Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Deuxième partie. Paléométallurgie du Bronze à l’Âge de Fer

Quelques aspects de la métallurgie du bronze sur l’habitat du Camp Allaric à Aslonnes (Vienne) dans son contexte poitevin au Ier Âge du Fer

Jean-Pierre Pautreau

Texte intégral

1. Présentation

1. 1. Cadre géographique

1Sur la façade atlantique, entre Loire et Charente, le Poitou reste une région de faible altitude. Quelques plaines et marais occupent le littoral. Des collines correspondent aux massifs anciens : bocage vendéen, gâtine des Deux-Sèvres et contreforts du Limousin. Au centre, le seuil du Poitou, formé de plateaux calcaires, fait communiquer les bassins aquitain et parisien.

1.2. Ressources minérales des bronziers (fig. 1)

2Malgré la présence de terrains primaires, les anciennes traces d’exploitation, comme les indices miniers fournis par les prospections récentes, montrent des possibilités limitées pour le Poitou et ses marges en ce qui concerne les produits essentiels : cuivre, étain et plomb.

1.2.1. Le cuivre

3A l’Est du Poitou, le cuivre natif existe en faible quantité à Vaulry (Haute-Vienne) et de très anciens travaux de recherches ont été remarqués en Corrèze, où l’on rencontre le minéral en veines horizontales accessibles (Fitte, 1967, p. 42). Dans l’éventualité, peu probable, de l’exploitation de ces gisements à l’époque protohistorique, il s’agirait d’une utilisation limitée.

4Au Nord-Ouest, dans le Massif armoricain, la chalcopyrite des filons stannifères est rarement exploitable. Les indices de La Bellière (Maine-et-Loire) sont les plus proches de la région concernée.

5La rareté et la faiblesse des indices laissent envisager un apport de cuivre de régions éloignées.

1.2.2. L’étain

6Les exploitations anciennes de cassitérite sont nombreuses en Limousin : Montebras, Faye-Auzareix (Creuse), Vaulry, Cieux, Puy-de-Sauvagnac (Haute-Vienne), Etagnac (Charente). Elles ont pu être en service à l’Age du Fer, mais l’essentiel correspond à la période romaine. Les arguments archéologiques pour une datation précise font toutefois encore défaut.

7Le minerai d’étain a été fréquemment trouvé dans le Massif armoricain. Nous retiendrons les gisements alluvionnaires marins de Pénestin, de Port-au-Loup (Morbihan) et de Piriac (Loire-Atlantique), puis ceux de l’intérieur, Abbaretz-Nazay (Loire-Atlantique), La Villedieu et le petit filon de Questembert (Morbihan). Le gisement de wolframite-cassitérite de Montbelleux (Ille-et-Vilaine) a été exploité à une époque indéterminée pour de l’étain (Chauris-Guigues, 1969, p. 44).

8Plus près du Poitou, les filons de la région nantaise, du massif granitique de Mortagne en Vendée (La Girardière, La Renaudière, La Grand-Yvoie), le site de Beaucouzé en Maine-et-Loire, restent de faible puissance. La carte de prospection alluvionnaire de la cassitérite, dressée par le B.R.G.M. (Chauris-Guigues, 1969, pl. 3 bis), avec de nombreux points entre Nantes et Parthenay puis entre l’île de Noirmoutier et la Roche-sur-Yon, laisse espérer la découverte de traces d’exploitation dans un avenir plus ou moins lointain.

1.2.3. Le plomb

9La galène, minerai facile à traiter, a été exploitée anciennement dans le Massif central entre Vicq et Glanges (Haute-Vienne). Dans le Massif armoricain les gisements de plomb abondent et on a dû utiliser très tôt en surface les têtes de filons. En Poitou même, nous retiendrons les importants gisements stratifiés du plomb argentifère du Mellois, les gisements divers qui s’étendent entre Parthenay et Melle (Deux-Sèvres), ceux de Rochetrejoux (Vendée) et ceux du littoral entre les Sables-d’Olonne et La Tranche (Vendée) (Chauris-Guigues, 1969, pl. 1).

Fig. 1. – Carte des principales ressources minérales.

10Même si les possibilités d’exploitation s’avèrent nombreuses, la datation des anciens travaux reste incertaine.

1.3. Une longue tradition du travail du bronze

11La production des métallurgistes poitevins a commencé à la fin du 3e millénaire par la fabrication de haches plates en cuivre, originales par leur nombre (74 exemplaires connus) et par leur grande taille. Au Bronze Moyen, ce sont les haches à rebords vendéennes et les haches à talon de type « Centre-Ouest » qui singularisent les artisans locaux. Au Bronze Final, les cachettes recèlent une grande variété d’instruments. C’est au sein d’un riche foyer bronzier qu’apparaissent les premiers objets en fer au viiie siècle.

2. Le Camp Allaric

2.1. Le gisement et sa stratigraphie

12Le Camp Allaric est un habitat de type éperon barré de 2 ha de superficie, situe au centre du seuil du Poitou, à proximité de la confluence des vallées de la Clouère et du Clain. Occupé au Chalcolithique par la civilisation d’Artenac, ce gisement a connu une longue période de présence humaine ininterrompue, du 8e au 5e s. av. J.-.C (Pautreau, 1976 b. p. 389), D’importants vestiges archéologiques sont conservés sous les éboulis du rempart de 200 m de long. Deux sépultures tumulaires existaient à proximité de l’habitat. La totalité des niveaux du 1er Age du Fer a livré des objets manufacturés en bronze, dont des instruments bruts de coulée, et le niveau le plus ancien les restes d’un atelier de fondeur. Nous avons donc là une possibilité de saisir des aspects de l’évolution de la métallurgie du bronze en Poitou au cours du 1er Age du Fer.

13Le niveau 3 (fin viiie-début viie s.) possède tous les éléments du riche faciès Bronze Final III du Centre-Ouest : peinture rouge à l’hématite, anthropomorphes, plats à bords facettés, vases en « bulbe d’oignon », décors de méandres à angle droit..., dans lequel apparaît la sidérurgie (bronze : atelier de fondeur, épingles, plaques perforées, tiges, boutons, perle, fils, vase ; l’épée en langue de carpe trouvée au pied du rempart est à rattacher à cette occupation).

