Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Deuxième partie. Paléométallurgie du Bronze à l’Âge de Fer

L’oenochoé de Weiskirchen I. Étude technique

A. Haffner

Texte intégral

  • 1 A. Haffner, « Die westliche Hunsrück-Eifel-Kultur », Röm.-German. Forschungen, 36, 1976, p. 217-220 (...)
  • 2 Nous devons la restauration de l’oenochoé à Hermann Born, Berlin.
  • 3 J. Déchelette, Manuel d’archéologie 2, 3, 1914, p. 1067.
  • 4 P. Jacobsthal, Early Celtic Art, 1944, p. 202.
  • 5 B. Bouloumié, Les oenochoés du type « Schnabelkanne » en Italie, Coll. de l’Ecole Française de Rome (...)
  • 6 J. Driehaus, « Der absolut-chronologische Beginn des frühen Latènestils (LTA ; Early Style) und das (...)

1Cette oenochoé fut découverte en 1849 dans la première tombe princière de Weiskirchen (Sarre)1. A l’occasion d’une nouvelle restauration, tous les objets de cette tombe furent étudiés précisément2. Pour presque tous, cet examen a donné des résultats surprenants, mais c’est encore davantage le cas pour l’oenochoé (fig. 1). D’une hauteur de 43,6 cm, elle surpasse tous les vases de type « Schnabelkanne » découverts en Italie ou au Nord des Alpes ; outre sa taille, sa forme ventrue est étrange. Déchelette pensait à un travail grec3 ; Jacobsthal la classait parmi les œuvres étrusques avec décor celtique4 ; Bouloumié parlait d’« une variété unique de Schnabelkanne »5. L’anse, qui a la forme d’un lion, avec l’attache inférieure faite de deux biches et d’une palmette, ainsi que les deux lions de l’attache supérieure, sur le bord du vase, sont de style archaïque tardif, de la fin du vie ou du début du ve siècle. Pour cette raison, Driehaus voyait dans le vase de Weiskirchen, entre autres, un argument important pour dater le début de La Tène vers 500 avant notre ère6.

  • 7 L. Lindenschmit, « Ein deutsches Hügelgrab aus der Zeit des letzten Heidentums », Abbildungen vom M (...)

2A sa découverte, le vase était brisé7. Le premier restaurateur en souda les différentes parties avec une soudure à l’étain, qui ne montre aucune trace de patine. Les attaches de l’anse reçurent des rivets modernes dans les trous antiques. En dépit de ces modifications du xixe siècle, la forme et la construction du vase sont antiques.

3L’oenochoé est montée à partir de cinq parties :

  • le corps du vase est martelé d’une pièce du pied jusqu’à l’épaule ; la forme du pied est tout à fait étrange pour une oenochoé (fig. 2) ;
  • le col, y compris le bord et le bec, est soudé à la partie inférieure ; on aperçoit une très mince déchirure à l’angle du col et de l’épaule. Cette déchirure fut réparée en rivant une bande de tôle de bronze à l’intérieur (fig. 3) ; cette réparation est antique, car le décor externe se superpose aux rivets ;
  • l’anse coulée, avec ses deux attaches (fig. 1, 4 et 8). Les deux lions, sur le bord, sont également coulés (fig. 4). Les bêtes sont assises sur de petites bases, ornées d’entailles ; ces bases sont maintenues à leur emplacement originel avec une soudure moderne. Il est tout à fait unique que les animaux du bord soient faits séparément des bras de l’attache de l’anse.

4Le bec et l’épaule du vase portent un décor géométrique très fin (fig. 5) ; celui de l’épaule fut découvert lors de la nouvelle restauration (fig. 6). Cette restauration a permis d’observer que le bec et l’anse ont été modifiés, par agrandissement de leur partie supérieure par surcoulée (Ueberfangguss). Les deux côtés du bec montrent bien le raccord (fig. 7) ; l’anse montre, en vue de profil, un net changement de sa courbure originelle (fig. 8). Le raccord n’est pas visible, mais, à partir de ce point, le décor coulé de l’anse est beaucoup plus simple, et seulement entaillé : ce n’est qu’une mauvaise imitation d’un motif classique.

5C’est le partage, étrange, du corps en deux parties, la fabrication séparée des animaux de l’attache supérieure, et surtout les agrandissements du bec et de l’anse, qui prouvent que l’oenochoé de Weiskirchen fut fabriquée en réutilisant des morceaux de vases d’origine étrusque, plus anciens, devenus inutilisables. On a pris une situle stamnoïde pour la partie inférieure, ainsi que le col, le bec et l’anse d’une oenochoé. Le résultat était un vase nouveau, tout à fait fonctionnel. Après la réparation d’une déchirure au départ du col, on orna le bec et l’épaule. Ce décor, comme celui de l’anse, montrent de fortes traces d’usure : le vase a été longtemps en usage.

Fig. 1. – L’oenochoé de Weiskirchen après la restauration. Photo Landesmuseum Trier.

Fig. 2. – Le pied de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.
Fig. 3. – La réparation antique d’une déchirure de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.
Fig. 4. – Un des deux lions du bord de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.
Fig. 5. – Le décor du col de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.

Fig. 6. – Le décor de l’épaule de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.

Fig. 7. – Les deux côtés du bec de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.

Fig. 8. – L’anse de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.

6Nous devons une analyse scientifique du vase au Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence, par la méthode de la fluorescence X. Les résultats ont remarquablement confirmé l’histoire du vase : l’alliage des différentes parties montre des différences considérables ; ce sont surtout les éléments ajoutés (agrandissement du bec et de l’anse) qui diffèrent nettement des échantillons empruntés aux parties anciennes.

7Il est vraisemblable, sinon tout à fait certain, que c’est un artisan celtique qui a fabriqué l’oenochoé de Weiskirchen en utilisant des parties de deux vases étrusques du début du ve siècle. L’oenochoé nouvelle fut ensevelie beaucoup plus tard, entre 400 et 300 avant notre ère.

Notes

1 A. Haffner, « Die westliche Hunsrück-Eifel-Kultur », Röm.-German. Forschungen, 36, 1976, p. 217-220, pl. 13-16 et 156-163.

2 Nous devons la restauration de l’oenochoé à Hermann Born, Berlin.

3 J. Déchelette, Manuel d’archéologie 2, 3, 1914, p. 1067.

4 P. Jacobsthal, Early Celtic Art, 1944, p. 202.

5 B. Bouloumié, Les oenochoés du type « Schnabelkanne » en Italie, Coll. de l’Ecole Française de Rome, 15, 1973, p. 299.

6 J. Driehaus, « Der absolut-chronologische Beginn des frühen Latènestils (LTA ; Early Style) und das Problem Hallstatt-D3 », Hamburger Beiträge zur Archäologie, II, 2, 1972, p. 334.

7 L. Lindenschmit, « Ein deutsches Hügelgrab aus der Zeit des letzten Heidentums », Abbildungen vom Mainzer Alterthümern IV, 1852, pl. 1.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – L’oenochoé de Weiskirchen après la restauration. Photo Landesmuseum Trier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 2. – Le pied de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.Fig. 3. – La réparation antique d’une déchirure de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.Fig. 4. – Un des deux lions du bord de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.Fig. 5. – Le décor du col de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 6. – Le décor de l’épaule de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 7. – Les deux côtés du bec de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 8. – L’anse de l’oenochoé. Photo Landesmuseum Trier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21098/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

Auteur

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search