Version classiqueVersion mobile

Recherches de Protohistoire alsacienne

 | 
Anne-Marie Adam

Sainte-Croix-en-Plaine et Houssen « Cora » (Haut-Rhin) : contribution à l’étude typo-chronologique de la céramique d’habitat du Hallstatt C

Serge Mentele, Gertrud Kuhnle et Marina Lasserre

Résumé

Les sites d’habitat du Ha C de Sainte-Croix-en-Plaine et de Houssen « Cora » ont livré un abondant mobilier céramique et constituent deux ensembles de céramique domestique de référence en Alsace et plus globalement dans l’est de la France.

Texte intégral

  • 1 Marina Lasserre, ingénieur au Service régional de l’archéologie, avait instruit les dossiers et Ger (...)

1Les opérations préventives de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker et de Houssen « Cora », réalisées en 1996 et 1997, ont livré de nouvelles données pour l’étude de la céramique hallstattienne1. En effet, des milliers de tessons céramiques issus de seulement trois fosses, fouillées l’une à Sainte-Croix-en-Plaine et les deux autres à Houssen, ouvraient des perspectives intéressantes pour l’élaboration d’un référentiel chronologique de la céramique d’habitat du Hallstatt C pour la région colmarienne. L’abondant mobilier céramique des fosses 5 de Sainte-Croix-en-Plaine et 1015 de Houssen constituait la base de l’étude comparative. Que le mobilier provenant de la fosse 1014 de Houssen y ait été inclus résulte des nombreux remontages céramiques qui ont pu être effectués entre les structures 1014 et 1015.

Présentation des gisements de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach acker et de Houssen « CORA » (G. Kuhnle)

  • 2 Les fouilles ont révélé que le sol géologique de Houssen « Cora » a subi une érosion plus forte que (...)

2Les gisements de Sainte-Croix-en-Plaine et de Houssen, distants d’environ 13 km, se situent en bordure occidentale de la plaine du fossé rhénan, au sud et au nord de Colmar (fig. 1). Ils sont implantés, entre les collines sous-vosgiennes et la terrasse würmienne du Rhin (Hardt), dans une zone d’affaissement qui est parcourue par la Lauch, la Thur, la Fecht et l’Ill2. Par sa situation géographique face au Kaiserstuhl, la région colmarienne se trouve à la jonction de deux importantes voies de communication : le passage est-ouest, qui franchissait le Rhin à la hauteur de Breisach, rejoignait dans les alentours de Colmar l’axe nord-sud, qui longeait, parallèlement au cours de l’Ill, les collines sous-vosgiennes.

Fig. 1. Localisation des sites de référence du Bronze final et du Hallstatt C / D1 dans la plaine rhénane.

(S. Mentele, M. Chatelet)

Sainte-Croix-en-Plaine Marbach acker

3À Sainte-Croix-en-Plaine, le projet de création d’une zone d’activité sur un terrain de 8 ha avait conduit à une évaluation archéologique au lieu-dit Marbach Acker, situé au nord-est du village et en bordure est de l’autoroute A35. Pour la fouille préventive, réalisée de mi-mai à mi-juillet 1996, le décapage pouvait être implanté selon la convenance des archéologues, mais ne devait en aucun cas dépasser une superficie d’un hectare. Nous avons donc, à peu près au centre du terrain concerné, ouvert une zone principale de 0,88 ha (fig. 2) et, au nord de celle-ci, une zone secondaire de 0,1 ha ainsi que plusieurs fenêtres. Les 150 structures protohistoriques mises au jour n’offrent malheureusement qu’une image lacunaire d’une occupation de plaine dont l’étendue reste à jamais inconnue. La fosse 5 a été découverte dans la zone principale.

4Le terrain concerné par la zone d’activité est localisé sur les alluvions de la basse terrasse rhénane qui sont ponctuellement masquées par des limons de débordement, déposés aux époques subactuelles et actuelles lors des crues de l’Ill et de la Thur. Le substrat est formé de galets, graviers et sables rhénans qui sont parfois cimentés en conglomérats. Ce substrat affleure souvent directement sous la terre arable, mais sa partie sommitale peut être altérée par oxydation ou/et remaniée par les labours. Il en résulte que sa couleur est très variable et va du gris clair des zones non perturbées au brun-rouge à gris-brun. Le toit du substrat est souvent ondulé et dans les dépressions se sont déposés des limons sableux de couleur jaune très pâle. Une bande d’affaissement maximum, qui traverse la zone principale ainsi que la zone secondaire, correspond à un paléo-chenal colmaté par des limons argileux de couleur gris-bleu, mélangés à des graviers et galets.

5D’ouest en est, la zone principale s’ouvre donc sur un banc de gravier brun-rouge, un paléo-chenal orienté ici sud-est/nord-ouest, un banc de graviers clairs qui inclut des dépressions remplies de limons sableux et un secteur où les graviers, altérés par oxydation, ont à nouveau une coloration rougeâtre (fig. 2).

6La répartition des vestiges de la zone principale semble souligner l’importance que devait avoir la nature du sol pour l’organisation spatiale des structures de l’habitat :

  • sur le banc de gravier brun-rouge, côté ouest du décapage, de nombreux trous de poteaux ont été mis au jour entre un fossé et le paléo-chenal, dont ceux d’un bâtiment rectangulaire. Il s’agit d’une petite maison à deux nefs, orientée ouest nord-ouest/est sud-est, qui mesure environ 6 m de long et 3,40 m de large. Le diamètre des trous de poteaux oscille entre 0,22 et 0,46 m et la profondeur conservée entre 0,12 et 0,35 m. La présence de bâtiments signalés par leurs trous de poteaux accentue l’importance du site ;

  • à cheval sur ce banc de graviers et le chenal colmaté se concentre une série de fosses dont une grande partie servait probablement de silos. Une petite fosse comportait les squelettes imbriqués de deux enfants qui ont été inhumés simultanément. Sur une autre fosse a été aménagé, après son comblement, un foyer dont la chape d’argile repose sur un radier de galets ;

  • le banc de graviers clairs incluant des dépôts limoneux est presque entièrement dépourvu d’indices archéologiques. S’y trouve cependant une fosse sépulcrale rectangulaire comportant une personne adulte, inhumée avec un bracelet en lignite à l’avant-bras droit ;

  • enfin, le secteur caractérisé par la coloration rouge du gravier constitue un espace convoité si l’on en juge par l’implantation de nombreux vestiges à fonctions diverses. Il s’agit de deux tronçons de palissade formant un angle, de trous de poteaux, de trois puits ainsi que d’autres fosses dont la fosse 5, située à l’est de la palissade. La tranchée de la palissade était par endroits encore conservée sur plus de 0,80 m de profondeur et les fantômes des poteaux s’identifiaient clairement dans le gravier sous la tranchée. Quant aux puits à eau, il s’agit de trois immenses fosses dont la profondeur oscille entre 2 m et 2,20 m sous le niveau de décapage. Leurs remplissages, riches en mobilier, indiquent dans deux cas des recreusements.

7La fosse 5 se caractérise par l’irrégularité de son plan et de son profil (fig. 3). Son remplissage, assez complexe, témoigne du comblement progressif de la fosse :

  • la couche qui recouvre le fond sur environ 0,10 m
    (4) pourrait résulter de l’utilisation de la fosse car elle est composée par un mélange, grisâtre, de gravier et de limon qui contenait peu de mobilier ;

  • suit une couche orangée (3), épaisse de 0,10 à 0,20 m, où le limon est mélangé à l’argile rubéfiée pulvérulente et qui a livré beaucoup de céramique ;

  • le reste de la fosse est comblé par deux apports de limon cendreux et charbonneux qui inclut un peu de gravier, quelques galets, de rares fragments d’argile rubéfiée, une faible quantité d’ossements animaux calcinés et beaucoup de tessons céramiques (1), dont la couleur est gris-noir (1 b) dans sa partie inférieure et gris-brun dans sa partie supérieure (1 a).

  • une petite poche de graviers (2) prouve qu’un effondrement de paroi est intervenu entre l’apport sombre et l’apport plus clair du remplissage définitif (1).

Fig. 2. Plan d’ensemble de la zone principale du site de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker.

(G. Kuhnle)

8Peut-on voir dans la présence d’argile rubéfiée pulvérulente (en 3) et de cendres (en 1) des indices renvoyant à une activité de cuisson ? Si oui, on pourrait imaginer, d’après le profil longitudinal, que la moitié ouest de la fosse servait d’accès à un lieu de cuisson installé côté est.

9Il faut noter que la fosse 5 est la seule structure du gisement qui a pu être vidée entièrement. D’après un examen rapide de la céramique contenue dans les autres structures, fouillées à moitié, on peut affirmer qu’elles sont grosso modo contemporaines. La fosse surmontée d’un foyer et deux des trois puits ont cependant subi un réaménagement.

Fig. 3. Plan et coupes (1/50) de la fosse 5 de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (A) et des fosses 1014 et 1015 de Houssen « Cora » (B) (G. Kuhnle) ; (les couches numérotées de 1 à 10 sont commentées dans le texte).

Fig. 3. Plan et coupes (1/50) de la fosse 5 de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (A) et des fosses 1014 et 1015 de Houssen « Cora » (B) (G. Kuhnle) ; (les couches numérotées de 1 à 10 sont commentées dans le texte).

10Enfin, l’abondance de fragments de bracelets en lignite trouvés dans les moitiés fouillées des fosses de Sainte-Croix-en-Plaine est frappante : faut-il y voir un site de production ou chercher l’explication de ce riche ensemble dans la présence des importantes voies de communication passant à proximité de cette occupation ?

Fig. 4. Plan d’ensemble de la zone 1 du site de Houssen « Cora ».

(G. Kuhnle)

Houssen « Cora »

11À Houssen, c’est le transfert du supermarché Cora de Colmar-Nord vers la nouvelle zone commerciale de Houssen qui était à l’origine d’un diagnostic archéologique sur près de 16 ha. Le terrain concerné par le projet se situe à l’ouest du village et immédiatement à l’est de la voie rapide Colmar-Strasbourg.

12Le terrain de Houssen « Cora » se situe sur le cône de déjection de la Fecht formé de cailloux et de sable déposés au Riss. Une partie importante du matériel a subi un début d’altération qui lui donne une teinte ocre et a rendu friables certains galets cristallins. Toutefois, en surface, la plus grande partie du cône a été remaniée au Würm et recouverte de lambeaux de lœss.

13L’évaluation a révélé la présence de structures en creux appartenant à plusieurs phases d’occupation échelonnées entre le ive millénaire av. J.-C. et le xie siècle ap. J.-C. et a permis de reconnaître sur un peu plus de 600 m le tracé d’une voie de l’époque romaine, orientée grosso modo sud-nord. En fonction de la répartition des vestiges, la fouille préventive, menée d’octobre 96 à avril 97, concernait deux zones, distantes d’environ 200 m l’une de l’autre.

14La zone 1, d’une superficie de 1,15 ha, s’ouvre sur un important placage de lœss qui se poursuit au-delà de la limite du terrain vers le sud-est et vers l’ouest (fig. 4) ; plus au nord, dans la zone 2 d’une superficie de 0,85 ha, le sol est tantôt limono-sableux, tantôt lœssique. Outre la voie romaine, nous avons relevé 150 structures dans la zone 1 et 30 dans la zone 2.

15Les vestiges de la zone 2 témoignent, à l’est de la voie antique, de l’installation de quelques fonds de cabane et fosses qui datent de la période fin viiie-xie s.

16En zone 1 (fig. 4), un petit ensemble de sépultures comportant vingt-huit inhumations, datant également du haut Moyen Âge (viiie -ixe s.), est aménagé dans la voie antique et immédiatement à l’est de celle-ci. Le semis de fosses de cette zone et le mobilier associé prouvent que le lieu a été occupé à plusieurs reprises, c’est-à-dire au Néolithique, au Bronze moyen et au Hallstatt ancien. À chaque période, la communauté présente occupait certainement un espace plus grand car la présence d’autres vestiges est à envisager au moins au sud et peut-être aussi à l’ouest du terrain fouillé.

17Sept fosses, dont trois liées à un lambeau de sol (1134 A, B, C), datent du Hallstatt . Les fosses 1015 et 1014, distantes de 7 m, ont de loin livré le mobilier le plus abondant (fig. 3). Les collages entre le mobilier céramique contenu dans leurs comblements témoignent de leur contemporanéité approximative.

18La fosse 1015 (fig. 3), de plan irrégulier oblong et au fond très légèrement arrondi, recoupe une cuvette à fond plat dont le comblement limoneux (10) comportait de très rares tessons, identiques à ceux issus de la fosse. Sur le pourtour, qui ne recoupe pas la cuvette, la paroi de la fosse 1015 a été creusée en sape dans le substrat lœssique. Une partie du fond et la paroi en sape sont recouvertes d’une couche très légèrement rubéfiée (9), constituée par un mélange entre le sédiment encaissant, le lœss, et le sédiment du comblement principal (8). Ce dernier est composé d’une succession de lentilles à dominante de limon cendreux (8 b) et charbonneux (8 a), de couleur gris à noir, avec une concentration de particules de charbons de bois à la base et des zones plus claires qui incluent quelques nodules d’argile rubéfiée. C’est cette couche litée (8) qui a fourni l’abondant mobilier. La fosse 1015 a pu être vidée entièrement.

19La fosse 1014 (fig. 3), bien plus volumineuse que la fosse 1015, se distingue par son plan régulier et son fond plat. Elle est comblée sur 0,15 à 0,30 m par du limon sableux, brun-gris, qui inclut en faible quantité des particules de charbons de bois, des nodules d’argile rubéfiée et des tessons céramiques (7). Le remplissage suivant, composé de limon argileux brun-orange, concerne uniquement la moitié est de la fosse (6). Le comblement définitif est constitué de limon argileux, brun-noir, comportant beaucoup de céramique et de charbons de bois, ainsi qu’un important lot de fragments d’argile rubéfiée (5). Seuls deux quarts de la fosse 1014 ont pu faire l’objet d’une fouille.

  • 3 La paroi creusée en sape de la fosse 1015 pourrait suggérer une telle fonction.

20Le remplissage cendreux de la fosse 1015 ainsi que les nombreux fragments d’argile rubéfiée contenus dans la fosse 1014, qui pourraient provenir d’une voûte de four, semblent témoigner d’une activité de cuisson collective, sans que l’on sache si le four a été aménagé à même le sol ou éventuellement dans une des fosses3.

21En résumé, les fosses 5 de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker et 1015 de Houssen « Cora » auraient pu être destinées à un usage de cuisson, culinaire ou artisanal, en atmosphère confinée.

22Quoi qu’il en soit, nous disposons de deux ensembles clos fort intéressants, l’un correspondant à la fosse 5 de Sainte-Croix-en-Plaine et l’autre aux fosses 1015 et 1014 de Houssen. C’est bien sûr la grande quantité de céramiques qui a motivé leur sélection, d’autant plus que les gisements respectifs n’ont été découverts que de façon incomplète.

23Bien qu’ils soient tous deux attribuables au Ha C, une première comparaison entre les deux inventaires céramiques permettait de distinguer des différences morphologiques au sein des deux corpus. Il en résulte que la confrontation des deux ensembles s’annonçait prometteuse pour retracer l’évolution des formes céramiques caractéristiques des habitats du Ha C dans la région.

Principes généraux de l’étude du mobilier (S. Mentele)

24Les figures 5 et 6 proposent une classification typologique des formes ouvertes (fig. 5) et des formes fermées (fig. 6) pour les deux sites étudiés. Les huit classes typo-morphologiques des formes ouvertes (jattes, coupelles) et les sept classes typo-morphologiques des formes fermées (urnes, pots) sont organisées selon des critères de « sensibilité » à l’évolution chronologique. Ainsi, il a pu être défini les quatre types de profils suivants :

  • les profils non caractéristiques, uniquement pour les formes ouvertes, regroupent les profils arrondis ou hémisphériques. Ces formes immuables, communes à toute la Protohistoire, ne constituent pas des fossiles directeurs ;

  • les profils anciens s’inscrivent dans le registre de la phase précédente, c’est-à-dire le Bronze final ; présents de manière ponctuelle dans les ensembles du début du Hallstatt C, ces « archaïsmes » fournissent des référentiels précieux pour un phasage chronologique ;

  • les profils évolutifs regroupent les formes présentes au Bronze final et au Hallstatt C. Certaines d’entre elles présentent des caractéristiques évolutives susceptibles de fournir des indications chronologiques ;

  • les profils novateurs sont constitués de formes propres aux productions du Hallstatt C. Ces formes novatrices se manifestent majoritairement sur des céramiques de « qualité » (polies, graphitées et/ou peintes en rouge).

