sur cette « butte » suggère une implantation des structures de stockage aux abords immédiats des maisons.

Les fosses d’extraction (fig. 3) (structures 1007, 1017, 2002, 2007, 2033 et 2034)

7Six structures ont pu être identifiées comme fosses d’extraction. De forme irrégulière, leur longueur est supérieure ou égale à 2 m et leur profondeur varie entre 32 et 90 cm. Leur creusement a été effectué dans des substrats de limons sableux ou de limons sablo-argileux. Une forte proportion de sable constituerait un critère déterminant dans le choix du matériau extrait, notamment pour la réalisation de torchis ou d’adobe. Comme les silos, ces cavités ont servi en deuxième lieu de dépotoir. Toutefois, les comblements de ces structures se sont révélés moins riches en mobilier que ceux des silos. L’analyse spatiale n’est pas pertinente pour des structures dont l’implantation a vraisemblablement été guidée par le choix du matériau.

La structure 2036 (fig. 3)

8Cette structure se singularise par sa morphologie et par la nature de son comblement. De forme circulaire, de 2 m de diamètre et d’une profondeur de 0,84 m, elle est prolongée par une excroissance irrégulière comportant deux gradins. Le comblement, constitué d’un important niveau de terre rubéfiée qui couvre une couche de limon très charbonneux, pourrait correspondre à l’effondrement d’une paroi de four sur la sole. Ces éléments incitent à y voir les vestiges d’un four, dont les dimensions évoquent des cuissons collectives (céramique ou alimentaire).

Les trous de poteau (structures 2010 et 2028)

9Ce type de structure n’est représenté que par deux exemplaires. Le premier se situe dans l’angle nord-ouest du décapage et fait partie d’un groupe isolé constitué de deux autres fosses. Sa profondeur est de 14 cm pour un diamètre de 24 cm. Le second possède un diamètre restitué de 70 cm pour une profondeur de 24 cm.

10Si l’érosion ou l’utilisation de sablières basses peut constituer une réponse à la rareté de ce type de structure, l’implantation des espaces de travail ou d’habitat sur la « butte », évoquée précédemment, en fournit une autre.

Les fosses indéterminées (structures 1004, 1008, 1009, 1011, 1012, 1013, 1015, 1016, 2003, 2004, 2005, 2006, 2009, 2011, 2012, 2016, 2022, 2023, 2024, 2025, 2026, 2027, 2029, 2031, 2035, 2038 et 2039)

11Le profil bouleversé ou l’importante érosion de ces structures n’autorise pas d’interprétation (fig. 4).

Fig. 2. Plan d’ensemble du site de Brumath.

(M. Guillaume, S. Mentele)

Fig. 3. Coupes de quelques silos et de fosses d’extraction hallstattiens.

(M. Guillaume, S. Mentele)

Fig. 4. Coupes de quelques fosses indéterminées et du four hallstattien.

(M. Guillaume, S. Mentele)

Les éléments non céramiques (S. Plouin)

12Parmi les dix-neuf objets en bronze découverts dans les fosses de Brumath, dix sont clairement identifiables, neuf correspondent à des fragments indéterminés ou peu significatifs (fragment d’hameçon, fragments d’anneaux, rivet, petites plaques perforées). Quelques fragments de fer indéterminés complètent l’inventaire des objets métalliques. Trois fosses ont par ailleurs livré des perles en jais.

L’épingle à tige coudée (structure 1009 ; pl. 1, n° 6)

13Bronze avec belle patine bleue ;

14Longueur conservée : 10 cm.

15Diamètre tige : 0,2 cm.

16Diamètre tête : 0,4 cm.

17Cette épingle, dont il manque la partie proximale, appartient au type des épingles à tige coudée (Stufennadel ou Kropfnadel). Étudiées en 1971 par Mansfeld (avec carte de répartition), les épingles à tige coudée sont largement répandues dans le Wurtemberg, au nord du Danube, que ce soit dans des sépultures (Magdalenenberg à Villingen) ou dans des habitats comme la Heuneburg (Sievers, 1984, p. 36 ; Kurz, 2000, p. 93) ou le Goldberg (Parzinger, 1998, p. 36). Quelques exemplaires ont été exhumés aussi en Suisse du Nord. Pour l’Alsace, la seule épingle de type Kropfnadel, pourvue d’une tête spatulée, provient de la nécropole de Schirrheinerweg (tum. 8, t. VIII), en forêt de Haguenau (Schaeffer, 1930, fig. 71n) ; elle est malheureusement sans contexte. Dans le Wurtemberg, les épingles à tige coudée sont bien datées du Ha D1 (tombes 61, 83, 94, 100 du Magdalenenberg : Spindler, 1976 et 1977) où elles apparaissent dans des tombes de la phase 1 du tertre (Parzinger, 1986).

L’épingle à tête en T (structure 1013 ; pl. 3, n° 9)

18Longueur conservée : 6,4 cm.

19Diamètre tige : 0,2 cm.

20Longueur tête : 2,35 cm.

21Cette épingle, dont il manque la pointe, est caractérisée par une partie proximale moulurée en forme de T, composée de cinq protubérances sphériques accolées. La seule comparaison connue à ce jour, de taille et de morphologie semblables, a été découverte dans l’habitat extérieur de la Heuneburg (Kurz, 2000, p. 93 et pl. 20, 305). Celui-ci est subdivisé en deux phases que l’on peut mettre en parallèle avec les périodes IVa et IIIb, c’est-à-dire le Ha D1 et le début du Ha D2.

Les épingles à tête sphérique massive (structures 1013, 2002)

22Épingle de la structure 1013 (pl. 3, n° 10)

23Longueur conservée : 6,4 cm.

24Diamètre tige : 0,2 cm.

25Diamètre tête : 0,8 cm.

26Relativement longue, cette épingle est terminée par une tête sphérique assez grosse, irrégulière.

27Épingle de la structure 2002 (pl. 8, n° 18)

28Longueur conservée : 3,4 cm.

29Diamètre tige : 0,15 cm.

30Diamètre tête : 0,45 cm.

31Intacte, cette épingle à tige fine présente une tête hémisphérique. Bronze avec belle patine bleue.

32Ce type de parure est largement répandu dans le domaine hallstattien au nord-ouest des Alpes. En contexte funéraire, les épingles à tête sphérique sont toujours retrouvées près de la tête du défunt ; elles ont donc une fonction bien précise, celle de fixer une coiffe ou un voile sur la chevelure (Spindler, 1973, t. 56 ; voir aussi Mansfeld, 1971, p. 95, note 7). S. Sievers a tenté d’établir une typo-chronologie des épingles, fondée sur la différence de volume des têtes. Celles de taille moyenne ne sont pas utilisables car elles apparaissent durant toutes les phases d’occupation de la Heuneburg, depuis la période IVc jusqu’à la période I (Sievers, 1984, fig. 19). Les épingles à tête de grand diamètre sont limitées aux périodes IV et III, celles à tête plus fine n’apparaissent qu’au IIIa. Ceci confirme l’intuition de Mansfeld, qui suggérait une évolution vers une diminution du diamètre de la tête sphérique (Mansfeld, 1971, p. 96).

Fragment de bracelet en bronze orné de groupes de stries transversales (structure 2005 ; pl. 10, n° 15)

33Longueur conservée : 4 cm.

34Diamètre jonc : 0,25 cm.

35Fragment d’un fin bracelet massif en bronze, de section ronde. Le jonc est décoré de groupes de fines stries transversales (12 stries) alternant avec des plages lisses.

36Les bracelets fins en bronze, lisses ou décorés de groupes de stries transversales, font fréquemment partie du mobilier funéraire féminin au Ha D1 (Dietrich, 1998, pl. 4 C), dans l’ensemble du domaine hallstattien au nord des Alpes. Les variantes sont nombreuses, mais peu significatives ; ces bracelets peuvent être fermés ou ouverts et, dans ce cas, avec des extrémités lisses ou finement moulurées. Leur usage reste néanmoins attesté au début du Ha D2.

Boucle d’oreille creuse enroulée en croissant (structures 1018, 2016)

37Boucle d’oreille de la structure 1018 (pl. 4, n° 11)

38Longueur conservée : 3,5 cm.

39Diamètre : 0,45 cm.

40Boucle d’oreille de la structure 2016 (pl. 13, n° 20)

41Diamètre estimé : 6,8 cm.

42Section : 0,7-0,8 cm.

43Âme en bois partiellement conservée (clématite ?).

