Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Deuxième partie. Paléométallurgie du Bronze à l’Âge de Fer

L’exploitation du cuivre en Bohême à la fin de la période de Hallstatt et pendant celle de La Tène

Jiri Waldhauser

Texte intégral

1Les recherches sur l’utilisation des minerais de fer et le traitement du fer et de l’or ont donné, dans le cadre de la Bohême, surtout grâce aux travaux bien connus de R. Pleiner et de J. Kudrnac, des résultats importants ; en revanche, on n’a pas encore trouvé la solution du problème de l’origine d’un des minerais les plus utilisés, le cuivre, pour la période tardive du Hallstatt et celle de La Tène. L’hypothèse que le cuivre ait été importé dans sa totalité en Bohême est maintenant irrecevable. De nombreux objets en bronze proviennent cependant de sites archéologiques, habitats et nécropoles, dans cette même région. On peut même estimer que le poids total du cuivre aujourd’hui retrouvé et qui fut alors retiré de la circulation (et plus précisément qui a été thésaurisé par le dépôt dans des tombes ou des cachettes) ou de celui qui a été perdu sur les sites d’habitat sous forme d’objets endommagés, ou en cours de fabrication, représente douze tonnes au moins. Cette estimation, valable pour la période de LT B-C, est obtenue par hypothèse, en multipliant le poids connu du cuivre venant de plusieurs régions occupées à l’époque celtique au pied des Monts Métalliques (district lignitifère) (avec des sites d’habitat et des nécropoles qui ont été explorés à peu près complètement) par le nombre supposé des régions d’habitation de la moitié septentrionale de la Bohême.

2Dans la dernière décennie encore, l’on croyait qu’à l’Age du Bronze, la Bohême en était pratiquement réduite à importer son cuivre. Voici une citation de la dernière synthèse consacrée à la préhistoire de la Bohême (1978) : « Il y avait, en Bohême, peu de minerais de cuivre, leurs trouvailles sont rares ; il est plutôt probable qu’on ne les a jamais exploités au cours de la préhistoire ». Voici quelques années, on a publié l’hypothèse d’une exploitation des minerais de cuivre dans les Monts Métalliques, pendant la période du Bronze Ancien, fondée sur l’analyse spectrale des scories sidérurgiques contenant du cuivre d’une couche de l’Age du Bronze et de La Tène, et en conduisant la même série d’analyse sur des fibules de bronze. On a également noté la proximité frappante des sites du Bronze Moyen et des gisements de minerais de cuivre dans la Bohême de l’Ouest.

3On peut tenter de répondre à la question du mode d’obtention du cuivre à la fin du Hallstatt et à La Tène en Bohême de deux façons. La première consiste à rechercher s’il existe une base de minerais suffisante, avec non seulement les minerais contenant du cuivre, dont l’utilisation peut être du niveau technique des Celtes, mais aussi avec ceux qui ont déjà été exploités pendant l’Age du Bronze. Or on peut constater qu’il existe :

  • des gisements nombreux de filons métallifères de chalcopyrite et sporadiquement aussi du cuivre pur, de la malachite et de l’azurite ;
  • une exploitation de minerais de cuivre ou de minerais polymétalliques dans un certain nombre de localités des Monts Métalliques et dans les Monts des Géants, du xiiie au xviie siècle ap. J.-C. dans la Bohême Centrale, de l’Est et de l’Ouest.

4 La seconde consiste à identifier selon certains critères les localités dans lesquelles s’effectuait l’exploitation de minerais de cuivre.

5Il est difficile d’espérer que cette seconde recherche puisse se réaliser seulement à partir d’analyses spectrales d’objets de bronze. Il faut une coopération interdisciplinaire entre pétrologues et archéologues, à l’exemple de celle qui a conduit à l’étude de deux ensembles d’objets de la Bohême du Nord-Ouest.

6Dans un site d’habitat entièrement étudié de la période de HaC – La Tène D près de Radovesice, ont été trouvés deux objets qui montrent d’une façon certaine le traitement du cuivre en coulée, notamment des creusets avec des gouttes de cuivre. Dans la même zone de trouvailles ont été également recueillis les objets suivants :

  • des spécimens de minerai, dont six échantillons ont été déterminés pétrographiquement comme stériles en Fe + Cu (traces polymétalliques). La provenance ne peut donc être recherchée avec certitude que dans une superficie de plusieurs dizaines de km2 sur la chaîne des Monts Métalliques du côté bohémien et saxon ;
  • des spécimens d’une scorie ferrugineuse ordinaire, où l’on a identifié des loupes non fondues, stériles aussi en traces polymétalliques et traces de cuivre.

7Les éléments mentionnés ci-dessus sont des preuves de l’exploitation des minerais de cuivre, et également de fer, dans les Monts Métalliques par les Celtes et par la population de la période de Hallstatt à des altitudes de 850-900 m au-dessus de la mer. Dans ce cas concret, le transport jusqu’à une distance de 50 km environ a été attesté. Du même gisement provient aussi la magnétite hématisée qu’on a trouvée près des fours sidérurgiques du ier et du iie s. de notre ère (Kadan-Jezerkz, d’après V. Kruta).

8Sur d’autres sites archéologiques de la Bohême, où on a trouvé des creusets et des scories sidérurgiques, on fondait le bronze. Dans un même atelier travaillaient le forgeron et le fondeur de métal. Plusieurs scories peuvent être le produit du processus de grillage des minerais sulphidiques ferro-cuivreux, où le cuivre est rendu libre et où le fer passe dans les scories. Ce phénomène est connu également sur les oppida (Hrazany).

9A ce stade initial du problème de l’origine du cuivre chez les populations des périodes du Hallstatt et de La Tène en Bohême, on peut dire en conclusion que la possibilité d’une exploitation locale du cuivre des gisements bohémiens n’a pas assez été prise en compte. Cela est prouvé non seulement par des analyses pétrographiques, mais aussi par l’élaboration cartographique des trouvailles de creusets regroupés, d’une manière frappante, dans le voisinage des mines de cuivre attestées pour le Moyen Age et des gisements de minerais de cuivre en général ; la chalcopyrite, par sa couleur caractéristique, peut avoir été la cause d’ouvertures des mines. Une conclusion définitive naîtra vraisemblablement des autres expertises qu’on est en train de réaliser dans le domaine des sciences physiques, par exemple par la RT6 – diffraction.

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search