Fig. 5. Tableau typologique des formes ouvertes, pour les deux sites étudiés.

Fig. 5. Tableau typologique des formes ouvertes, pour les deux sites étudiés.

Fig. 6. Tableau typologique des formes fermées, pour les deux sites étudiés.

Fig. 6. Tableau typologique des formes fermées, pour les deux sites étudiés.

25Ce choix d’étude a pour conséquence le fait que la présentation des formes ne suive pas totalement une classification d’ordre traditionnel mais soit davantage basée sur une dynamique formelle du vaisselier. Et ainsi, le choix de la description des caractéristiques morphologiques des types de profils restitués a prévalu sur l’utilisation d’une terminologie sujette à des interprétations très variables.

26Les trois catégories de pâte céramique (fine, semi-fine et grossière) sont, par ailleurs, traitées ensemble dans ces tableaux.

27La détermination des formes ouvertes et des formes fermées est définie d’après les critères établis dans le Lexique et la typologie des poteries de H. Balfet, M.-F. Fauvet-Berthelot et S. Monzon (Balfet et alii, 1989, p. 8) : la forme ouverte ne présente pas de constriction de diamètre et son diamètre maximal coïncide avec l’ouverture. La forme fermée présente, au-dessus du diamètre maximal du corps, un diamètre inférieur à celui-ci, coïncidant ou non avec l’ouverture.

28L’utilisation de termes génériques est appliquée dans un cadre général et de la manière suivante :

  • la jatte et la coupelle désignent une forme ouverte ;

  • l’urne définit une forme haute fermée présentant une distinction nette entre la panse et l’encolure ;

  • le pot désigne une forme fermée ne comportant pas de distinction entre ces deux parties du vase. La distinction entre les catégories de pâte est faite de la manière suivante :

  • la céramique fine est constituée d’une pâte épurée ou renfermant un dégraissant fin dont le diamètre est inférieur à 1 millimètre ;

  • la céramique semi-fine est constituée d’une pâte renfermant un dégraissant fin à moyen dont le diamètre est inférieur ou égal à 1 millimètre, avec éventuellement une inclusion de gros dégraissant (supérieur à 1 millimètre) en faible quantité ;

  • la céramique grossière est constituée d’une pâte comprenant une majorité de gros dégraissant dont le diamètre est supérieur à 1 millimètre.

29Les traitements de surface de base consistent en un lissage ou un polissage plus ou moins soigné. La régularité de la surface est conditionnée par le soin apporté à cette intervention et par la qualité de la pâte. Les céramiques fines, en majorité polies, se distinguent par une surface très régulière, sans aspérité.

30L’application de graphite ou de peinture rouge s’observe sur des modèles à pâte fine ou semi-fine dont la surface est systématiquement polie.

31Le terme céramique de « qualité » définit ici les modèles à pâte fine ou semi-fine réguliers qui ont été l’objet d’un traitement de surface soigné (polissage, application de graphite et de peinture rouge).

32Le décor chromatique définit l’application de graphite (noir brillant) et/ou de peinture rouge sur la surface de la poterie. Le décor plastique détermine une modification de la surface de la poterie et comprend ici trois modes décoratifs principaux : l’estampage, l’incision et l’impression. L’adjonction de cordons est également considérée comme un décor plastique.

Le mobilier de la fosse 5 de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (S. Mentele)

33La fosse 5 de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker a fourni 1443 tessons, répartis de manière suivante : 306 fragments de bords, 97 fragments de fonds, 1040 fragments de panses, pour un poids total de 34 kg. 119 individus minimum, dont 4 indéterminés et 35 fragments de fonds différents, ont été définis.

34Le mobilier de la fosse 5 est constitué essentiellement de fragments de céramique ; seuls deux lissoirs en pierre et un fragment de terre rubéfiée constituaient le reste du mobilier.

35Sur les 119 individus répertoriés, 114 ont été dessinés. Sur les 35 fonds individualisés, 13 profils caractéristiques sont figurés. Une totalité de 15 planches réunit cet ensemble (planches 1 à 15). Le mobilier autre que céramique ne constituait pas un ensemble suffisamment caractéristique pour être dessiné.

La céramique

Les formes ouvertes

36Les formes ouvertes représentent 57 % (67 individus) des formes identifiées de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker.

Profils non caractéristiques

37Les profils arrondis (62,6 % des formes ouvertes) ne constituent pas un élément de datation, tant pour les modèles de « qualité » que pour ceux issus de catégories de céramiques plus communes. Ce profil est présent dans les ensembles du BF IIIb et perdure pendant tout le premier Âge du Fer.

38Signalons le profil ouvert d’un vase à cordon (pl. 11, n° 2) dont les seuls équivalents connus en Alsace proviennent de Kienheim (Bas-Rhin ; Derville, 1953, pl. 1, fig. 2) daté du Ha D1, de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig, Legendre, 1990, fig. 4, n° 16), daté du Ha D2-D3 et de la banlieue sud de Colmar (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1970, pl. 10, n° 1), du Ha D1. Les modèles de Kienheim (Bas-Rhin) et de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin) se différencient de celui de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker par un bord moins haut, leur lèvre arrondie et l’absence de décor d’impressions digitées sur le haut de celle-ci. Le parallèle le plus probant se fait toutefois avec les formes présentes à En Chaplix (Avenches), en Suisse occidentale (Doiteau, 1992, p. 318, fig. 4, n° 6 ; p. 319, fig. 5, n° 13). Ce site est daté de la deuxième moitié du viiie siècle av. J.-C. L’un des modèles de vase à cordons à profil ouvert de En Chaplix présente un décor de deux cordons superposés (Doiteau, 1992, p. 318, fig. 5, n° 15) que l’on trouve sur un individu à profil fermé de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 14, n° 1). Le fragment provenant du Hohlandsberg, « Linsenbrunnen II » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1985, fig. 23, nos 16 C et 14 D) semble constituer pour le moment le seul autre exemple de ce type de décor en Alsace.

Profils anciens

39Le profil tronconique (8,9 % des formes ouvertes) se distingue ici par un individu tronconique à degrés concaves qui se rattache directement aux formes du Bronze final (pl. 8, n° 1). Ce profil est présent au Hohlandsberg, « Linsenbrunnen II » (Haut-Rhin ; Bonnet, 1974, fig. 5), à Ensisheim Ratfeld (Haut-Rhin ; Mombert-Rohmer, 1993, pl. 19, n° 5) daté du Bronze final IIIa, et sur un exemplaire décoré de Colmar, les « terrasses du Diaconat » (Mombert-Rohmer, 1993, pl. 10, n° 1) également de la même période.

40Les autres exemplaires à profil tronconique (pl. 10, nos 5 et 6) sont façonnés dans une pâte grossière et sont pourvus d’encoches. Ce type de récipient à fond plat se retrouve notamment à Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin), daté du BF IIIa (Bonnet et alii, 1990, fig. 20, n° 20).

Profils évolutifs

41Le profil à marli (2,9 % des formes ouvertes) regroupe deux modèles différents qui appartiennent aux catégories de céramiques de « qualité ». L’un, dont seul le bord est conservé, est peint en rouge sur la surface interne (pl. 7, n° 10). Ce modèle se rapproche de celui de Gundolsheim n° 1 (Haut-Rhin ; Bonnet, Jehl, 1960, fig. 6, n° B) également peint en rouge et décoré de motifs réalisés au graphite ou à la peinture noire. L’état fragmentaire de cet individu ne permet pas d’autres comparaisons. Le second exemplaire se distingue par un profil externe arrondi et un marli légèrement convexe déterminé par un épaississement au niveau de l’arête interne (pl. 1, n° 8). Si les récipients à marli connaissent de nombreuses variantes dont la typo-chronologie n’est pas encore établie, ce type se caractérise toutefois par une nette ascendance des formes du Bronze final. Il est présent notamment à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 46, n° 17 ; fig. 47, n° 12 ; fig. 62, n° 20). Au Ha C, il est uniquement présent à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 16), ce qui autorise à le considérer comme un référentiel des ensembles du début de cette période.

42Le profil à lèvre éversée (8,9 % des formes ouvertes) apparaît au BF IIIb et perdure au moins jusqu’au Hallstatt D1. Ce modèle se distingue des formes courantes du Bronze final à lèvre biseautée et éversée qu’on retrouve notamment au Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin ; Adam, Lasserre, 2001, fig. 5, Str. 1) ou encore de celles à rebord (ou à petit marli) également présentes sur ce site (Ibidem, 2001, fig. 5, Str. 1 ; fig. 6, Str. 2). Ces différents modèles, caractérisés par l’arête interne du biseautage ou du petit rebord, s’observent encore dans les ensembles du début du Ha C comme à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 15). Celui à lèvre éversée se différencie par l’absence de rupture du profil, comme à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 2, nos 7 et 8) où il est également représenté par des modèles à pâte fine de petites dimensions (pl. 2, nos 9 et 10) et par deux exemplaires graphités (pl. 6, nos 8 et 9).

43Le profil à bord haut et vertical (2,9 % des formes ouvertes) comprend deux individus dont l’un est graphité (pl. 6, n° 2) et peut être rapproché de celui de Houssen « Cora » (pl. 17, n° 1). Il se distingue cependant par une carène plus marquée.

44Le deuxième exemplaire à rebord plat (pl. 14, n° 4) se caractérise par le profil de la lèvre aplatie à bourrelet externe qui le rattache encore nettement aux formes du BF IIIb. Il trouve un bon terme de comparaison à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 27, n° 1).

Profils novateurs

45Le profil à bord sinueux (5,9 % des formes ouvertes) appartient aux formes novatrices du Hallstatt ancien. Pour le moment aucun ensemble du BF IIIb ne présente clairement de profil à bord sinueux tel qu’on peut l’observer à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Les deux exemplaires de l’ensemble du Burgberg à Burkheim en Allemagne (Dehn, Grimmer-Dehn, 1995, fig. 4, n° 35 ; fig. 5, n° 43), datés de l’extrême fin du Bronze final ou du début du Ha C et caractérisés par une sinuosité très discrète, correspondent certainement à la forme la plus ancienne de ce type.

46Les exemplaires planche 6, nos 6 et 7 de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker présentent une des formes les plus courantes du Ha C : la sinuosité s’inscrit sur un bord haut et vertical surmontant une carène basse. On la retrouve dans l’ensemble de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin), daté du début du Ha C (Lasserre, 1993, pl. 18, 19, 23). Cette variante du profil à bord sinueux semble perdurer jusqu’au Ha D1. On l’observe notamment sur deux exemplaires du mobilier funéraire de la tombe 5 de Colmar-Nord (Haut-Rhin ; Bonnet, 1972, fig. 7, nos 6 et 7), attribuable à la fin du Ha C ou au Ha D1.

47L’exemplaire planche 2, n° 1 présente les mêmes caractéristiques que les précédents mais de manière plus ténue. Un parallèle peut être fait avec un individu présent à Gundolsheim n° 1 (Haut-Rhin ; Bonnet, Jehl, 1960, fig. 3).

48Un autre exemplaire (pl. 6, n° 5) constitue une variante avec une sinuosité moins marquée sur un bord légèrement divergent. Ce modèle s’observe également dans l’ensemble de Colmar sud, « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990, fig. 16, nos 9, 12 et 25), daté par les auteurs au Ha D1.

49Les profils à carène haute et bord court vertical (2,9 % des formes ouvertes) sont représentés par deux individus polis (pl. 1, nos 9 et 10). Ce profil est absent des ensembles régionaux du BF IIIb et ne connaît d’équivalences régionales au Ha C que dans l’ensemble de Houssen « Cora » (pl. 19, nos 6 et 10 ; pl. 26, n° 7). Ces parallèles se distinguent dans leur majorité par un profil plus segmenté que ceux de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Hors Alsace, d’autres rapprochements probants peuvent être faits avec certains individus d’ensembles funéraires du nord de la Suisse. La tombe 8 de la nécropole d’Ossingen, datée du BF IIIb, fournit l’exemple le plus ancien. Cet exemplaire graphité est assez proche de la forme illustrée sur la planche 1, n° 10, avec cependant un fond plus étroit (Ruoff, 1974, pl. 4, n° 7). Le « couvercle » du vase ossuaire de la sépulture 6 à incinération provenant de Schaffhausen-Wolfsbuck (Suisse ; Lüscher, 1993, Taf. 70, n° 629) constitue un terme de référence du Ha C au deuxième exemplaire de ce type de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 1, n° 9).

50Les profils segmentés (4,4 % des formes ouvertes) se distinguent par une carène généralement basse et un bord oblique. Les trois exemplaires présents ici sont de facture soignée (pâte fine et surfaces polies ou/et graphitées) (pl. 2, nos 5 et 6 ; pl. 6, n° 21). Si au moins trois d’entre eux présentent une segmentation très nette de la carène, les exemplaires que fournit l’ensemble de Houssen « Cora », daté du milieu du Ha C (pl. 20, nos 14, 16 et 17), possèdent un profil moins marqué. Au Ha D1 on retrouve toutefois des profils plus nettement marqués dans l’ensemble de Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Blanc, 1994, pl. 25, nos 1 et 9). Si ce profil est attesté au Ha C et D1, on observera son absence dans les ensembles du BF IIIb. Le seul exemplaire du Ha D2-D3 qui se distingue de ceux des phases précédentes par un bord vertical, se trouve à Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig, Legendre, 1990, fig. 3, n° 24).

Les formes fermées

51Les formes fermées représentent 40 % (48 individus) des formes identifiées. Le profil de quatre individus à formes fermées n’a pas pu être déterminé.

Profils anciens

52Les vases à cordon (pl. 11, n° 3 ; pl. 13, n° 1) comportent les seuls exemples de forme fermée à col éversé (4,1 %) au diamètre d’ouverture supérieur à celui de la panse. Ce type de profil à panse légèrement renflée surmontée d’une faible constriction et d’un bord éversé relève du répertoire morphologique du Bronze final. On peut notamment le rapprocher d’un exemplaire de Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 52, n° 3) ou d’un autre provenant de la fosse du BF IIIa de Colmar sud, « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990, fig. 20, n° 1).

Profils évolutifs

53Les profils à haut col oblique constituent le second groupe majoritaire, après le col oblique, avec un peu plus de 29,1 % des formes fermées. Ce type est réparti à valeur à peu près égale dans la céramique lissée/polie et graphitée. Aucun profil complet n’a pu être reconstitué mais les diamètres d’ouverture variant de 80 à 270 mm suggèrent des récipients de dimensions très diverses.

54L’absence de fragments de panse ou de col identifiables aux modèles à col en forme de quille dans l’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker autorise à attribuer l’ensemble de ces encolures aux profils à haut col oblique. Ce profil comprend également quelques exemplaires à cordon (pl. 12, nos 2 et 3).

55On observe l’existence de deux profils distincts de haut col oblique. L’un possède une panse renflée sans épaulement. La jonction entre le col et le haut de la panse peut être segmentée (pl. 1, nos 6 et 7 ; pl. 6, n° 11) ou sans aucune rupture angulaire. C’est le cas du fragment de panse (pl. 5, n° 1) qui illustre sans doute une forme évolutive des profils bi-coniques du Bronze final.

56Le second profil se caractérise par un épaulement haut (pl. 1, n° 3) qui se retrouve au Burgberg à Burkheim, en Allemagne (Dehn, Grimmer-Dehn, 1995, pl. 2, n° 8), daté de la transition Bronze final-Ha C, ou encore à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 2, n° 16) du début du Ha C. On notera toutefois pour ces exemples, le profil anguleux de la jonction du col et de l’épaulement qui se distingue de celui, plus « mou », de notre modèle.