14Le niveau 3 bis (fin viie s.) connaît une évolution légère des formes céramiques, avec apparition de l’utilisation de la peinture au graphite (bronze : petits fragments).

15Les occupations 4 et 5 (vie s.) sont probablement chronologiquement très proches. Le niveau 4 présente des bouteilles, bols, vases à col étroit et panse globuleuse, des décors de cannelures et des vases à provision aux cordons digités et poinçonnés plus nombreux qu’auparavant. Le niveau 5 montre des urnes globuleuses au pied creux, des décors de cannelures et cupules, des incisions, mais aussi une peinture blanche, brune ou noire et parfois du graphite : les objets en fer deviennent fréquents (bronze : tiges, épingles, tôles, anneaux).

16La couche 6 (première moitié du ve s.) possède un matériel céramique où dominent les formes biconiques avec carène assez anguleuse, pieds creux, polypodes et un riche décor peint au graphite ; on y trouve des bracelets en lignite, javelines et fibules en fer (bronze : torques, bracelet à bossette, bracelet cannelé, fils, épingles, tiges profilées en U, armature en tôle, vases en tôle, appliques ornées, rivets...).

2.2. Variété typologique des bronzes du Camp Allaric

  • 1 Une épée en bronze aurait été mise au jour à la fin du siècle dernier, au pied du rempart, dans les (...)

17Les objets en bronze manufacturés retrouvés dans les différents niveaux de l’habitat sont tous des éléments de petite taille1. Les plus nombreux sont sans conteste les épingles de longueur et diamètre variés, souvent sans tête (fig. 2, n° 8, 15 et 22), avec tête globulaire (fig. 2, n° 23), torsadée (fig. 2, n° 20) ou discoïdale décorée de cercles concentriques. Différents anneaux ouverts ou fragments filiformes (fig. 2, n° 21 et 24) résultent peut-être de la réutilisation d’épingles. Les fils de bronze se retrouvent également dans les niveaux inférieurs et supérieurs (fig. 2, n° 11). Les perles fondues, biconiques, ont été mises au jour aux deux bouts de la stratigraphie (fig. 2, n° 9). Un bouton conique à bélière provient de la couche 3 (fig. 2, n° 28). Les bracelets ovalaires cannelés (fig. 2, n° 3) ou circulaires à bossettes (fig. 2, n° 27) correspondent aux niveaux les plus récents. Plusieurs longs fragments de torques lisses (fig. 2, n° 18) sont issus de l’occupation n° 6. Quelques récipients de petite taille peuvent être en bronze moulé, mais surtout en tôle comme des gobelets (fig. 2, n° 4). On retrouve également un certain nombre de tiges et rivets, des plaques et appliques souvent ornées (fig. 2, n° 10, 12), destinées manifestement à être cousues sur du tissu ou fixées sur du cuir ou du bois.

18L’épée en langue de carpe dite de « Bapteresse » (fig. 2, n° 26), trouvée au pied du camp, est un type intermédiaire entre la véritable épée à soie plate et celle à poignée pleine ; elle nécessite le rajout d’une plaquette en matière organique au niveau de la fusée (Pautreau, 1979, p. 204). Elle se rattache au niveau 3.

19Plus on avance sur l’habitat dans le 1er Age du Fer, plus les objets en bronze se limitent (hormis la chaudronnerie) à quelques parures et à des placages ornementaux. Dès les niveaux 4 et 5, fibules, haches à douille et pointes de lances sont en fer.

2.3. Activité des bronziers, fabrication, finition

20L’étude du matériel en bronze issu des niveaux protohistoriques permet de mettre en valeur les éléments d’une métallurgie locale.

2.3.1. L’atelier de fondeur

21La présence simultanée, à l’entrée d’une habitation du niveau 3, de creusets, de fragments de scories et d’objets en bronze, certains bruts de coulée, est la preuve d’une métallurgie locale originale.

  • 2 Il nous faut exprimer toute notre gratitude à M. J. Bourhis, Ingénieur au CNRS, ainsi qu’à MM. P. R (...)

22Les deux fragments de creusets, analysés à l’Université de Rennes par J. Bourhis2, sont imprégnés de sel de cuivre (carbonate) et constitués par une terre réfractaire composée approximativement de 2 parties de SiO2, 1/2 partie de Fe2O3, 1 partie de CaO et 1 partie de MgO.

Fig. 2. – Matériel en bronze du Camp Allaric à Aslonnes (Vienne) (d’après originaux). Echelles en cm. L’échelle sous le n° 17 concerne tous les objets à l’exception des nos 16-22-26-27 (conservation : Musée de Poitiers).

23Il semble que ces creusets aient servi à fondre du cuivre et non du bronze, car dans ce dernier cas, selon J. Bourhis, la teneur en étain aurait été plus forte (voir tableau).

24Les scories contiennent une part importante de cuivre (40 % de Cu et 60 % de Cu CO3), de l’étain, du plomb et 10 à 15 % de SiO2 et 10 à 20 % de Fe2O3. Le bronze contenu dans la scorie a une composition voisine de celle des objets manufacturés trouves au voisinage et caractérisée par un pourcentage relativement faible en bronze par rapport aux objets des dépôts.

2.3.2. Fabrication et finition

  • 3 Il est vrai que l’étude menée pendant dix ans sur le site du Camp Allaric n’a concerné qu’une soixa (...)

25Il n’a pas été retrouvé au Camp Allaric de lingots non plus que de fragments de moules en pierre ou en argile3. Nous trouvons par contre quelques traces indicatives des techniques de fabrication et de finition. Plusieurs fragments brisés, bruts de coulée, ont été mis en évidence à proximité des scories et creusets du niveau 3, mais aussi dans les couches supérieures : c’est le cas d’un important fragment de torque trouvé dans le niveau 6. Outre le moulage, la technique de la cire perdue a probablement été utilisée pour quelques pièces ouvragées, mais les éléments fragmentaires en notre possession ne nous en apportent pas la preuve absolue.

