Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Deuxième partie. Paléométallurgie du Bronze à l’Âge de Fer

Méthode d’étude des poignards anthropoïdes de La Tène

France Drilhon et Alain Duval

Texte intégral

  • 1 Nous suivons la typologie adoptée par la Commission du bronze de la Société Préhistorique Française (...)

1Plusieurs découvertes récentes, et notamment celle de Saint-André-de-Lidon (Charente-Maritime) (Gaillard, Duval, Gomfz, à paraître), ont remis à l’ordre du jour ces armes exceptionnelles de la civilisation de La Tène. Exceptionnelles, elles le sont par leur aspect, puisque ce sont des épées courtes ou des poignards, à lame de fer, mais à manche tantôt en fer tantôt en bronze, dont la fusée1, parfois moulurée, se prolonge par une tête humaine (on parle alors d’« anthropoïdes ») ou un semblant de tête humaine (on parle alors de « pseudo-anthropoïdes ») ; le pommeau et la garde, ou croisière, sont symétriques, fortement saillants, et aux terminaisons bouletées. Mais ces pièces sont également remarquables par le fait qu’on les a découvertes dans toute l’Europe celtique, depuis l’Irlande jusqu’à l’Ukraine (l’état des connaissances pour l’Europe orientale est donnée par E. Petres, 1979).

2On ne peut qu’être frappé par l’ensemble complexe que saisit l’œil à la vue de ces objets : taille, proportions, aspect du manche, place de la tête humaine, style de celle-ci. C’est P. Couissin qui le premier (Couissin, 1926) s’est penché sur le sujet. Mais c’est à C.-F.-C. Hawkes (Clarke et Hawkes, 1955) que revient le mérite d’avoir tenté une première classification, accompagnée d’un inventaire systématique. Cette classification comprend sept types que nous reprenons dans la figure 1. Pour Hawkes, les classes A – D sont de La Tène ancienne et moyenne, les classes E – G sont de La Tène moyenne et finale.

3Nous ne rentrerons pas dans le détail de cette classification que nous illustrons sommairement (fig. 1). Les exemplaires de chaque type peuvent indifféremment posséder une poignée en fer ou en bronze. Les poignards de la classe A ont des « bras » et des « jambes » en V ou en Y, une tête bien détachée, une fusée droite. Ceux de la classe B ont une tête encaissée, des « bras » et des « jambes » en Y ou en U, une fusée droite ou légèrement convexe. La classe C est un dérivé ornemental de la classe A. Les sphères des « bras » et de la « tête » sont placées sur la même ligne, les « bras » et les « jambes » sont en U et entourent une ornementation ajourée. Les poignards de la classe D ont une tête saillante, des « bras » et des « jambes » en U, une fusée nettement profilée avec une moulure médiane. Ceux de la classe E ont une tête encaissée, des « bras » et des « jambes » en U, Y ou V, une fusée nettement profilée, avec une moulure médiane. Ceux de la classe F présentent une tête encaissée, des « bras » et des « jambes » en U, une fusée profilée avec plusieurs moulures. Ceux de la classe G ont une tête saillante, des « bras » et des « jambes » rudimentaires, une fusée profilée avec plusieurs moulures, un traitement décoratif de type classique.

4On ne peut qu’être frappé par l’aspect impressionniste de cette classification, à laquelle toutes les découvertes plus récentes ont été raccrochées. Elle prend en effet en compte la forme générale de l’objet... en même temps que son décor, sans même d’ailleurs définir des critères objectifs de description (par exemple dimensions des différents éléments, nombre et espacement des moulures de la fusée etc.), c’est-à-dire en définissant un « type » caractéristique autour duquel viennent se regrouper des exemplaires parfois moins caractéristiques (et parfois bien difficiles à reconnaître, comme l’a montré notre enquête). Accessoirement, le type C ne s’intègre pas de façon évidente à la série, et on peut voir éventuellement en eux un avatar tardif des épées à rognons.

