Version classiqueVersion mobile

Recherches de Protohistoire alsacienne

 | 
Anne-Marie Adam

L’habitat de Colmar-Diaconat (Haut-Rhin) et la définition du bronze final III en Alsace

Christian Maise et Marina Lasserre

Résumé

Le site de Colmar-Diaconat a livré de nouveaux éléments qui permettent de définir les phases Bronze final IIIa et IIIb (Ha B1 et B2/3) en Alsace. Nous aborderons les différentes définitions existantes, conséquence d’une histoire de la recherche relativement complexe, et proposerons une périodisation du Bronze final III pour le sud de la plaine du Rhin.

Texte intégral

Présentation du site (M. Lasserre)

Contexte de la fouille

1Le lotissement « les terrasses du Diaconat » occupe une superficie de trois hectares cinq, dans le quartier sud de Colmar qui a été urbanisé dès les années soixante sous la forme de quartiers résidentiels (fig. 1). Cette urbanisation avait déjà permis de reconnaître plusieurs éléments de sites pré- et protohistoriques, dont quelques-uns dans l’environnement immédiat du lotissement (cf. infra). Le diagnostic effectué en novembre 1989 (Châtelet, Klingenfus, 1989) a pu repérer l’existence d’une cinquantaine de fosses protohistoriques et d’une grande structure linéaire dont la nature est toujours délicate à définir (paléochenal, fossé d’enceinte, plus vraisemblablement une nature mixte entre les deux).

2L’occupation protohistorique se regroupait, au travers des sondages du diagnostic, en deux zones distinctes, une zone nord avec une série d’excavations profondes et multilobées, pauvres en matériel (fosses d’extraction), et une zone sud avec une série de silos et la structure linéaire (fig. 1).

3Les contraintes de financement de cette fouille de sauvetage (150000 francs) ont rendu nécessaire un choix drastique de la surface à étudier et ainsi, seule la zone sud du diagnostic (silos et structure linéaire) a été décapée sur 6000 m2, au détriment de la zone nord qui a été livrée à la destruction sans observations complémentaires.

4Les fouilles ont eu lieu du 15 février au 30 avril 1990 avec une moyenne de quatre personnes sur le terrain, sous la responsabilité de M. Lasserre (S.R.A. Alsace). L’enveloppe accordée a donc généré une fouille qui a fonctionné essentiellement avec des objecteurs et des bénévoles sous la responsabilité d’un membre du service d’État.

5Au vu de la quantité de matériel exhumé (environ 900 kilos de tessons) et de son intérêt (premier gros corpus du Bronze final III a et b dans le Haut-Rhin), il a été indispensable de monter un dossier d’aide à la publication qui a permis de faire étudier le matériel par un spécialiste d’Outre-Rhin. Une première phase d’étude (pour l’étape ancienne du site) avait déjà été réalisée sous la forme d’un mémoire de maîtrise de l’université Marc Bloch de Strasbourg par M. Mombert-Rohmer en 1993 (Mombert-Rohmer, 1993), publié dès 1994 (Rohmer, 1994).

Fig. 1. Colmar-Diaconat, localisation du site, indication du résultat du diagnostic et emprise de la fouille.

(Dessin M. Lasserre)

Le site

6Sur le plan de la géomorphologie locale, l’assiette du lotissement prend en écharpe le rebord de la terrasse lœssique du piedmont vosgien et la zone humide présente en contrebas. Le dénivelé actuel du terrain est de quatre mètres pour une longueur de 200 m.

7Ce placage lœssique (dit de Wettolsheim), ici d’une épaisseur de l’ordre de 1 m, surplombe donc la plaine alluviale de l’Ill et de ses affluents, la Lauch, la Thur et la Doller. Ce système hydrologique dense a pu créer une série de petites zones humides de type « Ried » dont celle d’Erlen, en contrebas du site du Diaconat (fig. 1).

8La forte densité de vestiges aussi bien néolithiques que protohistoriques retrouvés à la périphérie sud de la ville matérialise la limite orientale de cette terrasse lœssique. Des fouilles ponctuelles ont été réalisées au cours des années soixante dans l’environnement immédiat de notre site par M. Jehl et Ch. Bonnet (Jehl, Bonnet, 1961 et 1970) ; elles ont amené la découverte de plusieurs fosses de la fin du Bronze final, ce qui fait que l’occupation de cette phase s’étendait sur encore plusieurs centaines de mètres au nord de la zone fouillée.

9L’emprise arbitraire du décapage (guidée par le tracé de la future voirie et des premières parcelles à bâtir) ne reflète aucunement l’architecture du site. Ainsi, la seule limite d’extension avérée que nous ayons est la limite orientale du site, à savoir le rebord de la terrasse lœssique.

10Sur les 6000 m2 décapés, en dehors du dépôt d’une hache de la fin du Bronze moyen (Str. 98) et d’un petit lot de tessons hors structure de La Tène III (Str. 100), tous les creusements (soixante-neuf fosses, six lambeaux de paléosol et un fossé/chenal) appartiennent à la fin du Bronze final (du IIb au IIIb).

11Il faut signaler par ailleurs des fragments d’une sépulture fort mal conservée qui ont pu être observés sur le rebord de la partie sud du « fossé » (Str. 105). Cette sépulture n’ayant livré aucun indice chronologique et sa position stratigraphique n’apportant comme seul élément que le fait qu’elle ait été déposée au sommet du comblement du fossé, elle ne sera pas retenue pour l’étude du site du Bronze final.

Les différentes structures excavées rencontrées

Le site d’ensilage (fig. 2)

12Sur les soixante-quinze structures protohistoriques enregistrées, on peut dénombrer trente-six silos de types divers, vingt-huit fonds de fosses érodées ou peu profondes (profondeur inférieure à 0, 30 m), cinq structures dites « complexes » (éventuellement certains fours) et six numéros attribués à des « lambeaux de paléosol » (pas de réel creusement).

13Parmi les silos, on a pu définir grosso modo les quatre classes morphologiques habituelles, les silos tronconiques, piriformes, cylindriques et coniques. Aux exemplaires les plus clairs, on a pu rattacher certaines structures érodées relevant du même type (dites « assimilées ») (fig. 3). Les silos piriformes et assimilés sont la catégorie la plus représentée avec vingt et un exemplaires pour huit silos cylindriques ou assimilés et cinq silos tronconiques.

14Au décapage, les silos apparaissaient avec deux teintes différentes de remplissage, un lœss brun et un lœss nettement plus foncé. Cette observation n’a pu être menée à son terme par manque de temps, mais pourrait recouvrir une différence chronologique, ce qui impliquerait un changement de nature du sol dans le courant des étapes IIIa et IIIb. Malgré le côté séduisant de cette hypothèse, il n’est pas possible d’aller ici plus loin par manque d’enregistrement serré sur le terrain.

15Il a été tout de même possible de réaliser plusieurs observations sur le mode et la nature de comblement de ces structures :

  • une couche initiale chargée en charbons : dans vingt et un des trente-cinq silos, l’étude du remplissage montre l’existence d’une couche incluant des poches charbonneuses située tout au fond du silo, quel que soit le type de celui-ci. La présence de ce charbon peut indiquer une stérilisation par le feu (les prélèvements effectués pour des tris carpologiques n’ont donné aucun résultat après flottation). Les silos ont donc été soigneusement vidés avant d’être soit laissés à l’abandon, soit rebouchés brutalement ;

  • un remplissage dit « naturel », défini soit par du lœss brun homogène, soit par une alternance de lentilles (lœss jaune et lœss brun) déposées en dôme (dans ce dernier cas, le remplissage sera décrit comme hétérogène). Ce dernier remplissage en dôme a servi de critère d’appartenance à la catégorie des silos dans le cas de structures dont l’embouchure rétrécie a disparu. Ce remplissage lent et naturel est présent treize fois et se corrèle le plus souvent avec l’absence de rejet détritique et, par là, avec un matériel datant rarissime.

Fig. 2. Plan des fouilles 1990, 1/500e.

(Dessin M. Lasserre)

Fig. 3. Les différents types de structures excavées rencontrées.

(Dessin M. Lasserre)

16Ce remplissage naturel se corrèle par ailleurs très fréquemment avec la présence de la couche charbonneuse évoquée ci-dessus.

17– Les remplissages dits « complexes » font, par contre, intervenir un rebouchage peut-être volontaire mais en tous les cas brutal avec, à chaque fois, la présence de rejets de témoins de combustion. Ce type de remplissage est présent vingt fois.

18Aucun exemple net de réaménagement d’un silo n’a pu être observé ; par contre, l’existence d’une zone d’accès ou de travail semble assurée sur cinq silos (nos 14, 18, 22, 56, 87). Il s’agit en l’occurrence d’un élargissement jouxtant le bouchon.

19– Le calcul des capacités des différents silos montre une grande variabilité de contenance, de 400 litres à 3400 litres. On peut quand même distinguer un premier regroupement autour de 600 litres (entre 400 et 700 litres) avec dix silos, puis un deuxième autour de 1000 litres, un troisième autour de 1500 litres (neuf silos pour ces deux dernières catégories). Sept silos s’étalent entre 2000 et 3400 litres. Les six silos attribués au IIIb se répartissent dans les trois premières catégories. À titre de comparaison, le vase de stockage de la Str. 84, le plus volumineux du site, a une contenance approximative de 100 litres (pl. 8, n° 158).

20– Au niveau de l’organisation du site d’ensilage, toutes phases confondues, on ne peut réellement parler de « batteries » de silos, mais il existe des zones pratiquement vides, ce qui tendrait à montrer, a contrario, que les silos étaient cantonnés à certaines zones, libérant des espaces probablement d’habitation.

Le fossé/chenal (Str. 1) (fig. 4 et 5)

21La structure 1 traverse tout le décapage d’ouest en est pour se perdre sur son côté est dans la zone basse (fig. 4). Elle a pu être suivie sur 220 mètres de longueur. Elle dessine une sorte d’arc de cercle et prend en biseau le rebord de la terrasse de lœss. Le côté est est ainsi défini comme « l’intérieur » et est indiqué par une flèche sur les coupes (fig. 5).

22Le creusement traverse la couverture lœssique, ici peu épaisse (1 m environ), et s’arrête sur le gravier de la terrasse.

23Le tracé des bords en surface est irrégulier en raison de nombreux recoupements avec plusieurs fosses. Il est également vite apparu que le tracé se compliquait en raison de l’existence de deux creusements distincts qui sont parfois séparés (coupes 10 et 11 avec 12 m de large), la plupart du temps conjoints et une seule fois pratiquement confondus (coupe 22, 6 m de large).

Fig. 4. Le fossé/chenal : zones vidées, découpe de l’enregistrement et répartition du poids de la céramique.

(Dessin M. Lasserre)

Fig. 5. Présentation des coupes de la structure 1 d’est en ouest.

(Dessin M. Lasserre)

Méthodes d’investigation

24Vingt-huit coupes mécaniques, dont les déblais ont été triés, ont pu être pratiquées sur les 140 m de tracé visible sur la terrasse et sur les 80 m en contrebas, dans la zone marécageuse où de faibles indices permettent d’imaginer une suite au tracé (mais peut-être simplement sous la forme d’un écoulement d’eau).

25La largeur de la structure varie du simple (6 m pour la coupe 22) au double (12 m pour la coupe 10). La profondeur, par contre, reste assez constante : 1, 30 m en moyenne, avec une remontée à 0, 80 m au niveau de la coupe 11 (fig. 5). Ces coupes mécaniques (unités d’enregistrement) pratiquées tous les cinq mètres ont permis de définir l’emplacement des zones à mobilier important (fig. 4) et une première approche de la dynamique de remplissage. À partir de ces résultats ont été vidées plus ou moins rapidement les sections intermédiaires riches. Ainsi, 70 % environ de la structure 1 dans sa partie haute a pu être exploré. Il est clair que les choix de fouilles demandés pour l’étude de cette structure 1 pèsent dans les possibilités d’interprétation et que de trop nombreux éléments d’enregistrement font défaut. Néanmoins, un enregistrement minimum a permis de réaliser une approche assez fiable de l’ensemble.

Analyse

26Afin de ne pas se perdre dans le détail du remplissage (sur certaines coupes par exemple, vingt et une couches ont été enregistrées !), nous avons essayé d’en tirer les principales caractéristiques. Ainsi, les profils d’une part, l’allure et la situation des couches anthropisées et des couches naturelles (sables et graviers), d’autre part, ont été retenus comme critères d’analyse au travers des sept coupes les plus lisibles (fig. 5, coupes 25, 21, 1, 4, 11).

27De manière générale, le remplissage est un limon lœssique brun foncé assez homogène et fort compact. Il se diversifie avec la présence quasi constante d’une couche de graviers/galets gris située généralement au fond du creusement, des lentilles plus ou moins épaisses de sable rose saumon et des zones fortement anthropisées avec rejets charbonneux et détritiques. La présence du matériel archéologique est liée, bien entendu, aux zones de rejets détritiques mais également aux couches de graviers et de sable rose saumon.

28– Les profils : sur les vingt-huit coupes mécaniques, dix-neuf des plus lisibles ont été reprises dans le rapport de fouilles. Les profils en sont très irréguliers, allant du berceau large à fond mouvementé (coupes 20 et 28) à quelque chose d’un peu plus structuré à profil dissymétrique (coupe 9 par exemple).

29Comme déjà dit supra, deux creusements sont aisément reconnaissables, tout particulièrement sur la coupe 11.

30Les coupes 21 et 1 semblent bien démontrer qu’un premier remplissage très détritique a été recoupé sur son côté externe.

31A contrario, sur les coupes 25 et 26 (fig. 5), le bord interne est souligné par un comblement de passées de lœss jaune et brun. Le bord externe remonte abruptement et le premier remplissage est une couche très noire.

32On peut en conclure les éléments suivants :

33La structure 1 a, la plupart du temps, un remplissage complexe non naturel. Le mobilier retrouvé dans les couches n’est pas roulé ou très faiblement, y compris celui retrouvé en fond du creusement, enrobé par les graviers de la terrasse.

34La plus grande activité anthropique (de rejets directs) se passe dans les comblements initiaux, soit le tiers inférieur du fossé, excepté pour les coupes 3, 21 et 1 où les couches fortement anthropisées remontent jusqu’à la surface, ce qui correspond spatialement à la partie la plus riche du fossé.

35– Les couches anthropisées : ces couches vont correspondre ici à des rejets charbonneux comportant ou non du mobilier archéologique (poterie, torchis, faune). On peut noter que les rejets de torchis sont présents tout au long du remplissage de la structure mais en quantité inférieure à 400 g par unité d’enregistrement, excepté entre les coupes 1 et 2 où leur poids se monte à 3 kg, accompagnant le pic de rejet céramique (fig. 4).

36Le plus souvent, ces rejets charbonneux sont accompagnés de mobilier archéologique. La présence de charbons est une quasi constante tout au long du développement de la structure 1, mais néanmoins, une concentration maximale peut être reconnue entre les coupes 25 et 11. Ces couches, à ce moment-là, font office de tout premier comblement latéral.

37Il faut noter que le mobilier archéologique est également présent en dehors de ces couches noires, mais en quantité significativement moindre.

38– Les couches naturelles : comme il était délicat, dans ce sédiment compact de lœss limoneux, de distinguer nettement ce qui correspondait à un comblement lent naturel, seules les couches de sables et graviers seront assimilées ici à des couches naturelles, d’ailleurs visiblement ramenées par un écoulement d’eau plus ou moins conséquent.

39Le fond des dix-neuf coupes étudiées présente (excepté sur la coupe 25) une couche de sables et graviers d’épaisseur et de largeur variables. Celle-ci peut occuper toute la largeur du fond ou se cantonner à un léger surcreusement.

40Cette couche comporte beaucoup de mobilier et c’est là le seul critère qui a permis de la distinguer du toit des graviers naturels sur lequel s’arrête le creusement.

41Le mobilier retrouvé dans ces graviers est, certes, enkysté de gravillons mais ne présente pas l’aspect roulé et desquamé propre au mobilier charrié souvent par l’eau. Cela dit, il est clair que l’eau y a circulé, probablement ponctuellement. Une couche de granulométrie beaucoup plus fine (sable rose saumon) apparaît également sur toutes les coupes. Cette couche, parfois dédoublée, se présente sous la forme d’une lentille souvent bien resserrée. Un premier dépôt de sable saumon peut être visible déjà au niveau de la couche initiale de graviers.

42Rappelons qu’aucune fouille en planimétrie n’a été possible, nous privant ainsi de la possibilité de suivre le trajet du sable tout au long de la structure 1. Ce qui est assuré, c’est qu’au moment du (ou des) dépôt(s) de sable d’origine fluviatile, le tiers inférieur de la structure 1 était déjà colmaté.

43En conclusion sur cette structure, qui nous a beaucoup occupé pendant la fouille, on peut accepter, même si l’on admet un tracé vers l’ouest (et vérifier s’il remonte ou non vers les piedmonts comme peut l’indiquer une photo IGN retrouvée par X. Boës), une interprétation mixte de ce creusement comme un paléochenal qui a été retaillé localement par les habitants du site. Ces aménagements anthropiques pourraient être des extractions de lœss. Il est clair par ailleurs qu’au cours de son évolution vers le comblement, ce paléochenal a continué à servir de drain, en fonction des intempéries, comme en témoignent les petites couches de sable rose saumon inscrites dans le tiers inférieur de son comblement.

44D’après l’étude du mobilier (cf. infra), c’est à la fin du Bronze final IIIa que le remplissage de la structure 1 commence, pour se terminer complètement au long des toutes dernières étapes du Bronze final. Pendant ce laps de temps, seuls quelques filets d’eau ont circulé, empruntant le creusement comme drain. Ce qui laisse penser tout de même à une structure qui a été réaménagée, et non simplement utilisée comme seul dépotoir, c’est le contact « à vif » du matériel, sur pratiquement toutes les coupes, sur les bords et le fond du tracé.

45Si la présence de paléochenaux au sein des habitats est une quasi constante dans les zones du Ried (pour la Protohistoire et le haut Moyen Âge entre autres), il reste rare d’en trouver un qui ait été autant inscrit dans l’architecture des habitats successifs.