44Les deux fragments appartiennent à des boucles d’oreille constituées d’une très fine tôle de bronze lisse, enroulée en cylindre, avec la jonction à l’intérieur ; le premier correspond à l’extrémité amincie, le second constitue la partie centrale d’une de ces parures.

45Il s’agit d’un type de parure particulièrement fréquent en France de l’Est, en Suisse occidentale et dans toute l’Allemagne du Sud-Ouest. Apparaissant durant tout le Hallstatt D, les boucles d’oreilles enroulées en croissant connaissent cependant une évolution significative de leur taille, puisque les modèles de grand diamètre (entre 6 et 8 cm) caractérisent le Ha D1, les modèles de petit diamètre sont considérés comme plus tardifs. Dans les tombes du Magdalenenberg, ces boucles d’oreilles sont associées le plus souvent aux épingles à petite tête sphérique et aux ceintures de cuir simplement recouvertes de petits clous de bronze, sans plaque massive.

Trousse de toilette (structure 2002 ; pl. 8, n° 15)

46Longueur : 7,5 cm.

47Largeur minimale tige : 0,3 cm.

48Diamètre anneau : 1 cm.

49La trousse de toilette de Brumath est composée de deux instruments réunis par deux anneaux, un scalptorium et une curette, caractérisés par une tige quadrangulaire fine et lisse, ainsi que par une extrémité proximale légèrement courbée vers l’arrière et enroulée pour former un anneau de fixation. Sa composition et la morphologie des deux instruments permettent de l’opposer aux trousses de toilette caractérisant les sépultures masculines du nord des Alpes (Kossack, 1954 ; Luscher, 1993). Celles-ci se distinguent en effet par l’association de trois instruments réunis par un anneau : la pincette, le scalptorium et le cure-oreille ; lorsqu’il n’y en a que deux, il s’agit de la pincette et du scalptorium. La distinction la plus importante concerne la morphologie du scalptorium, dont la tige est toujours torsadée.

50Au Ha D, si des trousses de toilette existent encore, elles deviennent néanmoins nettement moins nombreuses et ont disparu des sépultures. Elles proviennent à présent d’habitats comme la Heuneburg (Sievers, 1984), le Camp d’Affrique à Messein (Lagadec et alii, 1989) et le Mont-Lassois (Joffroy, 1960, pl. 17). Tous ces exemplaires récents diffèrent de la trousse de toilette de Brumath par des tiges, généralement lisses et à section sphérique, qui sont toujours terminées par un œillet.

51Quelques indices ont permis d’orienter les comparaisons vers des régions extérieures au domaine hallstattien, puisqu’on trouve quelques analogies avec des instruments découverts en Suisse du Sud. Dans cette région, les tiges des scalporiums et des curettes sont de section quadrangulaire comme celles de Brumath ; de plus, un cuilleron d’une curette de Cademario présente un décor de cupules estampées très proche de celui de Brumath. Dans ces conditions, on pourrait suggérer l’hypothèse d’un objet d’importation, en rappelant d’ailleurs que S. Sievers avait déjà suggéré l’influence de l’Italie du Nord à propos des trousses de toilette de la Heuneburg (Sievers, 1984, p. 48). Cependant, quelle que soit l’origine de la trousse de toilette de Brumath, les parties proximales à enroulement des deux instruments suggèrent une datation relativement ancienne au sein du Hallstatt D.

Perles cylindriques en jais (structures 1020, 1022, 2015 ; pl. 7, nos 7 et 17 ; pl. 12, n° 22)

52Diamètres compris entre 0,70 cm et 1,20 cm.

53Hauteurs comprises entre 0,30 et 0,65 cm.

54Huit perles en jais ont été découvertes sur le site. La structure 1020 en a livré six, les structures 1022 et 2015 n’en contenaient chacune qu’une seule.

55Par leur forme et leur matière, ces perles en jais faisaient sans aucun doute partie des longs bracelets de perles en verre brun auxquelles étaient mêlées quelques perles cylindriques en jais ou en lignite. Les bracelets de ce type sont particulièrement nombreux dans la région haguenovienne, dans le sud du Wurtemberg et en Suisse nord-occidentale. Ils proviennent généralement de sépultures féminines richement dotées. Étudiés dès 1975 par T.E. Haevernik, les bracelets en perles de verre et de jais apparaissent à Haguenau dans des contextes évolués du Ha D1 (phase P2 de H. Parzinger, 1988), en association avec des fibules à navicelle (Maegstub 8, I) ou des fibules serpentiformes (Kœnigsbruck 6, VI). Ils sont encore très largement en usage au début du Ha D2, ainsi qu’en témoignent certains ensembles avec des fibules à grosses timbales et disque d’arrêt (Kœnigsbruck 9, V ; Schirrheinerweg 6, III) (Schaeffer, 1930).

Fibule à timbale (structure 2017 ; pl. 14, n° 18)

56Diamètre de la timbale : 1,9 cm.

57Hauteur : 0, 7 cm.

58Longueur du pied : 3,2 cm.

59Fibule à timbale sur l’arc, long porte-ardillon terminé par un petit bouton mouluré ; il manque le système de ressort et l’ardillon. La timbale martelée, de taille moyenne, est lisse. Cette fibule appartient au type P1 de Mansfeld (1973). En l’absence de toute trace de ressort, la fibule de Brumath est difficile à classer plus précisément à l’intérieur de ce type qui comprend de nombreuses variantes. On constate néanmoins que les fibules à timbale à disque d’arrêt (type P1w) ont généralement une timbale de grand diamètre et un porte-ardillon relativement court, terminé par un bouton sphérique de type D. C’est à ce premier type qu’appartiennent, pour l’Alsace, les fibules de Sundhoffen, d’Herrlisheim et de Wolfgantzen, ainsi que la majeure partie de celles de Haguenau.

60Le pied de la fibule de Brumath se distingue par sa longueur importante et surtout par la forme du bouton qui orne l’extrémité ; celui-ci est formé d’un gros bouton quadrangulaire, prolongé par un élément de même forme mais plus fin. Deux fibules ayant ces mêmes caractéristiques proviennent d’une tombe à incinération de Mundolsheim (Koenig, 1985, p. 241) et d’une inhumation de Kurzgeländ, sachant que cette dernière pièce est en fer (Schaeffer, 1930, fig. 50u). Ces deux fibules ne sont pas à disque d’arrêt, mais elles sont pourvues d’un ressort. On peut rapprocher les exemplaires précédents d’autres fibules à timbale et ressort unilatéral provenant de Haguenau, Koenigsbruck, 9, III et 11, III (Schaeffer, 1930, fig. 21g et 27e) ; bien qu’avec des boutons différents, elles présentent la même réduction de la timbale par rapport à un allongement du pied. Ces fibules apparaissent dans des contextes bien datés du Ha D2, en association avec une épingle à grosse tête sphérique creuse (Mundolsheim), une plaque de ceinture estampée, des bracelets et des anneaux de chevilles lisses massifs et fermés (Koenigsbruck 9, III).

Le mobilier céramique (S. Mentele)

Principes généraux

61Le mobilier de Brumath atteste une occupation qui s’étale du Ha D1 au Ha D2. Il présente l’intérêt de fournir un ensemble céramique associé à du mobilier datant, principalement métallique. L’étude de cet ensemble a pour but de mettre en lumière certaines caractéristiques typo-morphologiques, susceptibles d’affiner la typo-chronologie régionale du Ha D1 et du Ha D2. Ces phases ne sont pour le moment jalonnées que par quelques rares ensembles de référence. Le Ha D1 est représenté par les sites de Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990) et de Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995 ; Koenig et alii, ce volume). Le Ha D2 ne connaît que l’ensemble de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990 ; Koenig et alii, ce volume). L’ensemble de Wolfgantzen (Bas-Rhin ; Kuhnle et alii, 1998) est daté du Ha D2/D3 et celui de Holtzheim Am Schluesselberg (Bas-Rhin ; Kuhnle, 1998 ; Kuhnle, Tesnier-Hermetey, ce volume) du Ha D2- D3. Le site de la banlieue sud de Colmar (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1970) a livré du mobilier de la phase moyenne et finale du Hallstatt.

Étude de la céramique

62L’ensemble de Brumath provient de quarante-deux structures différentes et se compose de 4171 fragments individuels ou collés, pour un poids total de moins de 90 kg ; 787 bords et 313 fonds ont été isolés pour 3071 fragments de panses. Un nombre minimum de 415 individus a été ainsi défini. Les formes caractéristiques ou identifiables provenant de trente structures ont été réunies sur dix-sept planches (pl. 1 à 17).

