Version classiqueVersion mobile

Recherches de Protohistoire alsacienne

 | 
Anne-Marie Adam

Présentation du volume

Anne-Marie Adam et Marina Lasserre

Texte intégral

1Entre Champagne, Bourgogne et Wurtemberg, le secteur qui s’étend du cours de la Moselle à la Forêt-Noire a été choisi depuis trois ans, dans le cadre d’un programme de recherche de l’UMR 7044 (CNRS-Université Marc Bloch, Strasbourg), et à travers le cas de quelques sites de référence, pour une recherche collective regroupant une douzaine de chercheurs, rattachés statutairement à différentes institutions (Culture, INRAP, Université). Depuis 2003, cette étude régionale est partie intégrante d’un programme plus vaste, au sein d’une Action collective de recherche, intitulée : « Fonctions, hiérarchie et territoire des sites d’habitat hallstattiens de France orientale ».

2Les gisements retenus, tous des sites d’habitat, ont été choisis en fonction de l’importance de leur corpus céramique, puisqu’il nous a paru indispensable, dans une première étape, de réfléchir à la constitution d’un référentiel typo-chronologique commun, à partir de la comparaison du mobilier céramique de ces différents sites. Ce référentiel doit nous permettre d’évaluer les sites les uns par rapport aux autres à la fois sur le plan chronologique et sur le plan fonctionnel. Nous avons choisi de nous placer dans une perspective chronologique large, entre la fin de l’Âge du Bronze (BF IIIb) et le début du second Âge du Fer (LTA, voire LT B1), de manière à prendre en compte l’évolution des formes céramiques pendant toute cette période.

3La distribution géographique des sites étudiés est aléatoire et leur situation, en termes de publication, se présente de façon inégale : en dehors de quelques sites de fouilles programmées, plus ou moins récentes, dont l’étude intégrale reste à faire, il s’agit pour la plupart de gisements explorés dans le cadre de l’archéologie préventive au cours de ces dernières années, et dont seul un petit nombre a pu faire l’objet de publications (Geispolsheim, Wolfgantzen, Lingolsheim et une partie des gisements de Rosheim, pour l’Alsace, et pour ne mentionner que les études les plus récentes).

4Parallèlement à la mise au point d’un système descriptif, permettant la réalisation d’un fichier morphologique par site, d’une synthèse par périodes, pour chacune des deux régions étudiées, puis dans une perspective transrégionale (recherche qui doit faire l’objet d’un article de synthèse au cours de l’année 2005), il nous a paru intéressant, dans un premier temps, de faire connaître rapidement, pour la région Alsace, le corpus céramique de plusieurs sites importants qui n’avaient bénéficié encore d’aucune publication.

5Si l’analyse du matériel céramique provenant de six sites alsaciens constitue donc l’essentiel des articles proposés dans ce volume, elle s’accompagne d’une rapide description des structures et, s’il y a lieu, de l’étude de mobiliers associés (matériel métallique, faune). D’autre part, par la richesse de leur corpus, certains des sites sélectionnés offraient matière à une réflexion plus large sur une phase particulière (comme la proposition d’une sériation affinée du Bronze final III par C. Maise et M. Lasserre). La comparaison entre plusieurs ensembles du Ha C laisse également envisager la possibilité de distinguer, à l’intérieur de cette période, des caractères plus anciens ou plus récents. Enfin, en dehors des sites nouvellement publiés, la reprise de quelques ensembles déjà connus a permis, de même, de progresser dans la mise en évidence des caractères évolutifs de la céramique alsacienne pour le Hallstatt D. Nous avons donc tenté, pour clôturer ce volume, d’esquisser une première synthèse de la céramique domestique en Alsace, de la fin du Bronze final au début de La Tène.

6Il ne faut pas perdre de vue, toutefois, que la perspective de cette publication préliminaire est avant tout monographique : le but premier était de présenter plusieurs corpus céramiques significatifs, et nous avons préféré, pour ne pas en retarder la parution, anticiper sur l’achèvement du projet collectif évoqué plus haut. Ainsi, si nous nous sommes efforcés de tenir compte du vocabulaire morphologique commun en cours d’élaboration pour la nomenclature des formes, nous n’avons pas cherché à unifier artificiellement la terminologie, lorsque subsistaient encore, entre les différents ensembles, des problèmes de concordance, qui devront être affrontés pour la publication définitive.

Localisation des sites d’Alsace présentés dans l’ouvrage.

Table des illustrations

Légende Localisation des sites d’Alsace présentés dans l’ouvrage.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/23439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search