Le mobilier : description et datation (Ch. Maise)

46La plus grande partie du matériel découvert sur le site est constituée par la céramique (environ 900 kg). La moitié provient des fosses, l’autre du paléochenal. Comparé à la céramique, le matériel en bronze et l’outillage lithique représentent une partie infime du matériel. Le matériel osseux n’a pas été analysé pour l’instant.

La céramique

47Le mobilier céramique est très fragmenté. Seul le matériel provenant des fosses a pu faire l’objet de remontages. Un ensemble de 1900 fragments de bords, dont un tiers environ est figuré, a pu faire l’objet d’une étude typologique. Cependant seuls 179 diamètres de bords ont pu être définis et seuls 21 vases, dont 18 provenant des fosses, ont pu être reconstitués graphiquement. En raison de la fragmentation de la céramique, il n’a été possible d’attribuer la plus grande partie des bords qu’aux formes principales et c’est seulement à ce niveau de différenciation que l’on peut donner des pourcentages. Au sein de chaque forme principale on trouve différents types. La définition de ces types se fonde essentiellement sur notre connaissance d’autres sites contemporains. À Colmar, le nombre de vases appartenant à ces types bien définis est trop restreint pour des analyses statistiques.

Céramique fine et céramique grossière

48La céramique de Colmar-Diaconat peut être divisée en deux grands groupes : la céramique grossière est rouge, orange ou brun-rouge et présente des surfaces rugueuses. Les parois sont généralement épaisses et, en particulier au Bronze final IIIa, le dégraissant est extrêmement grossier.

49La céramique fine est, elle, noire ou brun foncé. Les surfaces sont régulières et souvent polies. Les parois sont en moyenne plus minces que celles des récipients grossiers. On y trouve aussi quelques tessons fins de couleur rouge. Cette couleur est très probablement due à une oxydation secondaire de la céramique. Certains types de récipients correspondent à la céramique grossière, d’autres exclusivement à la céramique fine. De plus, il est possible de constater une corrélation claire entre les types de vases et les techniques de décor. Les techniques de fabrication de la céramique grossière comme celles de la céramique fine évoluent (cf. infra), de telle sorte que les différences entre les deux types de céramiques tendent à s’atténuer progressivement.

Fig. 6. Tableau des formes.

(Dessins T. Logel)

La céramique : les formes (fig. 6)

50À Colmar-Diaconat, les vases du Bronze final semblent être standardisés, même si les différents types évoluent, apparaissent ou disparaissent au fil du temps. On y trouve ainsi les formes de base suivantes : (1) écuelle conique, (2) jatte, (3) jatte à marli, (4) jatte grossière, (5) gobelet à épaulement, (6) pot, (7) vase à rebord en entonnoir, (8) vase à col cylindrique. Les formes 1 à 4 constituent les formes basses, les 5 à 8 les formes hautes. Ces formes sont bien connues et définies à plusieurs reprises, même si elles portent suivant les auteurs des noms différents.

(1) Les écuelles coniques

51Description : il s’agit de formes basses à profil rectiligne. Toutes les écuelles coniques appartiennent au groupe de la céramique fine. Elles sont pour la plupart non ornées, même si certaines présentent un décor incisé (par exemple pl. 2, nos 25-27 ; pl ; 3, n° 44 ; pl. 7, nos 124-126) ou plus rarement un décor effectué au peigne métallique (pl. 1, nos 6-8), graphité ou graphité et peint en rouge. Les écuelles sont exclusivement décorées sur la face intérieure. Alors que la face intérieure est toujours bien lissée, la face extérieure est très rugueuse, ce qui permet d’identifier même des petits fragments de parois non décorés.

52Éléments de comparaison et de datation : les décors et la forme des bords sont des indices chronologiques précieux. Alors que les écuelles du Bronze final II ont encore fréquemment des bords larges bien détachés, les écuelles du Bronze final IIIa, elles, n’ont que des bords étroits. Au Bronze final IIIb les écuelles sans rebord détaché sont de plus en plus fréquentes (par exemple pl. 12, n° 266 ; pl. 14, n° 343 ; pl. 18, n° 499). Un élément caractéristique de la fin du Bronze final IIb, ce sont les écuelles à rebord décroché (Rychner, 1988, p. 126, fig. 4, nos 1-2). Cet élément est bien représenté sur les sites de référence tels que Greifensee-Böschen (Canton de Zurich, Suisse) (Eberschweiler et alii, 1987) et Hauterive-Champréveyres (Canton de Neuchâtel, Suisse) (Borello, Gross, 1988). Ces deux ensembles sont datés par la dendrochronologie vers 1050/1040 av. J.-C. En Alsace les bords d’écuelles à bord décroché sont représentés à Merxheim (Bonnet, Plouin, 1979, fig. 5, n° 16), à Dessenheim, au Hohlandsberg (Haut-Rhin) (Jehl, Bonnet, 1968, fig. 11) et à Achenheim (Bas-Rhin) (Heintz, 1953). Par contre, cet élément n’existe pas à Colmar-Diaconat. L’évolution des décors des écuelles coniques est bien connue. Les écuelles avec un large décor peigné sont une des caractéristiques principales du Bronze final IIb. Les écuelles tronconiques à registre jouent un rôle comparable au Bronze final ; la variante caractérisée par un thème de décor rectiligne (par exemple pl. 3, n° 44 ; pl. 10, n° 213) est un des éléments communs au sud de la plaine du Rhin supérieur et au nord-est de la Suisse (collectif, 1988, type/carte 5). Au cours de la phase Bronze final IIIb, les écuelles coniques deviennent de plus en plus rares, les jattes et bols de plus en plus fréquents. Les incisions sont peu à peu remplacées par la peinture rouge et le graphitage. La morphologie des vases fournit également des indices chronologiques. Au Bronze final IIIa, les écuelles décorées sont toujours coniques. Les écuelles non décorées du Bronze final IIIb sont, elles, souvent légèrement bombées (pl. 19, n° 588 ; pl. 20, n° 615 ; pl. 21, n° 639).

(2) Les jattes, bols, tasses et coupes

53Description : il s’agit de formes basses à profil arrondi appartenant au groupe de la céramique fine. En général ces formes ne sont pas décorées.

– Jattes et bols

54Leurs formes étant plus ou moins identiques, nous distinguons les jattes des bols par leurs diamètres. Les jattes mesurent autour de 20 cm, les bols autour de 13 cm de diamètre. Pour un très grand nombre de tessons, il n’a pas été possible de reconstituer le diamètre. Dans ces cas, il est impossible de décider s’il s’agit de jattes ou de bols. Parmi les jattes et les bols décorés, on distingue ceux à décors incisés ou estampés et les exemplaires graphités. Les décors incisés se trouvent toujours à l’extérieur des bols alors que le graphitage est, dans de nombreux cas, également à l’intérieur.

55Éléments de comparaison et de datation : les jattes et les bols richement décorés sont un fossile directeur du Bronze final IIIa. Par contre, les exemplaires graphités peuvent être attribués au Bronze final IIIb.

– Tasses

56Description : les tasses sont considérées comme une variante des bols. Vu la fragmentation du matériel du site de Colmar-Diaconat, il est presque impossible de faire la différence entre les bols et les tasses. Seuls les tessons de bord sur lesquels est conservé un départ d’anse peuvent permettre d’évaluer le nombre des tasses. Ainsi les nombres indiqués ici représentent des nombres minimaux en ce qui concerne les tasses, maximaux pour ce qui est des jattes et des bols simples.

57Éléments de comparaison et de datation : dans la plaine du Rhin supérieur jusqu’à maintenant, il n’existe pas de tasses sur des sites hallstattiens. La présence de tasses est donc un indice en faveur d’une datation au Bronze final.

– Coupes cannelées (pl. 12, n° 273 ; pl. 14, n° 332 ; pl. 18, n° 542)

58Description : il s’agit de coupes à bords droits, dont la partie supérieure est décorée de plusieurs cannelures. Il est possible de distinguer une variante avec et une sans lèvre déjetée. Les numéros 273, 332 et 542 sont entièrement peints en rouge.

  • 1 Ainsi par exemple à Chartrettes (Seine-et-Marne) : Degros et alii, 1976, fig. 8, 5 ; fig. 9, 2, 5. (...)

59Éléments de comparaison et de datation : les coupes dont la partie supérieure est cannelée constituent un type très variable. Des éléments de comparaison pour les exemplaires de Colmar se trouvent dans le Bassin parisien et dans le nord de la France1. Ils datent du Bronze final IIIb et du Hallstatt.

(3) Les jattes à marli (par exemple pl. 18, nos 535 à 538)

60Description : les jattes à marli appartiennent toutes au groupe de la céramique fine. À Colmar-Diaconat, en général, les bords ne sont pas très larges et ne sont pas décorés. Un seul exemplaire est graphité et décoré de triangles hachurés (pl. 2, n° 25) ; un autre, qui montre également des triangles hachurés, est de plus peint en rouge.

  • 2 Plusieurs exemplaires non publiés, fouilles Landesdenkmalamt Baden-Württemberg.

61Éléments de comparaison et de datation : les jattes à marli sont une forme caractéristique du Bronze final IIIb et du Hallstatt ancien/moyen. Au Bronze final IIIb elles sont inconnues dans le sud de la plaine du Rhin. Les jattes à marli sont absentes des palafittes de la Suisse occidentale et de la Savoie. Pour la variante planche 18, n° 538, on trouve de bons parallèles à Tiengen près de Fribourg-en-Brisgau (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 86,4) et à Gündlingen (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 43, 1. 2. 7). Ces deux sites datent de la fin du Bronze final IIIa ou du début du IIIb. Le no 537 trouve un parallèle à Gundolsheim (Jehl, Bonnet, 1962, fig. 15). Les exemplaires à rebords larges décorés de triangles hachurés ou peints en rouge et noir sont connus dans la tombe 4 du tertre M d’Ihringen (Kimmig, 1940), dans les habitats de Colmar, route de Rouffach (Bonnet et alii, 1990, fig. 16, nos 22.31) et au Hexenberg près de Leutenheim (Adam, Lasserre, 1996, pl. V, 1.3, et Adam, Lasserre, 2001 fig. 5), à Sasbach, à Burkheim2 et probablement au Hohlandsberg (Bonnet, 1974, fig. 7A1). Pourtant cette variante est également fréquente dans la phase suivante, au Hallstatt (habitats de Colmar et Forchheim, tombe d’Endingen) (Jehl, Bonnet, 1970, pl. IX, 1, et Badische Fundberichte 18, 1948-50, Taf. 43, 1-2).

(4) Les jattes grossières

62Description : les jattes grossières se distinguent des jattes en céramique fine par leur couleur, leur surface, par l’épaisseur de leurs parois et par leurs dimensions. Alors que les jattes fines sont de couleur brune ou noire et présentent une surface lisse, les jattes grossières sont rouges. Elles ont une surface rugueuse et un dégraissant grossier. Les jattes grossières ont souvent un diamètre reconstituable de 36 à 40 cm tandis que les jattes fines ne dépassent pas 28 cm et, enfin, beaucoup d’entre elles ont des encoches sur le bord.

63Éléments de datation et de comparaison : les jattes grossières apparaissent de manière ponctuelle à partir du Bronze final IIIa. Elles sont fréquentes au Bronze final IIIb et au Hallstatt.

(5) Les gobelets à épaulement (par exemple pl. 1, nos 10, 11, 14 ; pl. 3, nos 57, 58, 59, 61, 62)

64Description : ce type peut être subdivisé en de nombreuses variantes : gobelets hauts et gobelets larges, gobelets à col droit et gobelets à col concave, gobelets à profil bien marqué et gobelets à profil peu marqué. Comme il n’existe qu’un seul gobelet large à Colmar-Diaconat (pl. 3, n° 62), il nous a semblé inutile de distinguer entre gobelets hauts et gobelets larges. En ce qui concerne la différenciation entre cols droits et cols concaves, on peut constater que, parmi les neuf exemplaires de Colmar, six sont à col droit et trois à col concave.

65Éléments de datation et de comparaison : les gobelets à épaulement sont une forme caractéristique du groupe R.S.F.O. du Bronze final IIb/IIIa. Des gobelets à profil bien marqué, typiques du Bronze final II, ne sont représentés que dans la fosse 79 (pl. 1, nos 11, 14). Le reste est constitué de gobelets à épaulement avec profil peu marqué (Bronze final III). Pour le Bronze final IIIb, il est intéressant de constater que les gobelets à profil sinueux, caractéristiques du Bronze final IIIb en Suisse occidentale, sont inconnus à Colmar.

(6) Les pots

66Description : il s’agit de formes hautes à rebord court et oblique. Les pots représentent le type de récipient le plus fréquent à Colmar-Diaconat. La différenciation entre pots et plats creux (Rychner, 1979) nous semble moins importante que celle entre céramique fine, souvent richement décorée, et céramique grossière. Vu la fragmentation du matériel, seulement un nombre assez restreint a pu être attribué à des types définis.

– Pots grossiers

67Description : la plus grande partie des pots sont des pots grossiers. Ils sont caractérisés par leur couleur rouge et leur surface rugueuse. Ils sont en général non décorés ou décorés d’incisions obliques ou d’impressions digitées sous le rebord. Des cordons digités appliqués sur l’épaulement ou sur le col du pot sont par contre rares. Les pots existent en différentes dimensions. Nous considérons ceux de plus de 30 cm de diamètre comme vases de stockage, ceux de 15 à 30 cm comme pots de cuisson ou comme vases de stockage, et ceux de moins de 15 cm comme gobelets grossiers.

68Éléments de datation et de comparaison : ce type très fréquent évolue assez peu. Pourtant à Colmar, on observe les mêmes tendances que sur d’autres sites : les pots du Bronze final II et du début du Bronze final III sont plutôt biconiques. Au cours du Bronze final III, le profil évolue vers une forme ovoïde. Les impressions digitées sont peu à peu remplacées par des impressions cunéiformes et des cordons appliqués au départ du col.

Pots à profil pansu, céramique fine, richement décorés (pl. 3, nos 63-65, 71 ; pl. 4, n° 73)

69Description : il s’agit de pièces à profil pansu, de grandes dimensions et richement décorées. Elles proviennent toutes des fosses.

70Éléments de datation : on trouve de bons parallèles à Efringen-Kirchen (Dehn, 1967), à Ensisheim (Mombert-Rohmer, 1993) et à Strasbourg-Cronenbourg (Hatt, Zumstein, 1960). Ce type est par contre absent des sites lacustres du milieu xie et du ixe siècle. C’est donc un marqueur chronologique du xe siècle ou bien du Bronze final IIIa.

Gobelets à profil ovoïde, céramique fine (par exemple pl. 9, n° 186 ; pl. 11, n° 239 ; pl. 18, nos 550, 553)

71Description : les petits vases à profil ovoïde et bord oblique, décorés de cannelures et parfois partiellement peints, sont représentés dans les fosses et dans le paléochenal.

72Éléments de comparaison et de datation : les exemplaires à décor incisé datent du Bronze final IIIa, les peints du Bronze final IIIb. Ce type montre une continuité entre les deux phases. Pour le n° 186 on trouve de bons parallèles à Breisach (Bender et alii, 1976, fig. 5, nos 2.4).

Détail du bord : bords à petit ressaut au départ du col (par exemple pl. 9, nos 191, 195 ; pl. 10, n° 221 ; pl. 13, n° 322)

73Description : les bords à petit ressaut au départ du rebord sont typiques des pots grossiers. Ils sont une variante des bords obliques. Ils sont caractérisés par une rainure incisée à l’extérieur du pot au départ du col, de telle façon que celui-ci déborde légèrement sur l’épaulement du pot. Les bords à petit ressaut proviennent de plusieurs fosses et du paléochenal de Colmar-Diaconat. À Colmar, ils sont associés au matériel du Bronze final IIIa et Bronze final IIIb.

74Éléments de datation et de comparaison : c’est un élément de la fin du Bronze final IIIa et du IIIb. Plusieurs de ces bords ont été découverts dans la fosse 84/40 de Burkheim (Dehn, Grimmer-Dehn, 1995) qui a livré tous les éléments typiques du Bronze final IIIb (peinture en rouge, graphitage, bords en entonnoir et bols graphités).

(7) Les vases à bord en entonnoir

75Description : le bord de ces vases est bien plus long que celui des pots à bord oblique. Souvent les vases à bord en entonnoir se distinguent des vases « simples » par leur forme large, voire bombée. Cependant, ils étaient, comme les pots, produits en céramique fine aussi bien qu’en céramique grossière. Le décor le plus fréquent est la peinture rouge, qui couvre toute la face extérieure du vase et en plus la face intérieure du bord. À Colmar, ce type de vase n’est connu que dans le paléochenal. De manière générale, leur nombre reste relativement faible.

76Éléments de comparaison et de datation : cette forme est caractéristique du Bronze final IIIb. Elle est très fréquente dans les tombes éponymes d’Ihringen et de Gündlingen (Kimmig, 1940, pl. 28, 29). En Alsace on les trouve à Leutenheim- « Hexenberg » (Adam, Lasserre, 2001, fig. 5, n° 6), à Achenheim (Heintz, 1953, pl. 7, 20.21), à Ribeauvillé (Bonnet, Plouin, 1979, fig. 4, nos 2.6) et à Colmar, route de Rouffach (Bonnet et alii, 1990, fig. 19, nos 3.11).

(8) Les vases à col cylindrique (pl. 6, nos 100, 101)

77Description : les vases à col cylindrique appartiennent tous au groupe de la céramique fine. À Colmar, ils sont exclusivement décorés de cannelures larges sur l’épaulement. Ils proviennent des fosses 56 et 22.

78Éléments de comparaison et de datation : ce type de vase est une forme caractéristique du Bronze final IIb et du IIIa (collectif, 1988, type/carte 18). Il a une large répartition. Dans la plaine du Rhin supérieur, on le connaît par exemple sur les sites du Hohlandsberg et de Burkheim A2 (Grimmer, 1988, fig. 8, nos 1.2.4). Cependant, un seul exemplaire est connu à Hauterive-Champréveyres, zone D (978-953 av. J.-C.) (Borello, 1992, pl. 26, 6). Le Landeron (961-958), lui, n’en a livré aucun. Il est donc probable que les vases à col cylindrique datent en général d’avant 960 av. J.-C.