57Signalons également un bord haut (pl. 1, n° 4) pourvu d’une perforation et d’une amorce d’anse qui a été rabotée et dont le profil peut être rapproché de la cruche trouvée dans la structure 16 du tumulus 6 d’Obenheim « Taspelmatt » (Bas-Rhin ; Lasserre, Mombert, 1993, fig. 3, n° 16). La typologie de cet exemplaire est issue des productions du Bronze final. Si sa présence est attestée jusqu’au Ha D1, il semblerait qu’une large représentation de ce modèle constitue une caractéristique des ensembles de la première moitié du Hallstatt ancien. L’ensemble de Houssen « Cora », qui appartiendrait plutôt à une phase moyenne et au début de la deuxième moitié du Ha C, ne comporte aucun exemplaire attesté de ce type.

58Les profils à col oblique constituent le groupe majoritaire avec 41,6 % des formes fermées. Ce profil se distingue par une évolution caractéristique qui débute au Bronze final. Les profils de cette phase (BF IIIb) se répartissent en deux types principaux :

59– type 1 : pour un diamètre d’ouverture sensiblement égal à celui de la panse, le profil de cette dernière est de forme ovoïde sans épaulement distinct ; ce type est illustré ici par plusieurs exemplaires (pl. 1, n° 1 ; pl. 6, n° 1) ;

60– type 2 : pour un diamètre d’ouverture inférieur à celui de la panse, le profil de cette dernière se caractérise par un renflement marqué (pl. 9, n° 1) et une absence d’épaulement. Ce type s’observe également sur certains modèles à haut col oblique (pl. 5, n° 1).

61Si ces proportions se perpétuent au Ha C, un troisième type (type 3) à profil à épaulement haut et large avec un diamètre d’ouverture inférieur à celui de la panse (constriction de l’encolure) tend à se généraliser au cours de cette période. Cette tendance s’amorce au BF IIIb et s’observe notamment à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 64, n° 6) ou au Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin ; Adam, Lasserre, 2001, fig. 6, Str. 14). À Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, si la majorité des formes à col oblique résultent encore largement des proportions du Bronze final (pl. 1, n° 1, pl. 6, n° 1 ; pl. 7, n° 5), les caractéristiques du type à épaulement haut se manifestent principalement parmi la céramique de qualité : certains exemplaires peints en rouge (pl. 7, nos 2, 3, 4, 6), notamment, se distinguent par un épaulement haut. Dans ce groupe, on observe, sur au moins quatre exemplaires (pl. 7, nos 3, 4, 6), une tendance à la constriction du diamètre d’ouverture par rapport à celui de la panse. Ce type de profil du début du Ha C annonce l’épaulement large et haut ainsi que la constriction de l’encolure des formes du milieu Ha C, bien illustrés par les exemplaires de Houssen « Cora » (pl. 21, nos 1 et 2 ; pl. 24, n° 5 ; pl. 25, n° 1).

62Si le profil à col vertical ou sub-vertical (8,3 % des formes fermées) est connu dès le BF IIIb à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin) sur un exemplaire à pâte semi-fine (Le Meur, Treffort, 2000, fig. 45, n° 3), les trois profils de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker sont des vases à cordon à pâte grossière (pl. 13, n° 2 ; pl. 14, n° 1).

63Le profil sinueux rentrant (10,4 % des formes fermées) est représenté par six individus (pl. 1, n° 2 ; pl. 7, n° 7 ; pl. 9, nos 2 et 6 ; pl. 11, n° 1 ; pl. 12, n° 1). Ces exemplaires se caractérisent par l’absence de segmentation entre la panse et le bord. Trois d’entre eux (pl. 1, n° 2 ; pl. 9, nos 2 et 6) s’identifient bien aux productions du début du Ha C comme le montre l’ensemble de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 49 ; fig. 50 ; fig. 51 ; fig. 52 ; fig. 56).

64Parmi eux, un exemplaire se distingue par un profil trapu (pl. 9, n° 6) et un bord pourvu d’un méplat interne. Ce caractère typique du Bronze final s’observe sur des récipients hauts de Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 42, n° 13), à Colmar « Route de Rouffach » (Bonnet et alii, 1990, fig. 20, n° 15) ou encore au Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin ; Adam, Lasserre, 2001, fig. 7, Str. 6 et Str. 15). Il perdure pendant toute la première moitié du Ha C sur différents types de formes à encolure. On le retrouve à Houssen « Cora » sur trois formes basses à profil sinueux (pl. 25, n° 3 ; pl. 27, n° 2 ; pl. 32, n° 12) et sur des exemplaires à encolure (pl. 25, n° 5) dont un possède un méplat concave. Ce caractère s’observe également à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker sur deux formes à encolure (pl. 6, n° 1) dont une possède aussi un méplat concave (pl. 7, n° 4).

65Deux exemplaires à profil sinueux (pl. 11, n° 1 ; pl. 12, n° 1) sont des vases à cordon que l’on peut rapprocher des exemplaires de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 74 ; fig. 75).

66Un exemplaire peint en rouge (pl. 7, n° 7) possède un profil inédit qui ne connaît aucun élément de comparaison. Son profil à bord sinueux rentrant le rapproche de certaines formes du Hallstatt final comme à Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig, Legendre, 1990, fig. 7, nos 5 et 9). On observera que cette forme inhabituelle correspond à une céramique de qualité.

Profils novateurs

67Le profil à bord rentrant (2 % des formes fermées) est illustré par un exemplaire à panse globuleuse peint en rouge (pl. 7, n° 1) et col graphité dont le profil est très proche de celui présent à Houssen « Cora » (pl. 24, n° 4). L’urne polie de la sépulture 14, IX de Koenigsbruck (Bas-Rhin), associée à un rasoir en forme de croissant (Schaeffer, 1979, fig. 36, n° C), représente la forme la plus proche de ce modèle. Ce type de rasoir est présent à Hemishofen en Suisse occidentale (Lüscher, 1993), daté de la seconde moitié du Ha C, mais aussi dans des sépultures du Wurtemberg de la même période. Lauffen « Hohfeld » (Menzel, 1996, fig. 7, nos 1, 2) en Allemagne, daté du Ha C, présente deux modèles à bord rentrant mais sans traitement particulier de surface. Aucun exemplaire à bord rentrant attribuable au BF IIIb n’est pour le moment connu. Ce profil constitue certainement un fossile directeur du Ha C.

Les fonds

68Sur 97 fragments, 35 bords différents ont pu être identifiés. Les fonds plats constituent la majorité et correspondent pour une grande part à la catégorie des céramiques grossières (pl. 9, n° 12 ; pl. 10, n° 6 ; pl. 15, nos 3, 4, 5, 6, 7 et 8). Deux types caractérisent certains individus lissés ou polis : le profil à intérieur convexe et extérieur concave (pl. 15, n° 2) et celui à intérieur convexe et extérieur plat (pl. 1, n° 10). Les fonds ombiliqués appartiennent uniquement à des modèles graphités de petites dimensions (pl. 6, nos 22, 23). Ces différents modèles sont communs à tout le Ha C et ne fournissent aucune indication typo-chronologique.

Le décor (fig. 7 et 8)

Le décor chromatique

69Il comprend l’application de graphite (noir brillant) et/ou de peinture rouge constituée de pigments ferreux (hématite). Les modèles peints correspondent tous à des céramiques fines à semi-fines. L’adjonction de peinture rouge et/ou de graphite couvre, pour les formes fermées, la surface externe et quelquefois l’intérieur de l’encolure. Les formes ouvertes sont toutes peintes ou graphitées sur la surface interne et majoritairement sur la surface externe.

Le décor plastique

70Le décor plastique comprend trois modes décoratifs principaux : l’estampage, l’incision et l’impression. Ces différentes techniques sont utilisées dans toutes les catégories de céramiques (fine, semi-fine et grossière). Secondairement l’adjonction de cordons le plus souvent digités concerne uniquement des céramiques à pâte grossière, en très grande majorité des formes fermées. De même, le modelage d’encoches, si cette intervention peut être considérée comme un décor, se retrouve sur de formes ouvertes à pâte grossière ou semi-fine.

71La céramique graphitée de forme ouverte ou fermée ne comporte aucune association avec un décor plastique. Seule la céramique peinte en rouge présente des associations de peinture noire ou de décor plastique, mais uniquement dans le cas de formes fermées.

72L’application de pâte blanche dans le creux de motifs estampés et incisés constitue une quatrième intervention plastique à effet chromatique. Ce mode décoratif n’est attesté que sur un seul récipient de forme ouverte.

Le décor chromatique des formes ouvertes

73Les seuls exemplaires peints de forme ouverte sont au nombre de deux : une jatte à profil arrondi et une assiette à marli (pl. 7, nos 9, 10). Tous les deux présentent un revêtement peint en rouge uniquement sur la surface interne. L’absence de peinture rouge sur la surface externe ne semble pas due à une quelconque usure.

74À l’exception d’une jatte à profil arrondi (pl. 6, n° 3) qui ne comporte du graphite que sur sa surface interne, l’application de graphite couvre les surfaces internes et externes.

75Ainsi les formes ouvertes de qualité de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker se caractérisent par une application monochrome de graphite ou de peinture rouge. On notera dans ces cas, l’absence de toute autre intervention décorative (peinte ou plastique).

Le décor plastique des formes ouvertes

76L’estampage et l’incision sont illustrés ici par un exemple richement décoré (pl. 8, n° 1). Le profil tronconique à degrés internes concaves se rattache directement aux formes du Bronze final. Le décor est constitué de motifs estampés : impressions carrées, triangulaires et doubles ou triples cercles concentriques. Ils constituent les éléments de remplissage de compartiments circonscrits par des incisions simples, doubles ou triples, formant sur le premier degré, en partant du haut, des chevrons et des losanges. Le degré médian, en plus de ces motifs, possède des incisions verticales groupées par trois, interrompant régulièrement la frise de chevrons. Le troisième degré, sans aucun décor, est uniquement lustré. Le fond, incomplet, est décoré d’impressions triangulaires et d’un double cercle concentrique. Le mode décoratif se caractérise par une tendance au remplissage des espaces déterminés par les motifs estampés et incisés. Ici seuls quelques compartiments ont été laissés vierges d’estampages. Aucune trace d’adjonction de peinture n’y a été décelée. Le remplissage des motifs en creux d’une pâte blanche constitue la seule intervention chromatique visible.

Fig. 7. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Répertoire décoratif des formes ouvertes.

Fig. 7. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Répertoire décoratif des formes ouvertes.

Fig. 8. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Répertoire décoratif des formes fermées.

Fig. 8. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Répertoire décoratif des formes fermées.

77Ces motifs appartiennent au répertoire décoratif du Hallstatt ancien (Ha C) commun à une zone comprenant grosso modo, le nord de la Suisse, le sud de l’Allemagne et l’est de la France. Ces productions céramiques au décor caractéristique sont généralement identifiées au type « Alb Hegau » ou « Alb Salem » (Keller, 1937)

78L’Alsace présente de nombreux exemples du Ha C comportant ces différents motifs tant pour les formes ouvertes que fermées. Citons notamment l’urne à ressauts du tumulus 3, sépulture 5 d’Obenheim « Taspelmatt » (Bas-Rhin ; Lasserre, Mombert, 1993, fig. 6, n° 4) pour les impressions circulaires et carrés, l’urne d’Appenwihr III (Bonnet, Jehl, 1958, fig. 11) ou celle de la banlieue sud de Colmar, parcelle 4-5 (Jehl, Bonnet, 1970, pl. IX, n° 4), pour les cercles concentriques. Parmi les formes ouvertes comportant un ou plusieurs de ces motifs décoratifs sur la surface interne : Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 11, nos 2, 3) ou Gundolsheim n° 1 (Haut-Rhin ; Bonnet, Jehl, 1960, fig. 7) pour les motifs circulaires, carrés ou triangulaires, et Marlenheim (Plouin, 1983, pl. 4, n° 1) pour les cercles concentriques. On observera la tendance au remplissage commune à tous ces exemples ainsi que l’emploi régulier de pâte blanche pour le remplissage des estampages en creux.

79L’intervention décorative majeure sur les formes ouvertes est pratiquée sur le haut de la lèvre sous forme d’incisions ou d’impressions digitées. Ce décor n’est pratiqué que sur des jattes à pâte grossière ou semi-fine et n’intervient pas sur des récipients à pâte fine. On notera sur certains exemplaires (pl. 9, nos 10, 11, 12), l’association de ce décor avec l’encoche, intervention par modelage qui relèverait moins du décoratif que du fonctionnel.

Le décor chromatique des formes fermées

80La céramique graphitée monochrome constitue moins de 18 % des formes fermées. La céramique peinte en rouge est représentée par sept individus, soit 13 % des formes fermées, parmi lesquels trois individus portent un décor polychrome (peinture rouge et noire). On distingue pour ce type de décor, deux modes différents. Le premier consiste en une application de peinture noire sur l’encolure ayant pour effet un jeu de contraste entre la panse peinte en rouge et le noir du col (pl. 7, n° 5). Le second en un tracé de motifs linéaires géométriques peint en noir sur le fond rouge (pl. 7, nos 1 et 6). Le premier mode se retrouve sur quelques exemples régionaux comme à Houssen « Cora » (pl. 24, nos 3, 4), à Kœnigsbruck (Bas-Rhin ; Schaeffer, 1979, fig. 43, n° b ; fig. 44, n° d), à Kesseldorf (Bas-Rhin ; Plouin, 1983, pl. 2, n° 6) ou à Seltz Eichelgarten, tumulus 11 (Bas-Rhin ; Gitta, 1989, fig. 5, n° 5).

81Les motifs linéaires géométriques du second mode décoratif appartiennent au répertoire décoratif des productions de type « Alb Hegau ». L’urne à bord rentrant possède sur le haut de la panse une frise de quatre zigzags anguleux superposés (pl. 7, n° 1). Ce motif, présent dès le Bronze final sous forme d’incisions, constitue une variante d’un motif de base : le chevron. En Alsace, le zigzag superposé est fortement présent sur les décors plastiques des productions du Ha C. Il constitue l’élément principal du décor de l’urne de Maegstub (Schaeffer, 1979, fig. 119, p. 137), de celui de la banlieue sud de Colmar, parcelle 10 (Jehl, Bonnet, 1970, pl. V, n° 9) et est présent plus implicitement sur le décor en frise d’une urne du même site, parcelle 4-5 (Ibidem, pl. IX, n° 4). Le traitement chromatique fournit quelques exemples régionaux, notamment un fragment de panse du site de Rosheim « Bischenabwand » (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995, fig. 8, n° 4) que l’on situe chronologiquement à une phase précoce du Ha C ou encore à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 39, n° 2).

82Le décor de l’urne pl. 7, n° 6, est également organisé en frise qui se développe sur toute la hauteur de la panse. Il est constitué de losanges adjacents, chacun complété à l’intérieur par un losange plus petit. Le décor est limité sur le haut par deux bandes graphitées. L’angle formé par deux losanges adjacents et la bande inférieure est orné d’un chevron. L’ensemble du décor linéaire est constitué par des bandes graphitées de même largeur. Aucun remplissage peint n’a été décelé, les motifs sont délimités par des lignes parallèles. Ce décor est à ce jour unique en Alsace mais correspond plus largement à un élément important et fréquent du répertoire décoratif dans l’aire culturelle « Alb Hegau ». On l’observe tant sur les décors à traitement chromatique que sur ceux à traitement plastique, à la différence que dans ce dernier cas, il est généralement complété par des motifs de « remplissage », incisés ou estampillés comme par exemple à Mindelheim dans le sud Wurtemberg (Allemagne ; Kossack, 1959, pl. 26, nos 1, 3, 7) ou à Hemishofen en Suisse (Ruoff, 1974, fig. 11). La tombe 11 de Mindelheim fournit également un exemplaire peint (Kossack, 1959, pl. 27, n° 8) mais on remarquera ici et pour la plupart des autres exemples, que le losange interne est souvent doublé ou triplé comme également à Gufflhamm (Kossack, 1959, pl. 117, n° 9) ou à Burgweinting (Ldkr. Regensburg) (Ibidem, 1959, pl. 140, n° 6), dans le sud du Wurtemberg (Allemagne). On note encore pour ces exemples, l’absence de bandes graphitées ou peintes en noir sur le haut du décor. Une urne de Schaffhausen « Gaisberg » en Suisse (Lüscher, 1993, pl. 67, n° 603) possède un décor semblable mais dépourvu de chevrons.