5Mais il est évident qu’on ne peut asseoir une véritable classification de ces objets en faisant l’économie d’une étude des techniques de fabrication et d’assemblage des différentes parties qui les composent. Cette étude des techniques peut seule, en effet, permettre de classer véritablement les exemplaires en types définis selon des critères en principe totalement objectifs ; mais en même temps elle fournit le point de départ à toute analyse de structure, de morphologie, et aussi de stylistique (par exemple la place de la tête humaine par rapport à la fusée ou au pommeau). Bien plus, elle permet d’envisager d’autres perspectives d’étude, en tentant de définir quelles sont les techniques véritablement identiques utilisées pour des pièces morphologiquement semblables, c’est-à-dire qu’elle permet de rechercher quelques-uns des ateliers qui ont pu fabriquer ces poignards.

Fig. 1. – Classification des poignards anthropoïdes, d’après C. F. C. Hawkes.

  • 2 Les analyses par spectrométrie d’émission sont effectuées par Michel Menu et P.-L. Hurtel, celles p (...)

6Il a donc paru nécessaire d’analyser la structure interne de ces objets. Cette enquête est actuellement en cours au laboratoire de recherche des musées de France2, et pose encore des problèmes ; nous nous sommes limités pour l’instant à l’Europe occidentale, une enquête similaire devant être poursuivie dans les pays d’Europe de l’Est. Toutefois, le travail fourni et les résultats d’ores et déjà acquis nous autorisent à présenter la manière dont la recherche est menée, les difficultés éventuellement rencontrées, ainsi que la nature des renseignements qu’il est possible d’obtenir par de telles méthodes.

7Dans un premier temps, il nous a semblé utile de dresser un bilan d’ensemble. Pour ce faire, et sans accorder aux cartes de répartition plus d’importance qu’elles n’en méritent, nous en avons dressé deux, plus modestes que celles de C.-F.-C. Hawkes, et qui partent d’une documentation sommaire : la première (fig. 2) indique quels sont les poignards pseudo-anthropoïdes connus. On remarquera que seule la Gaule de l’Est, telle que nous avons pu la définir par ailleurs (Duval, 1982), possède de telles armes, absentes au Nord (Gaule Belgique), à l’Ouest (Gaule Armorique), et dans tout le Sud et le Sud-Ouest. Mais on peut encore affiner la répartition à l’intérieur de cet ensemble : à l’exception de l’exemplaire italien de Sulmona, les pseudo-anthropoïdes en bronze se concentrent au Nord de la zone ainsi définie, alors que ceux en fer se répartissent au Sud, le point de jonction entre les deux se situant dans ce qui est (ou ce qui sera) le territoire des Sérions. La seconde (fig. 3), indique la répartition des anthropoïdes connus, à l’exception de celui de Chartres signalé par Hawkes, mais que, pour des motifs que nous n’indiquerons pas ici, nous avons de bonnes raisons d’estimer être un faux. A première vue la répartition semble cette fois-ci s’étendre à toute la Gaule, les exemplaires étant tous en bronze, sauf peut-être celui de Lyon, indiqué par Couissin comme étant éventuellement en fer, mais méritant un nouvel examen que nous n’avons pu encore effectuer. Un regard plus poussé nous permet cependant d’affirmer l’existence de deux phénomènes, connus par ailleurs : la « poussée » (conquête ou acculturation) celtique en direction de la Saintonge (Tesson, Saint-André-de-Lidon) et du pays des Volques (Vieille-Toulouse) ainsi que la celtisation du midi ligure via la conquête romaine (Mouriès) (Duval, 1983) ; mais aussi l’absence d’exemplaires en Gaule Armorique et en Gaule Belgique, malgré la présence dans cette dernière région de nombreuses tombes pondères, notamment avec char funéraire.

Fig. 2. – Les poignards pseudo-anthropoïdes en Gaule. Cercle clair : bronze ; cercle teinté : fer.