La céramique : les décors

Le décor au peigne métallique

79Description : le décor au peigne métallique consiste en plusieurs incisions très fines et parallèles, effectuées à l’aide d’un peigne très fin. Sur 2 à 5 mm de largeur on compte entre trois et huit lignes parallèles. Ce type de décor se trouve sur les écuelles, sur les gobelets à épaulement et sur un pot fin (pl. 2, n° 33).

80Éléments de datation : pendant longtemps le décor au peigne métallique était considéré comme caractéristique du Bronze final II (Hallstatt A) (Kimmig, 1940). C’est Egon Gersbach (Gersbach, 1951) qui remarque, dans le cadre de sa bipartition du Hallstatt B, que ce type de décor perdure en fait jusqu’au Bronze final IIIa. Cependant, le décor au peigne métallique sur des écuelles reste, lui, un élément typique du Bronze final IIb. Il est bien représenté sur le site de Greifensee-Böschen (1047-1041 av. J.-C.) (Eberschweiler et alii, 1987, pl. 1, 16.17.18 ; pl. 2, 3) et dans des ensembles d’importance plus régionale comme Uffheim (Wolf, 1972 ; Piningre, 1988, pl. 4, 15) et Sasbach 82/6 (Grimmer-Dehn, 1991). Toutefois ce type de décor existe plus longtemps sur des gobelets à épaulement, comme le montrent les sites du Landeron (Lac de Bienne) (Rychner, 1988, fig. 6, nos 19, 20), d’Efringen et de Burkheim (Grimmer, 1988, fig. 7, n° 9), pour la plaine du Rhin supérieur.

Les incisions

81Description : les incisions sont réalisées dans l’argile encore humide avec un instrument pointu. Les décors incisés sur les écuelles coniques, les jattes, les jattes à marli, les gobelets à épaulement et les pots fins sont variés.

82Éléments de datation et de comparaison : les incisions apparaissent dès le Bronze final II. C’est le décor typique du Bronze final IIIa et il se raréfie au cours du Bronze final IIIb. Les incisions à pointe bifide sont fréquentes au début du BF IIIb (pl. 7, nos 127, 140 ; pl. 9, nos 187-190 ; pl. 16, no 458). Dans deux cas des lignes incisées se trouvent sur un vase graphité. Aucun décor incisé n’a été découvert dans la fosse 79 (Bronze final II) ainsi que dans la partie nord, la plus basse, du paléochenal (fin du Bronze final IIIb).

Les rainures à trou de cheville

83Description : des fils colorés ou des brins de paille étaient appliqués dans des rainures puis fixés à l’aide d’un petit bâtonnet en bois (pl. 8, n° 150 ; pl. 14, n° 352).

84Éléments de datation et de comparaison : au Bronze final IIb et à la transition Bronze final IIb-IIIa, ces trous sont disposés verticalement. Les sites de Hauterive-Champréveyres, zones A et B (Rychner, 1988, fig. 4, n° 10 ; Borello, Gross, 1988, fig. 16, n° 15) et de Greifensee-Böschen (Eberschweiler et alii, 1987) en ont livré des exemplaires caractéristiques. Les deux sites datent des années 1050/1040 av. J.-C. La disposition diagonale des trous, comme à Colmar et sur le site lacustre de Cortaillod-Est, est cependant typique du Bronze final IIIa et date des années 1025/1000 à 950/25 av. J.-C. Ce type de décor, caractéristique du sud de la plaine du Rhin supérieur et du nord-est de la Suisse (collectif, 1988, type 7) met en évidence, tout comme les points de chaînette, les liens culturels étroits qui existent entre ces deux régions.

Les points de chaînette (pl. 20, nos 607, 612, 613, 625)

85Description : les points de chaînette sont des lignes interrompues, incisées à l’aide d’un poinçon à une ou deux dents.

  • 3 D’autres exemplaires proviennent de Regensdorf près de Zurich (Matter, 1992, pl. 2, 6.10 ; 3, 11 ; (...)
  • 4 Auvernier (Rychner, 1979, pl. 49, 10), Le Landeron, Möringen (Bernatzky-Goetze, 1987, pl. 58, 5, pl (...)

86Éléments de datation et de comparaison : grâce aux sites lacustres, il est possible de dater ce type de décor de manière précise. En Suisse occidentale, ce sont les sites du Landeron (961-957 av. J.-C.) et d’Hauterive-Champréveyres, zone D (903-878 av. J.-C.) qui ont livré des tessons décorés de points de chaînette. En Suisse centro-occidentale, un grand nombre de décors de ce type proviennent de Zug-Sumpf3. Ils y sont présents dès la première phase d’occupation, qui dure jusqu’à environ 940 av. J.-C (Seifert, 1997 ; Bolliger-Schreyer, Seifert, 1998, fig. 29, nos 28-29). La deuxième phase, qui, elle aussi, a livré des décors de ce type, n’est malheureusement pas datée par la dendrochronologie. Le décor de points de chaînette est surtout représenté à la fin de la première phase d’occupation de Zug-Sumpf (Seifert, 1997, p. 43) (974- 946 av. J.-C.). À cette époque, les points de chaînette sont réalisés avec une pointe simple. Par contre, ceux effectués à l’aide d’une pointe bifide appartiennent exclusivement à la phase récente. C’est justement cette technique qui a été employée à Colmar (pl. 11, n° 226 ; pl. 18, n° 501 ; pl. 20, nos 607, 612, 613). À Ensisheim (Zumstein, 1965) et à Merxheim fosse III (Zumstein, 1965), c’est également une pointe bifide qui a été employée. La fin du décor en points de chaînette est bien marquée par son absence totale dans les sites de référence tels qu’Auvernier-Nord (878-850 av. J.-C.) (Rychner, 1979), Zurich-Alpenquai (862 av. J.-C.) (Ruoff, 1974) et dans les tumulus d’Ihringen, Gündlingen et Ossingen (Kimmig, 1940 ; Ruoff, 1974). Ce décor n’a été signalé ni dans la région du Lac de Constance, ni dans le Bas-Rhin, ce qui pourrait marquer les limites est et nord de sa répartition. Vers le sud-ouest, cette technique de décor n’est représentée que par quelques exemplaires provenant de sites lacustres des lacs de Neuchâtel et de Bienne4. Les points de chaînette sont par contre fréquents dans le Haut-Rhin. Outre Colmar, on les trouve à Ensisheim-Heidenwinkel, Tumulus « Römerhübel » (Ensisheim I), Merxheim-Breyl « Usine » (Bonnet, Plouin, 1979), Merxheim-Zapfenloch (Jehl, Bonnet 1961, fig. 13) et à Sainte-Croix-en-Plaine (inédit, fouilles G. Kuhnle). Ainsi, ni les sites lacustres du Bronze final IIIb (qui datent entre 880 et 850 av. J.-C.), ni ceux du Bronze final IIIa « classique » (entre 1010 et 960 av. J.-C.) n’ont livré ce type de décor. Les points de chaînette effectués à l’aide d’une pointe bifide appartiennent à une phase distincte qui s’intercale entre ces deux phases. Ce décor est donc un marqueur chronologique de la deuxième moitié du xe siècle av. J.-C., une phase presque inconnue aux bords des lacs. La chronologie absolue, la typologie et les stratigraphies indiquent donc que les points de chaînette sont attribuables au Bronze final IIIa récent et au début du IIIb.

Les cannelures fines

87Description : les cannelures fines sont à la fois plus larges et moins profondes que les rainures. Dans la plupart des cas elles sont regroupées sous forme de larges bandes horizontales. Les cannelures fines se trouvent sur les gobelets à épaulement, sur les petits vases en céramique fine, sur les vases à bord en entonnoir et sur les écuelles coniques.

Les cannelures larges

88Description : les cannelures larges ont au moins 1 cm de largeur. Dans tous les cas, elles sont disposées en groupes horizontaux. Elles se trouvent sur les pots à col cylindrique ou à bord en entonnoir.

89Éléments de datation et de comparaison : au Bronze final IIIa, elles se trouvent sur des vases à col cylindrique. Le site de Colmar en a livré plusieurs exemplaires comparables à ceux des sites de référence comme Bötzingen (Grimmer, 1988). Au Bronze final IIIb, elles sont caractéristiques des grands vases à bord en entonnoir. Il est étonnant que parmi les 1000 récipients provenant du paléochenal de Colmar-Diaconat, on ne trouve pas un seul exemplaire de ce type de décor. Des différences régionales peuvent être exclues, puisque le site de Colmar-Route de Rouffach, situé à quelques centaines de mètres de distance de Colmar-Diaconat, en a livré des beaux exemples (Bonnet et alii, 1990, fig. 19, n° 3.11). Peut-on en conclure pour autant que ce sont des différences chronologiques qui sont à l’origine de ce fait ?

Les triangles dits pseudo-excisés (imprimés)

90Description : il s’agit de petits triangles imprimés disposés en lignes simples ou doubles. Ils étaient probablement incrustés de pâte blanche.

91Éléments de datation et de comparaison : depuis E. Gersbach (Gersbach, 1951), les triangles pseudo-excisés sont considérés comme étant caractéristiques du groupe RSFO du Bronze final IIIa. Mais alors que c’est un décor bien représenté en Suisse orientale et sur les bords du Lac de Constance, il est presque inconnu dans la plaine du Rhin supérieur. Les rubans constitués de deux lignes de triangles sont extrêmement rares. En effet, seuls Burkheim (Grimmer, 1988, fig. 5, n° 27 ; fig. 7, n° 11 ; Grimmer-Dehn, 1991) et Efringen (Dehn, 1967, fig. 18, n° 6) ont livré ce type de décor. Il est étonnant de retrouver ces rubans dans le matériel provenant de Tigy (Loiret) (Villes, 1988, fig. 6, n° 1 ; fig. 13, n° 10) dans une tombe datant du Bronze final IIb / Ha A2. Cette datation est basée sur la forme du récipient ainsi que sur le décor et les éléments associés dans cette tombe. Le motif des guirlandes, découvert à Tigy, existe aussi dans la plaine du Rhin supérieur où il est cependant réalisé au peigne métallique (Königschaffhausen, Lingolsheim). Des rubans en triangles estampés, beaucoup plus récents, proviennent d’Unterlunkhofen (Argovie) en Suisse, où ils datent du Hallstatt ancien (Ruoff, 1971, pl. 71, 18). Les tessons décorés de lignes de triangles estampés de Colmar (pl. 7, n° 134 ; pl. 9, n° 177) correspondent bien à des découvertes faites à Bötzingen (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 14, 9), Ingelheim près de Mayence (Eggert, 1976, pl. 4A) et Worms (Eggert, 1976, pl. 26A). Ce type de décor existe toujours au Bronze final IIIb. À Colmar, on le trouve sur une écuelle conique (pl. 17, n° 461), à Wolfsheim (Palatinat) sur un bol graphité (Eggert, 1976, pl. 57, 4). Le fait que les triangles pseudo-excisés existent du Bronze final IIb au Hallstatt ancien montre bien que ce type de décor ne peut pas être considéré comme marqueur chronologique du Bronze final IIIa en Alsace, et ce d’autant moins qu’il est presque inconnu dans la plaine du Rhin supérieur.

Peinture rouge et graphitage

92Graphitage et peinture rouge se trouvent sur tous les types de vases du Bronze final IIIb à l’exception cependant des jattes grossières. Il existe plusieurs types de décors : décors couvrants, zonés ou linéaires. Ces deux techniques de décor sont des éléments caractéristiques du Bronze final IIIb et des époques suivantes. À Colmar, la plus grande partie des tessons graphités provient du paléochenal. Seules les fosses 71 et 25 en ont livré quelques exemplaires. Il est possible de distinguer plusieurs motifs :

  • triangles rouges et noirs : des décors comparables se trouvent sur les sites de Burkheim (Dehn, Grimmer-Dehn, 1995) et de Möriken-Kestenberg (Ruoff, 1974, pl. 34, 5), ainsi que parmi le matériel des tumulus d’Ihringen, de Gündlingen (Kimmig, 1940) et d’Ossingen (Ruoff, 1974) ;

  • des vases pansus peints en rouge et noir proviennent de Gundolsheim (Zumsteim, 1964, fig. 42, n° 246), Oberhergheim (Zumsteim, 1964, fig. 56, n° 359) et Burkheim (Dehn, Grimmer-Dehn, 1995) ;

  • les vases décorés de carrés peints en rouge et noir de la fosse 71 (pl. 11, n° 222) ont des équivalents à Gündlingen (Hügel A, Kimmig, 1940, pl. 15, 28) et à Virignin (Ain) (Bocquet et alii, 1988, p. 440, fig. 3B, n° 12). Ce type de décor devient fréquent au Hallstatt ;

    • 5 Eschenz « Insel Werd », Möriken « Kestenberg » (Ruoff, 1974, pl. 32, 11 ; 33. 19), Mörigen (Bernatz (...)

    les écuelles coniques peintes : elles sont soit graphitées, soit graphitées et peintes. Les exemplaires graphités ont des éléments de comparaison à Vinelz (Gross, 1986, pl. 22, 1,4 ; 42, 1.4.11.19) et Mörigen (Bernatzky-Goetze, 1987) en Suisse occidentale. En Suisse orientale, seul le tumulus 6 d’Ossingen en a livré un exemplaire. Par contre, ce type de vase n’existe ni dans la région du Lac de Constance, ni dans celle des Lacs de Zurich et de Zug. Il est également inconnu en Basse Alsace et dans le Palatinat. Les écuelles coniques peintes en rouge et noir du Bronze final IIIb sont connues dans le sud de la plaine du Rhin supérieur (Burkheim, fosse IV/5, Grimmer-Dehn, 1991), en Suisse occidentale (Auvernier-Nord, Rychner, 1975, fig. 2, n° 1) et en Savoie. Vers le sud-ouest, elles atteignent le département de la Vienne (Pautreau, 1976, fig. 9, n° 4). Les écuelles peintes en rouge et graphitées en bandes horizontales représentent une variante particulièrement décorative. Plusieurs exemplaires ont été découverts à Colmar (pl. 13, n° 284 ; pl. 15, n° 389 ; pl. 17, n° 460 ; pl. 25, n° 744). Ce type de vase est connu au Lac du Bourget (Billaud et alii, 1993, fig. 8, n° 7) et en Suisse5. L’exemplaire de Sinzelles (Haute-Loire) (Vital, 1988) date, lui, du Hallstatt C ;

  • les bols graphités sont représentés sur de nombreux sites Bronze final IIIb, par exemple à Leutenheim-Hexenberg (Adam, Lasserre, 1996) et Burkheim (Dehn, Grimmer-Dehn, 1995) ou sur les sites lacustres de Vinelz (Gross, 1986) et Mörigen (Bernatzky-Goetze, 1987). Au contraire des écuelles coniques peintes, dont la répartition est centrée au sud et à l’ouest de Colmar, les bols graphités du Bronze final IIIb en France semblent être rares hors d’Alsace ;

  • les coupes cannelées : trois des quatre coupes cannelées sont peintes ; les nos 273 et 332 sont graphitées sur l’ensemble de leur surface, le no 542 est peint en rouge ;

  • les jattes à marli : deux fragments de bord sont graphités (pl. 18, n° 535) ou peints en rouge et graphités (pl. 26, n° 776). Trois tessons peints en rouge et graphités peuvent être également attribués à des jattes à marli. Ce type de vase est réparti du Bassin parisien jusqu’au Wurtemberg. Il est cependant absent des sites lacustres savoyards et suisses ;

  • plusieurs pots sont peints en rouge, graphités ou les deux (pl. 18, n° 550 ; pl. 22, n° 692). Les bords en entonnoir peints en rouge (nos 495, 569, 702) ou graphités sont rares.

Les cordons au départ du col (par exemple, pl. 8, n° 158 ; pl. 19, nos 585, 596 ; pl. 20, nos 633, 635)

93Cet élément de décor est un des fossiles directeurs des sites d’habitat du Hallstatt ancien et moyen (Ha C/ D1). Cependant il est déjà présent sur les sites du Bronze final IIIb « classique » comme Zurich-Alpenquai (Ruoff, 1974, pl. 18, 1-17), Auvernier-Nord et Mörigen (Bernatzky-Goetze, 1987). Même la zone E d’Hauterive-Champréveyres (910-876 av. J.-C.) en a livré quelques exemplaires (Borello-Gross, 1988, fig, 22, 22 ; Borello, 1992, pl. 61, 1,2). Dans la région de Colmar, on trouve cet élément de décoration sur les habitats Bronze final IIIb de Sasbach (Grimmer-Dehn, 1988, fig. 12, nos 17, 19 ; Grimmer-Dehn, 1991, pl. 81, nos 17, 19 ; 82A, 1-6) et d’Endingen (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 37, nos 9, 10).

L’engobe

94La surface extérieure de la plus grande partie des pots provenant de la fosse 79 est couverte d’un engobe. On y appliquait de l’argile « liquide », c’est-à-dire mélangée avec beaucoup d’eau, pour obtenir une surface rugueuse. C’est un élément typique du Bronze final I et II qui n’existe plus au Bronze final III.

Vases retaillés

95Sur l’indication de J.-M. Treffort, l’ensemble du matériel a été passé en revue pour y déceler l’existence éventuelle de vases retaillés. Il s’agit là d’objets de forme irrégulière fabriqués à partir de grands fragments de panse. Leurs bords sont façonnés par abrasion. Nous avons pu constater la présence de plusieurs vases retaillés (pl. 17, n° 479 ; pl. 18, n° 543 ; pl. 20, nos 608, 614). La fonction de ce type d’objet est inconnue. J.-M. Treffort a démontré qu’ils sont principalement présents dans le nord-est de la France (Treffort, Le Meur, 2000, p. 58). Colmar représente le point le plus oriental de leur répartition.

La céramique : corrélation formes/techniques de décor (fig. 7)

96On observe une corrélation claire entre la qualité de la céramique et le mode de décor. La céramique fine est peinte ou décorée d’incisions. La céramique grossière est par contre décorée d’impressions. Les seuls récipients qui échappent à ce schéma sont les pots grossiers à bord en entonnoir dont quelques-uns sont peints en rouge.

Fig. 7. Corrélation formes/décors.

Fig. 7. Corrélation formes/décors.

Les objets en argile

Croissants en argile

97Les croissants en argile se divisent en deux groupes : les croissants à cornes courtes et les croissants à cornes longues. Les premiers apparaissent dès le Bronze final IIb alors que les seconds datent tous du Bronze final IIIb.