Le décor plastique des formes fermées

83Le décor d’impressions ponctuelles de forme circulaire, linéaire ou triangulaire constitue l’élément majoritaire de la palette décorative de l’intervention plastique des formes fermées. Il se localise en premier lieu sous forme d’alignement ou regroupé par paires sur la zone de jonction de la panse et du col des vases à encolure ou dans le renfoncement entre le bord et la panse des profils sinueux. L’alignement d’impressions circulaires constitue l’essentiel du décor plastique des céramiques peintes en rouge. Ces impressions sont disposées régulièrement et leur diamètre n’excède pas 2 mm. Trois urnes en sont pourvues (pl. 7, nos 2, 3, 4). Le pot (pl. 7, n° 7) possède un double alignement d’impressions circulaires sur le haut de la panse. Ce décor est présent dès le Bronze final au Hohlandsberg, « Linsenbrunnen II » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1985, fig. 19, n° 48 ; fig. 25, n° 9 E) et perdure au Ha C comme à Gundolsheim n° 1 (Haut-Rhin ; Bonnet, Jehl, 1960, fig. 3). Le simple alignement d’impressions circulaires est encore illustré sur le bord fragmenté d’une urne à col oblique (pl. 9, n° 9). L’impression triangulaire n’est présente que sur un exemple à pâte grossière (pl. 9, n° 6). On trouve, également de manière ponctuelle, des entailles obliques et fines (pl. 9, n° 7) ou des impressions grossièrement exécutées sur des céramiques à pâte grossière (pl. 9, n° 8).

84Un décor inédit orne quatre exemplaires au lissage soigné (pl. 9, nos 1, 2, 3, 4) ainsi qu’une jatte à bord haut et vertical (pl. 14, n° 4) de facture grossière. Il est formé de deux entailles divergentes vers le bas et régulièrement disposées sur le haut de la panse, à proximité de la jonction col-panse. Aucun modèle de comparaison n’a pu être trouvé. Il est possible que ce type de décor ainsi que sa disposition constitue une caractéristique décorative du Ha C.

85Si ce type de décor ne fournit pas de critère de datation probant, on peut toutefois observer que les alignements, à la jonction col-panse, d’impressions circulaires digitées ou celles disposées en arêtes de poisson (chevrons couchés), très courants au Bronze final, ne figurent pas à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker ni dans aucun autre ensemble du Ha C.

86L’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker comporte un nombre important de vases à cordon qui, excepté certains profils caractéristiques, ne constituent pas non plus d’indices chronologiques, étant donné que leur champ d’utilisation s’étend au moins du Bronze final au Hallstatt D1, le décor de ces cordons ne variant pas. L’impression digitée sur le cordon constitue l’intervention la plus fréquente (pl. 12, nos 1 à 5 ; pl. 13, nos 1, 2 ; pl. 14, nos 1 à 3) mais le cordon peut également être lissé (pl. 13, n° 3) ou décoré à l’aide d’un outil de manière à former des dentures (pl. 12, n° 6). Signalons également le double cordon à impressions digitées (pl. 14, n° 1) qui trouve un parallèle dès le Bronze final au Hohlandsberg, « Linsenbrunnen II » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1985, fig. 23, n° 16 C ; fig. 24, n° 14 E), à la différence que ces derniers sont décorés d’impressions linéaires obliques. Le double cordon est également présent sur le site d’En Chaplix en Suisse occidentale et décoré d’impressions digitées (Doiteau, 1992, fig. 4, n° 6 ; fig. 5, n° 15). Ce site est placé chronologiquement dans la première moitié du Ha C. Le double cordon superposé pourrait constituer une caractéristique d’une fourchette chronologique comprenant le BF IIIb et la première moitié du Ha C.

87Pour l’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, la lèvre constitue la seconde zone d’intervention décorative plastique la plus importante. Elle est dans tous les cas associée à un décor d’impressions linéaires divergentes (pl. 9, n° 4) ou à un cordon décoré (pl. 11, nos 1, 3, 4 ; pl. 12, nos 1 à 3 ; pl. 13, nos 2, 3). L’intervention décorative consiste en une série d’impressions digitées ou linéaires obliques.

88On soulignera, pour l’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, l’absence d’intervention plastique sur la céramique graphitée.

Essai de datation

89L’analyse typo-morphologique de l’ensemble céramique de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker a permis de mettre en évidence certaines caractéristiques correspondant aux premières phases du Ha C, avec des réminiscences de la période précédente (Bronze final) encore clairement identifiables et coexistant avec les éléments novateurs du début du premier Âge du Fer.

90Les profils arrondis ne fournissent pas de critères de datation parce que présents au moins dès le BF IIIb et pendant tout le Hallstatt ancien, sans aucune caractéristique évolutive (pl. 3, 4 et pl. 5, nos 2 à 9).

91Les caractères du Bronze final sont particulièrement visibles sur les profils fermés (pl. 7, nos 2 à 7). On distingue principalement les formes à panse ovoïde ou renflée décrites plus haut et qui regroupent la majorité des urnes à col oblique. En d’autres termes, ces formes se distinguent par un point de tangence verticale externe (Balfet et alii, 1989, p. 27) situé dans une partie médiane de la hauteur de la panse.

92La présence de méplat sur la surface interne des formes fermées à col constitue un autre trait de continuité du Bronze final (pl. 9, n° 6). Ce caractère semble constituer un élément de référence pour les ensembles de la première moitié du Ha C.

93Le profil tronconique est une forme de tradition Bronze final mais reste présent dans les ensembles du début du Ha C et apparaît ponctuellement pendant toute cette période. La jatte tronconique à degrés concaves constitue par son profil un « archaïsme » du Bronze final mais son décor d’impressions est caractéristique des productions du Hallstatt ancien de tradition de « Alb Hegau ». Cet exemple illustre une certaine continuité « culturelle » entre le Bronze final et le Ha C (pl. 8, n° 1).

94Les éléments évolutifs témoignent également d’une continuité culturelle. Le modèle à lèvre éversée trouve déjà de discrètes tentatives à la fin du Bronze final et tend, au début du Ha C, vers un profil plus sinueux par une lèvre déjetée, soulignée par un léger renfoncement sur la surface externe.

95Les aspects novateurs se manifestent à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker sur des céramiques de qualité et plus particulièrement sur la céramique peinte. Pour les formes fermées, on observe ainsi que le point de tangence vertical externe tend à se situer dans la partie supérieure de la hauteur de la panse. L’épaulement se distingue plus nettement et la constriction du col s’accentue (pl. 1, n° 3 ; pl. 7, nos 2 à 4). Cette évolution se manifeste surtout sur des profils non segmentés, sans rupture entre le col et la panse. Ils illustrent une première phase évolutive qui se développe vers des formes plus segmentées à épaulement haut.

96Le profil à bord sinueux, absent des ensembles du Bronze final, constitue un caractère novateur important dans la catégorie des formes ouvertes. Ce profil ne s’observe que sur des récipients de qualité à pâte fine ou semi-fine (pl. 6, nos 5 à 7).

97Les éléments décoratifs de l’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker ne constituent pas une source de critères chronologiques précis. La jonction col-panse des formes fermées reste une zone privilégiée des décors d’impressions. On notera l’utilisation exclusive d’impressions circulaires soignées pour le décor plastique de certaines urnes à col oblique peintes en rouge (pl. 7, nos 2 à 4). Les impressions triangulaires ou linéaires sont appliquées uniquement sur des céramiques à pâte commune ou grossière. Aucune intervention plastique n’a été décelée sur la panse des formes fermées.

98L’application de graphite et de peinture rouge ou noire, technique couramment utilisée dès la fin du BF IIIb, constitue l’essentiel du décor des céramiques soignées. Les motifs peints (losanges adjacents ou croix de Saint-André, chevrons superposés) des formes fermées ainsi que ceux estampés (impressions carrées, circulaires, triangulaires, cercles concentriques estampillés) de la jatte à profil tronconique à degrés (pl. 8, n° 1) appartiennent au répertoire décoratif des productions céramiques de l’aire culturelle « Alb Hegau ».

99Ces différentes observations nous permettent de situer l’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker dans la première moitié du Ha C. On peut considérer cette fourchette chronologique comme une phase de transition : certains caractères de la période précédente (Bronze final) perdurent en grande majorité au sein de la céramique semi-fine et grossière. La céramique de qualité est sujette aux innovations et aux transformations qui annoncent certaines formes du Ha C, telle l’urne à épaulement ou à col quille de Houssen « Cora » (pl. 24, nos 1, 2 ou 5). La découverte d’autres grands ensembles appartenant à cette première phase permettra sans doute un calage plus précis en affinant la typo-morphologie. Le site de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin) constitue dans ce sens un ensemble important que l’on peut situer dans la même phase chronologique que Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Ils possèdent un certain nombre de caractéristiques communes, comme la présence importante d’urnes à haut col oblique ou de vases à cordon. L’ensemble de Lingolsheim (Bas-Rhin) serait toutefois plus récent que celui de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, par l’existence, notamment, du profil à col oblique et épaulement haut qui autorise à rapprocher chronologiquement l’ensemble de Lingolsheim de celui de Houssen « Cora ».

Le mobilier des fosses 1014 et 1015 de Houssen « Cora » (S. Mentele)

100La céramique issue des fosses 1014 et 1015 forme un ensemble homogène en raison de la présence de fragments de mêmes individus dans chaque fosse.

101La fosse 1014 a fourni moins d’un tiers de la totalité des tessons, soit 699 tessons pour 7,140 kg. La fosse 1015 comportait 1361 tessons pour 44 kg. La différence de proportion entre le nombre de tessons et le poids des deux ensembles est liée à une plus importante fragmentation du mobilier de la fosse 1014.

102Les deux fosses ont également livré 7,84 kg de vestiges divers liés aux activités d’un établissement rural de l’Âge du Fer (fragments architectoniques en terre cuite, d’ossements fauniques, fragments de meule, fusaïoles, pesons et anneaux en terre cuite, lissoir) ainsi que quelques éléments de parure en bronze et en lignite.

103Les individus de la fosse 1014 ne présentant aucun collage avec les fragments de la fosse 1015 ont été réunis sur la planche 32 ; deux objets autres que céramiques y sont figurés.

104Dans cet ensemble, 180 individus minimum ont été identifiés. 150 d’entre eux ainsi que le mobilier autre que céramique sont figurés sur 17 planches (planches 16 à 32).

La céramique

Les formes ouvertes

105Les formes ouvertes constituent 66 % de la totalité des bords identifiés.

Les profils non caractéristiques

106Si les profils arrondis (69,1 % des formes ouvertes) ne présentent aucune caractéristique morphologique et constituent une forme pérenne de la fin de l’Âge du Bronze et du premier Âge du Fer, on peut toutefois souligner les différences des diamètres d’ouverture par catégories entre les exemplaires de Sainte-Croix-en-Plaine et ceux de Houssen « Cora ». Pour la catégorie des céramiques lissées à polies, le diamètre d’ouverture moyen des profils arrondis de Houssen « Cora » est de 293 mm contre 255 mm à Sainte-Croix-en-Plaine. La céramique grossière présente un diamètre d’ouverture moyen de 284 mm pour les exemplaires de Houssen « Cora » contre 467 mm pour ceux de Sainte-Croix-en-Plaine.

107Pour les céramiques graphitées, l’ensemble de Houssen « Cora » est représenté par un nombre important (15 individus) de récipients au diamètre d’ouverture moyen de 250 mm (pl. 20, n° 13 ; pl. 21, nos 6, 7, 10 et 11 ; pl. 22, nos 2 à 10). À Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, ce type n’est représenté que par trois individus. Les récipients de petites dimensions (coupelles) (pl. 20, nos 1 à 8 et 10) constituent également un ensemble important à Houssen « Cora », alors qu’ils sont encore peu représentés à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker.

108En l’absence d’autres ensembles de comparaison, il n’est pas possible de déterminer si ces différences relèvent d’une évolution dimensionnelle au cours du Ha C.

Les profils anciens

109Encore clairement présent à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, ainsi que dans d’autres ensembles du début du Ha C comme Rosheim Bischenabwand (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995, fig. 4 ; fig. 9, n° 1 ; fig. 10, n° 2) ou Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 42 ; fig. 43), le profil tronconique se manifeste plus discrètement à Houssen « Cora » (3,7 % des formes ouvertes) sur trois petits exemplaires (pl. 20, n° 9 ; pl. 26, n° 8 ; pl. 32, n° 21). D’autres exemples de petits récipients tronconiques se retrouvent également à Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995, fig. 14, n° 1), daté du Ha D1, au Britzgyberg à Illfurth (Haut-Rhin ; Schweitzer, 1973, pl. 5, n° 9) ou encore à Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig, Legendre, 1990, fig. 3, n° 19). Ces deux derniers sites datent du Hallstatt Final. Il semblerait, en considérant ces exemples régionaux, que le profil tronconique perdure de manière ponctuelle à partir de la seconde moitié du Ha C sous forme de récipients de petite dimension.

Les profils évolutifs

110Le profil à marli (1,8 % des formes ouvertes) est représenté par deux exemplaires graphités (pl. 22, n° 11 ; pl. 23, n° 1). Excepté le modèle à marli convexe et profil externe arrondi de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 1, n° 8) qui n’est pour le moment attesté qu’au BF IIIb et dans un ensemble du début du Ha C, le profil à marli se retrouve sans distinction du Bronze final au Ha C. Il apparaît plus ponctuellement au Ha D1 et semble disparaître au cours du Hallstatt final.

111Le profil à lèvre éversée (6,4 % des formes ouvertes) est présent par quatre exemplaires graphités (pl. 20, nos 12 et 21 ; pl. 21, nos 12 et 13). L’éversement de la lèvre reste discret sur deux exemplaires (pl. 21, nos 12 et 13) et se manifeste plus clairement sur les deux autres (pl. 20, nos 12 et 21). Comme à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, ce profil est appliqué sur des récipients à pâte fine et de faible dimension. Il semblerait que ce profil se développe au cours du Ha C et au Ha D1 vers des formes plus hautes et au profil plus marqué comme certains exemplaires du Ha D1 de Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990, fig. 16, nos 12 et 25), de Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Blanc, 1994, Taf. 25, n° 4) ou encore de Morschwiller-le-Bas Simlisberg (Haut-Rhin ; Lack et alii, 1991, pl. 4, nos 2 et 3).

112Le profil à bord haut et vertical (2,7 % des formes ouvertes) est représenté par deux exemplaires (pl. 17, nos 1 et 5). Parfois difficilement perceptible, ce profil illustre une production de récipients ouverts hauts, caractéristiques du Ha C et du début du Ha D1. S’il s’observe déjà au BF IIIb à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 38, n° 18) sous une forme encore arrondie, les exemples attestés se retrouvent au début du Ha C à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 18) ou à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 6, n° 2) et jusqu’au début du Ha D1 à Colmar « Route de Rouffach » (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1990, fig. 19, n° 33). Les formes ouvertes profondes semblent par la suite se développer vers des formes à bords convergents avec un profil segmenté ou arrondi.

Les profils novateurs

113Pour les formes ouvertes, le profil à bord sinueux (10,2 % des formes ouvertes) fournit les éléments les plus caractéristiques de la typo-chronologie du Ha C. En comparaison avec Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, la sinuosité de la majorité des modèles de Houssen « Cora » (pl. 20, nos 11, 18, 19 et 20 ; pl. 32, nos 1, 2 et 9) ne se développe plus sur toute la hauteur du bord vertical mais plutôt sous la lèvre. Ce profil s’observe déjà à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 18 et 21). En contexte funéraire, ce profil est présent dans la tombe 3 du tertre à palissade de Mussig (Bas-Rhin ; Plouin et alii, 1986, fig. 8, n° B). L’analyse dendrochronologique des pieux de bois qui constituaient cette palissade a déterminé la date d’abattage à l’année 707 av. J.-C. D’autres exemples se retrouvent également dans le mobilier des tumulus V et VI de la forêt de Seltz Eichelgarten (Bas-Rhin ; Schneider, 1981, fig. 4, nos 2 et 7 ; fig. 5, n° 7) ainsi que dans une tombe secondaire du tumulus d’Appenwihr IV (Haut-Rhin ; Bonnet et alii, 1997, fig. 8, n° 4).