26Le martelage a été manifestement utilisé pour faire disparaître des bavures de coulée, pour rassembler des plaques et probablement aussi pour l’obtention de fils. Des traces de polissage apparaissent sur certains petits éléments. Les trous des diverses pièces peuvent être obtenus soit directement à la fonte, soit par perforation de l’objet terminé.

27La chaudronnerie revêt une importance croissante au fur et à mesure que l’on avance dans l’Age du Fer ; il s’agit, au Camp Allaric, de réalisations de petites dimensions mais de bonne qualité.

28L’épée en langue de carpe, qui ne semble pas avoir reçu la totalité de sa finition au tranchant, montre avec sa poignée presque pleine une imitation locale des poignées orientales.

2.4. Analyses spectrographiques (voir tableau)

29Les analyses effectuées par J. Bourhis sur les objets du 1er Age du Fer du Camp Allaric diffèrent peu de celles des autres bronzes contemporains, mais amènent toutefois quelques remarques.

30La poignée de l’épée en langue de carpe trouvée au pied de l’éperon est en bronze à environ 9 % d’étain, mais avec seulement 0,10 % de plomb. Cette faiblesse de la teneur en plomb est intéressante : elle se retrouve dans le niveau 3 sur les tôles (0,001 %), plaques (0,10 %) et tiges (– de 2 %). C’est le niveau 3 qui a produit l’atelier de fondeur dans les scories duquel cette même faiblesse en plomb a été remarquée. On ne la retrouve pas sur les objets contemporains de la région, issus le plus souvent de dépôts.

31Dans le même horizon, le bouton à bélière ne contient que 1 à 5 % d’étain (son taux de plomb n’a pu être déterminé) ; les deux tiges analysées du même niveau sont également assez pauvres en étain (4,9 et 6,5 %).

32Plus étonnante est la composition d’un fragment de vase moulé ; il contient 6 % d’étain, 1 % de plomb, 4 % d’arsenic et 4 % d’antimoine. Pour J. Bourhis, il peut s’agir de la recherche d’une coloration pour un objet d’apparat.

33Tardif, le fragment de bracelet à bossettes (fig. 2, n° 27) avec 10,3 % d’étain et 11,8 % de plomb a des teneurs normales pour le 1er Age du Fer.

3. Le bronze dans les gisements poitevins du 1er Age du Fer

3.1. Les types de gisements

34Parmi les autres gisements poitevins du 1er Age du Fer ayant livré des objets en bronze, nous trouvons deux habitats, de nombreuses sépultures puis quelques dépôts et trouvailles isolées (fig. 3).

3.1.1. Les habitats

35L’éperon de Béruges (Vienne) occupé au ve siècle (fragment de bronze). Le Coteau de Montigné à Coulon (Deux-Sèvres), site défensif en bordure du marais poitevin, d’assez grande taille, ayant connu une occupation similaire à celle du Camp Allaric (crochet, lame d’épée, épingle, tranchet, poignard, anse de vase, tiges et plaques en bronze) (Pautreau, 1978, 1980 et 1982).

Allaric (Vienne), Andillé (Vienne), Angles (Vendée), Antran (Vienne), Bapteresse (Vienne), Coulon (Deux-Sèvres), Gros-Guignon (Vienne), Mal-Nom (Vendée), Mareuil (Vendée), Mia (Vienne), Migné (Vienne), Mondiou (Vienne), Montaigu (Vendée), Notre-Dame-d’Or (Vienne), Persac (Vienne), Thorigné-Coulon (Deux-Sèvres), Triou (Deux-Sèvres).
Laboratoires : R = Rennes, G = Grenoble, C = Chauvet.
~ = environ ; – = non décelé ; tr = inférieur à 0,001 % × × = de 10 à 20 % ; × = de 5 à 10 %.

Fig. 3. – A : carte de situation des principaux gisements du Ier Age du Fer poitevin ayant produit des objets en bronze. B : matériel en bronze du 1er Age du Fer poitevin. 1 à 5 : tranchet, crochet, poignard, anse et parure du Coteau de Montigné à Coulon (Deux-Sèvres) (d’après originaux) ; 6 : épingle en bronze d’un enclos circulaire de la Croix-Verte à Antran (Vienne) (d’après original) ; 7 : bracelet à tampons de Nalliers (Vendée) (d’après original). Echelle en cm. (Conservation : 1 à 5, Musée de Niort, 6, Dépôt de fouilles de la circonscription préhistorique Poitou-Charentes, 7, Musée de Fontenay-le-Comte).

3.1.2. Les sépultures

36Phase ancienne : incinération en enclos circulaire d’Antran (épingle en bronze), inhumation d’Andillé aux Roches-Prémaries (six anneaux de bronze à chaque jambe) (Tauvel, 1974, p. 230).

37Phase moyenne : inhumation de Mia à Saint-les-Baillargeaux (torque, brassard, bracelets, pectoral, chaîne, agrafe de ceinture, sphères et appliques en bronze) (France-Lanord, 1941, p. 555).

38Phase récente : tumulus à inhumation et incinération de la Bataillerie à Valdivienne (torque filiforme, bracelet, armature de flèche, rivet en bronze) (Camus, Pautreau, Richard, 1980, p. 437) incinération en enclos circulaire de Civaux (anneau de bronze) et tombes à char de Séneret à Quinçay (plaques, clous, tiges, anneau en bronze) et de Gros-Guignon à Savigné (rondelles, clous, sphères, cabochons, anneau, bracelets, plaques, récipients en bronze) (Chauvet, 1926 ; Joffroy, 1958, p. 134-146).

39Toutes ces sépultures sont dans le département de la Vienne.