98Les exemplaires à cornes courtes de Colmar-Diaconat appartiennent au groupe de la céramique grossière. Ils sont de couleur rouge, leur surface est rugueuse et ils sont décorés de cannelures et d’impressions digitées. C’est aussi le cas de la plupart des croissants à cornes longues. Toutefois il existe aussi des exemplaires bien lissés et soigneusement décorés. Le site de Colmar-Diaconat a livré cinq croissants à cornes courtes (pl. 7, n° 145 ; pl. 10, n° 214 ; pl. 13, n° 325 ; pl. 19, n° 576), un exemplaire miniature (pl. 14, n° 369) et deux exemplaires à cornes longues (pl. 23, n° 714 ; pl. 24, n° 741). Un fragment (pl. 19, n° 572) pourrait appartenir au groupe des croissants à cornes longues. Ce fragment est graphité et décoré d’incisions sur ses faces frontales et supérieures. La présence du décor sur ces deux faces et l’absence de décor sur les autres faces est un élément commun à tous les croissants d’argile. Le graphitage pourrait parler en faveur d’une datation de cet objet dans le Bronze final IIIb. C’est du reste le seul exemplaire graphité connu jusqu’à présent tout au moins dans la plaine du Rhin supérieur.

Tuiles faîtières (fig. 8)

  • 6 Seul le « Hexenberg » près de Leutenheim (Bas-Rhin) avec ses 20 exemplaires en a livré un plus gran (...)

99Le site de Colmar-Diaconat a livré des fragments de sept tuiles faîtières. C’est un nombre important, vu la rareté de ces objets sur d’autres sites français6. Tous ces fragments proviennent du paléochenal. Comme elles n’existent ni au Bronze final IIIa, ni au Hallstatt ancien, les tuiles faîtières peuvent être considérées comme caractéristiques du Bronze final IIIb.

Oiseau en terre cuite (pl. 16, n° 423 et fig. 9)

100Un petit objet en terre cuite, provenant de la coupe 8 du paléochenal, peut être interprété comme une tête d’oiseau et/ou une corne de bovidé. Des objets comparables ont été découverts à Knittlingen près de Karlsruhe (Baumeister, 1995, fig. 18, n° 5), Hauterive-Champréveyres et sur le « Runder Berg » près d’Urach dans le Wurtemberg (Pauli, 1994, pl. 52, 1, 2). Il peut être également rapproché du canard en argile d’Hauterive (Lac de Neuchâtel) (Anastasiu, Bachmann, 1991, fig. 42 et 43).

Fig. 8. Tuiles faîtières.

Fig. 8. Tuiles faîtières.

Fig. 9. Têtes d’oiseaux en argile de Colmar (fossé/chenal, coupe 8-3) (1), de Hauterive-Champréveyres (2, d’après Rychner-Faraggi, 1993) et Urach (3, d’après Pauli, 1994) ; éch. 1/3.

Fig. 9. Têtes d’oiseaux en argile de Colmar (fossé/chenal, coupe 8-3) (1), de Hauterive-Champréveyres (2, d’après Rychner-Faraggi, 1993) et Urach (3, d’après Pauli, 1994) ; éch. 1/3.

Les bobines

101Les cinq bobines (pl. 14, n° 373 ; pl. 15, n° 412 ; pl. 19, n° 598 ; pl. 24, nos 723, 730) de Colmar-Diaconat proviennent toutes du paléochenal. Les fosses n’en ont pas livré un seul exemplaire. Les bobines sont considérées comme caractéristiques du Bronze final IIIb et du Hallstatt. La date de Zug (Bronze final IIIa, avant 940 av. J.-C.) reste pour le moment isolée. En tout cas, elles sont encore très rares au Bronze final IIIa. Elles augmentent en nombre au Bronze final IIIb pour devenir un élément prépondérant au Hallstatt ancien/moyen. Dans la plaine du Rhin supérieur la plupart des bobines de l’Âge du Bronze datent du Bronze final IIIb (Colmar, Zumstein, 1965 ; Leutenheim-Hexenberg, Adam, Lasserre 1996, pl. IV). Un seul exemplaire date du IIIa récent ou du IIIb (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 58, n° 27). Vu l’existence de plusieurs fosses hallstattiennes sur le site, la bobine d’Ensisheim-Ratfeld (début IIIa) reste difficile à dater (Rohmer, 1994, fig. 7, n° 8).

La pierre

Poids en pierre (pl. 5, n° 97)

102De la fosse 56 (Bronze final IIIa) provient un objet en pierre grise. Il est de forme plus ou moins sphérique avec trois cannelures larges sur la partie haute et une cassure dans sa partie supérieure. Ces objets sont connus sur différents sites lacustres en Suisse (par exemple Möringen, Bernatzky-Goetze, 1987). Ils y datent du Bronze final IIb ou III sans plus de précisions possibles.

Moules de fondeur (fig. 10)

103Deux moules en grès ont été découverts sur le site. L’un d’entre eux, qui provient de la surface, à côté du paléochenal, avait servi à couler des petits anneaux. L’autre provient de la fosse 56. Il avait probablement servi à couler des pointes de flèche. Ils prouvent l’existence d’une activité métallurgique sur le site.

Fig. 10. Moules d’anneaux de Colmar (en surface du fossé/chenal) (1) et d’Auvernier (2, d’après Rychner, 1979).

Fig. 10. Moules d’anneaux de Colmar (en surface du fossé/chenal) (1) et d’Auvernier (2, d’après Rychner, 1979).

Les bronzes

104Mis à part quelques bagues et spirales en fil de bronze, qui ne peuvent être datées de manière précise, les fosses n’ont livré aucun objet métallique. Par contre, le paléochenal a livré deux épingles à petite tête vasiforme, un type d’objet caractéristique du Bronze final IIIb. Ce type d’épingle est inconnu sur les sites lacustres du Bronze final IIIa. Il doit donc apparaître après 960 av. J.-C. À cause de la rareté des datations dendrochronologiques pour la période comprise entre 950 et 900 av. J.-C., la situation pendant cette phase est peu claire. Cependant, il est intéressant de constater que ce type est absent des tombes de cette époque. À Hauterive-Champréveyres, zone E (910-876 av. J.-C.), les épingles à petite tête vasiforme sont dominantes (Rychner-Faraggi, 1993, p. 48-49, fig. 78). Ce type d’épingle apparaît donc vraisemblablement entre 925 et 900 av. J.-C. et perdure pendant tout le Bronze final IIIb.

Chronologie du site (Ch. Maise)

Chronologie relative des structures

Les fosses

Fosse, phase 1 (pl. 1, nos 1-23)

105Une seule fosse appartient à la phase 1. Le matériel de la fosse 79 est bien différent de celui des autres fosses. Avant tout, la céramique provenant de cette fosse est plus dure, la pâte plus dense et homogène. De même, les couleurs des récipients diffèrent de celles des autres fosses : dans la structure 79, c’est le gris clair, le brun clair, l’orange et le noir qui dominent. Par contre, dans les autres fosses, c’est le rouge, le brun-rouge et le brun foncé.

106Au sein du matériel de la structure 79, les bords des écuelles coniques sont bien évasés et les écuelles sont exclusivement décorées au peigne métallique. Les pots sont généralement décorés à la barbotine, décor caractéristique du Bronze final I et IIa, qui perdure au Bronze final IIb mais est inconnu au Bronze final IIIa. Le matériel de la structure 79 est contemporain du matériel de la fosse d’Uffheim (Haut-Rhin) (Wolf, 1972 ; Piningre, 1988). Un hiatus est ensuite décelé vers 1050/1000 av. J.-C. Le site de Colmar-Diaconat n’a pas livré de matériel qui puisse être daté vers 1050 av. J.-C. Cette phase est caractérisée par des bords d’écuelles à rebord décroché (voir supra).

Fosses, phase 2 (pl. 2 à 6, nos 24-102)

107Les fosses 22 et 56 constituent des ensembles caractéristiques de la phase 2.

108Caractéristiques : les écuelles coniques à registre et à décors incisés, les bols à décor incisé, les pots à profil pansu et richement décorés et les pots à col cylindrique.

Fosses, phase 3 (pl. 7 à 10, nos 103-221)

109Un groupe de fosses présentent de nombreux caractères en commun. Elles peuvent toutes être attribuées à la phase 3. Les ensembles les plus représentatifs de cette phase sont les fosses 34, 84, 87 et 88. Les pots à col cylindrique et les pots à profil pansu, richement décorés, ne sont plus représentés dans la phase 3. Les rainures associées à un trou de cheville, le décor en sablier ne sont présents à Colmar que dans la phase 3. Les jattes grossières, les points de chaînette, la matière première du type Bronze final IIIb pour les pots et les bords à petit ressaut, apparaissent à partir de la phase 3.

Fosses, phase 4 (pl. 11, nos 222-246)

110La phase 4 est caractérisée par le matériel des fosses 25 et 71. Bien que pauvres en matériel, il est clair que nous avons là des ensembles plus récents que ceux de la phase 3. Ceci est démontré par la présence de céramique peinte en rouge et graphitée. Ce matériel permet en outre d’attribuer la phase 4 au Bronze final IIIb. La présence de jattes coniques à décor incisé indique cependant que la phase 4 ne peut être attribuée à une période trop tardive au sein du Bronze final IIIb.

Les fosses : différences entre les phases 2 et 3

111Si l’on replace les phases de Colmar-Diaconat dans la chronologie traditionnelle, il est possible d’attribuer la phase 1 au Bronze final IIb, les phases 2 et 3 au Bronze final IIIa et la phase 4 au Bronze final IIIb. Bien que les phases 2 et 3 soient attribuables au Bronze final IIIa, elles présentent des différences notables. Avec un nombre minimum de 100 et 156 vases, ces deux ensembles sont suffisamment importants pour pouvoir livrer des informations fiables. En ce qui concerne les formes de base, il est possible de constater que les vases à col cylindrique et les pots larges et richement décorés ne sont représentés que dans la phase 2. Les gobelets à épaulement, les tasses et les jattes/bols sont présents dans les phases 2 et 3. Les jattes grossières n’apparaissent, elles, qu’à partir de la phase 3. Pour ce qui est des variantes, il apparaît que le décor des jattes n’évolue pas entre les phases 2 et 3. Les bols à décor incisé sont plus fréquents durant la phase 2 alors que les bols non décorés dominent pendant la phase 3. Le rapport entre pots non décorés ou digités et pots à décor en arêtes de poisson est de 1/4 à la phase 2 et de 1/3 à la phase 3. L’évolution des décors est moins nette. Les décors au peigne et les méandres sont limités à la phase 2. Les motifs en sablier, les entrelacs, les rainures à trou de cheville et les cordons appliqués ne sont présents que pendant la phase 3. La technologie de la céramique est un autre élément récent au sein de la phase 3 et correspond déjà, pour la plus grande partie du matériel, au Bronze final IIIb. Les fosses de Colmar-Diaconat livrent donc quelques indices en faveur d’une subdivision du Bronze final IIIa.

Le paléochenal

  • 7 Début après la fin du BF IIIa « classique », c’est-à-dire après 950 av. J.-C. ; fin avant le début (...)

112Bien que le paléochenal n’ait pas été fouillé dans son intégralité et bien que l’on n’ait pas – sauf dans de rares cas – séparé le matériel selon la provenance stratigraphique, il est possible de constater l’existence d’une stratigraphie verticale et horizontale. Seul le matériel provenant de la coupe 1 a été classé selon sa provenance stratigraphique. Le matériel de chacune des unités stratigraphiques correspond à un nombre extrêmement restreint de vases. Dans les coupes voisines 8-3 et 3-1 il est possible de distinguer deux couches. Dans ces deux cas, la couche supérieure comprend environ 75 % de tessons rouges, souvent grossiers, et seulement quelques rares tessons bruns ou noirs, pour la plupart de la céramique fine. À l’inverse, la couche inférieure comprend environ 75 % de tessons bruns ou noirs, le plus souvent bien lissés, et seulement environ 25 % de céramique rouge. Les deux couches ont cependant livré des bords peints en rouge. Il est donc improbable que ces deux couches présentent une différence chronologique importante. Les deux couches datent du Bronze final IIIb (phase 4 de Colmar-Diaconat). Le matériel de toutes les autres coupes n’a pas été subdivisé en couches ou niveaux. Vu la durée du comblement du paléochenal (100 à 200 ans)7, il est possible que le matériel de différentes phases ait été rassemblé dans un seul ensemble.

Les récipients provenant du paléochenal (fig. 11 et 12)

113Les secteurs du paléochenal présentent entre eux de nettes différences : le matériel des coupes situées au nord-est de la coupe 12 se distingue du matériel des autres coupes. Ce secteur, qui se situe dans la zone basse (c’est-à-dire près de la Lauch), a livré peu de matériel. Les différences typologiques entre le matériel de la zone basse et le matériel provenant de la terrasse de lœss ne doivent pourtant pas être dues au hasard.

114La différence la plus marquée concerne les écuelles. Les jattes grossières ainsi que les écuelles à décor incisé sont inexistantes dans la zone basse. Le pourcentage des jattes et bols en céramique fine atteint ici environ 35 % alors qu’il n’atteint que 20 % en moyenne dans la zone haute, c’est-à-dire sur la terrasse de lœss. Les relations sont différentes dans le cas des écuelles coniques ou légèrement galbées : celles-ci représentent en moyenne entre 25 et 30 % du matériel dans la zone haute mais seulement 12,5 % dans la zone basse. C’est dans cette même zone que les jattes à marli sont les plus nombreuses (5 % de l’ensemble de la céramique). Avec 12,5 %, les cols à entonnoir, forme typique de l’extrême fin de l’Âge du Bronze, y sont aussi mieux représentés que dans les autres structures du site. Ces différences quantitatives sont accompagnées de différences qualitatives. Le petit pot à bord peu évasé, décoré de peinture rouge et de petites impressions rondes (pl. 25, n° 751) évoque des formes hallstattiennes. De même les décors en lignes graphitées sur fond rouge – typiques de la période suivante, le Hallstatt – ne sont connus que dans cette partie du paléochenal.

Fig. 11. Tableau des formes principales du mobilier céramique du fossé/chenal.

Fig. 11. Tableau des formes principales du mobilier céramique du fossé/chenal.

Fig. 12. Tableau des décors du mobilier céramique du fossé/chenal.

Fig. 12. Tableau des décors du mobilier céramique du fossé/chenal.

Fig. 13. Tableau des différents pourcentages de représentativités des formes ouvertes et des formes fermées entre les zones 1, 2 et basse du fossé/chenal.

Fig. 13. Tableau des différents pourcentages de représentativités des formes ouvertes et des formes fermées entre les zones 1, 2 et basse du fossé/chenal.

115Toutes ces caractéristiques (fig. 13) indiquent que le matériel provenant de la zone basse est plus récent que celui de la terrasse lœssique. Dans le matériel de la zone basse on retrouve également des éléments qui perdurent au Hallstatt ancien. Les bols graphités, les jattes à marli, les pots à petit rebord peu évasé, les décors en lignes graphitées sur fond rouge et les cordons digités appliqués au départ du col sont typiques aussi bien de la fin du Bronze final que du Hallstatt ancien. Ces éléments sont cependant déjà présents dans les palafittes suisses dès la première moitié du ixe siècle av. J.-C., comme à Zurich-Alpenquai (Ruoff, 1974, 862 av. J.-C., Seifert, 1991), et en outre les bords en entonnoir et les tuiles faîtières montrent bien que le matériel date toujours du Bronze final. Dans la zone haute, située sur la terrasse lœssique, on peut de même constater l’existence de différences typologiques entre le matériel des différents secteurs du paléochenal. Pourtant ces différences sont moins marquées que celles enregistrées entre la zone haute et la zone basse. On peut néanmoins distinguer la zone 1 (coupes 7 à 25/26) de la zone 2 (coupes 27/28 à 17). La plupart des trouvailles proviennent de la zone 2 (en particulier des coupes 8 à 11).

116Les différences entre les deux zones peuvent être résumées de la manière suivante : le décor en arêtes de poisson et les impressions en forme du grain de riz, tous deux déjà connus au Bronze final IIIa, n’existent que dans la zone 1. Par contre les cols en entonnoir y sont pratiquement inexistants. La peinture rouge est très rare au sud de la coupe 8 et les cordons appliqués au départ du col sont rares au sud de la coupe 4. Bien que les différences qualitatives soient faibles, le matériel de la zone 2 semble, dans sa totalité, être un peu plus récent que celui de la zone 1. La diminution des pourcentages des écuelles coniques et des pots en céramique fine, ainsi que l’augmentation des proportions des pots grossiers et des bords en entonnoir entre zone 1 et 2, sont des arguments en faveur d’une telle hypothèse. Il existe donc des différences très marquées entre les trois zones du paléochenal : les zones 1 et 2 peuvent être rapprochées au niveau des formes ouvertes (jattes, bols, écuelles) mais se différencient nettement de la zone basse. En ce qui concerne les pots, nous nous trouvons dans la situation inverse. Ce sont maintenant les zones 2 et basse qui s’opposent à la zone 1. L’ordre chronologique apparaît clairement au niveau des décors. Les types anciens tels que les motifs en arêtes de poisson et les décors incisés proviennent plutôt de la partie haute du paléochenal, alors que les éléments les plus récents comme les cordons au départ du bord et les décors graphités en bandes sont concentrés dans la partie basse. La diminution des écuelles au profit des jattes et des bols et l’augmentation des bords en entonnoir renforcent cette hypothèse chronologique. Le comblement du paléochenal semble donc avoir commencé vers la fin du Bronze final IIIa dans la zone 1 puis s’être poursuivi dans les zones 2 et basse avant que le comblement des zones précédentes n’ait été complètement achevé. Le matériel des zones 1 et 2 est tout à fait comparable à celui des fosses 25 et 71. Ces ensembles constituent la phase 4 de Colmar-Diaconat. La céramique de la zone basse est plus récente que celle des zones 1 et 2. Elle peut donc être attribuée à une phase postérieure à la phase 4 : la phase 5. Cependant cette phase date toujours du Bronze final IIIb, c’est-à-dire du ixe ou du début du viiie siècle av. J.-C.