114Plus généralement, ce profil s’observe également au nord de la Suisse, sur le mobilier de la nécropole d’Unterlunkhofen-Bärhau (tombes 41 et 42) (Lüscher, 1993, Taf. 14, nos 130 et 131 ; Taf. 15, n° 135), daté du deuxième quart du Ha C (750-700 av. J.-C.).

115Parallèlement, le profil à bord sinueux observé à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker se poursuit à Houssen « Cora » sur seulement deux exemplaires (pl. 21, nos 8 et 9) qui se distinguent toutefois par une carène plus haute et un bord plus court.

116La tendance à la fermeture observée sur un exemplaire à bord sinueux constitue une deuxième caractéristique. Elle se manifeste encore discrètement à Houssen « Cora » (pl. 16, n° 15) mais préfigure les profils sinueux à parois convergentes que l’on observe dans la deuxième moitié du Ha C, illustrés par le mobilier de Oggelshausen-Bruckgraben (Billamboz, Köninger, 1995, fig. 57, nos 6 et 11) dans le Bade-Wurtemberg et dont la phase d’occupation comprise entre 718 av. J.-C. et 654 av. J.-C. est attestée par dendrochronologie.

117Cette tendance s’accentue au Ha D1 comme à Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995, fig. 14, nos 9, 11 et 12), à Morschwiller-le-Bas Simlisberg (Haut-Rhin ; Lack et alii, 1991, pl. 4, n° 1) ou à Colmar sud « Route de Rouffach » (Haut-Rhin) (Bonnet et alii, 1990, fig. 18, nos 7 et 14). Cette convergence de parois des profils sinueux ne s’observe pas dans les ensembles du début du Ha C comme Rosheim Bischenabwand (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995), Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993) ou Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Ce caractère évolutif semble naître dans une phase moyenne du Ha C auquel appartient l’ensemble de Houssen « Cora ».

118Le profil à carène haute et bord court vertical (3,6 % des formes ouvertes) comporte trois exemplaires (pl. 19, nos 6 et 10 ; pl. 26, n° 7). Ce profil semble apparaître dans un contexte régional dès le début du Ha C et perdure pendant toute la période hallstattienne.

119Le profil segmenté (1,8 % des formes ouvertes) est attesté ici par trois individus graphités (pl. 20, nos 14, 16 et 17). En plus des références régionales citées pour les exemplaires de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, on peut observer qu’au Ha C et D1, ce profil se manifeste exclusivement sur des récipients de faible dimension à pâte fine et éventuellement graphités.

Les formes fermées

120Les formes fermées représentent 33,9 % du nombre total des bords identifiés. Une majorité se compose de différents modèles à col oblique ou sub-vertical que nous analyserons un peu plus loin. On note un exemplaire globuleux à bord rentrant (pl. 24, n° 4) au profil très semblable à un modèle de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 7, n° 1). Comparativement à l’ensemble de ce site, les formes fermées de Houssen « Cora » se distinguent par l’absence d’urne à haut col oblique. Le profil à col en forme de quille, représenté par deux modèles à Houssen « Cora », est par contre absent à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. On observe de manière générale un pourcentage croissant des formes fermées à pâte semi-fine.

121Aucune forme fermée de l’ensemble de Houssen « Cora » n’appartient aux catégories des profils non caractéristiques ou des profils anciens.

Les profils évolutifs

122Le profil à haut col oblique ne semble pas représenté dans l’ensemble de Houssen « Cora ». Un seul fragment pourrait éventuellement y appartenir à cette forme (pl. 32, n° 19), mais son état fragmentaire ne permet pas de l’identifier clairement à ce type. Cette différence de représentativité ne semble pas chronologiquement significative. Si ce profil est largement représenté dans les ensembles du BF IIIb et dans ceux du début du Ha C, comme à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker ou à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 96), il s’observe plus ponctuellement jusqu’au Ha D1 dans les ensembles de Morschwiller-le-Bas Simlisberg (Haut-Rhin ; Lack et alii, 1991, pl. 2, nos 1 à 6) ou de Colmar sud « Route de Rouffach » (Haut-Rhin) (Bonnet et alii, 1990, fig. 16, n° 15).

123Le profil à col oblique (61 % des formes fermées) appartient à une forme évolutive qui, dans la première moitié du Ha C, se manifeste majoritairement par deux types principaux identifiés à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker et dont on peut rappeler les caractéristiques :

  • type 1 : il possède un diamètre d’ouverture sensiblement égal à celui de la panse de forme ovoïde et sans épaulement distinct ; cette forme est représentée à Houssen « Cora » par neuf exemplaires (pl. 16, nos 3 et 4 ; pl. 21, n° 4 ; pl. 25, nos 4 et 7 ; pl. 27, n° 10 ; pl. 32, nos 5 et 14) ; le méplat interne du col de certains exemplaires (pl. 16, n° 4 ; pl. 25, n° 4) constitue un caractère du BF IIIb qu’on retrouve notamment au Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin ; Adam, Lasserre, 2001, Str. 5) ;

  • type 2 : il possède un diamètre d’ouverture inférieur à celui de la panse à profil renflé et se caractérise donc par une absence d’épaulement ; il n’est représenté ici que par un seul exemplaire (pl. 21, n° 3).

124Le troisième type (type 3), dont certaines caractéristiques ont été observées à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker sur certains modèles de qualité (pl. 7, nos 3, 4, 6 et 7), se manifeste clairement dans toutes les catégories à Houssen « Cora ». Ce modèle se distingue par un diamètre d’ouverture largement inférieur à celui de la panse et par la présence d’un épaulement situé dans le tiers supérieur de la panse (pl. 16, nos 1 et 6 ; pl. 24, nos 2 et 3 ; pl. 25, n° 1 ; pl. 27, n° 3).

125Ces caractères se manifestent de manière plus marquée sur trois exemplaires de qualité (pl. 21, n° 2 ; pl. 24, n° 5 ; pl. 25, n° 8). Ce profil est présent sur trois exemplaires du tumulus de Liesbuhl à Saint-Louis-La Chaussée (Haut-Rhin ; Plouin, 1993, fig. 3) que l’on peut attribuer à cette phase.

126Sur l’exemplaire graphité à décor incisé et imprimé (pl. 24, n° 5), l’élargissement de l’épaulement, associé à une restriction importante du diamètre de l’ouverture, génère une convergence des parois du haut de l’épaulement qui tendent à l’horizontalité. Il est probable que ce modèle est inspiré de modèle métallique. En effet, le ressaut disposé sur l’épaulement et large d’environ cinq millimètres pourrait correspondre à une reproduction d’un bourrelet de jonction des tôles métalliques qui composaient l’original.

127Plus généralement, on observe que, comme à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, les formes novatrices et abouties se manifestent en premier lieu par le biais de la vaisselle céramique de qualité. De même à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin), l’exemplaire à épaulement marqué et à parois convergentes quasi-horizontales (Lasserre, 1993, fig. 96), présentant des caractères morphologiques novateurs identiques à l’exemplaire de Houssen « Cora », appartient également à la catégorie des céramiques de qualité (graphite, décor d’incisions et d’impressions).

128Signalons la présence d’un exemplaire peint en rouge (pl. 25, n° 5) conjuguant certaines caractéristiques du type 1 (diamètre d’ouverture égal à celui de la panse) et du type 3 (épaulement haut). Ce profil est identique aux modèles « novateurs » (pl. 7, nos 3, 4, 6, 7) observés à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Le méplat interne du col constitue un caractère du BF IIIb dont on peut citer quelques exemples provenant de Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 67, n° 3 ; fig. 73, n° 20).

129Le profil à col vertical ou sub-vertical représente 16,3 % des formes fermées. Si le col sub-vertical s’observe ponctuellement au BF IIIb sur des profils à panse renflée comme à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 45, n° 3), le col vertical ne connaît pour le moment aucun exemple pour cette période. Ce profil s’observe principalement dans les ensembles du Ha C sur des modèles à épaulement haut et marqué, comme c’est le cas à Houssen « Cora » (pl. 23, n° 2 ; pl. 27, nos 4, 8 et 9). Le caractère marqué de l’épaulement constitue un élément novateur du début du Ha C déjà observé pour le profil à col oblique. L’exemplaire de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, pl. 32) constitue un bon élément de référence pour ce modèle. D’autres ensembles régionaux comme Rosheim Sandgrube (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995, fig. 13, n° 2) ou Morschwiller-le-Bas Simlisberg (Haut-Rhin ; Lack et alii, 1991, pl. 2, nos 7 à 9) fournissent des exemples postérieurs et illustrent la pérennité de ce profil au Ha D1.

130L’observation faite pour le type 3 à col oblique concernant les innovations morphologiques appliquées exclusivement aux céramiques de qualité est également illustrée par le modèle graphité à épaulement marqué (pl. 23, n° 2).

131Un petit récipient se distingue nettement par une nette constriction du bord (pl. 25, n° 2) mais dont le profil ne présente pas de segmentation ou de rupture. Cet exemplaire ovoïde à bord court vertical ne connaît pas d’équivalent dans les ensembles des phases précédentes et semble préfigurer certains types de formes fermées ovoïdes du Hallstatt moyen (Ha D1) et final (Ha D2-D3) présents notamment à Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin ; Koenig, Legendre, 1990, fig. 3, nos 9 et 11). Comme pour l’exemplaire inédit à profil sinueux de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 7, n° 7) qui semble également préfigurer certaines formes sinueuses du Hallstatt moyen (Ha D1) et final (Ha D2-D3), celui de Houssen « Cora » appartient à une catégorie de céramique de qualité.

132Le lien entre la céramique de qualité et « l’expression » de profils précurseurs ou novateurs est à nouveau attesté par cet exemplaire peint.

133Les profils sinueux rentrants (14,5 % des formes fermées) sont représentés par huit individus qui se caractérisent par l’absence d’encolure distincte. Quatre d’entre eux correspondent à des formes hautes de petites tailles (pl. 16, nos 7 et 11 ; pl. 32, nos 12 et 15) que l’on observe déjà au BF IIIb à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 48, n° 17) mais avec un diamètre d’ouverture légèrement supérieur à celui de la panse.

134Trois exemplaires de taille basse, dont un est peint en rouge (pl. 25, n° 3 ; pl. 27, n° 2 ; pl. 32, n° 12), se distinguent par le méplat interne du bord. On peut les rapprocher des exemplaires de la première moitié du Ha C de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 9, n° 6) et de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 15). Des éléments de comparaison s’observent également dès le BF IIIb à Leutenheim Hexenberg (Bas-Rhin ; Adam, Lasserre, 2001, fig. 6) ou à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 61, n° 13).

Les profils novateurs

135L’ensemble de Houssen « Cora » possède quatre profils à bord rentrant (6,9 % des formes fermées). Deux d’entre eux (pl. 24, n° 4 ; pl. 27, n° 11) appartiennent certainement à des récipients hauts dont le vase globulaire (pl. 24, n° 4) très semblable au modèle de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 7, n° 1). Il possède toutefois un profil plus marqué par un léger rehaussement de l’épaule et une encolure plus rectiligne. Cette encolure est soulignée par une application uniforme de graphite. De ces deux modèles, seule la partie supérieure a été conservée, mais le profil de Houssen « Cora » laisse deviner une panse globuleuse. Comme à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, ce profil appartient à une catégorie de céramique dite « riche » et correspond certainement à une production caractéristique du Ha C.

136Les deux autres exemplaires (pl. 32, nos 8 et 18) correspondent à des formes basses. Ce profil apparaît très ponctuellement dès le BF IIIb comme à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 52, n° 7 ; fig. 74, n° 12) ainsi qu’à Strasbourg-Koenigshoffen (Bas-Rhin ; Baudoux, 1996, fig. 2, n° 8 ; fig. 3, n° 4) et perdure de la même manière pendant tout le Ha C à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 22). Il se généralisera largement à la phase moyenne et finale du Hallstatt.

137Deux formes se distinguent dans l’ensemble de Houssen « Cora » par leur col en forme de quille (3,6 % des formes fermées). Elles appartiennent aux catégories de céramiques de qualité. La première est graphitée (pl. 20, n° 15), de petite taille, et se caractérise par une encolure haute. Son profil ne possède pas réellement de parallèles connus. Si ce récipient appartient bien au groupe des urnes à col en forme de quille, forme novatrice du Ha C, on ne peut exclure ici, une certaine ascendance des gobelets à panse globuleuse et à ressaut du Bronze final, présents notamment à Reichstett-Mundolsheim (Bas-Rhin ; Le Meur, Treffort, 2000, fig. 35, n° 13). La seconde, plus massive, est peinte en rouge et décorée de motifs exécutés au graphite ou à la peinture noire (pl. 24, n° 1). Comme pour le modèle précédent, la lèvre et le fond n’ont pas pu être restitués mais son profil se distingue par un col haut, sans rupture avec l’épaulement, et s’identifie aux groupes 1 ou 2 établis par Lüscher (Lüscher, 1993, fig. 22).

138On distingue trois groupes formés par l’ensemble des modèles régionaux. Le premier groupe, auquel appartiendrait le modèle de Houssen « Cora », réunit les modèles à panse enflée, au col haut sans rupture entre ces deux parties. Appartient également à ce groupe l’urne de Windensolen I (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1958, fig. 16). Le deuxième groupe réunit des urnes au profil similaire à celui du premier groupe mais avec une encolure basse. Ces modèles se retrouvent dans le tumulus 6, sépulture 6 d’Obenheim « Taspelmatt » (Bas-Rhin ; Lasserre, Mombert, 1993, fig. 4, n° 8) et à Kœnigsbruck (tumulus 14) (Bas-Rhin ; Schaeffer, 1979). Le troisième groupe est illustré par les urnes provenant des tumulus d’Appenwihr I (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1957, fig. 5) et d’Appenwihr VII (Haut-Rhin ; Bonnet, Plouin, 1982, fig. 3, n° 4), du tertre de Wolfgantzen (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1966, fig. 3) et des sites d’habitats de Gundolsheim (Haut-Rhin ; Bonnet, Jehl, 1960) et de Mundolsheim (Bas-Rhin). Ces modèles se distinguent par un épaulement rehaussé, une encolure basse ou haute et un haut bord oblique. L’urne à col en forme de quille de Houssen « Cora » trouve également de bons parallèles avec certains modèles d’Unterlunkhofen, tombes 16, 17b, 19 (Lüscher, 1993, pl. 5, n° 45 ; pl. 7, n° 65 ; pl. 8, n° 74) de la seconde moitié du Ha C.

Les fonds

139Quarante-deux fonds différents ont été individualisés. Les fonds plats constituent la majorité des céramiques grossières (pl. 27, n° 12) mais on remarquera que certains individus de cette catégorie possèdent des fonds avec l’intérieur légèrement convexe (pl. 17, nos 8, 9, 10). On distingue parmi les céramiques de qualité deux types de fonds : les profils à intérieur convexe et extérieur concave (pl. 16, n° 15 ; pl. 23, n° 1 ; pl. 25, n° 11) et ceux à intérieur convexe et extérieur plat (pl. 25, n° 10 ; pl. 32, n° 13). Les fonds ombiliqués appartiennent exclusivement aux céramiques fines. L’ombilic peut être façonné soit à l’aide d’un outil fin et plat à son extrémité, soit à l’aide du doigt. Au-delà de ces observations, les fonds ne constituent pas des fossiles directeurs susceptibles de fournir des indices chronologiques.

Le décor (fig. 9 et 10)

140Le décor chromatique

141Il comprend l’application de graphite (noir brillant) et/ou de peinture rouge constituée de pigments ferreux (hématite). Les céramiques peintes ont presque toutes été façonnées dans une pâte compacte comportant des éléments non plastiques fins à moyens en concentration moyenne à forte. L’adjonction de peinture rouge et/ou de graphite couvre, pour les formes fermées, la surface externe et quelquefois l’intérieur de l’encolure. L’application de peinture rouge ou de graphite est attestée sur les formes ouvertes.

Le décor plastique

142Le décor plastique comprend trois modes décoratifs principaux : l’estampage, l’incision et l’impression. Ces différentes techniques sont utilisées dans toutes les catégories de céramiques (fine, semi-fine ou grossière). Secondairement l’adjonction de cordons digités concerne uniquement des vases à pâte grossière de formes fermées. De même, le modelage d’encoches, en considérant cette intervention comme un décor, se retrouve sur des formes ouvertes à pâte grossière ou semi-fine.