3.1.3. Les dépôts

40Il faut tout d’abord mentionner les dépôts poitevins enfouis à l’extrême fin du Bronze Final, alors que le fer est déjà connu localement : Challans (Vendée) avec plus de 200 éléments, Notre-Dame-d’Or (Vienne) et Triou (Deux-Sèvres) avec un peu moins d’une centaine d’objets, sont accompagnés par de petits ensembles : Verger-Gazeau et Migné dans la Vienne, Montaigu, Mal-Nom, Saint-Hilaire-des-Loges. Saint-Avaugourd-des-Landes, Jard en Vendée puis Saint-Hilaire-la-Pallud dans les Deux-Sèvres. Toutes ces cachettes rassemblent outils, armes, parures et déchets de fonderie (Pautreau, 1983).

41Plus tardif, le dépôt de Rossay (Vienne) contenait 45 fragments de bronze (brassard, pendentif, torques, bracelets, phalère, rouelle) (Tauvel, 1974, p. 12) ; celui de La Fontaine de Lucineau à Saint-Jouin-de-Marnes (Deux-Sèvres) (Cordier, 1978, p. 66) (onze bracelets, une phalère, un torque) a pu être enfoui au début du 2e Age du Fer. Les cachettes de Persac (Vienne), avec quatre bracelets, et de Mondion, avec deux bracelets, peuvent correspondre à des sépultures mal identifiées (Tauvel, 1974, p. 4-5).

3.1.4. Découvertes isolées

  • 4 Nous remercions vivement M. Michel Rérolle, conservateur du Musée de Poitiers, pour l’aide qu’il a (...)

42Nous mentionnerons ici le grand crochet de Thorigné à Coulon attribuable au début du 1er Age du Fer, l’épée de Velluire (Vendée) et quelques bracelets venant de Cubord (Vienne) et de Nalliers (Vendée). D’autres bracelets signalés comme venant de la région et conservés au musée de Poitiers (Tauvel, 1974) sont étrangers au Centre-Ouest de la France4,

3.2. Variété des productions en bronze

43Nous soulignerons, sans nous étendre, le sujet ayant été traité récemment (Pautreau, 1983), la richesse typologique rencontrée en début de période dans les dépôts « en langue de carpe », marquant l’apogée des créations des bronziers au moment où le fer arrive ; épées en langue de carpe de différents types, épées pistilliformes du type Eward-Park, haches à ailerons sub-terminaux, à appendices latéraux, à douille ronde, lances variées, tranchets à soie, poignards et couteaux à douille et à languette, racloirs, rasoirs, broches à rôtir, éléments de harnachements, moyeux de char, bracelets massif ou creux, à tampons ou à oreilles, moules, lingots...

44Le temps que la technique du fer s’installe et très vite, dès le début du viie s., une grande partie des productions, celle des armes et du gros outillage, est désormais en fer. Les plus gros objets façonnés par les artisans bronziers poitevins resteront les vases et les parures ; il est vrai que notre connaissance repose essentiellement sur du mobilier funéraire.

45Les vases en tôle de bronze : nous rencontrons de petits gobelets et de grands récipients : « casseroles » de Séneret, coupe globulaire à bord ourlé et bassin triangulaire au fond décoré de cannelures du Gros-Guignon.

46Les éléments de tôles et plaques, tiges, anneaux issus des chars des sépultures de Séneret et Gros-Guignon sont abondants. Notons également des clous à tête plate, d’autres à tête hémisphérique, des cabochons, des viroles, des sphères creuses, des bandes de tôle ornées de bossettes, des plaques carrées et des disques décorés avec tenon de fixation.

47La flèche pédonculée de La Bataillerie (fig. 5, n° 2) est isolée en plein ve siècle.

48Des phalères proviennent de Saint-Jouin-de Marnes et de Rossay. La cachette de Rossay a livré quatre rouelles avec petit anneau de suspension.

49A Mia et à Rossay il y a des pendeloques en forme de crotale, ce sont les seules des régions Ouest. La sépulture de Mia a produit une chaîne avec des anneaux en bronze et en fer.

Fig. 4. – Matériel en bronze du 1er Age du Fer poitevin : 1, agrafe de ceinture de la sépulture de Mia à Saint-Georges-les-Baillargeaux (Vienne) (d’après Eygun et Mohen) ; 2 et 4, grelot et peigne de la chaîne de Mia (d’après Eygun et photo A. France-Lanord) ; 3, agrafe de ceinture du tumulus du Gros-Guignon à Savigné (Vienne) (d’après original) ; 5-6, applique et clous du tumulus du Gros-Guignon (d’après Joffroy) ; 7, bracelet de Persac (Vienne) (d’après original) ; 8, bracelet de Mondion (Vienne) (d’après original). Echelles en cm (Conservation : 1-2-4, A. France-Lanord, Nancy ; 3-5 à 8, Musée de Poitiers).

Fig. 5. – Matériel en bronze du 1er Age du Fer poitevin : 1, bracelet à tampons du tumulus de La Bataillerie à Valdivienne (Vienne) (d’après original) ; 2, armature de flèche en tôle du tumulus de La Bataillerie (d’après original) ; 3, torque filiforme du tumulus de La Bataillerie (d’après original) ; 4-5, torques de la cachette de Rossay (Vienne) (d’après Tauvel et Mohen) ; 6 à 9 et 13, bracelets de la cachette de Rossay (d’après Tauvel et Mohen) ; 10, rouelle pendeloque de la cachette de Rossay (d’après Tauvel et Mohen) ; 12, pendeloque en forme de crotale de la cachette de Rossay (d’après Tauvel et Mohen) ; 14 à 17, bracelets du dépôt de Lucineau à Saint-Jouin-de-Marnes (Deux-Sèvres) (d’après Cordier) ; 18, anneau de jambe de la sépulture d’Andillé aux Roches-Prémaries (Vienne) (d’après original et Tauvel). Echelles en cm. (Conservation : 1 à 3, Musée de Chauvigny ; 4 13, à collect. Moreau de La Ronde à Mouterre-Silly ; 14 à 17, Musée de Chinon ; 18, Musée de Poitiers).

50Deux plaques de ceinture à crochet sont connues (fig. 4, n° 1 et 3). Celle de Mia est pleine et rectangulaire, décorée de traits incisés, celle du Gros-Guignon avec deux crochets porte une double échancrure latérale et un décor estampé.