Comparaison entre fosses et paléochenal (fig. 14)

117Une vue synoptique des fosses et du paléochenal démontre l’évolution du matériel céramique, surtout au Bronze final III : les phases 2 à 5, avec 99 % du matériel du site, datent de cette époque. À Colmar-Diaconat, il est donc possible de distinguer cinq phases au sein du Bronze final. À l’exception de la fosse 79, qui représente la phase 1 et date du Bronze final IIb, toutes les autres structures qui correspondent aux phases 2 à 5, datent du Bronze final III. Ni les fosses, ni le paléochenal n’ont cependant livré d’écuelles à bord décroché. L’absence de ce type caractéristique du milieu du xie siècle indique donc une interruption de l’habitat pendant plusieurs décennies et fait penser que, tout au moins sur la partie fouillée du site, l’habitat ne reprend qu’autour de 1000/975 av. J.-C. À partir de cette période (phase 2), la zone fouillée est habitée sans interruption jusqu’à la fin du Bronze final IIIb. Pendant ces deux siècles, l’évolution des formes et des techniques de production est continue, même si la céramique des années 1000/975 est bien différente de celle du ixe siècle av. J.-C. Toute division en phases au sein de ce continuum est donc nécessairement artificielle et provisoire.

Caractères physiques du matériel céramique

118Tout comme les formes et les décors, les techniques de fabrication évoluent au cours du temps. Les variations de couleur, structure, surface et dégraissant des récipients sont le reflet de l’évolution des techniques de production. Comme dans le cas des formes et des décors, cette évolution est graduelle.

119Au Bronze final IIIa « classique », les pots grossiers sont de couleur orange à l’extérieur et noire à l’intérieur. Ils sont en outre caractérisés par un dégraissant extrêmement grossier. Leur surface est rugueuse. Les pots du Bronze final IIIb sont, eux, de couleur rose saumon à brun-rouge, à l’extérieur comme à l’intérieur du pot. Leur dégraissant est plus fin que celui des pots du IIIa classique et leurs surfaces moins rugueuses. À Colmar-Diaconat, le dégraissant des pots du Bronze final IIIa classique est souvent constitué de gros grains de quartz, alors que le dégraissant du Bronze final IIIb contient plus de mica. La surface des pots est plus régulière et plus lisse qu’au Bronze final IIIa classique.

120Il est intéressant de constater qu’à Colmar, le mode de fabrication des pots change pendant la phase 3, c’est-à-dire pendant le Bronze final IIIa récent. On constate alors une évolution lente et continuelle entre le Bronze final IIIa classique et le Bronze final IIIb. Les différences entre la céramique grossière et fine sont plus marquées au Bronze final IIIa qu’au Bronze final IIIb. En effet, la céramique grossière du Bronze final IIIb est plus fine que celle du Bronze final IIIa. En ce qui concerne les écuelles, on observe la même évolution continue. Au Bronze final IIIa, la surface intérieure des écuelles coniques est toujours plane et lisse. En fait, leur surface extérieure est sommairement lissée, mais elle est irrégulière, ce qui permet de distinguer facilement les tessons des écuelles coniques des tessons de tous les autres types de récipients. Même si les formes et les décors des écuelles coniques changent légèrement, cette tradition perdure au Bronze final IIIb. La face intérieure des écuelles coniques décorées de larges motifs incisés ou graphités, comme celle des écuelles légèrement galbées et non décorées, est plane et lisse, alors que leur face extérieure est irrégulière et rugueuse. Quelques écuelles peintes en rouge et noir présentent également cette caractéristique. Mais au cours du Bronze final IIIb, on observe l’apparition d’un nouveau type de céramique, aux surfaces planes et lisses à l’intérieur comme à l’extérieur. Les tessons sont noirs avec des surfaces en rosé clair ; cette couleur donne le fond pour la peinture rouge. En dehors des écuelles, on fabrique aussi de petits pots peints de ce genre dès le Bronze final IIIb. Plus tard, ce type sera caractéristique des pots peints du Hallstatt C de la région.

Fig. 14. Tableau synoptique des principaux décors selon les cinq phases du site.

Fig. 14. Tableau synoptique des principaux décors selon les cinq phases du site.

Fig. 15. Tableau de quelques critères chronologiques.

Fig. 15. Tableau de quelques critères chronologiques.

121La technique de fabrication des pots change au début du Ha C. On observe ainsi des modifications importantes en ce qui concerne la fabrication des pots au cours du Bronze final IIIa récent et au début du Ha C. Les écuelles, quant à elles, n’évoluent qu’au cours du Bronze final IIIb (fig. 15). Cette évolution du matériel céramique n’est cependant valable que pour Colmar-Diaconat. En effet, le matériel des phases 1, 2 et 5 n’est pas suffisamment abondant pour livrer des résultats représentatifs.

Répartition des phases sur le site

122La chronologie relative des fosses et des différentes coupes du paléochenal nous offre la possibilité de retracer l’évolution de l’habitat de Bronze final de Colmar-Diaconat (fig. 16). Celui-ci perdure pendant plusieurs siècles puisqu’on y retrouve du matériel datant des phases IIb, IIIa et IIIb du Bronze final, c’est-à-dire du xiie/xie, du xe et du ixe siècle. Au sein de cette période, il est possible de distinguer cinq phases. Aucun des habitats correspondant à ces phases n’a été fouillé de manière exhaustive.

123Phase 1 : seule la fosse 79 témoigne d’un habitat de la phase Bronze final IIb. Une continuité entre cette phase d’occupation et la suivante ne peut pas être prouvée sur la base du matériel disponible. Le matériel de cette structure date apparemment d’une période antérieure au début de l’occupation des sites lacustres, c’est-à-dire avant 1060 av. J.-C. Comme les éléments typiques de cette phase sont absents dans les secteurs fouillés à Colmar, il est permis de supposer l’existence d’un hiatus vers 1050/1000 av. J.-C.

124Phase 2 : la plupart des fosses datent de cette phase. Au sein de cette phase, il est possible de distinguer deux groupes : a) Dans la partie sud-ouest du site, quelques fosses ont livré du matériel qui ressemble encore à celui du Bronze final IIb par les formes aussi bien que par la matière première de la céramique. Aucune fosse plus récente n’a été identifiée dans ce secteur. b) Dans la partie centrale et sud-est de la zone fouillée se trouvent quelques fosses (en particulier la structure 56) qui ont fourni un matériel abondant et typique du Bronze final IIIa classique (entre environ 1040/10 et 980/60 av. J.-C.). La limite septentrionale du site de la phase 2 est bien définie. La répartition des fosses fait pourtant supposer que le site s’étendait vers le sud, l’est et l’ouest. La présence dans le fond du paléochenal de tessons du Bronze final IIIa qui ont été transportés par l’eau est un autre indice en faveur de cette hypothèse.

125Phase 3 : dans la partie centrale et nord-ouest du site se trouvent des fosses qui ont fourni un matériel plus récent que le matériel typique du Bronze final IIIa classique de la str. 56. En effet, bien qu’il puisse être attribué dans l’ensemble au Bronze final IIIa puisque la peinture rouge, le graphitage et les bords en entonnoir y sont toujours absents, ce matériel montre déjà quelques éléments typiques du Bronze final IIIb. Cette phase que l’on pourrait qualifier de Bronze final IIIa récent n’est représentée que dans la partie nord-ouest de la fouille. C’est pendant cette phase que le remplissage du paléochenal commence. Comme aucun élément caractéristique de la phase 2 n’y a été constaté, on peut supposer qu’il n’a été creusé ou recreusé qu’à la fin de la phase 2 ou – plus probablement – pendant la phase 3.

126Phase 4 : le gros des trouvailles du paléochenal, ainsi que de quelques fosses, appartiennent à la période Bronze final IIIb. Cette phase est caractérisée par les rebords à entonnoir, le graphitage et la peinture rouge. La répartition dans l’espace des fosses et des secteurs du paléochenal, qui datent de la phase 4, donne l’image d’un petit habitat d’une extension d’environ 50 sur 40 m. C’est le seul habitat de Colmar-Diaconat pour lequel on peut supposer qu’il a été complètement fouillé. Quelques fosses et les trouvailles dans le paléochenal (coupes 7 et 6) pourraient indiquer l’existence d’une deuxième unité d’habitat située plus au sud.

127Phase 5 : les rares trouvailles des coupes de la zone basse (près de la Lauch) datent du Bronze final IIIb final, peut-être déjà de la transition au Hallstatt ancien. Elles pourraient démontrer un déplacement de l’habitat vers cette zone dans la deuxième moitié du ixe siècle. Toutefois les indices allant dans ce sens restent ténus.

Les relations chronologiques avec les autres sites du Bronze final à colmar-sud (fig. 1)

128Le site du Diaconat n’est pas le seul habitat protohistorique situé sur la terrasse de lœss dans la banlieue sud de Colmar. Les découvertes faites dans le voisinage immédiat montrent l’existence d’une occupation continue dès le Néolithique. Nous n’évoquerons ici que les ensembles qui datent de la période Bronze final II-Hallstatt ancien bien datés et publiés exhaustivement. M. Jehl et Ch. Bonnet (Jehl, Bonnet, 1970) ont publié un site du Bronze final IIIa présentant des parallèles avec la phase 2 du site Diaconat. Ces deux sites étant à une distance de 600 m l’un de l’autre, il devrait s’agir là de deux habitats distincts. Dès 1960, M. Jehl et Ch. Bonnet avaient fouillé dans le voisinage immédiat du Diaconat, sur le « Ruffacher Huben », un site qui a livré du matériel datant sans doute du Bronze final IIIb comme l’indique la présence d’une tuile faîtière et d’une jatte à marli (Zumstein, 1966, fig. 23 et 24). Cet ensemble est donc contemporain de Diaconat phases 4 et 5. La distance de 300 m environ au nord-est de Diaconat ne permet cependant pas de dire s’il s’agit là d’un site très étendu ou de deux sites distincts. D’autres trouvailles du Bronze final IIIb proviennent d’une zone située à 600 m au sud-ouest de Colmar-Diaconat, à proximité de la route de Rouffach (Bonnet et alii, 1990). La fosse TU 54-55 a livré des cols à entonnoir, une tuile faîtière et les vases piriformes typiques du Bronze final IIIb. Les formes typiques du Bronze final IIIb de la fosse GH 10-11 (une écuelle à décor incisé, deux tasses et plusieurs pots avec des cordons appliqués au départ du col) pourraient indiquer une datation tardive au sein de cette phase. Le fait que le site ait également livré plusieurs fosses du Hallstatt ancien est un argument supplémentaire en faveur d’une attribution des deux fosses du Bronze final à la fin de cette période. Le site de la route de Rouffach comprend donc les phases Bronze final IIIb et le Ha ancien. Il est contemporain de Colmar-Diaconat (phases 4 et 5) mais est encore occupé après la fin du site du Diaconat. Néanmoins, la terrasse de lœss de Colmar n’était pas occupée sur une grande surface. En effet, les sites se concentrent le long du bord oriental de celle-ci, à la limite de la dépression de la Lauch (Bonnet et alii, 1990) (cf. fig. 1, plan de situation). Cette situation a deux avantages décisifs : d’une part, les surfaces de lœss (favorables à l’agriculture) et les zones inondables (favorables à l’élevage) sont facilement accessibles, d’autre part la rivière fournit toujours assez d’eau fraîche. Il serait intéressant d’en savoir plus sur l’organisation spatiale de Colmar-Sud pendant le Bronze final. Existait-il à l’époque un seul village, déplacé de temps en temps, et dont nous ne connaissons que de tout petits secteurs ? L’habitat était-il au contraire constitué de plusieurs hameaux ou fermes isolées contemporains ? Les résultats des fouilles parlent en faveur de la deuxième hypothèse. Au cours du Bronze final, deux ou trois sites sont contemporains. Les deux sites du Bronze final IIIa se trouvent à une distance de 600 m, les trois sites du Bronze final IIIb sont situés à l’intérieur d’un périmètre de moins d’un kilomètre. La distance entre eux est donc trop importante pour qu’il puisse s’agir de différents secteurs d’un seul grand village. Cependant, ils sont trop proches l’un de l’autre pour correspondre à deux ou trois villages différents. On peut alors supposer qu’il s’agissait de fermes isolées ou de hameaux séparés de quelques centaines de mètres l’un de l’autre. Dans le cas de la phase 4 (Bronze final IIIb) de Colmar-Diaconat qui s’étend sur 40 à 50 m, nous avons peut-être affaire à une telle ferme ou un éventuel hameau. Ce type d’habitat semble persister au cours de l’époque du Hallstatt, comme le montre l’exemple du Hallstatt final de Holtzheim (fouilles G. Kuhnle, ce volume).

Fig. 16. Carte de répartition des quatre phases du site.

(Dessin Ch. Maise)

Comparaison avec des régions plus éloignées

129Bronze final IIb/IIIa : à cette période, l’Alsace fait partie du groupe RSFO. Au sein de cet ensemble, la région de Colmar présente tout comme le Brisgau voisin d’étroites relations avec le nord de la plaine du Rhin supérieur. Au Bronze final IIIa, les rapports avec les régions situées plus au nord ont tendance à s’affaiblir au profit du nord-est de la Suisse. Ceci est visible en particulier au travers des écuelles à registre concentrique et à thème rectiligne et au travers des rainures à trou de cheville (collectif, 1988, types/ cartes 5 et 7).

130Bronze final IIIb : au Bronze final IIIb, ces relations culturelles sont moins évidentes bien qu’il existe pourtant quelques indices. Ainsi les points de chaînette connus dès la fin du Bronze final IIIa montrent que des relations avec le nord-est de la Suisse continuent à exister. Les écuelles coniques peintes et les bords à petit ressaut sont, eux, le résultat d’influences en provenance de la Suisse occidentale et de la Savoie. Ces éléments deviennent extrêmement rares au nord et à l’est de Colmar. Par contre, les bols graphités et les jattes à marli sont des types fréquents en Allemagne du Sud, mais inconnus au Bronze final IIIb en Suisse occidentale et en France orientale.

Définition et périodisation du Bronze final III en Alsace (Ch. Maise)

La définition du Bronze final III en Alsace : historique des recherches

131Au cours de l’étude du matériel, il s’est avéré que la définition des étapes du Bronze final IIb, IIIa et IIIb variait considérablement. Ainsi un seul et même site peut être attribué suivant les auteurs à des phases différentes. Ce qui pour l’un est attribuable au Bronze final IIIa est pour l’autre caractéristique du Bronze final IIb. La figure 17 présente un essai de synchronisation des différents schémas chronologiques. La confusion qui règne au niveau de la terminologie est due au cheminement de la recherche. En Alsace, les tombes de Lingolsheim (Forrer, 1937) jouent un rôle clé dans la distinction entre le Bronze final IIb et le IIIa. Les tumulus d’Ensisheim (Jehl, Bonnet, 1962) jouent le même rôle dans la distinction entre le Bronze final IIIa et IIIb. Pour cette raison, leur attribution chronologique a été l’objet de nombreuses discussions.

Fig. 17. Tableau récapitulatif des principaux systèmes chronologiques cités.

Fig. 17. Tableau récapitulatif des principaux systèmes chronologiques cités.

1900-1960 : les fondements de la chronologie du Bronze final

  • 8 Les trouvailles typiques de la période Hallstatt B proviennent des tertres funéraires d’Ihringen et (...)

132C’est Paul Reinecke qui en 1902 définit la phase D de l’Âge du Bronze (Bz D), le Hallstatt A (Ha A) et le Hallstatt B (Ha B). Dans la logique de l’époque, Reinecke attribue l’ensemble du Hallstatt à l’Âge du Fer. Cependant les phases A et B sont actuellement attribuées à l’Âge du Bronze, alors que les phases C et D font partie de l’Âge du Fer. Il en résulte une contradiction dans la terminologie allemande. La terminologie francaise est ici plus logique dans la mesure où la phase Bronze final (Hallstatt A et B de la terminologie allemande) fait partie de l’Âge du Bronze alors que le Hallstatt n’est attribué qu’à l’Âge du Fer8.

133En 1940, W. Kimmig attribue les nécropoles de Wingersheim et Lingolsheim (Bas-Rhin) au Ha A (le Bronze final II de la terminologie française) (Kimmig, 1940, p. 196). Par contre, pour le Haut-Rhin, il ne peut rattacher aucune tombe au Ha A ou B. Pour ce qui est de la céramique, Kimmig s’en tient plus ou moins à la classification de Reinecke et attribue les décors incisés au Ha A et les décors peints et cannelés au Ha B. En revanche, en ce qui concerne les objets en bronze, il y a une importante différence avec la classification de Reinecke. Kimmig utilise l’épingle des palafittes comme marqueur chronologique du Hallstatt B (le Bronze final III de la terminologie française, ce qui provoque encore maintenant des discussions sur la chronologie) alors que Reinecke l’attribue, lui, au Ha A (Bronze final II). L’attribution de l’épingle des palafittes au Hallstatt B est cependant peu fondée. En effet Kimmig ne se fonde que sur trois exemplaires provenant de tombes assez pauvres en matériel céramique.

  • 9 Il en va de même pour la tombe de Bretzenheim (Palatinat) qui figure dans la liste de Gersbach des (...)

134Onze ans plus tard, Egon Gersbach (Gersbach, 1951) propose une première périodisation du Ha B. À l’instar de Kimmig, il attribue l’épingle des palafittes au Hallstatt B. Celle-ci étant régulièrement associée à de la céramique incisée, il est en conséquence amené à dater au moins une partie de cette dernière dans le Hallstatt B. Dans un second temps, il regroupe les ensembles dans lesquels sont associées épingle des palafittes et céramique incisée au sein de son Hallstatt B1. Le Hallstatt B de Reinecke, caractérisé par la céramique peinte et les épingles à petite tête vasiforme, devient alors le Hallstatt B2. Ces différences entre les phases Ha B1 et B2 sont tellement évidentes, que l’on peut se demander pourquoi cette distinction ne fut faite que par Gersbach. C’est l’histoire de la recherche qui nous donne la réponse : une partie de la céramique incisée est attribuée par Reinecke au Ha A et par Gersbach au Ha B1. La céramique peinte aux formes bombées est attribuée par Reinecke au Ha B et par Gersbach au Ha B2. De même l’épingle des palafittes, qui est d’après Reinecke caractéristique du Hallstatt A (Reinecke, 1902, pl. 43, n° 731), est attribuée par Gersbach au Ha B19. De cette façon, une partie du Ha A de Reinecke devient le Ha B1 de Gersbach et le Ha B de Reinecke le Ha B2 de Gersbach. Le fait que d’après Gersbach la céramique incisée soit caractéristique à la fois du Ha A et du Ha B a pour conséquence que les différences entre Ha A et B1 sont moins marquées que celles existant entre Ha B1 et Ha B2.