63La détermination des formes ouvertes et des formes fermées est définie d’après les critères établis dans le « lexique et la typologie des poteries » de H. Balfet, M.-F. Fauvet-Berthelot et S. Monzon (Balfet et alii, 1989, p. 8) : la forme ouverte ne présente pas de constriction de diamètre et son diamètre maximal coïncide avec l’ouverture. La forme fermée présente, au-dessus du diamètre maximal du corps, un diamètre inférieur à celui-ci, coïncidant ou non avec l’ouverture. De manière générale, la forme basse possède un diamètre d’ouverture supérieur à la hauteur totale du récipient. Pour la forme haute, le diamètre d’ouverture est inférieur à la hauteur totale du récipient.

64Six types différents de formes ouvertes ont été distingués (fig. 5) :

65Formes basses :

  • les jattes à profil arrondi ;

  • les jattes à profil rectiligne ;

  • les jattes carénées à bord vertical ;

  • les jattes à profil segmenté ;

  • les jattes à lèvre éversée ;

  • les jattes à marli.

66Formes hautes :

67Aucune forme haute ouverte n’a été identifiée dans l’ensemble de Brumath.

Fig. 5. Typologie du mobilier céramique hallstattien de Brumath.

Fig. 5. Typologie du mobilier céramique hallstattien de Brumath.

68Dix types différents ont été déterminés pour les formes fermées :

69Formes basses :

  • les coupes à bord rentrant ;

  • les coupes à profil segmenté et bord rentrant ;

  • les coupes à profil faiblement sinueux ;

  • les coupes à profil sinueux ;

  • les coupes à profil sinueux rentrant.

70Formes hautes :

  • les urnes à col oblique ou vertical ;

  • les pots à panse faiblement renflée et col incurvé ;

  • les pots à partie supérieure rentrante ;

  • les pots à col incurvé ;

  • les pots ovoïdes à bord vertical.

71Les jattes définissent ici les formes basses ouvertes, les coupes désignent les formes basses fermées. Pour les formes hautes, les urnes se distinguent des pots par la présence d’une encolure nettement distincte de la panse. Leur profil interne ou externe est caractérisé par une segmentation ou une arête de rupture interne et/ou externe entre la panse et l’encolure. Le pot se définit par un profil sans segmentation entre ces deux parties du vase.

72La distinction entre les catégories de pâte est faite de la manière suivante :

  • la céramique fine est constituée d’une pâte épurée ou renfermant un dégraissant fin dont le diamètre est inférieur à 1 millimètre ou invisible à l’œil nu ;

  • la céramique semi-fine est constituée d’une pâte renfermant un dégraissant fin à moyen dont le diamètre est inférieur ou égal à 1 millimètre avec éventuellement une inclusion de gros diamètre (supérieur à 1 millimètre) en faible quantité ;

  • la céramique grossière est constituée d’une pâte comprenant une majorité de gros dégraissant dont le diamètre est supérieur à 1 millimètre.

73Les traitements de surface de base consistent en un lissage ou un polissage plus ou moins soigné. La régularité de la surface est conditionnée par le soin apporté à cette intervention et par la qualité de la pâte. Les céramiques fines, en majorité polies, se distinguent par une surface très régulière, sans aspérité, et par une pâte épurée renfermant un dégraissant fin ou invisible à l’œil nu. De manière générale, elles correspondent à une catégorie de vaisselle qui peut être définie comme céramique de « consommation et de présentation ».

74Les céramiques semi-fines constituent le second groupe et se caractérisent par un traitement de surface de qualité supérieure à celle des céramiques grossières. La qualité de la pâte demeure toutefois relative par une importante présence de dégraissant moyen et fin. Les surfaces, même soigneusement lissées ou polies, restent irrégulières.

75La céramique grossière de Brumath se distingue par une pâte constituée de dégraissants gros à moyens. Certains individus comportent une concentration importante de dégraissant micacé ou encore coquiller. Le traitement de surface, généralement un lissage sommaire, peut également consister en un polissage de même facture et plus rarement en un crépissage. L’aspect de la surface reste toutefois irrégulier en raison de la forte proportion de dégraissant moyen et gros. Les céramiques à pâte grossière ou semi-fine peuvent être interprétées comme vaisselle de « conservation ou de préparation ».

76Le décor chromatique définit l’application de graphite (noir brillant) et/ou de peinture rouge sur la surface de la poterie. Le décor plastique détermine une modification de la surface de la poterie et comprend ici trois modes décoratifs principaux : l’estampage, l’incision et l’impression. L’adjonction de cordons est également considérée comme un décor plastique.

Formes ouvertes basses

77Les jattes à profil arrondi (pl. 1, nos 1, 7, 8, 9, 12, 13 et 14 ; pl. 2, nos 12 à 14 ; pl. 3, n° 6 ; pl. 4, nos 1, 15 à 17 ; pl. 5, nos 10, 11, 12 et 14 ; pl. 7, nos 8 et 9 ; pl. 8, nos 1, 3 à 5 ; pl. 10, nos 14 et 16 ; pl. 12, nos 1, 8, 9, 10, 21 et 23 ; pl. 14, nos 1 à 4) correspondent à une forme basique de toute la Protohistoire et ne fournissent aucun critère chronologique. La forme apparaît dans toutes les catégories de pâte avec une représentativité plus importante pour les récipients à pâte semi-fine et grossière. Le profil hémisphérique caractérise les récipients de petite et moyenne dimension (pl. 1, nos 7 et 9 ; pl. 2, nos 13 et 14 ; pl. 5, nos 10 et 14 ; pl. 7, nos 8 et 9 ; pl. 8, nos 1 et 4 ; pl. 12, nos 8 et 9 ; pl. 14, n° 3). Les récipients bas correspondent plutôt à des vases de plus grande dimension (pl. 1, n° 8 ; pl. 5, n° 11 ; pl. 8, n° 3 ; pl. 12, nos 1, 21 et 23 ; pl. 14, n° 1). Les récipients « profonds » restent rares (pl. 4, nos 15 et 16). Deux exemplaires dont la lèvre présente un bourrelet interne sont à signaler (pl. 10, n° 14). Ce caractère, également observé sur deux exemplaires à bord rentrant (pl. 6, n° 1 ; pl. 12, n° 3), est absent des ensembles du Ha D1 de Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995) et de Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990). Il s’observe par contre sur un exemplaire de l’ensemble de la fosse 65 de la parcelle 10 de la banlieue sud de Colmar (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1970, pl. VIII, n° 6), daté du Hallstatt final. Pour cette même phase, s’il est encore ponctuel à Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 4, n° 11 ; fig. 7, n° 11), les ensembles de Holtzheim Am Schlusselberg (Bas-Rhin ; Kuhnle, 1998) et de Wolfgantzen (Haut-Rhin ; Kuhnle et alii, 1998) en fournissent par contre de nombreux exemples sur des jattes.

78Un seul exemplaire à profil rectiligne a pu être identifié (pl. 1, n° 3). Cette forme, caractéristique du Bronze final, est encore courante au début du Ha C, puis apparaît ponctuellement lors des phases suivantes du premier Âge du Fer, où elle ne constitue plus un élément datant.

79Le profil caréné à bord vertical est représenté par deux exemplaires à pâte semi-fine (pl. 5, n° 17 ; pl. 11, n° 6). Ce profil se retrouve au Ha D1 à Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995, pl. 25, n° 9) et au Hallstatt final dans l’ensemble de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 3, nos 21 et 24 ; fig. 5, n° 15), de Wolfgantzen (Haut-Rhin ; Kuhnle et alii, 1998, fig. 32, n° 4). L’exemplaire peint (pl. 11, n° 6) fait partie des deux seuls récipients à décor chromatique rouge de cet ensemble.

80Le profil segmenté correspond à une forme également faiblement représentée. Seuls deux exemplaires de petites dimensions à pâte fine correspondent à ce type (pl. 12, n° 11 ; pl. 14, n° 8). Ce profil correspond à une production relativement courante du Ha C et du Ha D1. Observons qu’il est présent dans l’ensemble de la structure 2017 où figure la fibule à timbale datée du Ha D2. À l’exception de cet exemple, ce profil n’apparaît dans aucun autre ensemble du Hallstatt final.

