Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Deuxième partie. Paléométallurgie du Bronze à l’Âge de Fer

Les bronzes de l’Âge du Fer en France et dans les pays voisins

Jean-Pierre Mohen

Texte intégral

1Les récentes découvertes dont il a été question au cours de ce colloque, favorisées par un intérêt nouveau porté aux études de paléométallurgie, l’exploitation des analyses statistiques, radiographiques, spectrographiques ou chimiques et métallographiques, autorisent à poser en terme général les problèmes des bronzes de l’Age du Fer en France et dans les pays voisins (viiie-ie s. av. J.-C.).

Des fonctions limitées

2Si l’on veut définir la production des bronzes de l’Age du Fer, on peut commencer par traiter de leur morphologie et comparer celle-ci à celle de la période précédente, celle de l’Age du Bronze. La variété morphologique des bronzes des grands dépôts de la fin de l’Age du Bronze est bien connue : elle a, par exemple, été formulée récemment à propos du dépôt de Vénat (Coffyn, Gomez, Mohen. 1981 tableaux 1 à 4).

3Parmi les armes, on trouve des épées de différents types, des bouterolles, des poignards, des couteaux, des pointes de lance, des talons de lance, des pointes de flèche et parfois quelques fragments d’armes défensives (casques). Dans la catégorie des outils, on classe les nombreuses formes de haches, les herminettes, les gouges, les scies, les limes et rapes, les tranchets et tranchoirs, les poinçons, alênes, perçoirs, aiguilles, racloirs, ciseaux, burins, les marteaux, enclumes et outils divers.

4La production de tous ces objets en bronze est abandonnée à l’Age du Fer dans sa presque totalité. Les rares exceptions sont les épées du type de Gündlingen, un marteau dans une sépulture de Hallstatt, ou une pointe de lance dans une sépulture d’Ossun (Hautes-Pyrénées). Quelques haches miniatures de Hallstatt décorées d’une petite figurine et les haches armoricaines à forte teneur en plomb qui viennent enfin d’être datées de 559 ± 130 B.C. pour le dépôt de Saint-Bugan, en Loudéac (Côtes-du-Nord) et de 520 ± 100 B.C. pour le dépôt B de Marchésieux (Calvados) (Verron, 1983), ne possèdent plus une efficacité directement fonctionnelle. Quant aux armes défensives, leur fonction symbolique semble attestée. A partir du début de l’Age du Fer et sans grande transition (un siècle, peut-être le viiie s. ?), les armes et les outils sont désormais fabriqués en fer. Ces armes et outils en fer sont jusqu’au iie s. avant notre ère très peu nombreux, beaucoup moins nombreux que ne l’étaient ces types d’objets en bronze de la fin de l’Age du Bronze.

5Les bronzes de l’Age du Fer sont essentiellement des parures, des éléments décoratifs et des vases. S’ils sont conçus dans la tradition de catégories d’objets apparus à la fin de l’Age du Bronze (bracelets, épingles, fibules, éléments de mors, tasses et chaudrons), les types sont, dans la plupart des cas, nouveaux et se développent parfois dans des proportions importantes (fibules). Les dépôts launaciens qui caractérisent, d’après J. Guilaine (J. Guilaine, 1972), un « épi-Bronze Final » sont à ce sujet tout à fait typiques, avec une majorité de parures que l’on retrouve avec des contextes funéraires datés du début de l’Age du Fer. Il existe parfois des copies en fer de ces objets ; et l’on peut alors suivre des évolutions ou reconnaître des groupes dans lesquels le bronze est davantage utilisé ou, au contraire, progressivement abandonné : la nécropole de Hallstatt ou les groupes princiers de l’Est de la France et d’Allemagne du Sud possèdent vers le vie s. une production florissante de bronzes, tandis que, à la même époque, l’Aquitaine fabrique en fer la plupart de ses objets métalliques. La recrudescence de la production de bronze dans la phase moyenne du second Age du Fer sur l’ensemble du territoire celtique est un autre exemple de la fluctuation géographique ou chronologique du succès du bronze à l’Age du Fer. Dans le cas de Hallstatt, de l’Allemagne du Sud et de l’Est de la France, les groupes princiers ont utilisé le bronze sous l’impulsion probable des colons grecs, illyriens ou italiques, qui ont fait parvenir du Sud des pièces prestigieuses dont certaines ont pu être modifiées ou imitées localement. C’est le cas des pièces chaudronnées de Hochdorf, de Hallstatt ou de Vix. On a alors évoqué le rôle des bronziers méditerranéens, qui ont pu avoir une certaine influence sur les bronziers d’Europe centrale et septentrionale. Ceci est manifeste, non seulement si l’on considère les vases spectaculaires mais aussi des objets plus modestes tels que les fibules « grecques » et surtout « italiques » qui se répandent alors en France (A. Duval, C. Eluère, J.-P. Mohen, 1974).