135En 1954, Herrmann Müller-Karpe propose pour la Bavière une périodisation des ensembles du Ha B en trois phases (Ha B1, B2 et B3). Par contre, pour ce qui est du groupe Rhin-Suisse, H. Müller-Karpe lui-même n’est pas sûr de pouvoir procéder à une tripartition. Par la suite les différents auteurs qui ont traité du groupe Rhin-Suisse ne mentionnent que deux phases : Ha B1 - Ha B2/3 ou Ha B1 - Ha B3. Le travail de Müller-Karpe a eu toutefois une grande influence sur la recherche française. Ainsi Jean-Jacques Hatt (Hatt, 1961) introduit pour la protohistoire française une version légèrement modifiée de la chronologie de Müller-Karpe (fig. 18).

1960-1995 : la définition du Bronze final III entre Vosges et Forêt-Noire

136En 1964/65, Hans Zumstein (Zumstein, 1964 et 1965) utilise pour classifier le matériel alsacien, une version simplifiée de la périodisation de Hatt. Cependant il emploie parallèlement la terminologie de Müller-Karpe (fig. 19). Hans Zumstein date l’ensemble des tombes de Lingolsheim dans la période Bronze final IIb. Par contre, il fait la différence entre les tombes 2 et 16 qu’il attribue au Ha A2 et les tombes 11, 13 et 17 qu’il place dans le Ha B1. Or, s’il avait suivi la terminologie de J.-J. Hatt, H. Zumstein aurait dû en toute logique attribuer les tombes 11, 13 et 17 à la période Bronze final IIIa. Le Bronze final IIb de H. Zumstein n’est donc pas identique au Bronze final IIb de J.-J. Hatt puisqu’il contient en plus des ensembles du Bronze final IIIa. Le Bronze final IIIb de Hatt, c’est-à-dire la période la plus récente du Bronze final, devient le Bronze final III pour Zumstein. Les sites de référence pour ce Bronze final III sont les tombes d’Ensisheim, d’Ihringen et de Gündlingen. Cependant il les différencie au niveau de la terminologie de Müller-Karpe. Ainsi, Ensisheim correspond au Ha B2 et Ihringen-Gündlingen au Ha B3. Les problèmes d’attribution du matériel alsacien aux phases de H. Zumstein sont dus à deux raisons : la céramique des tombes de Lingolsheim est relativement homogène, et présente beaucoup d’éléments caractéristiques du Bronze final IIb. C’est la raison pour laquelle toutes ces tombes furent attribuées par Kimmig au Ha A (Bronze final II de Hatt). Pourtant, il y a dans la tombe 13 une épingle des palafittes, qui depuis Kimmig est une forme typique du Bronze final IIIa. Le fait que plusieurs sites associent de la céramique attribuée au Bronze final IIb avec des objets métalliques typiques du Bronze final IIIa est un problème qui n’a pas encore été résolu. Les tombes I et II d’Ensisheim sont plus récentes que des complexes qui renferment des épingles des palafittes tels que la tombe 13 de Lingolsheim. Cependant il est généralement admis que la céramique d’Ensisheim est plus ancienne que celle d’Ihringen-Gündlingen, ce qui n’a pas empêché Zumstein d’attribuer l’ensemble de ces complexes à la même phase, son BF III.

137Quinze ans plus tard, Valentin Rychner attribue la majorité des tombes de Lingolsheim au Ha A2. Seule la sépulture 13 « doit être considérée comme d’âge Ha B1 certain. Elle contenait, en effet, une épingle des palafittes » (Rychner, 1979, p. 55). Rychner, comme Zumstein, est tout à fait conscient de la différence qui existe entre les tombes d’Ensisheim et celles d’Ihringen-Gündlingen. Selon lui, il est tout aussi possible d’attribuer la céramique d’Ensisheim à une phase avancée du Ha B1 qu’à une phase précoce du Ha B2. Si l’on tient compte des rites funéraires, qu’il considère comme décisifs, Ensisheim peut être attribué à la phase Ha B2. Comme il date le matériel d’Ihringen-Gündlingen également au Ha B2, c’est l’ensemble du Bronze final III de Zumstein qu’il attribue à son Ha B2 (cf. fig. 17).

138Ce n’est qu’en 1988 que de nouvelles découvertes permettent à J.-F. Piningre de démontrer que la période du IIIa est bien représentée dans toute l’Alsace (Piningre, 1988). Parmi ces nouveaux sites, on trouve les tombes de Dessenheim (Haut-Rhin) et de Haguenau-Donauberg (Bas-Rhin). Ces deux sites montrent à la fois une continuité du BF IIb au BF IIIa, mais aussi une certaine évolution des décors. Les sites d’habitat sont divisés par J.-F. Piningre en deux groupes : Magstatt, Brunstatt, Uffheim et Achenheim-Oberschaeffolsheim sont caractérisés par la prédominance des décors au peigne métallique sur les décors incisés et correspondent au Bronze final IIb. À Strasbourg-Cronenbourg et au Hohlandsberg, les décors estampés et impressionnés sont prépondérants. Ces sites peuvent être grossièrement assimilés au Bronze final IIIa, dont l’existence est pour la première fois démontrée en Alsace à la fois par des ensembles funéraires et par des sites d’habitat. Comme Rychner, Piningre attribue à la période du Bronze final IIIb tout le matériel que Zumstein avait daté du Bronze final III. Les tertres funéraires d’Ensisheim (Ensisheim I-II et Ensisheim-Heidbodenweg) constituent ses ensembles de référence. À cause des différences typologiques marquées entre les deux sites, Piningre date Ensisheim I-II au début et Ensisheim-Heidbodenweg à la fin de son BF IIIb.

Fig. 18. Systèmes chronologiques de Müller-Karpe et de Hatt.

Müller-Karpe

Hatt

Ha A2

BF IIb

Ha B1

BF IIIa

Ha B2/3

BF IIIb

Fig. 19. Systèmes chronologiques d’après Zumstein.

Hatt

Zumstein
terminologie Hatt

Zumstein
terminologie Müller-Karpe

Tombes d’après Zumstein

BF IIb

BF IIb

Ha A2

Lingolsheim. 2, 16

BF IIIa

BF IIb

Ha B1

Lingolsheim. 11, 13, 17

BF IIIb

bf iii

Ha B2

Ensisheim

BF IIIb

bf iii

Ha B3

Gündlingen

139Un des travaux les plus récents consacrés à la chronologie du côté est du Rhin supérieur est celui de Beate Grimmer-Dehn (Grimmer-Dehn, 1991). Elle divise le Bronze final IIb et III en deux phases principales : Oberrhein II et III. La première de ces deux phases correspond au BF IIb/IIIa, la deuxième au IIIb. Cette division peut être également appliquée au département du Haut-Rhin tout proche. En effet, les éléments énumérés par Grimmer-Dehn sont presque identiques à ceux mentionnés par Zumstein, Rychner et Piningre.

1995-1998 : la tripartition du Bronze final III

  • 10 Seuls le Ha B1 et 3 de la terminologie de Müller-Karpe avaient été adoptés.

140Jusqu’ici toutes les études dans l’est de la France, en Suisse et dans le sud-ouest de l’Allemagne se sont contentées de diviser le Bronze final III/Ha B en deux phases. Cependant, au cours des dernières années, il y a eu en Suisse deux tentatives pour diviser le Ha B en trois phases. Ces tripartitions n’ont aucun rapport avec la subdivision de Müller-Karpe même si la même terminologie (Ha B1, B2 et B3) est utilisée. L’existence en Suisse de deux approches différentes complique encore plus cette situation. L’évolution dans le département du Haut-Rhin étant étroitement liée à celle de la Suisse (et surtout à celle de la Suisse orientale), il est nécessaire de présenter brièvement ces deux approches : la première, que l’on peut qualifier de « zurichoise », part d’une réflexion théorique qui suppose l’existence, parmi le matériel des tombes et des sites non-lacustres, d’éléments susceptibles de combler le hiatus existant entre les ensembles de la première phase d’habitation des sites lacustres (entre 1060 et 960 av. J.-C. environ) et ceux de la deuxième phase d’occupation des sites lacustres (essentiellement entre 880 et 850 av. J.-C.). On utilise, pour cette phase hypothétique, dans un premier temps le terme Ha B2, qui n’avait jusqu’alors pas été utilisé dans cette région10.

141En 1995, A. Matter fournit une définition du Ha B2 que nous qualifierons de « zurichoise » (Matter, 1992). L’ensemble de référence pour le Ha B2 « zurichois » est le site d’Elgg près de Zurich. Les tombes de Lingolsheim sont attribuées par Matter au Ha A2, celles de Haguenau-Donauberg (Piningre, 1988) au Ha B1 et celles d’Ensisheim I et II au Ha B2 « zurichois ».

  • 11 Rychner, 1998, p. 70-79 ; Bolliger-Schreyer, Seifert, 1998, p. 80-92 ; Seifert, 1997, p. 120-125.
  • 12 « ... la phase initiale des palafittes, en vertu des épingles dites « des palafittes » qui la carac (...)

142La deuxième approche fut développée récemment par Valentin Rychner pour la Suisse occidentale et par Sabine Bolliger Schreyer et Mathias Seifert pour la Suisse orientale11. Cette approche se fonde entre autre sur le fait que l’épingle des palafittes provient des deux ensembles de référence de la première phase d’occupation des sites lacustres du Bronze final en Suisse (Hauterive-Champréveyres zone A et Greifensee-Böschen) datés tous les deux par la dendrochronologie vers 1050 av. J.-C. L’attribution de la totalité du matériel de ces deux sites au Ha B1 est en accord avec la datation de l’épingle des palafittes dans la phase Ha B1 telle que l’avait décrétée Kimmig. Par contre, elle est en contradiction avec le fait que la céramique représentée sur ces deux sites est traditionnellement attribuée au Ha A2. D’après V. Rychner, cette première phase des sites lacustres du Bronze final (env. 1060-1030 av. J.-C.) doit être qualifiée de Ha B1. Le Ha B1 de Gersbach devient le Ha B2, le Ha B2 devient le Ha B3 de Rychner. Mais comme celui-ci constate que le matériel de la deuxième phase des sites lacustres (vers 1000/950 av. J.-C.) évolue de manière sensible, il subdivise son Ha B2 en deux étapes : le Ha B2 ancien et récent12. Les deux nouveaux systèmes chronologiques suisses sont identiques en ce qui concerne la succession chronologique ; par contre ils présentent de nettes divergences au niveau terminologique. L’acquis principal de ces deux approches est la constatation de l’existence d’un horizon situé entre les deux principales phases d’occupation des sites lacustres au Bronze final. Il sera donc intéressant de vérifier si cet horizon intermédiaire (env. 960- 880 av. J.-C) est aussi représenté en Alsace et surtout à Colmar-Diaconat.

Nouvelle approche pour une chronologie relative du Bronze final III en Alsace

143Partant d’une classification typologique du matériel disponible, il est maintenant nécessaire de subdiviser le Bronze final III de manière aussi précise que possible.

Limites du Bronze final III

Limite entre le Bronze final IIb et le Bronze final III

144Une partie des problèmes de la différenciation entre le Bronze final IIb et le Bronze final IIIa est due au fait que l’épingle des palafittes a été attribuée par définition au BF IIIa. Comme il devient de plus en plus évident qu’elle n’existe pas seulement au BF IIIa, mais qu’elle fait son apparition dès le BF IIb, il faudrait donc lui contester le statut de fossile directeur du BF IIIa/Ha B1. Si l’on se base maintenant sur la céramique – d’ailleurs beaucoup plus nombreuse que les bronzes – pour faire la différence entre le BF IIb et le BF IIIa, on peut définir deux horizons chronologiques très clairs. Pour l’Alsace, ces deux horizons ont été clairement décrits en 1988 par J.-F. Piningre. De plus, le BF IIb est bien représenté dans les stratigraphies des sites lacustres où il précède le BF IIIa. Donc, contrairement à ce que préconise V. Rychner, il semble difficile d’attribuer l’ensemble de la phase la plus ancienne (autour de 1060/1030 av. J.-C.) des sites lacustres au BF IIIa/Ha B1. Le matériel des sites lacustres de Greifensee-Böschen (Eberschweiler et alii, 1987) et d’Hauterive-Champréveyres, zone A (Rychner, 1988) présente un certain nombre de caractères spécifiques du BF IIb tardif. Il s’agit en particulier des gobelets à épaulement à arceaux cannelés, des écuelles coniques à décor en guirlande et surtout des écuelles à rebord décroché. Ces caractères se retrouvent sur plusieurs sites alsaciens comme à Merxheim-Breyl (Bonnet, Plouin, 1979, fig. 5), au Hohlandsberg (Jehl, Bonnet, 1968, fig. 11 ; Bonnet, 1974, fig. 7A), à Uffheim (Wolf, 1972 ; Piningre, 1988 ; Wolf, 1989), au Mont-Ste-Odile (Zumstein, 1993, fig. 4), à Lingolsheim, structure 48 (Lasserre, Rohmer, 1994), à Achenheim-Bas, fosse 38 (Heintz, 1953 pl. 5 et 6), à Achenheim-Oberschaeffolsheim (Schmitt, 1966, fig. 4-6) et à Dessenheim, tombe 3 (Bonnet, Plouin, 1979 fig. 2). Par contre, ils ne sont plus représentés sur les sites du BF IIIa, tels que les fosses 56 et 22 de Colmar-Diaconat, les sites de Strasbourg-Cronenbourg et de Sainte-Croix (Gallia Préhistoire, 25, 1982, p. 306, fig. 19). La transition du BF IIb vers le BF IIIa, qui est datée sur les sites lacustres vers 1040/1010 av. J.-C., est donc également perceptible sur les sites du Haut-Rhin.

Limite entre Bronze final III et Hallstatt

145D’après les récentes datations dendrochronologiques, le Hallstatt commence 50 à 100 ans plus tôt que l’on avait supposé. La tombe de Wehringen joue un rôle clé dans la datation de la transition du Bronze final IIIb au Hallstatt ancien. Elle contenait à la fois un char Bronze final IIIb et une épée de type Gündlingen – fossile directeur du Hallstatt ancien. Les données dendrochronologiques indiquent une datation vers 790 +/-10 av. J.-C. Le Hallstatt ancien commence donc nécessairement vers 800/780 av. J.-C. En conséquence, il est possible d’évaluer la durée du Bronze final III à environ 200-250 années (1040/1010 à 800/780 av. J.-C.). C’est à cette période et aux possibilités de la subdiviser que sera consacré le prochain chapitre.

Périodisation du Bronze final III

Bronze final IIIa et Bronze final IIIb

146La définition des phases IIIa et IIIb du Bronze final se fonde essentiellement sur les sites lacustres. C’est en effet là que l’on dispose à la fois de données stratigraphiques fiables et de conditions de conservation exceptionnelles. De manière générale, ce sont ces sites qui, grâce aux progrès récents de la dendrochronologie (Becker et alii, 1985), livrent le cadre chronologique. Grâce à cette méthode, il a été possible de constater qu’une période correspondant à près d’un siècle (entre 960 et 880 av. J.-C.) est peu représentée au sein du matériel découvert. Ceci explique du reste les différences typologiques qui existent entre la première et la deuxième phase d’occupation des sites lacustres au Bronze final (env. 1060-960 et 880-850 av. J.-C). Il est maintenant possible de démontrer sur la base du matériel de Colmar Diaconat ainsi que d’autres sites que cette période est bien caractérisée par une évolution continue. Les hiatus qui existaient jusqu’à présent facilitaient les tentatives de périodisation. Par contre, comme nous avons affaire maintenant à une évolution continue entre le Bronze final IIIa et IIIb, le Bronze final III ne peut être subdivisé que sur la base de l’apparition ou de la disparition de certains caractères et de leur fréquence. En ce qui concerne l’Alsace, ce sont les tertres funéraires d’Ensisheim-Römerhübel (Jehl, Bonnet, 1962 ; Piningre, 1988, fig. 7, nos 1-8) qui jouent un rôle déterminant. Comme il s’agit d’ensembles de référence importants, le problème de leur datation doit être abordé plus en détail. Hans Zumstein (Zumstein, 1965) a attribué le matériel d’Ensisheim-Römerhübel (Ensisheim I et II) à son Bronze final III, tout comme la céramique peinte en rouge et noir de Gündlingen (Kimmig, 1940). Cependant, le fait qu’il date Ensisheim du Ha B2 et Gündlingen du Ha B3, implique qu’il voit bien l’existence d’une évolution entre le matériel d’Ensisheim et celui de Gündlingen. En conséquence, il aurait pu attribuer Ensisheim au BF IIIa et Gündlingen au BF IIIb. Cependant, il semble qu’il n’ait pas pu faire cette distinction sur la base du matériel de Haute-Alsace connu alors.

147Valentin Rychner date Ensisheim I et II comme Ihringen et Gündlingen de son Hallstatt B2 de 1979, même si, d’après lui, les trouvailles d’Ensisheim ne sont pas comparables à celles d’Ihringen et de Gündlingen (Rychner, 1979, p. 59). Elles correspondraient plutôt au Hallstatt B1 de l’Allemagne du Sud et plus aux trouvailles de la Suisse orientale qu’à celles de la Suisse occidentale. Le rite funéraire qui, d’après V. Rychner, correspond déjà au BF IIIb est cependant en contradiction avec la datation du matériel. Dans le cas d’Ensisheim, c’est le rite funéraire qui pour lui est donc un marqueur chronologique plus important que la typologie céramique. La définition des phases chronologiques est généralement fondée sur le matériel métallique et la céramique. Seule cette démarche permet de paralléliser tombes et sites d’habitat. C’est la raison pour laquelle nous préférons fonder notre datation sur le matériel. Comme Rychner, nous considérons que le matériel d’Ensisheim I et II est plus proche du IIIa que du IIIb. En mettant l’accent sur des critères typologiques il devient possible de mettre en parallèle les tombes d’Ensisheim avec le matériel provenant d’autres sites. Comme V. Rychner, J.-F. Piningre (Piningre, 1988) attribue les ensembles d’Ensisheim I et II au début de sa phase Bronze final IIIb. Il pense donc que les tombes d’Ensisheim sont plus récentes que des sites tels que Haguenau-Donauberg qui sont eux attribués au BF IIIa. Mais comme il subdivise son BF III en deux phases seulement, il ne peut pas tenir compte des différences considérables existant entre le matériel d’Ensisheim et la céramique peinte du type Ihringen-Gündlingen.