81Huit jattes à lèvre éversée sont présentes dans cet ensemble (pl. 5, n° 15 ; pl. 10, n° 1 ; pl. 12, n° 13 ; pl. 13, n° 12 ; pl. 14, nos 9 et 10 ; pl. 15, n° 6 ; pl. 16, n° 9). Cette forme est connue dès le Bronze final et perdure de manière régulière jusqu’au Ha D1. À titre d’exemple, citons les ensembles de Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990, fig. 16, nos 12 et 25 ; fig. 18, n° 1) ou de Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Blanc, 1994, pl. 24, n° 2 ; pl. 25, n° 4). Cette forme semble disparaître au cours du Ha D2, où elle s’observe encore sur un exemplaire de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 9, n° 8) mais n’apparaît plus dans les ensembles postérieurs. Signalons la présence d’un exemplaire (pl. 14, nos 9 et 10) parmi le mobilier de la structure 2017 qui comporte la fibule à timbale (pl. 14, n° 18) datée du Ha D2.

  • 1 La datation au Ha C par les auteurs peut être remise en cause par la présence d’une jatte à profil (...)

82Deux variantes de jatte à marli sont observées dans l’ensemble de Brumath. La première réunit deux exemplaires (pl. 3, n° 11 ; pl. 10, n° 4) qui correspondent à une forme courante dès le Bronze final, comme à Leutenheim-Hexenberg (Adam, Lasserre, 1996, pl. V, nos 1 et 3), et jusqu’au Ha D1. Pour cette phase, les exemples régionaux proviennent des ensembles de la banlieue sud de Colmar (Haut-Rhin) (fosse 4 de la parcelle 4-5, niveau inférieur) (Jehl, Bonnet, 1970, pl. IX, n° 1) ou de Morschwiller-le-Bas Simlisberg1 (Haut-Rhin ; Lack et alii, 1991, pl. 1, nos 1 et 5). Cette forme ne semble pas perdurer au-delà de la phase moyenne du Hallstatt, car aucun ensemble connu du Ha D2-D3 ne comporte ce type de profil, à l’exception d’un exemple provenant du tumulus VI de Seltz Eichelgarten (Schneider, 1981, fig. 5, n° 8). Celui-ci a toutefois été découvert parmi un ensemble disséminé, comprenant d’autres tessons de céramique et un bracelet en bronze du Hallstatt final, dans un contexte perturbé (pillage) qui laisse planer quelques doutes quant à la contemporanéité du mobilier recueilli. La seconde variante comprend également deux exemplaires (pl. 10, n° 6 ; pl. 14, n° 6) qui se caractérisent par un méplat de la lèvre façonné à partir d’un épaississement interne de celle-ci. En l’absence de comparaison, il n’est pas possible de déterminer la typo-chronologie de ce modèle. Un dernier exemplaire, dont le profil est inédit, s’apparente quelque peu à ce type (pl. 13, n° 15). Il est pourvu d’une lèvre éversée à méplat qui ne connaît pas non plus d’équivalent dans les ensembles des phases ancienne, moyenne et finale du Hallstatt, si ce n’est une forme voisine à Holtzheim en contexte tardif.

Formes basses fermées

83Si les coupes à bord rentrant (pl. 1, nos 15 à 19 ; pl. 2, n° 16 ; pl. 3, nos 12 et 14 ; pl. 5, nos 1 et 2 ; pl. 6, n° 1 ; pl. 10, nos 7, 9 et 20 ; pl. 11, nos 5, 11 et 12 ; pl. 12, nos 2 à 4 et 15 ; pl. 14, n° 5 ; pl. 15, n° 13 ; pl. 16, nos 4 et 6 ; pl. 17, n° 8) apparaissent de manière ponctuelle dès le Bronze final, il semblerait que ce type de profil ne devienne courant qu’à partir du Ha D1. Il est présent notamment à Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990, fig. 16, nos 6 et 14) ou à Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Röder, Blanc 1995, fig. 14, nos 13 et 14). La convergence des bords des coupes à bord rentrant de Brumath est variable. La restitution de certains profils permet d’identifier deux morphologies distinctes. L’une possède une panse nettement renflée (pl. 1, n° 18 ; pl. 2, n° 16) et le bord rentrant dans la continuité de la panse. La seconde se caractérise par un profil évasé avec une convergence des bords sur le tiers supérieur du récipient (pl. 6, n° 1 ; pl. 11, n° 11). Deux exemplaires se distinguent par un bourrelet interne de la lèvre (pl. 6, n° 1 ; pl. 12, n° 3). Ce caractère semble être typique des productions du Hallstatt final car on ne le trouve jusqu’à présent que dans les ensembles de cette période comme à Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 7, n° 3 ; fig. 8, n° 19 ; fig. 9, n° 6), à Holtzheim Am Schlusselberg (Bas-Rhin ; Kuhnle, 1998, fig. 52, nos 1 et 12 ; fig. 55, n° 2) ou à Wolfgantzen (Haut-Rhin ; Kuhnle et alii, 1998, fig. 26, n° 2 ; fig. 30, n° 11). Signalons le fond à anneau porteur d’un de ces récipients (pl. 6, n° 1). Ce type de base semble apparaître au Hallstatt final. On le retrouve notamment à Geispolsheim Bruechel (Koenig et alii, 1990, fig. 5, n° 10 ; fig. 6, n° 16) ou à Wolfgantzen (Kuhnle et alii, 1998, fig. 28, n° 21).

84Deux exemplaires de coupe à profil segmenté et bord rentrant ont été observés dans cet ensemble (pl. 6, n° 3 ; pl. 8, n° 6). Ce profil ne connaît de correspondance que dans les ensembles provenant de la fosse 4 de la parcelle 4-5 de la banlieue sud de Colmar (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1970, pl. IX, n° 8) datée du Ha D1.

85Les coupes à profil faiblement sinueux (pl. 1, n° 11 ; pl. 2, n° 10 ; pl. 3, nos 13 et 19 ; pl. 6, n° 4 ; pl. 8, n° 14 ; pl. 10, n° 17 ; pl. 12, nos 5 et 12 ; pl. 13, nos 11, 13 et 14 ; pl. 16, nos 5 et 7) apparaissent au cours du Ha C et perdurent jusqu’au Ha D1 pour disparaître progressivement au cours du Ha D2. Les ensembles de Brumath et de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 5, n° 17 ; fig. 9, n° 11) sont les seuls ensembles du Hallstatt final à en comporter. Les profils restitués les plus complets de trois exemplaires (pl. 6, n° 4 ; pl. 12, n° 5 ; pl. 16, n° 5) indiquent une morphologie carénée et une base très étroite. Signalons l’exemplaire peint (pl. 12, n° 14) qui constitue le seul exemple à décor chromatique rouge, avec la jatte carénée à bord vertical (pl. 11, n° 6).

86Les coupes à profil sinueux rentrant (pl. 5, n° 4 ; pl. 6, nos 6 et 7 ; pl. 7, n° 10 ; pl. 8, nos 2, 7, 9, 11 à 13 ; pl. 10, nos 2, 5, 18, 19 et 21 ; pl. 12, nos 6 et 7 ; pl. 13, nos 8 à 10 ; pl. 14, nos 11 à 14 ; pl. 15, nos 7, 12 ; pl. 16, n° 2) peuvent être regroupées en trois catégories morphologiques distinctes. La première se caractérise par une faible convergence des bords et un profil sinueux peu marqué (pl. 7, n° 10 ; pl. 8, n° 11 ; pl. 14, n° 11 ; pl. 16, n° 2). La seconde se distingue par un bord rentrant et une lèvre éversée verticale (pl. 5, n° 4 ; pl. 8, nos 2, 7 et 13 ; pl. 10, nos 2 et 5 ; pl. 12, nos 6 et 7 ; pl. 13, nos 8 à 10). Cette morphologie s’observe au Ha D1 dans l’ensemble de Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990, fig. 16, nos 6 et 14) et au Ha D2 dans celui de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 7, n° 2 ; fig. 9, n° 1). Elle semble disparaître au cours de cette phase car elle n’apparaît ni à Holtzheim Am Schlusselberg (Bas-Rhin ; Kuhnle, 1998), ni à Wolfgantzen (Haut-Rhin ; Kuhnle et alii, 1998) et pourrait constituer une caractéristique morphologique du Ha D1 et Ha D2. La troisième (pl. 6, n° 6 ; pl. 8, nos 9 et 12 ; pl. 10, nos 18, 19 et 21 ; pl. 14, n° 14 ; pl. 15, nos 7 et 12) correspond à un profil pansu, une sinuosité marquée et une convergence des bords importante. Cette dernière se rapproche des productions du Hallstatt final et notamment des exemplaires de Geispolsheim Bruechel (Koenig et alii, 1990, fig. 3, nos 9 et 10). On notera toutefois que les coupes à profil sinueux rentrant de Geispolsheim Bruechel ainsi que des ensembles postérieurs diffèrent de celles de Brumath par une panse nettement plus ramassée, parfois anguleuse, ainsi que par une convergence des bords souvent plus prononcée. Seuls le vase à pied (pl. 6, n° 6) et le profil incomplet d’un autre récipient (pl. 6, n° 7) présentent certaines de ces caractéristiques. Signalons qu’ils proviennent de la fosse 1020 à laquelle appartient la coupe à bord rentrant à bourrelet interne de la lèvre et à anneau porteur (pl. 6, n° 1), abordée précédemment.

