Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Deuxième partie. Paléométallurgie du Bronze à l’Âge de Fer

Gisements miniers et objets celtiques à Monte Bibele (province de Bologne, Italie). Quelques considérations préliminaires

Daniele Vitali

Texte intégral

1Je tiens à exprimer mes remerciements aux organisateurs du Colloque pour m’avoir permis d’y participer, et de pouvoir présenter ainsi quelques données et quelques problèmes relatifs aux plus récentes recherches effectuées à l’intérieur de l’important centre archéologique de Monte Bibele (commune de Monterenzio, province de Bologne).

2Ce centre est situé au cœur de l’Apennin bolonais, à 30 km environ au Sud-Est de Bologne, à la même latitude que la cité étrusque de Marzabotto (fig. 1). Nous avons déjà présenté les données générales sur l’habitat et la nécropole, et je n’y reviendrai pas (Dall’Aglio P. L., Giusberti G., Gruppioni G., Vitali D., 1981, p. 155 à 182 ; Vitali D., Dall’Aglio P. L., 1983 ; Monterenzio e la valle dell’Idice, p. 87 à 212).

3En revanche, je désire souligner un élément très important sur lequel nous concentrons actuellement nos recherches. Monte Bibele se trouve à l’intérieur d’une zone de gisements de cuivre, d’une extension de 10 km2 à peu près, exploités de façon continue à partir de 1848, pendant une trentaine d’années, avec une production annuelle d’environ 50 tonnes de cuivre d’excellente qualité, destiné à l’exportation (Scicli A., 1972, p. 452 à 462). Plus précisément, cette zone de gisements miniers se trouve sur la rive droite du fleuve Idice, jusqu’à la proche vallée du fleuve Sillaro. Au xixe siècle, en dehors du gisement de Bisano, on exploita, avec des résultats encore plus satisfaisants, la mine proche de Sassonero (Scicli A., 1972, p. 452 sq.).

4Cette activité créa dans le sous-sol une série de galeries qui atteignaient 300 m de profondeur, sans toutefois laisser de traces dans le paysage d’aujourd’hui : nous ne voyons aucune trace de scories, ni d’amas de roches ophiolithiques dans l’aire des gisements miniers. Cette remarque est nécessaire, car l’absence de tas de scories, qu’on trouve, par exemple, de façon si frappante à Populonia, semblerait démontrer l’inexistence de toute activité d’extraction ou d’affinage du minerai. Or nous savons, malgré cette absence, que, il y a 100 ans, une riche activité d’exploitation du minerai de cuivre a bien eu lieu dans la vallée de l’Idice. Donc, si l’absence de tas de scories ou d’autres traces n’est pas une preuve de l’inexistence d’une exploitation moderne du gisement, elle n’est pas davantage un argument pour nier une possible exploitation antique.

5Le problème que nous avons à résoudre est le suivant : la présence de gisements de cuivre a-t-elle été un élément d’attraction pour les communautés antiques dans la zone de Monte Bibele ? La question se pose d’autant plus que dans l’habitat de Monte Bibele nous avons trouvé une certaine quantité de scories de fer sûrement produites par une activité métallurgique, c’est-à-dire soit par des processus d’extraction, soit par des travaux de type artisanal (de forge par exemple). Du point de vue historique aussi, la question est pleinement justifiée, car, à partir de la 2e moitié du vie s. av. n. è. existaient dans l’Etrurie padane au moins trois centres étrusques importants qui ont eu une intense activité métallurgique, en particulier dans le domaine du bronze. Le premier est Bologne, la Felsina princeps Etruriae, selon Pline (XV, 115) ; le deuxième est Marzabotto dans la vallée du Reno, le dernier Servirola Sanpolo, dans l’Emilie occidentale. Dans chacun de ces centres on a identifié une ou plusieurs fonderies, des amas de scories, ainsi que des moules pour la production d’objets de bronze.