51Les bracelets et anneaux de jambe présentent une très grande diversité. Les formes les plus fréquentes sont ornées de grosses bossettes anguleuses ou de bourrelets creux (Mondion, Rossay, Persac) ou pleins (Rossay, Saint-Jouin-de-Marnes). Plusieurs sont perforés pour être portés en brassard (Mondion, Persac, Saint-Jouin-de-Marnes). Les vingt-six armilles du brassard de Mia restent originales avec leur forme en dents de scie (fig. 6).

Fig. 6. – Le brassard de Mia à Saint-Georges-les-Baillargeaux
(Vienne). (Cliché A. France-Lanord.)

52Cannelures obtenues à la fonte et incisions postérieures au moulage complètent l’ornementation de la plupart des bracelets. La présence de tampons reste exceptionnelle : Nalliers, La Bataillerie. Les tampons globulaires jointifs des bracelets de Saint-Jouin-de-Marnes appartiennent probablement au 2e Age du Fer.

53Les torques sont torsadés (Rossay) (fig. 5, n° 4), lisses avec (Rossay) ou sans (Mia) tampons ou encore incisés (Saint-Jouin-de-Marnes). Il faut également noter l’espèce de torque filiforme de La Bataillerie (fig. 5, n° 3).

54Les productions des bronziers sont limitées à un petit matériel ornemental, parures ou garnitures. Les recherches en cours sur les habitats ne semblent pas modifier cette vision des choses reposant sur les découvertes sépulcrales.

3.3. Techniques de fabrication et de finition

55Les indices recueillis à l’examen des objets restent ténus. Les traces directes de métallurgie appartiennent toutes au début de la période. Les lingots, piano-convexes le plus souvent, sont presque exclusivement en cuivre neuf issu du minerai ; quand ils sont, exceptionnellement, en bronze, leur composition est similaire à celle des objets manufacturés qui les accompagnent. Les moules retrouvés : haches à ailerons sub-terminaux (Angles en Vendée, Notre-Dame-d’Or dans la Vienne), gouges (Notre-Dame-d’Or), indices de fabrication locale, appartiennent tous à la même période, apogée du bronze régional (Pautreau, 1983).

56Une hache à douille armoricaine des Deux-Sèvres conserve son culot d’argile. La technique de la cire perdue a été utilisée à Notre-Dame-d’Or pour la réalisation d’une demi-sphère dentée. Martelage et polissage se retrouvent dans la plupart des cachettes, notamment à Triou.

57Le grand crochet de Coulon (Gomez, Pautreau, Rerolle, à paraître) a connu la torsion des tiges le constituant et conserve les traces de soudures réparatrices. La même torsion d’une tige obtenue lisse à la fonte s’observe sur le torque de Rossay.

58Tous les bracelets creux et pleins sont obtenus au moule, seules quelques incisions interviennent après la fonte. Les bracelets creux à globules semblent une originalité poitevine et probablement une fabrication locale.

59La chaîne de Mia, avec ses anneaux de bronze et de fer alternés, ne présente pas de soudure, mais simplement un martelage pour rendre les maillons jointifs.

3.4. Analyses spectrographiques (voir tableau)

60Nous examinerons brièvement, en les rangeant en trois grandes phases chronologiques, les analyses obtenues pour l’essentiel par J. Bourhis à l’université de Rennes.

3.4.1. Phase ancienne (fin viiie, viie s.)

61Nous ne nous étendrons pas sur les compositions des dépôts tardifs du Bronze Final : Triou et Notre-Dame-d’Or, non plus que sur les analyses des éléments contemporains de cette période charnière : lingots de Mareuil, Montaigu, Migné, Mal-Nom, haches à douille de Mal-Nom et Angles, moule de hache à ailerons d’Angles, étudiés récemment (Pautreau, 1983). Nous remarquerons toutefois que, dans le dépôt de Triou, la plupart des objets (17 sur les 20 analysés) sont des bronzes au plomb avec des teneurs moyennes en cuivre de 81,65 % et en étain de 11,21 % ; les teneurs en plomb ont une moyenne de 3,87 % (si l’on exclut les deux haches à douille et un passe-courroie ayant des teneurs respectives de 12, 16 et 17 %). Les autres objets analysés sont deux lingots plano-convexes en cuivre et un morceau de hache (à talon ?) avec traces de plomb.

62Les quelques éléments analysés de la cachette de Notre-Dame-d’Or (hache à ailerons, lame et poignée d’épée, fragment de bronze) présentent des compositions absolument similaires avec 8 à 11 % d’étain, 2 à 5,5 % de plomb sans traces de zinc et avec une seule trace de fer sur la poignée de l’épée.

63Sur le site d’habitat de Coulon, un morceau de lame d’épée en langue de carpe (8 % d’étain et 2,2 % de plomb) et un fragment de vase (11 % d’étain et 3,6 % de plomb) montrent des compositions normales pour des ustensiles de cette époque. Le bronze de l’épée comporte des traces notables d’arsenic, antimoine, argent et nickel. Une feuille de bronze enroulée est en bronze à étain fort (15 %) avec des traces de plomb (0,2 %) et de fer (0,001 %).

64Plus originale est la composition du grand crochet (75 cm de long) découvert à Thorigné sur la même commune de Coulon (Gomez, Pautreau, Rerolle, à paraître). Il s’agit d’un bronze faiblement allié d’étain (5 %). Les impuretés montrent des traces faibles ou nulles sauf en fer (0,10 et 0,5 %) ; d’après J. Bourhis, il pourrait s’agir, pour cet objet composite, d’éléments obtenus à partir d’une seule et même coulée étant donné l’homogénéité de leurs compositions.

65L’épingle d’un enclos funéraire d’Antran (fig. 3, n° 6) est en bronze au plomb, donnant pour du métal sain 75 à 80 % de cuivre, 10 à 15 % d’étain et 5 à 10 % de plomb avec des impuretés notables en arsenic, antimoine, argent, bismuth et or.

66Peut-être un peu plus tardifs, les deux anneaux de jambe de la sépulture d’Andillé aux Roches-Prémaries, avec un peu moins de 10 % d’étain et un taux de plomb inférieur à 2 %, entrent bien dans ce groupe.