Formes fermées hautes

87Les urnes à col oblique (pl. 2, n° 1 ; pl. 3, nos 4 et 5 ; pl. 4, nos 5 et 6 ; pl. 5, n° 9 ; pl. 13, n° 2 ; pl. 15, n° 1) de Brumath se caractérisent essentiellement par une encolure haute. Ce modèle est courant dès le Bronze final jusqu’au Ha D1, où il apparaît alors plus ponctuellement. Il est présent à Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990, fig. 16, nos 15 et 18 ; fig. 17, n° 11 ; fig. 18, nos 11, 19, 28 et 30) et à Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Blanc, 1994, pl. 10, n° 7 ; pl. 22, nos 3, 4 et 5). Il semblerait qu’au Ha D2, l’urne à encolure haute ou basse disparaisse au profit des pots ovoïdes. On observe en effet qu’au cours de ces phases, les formes hautes à profil segmenté entre le col oblique et la panse n’apparaissent plus que très ponctuellement. Les ensembles de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990) et de Holtzeim Am Schluesselberg (Bas-Rhin ; Kuhnle, 1998) semblent ne pas en comporter. Les trois exemplaires présents dans l’ensemble de Wolfgantzen (Haut-Rhin ; Kuhnle et alii, 1998, fig. 27, n° 26 ; fig. 28, nos 6 et 7) pourraient correspondre, soit à des éléments résiduels des occupations de l’Âge du Bronze (Kuhnle et alii, 1998, p. 161), soit à une production très ponctuelle et isolée. Le profil complet de ce type de récipient est très rarement restitué et sa présence n’est attestée dans les ensembles de ces phases que par la présence de l’encolure. Au Ha C et Ha D1, ce type d’encolure haute peut également appartenir à un profil à col en forme de quille. Toutefois aucun fragment caractéristique de ce modèle n’a été observé à Brumath.

88Les pots à panse faiblement renflée et col incurvé (pl. 6, n° 8 ; pl. 7, nos 2 et 4 ; pl. 12, n° 19 ; pl. 13, nos 4, 5 ; pl. 15, nos 3, 8 et 14 ; pl. 16, n° 10) correspondent tous à des récipients à pâte grossière, décorés le plus souvent d’impressions, digitées ou non, au niveau de l’inflexion du col et sur le haut de la panse. Ce type semble apparaître au cours du Ha D1. Il est absent de l’ensemble de Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990), mais on le trouve dans celui de Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Blanc, 1994, pl. 20, n° 3 ; pl. 33, n° 3 ; pl. 40, n° 6). Il se rencontre ensuite régulièrement au cours de la phase finale du Hallstatt sur des récipients de tailles diverses comme à Holtzeim Am Schluesselberg (Bas-Rhin ; Kuhnle, 1998, fig. 50, n° 6 ; fig. 56, n° 4) ou à Wolfgantzen (Haut-Rhin ; Kuhnle et alii, 1998, fig. 28, n° 9).

89Les pots à partie supérieure rentrante (pl. 3, nos 1 et 2 ; pl. 5, n° 7 ; pl. 13, n° 17) ne connaissent pas de parallèles dans les rares ensembles régionaux du Ha D1 mais peuvent être rapprochés des exemplaires présents dans les ensembles du Ha D2-D3 comme ceux de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 3, n° 10 ; fig. 4, nos 1 et 15 ; fig. 11, n° 8), de Holtzeim Am Schluesselberg (Bas-Rhin ; Kuhnle, 1998, fig. 51, n° 12 ; fig. 54, n° 20) et de Wolfgantzen (Haut-Rhin ; Kuhnle et alii, 1998, fig. 32, n° 14).

90Les pots à col incurvé (pl. 3, n° 15 ; pl. 4, n° 9 ; pl. 6, nos 9 et 11 ; pl. 7, nos 13 et 15 ; pl. 9, nos 2 et 3 ; pl. 15, n° 4 ; pl. 17, nos 1, 5 et 7) correspondent à des récipients de tailles variables. Ce type est présent dès le Ha C mais uniquement dans la catégorie des céramiques grossières, sous forme de récipients à cordon de grande taille, identifiés comme vases de « conservation ». Ils sont présents notamment dans l’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (Haut-Rhin ; Mentele, Kuhnle, ce volume, pl. 11, n° 1 ; pl. 12, nos 1 et 5). Ce n’est qu’à partir du Ha D1 que ce type acquiert des dimensions variables et un profil plus curviligne, comme à Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990, fig. 17, nos 1, 9 et 18 ; fig. 18, nos 12, 13 et 17 ; fig. 19, nos 11 et 23). Les exemplaires qui présentent une encolure concave développée (pl. 4, n° 9 ; pl. 6, nos 9 et 11 ; pl. 7, nos 13 et 15 ; pl. 9, n° 2) correspondent à une production apparue au Ha D1 et caractéristique du Hallstatt final, qu’on retrouve notamment à Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 3, n° 12 ; fig. 7, n° 14 ; fig. 10, n° 6 ; fig. 12, n° 11) ou à Holtzeim Am Schluesselberg (Bas-Rhin ; Kuhnle, 1998, fig. 49, n° 5 ; fig. 54, n° 5 ; fig. 56, n° 3).

91Si les profils ovoïdes à bord vertical (pl. 2, nos 3 et 17 ; pl. 3, nos 16 et 17 ; pl. 7, nos 1, 2 et 14 ; pl. 9, nos 4 et 6 ; pl. 15, n° 15 ; pl. 17, n° 6) sont connus au Ha C sur des vases à cordon « dits de conservation », ces pots se caractérisent à partir du Ha D1 et pendant tout le Hallstatt final, par un décor quasi systématique d’impressions digitées ou d’incisions, plus rarement de cordon, sur la partie supérieure du récipient. Les exemplaires de Brumath se caractérisent pour une grande majorité par un décor (cordon, impressions digitées ou non, incisions). À Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin), l’ensemble du Ha D1 comprend des exemples pourvus d’un décor d’impressions ovalaires (Blanc, 1994, pl. 41, n° 5) et d’autres de cordon digité (Ibidem, pl. 21, n° 7 ; pl. 22, n° 2). Pour le Ha D2, ce profil se retrouve sur quatre exemples de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin), décorés d’impressions digitées sur le haut de la panse (Koenig et alii, 1990, fig. 4, n° 15 ; fig. 11, nos 3 et 8 ; fig. 12, n° 13).

92Quatre petits récipients d’une hauteur moyenne de six centimètres à encolure haute verticale ou sub-verticale et à panse arrondie (pl. 12, nos 16, 17 et 18 ; pl. 14, n° 15) peuvent être associés à ce type. Les proportions de ces exemplaires de petite taille ne connaissent pas d’équivalent probant. Leur profil les rapproche toutefois de certaines formes de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 6, n° 13 ; fig. 7, n° 13).

93Un exemplaire (pl. 11, n° 1) à haut col resserré et un bord légèrement éversé n’intègre aucune catégorie établie dans cette étude. Son profil se caractérise également par une nette inflexion entre la panse et le col et peut être mis en parallèle avec un modèle observé dans les ensembles funéraires suisses de la fin du Ha C jusqu’au Ha D2. On le retrouve notamment dans la tombe 1 de Schaffhausen-Wolfbuck datée du Ha C (Dunning, 1999, fig. 18 G, n° 1) ainsi que dans la tombe 1931 du site de Seon (Dunning, 1999, fig. 20 C, n° 1), attribuée au Ha D2. L’exemplaire de Brumath présente toutefois des proportions différentes par rapport à ce type, avec une hauteur d’encolure correspondant à la moitié de la hauteur totale du récipient, ainsi qu’une taille générale nettement plus réduite. Cette forme peut être également mise en parallèle avec certains modèles régionaux du Hallstatt final comme par exemple le récipient de la banlieue sud de Colmar (fosse 3 de la parcelle 10) (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1970, pl. VI, n° 15) ou celui du Britzgyberg (Schweitzer, 1973, pl. 1, n° 7). Ces modèles se distinguent toutefois par leur panse large et ramassée qui constitue un caractère propre des formes basses du Hallstatt final. La forte similitude morphologique de ces différents exemples permet de les associer à un seul type, apparu dans la deuxième moitié du Hallstatt ancien et dont l’exemplaire de Brumath pourrait représenter une étape de l’évolution, qui aboutit au Hallstatt final aux formes basses et pansues données en exemple ci-dessus.