8Ces cartes, moins ambitieuses que celles de C.-F.-C. Hawkes, en ce qu’elles ne préjugent pas de la connaissance structurelle des objets, fournissent donc cependant un cadre très général à l’étude entreprise.

9Pour établir une nouvelle typologie des objets fondée non plus sur leur aspect extérieur mais sur leur technologie, nous avons utilisé deux techniques de laboratoire complémentaires : d’une part la radiographie, qui rend compte de leur constitution et permet de retrouver la technique de fabrication, et d’autre part l’analyse élémentaire du métal, qui peut confirmer les procédés technologiques établis, préciser la nature de l’alliage employé et donner des indications sur l’origine d’approvisionnement du métal.

10D’après les clichés réalisés de face et de profil, il est possible de connaître :

  • le nombre de parties formant la poignée,
  • l’assemblage de ces différentes parties,
  • le montage de la poignée sur la lame.

11L’analyse du métal des différentes parties caractéristiques est alors effectuée par spectrométrie d’émission dans l’U.V. sur des prélèvements de 10 milligrammes de matière environ. La variété et la complexité technologique constatées parmi les poignards radiographiés impliquent une lisibilité précise des clichés. Ils doivent être réalisés avec des densités convenables et être comparables entre eux, selon les incidences liées à ce type d’exploration où l’on discerne sans équivoque les divers éléments constitutifs, pour qu’une interprétation judicieuse soit possible.

12Il convient d’avoir une bonne expérience de ce type d’objets, de manière à envisager une problématique clairement définie, condition indispensable pour orienter les techniques de la radiographie : les clichés apportent alors les éléments nécessaires à l’intégration des critères technologiques en catégories distinctes, eux-mêmes nécessaires à l’élaboration d’une typologie. Ces nouveaux critères technologiques ont déjà permis de regrouper les armes étudiées en au moins 5 ou 6 grandes catégories. Parmi celles-ci quelques poignards ont été choisis à titre d’exemples pour illustrer des structures caractéristiques révélées par la radiographie.

  • 3 Analyse qualitative effectuée par microfluorescence X.
  • 4 Analyse quantitative effectuée par spectrométrie d’émission dans l’U.V. avec source à plasma déterm (...)

13Le poignard anthropoïde provenant de Chatenay-Macheron (fig. 4 à 6) appartenant au Musée des Antiquités nationales, possède une poignée constituée de trois parties distinctes. On distingue sur la radiographie de face (fig. 5) une poignée pleine contenant une soie plutôt large qui atteint le sommet du pommeau. La poignée a été coulée directement sur la soie, sans l’intermédiaire d’un noyau car le contact est très étroit entre ces deux parties. La tête du sommet est en métal plein, mais a été coulée à part car une solution de continuité apparaît entre la tête et l’extrémité de la poignée. La tête est maintenue entre les deux antennes par une soudure. L’analyse effectuée sur un petit prélèvement3 précise qu’il s’agit d’une soudure à l’étain. La poignée et la tête ont été vraisemblablement réalisées avec le même alliage : un bronze au plomb4 dont les nodules non miscibles sont visibles sur les radiographies.

Fig. 3. – Les poignards anthropoïdes en Gaule.

14Le poignard anthropoïde, trouvé dans une sépulture de Chatillon-sur-Indre et appartenant au Musée Dobrée à Nantes, est proche de l’exemplaire précédent mais s’en distingue cependant d’après les radiographies de face et de profil (fig. 7 à 9).

  • 5 Bronze à 11,08 % d’étain et 1,539 % de plomb pour la poignée et bronze à 10,8 % d’étain ne contenan (...)