3.4.2. Phase moyenne (début et milieu du vie s.)

67Pour cette période du milieu du 1er Age du Fer, nous ne connaissons que les analyses effectuées à Grenoble pour la sépulture de Mia sur le torque, le brassard, la chaîne aumonière et la chaîne pectorale, montrant des bronzes au plomb avec de notables impuretés en zinc et en fer (assez fortes sur le torque et la chaîne pectorale) et des traces d’antimoine. La teneur en plomb (4 à 6 %) reste modeste.

3.4.3. Phase finale (fin vie, début ve s.)

68La tombe à char du Gros-Guignon a fait l’objet d’analyses anciennes effectuées par Chauvet sur un clou de la caisse du char et sur une sphère creuse puis d’analyses récentes effectuées à notre demande par J. Bourhis pour le présent travail et portant sur un élément ovale, un fragment de tube et un bassin en tôle de bronze. Les deux séries produisent des résultats concordants et attestent un ensemble assez homogène. Nous sommes en présence de bronze contenant un peu plus de 10 % d’étain et 4 à 10 % de plomb avec des traces notables de fer, nickel et antimoine. Avec plus de 10 % de zinc, l’élément ovale est en laiton. Les analyses anciennes n’avaient pas permis la mise en évidence des impuretés, mais l’importance du zinc (3,40 % pour le clou) et du fer est similaire à celle des spectrographies actuelles.

69Le bracelet à globules de Mondion (fig. 4, n° 8) est en bronze avec environ 10 % ou un peu moins d’étain, 1 % de plomb et présente des impuretés nombreuses mais sans zinc, soit une composition comparable à celle du début de la période. Le bracelet de Persac (fig. 4, n° 7) est en bronze avec 10 % d’étain, 5 % de plomb et des impuretés notables d’arsenic, nickel et zinc.

70Un bracelet de provenance régionale possible, conservé au musée de Poitiers (Tauvel, 1974, fig. 10, n° 7) avec plus de 10 % d’étain, 6 % de plomb, de nombreuses impuretés et un peu plus de 10 % de zinc est en laiton. Il est probablement postérieur à la période qui nous intéresse ici.

71Ces analyses montrent que les bronziers poitevins du 1er Age du Fer suivent dans les grandes lignes l’évolution connue des bronzes protohistoriques. Les variations que nous observons, hormis celles dues au choix de l’emplacement du prélèvement de l’échantillon de métal, dépendent du type d’objet (bracelets et haches n’auront pas besoin du même alliage), de la provenance ou composition des lingots de métal vierge ou de refonte et du tour de main propre à chaque fondeur. Au début du 1er Age du Fer, nous avons des compositions semblables à celles des grands dépôts « en langue de carpe » avec 5 à 10 % d’étain et un peu plus de 2 % de plomb. Le crochet de Coulon peut paraître exotique avec 5 % d’étain et aucune impureté. Dès 600-500, les impuretés augmentent, nous trouvons des traces de fer, d’antimoine et de zinc plus abondantes et rapidement nous rencontrons de véritables laitons (Mia, Gros-Guignon).

4. Remarques générales

72Bien que les ressources locales en minerais soient modestes, l’activité des bronziers poitevins se maintient et elle durera au 2e Age du Fer comme en témoigne la cachette de fondeur de Saint-Pierre de-Maillé (Vienne) (Baudouin-Hue, 1912, p. 280).

73L’étude des bronzes de l’habitat du Camp Allaric n’infirme pas l’idée généralement admise au regard des seuls mobiliers sépulcraux. Dès le milieu du viie s., l’utilisation du bronze se limite au petit outillage et au mobilier ornemental, parures et appliques. La région concernée est pourtant dans la zone atlantique, sous l’emprise d’une tradition culturelle et d’une économie basées sur ce métal et dans un environnement bénéficiant de l’apport précieux des gisements d’étain et de plomb.

74Le fer, produit abondant et d’extraction facile, remplace le bronze pour l’essentiel de l’équipement métallique. Le bronze se maintient en raison de certaines possibilités techniques tout d’abord : chaudronnerie, fonte à la cire perdue, mais aussi grâce à ses qualités esthétiques : sa couleur jaune et son brillant l’assimilent à l’or ; d’où son maintien pour les parures, le décor des chars funéraires et son association au fer : épée du gué de Velluire à lame de fer et poignée en bronze, rivets en bronze de l’épée en fer de La Bataillerie et chaîne de Mia où l’association bronze-fer cherche peut-être à imiter une parure or-argent.

75La technologie reste semblable au long de la période, si ce n’est la chaudronnerie qui prend un essor certain. Les formes absolument nouvelles restent rares si l’on excepte quelques vases, torques et brassards formés d’armilles.

76Les compositions, au viie siècle, restent très proches de celles du siècle précédent, se confondant avec les alliages des dépôts en langue de carpe. Puis, au cours de l’Age du Fer, on constate une augmentation des impuretés, une montée des compositions au plomb, la présence de plus en plus fréquente (selon la catégorie d’instruments) de zinc, fer et antimoine pour arriver, au milieu de la période, à la confection de laitons qui ne deviennent pas pour autant exclusifs.

77Le travail de ces bronziers du 1er Age du Fer et leur organisation nous sont mal connus. Les trouvailles du Camp Allaric, plutôt que le cliché traditionnel du bronzier colporteur, nous donnent l’image de nombreux petits ateliers locaux. Les artisans installés dans chaque gros village répondant, avec leur tour de main bien personnel, pour tout ou partie à la demande locale. Mais il est vrai qu’il demeure très difficile de percevoir une organisation sociale aux travers de données archéologiques souvent ténues. Nous ne parlerons pas non plus de la place du bronzier dans la société : au Camp Allaric, il dispose d’une maison identique aux autres, avec simplement les restes d’un petit atelier devant la porte. La diversité des groupes culturels et religieux poitevins (opposition tumulus et enclos, opposition des groupes utilisant ou non la céramique graphitée) et territoriaux (Bas-Poitou : aucune sépulture avec du bronze, Haut-Poitou : toutes les sépultures étudiées et la quasi-totalité des dépôts) montre qu’il serait dangereux de vouloir généraliser. L’usage du bronze a pu être différent selon les groupes ou les classes sociales. Il faudra de nombreuses et longues fouilles d’habitat pour pouvoir cerner ces problèmes. Les recherches menées au Camp Allaric attestent de la présence quotidienne du bronze dans le vêtement, la vaisselle et le petit outillage jusqu’au ve siècle. La cachette de fondeur de Saint-Pierre-de-Maillé témoigne du prolongement de la tradition des fondeurs de bronze jusqu’aux portes de l’Histoire.