Le décor

94Le décor plastique prédomine dans l’ensemble de Brumath. Les formes ouvertes sont exclusivement décorées d’impressions digitées sur la lèvre. Ce sont des jattes à profil arrondi de catégorie semi-fine ou grossière (pl. 5, n° 11 ; pl. 8, nos 3 et 4 ; pl. 12, nos 21 et 23). Pour les formes fermées, il s’agit d’impressions digitées ou de formes triangulaires, circulaires ou allongées et de motifs incisés ou imprimés. Le décor est disposé sur le haut de la panse ou à la jonction du col et de la panse ; l’essentiel des formes fermées décorées étant des récipients hauts à encolure (urne ou pot). Un seul exemple de forme basse fermée décoré d’impressions digitées sur la panse est attesté sur une coupe à bord rentrant (pl. 2, n° 16). Trois autres exemples, au profil malheureusement incomplet, peuvent être éventuellement associés à cet exemple de forme basse décorée. Il s’agit d’un décor d’impressions circulaires pour deux d’entre eux (pl. 15, n° 2 ; pl. 17, n° 4) et d’un décor de cordon digité pour le troisième (pl. 11, n° 2). Le cordon digité disposé à la jonction col-panse est bien représenté dans cet ensemble (pl. 2, nos 1 et 2 ; pl. 4, nos 5 et 8 ; pl. 5, nos 8 et 9 ; pl. 6, n° 11 ; pl. 9, n° 5 ; pl. 11, nos 3 et 4 ; pl. 13, n° 5 ; pl. 15, n° 14 ; pl. 17, n° 6). Le décor constitué d’un appendice comportant deux impressions digitées et placé verticalement sous le bord (pl. 15, n° 15) se rapproche de celui d’un pot à col incurvé de la fosse 4 de la parcelle 4-5 de la banlieue sud de Colmar (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1970, pl. IX, n° 11) attribuable au Ha D1. Le décor d’impressions digitées est plus faiblement représenté (pl. 2, n° 3 ; fig. 7, nos 1 à 4 ; fig. 13, n° 4 ; fig. 16, n° 10 ; fig. 17, n° 5). Signalons le fragment de panse décoré de trois lignes d’impressions digitées (pl. 2, n° 20). Les décors d’impressions circulaires, triangulaires ou allongées sont nettement plus rares (pl. 2, n° 4 ; pl. 3, n° 17 ; pl. 4, n° 10 ; pl. 7, n° 3 ; pl. 9, n° 6 ; pl. 15, n° 3). L’incision constitue le mode décoratif plastique quasi exclusif des récipients à pâte fine ou semi-fine. Il s’agit de motifs de chevrons (pl. 2, n° 17 ; pl. 5, n° 6), de lignes parallèles (pl. 2, n° 18 ; pl. 7, n° 15 ; pl. 15, nos 8 et 10), dont une est pourvue d’une incrustation de pâte blanche (pl. 2, n° 8), ou croisées (pl. 9, n° 10 ; pl. 13, n° 18). Trois tessons présentent un décor de remplissage d’incisions fines croisées (pl. 10, n° 11 ; pl. 14, nos 16 et 17). Ces trois exemples comportent également une incrustation de pâte blanche et trouvent de fortes similitudes à Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 5, n° 20 ; fig. 12, n° 3).

95Le décor chromatique est très peu représenté à Brumath. L’application de graphite a été observée sur l’intérieur de la lèvre d’une urne à haut col oblique (pl. 3, n° 4). On signalera également la présence d’un tesson graphité provenant de la structure 1009 (pl. 1) et de cinq autres tessons graphités issus de la structure 1018 (pl. 4). L’application de peinture rouge est attestée sur une jatte carénée à bord vertical (pl. 11, n° 6) et sur une coupe à profil faiblement sinueux (pl. 12, n° 14). Ce type de décor est courant à Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990, fig. 17, 18 et 19) ainsi qu’à Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Blanc, 1994, pl. 15, 23, 24, 25 et 33). Les exemples de ces deux ensembles du Ha D1 diffèrent toutefois l’un de l’autre par une abondante association de peinture rouge et de graphite à Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin), alors qu’à Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin) les récipients sont monochromes. Ces différences peuvent éventuellement correspondre à des productions locales pour la phase moyenne du Hallstatt ou constituer un indice d’évolution des modes décoratifs au sein de cette même phase. On observera, en effet, la rareté du graphite, la progressive disparition de la peinture rouge ainsi que l’absence d’association de ces deux revêtements chromatiques au cours du Hallstatt final. L’ensemble de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin) fournit quelques rares exemples de récipients graphités ou peints en rouge (Koenig et alii, 1990, p. 252, fig. 3, nos 6 et 18 ; fig. 9, n° 6 ; fig. 7, n° 3) ; le décor chromatique de l’ensemble plus récent de Wolfgantzen (Haut-Rhin ; Kuhnle et alii, 1998) se caractérise par un répertoire décoratif organisé essentiellement en bandes graphitées appliquées sur ou sous le bord de quelques vases tournés et celui de Holtzeim Am Schluesselberg (Bas-Rhin ; Kuhnle, 1998) ne semble pas en comporter.

Le mobilier lié aux activités domestiques, artisanales et agricoles

Activités domestiques

96Les couvercles sont attestés par trois fragments. Le premier possède un profil rectiligne et un fond plat sur lequel on observe les trous d’ancrage de l’anse (pl. 4, n° 13). Ce modèle est également pourvu d’encoches sur la lèvre. Un autre couvercle (pl. 6, n° 10) dont il ne subsiste que l’anse et le sommet se rapproche des exemplaires de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990, fig. 8, nos 9 et 10). L’anse est décorée d’incisions sur chaque côté. Le troisième fragment est une anse (pl. 9, n° 9).

97Le site de Brumath a également livré un fragment de plat (ou de support ?) (pl. 2, n° 5) dont le bord présente un rehaussement. Cet exemplaire est poli sur les surfaces interne et externe. La base présente une surface noircie par le feu ou une forte chaleur. Le diamètre extérieur est compris entre 30 et 40 cm.

Activités artisanales

98Le tissage et le filage sont attestés par de nombreuses fusaïoles (pl. 2, nos 6, 7 ; pl. 3, n° 8 ; pl. 10, n° 13) de formes différentes. La plupart sont biconiques ou sphériques et plus rarement coniques ou cylindriques. Quelques-unes sont décorées d’impressions circulaires et d’incisions. Quelques fragments de poids de tisserand ainsi qu’une aiguille à chas (pl. 8, n° 16) témoignent également des différentes étapes de fabrication de tissus et de leur assemblage.

99Le prélèvement de peau est suggéré par des traces significatives de découpe sur deux bovins.

100L’existence de lissoirs en quartzite indiquerait que des céramiques auraient pu être fabriquées sur le site. La structure 2034, identifiée comme un four, pourrait correspondre à une structure de cuisson de céramique. Il est probable que ce four a parallèlement servi de four de cuisson de denrées alimentaires.

101Quelques fragments de scories de fer ainsi qu’un fragment de ce qui peut être une tuyère (pl. 2, n° 19) semblent indiquer une activité métallurgique.

Activités agricoles et pastorales

102L’exploitation et l’utilisation des produits agricoles sont représentées comme dans la plupart des sites de ce type, par des fragments de meules. Ces éléments sont majoritairement en grès et plus rarement en granit.

103L’étude archéozoologique (Corinne Tesnier-Hermetey), effectuée sur les 228 restes identifiés, a montré pour les espèces domestiques, une représentativité majoritaire du bœuf, puis du cheval, suivi du porc et du mouton, le lièvre étant la seule espèce sauvage attestée sur ce site. Ces cinq espèces ont été préparées et consommées sur place. Les rejets primaires portant des traces de désarticulations indiqueraient que les animaux domestiques ont été élevés et abattus sur place.

Conclusion

104Les comparaisons établies à partir des ensembles céramiques régionaux permettent de proposer certaines caractéristiques typo-morphologiques du Hallstatt moyen et final observées dans l’ensemble de Brumath.