15La poignée a été coulée à part en creux et la cavité occupe toute la hauteur de la fusée (fig. 9, 1). La lame est prolongée par une soie qui, incluse dans la poignée, dépasse le pommeau et atteint presque le haut de la tête humaine (fig. 9, 2). Celle-ci a été également coulée en creux ; elle a été enfoncée et non coulée sur la soie, car un interstice subsiste entre la tête et la fusée sans qu’aucune soudure ait été décelée. Le sommet du crâne comporte un petit orifice comblé par une pièce de métal généralement en fer. L’alliage qui constitue la tête et la poignée est de même type5 mais suffisamment différent pour pouvoir préciser que ces deux parties n’ont pu être réalisées lors de la même coulée.

Fig.(à gauche). – Poignard de Chatenay-Macheron (Haute-Marne),
Fig.(au milieu). – Radiographie du poignard de Chatenay-Macheron.
Fig.(à droite). – Interprétation de la radiographie (1 : emplacement de la soudure analysée ; 2 : soie ; 3 : tête coulée à part, maintenue par la soudure). Radiographies et photos L.R.M.F.

Fig.(à gauche). – Poignard de Chatillon-sur-Indre (Indre).
Fig.(au milieu). – Radiographie du poignard de Chatillon-sur-Indre.
Fig.(à droite). – Interprétation de la radiographie
(1 : poignée ; 2 : soie ; 3 : tête creuse coulée à part ; 4 : cavité ; 5 : filet d’or).

16Le plat de la lame était décoré d’un filet d’or dont quelques fragments pour la plupart invisibles à l’œil apparaissent sur les radiographies (fig. 9. 5).

17Le poignard provenant d’une sépulture à char de Tesson (Charente-Maritime) et appartenant au Musée des Antiquités nationales (fig. 10 à 12), évoque la même technique de bronzier mais appliquée à deux objets différents.

  • 6 L’analyse de composition indique que l’alliage est un bronze au plomb assez semblable à celui du po (...)

18La poignée a été coulée en creux autour d’un noyau qui occupe la majeure partie de la fusée6. La soie, plus étroite et moins longue que dans l’objet précédent, n’atteint pas le haut de la fusée ; c’est probablement sa fragilité qui a provoqué sa cassure en la déviant de son axe de face et de profil (fig. 12).

Fig. 10 (à gauche). – Poignard de Tesson (Charente Maritime).
Fig. 11 (au milieu). – Radiographie du poignard de Tesson.
Fig. 12 (à droite). – Interprétation de la radiographie.

  • 7 Un minuscule fragment provenant du revers de la face externe du fourreau et provenant de la lame a (...)

19La tête, également creuse, a été coulée à part avec un noyau. Elle est maintenue sur la fusée par une courte tige de métal fixée dans le noyau a posteriori. Le sommet de la tête, comme pour l’exemplaire de Chatillon-sur-Indre, possède un petit orifice comblé par un morceau de métal. Des fragments du filet d’or appliqué sur la lame sont perceptibles sur les clichés et ont pu être identifiés7.

  • 8 Nous remercions vivement M. O’Riordain, Directeur du Musée national irlandais, de nous avoir permis (...)

20Dans ce cas l’étude de la structure des objets confirme la ressemblance extérieure des deux poignards. Il ne demeure de l’exemplaire provenant de Ballyshannon (fig. 13 et 14) et appartenant au Musée de Dublin que la poignée8. La soie n’existe plus mais on discerne ses contours au niveau de la garde sur les radiographies. Cette soie était large, incluse dans la poignée, qui actuellement possède une grande cavité.

  • 9 Analyse effectuée par microfluorescence X.

21Les parois sont d’épaisseur irrégulière, aussi bien de face que de profil. Cette malfaçon est due à une torsion de la poignée au moment de la coulée, qui a engendré une mauvaise répartition de l’alliage. La tête est creuse, mais à la différence d’autres exemplaires, celle-ci pourrait faire partie de la poignée ; l’ensemble aurait ainsi été coulé en une seule fois, car on ne perçoit pas de solution de continuité entre ces deux éléments. Le sommet de la tête possède, comme chez les autres exemplaires, un petit orifice comblé par une pièce de métal. L’analyse qualitative du métal effectuée directement sur l’objet9 au niveau de la tête et de la poignée ne montre pas de différence notable de composition. Il s’agit dans les deux cas d’un bronze contenant moins de 0,5 % de plomb. La morphologie de ce poignard aurait permis de le rapprocher d’exemplaires précédemment étudiés, mais en réalité sa technologie tend à l’écarter d’eux et à voir éventuellement dans cet exemplaire une copie du type précédent, peut-être réalisée localement.