6Comme le notait déjà le prof. Mansuelli à propos de Marzabotto, il existe quelques traces de gisements miniers dans les environs de cette cité (Mansuelli G. A., 1966, p. 210) ; mais, ajoutent les spécialistes, les gisements de l’Idice-Sillaro demeurent les seuls connus et exploités dans la zone bolonaise (Scicli A., 1972, p. 451 sq.). Dans ces conditions, il semblerait plus normal de considérer les gisements de la haute vallée de l’Idice comme une source d’approvisionnement pour les centres étrusques de la vallée du Pô, sans exclure toutefois l’importation directe de lingots depuis l’Etrurie.

Fig. 1. – Carte du territoire apenninique au Sud et Sud-Est de Bologne.

7Donc, au-delà de ces considérations, nous devons passer à l’examen scientifique et aux analyses de laboratoire. Ces analyses seront effectuées par un nouveau centre de recherches sur la métallurgie antique, récemment créé à Bologne, et qui a déjà été mis à l’épreuve par l’analyse de tous les miroirs étrusques appartenant aux collections du Musée Archéologique de Bologne (Sassatelli G., 1981 ; Follo L., Garagnani G., Morigi Govi C., Sassatelli G., Spinedi P., 1982, p. 84 à 88). Le Centre se propose, entre autres, comme programme immédiat, deux objectifs :

  1. la détermination de la nature des scories, pour savoir si ce sont les restes d’opérations d’extraction du cuivre à partir de minerais sulfurés ou oxydés, ou s’il s’agit, plus simplement, de sous-produits dérivant de la fusion directe du cuivre ;

  2. l’identification et la détermination quantitative d’éléments-directeurs qui permettent de définir des rapports d’analogie, et donc d’origine, entre la composition des scories et celle qui caractérise les types minéralogiques présents aux environs de Monte Bibele.

8Au-delà de ces problèmes, que nous essayerons d’approfondir, reste une donnée objective indiscutable : un habitat qui n’a pas eu de phase pré-urbaine, mais qui naquit d’un seul jet, en peu de temps. Formé de 30 à 40 maisons construites selon un plan d’urbanisation organisée, il reflète directement une structure socio-politique compacte, qui pouvait disposer d’une nombreuse force de travail, bien dirigée et organisée. Le nombre des membres de cette communauté peut être évalué à 200-250 habitants.

9A cet habitat se rapporte une nécropole dont nous avons exploré jusqu’à présent 53 sépultures, en majorité à inhumation. Elles sont disposées selon un système ordonné de succession en stratigraphie horizontale (Monterenzio e la valle dell’ Idice, p. 193 à 210). La fig. 2 montre la succession entre les sépultures les plus anciennes, qui possèdent dans le mobilier funéraire des fibules du type « Certosa » et les plus récentes, à inhumation et à incinération, qui possèdent des fibules de type La Tène et une épée en fer.

10La question essentielle à résoudre est celle de la date de la naissance et de la fin de cet habitat, afin de comprendre les raisons profondes de sa création.

11Un des témoignages les plus anciens que nous ayons trouvé est assurément le reste d’une fibule de bronze de type Hallstatt occidental, datable des dernières décennies du vie s. ou du début du ve s. av. n. è. (fig. 3). Ce type de fibule, d’autre part, n’est pas commun au sud du Pô, excepté le cas de Sirolo, près de Numana, sur l’Adriatique (Frey O. H., 1971, p. 366 et 377). Mais la couche où a été trouvé cet objet fragmentaire est constituée par une partie de la surface de la rue principale du village, où se trouvent des matériaux divers, datables de la fin du vie à la fin du iiie s. av. n. è. La fibule tardo-hallstattienne de Monte Bibele peut être un élément en faveur d’une datation haute de l’habitat ; mais, pour le moment, elle constitue le seul témoignage d’une époque aussi ancienne, et contraste avec la quasi-totalité des documents archéologiques, qui indiquent que le village a été fondé au deuxième tiers du ive s. av. n. è.

Fig. 2. – Plan de la nécropole de Monte Bibele : en évidence les sépultures avec fibules du type « Certosa » et celles avec fibules LT et armes en fer.