105Les jattes à profil segmenté, les jattes à lèvre éversée et les jattes à marli correspondent à des formes communes au Ha C et Ha D1 et qui semblent disparaître au cours du Ha D2. Avec l’exemplaire de Brumath provenant de la structure 2017, datée du Ha D2 par la présence d’une fibule à timbale (pl. 14, n° 18), la jatte à lèvre éversée de l’ensemble de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig et alii, 1990) constitue le seul autre exemple du Hallstatt final. De même, les coupes à profil faiblement sinueux, relativement bien représentées à Brumath, sont des profils caractéristiques du Ha C et du Ha D1, qui semblent également disparaître au Ha D2, Geispolsheim Bruechel étant le seul ensemble du Hallstatt final à en comporter encore deux exemplaires. Parmi les formes fermées hautes, l’urne à encolure haute est également une forme commune de la phase ancienne et moyenne du Hallstatt, qui ne connaît pas de présence dans la phase finale.

106La morphologie de certaines coupes à profil sinueux rentrant de Brumath présente de fortes analogies avec les productions du Hallstatt final et notamment avec celles de l’ensemble de Geispolsheim Bruechel. On remarquera toutefois que les exemplaires de ce dernier diffèrent de ceux de Brumath par une panse nettement plus ramassée, parfois anguleuse, ainsi qu’une convergence des bords souvent plus prononcée. Cette différence témoignerait d’une tendance évolutive. Ces morphologies sont observées uniquement sur deux exemplaires (pl. 6, nos 6 et 7) provenant de la structure 1020. Cette structure comporte également une coupe à bord rentrant dont le bourrelet interne de la lèvre et la base à anneau porteur constituent des caractères morphologiques du Hallstatt final. D’autre part les pots à partie supérieure rentrante, dont on ne connaît pas d’équivalent dans les ensembles du Ha D1, semblent correspondre à des formes nouvelles du Hallstatt final.

107On soulignera également la quasi-absence de décor chromatique (graphite ou peinture rouge) qui caractérise l’ensemble de Brumath. Ce mode décoratif est abondant au Ha D1 et tend à se raréfier au Hallstatt final. La rareté du décor chromatique dans l’ensemble de Brumath pourrait militer en faveur d’une datation dans une phase récente du Ha D1, postérieure à celle des ensembles de Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990) et de Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Blanc, 1994). Une éventuelle manifestation d’une différence locale peut également être envisagée.

108Enfin, si cet ensemble présente de fortes analogies avec l’ensemble de Geispolsheim Bruechel, les observations présentées ici suggèrent une durée d’occupation jusqu’à une phase du Ha D2 plus ancienne que celle de Geispolsheim.

109En résumé, compte tenu de la présence du mobilier métallique et en s’appuyant sur les observations typo-chronologiques présentées ci-dessus, il est permis d’attribuer les ensembles St 1009, 1013, 1016, 1018, 2005 et 2016 à la fin du Ha D1. Les ensembles St 1020, 1022, 2002, 2015 et 2017 sont, quant à eux, caractéristiques du début du Ha D2.

Synthèse

110Si l’occupation au Hallstatt moyen et final est bien attestée dans la région de Brumath par les nombreux tertres funéraires, le site de Brumath Betzetweg constitue le premier témoignage d’habitat. Malheureusement aucun plan de maison ou de grenier n’a été mis au jour, mais l’étude des nombreuses structures autorise une proposition d’organisation spatiale. Toutefois, l’emprise de la fouille n’a certainement pas permis de saisir la totalité de l’occupation du site. Ces structures ont, en outre, livré un abondant mobilier qui, d’une part, témoigne des activités inhérentes à un établissement rural et d’autre part, offre quelques informations sur l’importance de l’habitat de Brumath. Les perles de jais ne sont habituellement retrouvées, et en petite quantité seulement, que dans des tombes féminines riches du Ha D1 et du Ha D2, généralement en association avec des perles de verre. Le nombre important de parures en bronze, intactes ou fragmentées, constitue un autre critère pour envisager l’hypothèse d’un statut sans doute supérieur. Il faut aussi considérer la rareté de certaines d’entre elles, notamment l’épingle à tête en T et la trousse de toilette, qui pourraient constituer des objets importés, bien que des références précises fassent encore défaut. Enfin, la découverte de deux éléments en bronze, qui pouvaient appartenir à de la vaisselle métallique (fosses 2003 et 2026, pl. 10, n° 12 ; pl. 16, n° 1) et dont on connaît des parallèles à la Heuneburg (Sievers, 1984), accentue encore l’impression d’importance et de qualité de ce site de plaine.

Pl. 1. Mobilier des structures 1004 (1), 1009 (2 à 6) et 1010 (7 à 19).

Pl. 1. Mobilier des structures 1004 (1), 1009 (2 à 6) et 1010 (7 à 19).

Pl. 2. Mobilier des structures 1010 (1 à 8) et 1012 (9 à 20).

Pl. 2. Mobilier des structures 1010 (1 à 8) et 1012 (9 à 20).

Pl. 3. Mobilier des structures 1013 (1 à 10), 1016 (11 à 17) et 1017 (18 à 20).

Pl. 3. Mobilier des structures 1013 (1 à 10), 1016 (11 à 17) et 1017 (18 à 20).

Pl. 4. Mobilier des structures 1018 (1 à 11) et 1019 (12 à 17).

Pl. 4. Mobilier des structures 1018 (1 à 11) et 1019 (12 à 17).

Pl. 5. Mobilier des structures 1019 (1 à 9) et 1020 (10 à 17).

Pl. 5. Mobilier des structures 1019 (1 à 9) et 1020 (10 à 17).

Pl. 6. Mobilier de la structure 1020 (1 à 12).

Pl. 6. Mobilier de la structure 1020 (1 à 12).

Pl. 7. Mobilier des structures 1020 (1 à 7) et 1022 (8 à 17).

Pl. 7. Mobilier des structures 1020 (1 à 7) et 1022 (8 à 17).

Pl. 8. Mobilier des structures 2001 (1 et 2) et 2002 (3 à 19).

Pl. 8. Mobilier des structures 2001 (1 et 2) et 2002 (3 à 19).

Pl. 9. Mobilier de la structure 2002 (1 à 10).

Pl. 9. Mobilier de la structure 2002 (1 à 10).

Pl. 10. Mobilier des structures 2003 (1 à 13) et 2005 (14 à 21).

Pl. 10. Mobilier des structures 2003 (1 à 13) et 2005 (14 à 21).

Pl. 11. Mobilier des structures 2005 (1 à 4), 2008 (5 à 10), 2007 (11) et 2009 (12).

Pl. 11. Mobilier des structures 2005 (1 à 4), 2008 (5 à 10), 2007 (11) et 2009 (12).

Pl. 12. Mobilier de la structure 2015 (1 à 23).

Pl. 12. Mobilier de la structure 2015 (1 à 23).

Pl. 13. Mobilier des structures 2015 (1 à 6) et 2016 (7 à 20).

Pl. 13. Mobilier des structures 2015 (1 à 6) et 2016 (7 à 20).

Pl. 14. Mobilier de la structure 2017 (1 à 20).

Pl. 14. Mobilier de la structure 2017 (1 à 20).

Pl. 15. Mobilier des structures 2017 (1 à 5), 2020 (6 et 7), 2021 (8 à 11), 2022 (12), 2025 (13 et 14) et 2023 (15).

Pl. 15. Mobilier des structures 2017 (1 à 5), 2020 (6 et 7), 2021 (8 à 11), 2022 (12), 2025 (13 et 14) et 2023 (15).

Pl. 16. Mobilier des structures 2026 (1), 2027 (2 et 3) et 2034 (4 à 11).

Pl. 16. Mobilier des structures 2026 (1), 2027 (2 et 3) et 2034 (4 à 11).

Pl. 17. Mobilier de la structure 2036 (1 à 8).

Pl. 17. Mobilier de la structure 2036 (1 à 8).

Bibliographie

Bibliographie

Balfet H., Fauvet-Berthelot M.-F., Monzon S., 1989, Lexique et typologie des poteries, Paris, éd. du CNRS, 145 p., 9 fig., 54 ill.

Blanc E., 1994, Untersuchungen zur Frage der Hallstatt-C zeitlichen Keramik im Elsass anhand der Siedlung Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin), Magisterarbeit zur Erlangung des Magister Artium der Philosophischen Fakultäten der Albert-Ludwigs-Universität zu Freiburg i. Br., 2 vol. : 55 p., 69 pl.