Fig. 13 (à gauche). – Poignard de Ballyshannon Bay (Irlande).
Fig. 14 (à droite). – Radiographie du poignard de Ballyshannon.

22Les objets de musées étant habituellement classés en catégories distinctes selon les critères de la typologie traditionnelle, lorsque l’aspect extérieur de l’objet disparaît totalement sous la corrosion, toute étude devient alors impossible et l’importance de l’objet peut même échapper aux yeux du chercheur.

23Le poignard en fer appartenant au Musée d’Auxerre présente cet aspect corrodé, sans contours nets, dont on ne peut définir avec rigueur ni l’état ni la forme (fig. 15 à 17).

24La radiographie montre que sa structure est conservée et que la poignée pseudo-anthropoïde est formée de quatre parties enfilées sur une soie qui atteint le sommet de l’appendice. La soie n’a pas la même largeur sur toute la hauteur de la poignée, elle est plus étroite dans la partie appendiculaire et est fixée par un rivet.

25Cette technique de fabrication se rencontre sur des poignées en bronze et l’on suppose que c’est notamment le cas pour le poignard provenant de Sulmona (Italie) conservé au British Museum (fig. 18).

Fig. 15 (à gauche). – Poignée du musée d’Auxerre (Yonne).
Fig. 16 (au milieu). – Radiographie du poignard du musée d’Auxerre.
Fig. 17 (à droite). – Interprétation de la radiographie.

Fig. 18. – Poignard de Sulmona (Italie).

26Un tel assemblage appliqué à une poignée en fer implique l’adaptation d’une technique de fondeur à la mise en forme d’un métal forgé.

27Les poignards anthropoïdes de La Tène apparaissent donc comme le support d’une étude privilégiée dans la Protohistoire européenne : relativement peu nombreux (60 à 70 exemplaires sont actuellement connus), assez facilement identifiables – aux réserves près émises plus haut –, ayant en général frappé leurs inventeurs qui en ont donc signalé l’existence, très largement répandus dans toute l’Europe celtique, ils permettent en effet un travail nettement défini, dans ses méthodes comme dans ses buts.

28Nous nous orientons ainsi vers une recherche dont les axes seront :

  • un inventaire systématique,
  • une étude de contextes (négligée jusqu’ici tant ces objets ont paru « beaux » en eux-mêmes),
  • une étude de la structure interne et des techniques de fabrication, par les méthodes que nous avons évoquées précédemment, touchant la totalité des exemplaires disponibles10.

29Nous espérons ainsi, avec l’apport des données mathématiques (mesures, proportions) et de celles fournies par l’étude des styles, définir des « familles », et, si les critères en sont assez nettement exclusifs, aller jusqu’à la mise en évidence des ateliers de fabrication.

Bibliographie

Bibliographie

Clarke C. et Hawkes C.-F.-C., 1955 : « An Iron Anthropoid Sword from Shouldham, Norfolk, with Related Continental and British Weapons », Proceedings of the Prehistoric Society, t. 21, p. 198-227.

Couissin P., 1926 : « Les glaives anthropoïdes à antennes », Rev. Arch., 2, p. 32-63.

Duval A., 1982 : « Autour de Vercingétorix, de l’Archéologie à l’Histoire économique et sociale », Le deuxième âge du Fer en Auvergne et en Forez (Collis, Duval, Périchon, éd.).

Duval A., 1983 : L’Art celtique en Gaule, catalogue de l’exposition (Marseille, Paris, Bordeaux, Dijon).