Des bronzes d’une qualité inégale

6L’étude de la composition des bronzes de l’Age du Fer et celle des quelques métallographies dont nous disposons nous révèlent souvent une qualité médiocre, qui confirme le rôle particulier, nouveau, attribué au bronze de l’Age du Fer : l’efficacité du bronze comme matière première d’armes et d’outils a été supplantée dans bien des cas par les qualités du fer ; le bronze est alors devenu « la matière noble » à fonction symbolique (armes de parade, parures, objets de culte).

7En Autriche, R. Pittioni (R. Pittioni, 1949) pense, grâce à l’étude de 75 objets de la nécropole de Hallstatt, pouvoir établir la relation entre les bronzes et les minerais du Mitterberg proche : le plomb et le nickel sont présents de même que le zinc, l’arsenic et probablement l’antimoine qui semblent liés. Les métallographies de F. Marton montrent la médiocre qualité des bronzes : l’extrémité d’un pic était cassée car le métal à structure en sapin était fragile du fait d’une coulée trop chaude. Le bracelet 161 avait été martelé (allongement des grains) mais n’avait pas subi de recuit d’homogénéisation, comme c’est le cas couramment. Les bracelets 347 et 9261 montrent, à la micrographie, de nombreuses inclusions non miscibles de plomb et de fer, foyers de corrosion. La figurine d’animal 76 est en métal très hétérogène.

8En Grande-Bretagne, R. F. Tylecote a donné quelques indications (R. F. Tylecote, 1962) : le plomb, élément d’alliage, est souvent ajouté comme à l’Age du Bronze. Le fer, en tant qu’impureté, atteint parfois des pourcentages importants et provient soit de l’outillage utilisé par le bronzier de l’Age de Fer, soit plutôt du type de minerai recueilli. Le zinc apparaît assez tôt dans les bronzes de l’Age du Fer où il ne semble être d’abord qu’une impureté de minerais tels que ceux d’Ecosse, qui contiennent jusqu’à 18 % de zinc. Par la suite, le zinc est ajouté comme élément d’alliage (laiton) caractéristique de la période romaine.

9Pour le territoire de la France, nous possédons quelques séries d’analyses qui montrent des situations assez différentes selon les régions et selon les époques. Nous avons pu mettre en évidence deux groupes du premier Age du Fer dans le Sud-Ouest de la France (Mohen, 1980) : le groupe pyrénéen est homogène, avec un pourcentage appréciable d’étain, une petite quantité de plomb et de faibles pourcentages d’arsenic, d’argent, d’antimoine et de nickel. Le fer et le zinc sont absents. Ce type de composition se retrouve dans les bronzes launaciens du Languedoc. Le groupe du Nord de la Garonne possède en moyenne davantage de plomb ; le fer et le zinc y sont souvent repérés et en pourcentage parfois important. Les bronzes champenois du second Age du Fer, essentiellement des parures, semblent être des cuivres alliés à une faible teneur en étain. La qualité du travail y est irrégulière. Daté de la fin du second Age du Fer, un petit groupe représentant des cervidés, trouvé à Mauléon Soule (Pyrénées-Atlantiques), est un bronze à l’étain, avec 2 % de zinc : la coulée médiocre laisse apparaître de nombreuses lacunes.

