Version classiqueVersion mobile

Iconographie du quotidien dans l’art provincial romain : modèles régionaux

 | 
Sabine Lefebvre

ATELIERS, MÉTIERS, COMMERCE

Ateliers et sculpteurs sur pierre chez les Éduens à l’époque gallo-romaine

Pierre-Antoine Lamy

Résumé

Au terme d’un travail d’inventaire de la sculpture non-architecturale, il est possible d’aborder l’artisanat de la pierre de façon macroscopique au sein de la civitas éduenne, en raisonnant autant sur les questions géographiques que sur les points techniques, iconographiques et stylistiques. Le croisement des données issues de ces trois grands dossiers a permis de reconnaître et de caractériser de nombreux ateliers et sculpteurs isolés, actifs du ier s. au début du ive s. ap. J.-C. De nouvelles datations ont été obtenues en croisant les critères, qu’ils soient d’ordre épigraphique, stylistique, iconographique ou stratigraphique. Il a ainsi été possible de dater, à un niveau plus ou moins élevé de fiabilité, près de 20 % du corpus éduen – soit un peu moins de 500 objets. Par l’attribution de pièces isolées à des ateliers à l’activité datée avec davantage de précision, on peut désormais proposer une évolution chronologique de la production statuaire chez les Éduens, ainsi qu’un nouveau modèle d’organisation des ateliers.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au sein de l’ancienne Gallia Comata, la civitas éduenne est caractérisée par une production sculptée quantitativement importante, avec 1.183 objets inventoriés dans le Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine d’Émile Espérandieu1. C’est plus d’un dixième d’un inventaire qui comprend l’ensemble des provinces gauloises, de la Narbonnaise aux Germanies. Plus que leurs proches voisins lingons, séquanes, sénons ou bituriges, les Éduens paraissent avoir eu une production statuaire caractérisée par son abondance et sa diversité, que ce soit dans son iconographie – des exécutions les plus raffinées aux reliefs les plus frustes – ou dans les matériaux mis en œuvre – calcaire, grès, granite et marbre. Depuis Espérandieu, les contributions à la connaissance de cet artisanat chez les Éduens ont été nombreuses2, mais elles demeuraient morcelées et n’avaient jamais été réunies au sein d’un travail à portée synthétique, attaché également à l’objet sculpté dans ses asp...

Auteur

Docteur en archéologie gallo-romaine, UMR 6298 ARTEHIS.

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search