Bibliographie

Bibliographie

Atlas des ressources du sous-sol du département de la Haute- Vienne, Paris, 1981.

Baudouin M. et Hue E., 1912 : « Découverte et étude d’une cachette de fondeur de bronze de la Seconde Epoque du Fer à Saint-Pierre-de-Maillé (Vienne) », Mém. Soc. Préhist. Fr., t. 2, p. 280-294, 4 fig.

Bourhis J. et Briard J., 1979 : Analyses spectrographiques d’objets préhistoriques et antiques, 4e série, Travaux du laboratoire « Anthropologie-Préhistoire-Protohistoire-Quaternaire armoricains », Université de Rennes, 1979, 133 p.

Camus S., Pautreau J.-P. et Richard Ch., 1980 : « Le tumulus de l’Age du Fer de La Bataillerie à Valdivienne (Vienne) », Bull. Soc. Préhist. Fr., 1980, t. 77, p. 429-441, 8 fig.

Chauris L., 1981 : « Une province stannifère : le massif Armoricain (France) », Chronique de la recherche minière, sept.-oct. 1981, p. 5-42, fig.

Chauris L. et Guigues J., 1969 : Le massif Armoricain ; coll. Gîtes minéraux de la France, vol. I, Mém. du B.R.G.M., n° 74, Paris, 1969.

Chauvet G., 1926 : « Deux sépultures à char en Poitou », Bull. Arch., 1926, 26 p., 6 pl.

Coffyn A., Gomez J., Mohen J.-P., 1981 : L’apogée du Bronze atlantique, le dépôt de Vénat, L’âge du Bronze en France 1, Paris, Picard 1981, 239 p., 57 pl., 25 cartes.

Cordier G., 1978 : « A propos du dépôt de la Fontaine de Lucineau (Saint-Jouin-de-Marnes, Deux-Sèvres) et des influences launaciennes dans le Centre-Ouest », Sciences, Lettres, Arts, Cholet, avril 1978, n° 26, p. 66-73, 4 fig.

Fitte P., 1967 : « Esquisse sur les premières mines et l’aube de la métallurgie, du Chalcolithique au Hallstatt, en Haute-Vienne », Guide géologique de la Haute-Vienne, Limoges, 1967, p. 37-47, cartes.

France-Lanord A., 1941 : « Note sur une parure féminine du Poitou », Bull. de la Soc. d’Etudes des Hautes-Alpes, 1941, p. 555-560.

Giot P. R., Bourhis J. et Briard J., 1966, 1970, 1975 : Analyses spectrographiques d’objets préhistoriques et antiques, Travaux du laboratoire d’Anthropologie Préhistorique de la Faculté des Sciences de Rennes, I, 1964-65 (1966), 125 p. ; II, 1969 (1970), 124 p. ; III, 1975.

Gomez J., 1983 : « Les traces de l’activité métallurgique à l’Age du Bronze et au premier Age du Fer en Centre-Ouest. L’artisan dans la société », Journées de Paléométallurgie, Université de Technologie de Compiègne, 22-23 février 1983, p. 469-479, 4 fig.

Gomez J., Pautreau J.-P. et Rérolle M., à paraître : « Le crochet en bronze de Thorigné à Coulon (Deux-Sèvres) ».

Joffroy R., 1958 : Les sépultures à char du Premier Age du Fer en France, Paris, Picard, 1958, 165 p., 38 fig.

Lougnon J., Duthou J.-L. et Lasserre M., 1974 : « Les gisements plombo-zincifères du seuil du Poitou et de sa bordure limousine », Bull. du B.R.G.M. 2e série, n° 5, 1974. p. 453-476, fig.

Marechal J.-R., 1983 : La Préhistoire de la métallurgie et ses prolongements, Revue archéologique Sites, H.S., n° 14, 413 p.

Mohen J. P., 1980 : L’Age du Fer en Aquitaine, du VIIIe au IIIe s. av. J.-C. Mém. Soc. Préhist. Fr., tome 14, 1980, 339 p., 201 pl., 141 fig.

Pautreau J.-P., 1976 a, « Les civilisations de l’Age du Fer dans le Centre-Ouest », La Préhistoire Française, t. II, CNRS, 1976, p. 770-780, 6 fig.

Pautreau J.-P., 1976 b : « Le Camp Allaric, commune d’Aslonnes (Vienne), premiers résultats », L’Anthropologie, tome 80, n° 3, p. 389-429, 17 fig.

Pautreau J.-P., 1977 : « Les niveaux protohistoriques du Camp Allaric à Aslonnes (Vienne) », Bull. Soc. Préhist. Fr., t. 74. p. 34-36, 1 fig.

Pautreau J.-P., 1978 : « L’habitat protohistorique du Coteau de Montigné à Coulon (Deux-Sèvres). Travaux 1978 », Bull. Soc. Hist. et Sc. des Deux-Sèvres, t. XI, 1978, p. 189-226, 27 fig.

Pautreau J.-P., 1979 : Le Chalcolithique et l’Age du Bronze en Poitou, Vendée, Deux-Sèvres, Vienne, C.A.E.P., Musée de Poitiers, I, 430 p., II, 106 fig.

Pautreau J.-P., 1980 : « L’habitat protohistorique du Coteau de Montigné à Coulon (Deux-Sèvres), Travaux 1979-1980 », Bull. Soc. Hist. et Sc. des Deux-Sèvres, t. XIII, 1980, p. 95-137, 33 fig.