Fig. 20. Position chronologique des tertres d’Ensisheim I et II.

Le Landeron

Ensisheim tertres I, II

Ihringen, tertres A, B
Gündlingen, tertres C, M

datation

BF IIIa

BF IIIb

nombre total d’objets

22

29

105

rainures à trou de cheville

x

x

points de chaînette

x

x

groupes de cannelures

x

x

décor discontinu

x

x

bols à décor incisé

x

décors incisés

x

x

graphitage

x

x

bols graphités

x

peinture rouge

x

peinture rouge/noire

x

bords en entonnoir

x

148La position chronologique du matériel d’Ensisheim peut être précisée en le comparant avec celui de deux autres sites majeurs : « Le Landeron », situé entre les lacs de Neuchâtel et de Bienne en Suisse, daté par la dendrochronologie entre 960-956, av. J.-C. et attribué au BF IIIa (Ruoff, 1974 ; Rychner, 1988), et les tombes du BF IIIb d’Ihringen-Gündlingen (Kimmig, 1940) (fig. 20). Cette comparaison montre à la fois les ressemblances existant entre les tombes d’Ensisheim et le BF IIIa et à quel point ce matériel diffère du BF IIIb « classique ». Parmi les éléments caractéristiques d’Ensisheim, les bols décorés de lignes soigneusement incisées et les rainures associées à un trou de cheville sont connus dans les palafittes de la Suisse occidentale à partir d’environ 1050 av. J.-C. Cependant, ces décors (tout comme d’ailleurs les décors incisés) se raréfient sur les sites lacustres du BF IIIb qui datent de la période 880-850 av. J.-C. De même la peinture présente sur la céramique des tertres funéraires d’Ihringen et de Gündlingen, peinture typique de la phase IIIb, est rare à Ensisheim. Il y manque également les rebords en entonnoir caractéristiques du BF IIIb. L’absence de ces deux éléments n’est pas due à des différences régionales. En effet, comme le site de Colmar-Diaconat ou le tumulus d’Ensisheim-Heidbodenweg (Piningre, 1988, fig. VI, nos 9, 13. 15) le montrent bien, ces deux éléments sont également représentés dans le département du Haut-Rhin.

149Il semble donc que les ensembles d’Ensisheim soient d’un point de vue typologique à la fois plus récents que ceux du BF IIIa classique (Colmar-Diaconat, str. 56, tombes de Haguenau-Donauberg et de Ste-Croix-en-Plaine) (Piningre, 1988) et plus anciens que ceux du BF IIIb classique (tombes d’Ihringen et de Gündlingen) (Kimmig, 1940 ; Gersbach, 1951, fig. 51).

150Dans le cas d’une bipartition du Bronze final III (IIIa et IIIb), les ressemblances de la céramique d’Ensisheim avec le BF IIIa / HaB1 sont plus nettes qu’avec le BF IIIb / HaB2/3. Il est donc préférable d’attribuer l’inventaire des tertres d’Ensisheim au BF IIIa même si les rites funéraires correspondent eux au BF IIIb. Les tombes d’Ensisheim doivent être en fait attribuées à une phase tardive du Bronze final IIIa. La phase 3 de Colmar-Diaconat peut être également attribuée à ce IIIa récent. Le Bronze final IIIb est, lui, caractérisé par l’apparition de la céramique peinte et par l’absence de décors en zigzag sur les bords des écuelles coniques. Cette limite au sein d’une évolution continuelle est naturellement plus ou moins arbitraire. Une comparaison avec les sites lacustres permet de situer la transition du BF IIIa au BF IIIb vers 940/910 av. J.-C.

151A. Matter (Matter, 1992) contourne le problème de la datation des tombes d’Ensisheim en les attribuant à son Ha B2 « zurichois », donc entre la phase d’occupation des sites lacustres qui finit après 960 av. J.-C. et la suivante qui commence sur la plupart des sites après 880 av. J.-C. Est-il possible de subdiviser le Bronze final III en plus de deux phases différentes ? Matter subdivise le matériel du Bronze final III alsacien en trois phases. Cependant il s’avère que sur la base du matériel de Colmar-Diaconat, il est possible de distinguer trois, quatre, voire cinq phases au sein du Bronze final III alsacien. Ainsi, comme nous venons de le voir, la phase 3 de Colmar et les ensembles I et II d’Ensisheim peuvent être attribués au BF IIIa tardif. Il existe donc outre un BF IIIa classique, représenté par la phase 2 de Colmar, un BF IIIa récent. Cependant le matériel ne suffit pas encore pour en faire une phase chronologique à part entière. Par contre, il est possible de distinguer au sein du Bronze final IIIb une phase plus ancienne que le BF IIIb « classique ». Celle-ci correspond aux tombes d’Ihringen et de Gündlingen. Comme nous le verrons plus bas, il serait éventuellement possible d’isoler un Bronze final IIIb récent qui s’intercalerait entre le Bronze final IIIb classique et le Hallstatt ancien.

Fig. 21. Organisation des critères chronologiques.

Fig. 21. Organisation des critères chronologiques.

Subdivision du Bronze final III (fig. 21)

Bronze final IIIa « classique » (= Ha B1 « classique »)

152La phase 2 de Colmar (pl. 2 à 6, nos 24 à 102 et fig. 22) correspond au détail près au BF IIIa classique. D’autres sites qui peuvent être attribués à cette phase sont : Strasbourg-Cronenbourg (Hatt, Zumstein, 1960), Bötzingen 71/43 et Burkheim, fosse A2 (Grimmer, 1988). Grâce aux datations dendrochronologiques des sites lacustres, il est possible de dater cette phase entre environ 1040/1010 et 970/950 av. J.-C.

Bronze final IIIa récent (= Ha B1 « récent »)

153La phase 3 de Colmar-Diaconat (pl. 7 à 10, nos 103 à 221 et fig. 23) présente encore de fortes affinités avec la phase 2. L’absence de peinture rouge, de graphitage, de bords en entonnoir et de jattes à marli sont autant d’éléments qui interdisent d’attribuer la phase 3 de Colmar-Diaconat au Bronze final IIIb. Il est intéressant de constater l’absence de formes caractéristiques du BF IIIa comme c’est le cas pour les urnes à col cylindrique. Malgré la pauvreté du matériel découvert, il est très probable que ceci puisse être interprété en termes de chronologie.

154D’autres sites qui peuvent être attribués à cette phase sont l’habitat d’Efringen-Kirchen (Dehn, 1967) et les tombes d’Ensisheim I et II. La comparaison de cet assemblage avec le matériel des sites lacustres permet de dater cette phase entre environ 970/50 et 940/10 av. J.-C.

Bronze final IIIb « ancien » et « classique » (= Ha B2/3 « ancien » et « classique »)

155La phase 4 de Colmar-Diaconat (pl. 11 à 24, nos 222 à 742 et fig. 24) peut être attribuée sans aucun doute au Bronze final IIIb comme le prouvent les épingles à tête vasiforme et la céramique peinte. Par contre, bords en entonnoir et jattes à marli sont relativement rares. Depuis un siècle, le Bronze final IIIb « classique » est défini à partir de complexes funéraires de la région (Tischler, 1886). Il est caractérisé par les bords en entonnoir, la peinture rouge et noire et les cannelures larges. À partir de ces caractéristiques, il est possible d’attribuer d’autres ensembles au Bronze final IIIb « classique » : Burkheim, fosse 84/60 (Dehn, Grimmer-Dehn, 1995) ; Colmar route de Rouffach, fosse TU 54-55 (Bonnet et alii, 1990, fig. 19) ; Endingen, fosse 72/10 (Grimmer-Dehn, 1991) ; Mengen 1974 fosses 1, 233 et 238 (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 65B ; 69 ; 70A). Les arguments typologiques ainsi que les comparaisons avec d’autres ensembles indiquent qu’une partie du matériel de la phase 4 de Colmar pourrait être plus ancienne que le BF IIIb « classique » qui lui, correspond au matériel lacustre daté entre 880 et 850 av. J.-C. Les datations dendrochronologiques d’Hauterive-Champréveyres sur le lac de Neuchâtel démontrent que le IIIb débute dès avant 900 av. J.-C. Ainsi dans la zone E (908-899 et 881- 869 av. J.-C., Borello, Gross, 1988, p. 81), on ne trouve pratiquement que des épingles à petite tête vasiforme, fossile directeur du BF IIIb, alors que peinture et graphitage, également fossiles-directeurs de cette phase, sont très rares. La datation la plus probable du Bronze final IIIb ancien devrait être comprise entre 940/10 et 880/60 av. J.-C. Outre Colmar- Diaconat, il est possible de lui attribuer des ensembles tels que Gündlingen 1955, Merdingen 1968, fosse 1 (Grimmer-Dehn, 1991, pl. 71A), Merxheim- « Brey » (Bonnet, Plouin, 1979, fig. 6) et Ribeauvillé-St-Ulrich (Bonnet, Plouin, 1979, fig. 4).

Fig. 22. Formes typiques du BF IIIa « classique » (environ 1040/1010 - 970/950 av. J.-C.). 1-11 : éch. 1/4 ; 12 : éch. 1/8.

(Dessins T. Logel)

Fig. 23. Formes typiques du BF IIIa « récent » (phase 3) (environ 970/950 av. J.-C.). 1-14 : éch. 1/4 ; 15-17 : éch. 1/8.

(Dessins T. Logel)

Fig. 24. Formes typiques du BF IIIb « ancien/classique » (phase 4) (environ 940/910 - 850/830 av. J. C.) éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Bronze final IIIb récent (Ha B2/3 récent)

156Le Bronze final IIIb « classique » peut être daté entre 880/60 et 850/20 av. J.-C. Par contre, il est encore impossible de dire s’il dure jusqu’au début du Hallstatt, vers 800/780 av. J.-C., ou si un Bronze final IIIb récent s’intercale entre ces deux phases. La phase 5 de Colmar-Diaconat (pl. 25, 26, nos 743 à 779) est plus récente que la phase 4, comme le prouve l’augmentation de la fréquence des bols graphités, des jattes à marli et des bords en entonnoir. Cependant, dans son ensemble, cette phase n’a livré que peu de matériel. Comme l’évolution entre le Bronze final IIIb et le Ha ancien est continue, certains vases pourraient être datés du viiie siècle av. J.-C., c’est-à-dire du Hallstatt C. Cependant, la présence de bords en entonnoir et des tuiles faîtières, tous deux des fossiles directeurs du BF IIIb, démontre que la phase 5 de Colmar-Diaconat dans son ensemble est attribuable au Bronze final IIIb. À part la phase 5 de Colmar, d’autres ensembles de la plaine du Rhin supérieur tels que Sasbach-Schafläger (Grimmer, 1988 ; Grimmer-Dehn, 1991) et Achenheim, fosse 79 (Heintz, 1953, pl. 7), présentent également des éléments typologiquement plus récents que ceux du BF IIIb classique sans qu’ils soient pour autant attribuables au Hallstatt.

Conclusions

157Le site de Colmar-Diaconat est d’une importance primordiale pour la mise en place d’une chronologie relative du Bronze final en Alsace. Au sein du Bronze final III (de 1040/10 à 800/780 av. J.-C.), il est possible de distinguer des phases différentes.

  • Le Bronze final IIIa « classique » correspond bien au matériel des sites lacustres des années 1049/1010 à 970/950 av. J.-C.

  • Certains indices sont en faveur de l’existence d’un Bronze final IIIa « récent ». Cependant, une définition claire de cette phase n’est pas encore possible.

  • Le Bronze final IIIb « ancien » se différencie nettement du style Ihringen-Gündlingen (IG).

  • Le Bronze final IIIb « classique » correspond au style IG.

  • L’existence d’un Bronze final IIIb « récent » qui succéderait au style IG tout en étant plus ancien que le Hallstatt ancien est possible.

158Grâce aux sites lacustres suisses, nous pouvons attribuer à cette subdivision un cadre chronologique précis. Ce schéma chronologique (fig. 25) appelle un certain nombre de remarques :

159Une première concerne le manque de précision des datations absolues entre 960 et 880 av. J.-C. Un des objectifs des recherches futures devrait être de préciser ces datations. La tripartition du Bronze final III récemment proposée par les chercheurs suisses se confirme. Il est même possible de la préciser. L’existence d’un Bronze final IIIb ancien est confirmée. En plus, deux phases supplémentaires commencent à prendre forme : IIIa récent et IIIb récent. S’il était possible de les confirmer, les ensembles du III en Alsace pourraient être datés à cinquante ans près.

160Parallèlement, à cause de la finesse d’une telle chronologie, il devient difficile de dater des objets isolés. En effet, il est de plus en plus clair que nous avons affaire à une évolution continue au sein de laquelle les différents caractères apparaissent, se transforment et disparaissent indépendamment les uns des autres. Dans ce contexte, une périodisation est nécessairement artificielle. Les phases mises en évidence ne correspondent en aucun cas à des ruptures et doivent être définies non pas sur la base d’éléments isolés mais faire appel simultanément à plusieurs caractères et tenir compte de leur fréquence.

Fig. 25. Schéma chronologique pour le BF III en Alsace.

Fig. 25. Schéma chronologique pour le BF III en Alsace.

Fig. 26. Carte de répartition des sites régionaux mentionnés dans le texte (dessin d’après Ch. Maise) : 1. Haguenau-Donauberg ; 2. Leutenheim-Hexenberg ; 3. Wingersheim ; 4. Marlenheim ; 5. Achenheim ; 6. Achenheim-Oberschaeffolsheim ; 7. Strasbourg ; 8. Lingolsheim ; 9. Mont-Sainte-Odile ; 10. Ribeauvillé - Saint-Ulrich ; 11. Sasbach ; 12. Forchheim ; 13. Jechtingen ; 14. Königschaffhausen ; 15. Endingen ; 16. Burkheim ; 17. Bötzingen ; 18. Freiburg-Tiengen ; 19. Gündlingen ; 20. Ihringen ; 21. Breisach ; 22. Colmar-Nord ; 23. Colmar-Sud ; 24. Wintzenheim-Hohlandsberg ; 25. Sainte-Croix-en-Plaine ; 26. Dessenheim ; 27. Gundolsheim ; 28. Merxheim ; 29. Ensisheim ; 30. Ensisheim, tertres I et II ; 31. Uffheim ; 32. Efringen-Kirchen.

Fig. 26. Carte de répartition des sites régionaux mentionnés dans le texte (dessin d’après Ch. Maise) : 1. Haguenau-Donauberg ; 2. Leutenheim-Hexenberg ; 3. Wingersheim ; 4. Marlenheim ; 5. Achenheim ; 6. Achenheim-Oberschaeffolsheim ; 7. Strasbourg ; 8. Lingolsheim ; 9. Mont-Sainte-Odile ; 10. Ribeauvillé - Saint-Ulrich ; 11. Sasbach ; 12. Forchheim ; 13. Jechtingen ; 14. Königschaffhausen ; 15. Endingen ; 16. Burkheim ; 17. Bötzingen ; 18. Freiburg-Tiengen ; 19. Gündlingen ; 20. Ihringen ; 21. Breisach ; 22. Colmar-Nord ; 23. Colmar-Sud ; 24. Wintzenheim-Hohlandsberg ; 25. Sainte-Croix-en-Plaine ; 26. Dessenheim ; 27. Gundolsheim ; 28. Merxheim ; 29. Ensisheim ; 30. Ensisheim, tertres I et II ; 31. Uffheim ; 32. Efringen-Kirchen.

Pl. 1. Mobilier céramique de la fosse 79, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 2. Mobilier céramique de la fosse 22, éch. ¼

(Dessins T. Logel)

Pl. 3. Mobilier céramique de la fosse 56, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 4. Mobilier céramique de la fosse 56, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 5. Mobilier céramique de la fosse 56, éch. ¼

(Dessins T. Logel)

Pl. 6. Mobilier céramique de la fosse 56, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 7. Mobilier céramique des fosses 13 (103-112) et 18 (114-145), éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 8. Mobilier céramique de la fosse 84 (146-150 : éch. 1/4 ; 151-161 : éch. 1/8).

(Dessins T. Logel)

Pl. 9. Mobilier céramique des fosses 54 (162-173), 89 (174-178) et 88 (181-195), éch. ¼

(Dessins T. Logel)

Pl. 10. Mobilier céramique des fosses 34 (196-200), 38 (201-212) et 87 (213, 221), éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 11. Mobilier céramique de la fosse 71 (222-240 : éch. 1/4 ; 241-246 : éch. 1/8)

(Dessins T. Logel)

Pl. 12. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupe 7, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 13. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupe 6, éch. ¼

(Dessins T. Logel)

Pl. 14. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 5-24 (327-342), coupes 25-26 (343-354), coupes 27-28 (355-373), éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 15. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupe 8, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 16. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 8-3, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 17. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 3-1, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 18. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 02-1N, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 19. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 1-2 (562-576), 21-1 (577-587), 4 (588-600), éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 20. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 9-11, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 21. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 10-11, éch. ¼

(Dessins T. Logel)

Pl. 22. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 10-11 éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 23. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupe 11, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 24. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupe 12, éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 25. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 15 (743), 19 (744-746), 13 (747-760), éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Pl. 26. Mobilier céramique du fossé/chenal, coupes 14 (761-775), 16 (776-777), 17 (778-779), éch. ¼.

(Dessins T. Logel)

Bibliographie

Bibliographie

Adama.-M., Lasserre M., 1996, « Le site archéologique du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : premiers résultats des fouilles 1994-1995 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXIX, p. 35- 48, 5 pl.

Adam A.-M., Lasserre M., 2001, « La butte du Hexenberg à Leutenheim (Bas-Rhin) : un habitat fortifié de la fin du Bronze final, fouilles 1994 à 1999 », B.S.P.F., t. 98, n° 2, p. 311-324, 8 fig.