10L’Age du Fer connaît aussi des ensembles de bronzes d’une qualité remarquable : par exemple les statuettes de Koban au Caucase dont une série conservée au Musée des Antiquités Nationales a été analysée par le Laboratoire des Musées de France, ou les célèbres bronzes grecs et étrusques ou encore les figurines ibériques qui d’après G. Nicolini (G. Nicolini, 1969, p. 108-116) présentent un alliage ternaire à l’étain et au plomb. Le cratère de Vix, par sa qualité technologique, fait partie des réussites de l’art du bronzier de l’Age de Fer : les éléments décoratifs sont faits dans un alliage à l’étain de 7 à 12 % ; la panse du cratère est un bronze à 8 % d’étain avec moins de 0,30 % d’impuretés (Maréchal, 1954, p. 59-63).

Des technologies spécifiques

11A côté des technologies traditionnelles du travail du bronze (fonte en moule bivalve, martelage, etc.) plusieurs technologies spécifiques se développent ou apparaissent à l’Age du Fer.

12–  Les technologies de chaudronnerie atteignent une relative perfection.

13Le cratère de Vix représente une prouesse technologique : la tôle du chaudron possède une épaisseur de 1 à 1,30 mm et ne peut supporter le poids de la décoration du col et du couvercle (soit 125 kg pour les deux) que par le galbe de l’épaulement obtenu par un martelage très soigné suivi de recuits intermédiaires. La qualité de l’alliage assez pur et à faible pourcentage relatif d’étain, comme nous venons de le voir, a rendu possible cette opération délicate.

14Les cuirasses de Marmesse (Haute-Marne) sont datées du viiie s. av. n. è. Chaque dossière et chaque plastron sont chaudronnés dans une seule feuille de bronze de 4 à 5 mm d’épaisseur. La métallographie d’un fragment montre le rôle important de l’écrouissage puis du recuit d’homogénéisation. Le métal lui-même est un bronze peu riche en étain, donc qui se prête à la chaudronnerie. Les décors de bossettes sont également le résultat du même écrouissage suivi d’un recuit. Les bords des tôles sont enroulés autour d’un fil de cuivre afin que la feuille de métal ne se déchire pas.

15Certaines cuirasses de Marmesse et d’autres, comme la cuirasse de Grenoble ou de « Naples », présentent des pièces rapportées et rivetées. Il ne s’agit pas de réparations de trous provoqués par des coups guerriers, mais simplement de déchirures dues à un martelage maladroit au moment de la fabrication.

16Les autres vases, cistes, situles, oenochoés ou autres travaux de chaudronnerie, casques, ceintures, etc., révèlent un art consommé du bronzier de l’Age du Fer même, et surtout, si l’objet montre des modifications (cas de certaines oenochoés). Il est souvent difficile de reconnaître le travail d’un chaudronnier indigène de celui d’un chaudronnier du monde méditerranéen.

17– Le montage de poignées en bronze sur des lames en fer est un autre problème spécifique de l’Age du Fer. Il a été résolu de manières différentes. Au tout début de cette période, la poignée est coulée sur la languette en fer. C’est ce que montrent les radiographies des épées de Cahors (Lot), de Vescles (Jura) et de Chavéria, tumulus III (Jura) (Mohen, 1980, p. 61 ; Vuaillat, 1982). On ne sait pas comment l’opération était pratiquée ; il ne pouvait y avoir processus de soudure entre le fer et le bronze et la mise en place de rivets en bronze enserrant la languette de fer indique bien que celle-ci était en quelque sorte coincée dans la poignée en bronze. Pour l’épée du gué de Velluire (Vendée), on ne peut savoir, sans radiographie, si les rivets perforent la languette en fer, comme cela semble être le cas. Le montage serait du type de l’Age du Bronze et confirmerait la date ancienne de cette arme malgré la lame en fer.