Pautreau J.-P., 1982 : « L’habitat protohistorique du Coteau de Montigné à Coulon (Deux-Sèvres), Travaux 1981 et 1982 », Bull. Soc. Hist. et Sc. des Deux-Sèvres, t. XV, 1982 (1983), p. 101-149, 34 fig.

Pautreau J.-P., 1983 : « Quelques aspects de la métallurgie en Poitou aux âges du cuivre et du bronze ». Paléométallurgie atlantique. Age du Bronze I, Trav. du laboratoire « Anthropologie-Préhistoire-Protohistoire et Quaternaire armoricains », Université de Rennes, p. 93-133, 6 fig.

Tauvel. D., 1973, 1974 : « Le premier Age du Fer dans la Vienne », Rev. Arch. du Centre, n° 47-48, 1973, p. 227-246, IX fig. ; n° 49-50, 1974, p. 3-24, XI fig.

Notes

1 Une épée en bronze aurait été mise au jour à la fin du siècle dernier, au pied du rempart, dans les niveaux d’habitat. Cet objet n’a pas été retrouvé.

2 Il nous faut exprimer toute notre gratitude à M. J. Bourhis, Ingénieur au CNRS, ainsi qu’à MM. P. R. Giot, Directeur de Recherche au CNRS et J. Briard, Maître de Recherche au CNRS pour les facilités qu’ils ont bien voulu nous accorder pour l’obtention des analyses spectrographiques des bronzes du 1er Age du Fer poitevin dans le laboratoire de Préhistoire-Protohistoire-Anthropologie et Quaternaire Armoricains à l’Université de Rennes.

3 Il est vrai que l’étude menée pendant dix ans sur le site du Camp Allaric n’a concerné qu’une soixantaine de mètres carrés sur les 2 ha et demi de surface habitée du gisement.

4 Nous remercions vivement M. Michel Rérolle, conservateur du Musée de Poitiers, pour l’aide qu’il a bien voulu nous apporter dans la recherche de l’origine du matériel conservé au musée et pour la facilité apportée à la réalisation d’analyses spectrographiques.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Carte des principales ressources minérales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 2. – Matériel en bronze du Camp Allaric à Aslonnes (Vienne) (d’après originaux). Echelles en cm. L’échelle sous le n° 17 concerne tous les objets à l’exception des nos 16-22-26-27 (conservation : Musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Allaric (Vienne), Andillé (Vienne), Angles (Vendée), Antran (Vienne), Bapteresse (Vienne), Coulon (Deux-Sèvres), Gros-Guignon (Vienne), Mal-Nom (Vendée), Mareuil (Vendée), Mia (Vienne), Migné (Vienne), Mondiou (Vienne), Montaigu (Vendée), Notre-Dame-d’Or (Vienne), Persac (Vienne), Thorigné-Coulon (Deux-Sèvres), Triou (Deux-Sèvres).Laboratoires : R = Rennes, G = Grenoble, C = Chauvet.~ = environ ; – = non décelé ; tr = inférieur à 0,001 % × × = de 10 à 20 % ; × = de 5 à 10 %.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21108/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 3. – A : carte de situation des principaux gisements du Ier Age du Fer poitevin ayant produit des objets en bronze. B : matériel en bronze du 1er Age du Fer poitevin. 1 à 5 : tranchet, crochet, poignard, anse et parure du Coteau de Montigné à Coulon (Deux-Sèvres) (d’après originaux) ; 6 : épingle en bronze d’un enclos circulaire de la Croix-Verte à Antran (Vienne) (d’après original) ; 7 : bracelet à tampons de Nalliers (Vendée) (d’après original). Echelle en cm. (Conservation : 1 à 5, Musée de Niort, 6, Dépôt de fouilles de la circonscription préhistorique Poitou-Charentes, 7, Musée de Fontenay-le-Comte).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21108/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 4. – Matériel en bronze du 1er Age du Fer poitevin : 1, agrafe de ceinture de la sépulture de Mia à Saint-Georges-les-Baillargeaux (Vienne) (d’après Eygun et Mohen) ; 2 et 4, grelot et peigne de la chaîne de Mia (d’après Eygun et photo A. France-Lanord) ; 3, agrafe de ceinture du tumulus du Gros-Guignon à Savigné (Vienne) (d’après original) ; 5-6, applique et clous du tumulus du Gros-Guignon (d’après Joffroy) ; 7, bracelet de Persac (Vienne) (d’après original) ; 8, bracelet de Mondion (Vienne) (d’après original). Echelles en cm (Conservation : 1-2-4, A. France-Lanord, Nancy ; 3-5 à 8, Musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21108/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 5. – Matériel en bronze du 1er Age du Fer poitevin : 1, bracelet à tampons du tumulus de La Bataillerie à Valdivienne (Vienne) (d’après original) ; 2, armature de flèche en tôle du tumulus de La Bataillerie (d’après original) ; 3, torque filiforme du tumulus de La Bataillerie (d’après original) ; 4-5, torques de la cachette de Rossay (Vienne) (d’après Tauvel et Mohen) ; 6 à 9 et 13, bracelets de la cachette de Rossay (d’après Tauvel et Mohen) ; 10, rouelle pendeloque de la cachette de Rossay (d’après Tauvel et Mohen) ; 12, pendeloque en forme de crotale de la cachette de Rossay (d’après Tauvel et Mohen) ; 14 à 17, bracelets du dépôt de Lucineau à Saint-Jouin-de-Marnes (Deux-Sèvres) (d’après Cordier) ; 18, anneau de jambe de la sépulture d’Andillé aux Roches-Prémaries (Vienne) (d’après original et Tauvel). Echelles en cm. (Conservation : 1 à 3, Musée de Chauvigny ; 4 13, à collect. Moreau de La Ronde à Mouterre-Silly ; 14 à 17, Musée de Chinon ; 18, Musée de Poitiers).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21108/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 6. – Le brassard de Mia à Saint-Georges-les-Baillargeaux (Vienne). (Cliché A. France-Lanord.)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21108/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search