Fig. 3. – Monte Bibele : fibule en bronze de l’habitat.

12Les mobiliers funéraires les plus anciens de la nécropole, ainsi que les inscriptions étrusques gravées sur des tessons de céramique à vernis noir trouvés dans l’habitat, montrent que la population qui a fondé le village était étrusque. Mais le point sur lequel je veux attirer l’attention est le suivant. La nécropole fournit des éléments qui attestent que, à partir des dernières décennies du ive siècle, s’insèrent dans le milieu de Monte Bibele des groupes culturellement différents de la population locale : c’est une population nouvelle, avec des armes et des objets de parure typiquement celtiques.

13Les fouilles de 1982 nous ont donné des mobiliers funéraires typiquement laténiens, et cela aussi bien dans les sépultures masculines que dans les sépultures féminines (fig. 4). La présence de mobiliers funéraires avec objets de parure étrangers au milieu étrusque enrichit l’inventaire des documents celtiques en Cispadanie, dressé et mis en valeur ces dernières années par Chr. Peyre, V. Kruta et Mme L. Kruta Poppi (Peyre Chr., 1965 et 1979 ; Kruta V., 1978, 1980 et 1981 ; Kruta Poppi L., 1975, 1978 et 1979).

14Une partie du matériel est en cours de restauration. Je me contente de rappeler les huit fourreaux en fer trouvés dans la nécropole, dont un avec une décoration gravée à lyre zoomorphe représentant des dragons affrontés (Vitali D., 1984). Ce décor, très rare sur les épées en fer trouvées en Italie, a son parallèle en Ligurie, à Ameglia, où le fourreau en fer de la tombe 11 a un décor de dragons en position héraldique (Massari-Durante, 1977, fig. 11, 5, p. 28 et 34, n° 55). Le fourreau de Monte Bibele trouve ses correspondants exacts dans les fourreaux de Montigny-Lencoup, Saint-Jean-sur-Tourbe et, dans la Celtique orientale, à Taliandörögd, Czabrendek, Litér (De Navarro J.-M., 1972 ; Bulard, 1979, p. 30 et 36 à 38). A l’identité presque parfaite des motifs décoratifs correspond celle, morphologique, des supports. La tombe n° 6 de Monte Bibele peut être datée de la fin du ive siècle ou du premier quart du suivant, par la présence dans le mobilier funéraire d’un lécythe à vernis noir, de la forme Morel 5425 b (Morel J.-P., 1981, p. 363).

15Une autre classe d’objets laténiens est constituée par les fibules, en bronze et en fer, appartenant toutes au groupe le plus ancien des fibules laténiennes du territoire de Bologne (Kruta V., 1980). Ces objets sont aussi en cours de restauration, mais les exemplaires les mieux conservés en bronze, que j’ai pu dessiner (fig. 6 et 7), trouvent leur correspondants dans un groupe de la trouvaille de Duchcov, en Bohème (Kruta V., 1971, p. 85, n° 32, pl. 32, 8). Les exemplaires dont je présente les dessins ont été découverts dans trois sépultures masculines de guerriers.

  • Les nos 1 et 2, en fer (le second exemplaire est incomplet), appartiennent au mobilier de la tombe n° 32, à inhumation, avec l’épée dans son fourreau en fer, trois anneaux en fer pour le ceinturon, un petit anneau en bronze, une petite pointe de lance et une cimaise de candélabre à tige originellement en bois, ainsi que dix pièces de céramique, l’une étant un bol à vernis noir (fig. 4 et 5). Le schéma de la fibule n° 1 se retrouve sur les fibules suivantes.

  • La tombe n° 35, à inhumation, avec l’épée dégainée de son fourreau en fer, trois anneaux (deux en fer, un en bronze), une pointe de lance en fer, et onze pièces de céramique parmi lesquelles il y a deux bols à vernis noir. Les deux fibules en bronze (fig. 6) étaient disposées chacune à l’extérieur d’un des genoux du mort, avec l’aiguille ouverte. L’arc, à profil rectangulaire aux angles émoussés, est décoré de stries fines ; l’étrier ne révèle actuellement aucune décoration ; le pied, composé d’une perle biconique avec deux moulures symétriques, se termine contre l’arc avec une sorte de « bec » ; la corde est externe, le ressort à deux spires.