143Les formes ouvertes graphitées ou peintes en rouge ne comportent aucune association avec un décor plastique. Pour les formes fermées, l’association de décor plastique et de décor peint est attestée sur un seul exemplaire graphité et sur quatre exemplaires peints en rouge.

144L’application de pâte blanche dans le creux de motifs estampés et incisé constitue une quatrième intervention plastique. Ce mode décoratif n’est attesté que sur un seul récipient graphité de forme fermée.

Le décor chromatique des formes ouvertes

145Un seul exemplaire (pl. 23, n° 1) se singularise par son décor graphité sur l’intérieur lustré de la panse. Celui-ci est constitué de bandes larges rayonnantes à l’intérieur de la panse. Le marli est décoré sur le quart supérieur d’une bande graphitée surmontant une frise de chevrons. Ce modèle ne connaît pas de comparaison évidente mais on peut rapprocher un fragment de panse au décor de bandes graphitées rayonnantes sur l’intérieur, provenant de la banlieue sud de Colmar (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1970, pl. 5, n° 7). Le profil du vase n’est malheureusement pas connu. Un autre parallèle peut être fait avec un individu de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 4, n° 38) aux motifs décoratifs similaires. D’autres exemples présentant ce type d’organisation décorative peuvent être donnés, notamment à Morschwiller-le-Bas Simlisberg (Haut-Rhin ; Lack et alii, 1991, pl. 1, n° 1) où la frise de chevrons et ce qui semble être les bandes rayonnantes, sont incisées.

146On remarquera que les formes ouvertes bénéficient majoritairement de l’application de graphite et représentent 82 % de la totalité des céramiques graphitées. La tendance est contraire pour les céramiques peintes en rouge avec près de 28 %. On remarquera également une application quasi systématique de graphite ou de peinture rouge sur les surfaces interne et externe. Signalons trois bords de profils ouverts, non dessinés, présentant un revêtement rouge interne et externe. Le fond (pl. 25, n° 11) appartient probablement à un profil ouvert. Quelques exemples graphités présentent une intervention exclusivement externe (pl. 22, nos 9 et 10). Il n’est toutefois pas exclu que ce revêtement ait disparu par usure sur d’autres exemplaires (séjour prolongé en terre et/ou utilisation fonctionnelle de la vaisselle). La même éventualité est possible pour l’intérieur de l’individu peint en rouge (pl. 25, n° 9).

147On observera également l’absence, dans cet ensemble, de formes ouvertes peintes en rouge et décorées de motifs linéaires formés de fines bandes graphitées comme on peut en rencontrer couramment au cours du Ha C. Citons en exemple Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993, fig. 3, nos 31, 33 ; fig. 4, n° 42), Rosheim « Sandgrube » (fosse 7) (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995, fig. 12, nos 5, 6) ou « Bischenabwand » (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995, fig. 9, nos 2, 3 ; fig. 10, nos 1, 2, 3).

Le décor plastique des formes ouvertes

148Le décoratif plastique se limite à des entailles pratiquées sur le haut de lèvre (pl. 26, nos 2, 3, 4, 10). Elles sont soit obliques, soit perpendiculaires par rapport à la paroi de la lèvre et sont exclusivement présentes sur des jattes à pâte grossière. Rien ne distingue par le profil ou les dimensions du vase, un modèle décoré de ces entailles de celui qui en est dépourvu. Un exemplaire à pâte grossière (pl. 26, n° 3) associe ces entailles aux encoches.

Fig. 9. Houssen « Cora ». Répertoire décoratif des formes ouvertes.

Fig. 9. Houssen « Cora ». Répertoire décoratif des formes ouvertes.

149Deux individus se distinguent par leur décor : un exemplaire (pl. 17, n° 6) possède un décor d’entailles sur la base. Il est possible que ce modèle ait été un couvercle. Un autre modèle (pl. 26, n° 5) se distingue par le modelage de légères dépressions obliques sur la panse et ne connaît pas de parallèle pour le moment. On remarquera également l’absence de décor estampé qui, dans les ensembles du Ha C, constitue un mode décoratif courant.

Fig. 10. Houssen « Cora ». Répertoire décoratif des formes fermées.

Fig. 10. Houssen « Cora ». Répertoire décoratif des formes fermées.

Le décor chromatique des formes fermées

150La céramique graphitée, avec huit individus, représente 14,5 % des formes fermées. Un seul de ces exemplaires comporte une intervention décorative plastique (estampage et incision).

151La céramique peinte en rouge est représentée par douze individus, soit 21,8 % des formes fermées. Deux d’entre eux (pl. 24, nos 3, 4) sont dépourvus de décor à motifs, mais leur col entièrement graphité témoigne d’une volonté décorative de créer un effet de contraste entre les différentes parties du vase peintes en rouge et celles recouvertes de graphite ou de peinture noire. L’état fragmentaire du modèle à col rentrant (pl. 24, n° 4) n’exclut toutefois pas la présence d’un décor sur le renflement de la panse. Des parallèles régionaux de ce décor peuvent être cités, telles les deux urnes de Kœnigsbruck (Bas-Rhin ; Schaeffer, 1979, fig. 43, n° b ; fig. 44, n° d) ou encore celle du tumulus 11 de Seltz (Gitta, 1989, fig. 5, n° 5). Il est également présent sur un exemplaire de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 7, n° 5). Cette forme décorative se poursuit au Ha D1 avec notamment trois urnes de la banlieue sud de Colmar (parcelle 4-5) (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1970, pl. X, nos 9, 10 ; pl. XI, n° 5). Plus largement, elle est fortement présente dans le Thurgau, en Suisse septentrionale, à Hemishofen-im-Sankert (Lüscher, 1993, pl. 55, nos 494, 498, 507), à Ossingen (Ruoff, 1974, pl. 4, nos 10, 19) ou encore à Singen situé à proximité, de l’autre côté de la frontière, dans le Bade-Wurtemberg.

152Cette distinction morphologique par la combinaison de couleurs contraires sur les différentes parties du vase est également appliquée sur les deux modèles pourvus d’un décor de motifs graphités. La section supérieure du col (non restituée) de l’urne à col en forme de quille (pl. 24, n° 1) semble avoir été entièrement graphitée. Le col oblique de l’urne (pl. 24, n° 2) porte également des traces de graphite. Elle est toutefois directement liée au reste du décor et on observe que pour la production de céramique décorée du Ha C (type « Alb Hegau »), elle est quasi systématiquement combinée avec un décor de motifs peints et/ou plastiques, ce qui ne permet plus de la distinguer comme mode décoratif autonome.

153L’urne à col en forme de quille (pl. 24, n° 1) est décorée de motifs variés qui s’étalent sur tout le col et la panse. Le profil incomplet ne permet pas de préciser s’il évoluait jusqu’à la base. Par comparaison avec d’autres modèles à col en forme de quille, il est probable que le tiers inférieur de la panse n’était pas décoré. Les motifs disposés sur la partie inférieure du col sont des chevrons en frises successives séparées par de fines bandes. Ceux de la panse sont des chevrons superposés, une grille et une bande ornementale composée de lignes brisées dont il n’est pas possible de reconstituer l’organisation, ni la séquence. Ce décor peut être intégré à la production des céramiques de tradition « Alb Hegau ». Il faut toutefois préciser que la plupart des motifs présents dans le répertoire de cette production apparaissent déjà au Bronze final et qu’il faut y voir une continuation et une évolution. Les différents motifs qui composent ce décor sont disposés l’un à la suite de l’autre sans aucune séparation. Il est intéressant de noter que la disposition de ces différents motifs décoratifs, par ce que nous laisse entrevoir la restitution, ne semble pas être organisée en succession de métopes ou de compartiments ni sous forme de frise. On notera notamment l’absence de bandes verticales de séparation. En effet, les exemples de décors des productions « Alb Hegau » à traitement plastique et/ou traitement chromatique sont disposés soit en alternant les motifs compartimentés avec des espaces laissés vierges, des incisions ou des bandes graphitées verticales, soit disposés en frise continue. Toutefois, les décors plastiques, associant ou non le traitement chromatique, se caractérisent par une tendance au remplissage des espaces vides (par incision, poinçonnage, estampillage). On peut citer en exemple le décor des urnes de Colmar sud (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1970, pl. IX, n° 4) ou Wolfganzen (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1966, fig. 3). Cette tendance est perceptible pour le décor de l’urne de Houssen « Cora » mais elle est appliquée via le traitement chromatique sous forme uniquement linéaire. On notera l’absence de remplissage au graphite comme c’est le cas pour les chevrons qui décorent le fragment de panse trouvé à Gundolsheim n° 1 (Haut-Rhin ; Bonnet, Jehl, 1960, fig. 6, n° A).

154Le mode décoratif de l’urne à col en forme de quille (pl. 24, n° 1) ne s’associe pas à la plupart des exemples régionaux à décor chromatique – Donauberg, Kesseldorf et Kœnigsbruck (Bas-Rhin), Appenwihr I et Appenwihr VII (Haut-Rhin) – qui s’articulent autour d’un motif décoratif commun disposé en frise ou en métopes successives : le croisillon oblique. Il est clairement présent sous la forme de la croix de Saint-André à Appenwihr VII (Haut-Rhin ; Bonnet, Plouin, 1982, fig. 3, n° 4), à Donauberg (Bas-Rhin ; Schaeffer, 1979 ; tumulus 6, fig. 18, u), à Hatten (Bas-Rhin ; Normand, 1972, fig. 5 ; fig. 7) et à Kœnigsbruck (Bas-Rhin ; Schaeffer, 1979 ; tumulus 14, fig. 39, b ; tumulus 17, fig. 44, d). Il peut se développer sous différentes formes telles que le zigzag entrelacé présent sur l’urne d’Appenwihr I (Haut-Rhin ; Jehl, Bonnet, 1957, fig. 5) ou sur un fragment de panse provenant de Gundolsheim n° 1 (Haut-Rhin ; Bonnet, Jehl, 1960, fig. 3). De même, le décor de l’urne du tumulus 6, tombe 6 de Obenheim « Taspelmatt » (Bas-Rhin ; Lasserre, Mombert, 1993), formé d’une frise de chevrons superposés et entrelacés, constitue également une variante de ce motif de base.

155De manière générale, on observe pour la production régionale à traitement chromatique, la prépondérance d’une organisation décorative de type séquentiel ou en frise. De plus, elle se distingue de celle issue du traitement plastique (souvent associé au traitement chromatique) par sa sobriété, en opposition à cette dernière qui tend au « remplissage », ne laissant aucun espace vide. Le décor de Houssen « Cora » se distingue par cette tendance mais sous forme linéaire et seuls les décors du fragment de panse du site de Colmar, Route de Rouffach (Haut-Rhin) situé au Ha D1 (Bonnet et alii, 1990), du site de Rosheim « Bischenabwand » (Bas-Rhin ; Röder, Blanc, 1995, fig. 8, n° 1) et d’une urne d’Endingen (Emmendingen), au nord de Fribourg en Allemagne (Badische Fundberichte, 1944-48, pl. 43, n° 4), peuvent constituer une référence régionale par leur mode décoratif. Il est possible également que le décor de l’urne de Houssen « Cora » ait été inspiré d’un modèle à traitement plastique mais on peut également envisager une parenté avec des modèles à traitement chromatique provenant de la région de la Thur en Suisse septentrionale, comme par exemple l’urne de la tombe 7 de la nécropole de Hemishofen-im-Sankert (Lüscher, 1993, pl. 57, n° 522) ou celle de Kreuz-lingen (Drack, 1957, pl. 1, n° 1). Le décor de notre modèle se départit de tous ces exemples par une absence d’organisation séquentielle, en métopes ou en frise. Une mauvaise imitation peut expliquer ce fait.

156L’exemplaire à col oblique (pl. 24, n° 2) décoré de motifs tracés au graphite porte sur l’épaulement cinq cannelures recouvertes de graphite. La panse est décorée de croix de Saint-André formées chacune par quatre chevrons. Il n’est pas possible de dire si ce motif était disposé en frise ou de manière régulière. Un fragment de panse appartenant sans doute à ce vase possède un décor semblable, mais l’état de surface ne permet pas de le restituer, la disposition de certains traits de graphite rendant l’ensemble chaotique. Il est probable ici que l’organisation des motifs a perdu de sa régularité. Ce modèle illustre une des nombreuses variantes du motif de la croix de Saint-André, constitué dans le cas présent par l’association de chevrons. Ces deux motifs, tant dans le traitement chromatique que plastique, figurent parmi les plus courants dans le répertoire décoratif de la tradition « Alb Hegau ». Ils représentent les formes basiques à partir desquelles s’est développée de manière variée et originale l’inspiration des potiers hallstattiens. Le décor le plus proche de notre exemplaire provient d’une urne de Wettolsheim-Ricoh, tombe 401 (Haut-Rhin ; Jeunesse, 1988a et b), datée du Ha D1.

157Le col, comme il a été dit plus haut, a sans doute été graphité. L’application de graphite sur les cannelures trouve des parallèles régionaux dès le BF IIIb sur l’habitat du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) avec deux fragments de panse décorés de cannelures graphitées (Adam, Lasserre, 1996, pl. III, Str. 5). Ce mode décoratif se poursuit pendant le Ha C, notamment à Gundolsheim n° 1 (Bas-Rhin ; Bonnet, Jehl, 1960, fig. 6, n° C), à la différence que le décor plastique recouvert de graphite est constitué de cannelures obliques, verticales et de chevrons. Sur la rive droite du Rhin, il est également présent dès le BF IIIb ou le début du Ha C, au Burgberg près de Burkheim (Dehn, Grimmer-Dehn, 1995, fig. 2, n° 10). Le nord de la Suisse fournit un exemple plus ancien, à Zurich « Alpenquai », que Ruoff situe en période 4 de sa chronologie, soit le Bronze final IIIa (Ruoff, 1974 ; pl. 21, n° 10). On peut également signaler l’urne peinte en rouge à col graphité provenant de la tombe 6 située à Colmar nord (Bonnet, 1972 ; fig. 7, n° 10) qui porte sur l’épaulement trois liserés graphités. Dans ce cas les cannelures sont absentes mais ce décor peut être considéré comme un « dérivé » de ce mode décoratif.

Le décor plastique des formes fermées

158Le décor des formes fermées est majoritairement représenté par ce type de traitement qui se manifeste dans la quasi-totalité des catégories. La jonction col-panse des formes à encolure ou le renfoncement entre le bord et la panse des profils sinueux est la zone où prédominent les interventions décoratives. Elles se présentent généralement sous la forme d’alignements de motifs estampés plus ou moins circulaires, triangulaires ou d’entailles obliques résultant d’impressions perpendiculaires ou obliques d’un outil. On observe que le soin apporté à ce décor est lié à la qualité du vase. L’alignement et l’exécution du décor des individus à pâte grossière (pl. 27, nos 1 à 4 et nos 6, 7) ont été exécutés sans grand soin et très sommairement. Les individus lissés (pl. 16, nos 4, 5) présentent une intervention plus appliquée, plus régulière, même si l’alignement n’est pas parfait. Signalons ce mode décoratif sur deux individus peints en rouge (pl. 25, nos 7, 8), malheureusement incomplets. Ce type de décor ne fournit aucun indice stylistique ni chronologique. Il est présent dès le Bronze final sur des formes à épaulement et constitue un mode décoratif commun à des cultures chronologiquement et géographiquement différentes. Le cordon rapporté et décoré d’impressions digitées ou d’entailles incisées obliques est un autre décor qui orne cette partie du vase mais est exclusivement présent sur les vases à provision. Le cordon de l’individu pl. 28, n° 2 possède un décor peu commun en alternant une série de petites cupules résultant d’impressions digitées et d’entailles incisées obliques.

159La lèvre quant à elle est peu décorée et seuls les individus à pâte grossière possèdent des décors d’entailles ou d’impressions digitées sur le haut de la lèvre. Les entailles sont généralement obliques et peu profondes (pl. 27, nos 3 et 4 ; pl. 32, nos 12 et 15). Le décor d’impressions digitées sur la lèvre est l’exclusivité des vases à provision (pl. 28 et 29).