Gaillard J., Duval A., Gomez J., à paraître : « Un poignard anthropoïde à Saint-André-de-Lidon (Charente-Maritime) ».

Petres E., 1979 ; « Some Remarks on Anthropoid and Pseudoanthropoid Hilted Daggers in Hungary », Les mouvements celtiques du Ve au Ier siècle avant notre ère (P.-M. Duval et V. Kruta, éd.), p. 171-178.

Notes

1 Nous suivons la typologie adoptée par la Commission du bronze de la Société Préhistorique Française (cf. fasc. I : Epées, par G. Gaucher et J.-P. Mohen, 1972).

2 Les analyses par spectrométrie d’émission sont effectuées par Michel Menu et P.-L. Hurtel, celles par microfluorescence par Alain Duval, et les radiographies par France Drilhon.

3 Analyse qualitative effectuée par microfluorescence X.

4 Analyse quantitative effectuée par spectrométrie d’émission dans l’U.V. avec source à plasma déterminant la concentration de 11 éléments chimiques principaux associés au cuivre. Bronze contenant 11,5 % de plomb pour la tête et 18,6 % pour la poignée et respectivement 12,8 % et 9,23 % d’étain. Les concentrations des éléments mineurs sont constantes pour les deux parties.

5 Bronze à 11,08 % d’étain et 1,539 % de plomb pour la poignée et bronze à 10,8 % d’étain ne contenant pas de plomb pour la tête (0,154 %).

6 L’analyse de composition indique que l’alliage est un bronze au plomb assez semblable à celui du poignard de Chatenay-Macheron, mais les impuretés sont très importantes = antimoine, argent et nickel caractéristiques de minerais sulfurés complémentaires du cuivre connus sous le nom de « fallers ».

7 Un minuscule fragment provenant du revers de la face externe du fourreau et provenant de la lame a été analysé par microfluorescence X.

8 Nous remercions vivement M. O’Riordain, Directeur du Musée national irlandais, de nous avoir permis d’étudier la poignée de Ballyshannon.

9 Analyse effectuée par microfluorescence X.

10 Cette phrase constitue évidemment un appel à nos collègues concernés...

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Classification des poignards anthropoïdes, d’après C. F. C. Hawkes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 2. – Les poignards pseudo-anthropoïdes en Gaule. Cercle clair : bronze ; cercle teinté : fer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 3. – Les poignards anthropoïdes en Gaule.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 4 (à gauche). – Poignard de Chatenay-Macheron (Haute-Marne),Fig. 5 (au milieu). – Radiographie du poignard de Chatenay-Macheron.Fig. 6 (à droite). – Interprétation de la radiographie (1 : emplacement de la soudure analysée ; 2 : soie ; 3 : tête coulée à part, maintenue par la soudure). Radiographies et photos L.R.M.F.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21118/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 7 (à gauche). – Poignard de Chatillon-sur-Indre (Indre).Fig. 8 (au milieu). – Radiographie du poignard de Chatillon-sur-Indre.Fig. 9 (à droite). – Interprétation de la radiographie(1 : poignée ; 2 : soie ; 3 : tête creuse coulée à part ; 4 : cavité ; 5 : filet d’or).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21118/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 10 (à gauche). – Poignard de Tesson (Charente Maritime).Fig. 11 (au milieu). – Radiographie du poignard de Tesson.Fig. 12 (à droite). – Interprétation de la radiographie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21118/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 13 (à gauche). – Poignard de Ballyshannon Bay (Irlande).Fig. 14 (à droite). – Radiographie du poignard de Ballyshannon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21118/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 15 (à gauche). – Poignée du musée d’Auxerre (Yonne).Fig. 16 (au milieu). – Radiographie du poignard du musée d’Auxerre.Fig. 17 (à droite). – Interprétation de la radiographie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21118/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 18. – Poignard de Sulmona (Italie).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21118/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search