Version classiqueVersion mobile

Iconographie du quotidien dans l’art provincial romain : modèles régionaux

 | 
Sabine Lefebvre

ATELIERS, MÉTIERS, COMMERCE

Un atelier de copistes à Thuburbo Maius au iie siècle ap. J.-C.

Hatem Drissi

Résumé

Cette recherche s’inscrit dans le domaine de l’histoire des techniques : son but est de montrer comment les provinciaux de l’Afrique du Nord travaillaient la pierre à l’époque romaine. Le métier des sculpteurs en Proconsulaire est lié à des ateliers aussi bien permanents qu’itinérants. L’atelier de sculpture de Thuburbo Maius possédait ses propres sculpteurs. Cet atelier, qui a été converti en atelier de copistes au iie siècle ap. J.-C., a développé ses propres types et modèles iconographiques. L’analyse des procédés de fabrication montre à quel point les sculpteurs africains se sont adaptés à des situations variées dans une province aussi importante que la province romaine d’Afrique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La feuille numéro trente-cinq de l’Atlas archéologique de la Tunisie couvre une riche zone archéologique allant des monts Zaghouan à la vallée de l’oued Miliane. Plusieurs sites romains sont ainsi identifiés dont Thuburbo Maius, mentionné la première fois en 1857 par Charles-Joseph Tissot, élève consul à Tunis (Tissot, 1857). Les vestiges de ce site se situent à 60 km au sud-est de Tunis, sur un plateau localisé à un kilomètre au nord du Pont-du-Fahs (fig. 1). Quant à la situation de la localité dans le paysage géographique régional, elle constitue une position clé, commandant un carrefour routier vers lequel convergent des voies principales : au nord la route Carthage-Ammaedara (Salama, 1951) ; au sud, vers le Sahel et la côte. C’est sur la base de plusieurs inscriptions1 que cette cité est connue sous le nom de Colonia Iulia Aurelia Commoda Thuburbo Maius et c’est grâce à la mention de l’épithète Iulia que fut émise la théorie selon laquelle la création de la colonie de Thuburbo M...

Auteur

Université Paris Nanterre, École doctorale 'Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent'. drissi.hatem@yahoo.fr

© ARTEHIS Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search