18Une autre série d’épées à lame en fer possède des poignées en bronze : ce sont les épées et poignards anthropomorphes de la fin de l’Age du Fer étudiés par F. Drilhon et A. Duval. La poignée pouvait être coulée sur la languette ou la soie en fer ou enfilée sur elle. La poignée en bronze peut comprendre plusieurs parties, qui sont serrées par martelage de l’extrémité proximale de la soie. Les différentes particularités de ces montages permettent d’établir une chronologie technologique qui renforce la typologie.

19Les épées à antennes du type aquitain (Mohen, 1980, p. 62) présentent un montage de fusée faisant alterner des plaquettes de bronze et de fer, qui les caractérisent. Ces plaquettes sont maintenues par des rivets ou bien sont coincées au niveau des antennes et au niveau de la garde. Cette technologie particulière à l’Aquitaine ne s’explique guère par une fonction spécifique ; elle constitue peut-être une tradition des épées à languette du début du premier Age du Fer.

20La technologie des incrustations décoratives de fer dans des objets en bronze n’a pas suscité de recherches particulières : on la reconnaît au tout début de l’Age du Fer sur des plaques de ceinture du Caucase et sur des poignées d’épée d’Europe centrale, et en particulier de Suisse.

21– Le problème des incrustations de bronze dans le fer est plus complexe qu’il ne semblait de prime d’abord. Ce sont les chercheurs du musée de Stuttgart (Eichhorn P., Roling H., Schwarze U. et alii, 1974) qui attirèrent l’attention sur les véritables incrustations martelées et les fausses incrustations coulées de la fin du premier Age du Fer : dans les deux cas, le même effet décoratif était recherché. Ainsi, les examens macrographiques et surtout micrographiques montrent que le décor du moyeu de roue de Winterlingen (Kr. Balingen) était obtenu par martelage d’un fil de cuivre enchâssé dans la matrice de fer. En revanche les mêmes examens prouvent que l’un des moyeux de roue du tumulus de Hochmichele (Kr. Saulgau) que la ceinture de Tannheim (Kr. Biberach) et que la poignée d’une courte épée conservée au musée de Stuttgart présentent un décor de cuivre coulé dans de petits canaux aménagés à la surface de ces objets en fer. L’opération a dû être pratiquée à chaud, ce qui a provoqué une certaine osmose du bronze et du fer dans la zone de contact et donc une certaine adhérence. Des décors d’épées en fer de cette période, trouvées dans le Sud-Ouest de la France, sont certainement de véritables incrustations de fils de cuivre. Il serait intéressant d’examiner plus attentivement les « incrustations » de cuivre ou d’argent souvent signalées sur les objets de la péninsule ibérique.

22– La technique de la fonte à la cire perdue se développe, semble-t-il, dans certaines régions. Cette technique existait déjà probablement à l’Age du Bronze, mais il semble qu’elle n’ait été utilisée que pour les pièces aux formes complexes. En Italie, les fibules à arc renflé creux (ou a sanguisuga creux) étaient obtenues, d’après E. Formigli (E. Formigli, 1971), par cette technique. L’auteur pense qu’il était ainsi plus facile d’obtenir des parois d’épaisseur régulière autour du noyau, qui réservait l’emplacement du creux de l’arc ainsi que des motifs décoratifs souvent exubérants, à base de lignes gravées et de cercles pointés. Le porte-ardillon et le ressort étaient fixés à l’arc comme le montrent les radiographies de ces fibules (Formigli, 1971 ; DUval, Eluere et Mohen, 1974). Cette technologie assez compliquée des fibules à arc renflé creux n’aura pas de suite. Des technologies plus simples seront adoptées pour les fibules postérieures.