  • Enfin la tombe n° 45, bouleversée, à inhumation, avec des fragments de fourreau en fer, deux anneaux en fer pour le ceinturon, un anneau digital en bronze et neuf poteries dont l’une est un bol à vernis noir. La fibule en bronze (fig. 7) a le même schéma général que les deux fibules précédentes, mais en diffère par l’arc aplati et la décoration, constituée par trois encoches disposées en zigzag, qui encadrent deux autres entailles en forme d’amande, posées transversalement, avec un petit point de chaque côté (cf. à Duchcov les décors nos 28 et 30 : Kruta V., 1971, pl. 11, 28 et 30).

Fig. 4. – Monte Bibele : section et plan de la tombe à inhumation n° 32.

16D’après ces éléments chronologiques, les tombes de Monte Bibele à matériel celtique, comme les tombes boïennes de Bologne, ne sont pas antérieures aux dernières décennies du ive siècle avant notre ère, et doivent se situer entre cette période et le deuxième tiers du iiie s. av. n. è.

17Les recherches dans la nécropole sont en cours, et, pour l’instant, nous n’avons pas découvert les tombes de la phase la plus récente attestée dans l’habitat. La fin de l’habitat de Monte Bibele est signalée stratigraphiquement par une couche d’incendie, s’étalant sur toute la surface du village. Les monnaies romaines républicaines en bronze et des drachmes d’argent d’imitation massaliote constituent des éléments de datation qui se concentrent vers la fin du iiie s. ou le début du iie s. av. n. è. Cette datation est confirmée par l’absence de matériel postérieur. C’est à cette période que remonte l’intervention militaire romaine dans le territoire de la vallée de l’Idice, où, ensuite, les Romains, en 187 av. J.-C., construisirent une route militaire allant d’Arezzo à Bologne, surnommée Flaminia minor (Alfieri N., 1976).

Fig. 5. – Monte Bibele : fibules en fer de la tombe n° 32.

Fig. 6. – Monte Bibele : fibules et anneau en bronze de la tombe n° 35.

Fig. 7. – Monte Bibele : fibule en bronze de la tombe n° 45.

18En conclusion, je crois qu’il serait très important de trouver à Monte Bibele de nouvelles preuves, convaincantes et irréfutables, de la cohabitation d’une communauté gauloise avec une population étrusque préexistante, coexistance qui s’est réalisée aussi à Bologne, alors capitale de l’Etrurie padane et, à partir du ive s. av. J.-C., capitale du territoire des Boïens.

19La cohabitation à l’intérieur d’un même centre habité de groupes différents entre eux du point de vue culturel et ethnique s’explique s’il existe de fortes motivations de caractère économique, productif et social. Certaines de ces motivations ont dû être à l’origine du choix de l’emplacement de l’habitat de Monte Bibele et de son édification. L’une d’elles peut être la possibilité d’exercer le contrôle du chemin qui, passant par la vallée de l’Idice, reliait la plaine du Pô à l’Etrurie septentrionale et vice-versa. Une autre raison, que nous nous sommes proposé de vérifier par nos recherches, pourrait être l’extraction et le commerce du cuivre provenant du riche gisement près de Monte Bibele.

Bibliographie

Bibliographie

Alfieri N., 1976 : « Alla ricerca della via Flaminia “minore” », Rendiconti Acc. Scienze Bologna LXIV (1975-1976), p. 51-57.

Bulard A., 1979 : « Fourreaux ornés d’animaux fantastiques affrontés découverts en France », Etudes celtiques 16, p. 27-52.

Dall’Aglio P. L., Giusberti G., Gruppioni G., Vitali D., 1981 : « Monte Bibele : aspetti archeologici, antropologici e storici dell’insediamento preromano », M.E.F.R.A., 93, p. 155-182.