160La cannelure est un décor exécuté uniquement sur les céramiques de qualité. Trois exemples illustrent ce fait : deux individus peints en rouge possèdent sur l’épaulement cinq cannelures superposées (pl. 25, n° 1) dont une série est recouverte de graphite (pl. 24, n° 2). Ce modèle a été vu précédemment. Le troisième individu est un fragment de panse au lustrage particulièrement soigné et façonné dans une pâte bien épurée. Il est décoré de trois cannelures distinctes qui semblent se positionner sur le haut de la panse ; le profil du vase n’étant pas restitué, il n’a pas été dessiné.

161La cannelure est un décor déjà présent au Bronze final. Le mobilier du Hohlandsberg « Linsenbrunnen II » (Haut-Rhin) situé au Bronze final présente des individus à épaulement, caractéristiques de cette période, décorés de cannelures. Ce répertoire décoratif se poursuit au Hallstatt ancien en s’adaptant à l’évolution morphologique de la forme fermée à épaulement.

162La céramique graphitée ne fournit qu’un seul exemple de décor plastique. L’individu (pl. 24, n° 5) est une urne trapue à col oblique recouverte, sur les deux tiers supérieurs de sa hauteur, de graphite. Le décor évolue sur la panse en une série de trois cannelures verticales formant des compartiments. Horizontalement le décor est fermé sur l’épaulement par deux cannelures. En bas, une cannelure horizontale constitue la limite du décor et de la surface graphitée. Deux compartiments sont ornés de poinçons sur leurs deux tiers extrêmes et alternent avec un compartiment vide. Toutes les cannelures et tous les poinçons étaient incrustés de pâte blanche. On observe sur l’épaulement, au-dessus des deux cannelures horizontales, un léger rehaussement large de 8 mm. Sa fonction n’est pas définie mais on peut y voir la reproduction fidèle d’une jointure de tôles d’un modèle en bronze ou d’un décor caractéristique de ce type de production.

163Ce décor peut être rapproché de certaines productions provenant du tumulus 3 de Zainingen, dans le Bade-Wurtemberg (Keller, 1937, pl. 7).

Le mobilier autre que céramique

164Le reste du mobilier de ces deux fosses témoigne de diverses activités artisanales caractéristiques d’un site d’habitation. Le filage et le tissage sont attestés par le fragment de bobine (pl. 30, n° 10), un fragment de poids (pl. 30, n° 8) et une série de fusaïoles à profil arrondi ou légèrement bi-conique. Trois d’entre elles sont décorées soit d’entailles obliques, soit de poinçons circulaires. Les anneaux de terre cuite ainsi que les lissoirs représentent certainement les restes de l’activité d’un atelier de poterie. Les anneaux (pl. 31, nos 1 à 7) servaient probablement de pièces intermédiaires entre les vases accumulés dans le four pour la cuisson. La fonction des gros anneaux n’est par contre pas définie (pl. 30, n° 9). Parmi les trois lissoirs, l’un est un tesson (pl. 32, n° 20), les deux autres sont des galets (pl. 31, nos 13, 14). La parure est représentée par un bracelet en lignite (pl. 31, n° 12), un fragment de coquille perforée (pl. 31, n° 15), trois boutons cupuliformes en bronze avec bélières (pl. 32, n° 22) et peut-être un fragment de bracelet à section en D. Ces deux derniers éléments sont les deux seuls objets en métal, mais ne fournissent malheureusement aucune indication précise. D’autres fragments de terre cuite ne sont pas déterminés, notamment les deux éléments perforés (pl. 31, nos 9, 10). L’élément à rebord (pl. 31, n° 11) est probablement un « raté de cuisson ». Signalons enfin la présence de fragments de meule en grès ou en granit ainsi que d’une molette. Ces objets peuvent être les témoins d’une activité agricole mais rien n’exclut qu’ils aient été utilisés, au moins pour ceux en grès, dans le processus de fabrication de poteries. En effet, la réduction de ces éléments, obtenue par frottement, peut avoir été utilisée comme dégraissant.

Essai de datation

165L’ensemble céramique de Houssen « Cora » possède une variété de formes plus importante que celui de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Certains modèles, identifiés dans cette étude au type 3 du profil à col oblique ou à col vertical, se distinguent par leur épaulement large et haut avec un point de tangence vertical externe (Balfet et alii, 1989, p. 27) situé dans la moitié supérieure de la hauteur de la panse. Si ces caractères alors encore novateurs n’étaient perceptibles que sur la céramique de qualité de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker et en particulier la céramique peinte en rouge, ils se généralisent à toutes les catégories de céramiques dans l’ensemble de Houssen « Cora ». Toutefois, les pièces témoignant d’une maîtrise technique par un profil à épaulement particulièrement prononcé, ne s’observent que dans la vaisselle de qualité.

166S’ils sont plus rares qu’à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, les caractères du BF IIIb se retrouvent encore sur certains profils à col oblique et méplat interne de type 1 (pl. 16, n° 4 ; pl. 25, n° 4) ou sur les formes à épaulement de la première moitié du Ha C (pl. 25, n° 5). D’autres formes sinueuses à méplat interne relèvent encore clairement des formes du BF IIIb (pl. 27, n° 2).

167L’ensemble de Houssen « Cora » ne comporte aucun exemplaire attesté de haut col oblique. Si ce profil est nettement représenté dans les ensembles de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker et de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993 et 2003) que l’on peut attribuer à la première moitié du Ha C, son absence de l’ensemble de Houssen « Cora » pourrait constituer un indicateur chronologique. Ce type de récipient est toutefois représenté de manière plus restreinte dans certains ensembles du Ha D1 (Colmar « Route de Rouffach » et Morschwiller-le-Bas Simlisberg dans le Haut-Rhin). En l’absence d’autres ensembles de références du Ha C et plus particulièrement de la deuxième moitié de cette phase, il n’est pas possible de conclure qu’une représentativité importante de ce modèle constitue une caractéristique des ensembles du début du Ha C.

168Les formes ouvertes à bord sinueux présentent quelques traits évolutifs susceptibles de fournir des indices chronologiques importants. On observe en effet, dans la majorité des modèles de Houssen « Cora », que la sinuosité est déterminée par un renfoncement sous la lèvre. Ce profil se distingue des exemplaires à carène basse de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker dont la sinuosité s’inscrit sur un bord haut et vertical. Le modèle de Houssen « Cora » est attesté par chronologie absolue à partir du milieu du Ha C. Il est en effet présent dans le mobilier du tumulus de Mussig (Bas-Rhin), daté par dendrochronologie de 707 av. J.-C. ainsi que sur le site d’Oggelshausen-Bruckgraben (zone de fouille 34) en Allemagne, situé par dendrochronologie entre 718 et 654 av. J.-C.

169La tendance à la fermeture des profils sinueux observée sur certains exemplaires de Houssen « Cora » constitue un autre indicateur chronologique qui préfigure les formes sinueuses fermées du Hallstatt moyen (Ha D1) et final (Ha D2-D3).

170Les décors ne fournissent quant à eux aucune information de caractère chronologique et nous pouvons seulement constater que le répertoire et le mode décoratif se rattachent directement aux traditions de l’aire culturelle de « Alb Hegau ». On peut toutefois constater, par comparaison avec l’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, une production plus importante de céramiques décorées de « qualité » et une diminution d’individus décorés à pâte grossière. De plus, cette céramique décorée de qualité tend à s’enrichir par une association variée de modes de traitements décoratifs différents.

171Ces différents éléments déterminent une situation chronologique postérieure aux ensembles de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker et de Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993 et 2003) dans lesquels on observe encore de nettes ascendances du BF IIIb et que l’on peut placer dans la première moitié du Ha C. Toutefois certains caractères novateurs communs à ce dernier et à celui de Houssen « Cora », comme l’épaulement marqué des profils à col ou les profils sinueux, autorisent à les rapprocher chronologiquement. L’ensemble de Gundolsheim n° 1 (Haut-Rhin ; Bonnet, Jehl, 1960) est plus récent que celui de Houssen « Cora » et se placerait dans la deuxième moitié du Ha C, proche du Ha D1. La tendance à la convergence des bords de modèles à bord sinueux, perceptible à Houssen « Cora », se manifeste plus clairement à Gundolsheim n° 1.

172L’ensemble de Houssen « Cora » peut être raisonnablement attribué à une phase comprenant le milieu et le début de la seconde moitié du Ha C.

Synthèse

173Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker et Houssen « Cora » fournissent l’occasion d’une étude typo-chronologique de deux ensembles céramiques du Ha C inscrits dans une aire géographique commune. Les évolutions typologiques observées entre l’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, attribuable à la première moitié du Ha C, et de celui de Houssen « Cora », attribuable à la seconde moitié du Ha C, peuvent être envisagées dans un contexte culturel homogène. La mise en lumière de certaines caractéristiques typo-morphologiques du Ha C, tentée dans l’étude de ces deux ensembles (fig. 11 et 12), souffre toutefois de la rareté des corpus de référence régionaux.

174Le mobilier de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker présente encore de nombreuses parentés avec les productions du BF IIIb qui témoignent d’une certaine continuité culturelle entre la phase finale de l’Âge du Bronze et la première moitié du Ha C.

175Dans le cadre des formes fermées, on observe notamment deux profils caractéristiques qui se retrou vent dans les ensembles de la phase finale de l’Âge du Bronze : les profils au diamètre d’ouverture sensiblement égal à celui de la panse, et ceux au diamètre de panse supérieur à celui de l’ouverture mais sans épaulement. De manière générale, le profil de la panse de ces deux modèles est ovoïde ou renflé. Le point de tangence vertical externe se situe à une hauteur médiane de la panse. De rares exemples à encolure au diamètre d’ouverture supérieur à celui de la panse ainsi que le méplat interne présent sur d’autres formes fermées, constituent des caractères nettement ancrés dans les formes du Bronze final. Parmi les formes ouvertes, la tradition du BF IIIb se manifeste plus rarement par la présence de profils tronconiques ou d’éléments caractéristiques, tels que le marli concave ou la lèvre à rebord et bourrelet externe.

Fig. 11. Typo-chronologie des formes ouvertes des sites de Sainte-Croix-en-Plaine et de Houssen « Cora ».

Fig. 11. Typo-chronologie des formes ouvertes des sites de Sainte-Croix-en-Plaine et de Houssen « Cora ».

Fig. 12. Typo-chronologie des formes fermées des sites de Sainte-Croix-en-Plaine et de Houssen « Cora ».

Fig. 12. Typo-chronologie des formes fermées des sites de Sainte-Croix-en-Plaine et de Houssen « Cora ».

176Les formes novatrices du Ha C s’expriment dans les catégories de céramiques de qualité (céramiques régulières polies, graphitées ou peintes). Pour les formes fermées, le profil à épaulement (pl. 7, nos 2 à 5) constitue la caractéristique principale. Le point de tangence vertical externe se situe dans la moitié supérieure de la panse avec un diamètre d’ouverture qui tend à se réduire par rapport à celui de la panse.

177Pour les formes ouvertes, le profil à bord sinueux constitue la forme novatrice caractéristique (pl. 6, nos 4 à 7). Ce modèle se distingue par une carène basse et un bord haut sur lequel se développe une sinuosité plus ou moins marquée. On observe également les profils à carène haute et bord court vertical (pl. 1, nos 9, 10), ainsi que les profils segmentés (pl. 6, n° 22), qui ne connaissent aucune comparaison dans les ensembles régionaux du BF IIIb.

178Le décor peint ou plastique présent à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker s’inscrit dans le répertoire décoratif des productions de l’aire culturelle de « Alb Hegau ». Et la prédominance du traitement décoratif peint constitue un caractère culturel commun avec la zone septentrionale de la Suisse et l’extrême sud-ouest de l’Allemagne.

179L’ensemble de Houssen « Cora » se caractérise par le caractère évolutif de certains profils observés à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Dans les formes fermées, on distingue, notamment sur certains modèles à col oblique ou vertical, le profil particulièrement marqué et prononcé de l’épaulement (pl. 24, n° 5).

180Dans les formes ouvertes, le profil à bord sinueux présente une version évoluée du modèle de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (pl. 20, nos 18 à 20). La plupart des exemplaires de Houssen « Cora » se distinguent de ceux de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker par une carène plus haute et une sinuosité déterminée par un renfoncement plus ou moins marqué sous la lèvre. Cette forme est attestée sur un exemplaire trouvé dans le tumulus de Mussig (Bas-Rhin ; Plouin et alii, 1986) daté par dendrochronologie de 707 av. J.-C. et semble apparaître au cours de la phase moyenne du Ha C. On l’observe notamment à Lingolsheim « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin ; Lasserre, 1993 et 2003) que l’on peut situer chronologiquement entre Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker et Houssen « Cora ».

181La tendance à la fermeture observée sur un exemplaire à bord sinueux constitue également un caractère évolutif qui préfigure les formes fermées sinueuses de la fin du Ha C et du Ha D1 (pl. 16, nos 7 et 11).

182Comme pour l’ensemble de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, les modes et traitements décoratifs de Houssen « Cora » relèvent de l’aire culturelle de « l’Alb Hegau ». Certaines zones d’influences peuvent être envisagées, comme le suggère le mode décoratif de l’urne à col en forme de quille (pl. 24, n° 1) qui pourrait être inspiré de certaines productions du Thurgau en Suisse septentrionale. Plus généralement, les distinctions chromatiques des différentes parties du vase, déjà observées à Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker, constituent également un mode décoratif courant dans cette zone géographique.

Pl. 1. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 1. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 2. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 2. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 3. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 3. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 4. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 4. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 5. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 5. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 6. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 6. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 7. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 7. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 8. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 8. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 9. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 9. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 10. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 10. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 11. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 11. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 12. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 12. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 13. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 13. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 14. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 14. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 15. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 15. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.

Pl. 16. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 16. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 17. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 17. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 18. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 18. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 19. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 19. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 20. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 20. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 21. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 21. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 22. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 22. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 23. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 23. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 24. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 24. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 25. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 25. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 26. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 26. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 27. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 27. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 28. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 28. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 29. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 29. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 30. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 30. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 31. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 31. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.

Pl. 32. Houssen « Cora ». Mobilier de la fosse 1014.

Pl. 32. Houssen « Cora ». Mobilier de la fosse 1014.

Bibliographie

Bibliographie

Adam A.-M., 1997, « Nouvelles observations sur le matériel d’importation du tumulus I d’Appenwihr (Haut-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XL, p. 5-15, 3 fig.

Adam A.-M., Lasserre M., 1996, « Le site archéologique du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : premiers résultats des fouilles 1994-1995 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXIX, p. 35-48, 5 pl.

Adam A.-M., Lasserre M., 2001, « La butte du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : un habitat fortifié de la fin du Bronze final, fouille 1994 à 1999 », B.S.P.F., t. 98, n° 2, p. 311-324, 8 fig.

Aufdermauer J., 1963, Ein Grabhügelfeld der Hallstattzeit bei Mauenheim, Ldkrs. Donaueschingen, Fribourg im Bresgau, 45 p., 17 pl. (Badische Fundberichte, 3).

Balfet H., Fauvet-Berthelot M.-F., Monzon S., 1989, Lexique et typologie des poteries : pour la normalisation de la description des poteries, Paris, éd. du CNRS, 145 p., 9 fig., 54 ill.

Baudoux J., 1996, « Deux fosses de la fin du Bronze final, chemin du cuivre à Strasbourg-Koenigshoffen », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXIX, p. 23-34, 4 fig.

Biel J., 1987, Vorgeschichtliche Höhensiedlungen in Südwürttemberg-Hohenzollern, Stuttgart, K. Theiss, 352 p., ill., 162 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 24).

Billamboz A., Köninger J., 1995, « Hallstattzeitliche Fundstellen im südlichen Federseemoor, Kreis Biberach », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 96-104, 5 fig.

Blanc E., 1994, Untersuchungen zur Frage der Hallstatt-C zeitlichen Keramik im Elsass anhand der Siedlung Rosheim ‘Sandgrube’ (Bas-Rhin), Magisterarbeit zur Erlangung des Magister Artium der Philosophischen Fakultäten der Albert-Ludwigs-Universität zu Freiburg i. Br., 2 vol. : 55 p., 69 pl.

Bohrer G., Gerbig R., Kessler H., Michels E., Schneider J., White G., 1992, « Breisach am Rhein Oberrimsingen (Kreis Breisgau-Hochschwarzwald) », Fundberichte aus Baden-Württemberg, Band 17/2 : Fundschau, p. 60 -62, Taf. 27-28.