Les bronziers de l’Age du Fer

23Peu de découvertes nous éclairent sur les bronziers eux-mêmes et sur leur manière de travailler.

24L’origine des minerais de cuivre est difficile à déterminer dans la plupart des cas. Les exploitations du Mitterberg près de Salzburg dateraient plutôt de la fin de l’Age du Bronze ; le même type de minerai a probablement été utilisé pour fabriquer les bronzes de Hallstatt (Pittioni, 1949).

25Des indices nous laissent de même supposer que les installations métallurgiques de Varilhes (Ariège) fonctionnaient avec un minerai local pourtant peu abondant.

26Les fourneaux, tuyères et creusets de cette époque sont très rares. Le site d’Aiguillon (Lot-et-Garonne) est exceptionnel pour le premier Age du Fer. Les moules en terre cuite y prouvent la tradition d’une technologie en usage au Bronze Final. Le fragment d’un moule en même matière pour couler un modillon d’anse d’oenochoé pose, à la Heuneburg (Kimmig, Vacano, 1973), le problème de la relation entre bronzier celte et bronzier étrusque. Au deuxième Age du Fer, il faut citer les vestiges de Suippes (Marne) et les installations de Bibracte qui évoquent celles plus tardives d’Alésia. En Grande-Bretagne, les milliers de fragments des moules en terre cuite de Gussage All Saints étaient destinés à couler des éléments de harnachement de la fin de cette période (Foster, 1980). En Italie, nous devrions avoir davantage de renseignements sur une activité qui a eu une grande importance et un rayonnement jusqu’en Europe septentrionale, or nous ne connaissons que l’abondance des scories de Populonia et quelques allusions sur les quartiers métallurgiques de Marzabotto.

27Quelle forme prenait le rayonnement des ateliers de bronziers étrusques pour lesquels il y avait certainement des « écoles », c’est-à-dire des centres sédentaires de grande renommée ? Les productions locales de bronzes sont définies, à l’Age du Fer, un peu partout en Europe et les pièces importées d’Italie ou de Grèce sont assez rares et de formes particulières : parmi ces bronzes, il est souvent difficile de reconnaître ceux qui viennent vraiment du Midi de ceux qui ont été fabriqués sur place par des bronziers locaux ou plus probablement par les bronziers méditerranéens. Que ceux-ci aient voyagé ou pas, leur influence a été évidente. De même que les gens de la Heuneburg ont fait venir des architectes du Sud, de même on peut imaginer qu’ils ont fait venir des bronziers (moule de modillon d’oenochoé). De même on peut supposer que le cratère de Vix a été remonté sur place, par des « spécialistes ». Ces artisans, qui travaillaient sur commande des chefs locaux, étaient assez indépendants des autres manifestations culturelles de la société. Dans des régions ou à des époques moins marquées par la hiérarchie sociale, les bronziers ont certainement représenté un artisanat spécialisé qui connaissait ses sources d’approvisionnement en matière première, ses contraintes techniques et ses circuits d’écoulement de la marchandise : le fait que les ateliers soient regroupés en quartiers ne signifie pas nécessairement que cette activité ait été uniquement sédentaire mais tend à prouver son indépendance.

28L’exemple de la Péninsule Ibérique est une bonne illustration de la vitalité de certains centres relativement autonomes de la métallurgie du cuivre à l’Age du Fer (Rauret, 1976), Les ressources en cuivre sont abondantes dans des régions comme le Nord-Ouest de l’Espagne qui, à la suite de la métallurgie du fer, développent les activités minières et font renaître la métallurgie du cuivre. Les vestiges de fonderie de Kützemendi, Cortes de Navarra et Vallgorguina nous prouvent l’existence d’exploitations locales du minerai ou de relations directes avec des zones minières. La dispersion assez large des moules de cette époque fait penser à une certaine autarcie de l’activité métallurgique du cuivre, qui permettait à des bronziers itinérants de fabriquer sur place la plupart des instruments de base et les petits objets de parure. Quelques centres comme Cortes de Navarra, Roquizal del Rullo, Cabeza de Monléon et Siriguarach, ont connu des ateliers sédentaires capables de livrer une gamme variée de produits.