De Navarro J. M., 1972 : The Finds from the Site of La Tène, I, Scabbards and the Swords Found in them, London.

Durante A., Massari G., 1977 : « Comunicazione sulla necropoli di Ameglia », Centro Studi Lunensi Quaderni 2, p. 18-34.

Follo L., Garagnani G., Morigi Govi C., Sassatelli G., Spinedi P., 1982 : « Indagini analitico-strutturali su bronzi antichi », Congresso di chimica dello stato metallico, Torino 6-9 luglio 1982, p. 84-88.

Frey O. H., 1971 : « Fibeln vom westhallstättischen Typus aus dem Gebiet südlich der Alpen », Oblatio, Raccolta di studi di antichità ed arte in onore di A. Calderini, Como, p. 355-386.

Kruta V., 1971 : Le trésor de Duchcov dans les collections tchécoslovaques.

Kruta V., 1978 : « Celtes de Cispadane et Transalpins aux ive et iiie siècles avant notre ère : données archéologiques », Studi Etruschi 46, p. 149-174.

Kruta V., 1980 : « Les Boïens de Cispadane. Essai de paléoethnographie celtique », Etudes celtiques 17, p. 7-32.

Kruta V., 1981 : « Les Sénons de l’Adriatique d’après l’archéologie (Prolégomènes) », Etudes celtiques 18, p. 7-38.

Kruta-Poppi L., 1975 : « Les Celtes à Marzabotto (province de Bologne) », Etudes celtiques 14, p. 345-376.

Kruta-Poppi L., 1978 : « Les vestiges laténiens de la région de Modène », Etudes celtiques 15, p. 425-439.

Kruta-Poppi L., 1979 : « La sépulture de Ceretolo (province de Bologne) et le faciès boïen du iiie siècle avant notre ère », Etudes celtiques 16, p. 7-25.

Mansuelli G. A., 1966 : « Contributo alla conoscenza del popolamento pre-protoistorico emiliano : la valle del Reno », Atti della X Riunione Istituto Italiano di Preistoria e Protoistoria, p. 201-210.

Monterenzio e la valle dell’Idice, 1983 : Vitali D. (a cura di), Monterenzio e la valle dell’Idice, Archeologia e storia di un territorio, Catalogo della Mostra, Bologna 1983, p. 1-451 + 1 tav. f.t.

Peyre Chr., 1965 : « Une récolte de céramique étrusque dans l’Apennin bolonais », M.E.F.R. 77, p. 7-34.

Peyre Chr., 1979 : La Cisalpine gauloise du IIIe au Ier siècle av. J.-C., Paris.

Sassatelli G., 1981 : Corpus Speculorum Etruscorum, Bologna-Museo Civico, vol. I-II.

Scicli A., 1972 : L’attività estrattiva e le risorse minerarie della regione Emilia-Romagna, Modena.

Vitali D., Dall’Aglio P. L., 1983 : « Monte Bibele, provincia di Bologna », Popoli e facies cultural celtiche a nord e a sud delle Alpi dal V al I sec. a. C., Atti del Colloquio, Milano 1980 (sous presse).

Vitali D., 1984 : « Un fodero celtico con decorazione a lira zoomorfa de Monte Bibele », Etudes celtiques 21.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Carte du territoire apenninique au Sud et Sud-Est de Bologne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 2. – Plan de la nécropole de Monte Bibele : en évidence les sépultures avec fibules du type « Certosa » et celles avec fibules LT et armes en fer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 3. – Monte Bibele : fibule en bronze de l’habitat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7k
Légende Fig. 4. – Monte Bibele : section et plan de la tombe à inhumation n° 32.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 5. – Monte Bibele : fibules en fer de la tombe n° 32.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21058/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 6. – Monte Bibele : fibules et anneau en bronze de la tombe n° 35.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21058/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 7. – Monte Bibele : fibule en bronze de la tombe n° 45.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21058/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

Auteur

Via delle Fragole n° 15, 40137 Bologna.

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search