Bonnet Ch., Plouin S., Lambach F., 1990, « Colmar, route de Rouffach : un site pré-et protohistorique d’importance. IIIe partie : le site protohistorique de Colmar-Sud », R.A.E., t. 41, fasc. 1, p. 7-35.

Derville H., 1953, « Fond de cabane hallstattien de Kienheim (Bas-Rhin) », Cahiers d’Archéologie et d’Histoire d’Alsace, n° 133, p. 67-72, 1 fig., 1 pl.

Dietrich H., 1998, Die hallstattzeitlichen Grabfunde aus den Seewiesen von Heidenheim-Schnaitheim, Stuttgart, K. Theiss, 319 p., 188 fig., 56 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frügeschichte in Baden-Württemberg, 66).

Dunning C., 1999, « Chronotypologie du premier Âge du Fer, Plateau suisse, basse vallée du Rhône et Jura », in : La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, Bâle, p. 50-59 (SPM, IV).

Haevernick T.E., 1975, « Hallstatt-Glasringe und Hagenauer Perlen », Praehistorische Zeitschtrift, t. 38, p. 63-73.

Jehl M., Bonnet Ch., 1970, « Compléments à la carte archéologique de la banlieue sud de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XIV, p. 55-69, 12 fig., 1 pl.

Joffroy R., 1960, L’Oppidum de Vix et la civilisation hallstattienne finale dans l’Est de la France, Paris, Les Belles Lettres, 211 p., 81 pl. (Publications de l’Université de Dijon, 20).

Koenig M.-P., 1985, La parure au premier Âge du Fer : la collection archéologique du Musée de Strasbourg, Mémoire de Maîtrise, Strasbourg, Université des Sciences humaines, 2 vol. : 252 p., ill., et 409 p., ill.

Koenig M.-P., Legendre J.-P., 1990, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim ‘Bruechel’ (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 41, fasc. 2, p. 247-274, 13 fig.

Kossack 1959, Südbayern während der Hallstattzeit, Berlin, 2 vol. : 315 p., 156 pl. (Römisch-Germanische Forschungen, 24).

Kuhnle G., 1995, Wolfgantzen, Déviation RN 415, DFS de Sauvetage (16-01 / 25-04-1995), Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 2 vol., 91 p., 48 fig., 81 pl.

Kuhnle G, 1998, Holtzheim Am Schluesselberg, DFS de Sauvetage (22-07 / 18-10-1995), Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 2 vol., 113 p., 56 fig., 9 pl. et catalogue.

Kuhnle G., Tesnier-Hermetey C., Plouin S., Thurnheer Ch., Maise Ch., 2000, « L’habitat hallstattien D2/D3 de Wolfgantzen (Haut-Rhin) : une occupation de plaine face à Breisach », R.A.E., t. 49-1998, p. 135-181.

Kurz S., 2000, Die Heuneburg-Außensiedlung : Befunde und Funde, Stuttgart, Theiss-Verlag, 188 p. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 72).

Lack J., Lack B., Plouin S., Voegtlin Ch., 1991, « Le site hallstattien de Morschwiller-le-Bas Simlisberg (Haut-Rhin) », Cahier de l’Ass. pour la Recherche Archéologique en Alsace, t. 7, p. 101-111, 5 pl.

Lagadec J.-P., Duval P., Eveillard J., Leroy M., Ploquin A., 1989, « Bilan de sept campagnes de fouilles à la cité d’Affrique de Messein (1981-1987) », R.A.E., t. 40, p. 147-197.

Lasserre M., 1993, Lingolsheim ‘Les sablières modernes’ (Bas-Rhin), Rapport de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 14 p., 105 pl.

Lüscher G., 1993, Unterlunkhoffen und die hallstatt-zeitliche Grabkeramik in der Schweiz, Basel, Verlag Schweizerische Gesellschaft für Ur. und Frühgeschichte, 208 p., 56 fig., 71 + 7 pl. (Antiqua, 24).

Mansfeld G., 1971, « Späthallstattzeitliche Kleinfunde von Indelhausen (Kr. Münsingen) : zur Geschichte einiger Schmuckformen », Fundberichte aus Schwaben, NF, t. 19, p. 89-116.

Mansfeld G., 1973, Die Fibeln der Heuneburg 1950- 1970 : ein Beitrag zur Geschichte der Späthallstatt-fibeln, Berlin, De Gruyter, 299 p., 50 pl., 13 cartes. (Römisch-Germanische Forschungen, 33 – Heuneburgstudien, 2).

Parzinger H., 1986, « Zur Belegungsabfolge auf dem Magdalenenberg bei Villingen », Germania, t. 64-2, p. 391-407.

Parzinger H., 1988, Chronologie der Späthallstatt- und Frühlatènezeit : Studien zu Fundgruppen zwischen Mosel und Save, Weinheim, 361 p., 174 pl. (Acta Humaniora, 4).

Parzinger H., 1998, Der Goldberg : die metallzeitliche Besiedlung, Mayence, Ph. von Zabern, XIV-168 p., 42 pl. (Römisch-Germanische Forschungen, 57).

Primas M., 1970, Die südschweizerischen Grabfunde der älteren Eisenzeit und ihre Chronologie, Basel, Birkhaüser, 156 p., 54 pl. (Monographien zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, 16).

Röder B., Blanc E., 1995, « Deux nouveaux habitats hallstattiens à Rosheim (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXVIII, p. 55- 68, 15 fig.

Schaeffer C.F.A., 1930, Les tertres funéraires préhistoriques dans la Forêt de Haguenau. T. II : Les tumulus de l’Âge du Fer, Haguenau, Publ. du Musée de Haguenau, 332 p., 191 fig., 30 pl.

Schneider M., 1981, « Tumuli de l’Âge du Bronze et du Hallstatt entre Hatten et Seltz », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXIV, p. 15-24, 6 fig.

Schweitzer R, 1973, « Le Britzgyberg, station du Hallstatt », Bull. du Musée Historique de Mulhouse, t. 81, p. 43-64.

Sievers S., 1984, Die Kleinfunde der Heuneburg : die Funde aus den Grabungen von 1950-1979, Mayence, 2 vol. : 256 p., 250 pl. (Römisch-Germanische Forschungen, 42 - Heuneburgstudien, V).

Spindler K., 1971-1980, Magdalenenberg : der hall-stattzeitliche Fürstengrabhügel bei Villigen im Schwarzwald, Villigen, Neckar Verlag, 6 vol.

Notes

1 La datation au Ha C par les auteurs peut être remise en cause par la présence d’une jatte à profil sinueux rentrant et de jattes à parois verticales et lèvre éversée (Lack et alii, 1991, pl. 4, nos 2, 3 et 4) qui autorise à placer raisonnablement cet ensemble au Ha D1.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 5. Typologie du mobilier céramique hallstattien de Brumath.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Pl. 1. Mobilier des structures 1004 (1), 1009 (2 à 6) et 1010 (7 à 19).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Pl. 2. Mobilier des structures 1010 (1 à 8) et 1012 (9 à 20).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Pl. 3. Mobilier des structures 1013 (1 à 10), 1016 (11 à 17) et 1017 (18 à 20).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Pl. 4. Mobilier des structures 1018 (1 à 11) et 1019 (12 à 17).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Pl. 5. Mobilier des structures 1019 (1 à 9) et 1020 (10 à 17).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Pl. 6. Mobilier de la structure 1020 (1 à 12).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Pl. 7. Mobilier des structures 1020 (1 à 7) et 1022 (8 à 17).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Pl. 8. Mobilier des structures 2001 (1 et 2) et 2002 (3 à 19).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Pl. 9. Mobilier de la structure 2002 (1 à 10).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Pl. 10. Mobilier des structures 2003 (1 à 13) et 2005 (14 à 21).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Pl. 11. Mobilier des structures 2005 (1 à 4), 2008 (5 à 10), 2007 (11) et 2009 (12).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Pl. 12. Mobilier de la structure 2015 (1 à 23).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Pl. 13. Mobilier des structures 2015 (1 à 6) et 2016 (7 à 20).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Pl. 14. Mobilier de la structure 2017 (1 à 20).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Pl. 15. Mobilier des structures 2017 (1 à 5), 2020 (6 et 7), 2021 (8 à 11), 2022 (12), 2025 (13 et 14) et 2023 (15).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Pl. 16. Mobilier des structures 2026 (1), 2027 (2 et 3) et 2034 (4 à 11).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Pl. 17. Mobilier de la structure 2036 (1 à 8).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23464/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search