29Comme ceux de l’Age du Bronze, les bronziers de l’Age du Fer ont occupé une place bien précise dans la société. Celle-ci a pu évoluer selon les régions et les époques. Le bronzier du premier Age du Fer peut être lié à une société assez riche, qui s’exprime par le biais d’une série d’objets symboliques. Au milieu du second Age du Fer le bronze semble se démocratiser à la suite, peut-être, de relations plus fréquentes avec le monde méditerranéen et, surtout, à cause de changements sociaux. Dans certains cas, la concurrence de la métallurgie du fer semble avoir provoqué la renaissance de l’activité des bronziers ; dans d’autres cas, elle l’a fortement réduite : la qualité des bronzes n’est pas alors toujours très bonne et les fonctions des objets sont limitées.

30Dans un contexte historique et ethnologique qui nous échappe encore en grande partie, les bronzes eux-mêmes de l’Age du Fer présentent des compositions, des structures internes, des technologies, des fonctions qui les caractérisent mieux qu’on ne pouvait l’imaginer. Ce champ de recherche doit être approfondi. La variété même des informations qui sont et seront recueillies montre la sensibilité spécifique du phénomène « bronze » dans la civilisation du fer.

Intervention de Claude Rolley sur la communication de J.-P. Mohen

31J.-P. Mohen a souligné que, à l’Age du Fer, on ne fait plus guère, en bronze, que des objets de parure ou à signification symbolique. Mais il y a aussi de la vaisselle, et je serais tenté par une explication beaucoup plus matérialiste : on faisait en fer ce que permettait la technique du forgeage sans coulée, armes offensives et outils, on faisait en bronze ce qui devait être coulé ou martelé. C’est la même chose en Grèce : l’explication technique rend compte de l’identité d’utilisation de chacun des métaux dans les deux zones ; la seule différence est que les armes défensives, martelées parce qu’elles doivent être légères, et par conséquent en bronze, sont beaucoup plus nombreuses dans le monde méditerranéen.

32De même, la dégénérescence de la métallurgie du bronze au début de l’Age du Fer se retrouve en Grèce, avec aussi des teneurs très faibles, voire presque nulles, en étain, et l’apparition du plomb. On ne peut donc accepter qu’une explication qui soit valable du Péloponnèse à l’Europe occidentale. Il faut la chercher, je crois, du côté des voies d’approvisionnement en étain.

Note d’A. Duval, à propos de l’intervention de Cl. Rolley

33On ne peut exclure, en ce qui concerne la place des objets en bronze dans l’ensemble des artefacts de l’Age du Fer (nombre d’objets fabriqués, techniques utilisées, organisation des ateliers, etc.), les raisons d’ordre économique et social, qui seules peuvent expliquer certaines situations. Nous ne donnerons que deux exemples, pris dans des régions et des époques bien différentes. En ce qui concerne la Grèce homérique, l’auteur de l’Iliade insiste bien à plusieurs reprises sur la rareté du fer ; or, deux raisons apparaissent nettement : la difficulté à le travailler – raison d’ordre technologique ; mais aussi son caractère précieux, qui en fait un matériau aisément thésaurisé, qui va jusqu’à n’apparaître que dans les butins.