Anastasiu R., Bachmann F., 1991, Hauterive-Champréveyres, 5 : Les terres cuites du Bronze final, témoins de la vie quotidienne et religieuse, Saint-Blaise, éd. du Ruau, 124 p., ill. (Archéologie neuchâteloise, 11).

Baumeister R., 1995, « Außergewöhnliche Funde der Urnenfelderzeit aus Knittlingen, Enzkreis », Fundberichte aus Baden-Württemberg, 20, p. 378-422.

Becker B. et alii, 1985, Dendrochronologie in der Ur-und Frühgeschichte : Die absolute Datierung von Pfahlbausiedlungen nördl. d. Alpen im Jahrring-kalender Mitteleuropas, Bâle, Schweizer. Ges. für Uru. Frühgeschichte, 68 p., ill. (Antiqua, 11).

Bender H., Dehn R., Stork I., 1976, « Neuere Untersuchungen auf dem Münsterberg in Breisach (1966-75) », Archäologisches Korrespondenzblatt, t. 6, p. 213-224.

Bernatzky-Goetze M., 1987, Mörigen : die spätbronzezeitlichen Funde, 212 p. 176 pl., Bâle, Schweizer. Ges. für Ur- u. Frühgeschichte (Antiqua, 16).

Billaud Y., Marguet A., Simonin O., 1993, « Chindrieux, Châtillon (Lac du Bourget, Savoie) : ultime occupation des lacs alpins français à l’Âge du bronze ? », in : Actes du 116e Congrès national des soc. savantes, Chambéry, 1991, Pré- et Protohistoire, Paris, p. 277-310.

Bocqueta., Marguet A., Orcel C., Oracle A., 1988, « Datations absolues sur les stations littorales et l’Âge du Bronze final dans les Alpes du Nord » in : Brun P., Mordant Cl. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 435-444 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Bolliger-Schreyer S., Seifert M., 1998, « L’Âge du Bronze final : Suisse centrale et orientale », in : Hochusli S., Niffeler V., Rychner V. éd., La Suisse, du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, SPM III. Âge du Bronze, Bâle, Schweizerischen Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, p. 80-89.

Bonnet Ch., 1974, « Un nouvel aperçu sur la station d’altitude de Hohlandsberg, Wintzenheim (Haut-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XVIII, p. 33-50, 12 fig.

Bonnet Ch., Jehl, M., 1960, « Habitats pré- et protohistoriques à Gundolsheim-Merxheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. IV, p. 27-43, 8 fig.

Bonnet Ch., Plouin S., 1979, « Compléments à la carte archéologique du Haut-Rhin (région Colmarienne). 3e partie : les nouveaux sites pré- et protohistoriques », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XII, p. 5-20.

Bonnet Ch., Plouin S., Lambach F., 1990, « Colmar, route de Rouffach : un site pré-et protohistorique d’importance. IIIe partie : le site protohistorique de Colmar-Sud », R.A.E., t. 41, fasc. 1, p. 7-34, 21 fig.

Borrello M.A., 1992, Hauterive-Champréveyres 6 : La céramique du Bronze final, Zone D et E, Saint-Blaise (Archéologie neuchâteloise, 14).

Borrello M.A., Gross É., 1988, « Nouvelles approches dans l’étude de la céramique du Bronze final dans la région des lacs du pied du Jura », in : Brun P., Mordant Cl. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 75-102 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Châtelet M., Klingenfus P., 1989, Lotissement ‘les terrasses du Diaconat’, Rufacher Huben nord : diagnostic préalable. 20 nov.-1er déc. 1989, Direction des Antiquités préhistoriques et historiques d’Alsace, Strasbourg, 17 p., 10 fig., 1 pl. h.t.

Collectif, 1988, « Cartographie des principaux types du Rhin-Suisse-France orientale », in : Brun P., Mordant Cl. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 627-659 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Degros J., Guffroy J., Tarrête J., 1976, « La fosse hallstattienne de l’enfer à Chartrettes », Gallia, t. 34, p. 56-94.

Dehn W., 1967, « Eine Siedlungsfunde der Urnenfeld-kultur bei Efringen-Kichen (Ldk Lörrach) », Badische Fundberichte, 23, p. 47-67.

Dehn R., Grimmer-Dehn B., 1995, « Die Grube 84/60 der urnenfelderzeitlichen Siedlung auf dem Burgberg bei Burkheim, Gem. Vogtsburg, Kr. Breisgau Hochschwarzwald », in : Schmid-Sikimic B., Della Casa Ph. éd., Trans Europam. Beiträge zur Bronze-und Eisenzeit zwischen Atlantik und Altai : Festschrift für Margarita Primas, Bonn, R. Habelt, p. 119-127 (Antiquitas, 3 - Abhandlungen zur Vor- und Frühgeschichte, zur klassischen und provinzial-römischen Archäologie und zur Geschichte des Altertums, 34).

Eberschweiler B., Riethmann P., Ruoff, U., 1987, « Greifensee-Böschen ZH : ein spätbronzezeitliches Dorf : ein Vorbericht », Annuaire de la Soc. Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, t. 70, p. 77-100, ill., 10 pl.

Eggert M.K.H., 1976, Die Urnenfelderkultur in Rheinhessen, Wiesbaden, Steiner, 347 p., ill. (Geschichtliche Landeskunde, 13).

Forrer R., 1937, « Quatre nouveaux cimetières de l’Âge du Bronze et du Fer, Lingolsheim, Schweighouse, Fegersheim, Holtzheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 105-110, p. 105-139.

Gassler, A.,1982, « Spätbronzeitlsche Keramik von Wittmauer Horn », Archäologisches Korrezpondenz-blatt, t. 12-1, p. 55-68.

Gersbach E., 1951, « Ein Beitrag zur Untergliederung der jüngeren Urnenfelderzeit (Hallstatt B) im Raume der südwestdeutsch-schweizerischen Gruppe », Annuaire de la Soc. Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, t. 41, p. 175-191.

Grimmer B., 1988, « Die Urnenfelderkultur im südöstlichen Oberrheingraben », in : Brun P., Mordant Cl. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 33-50 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Grimmer-Dehn B., 1991, Die Urnenfelderkultur im südöstlichen Oberrheingraben, Stuttgart, 134 p. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 15).

Gross É., 1986, Vinelz-Ländti. Grabung 1979. Die neolithischen und spätbronzezeitlichen Ufersiedlungen, Berne.

Hatt J.-J., 1961, « Chronique de protohistoire V : une nouvelle chronologie de l’Âge du Bronze en France. Exposé critique du système chronologique de H. Müller-Karpe », B.S.P.F., t. 58, p. 184-185.

Hatt J.-J., Zumstein, H., 1960, « Découverte d’un four de potier de l’Âge de Bronze final à Cronenbourg », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. IV, p. 17-27.

Heintz G.-F., 1953, « Observations archéologiques à Achenheim-Bas de 1936 à 1952 », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie, n° 133, p. 53-66.

Heintz G.-F., 1957, « Observations archéologiques faites dans la sablière Zimmer à Lingolsheim (anciennes sablières Fischer et Schott) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. I, p. 7-15.

Jehl M., Bonnet Ch., 1961, « Fouilles protohistoriques et romaines de la région de Colmar (suite) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. V, p. 35- 53.

Jehl M., Bonnet, Ch., 1962, « Fouilles et trouvailles archéologiques de la région de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. VI, p. 13-35.

Jehl M., Bonnet Ch., 1968, « Un potier de l’époque des champs d’urnes au sommet du Hohlandsberg », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XII, p. 5-30.

Jehl M., Bonnet, Ch., 1970, « Compléments à la carte archéologique de la banlieue Sud de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XIV, p. 55-69, 12 fig., 1 pl.

Kimmig W., 1940, Die Urnenfelderkultur in Baden, Berlin (Römisch-Germanische Forschungen, 14).

Lasserre, M., Rohmer M., 1994, « Témoignages d’occupation protohistorique à Lingolsheim, les Sablières Modernes (Bas-Rhin), 1989-1992 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXVII, p. 49-57.

Mattera., 1992, « Die Spätbronzezeitlichen Brandgräber von Regensdorf-Adlikon », in : Bronzezeitliche Landsiedlungen und Gräber, Egg, p. 287-319 (Berichte der Zürcher Denkmalpflege, Archäologische Monographien, 11).

Mombert-Rohmer M., 1993, Contribution à l’étude du faciès haut-rhinois du Bronze final : les fosses 56 (Colmar) et 36 (Ensisheim), Mémoire de Maîtrise d’Histoire de l’Art et d’Archéologie, Université de Strasbourg II, 111 p., 11 fig., 36 pl.

Müller-Karpe H., 1959, Beiträge zur Chronologie der Urnenfelderzeit nördlich und südlich der Alpen, Berlin, W. de Gruyter, 2 vol. (Römisch-Germanische Forschungen, 22).

Pauli J., 1994, Die urgeschichtliche Besiedlung des Runden Bergs bei Urach, Sigmaringen (Der Runde Berg bei Urach, X).

Pautreau J.-P., 1976, « Le Camp Allaric, Commune d’Aslonnes (Vienne) : premiers résultats », L’Anthropologie, t. 80, p. 389-430.

Piningre J.-F., 1988, « Le groupe Rhin-Suisse-France orientale en Alsace : Genèse et évolution », in : Brun P., Mordant Cl. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 179-191 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Reinecke P., 1902, Mainzer Aufsätze zur Chronologie der Bronze und Eisenzeit, Bonn, R. Habelt, rééd. 1965, 156 p., 13 pl.

Rohmer M., 1994, « Nouvelles données sur le Bronze Final en Haute-Alsace », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. XXXVII, p. 29-48.

Ruoff U., 1971, « Die Phase der entwickelten und aus-gehenden Spätbronzezeit im Mittelland und Jura », Ur- und Frühgeschichtliche Archäologie der Schweiz, III, Die Bronzezeit, Bâle, p. 71-123.

Ruoff U., 1974, Zur Frage der Kontinuität zwischen Bronze- und Eisenzeit in der Schweiz, Basel, Schweizerische Gesellschaft für Ur. und Frühgeschichte, 137 p., 54 pl.

Rychner V., 1975, « L’Âge du bronze final à Auvernier NE : notes préliminaires sur le matériel des fouilles de 1969 à 1973 », Annuaire de la Soc. Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, t. 58, p. 43-65.

Rychner V., 1979, L’Âge du Bronze final à Auvernier (lac de Neuchâtel, Suisse) : typologie et chronologie des anciennes collections conservées en Suisse, Lausanne, 166 p., 137 pl., 42 fig. (Cahiers d’Archéologie Romande, 15 et 16).

Rychner V., 1988, « Dendrochronologie du groupe Rhin-Suisse dans la région neuchâteloise », in : Brun P., Mordant Cl. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 125-135 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Rychner V., 1998, « L’Âge du Bronze final, Suisse occidentale et Valais », in : Hochusli S., Niffeler V., Rychner V. éd., La Suisse, du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge. SPM III : Âge du Bronze, Bâle, Schweizerischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, p. 70-79.

Rychner-Faraggi A.-M., 1993, Hauterive-Champreveyres, 9 : Métal et parure au Bronze final, Neuchâtel, Musée cantonal d’Archéologie, 129-14 p., ill. (Archéologie neuchâteloise, 17).

Schmitt G., 1966, « Une fosse de l’Âge du Bronze final à Achenheim-Oberschaeffolsheim », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. X, p. 35-45.

Seifert M., 1991, Die spätbronzezeitlichen Siedlungen von Zuf-Sumpf ZG. Der Abschnitt m26-m41 der Grabungen 1952-1954, Diplôme de Licence, Université de Berne.

Seifert M., 1997, Die Funde der Grabungen 1952-54, Zug, 2 vol. : Text : X-142 p., Katalog und Tafeln : 62 p., 192 pl. (Die spätbronzezeitlichen Ufersiedlungen von Zug-Sumpf, 2-1 et 2-2).

Tischler O., 1886, « Ostpreussischer Grabhügel », Schriften der phys. – ökon. Gesellschaft zu Königsberg, 27, p. 113-178, 6 pl.

Treffort J.-M., Le Meur N., 2000, Reichstett-Mundolsheim-Souffelweyersheim (67) ‘Rue Ampère’. T. VI : Périodes protohistoriques, DFS de sauvetage, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 90 p., 83 fig.

Villes A., 1988, « Du Bronze final Ib au Bronze final IIIa dans le secteur de la Loire moyenne », in : Brun P., Mordant Cl. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. A.P.R.A.I.F., p. 383-415 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Vital J., 1988, « Un four-dépotoir du VIIIe/ VIIe siècle av. J.-C. à Sinzelles-Caramontron (commune de Polignac, Haute-Loire) », Rev. Arch. du Centre de la France, t. 27, p. 43-60.

Wolf J.-J., 1972, « La station Bronze final III d’Uffheim ‘Niederer Linsenberg’ », Bull. Mus. Hist. Mulhouse, t. 80, p. 29-45.

Wolf J.-J., 1989, « Un dépôt de crémation du Bronze final IIb-III à Uffheim (Haut-Rhin) », L’Alsace celtique. 20 ans de recherche, Catalogue d’exposition, Colmar, p. 43-45.

Zumstein H., 1964, « L’Âge du Bronze dans le département du Haut-Rhin », R.A.E., t. 15, p. 9-65 et 161- 213.

Zumstein H., 1965, « L’Âge du Bronze dans le département du Haut-Rhin », R.A.E., t. 16, fasc. 1, p. 7-56.

Zumstein H., 1966, L’Âge du Bronze dans le département du Haut-Rhin, Bonn.

Zumstein H., 1993, « Deux campagnes de fouilles au Mont-Sainte-Odile en 1965 », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, t. 36, p. 89-96.

Notes

1 Ainsi par exemple à Chartrettes (Seine-et-Marne) : Degros et alii, 1976, fig. 8, 5 ; fig. 9, 2, 5. On y retrouve aussi des vases retaillés (fig. 10), des jattes à marli (fig. 7, 6).

2 Plusieurs exemplaires non publiés, fouilles Landesdenkmalamt Baden-Württemberg.

3 D’autres exemplaires proviennent de Regensdorf près de Zurich (Matter, 1992, pl. 2, 6.10 ; 3, 11 ; 13, 9 ; 13, 11-14), de Mörinken (Ruoff, 1974, pl. 33, 22) et de Wittnau (Gassler, 1982, fig. 5, 7).

4 Auvernier (Rychner, 1979, pl. 49, 10), Le Landeron, Möringen (Bernatzky-Goetze, 1987, pl. 58, 5, pl. 72, 10), Hauterive-Champréveyres.

5 Eschenz « Insel Werd », Möriken « Kestenberg » (Ruoff, 1974, pl. 32, 11 ; 33. 19), Mörigen (Bernatzky, 1985).

6 Seul le « Hexenberg » près de Leutenheim (Bas-Rhin) avec ses 20 exemplaires en a livré un plus grand nombre (Adam, Lasserre, 2001).

7 Début après la fin du BF IIIa « classique », c’est-à-dire après 950 av. J.-C. ; fin avant le début du Hallstatt ancien, c’est-à-dire avant 800/750 av. J.-C.

8 Les trouvailles typiques de la période Hallstatt B proviennent des tertres funéraires d’Ihringen et de Gündlingen, à seulement vingt kilomètres à l’est de Colmar.

9 Il en va de même pour la tombe de Bretzenheim (Palatinat) qui figure dans la liste de Gersbach des tombes typiques du Ha B1, mais que Reinecke montre sur sa planche de types pour la période Ha A.

10 Seuls le Ha B1 et 3 de la terminologie de Müller-Karpe avaient été adoptés.

11 Rychner, 1998, p. 70-79 ; Bolliger-Schreyer, Seifert, 1998, p. 80-92 ; Seifert, 1997, p. 120-125.

12 « ... la phase initiale des palafittes, en vertu des épingles dites « des palafittes » qui la caractérisent, doit, à juste titre, être étiquetée Ha B1 et non plus Ha A2, comme on avait auparavant tendance à le faire... » (Rychner, 1998, p. 74).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 7. Corrélation formes/décors.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 8. Tuiles faîtières.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 9. Têtes d’oiseaux en argile de Colmar (fossé/chenal, coupe 8-3) (1), de Hauterive-Champréveyres (2, d’après Rychner-Faraggi, 1993) et Urach (3, d’après Pauli, 1994) ; éch. 1/3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8k
Titre Fig. 10. Moules d’anneaux de Colmar (en surface du fossé/chenal) (1) et d’Auvernier (2, d’après Rychner, 1979).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 11. Tableau des formes principales du mobilier céramique du fossé/chenal.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 12. Tableau des décors du mobilier céramique du fossé/chenal.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 13. Tableau des différents pourcentages de représentativités des formes ouvertes et des formes fermées entre les zones 1, 2 et basse du fossé/chenal.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 14. Tableau synoptique des principaux décors selon les cinq phases du site.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 15. Tableau de quelques critères chronologiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 17. Tableau récapitulatif des principaux systèmes chronologiques cités.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 21. Organisation des critères chronologiques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 25. Schéma chronologique pour le BF III en Alsace.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 26. Carte de répartition des sites régionaux mentionnés dans le texte (dessin d’après Ch. Maise) : 1. Haguenau-Donauberg ; 2. Leutenheim-Hexenberg ; 3. Wingersheim ; 4. Marlenheim ; 5. Achenheim ; 6. Achenheim-Oberschaeffolsheim ; 7. Strasbourg ; 8. Lingolsheim ; 9. Mont-Sainte-Odile ; 10. Ribeauvillé - Saint-Ulrich ; 11. Sasbach ; 12. Forchheim ; 13. Jechtingen ; 14. Königschaffhausen ; 15. Endingen ; 16. Burkheim ; 17. Bötzingen ; 18. Freiburg-Tiengen ; 19. Gündlingen ; 20. Ihringen ; 21. Breisach ; 22. Colmar-Nord ; 23. Colmar-Sud ; 24. Wintzenheim-Hohlandsberg ; 25. Sainte-Croix-en-Plaine ; 26. Dessenheim ; 27. Gundolsheim ; 28. Merxheim ; 29. Ensisheim ; 30. Ensisheim, tertres I et II ; 31. Uffheim ; 32. Efringen-Kirchen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23444/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search