Bonnet Ch., 1972, « Compléments à la carte archéologique de la région de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XVI, p. 57-74, 10 fig.

Bonnet Ch., 1974, « Un nouvel aperçu sur la station d’altitude de Hohlandsberg, Wintzenheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XVIII, p. 33-50, 12 fig.

Bonnet Ch., 1977, « Que savons-nous des habitations de nos lointains ancêtres ? », Ann. de la Soc. d’Histoire et d’Archéologie de Colmar, p. 5-16.

Bonnet Ch., Jehl M., 1958, « Nouvelles trouvailles faites dans la région de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. II, p. 5-22, 16 fig.

Bonnet Ch., Jehl M., 1960, « Habitats pré- et protohistoriques à Gundolsheim-Merxheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. IV, p. 27-43, 8 fig.

Bonnet Ch., Jehl M., 1970, « Compléments à la carte archéologique de la banlieue sud de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XIV, p. 55-69, 12 pl.

Bonnet Ch., Plouin-Mantzer S., 1979, « Compléments à la carte archéologique du Haut-Rhin », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXII, p. 5-21, 9 fig.

Bonnet Ch., Plouin S., 1982, « Appenwhir VII, encore un tertre du Bronze Moyen dans la forêt de Kastenwald », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXV, p. 33-40, 3 fig.

Bonnet Ch., Plouin S., Lambach F., 1981, « Le tumulus du Bronze moyen d’Appenwhir, forêt de Kastenwald (Haut-Rhin) », B.S.P.F., t. 78, n° 10-12, p. 432-471, 12 fig.

Bonnet Ch., Plouin S., Lambach F., 1985, « Linsenbrunnen II, un nouveau secteur de la station de Hohlandsberg (Wintzenheim) », B.S.P.F., t. 82, n° 10-12, p. 449-509, 31 fig.

Bonnet Ch., Plouin S., Lambach F., 1990, « Colmar, route de Rouffach : un site pré- et protohistorique d’importance. IIIe partie : le site protohistorique de Colmard-Sud », R.A.E., t. 41, fasc. 1, p. 7-34, 21 fig.

Bonnet Ch., Plouin S., Lambach F., 1997, « Chronologie et structures des tumulus du Kastenwald (Haut-Rhin) : relecture des données anciennes et mobilier funéraire inédit », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XL, p. 17-32, 8 fig.

Dehn R., Grimmer-Dehn B., 1995, « Die Grube 84/60 der urnenfelderzeitlichen Siedlung auf dem Burgberg bei Burkheim, Gem. Vogtsburg, Kr. Breisgau Hochschwarzwald », in : Schmid-Sikimic B., Della Casa Ph. éd., Trans Europam : Beiträge zur Bronze-und Eisenzeit zwischen Atlantik und Altai ; Festschrift für Margarita Primas, Bonn, R. Habelt, p. 119-127 (Antiquitas, 3 - Abhandlungen zur Vor-und Frühgeschichte, zur klassischen und provinzial-römischen Archäologie und zur Geschichte des Altertums, 34).

Derville H., 1953, « Fond de cabane hallstattien de Kienheim (Bas-Rhin) », Cahiers d’Archéologie et d’Histoire d’Alsace, n° 133, p. 67-72, 1 fig., 1 pl.

Doiteau S., 1992, « Nouvelles données sur l’habitat et le premier Âge du fer en Suisse occidentale » in : Actes du colloque international de Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990, p. 313-325, 8 fig. (Documents préhistoriques, 4).

Drack W., 1957, « Die Hallstattzeit im Mittelland und Jura », in : Die Eisenzeit der Schweiz (Repertorium Ur- und Frügeschischte Schweiz, 3).

Dunning C., 1990, « Époque charnière dans un carrefour d’influences : le VIIIe siècle av. J.-C. à l’ouest du plateau suisse » in : Actes du colloque international de Lons-le-Saunier, 16-19 mai 1990, p. 327-347, 15 fig. (Documents préhistoriques, 4).

Eberenz L., 1992, « Sasbach (Lkr. Emmendingen) », Fundberichte aus Baden-Württemberg, Bd 17/2 : Fundschau, p. 70, Taf. 38-39.

Fingerlin G., Unser S., 1994, « Freiburg im Breisgau, Munzingen », Fundberichte aus Baden-Württemberg, Band 19/2 : Fundschau, p. 60-62, Taf. 61B et 62 B-65.

Gitta C., 1989, « Fouilles récentes dans la nécropole protohistorique de Seltz (Bas-Rhin) », Cahier de l’Ass. pour la Recherche Archéologique en Alsace, t. V, p. 188-204, 5 fig.

Grimmer-Dehn B., 1991, « Die Urnenfelderkultur im südöstlichen Oberrheingraben », Materialhefte zur Vor- und Frühegeschichte in Baden-Württemberg, 15, p. 88, Taf. 109.

Heintz G. F., 1953, « Observations archéologiques à Achenheim-le-Bas de 1936 à 1952 », Cahiers d’Archéologie et d’Histoire d’Alsace, t. 133, p. 53- 66, 10 pl.

Jehl M., Bonnet Ch., 1957, « Nouvelles fouilles et importantes trouvailles dans la forêt du Kastenwald près de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. I, p. 19-32, 12 fig.

Jehl M., Bonnet Ch., 1958, « Nouvelles trouvailles faites dans la région de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. II, p. 5-22, 16 fig.

Jehl M., Bonnet Ch., 1966, « Le tumulus de Wolfgantzen, forêt de Kastenwald (Haut-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. X, p. 43-46, 3 fig.

Jehl M., Bonnet Ch., 1970, « Compléments à la carte archéologique de la banlieue sud de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XIV, p. 55-69, 12 fig., 1 pl.

Jeunesse Ch., 1988a, Wettolsheim-Ricoh, Rapports de fouilles 1986 à 1988, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace.

Jeunesse Ch., 1988b, « Wettolsheim-Ricoh, du Néolithique à l’ère post-industrielle », Catalogue d’exposition, Horbourg-Wihr, p. 63.

Keller J., 1937, « Die Alb-Hegau Keramik der älteren Eisenzeit », Tübinger Forschungen zur Archäologie und Kunstgeschichte, 18, p. 118, 43 fig.

Klug J., 1985, « Hallstattzeitliche Höhensiedllungen im Breisgau », Denkmalpflege in Baden-Württemberg, t. 14, p. 185-192.

Koenig M.-P., Legendre J.-P., 1990, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 41, fasc. 2, p. 247-274, 13 fig.

Kossack G., 1959, Südbayern während der Hallstattzeit, Berlin. 2 vol. : 315 p., 156 pl. (Römisch-Germanische Forschungen, 24).

Kuhnle G., 1999a, « Houssen Cora », Bilan scientifique de la région Alsace 1996, D.R.A.C. d’Alsace, p. 58-59, 1 fig.

Kuhnle G., 1999b, « Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (Haut-Rhin) », Bilan scientifique de la région Alsace 1996, D.R.A.C. d’Alsace, p. 68-69.

Kuhnle G., 1999c, Sainte-Croix-en-Plaine ‘Jebsen Boden’ (Haut-Rhin), Document Final de Synthèse de la fouille d’évaluation archéologique (28/07/ - 26/08/99) et de la fouille d’urgence absolue (19/08/ - 03/09/99), Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 2 vol., 54 p., 59 pl.

Lack J., Lack B., Plouin S., Voegtlin Ch., 1991, « Le site hallstattien de Morschwiller-le-Bas Simlisberg (Haut-Rhin) », Cahier de l’Ass. pour la Recherche Archéologique en Alsace, t. 7, p. 101-111, 5 pl.

Lämmle W., Biel J., 1987, « Kornwestheim (Kreis Ludwigsburg) », Fundberichte aus Baden-Württemberg, Bd 12, p. 529-532, Taf. 24-27.

Lasserre M., 1993, Lingolsheim ‘Les Sablières Modernes’ (Bas-Rhin), Rapport de sauvetage urgent, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 14 p., 105 pl.

Lasserre M., 2003, « Un puits du Hallstatt C à Lingolsheim ‘Les Sablières Modernes’ (Bas-Rhin) », in : Plouin S., Jud P. dir., Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’Âge du Fer, Actes du XXe colloque A.F.E.A.F., Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996, Dijon, p. 39-48, 5 fig. (20e suppl. à la R.A.E.).

Lasserre M., Mombert M., 1993, « La nécropole protohistorique d’Obenheim Taspelmatt (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 44, fasc. 1, p. 293-309, 7 fig.

Lüscher G., 1993, Unterlunkhofen und die hallstatt-zeitliche Grabkeramik in der Schweiz, Basel, Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 208 p., 56 fig., 72 + 7 pl. (Antiqua, 24).

Maise Ch., 1993, « Siedlungsfunde der Hallstattzeit von Forchheim, Kreis Emmendingen », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 102-106, 2 fig.

Maise Ch., 1996, « Höhensiedlungen als Normalform hallstattzeitlicher Siedlungen ? Beobachtungen aus dem Breisgau », Archäologisches Korrespondenzblatt, 26, Heft 1, p. 65-73, 2 fig.

Maise Ch., Stöckl H., 1994, « Forchheim (Lkr. Emmendingen) », Fundberichte aus Baden-Württemberg, Band 19/2 : Fundschau, p. 56-60, Taf. 52-59A.

Maise Ch., Wagner H., 1994, « Neuentdeckte Höhensiedlungen der Bronze- und Eisenzeit im südlichen Breisgau », Archäologische Nachrichten aus Baden, 51/52, p. 17-25.

Menzel P., 1996, « Siedlungsfunde der frühen Eisenzeit (Ha C-D1) im mittleren Neckarland », Fundberichte aus Baden-Württemberg, Bd 21, p. 225-300, 34 fig.

Mombert-Rohmer M., 1993, Contribution à l’étude du faciès haut-rhinois du Bronze final : les fosses 56 (Colmar) et 36 (Ensisheim), Mémoire de Maîtrise d’Histoire de l’Art et d’Archéologie, Université de Strasbourg II, 111 p., 11 fig., 36 pl.

Müller F., Kaenel G., Lüscher G. éd., 1999, La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge. IV : Âge du Fer, Basel, Verlag Schweizerische Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, 360 p., 142 fig.

Normand B., 1972, « Trois tumuli hallstattiens en forêt de Hatten », R.A.E., t. XXIII, fasc. 3-4, p. 347-356, 7 fig.

Normand B., 1973, L’Âge du Fer en Basse-Alsace, Strasbourg, Publ. de la Soc. Savante d’Alsace et des Régions de l’Est, 140 p., 12 cartes, 26 pl. (Coll. Recherches et Documents, XIV).

Plouin S., 1983, « Céramique : époque hallstattienne », Encyclopédie de l’Alsace, t. 3, p. 1410-1413, 4 pl.

Plouin S., 1993, « L’environnement funéraire des « résidences princières » dans le fossé rhénan supérieur : évolution sociale entre le Hallstatt C et le Hallstatt D3 », in : Brun P., Chaume B., Vix et les éphémères principautés celtiques : les VIe et Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 27-29 oct. 1993, Paris, p. 67-81, 7 fig.

Plouin S., Bonnet Ch., 1985, « Le Ried d’Alsace centrale aux Âges des métaux », Revue d’Alsace, t. 121, fasc. 599, p. 3-26, 11 fig.

Plouin S., Lambach F., Piningre J.-F., Bonnet Ch., 1986, « Un tertre à palissade : le tumulus 21 de Mussig (Bas-Rhin) », R.A.E., t. XXXVII, fasc. 1-2, p. 3-22, 15 fig.

Röder B., Blanc E., 1995, « Deux nouveaux habitats hallstattiens à Rosheim (Bas-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXVIII, p. 55-68, 15 fig.

Ruoff U., 1974, Zur Frage der Kontinuität zwischen Bronze- und Eisenzeit in der Schweiz, Basel, Verlag Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 137 p., 54 pl.

Schaeffer C.F.-A., 1979, Les tertres funéraires préhistoriques dans la forêt de Haguenau. T. II : Les Tumulus de l’Âge du Fer, Haguenau, Publ. du Musée de Haguenau (rééd. de 1930), 322 p., 30 pl., 191 fig.

Schneider M., 1981, « Tumuli de l’Âge du Bronze et du Hallstatt entre Hatten et Seltz », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXIV, p. 15-24, 6 fig.

Schnitzler B., Sainty J., 1992, Wolfisheim, un village de l’Âge du Fer, Catalogue d’exposition, Wolfisheim, 14-27 sept. 1992 / Musée de Strasbourg, 8 oct. 1992- 31 mars 1993, Strasbourg, éd. des Musées de la ville de Strasbourg, 59 p., ill. (Fouilles récentes en Alsace, 1).

Schweitzer R., 1973, « Le Britzgyberg, station du Hallstatt », Bull. du Musée Historique de Mulhouse, t. 81, p. 43-64.

Stöckl H., 1992, « Riegel (Lkr. Emmendingen) », Fundberichte aus Baden-Württemberg, Band 17/2 : Fundschau, p. 69, Taf. 35B et 37.

Treffort F.-M., Le Meur N., 2000, Reichstett – Mundolsheim – Souffelweyersheim (67) (‘RMS’), ‘Rue Ampère’. T. VI : Périodes protohistoriques, DFS de Sauvetage, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace / Nancy, AFAN Grand Est, 90 p., 83 fig.

Villes A., 1992, « Néolithique et Protohistoire en Champagne-Ardenne : l’archéologie en Champagne-Ardenne 1960-1990 », in : Actes des assises du 1er et 2 décembre 1990, n° 4, p. 17-74 (Société archéologique champenoise, t. 85).

Zürn H., 1956, Hallstattgrabfunden aus Württemberg, Congrès internationaux des sciences pré- et protohistoriques (Inventaria Archaeologica, Heft 3).

Zürn H., 1987, Hallstattzeitliche Grabfunde in Württemberg und Hohenzollern, 2 vol. : 247 p. et 99 fig., 505 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 25).

Notes

1 Marina Lasserre, ingénieur au Service régional de l’archéologie, avait instruit les dossiers et Gertrud Kuhnle, Ingénieur à l’Institut national des recherches archéologiques préventives, était responsable des deux opérations archéologiques de sauvetage urgent. L’étude du mobilier céramique par Serge Mentele a fait l’objet d’un mémoire de maîtrise à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, sous la direction d’Anne-Marie Adam.

2 Les fouilles ont révélé que le sol géologique de Houssen « Cora » a subi une érosion plus forte que celui de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker.

3 La paroi creusée en sape de la fosse 1015 pourrait suggérer une telle fonction.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 3. Plan et coupes (1/50) de la fosse 5 de Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker (A) et des fosses 1014 et 1015 de Houssen « Cora » (B) (G. Kuhnle) ; (les couches numérotées de 1 à 10 sont commentées dans le texte).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 5. Tableau typologique des formes ouvertes, pour les deux sites étudiés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 6. Tableau typologique des formes fermées, pour les deux sites étudiés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 7. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Répertoire décoratif des formes ouvertes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 8. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Répertoire décoratif des formes fermées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 9. Houssen « Cora ». Répertoire décoratif des formes ouvertes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 10. Houssen « Cora ». Répertoire décoratif des formes fermées.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 11. Typo-chronologie des formes ouvertes des sites de Sainte-Croix-en-Plaine et de Houssen « Cora ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 12. Typo-chronologie des formes fermées des sites de Sainte-Croix-en-Plaine et de Houssen « Cora ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Pl. 1. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Pl. 2. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Pl. 3. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Pl. 4. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Pl. 5. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Pl. 6. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Pl. 7. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Pl. 8. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Pl. 9. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Pl. 10. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Pl. 11. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Pl. 12. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Pl. 13. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Pl. 14. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Pl. 15. Sainte-Croix-en-Plaine Marbach Acker. Mobilier de la fosse 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Pl. 16. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Pl. 17. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Pl. 18. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Pl. 19. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Pl. 20. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Pl. 21. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Pl. 22. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Pl. 23. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Pl. 24. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Pl. 25. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Pl. 26. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Pl. 27. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Pl. 28. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Pl. 29. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Pl. 30. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Pl. 31. Houssen « Cora ». Mobilier des fosses 1014 et 1015.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Pl. 32. Houssen « Cora ». Mobilier de la fosse 1014.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23454/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search