34En second lieu, il est patent que la fabrication d’objets de série en bronze se développe de façon très importante, à la fin du iie s. et au ier s. av. J.-C., en Gaule, développement qui correspond à l’horizon des oppida. Ce phénomène ne peut se comprendre que par l’apparition et le développement d’une économie d’échanges, qui favorise la consommation d’objets de « luxe courant », pour une population dont le pouvoir d’achat s’accroît d’ailleurs – objets à opposer à ceux de très grand luxe (vaisselle, décors de chars...) consommés par la seule aristocratie. Mais qui dit organisation d’un marché dit aussi organisation d’ateliers répondant à ces marchés. Et c’est alors que, pour ces objets de série, les opérations de fabrication sont réparties entre différents spécialistes travaillant au sein d’une même unité de production, comme à Bibracte : main d’œuvre plus abondante qui vise en fait à réduire le coût de chacun de ces objets en fractionnant les opérations. On assiste à la naissance de « manufactures », dans le cadre d’une pré-urbanisation, les villes (et leurs quartiers d’artisans) étant elles aussi, entre autres, la résultante du développement des échanges et des marchés.

Bibliographie

Bibliographie

Coffyn A., Gomez J., Mohen J.-P., 1981 : L’apogée du bronze atlantique, le dépôt de Vénat, Paris, 238 p.

Duval A., Eluere C., Mohen J.-P., 1974 : « Les fibules antérieures au vie siècle avant notre ère, trouvées en France », Gallia, 32, 1, p. 1-61, 29 fig.

Eickhorn P., Rollig H., Schwarz U. et alii, 1974 : « Untersuchungen über die Hallstattzeitliche Technik für Bronzeeinlagen in Eisen », Fundberichte aus Baden-Württemberg, B. 1, p. 293-312.

Formigli E., 1971 : « La tecnica di lavorazione di alcuni bronzi etruschi », Studi Etruschi, XXXIX, II, p. 127-145.

Foster J., 1980 : The Iron Age Moulds from Gussage All Saints, Occasional Paper n° 12, British Museum, 47 p., 23 fig.

Guilaine J., 1972 : L’Age du Bronze en Languedoc occidental, Roussillon, Ariège, Mém. S.P.F., Paris, 460 p.

Healy J. F., 1978 : Mining and Metallurgy in the Greek and Roman World, London, 316 p.

Kimmig W., Vacano O.-W., 1973 : « Zu einem Gussformfragment einer etruskischen Bronzekanne von der Heuneburg a.d. Oberen Donau », Germania, 51, p. 72.

Mangin M. et Thouvenin A., 1976 : « La destination réelle “des installations de travail”. La cuisson des moules des bronziers d’Alésia », R.A.E., XXVII, fasc. 3-4, p. 505-521.

Marechal J.-R., 1954 : « Analyses, Annexe II, dans La tombe de Vix », Monuments Piot, t. 48, fasc. 1, p. 59-63.

Mohen J.-P., 1983 : « Qu’attendre de la radiographie des objets protohistoriques en bronze », B.S.P.F., p. 205-210.

Mohen J.-P., 1980 : L’Age du Fer en Aquitaine, Mém. S.P.F., Paris, 340 p., 201 pl.

Nicolini G., 1969 : Les bronzes figurés des sanctuaires ibériques, P.U.F., Paris, 296 p., xl pl.

Pittioni R., 1949 : « Spektralanalytische Untersuchungen von Bronzen aus Hallstatt, O.-O. », Mitteilungen der Prähistorischen Kommission der Akademie der Wissenschaften, V, 4, p. 103-125.

Rauret A.-M., 1976 : La metalurgia del bronce en la Peninsula Iberica durante la edad del Hierro, Instituto de Arqueologia y Prehistoria, Barcelona, 168 p., XXXIII pl.

Tylecote R.-F., 1962 : Metallurgy in Archaeology, London, 368 p., 74 fig.

Verron G., 1983 : « Les dépôts de l’Age du Bronze en Normandie : nouvelles recherches », Bull. Soc. Normande Et. préhist. et hist., XLVIII. p. 70-72.

Vuaillat D., 1982 : Nouvelle contribution à la connaissance des civilisations de la fin de l’Age du Bronze et de l’Age du Fer en Franche-Comté : études métallographiques, Tours, thèse de 3e cycle, ex. dactylographié.

Voir aussi les articles de ce volume, en particulier ceux de F. Drilhon et A. Duval, A. Dautant, D. Vuaillat.

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search