Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Deuxième partie. Paléométallurgie du Bronze à l’Âge de Fer

L’artisanat du bronze et du Fer à l’Age du Fer en Lot-et-Garonne

Alain Dautant

Texte intégral

1Les découvertes d’activité métallurgique de l’Age du Fer en Lot-et-Garonne sont récentes et sont liées à la fouille intensive des habitats de cette période effectuée au cours des années 70 et 80.

2Deux grands habitats, encore inédits, ont fait l’objet de nombreuses campagnes de fouilles. Il s’agit des habitats de Montamat à Tonneins et de Chastel à Aiguillon. Ils ont tous les deux livré des vestiges attestant le travail du bronze et du fer dès la phase ancienne du premier Age du Fer jusqu’à la romanisation.

L’habitat de Montamat à Tonneins

3Cet habitat, dont la fouille s’est achevée en 1981, a pu être presque totalement fouillé. Il est aujourd’hui entièrement détruit. Une petite nécropole du ive s. av. J.-C., située sur l’emplacement même de l’habitat, dans une zone inoccupée à cet endroit au ive s., vient d’être publiée (Dautant A., Daynac M., 1982).

4Les premières traces d’activité métallurgique furent découvertes en 1972, au cours d’un sauvetage, dans une fosse datée de La Tène II (fig. 1) grâce au matériel céramique trouvé en association (jatte à bord rentrant, vase ovoïde, jatte carénée, vase tronconique, peson...). Le matériel qui nous intéresse ici comprenait de nombreux creusets intacts ou brisés, des fragments de petits objets en bronze et des débris de terre cuite de forme particulière.

Fig. 1. – Coupe de la fosse de La Tène II de Montamat (Tonneins) ayant servi de dépotoir d’atelier de bronzier.

5Les creusets sont de forme cylindrique, à fond arrondi (fig. 2, n° 1-7). En coupe, leurs parois présentent à l’intérieur une couche grise compacte de 4 mm d’épaisseur moyenne, à dégraissant sableux abondant (un seul exemplaire possède une coloration rouge à la surface externe de cette couche), sur laquelle est appliquée une couche d’épaisseur plus grande mais variable de 0 à 15 mm, vitrifiée extérieurement, poreuse, légère et très dure, ressemblant à de la pierre ponce. La surface externe est colorée ponctuellement en vert ou en rouge : ceci est dû à la présence de cuivre sous ses deux états d’oxydation (I ou II). Il faut ajouter à cette description la présence, par endroits, d’excroissances également très poreuses. Les vitrifications externes et l’existence de coulées de bronze ayant pénétré dans les fissures des creusets montrent qu’ils ont effectivement servi.

6La manipulation de ces creusets devait se faire à l’aide d’une branche de bois vert recourbée, car nous notons l’absence de système de préhension. Le dégagement de vapeur d’eau au contact des braises et des creusets empêche la combustion de la baguette (Feugere M., 1980).

7Ils sont de faible contenance, environ 20 cm3, et devaient servir à la refonte de petits objets cassés mis au rebut, tels que ceux trouvés dans la fosse (fig. 3). Ces trois objets étaient peut-être stockés pour être fondus. Les objets fabriques devaient également être de petites dimensions (fibule, anneaux, épingle, bracelet...).

8La présence de gouttes de bronze, identiques à celles que l’on trouve à proximité des foyers de bronziers, fait penser que l’atelier devait être peu éloigné de cette fosse dépotoir, mais aucune trace n’en a été trouvée. Cela ne doit pas nous étonner quand on connaît la précarité des traces laissées par une telle structure. Les pierres calcaires, fort rares sur le site, ont pu être récupérées pour une autre utilisation.

Fig. 2. – Creusets de bronzier de La Tène II (n° 1-7) et fragments de terre cuite de forme particulière (n° 8-12). Montamat.

Fig. 3. – Objets de La Tène II brisés découverts dans la fosse dépotoir destinés probablement à être fondus. Montamat. – 1 : extrémité de torque. 2 : tige de bronze. 3 : fragment de jonc de bracelet.

9Nous pensons devoir signaler encore de nombreux fragments de terre cuite présentant une forme particulière (fig. 2, n° 8-12) pour lesquels nous n’avons aucune interprétation à proposer pour l’instant, mais qui pourraient s’avérer intéressants lorsque les connaissances sur les ateliers de bronziers protohistoriques auront progressé.

10Des analyses des bronzes (objets cassés, coulées subsistant au fond des creusets, gouttes) et des pâtes céramiques doivent être effectuées au Laboratoire des Musées de France.

11Une autre zone de l’habitat de La Tène II a livré en abondance des fragments de scories et de creusets qui ont, semble-t-il, des dimensions plus importantes mais des parois plus fines (2 mm environ), dispersés sur un sol d’occupation. Ils sont difficilement identifiables et leur état de conservation n’a pas permis d’en reconstituer un.

12En 1980, une loupe de forge de fer, de 2,5 kg, a été découverte à la base du remplissage d’un silo (F. 4. 80) creusé dans une couche de grave naturelle (fig. 4). La période d’utilisation de ce silo est datée des années 600 av. J.-C. par le matériel céramique associé aux structures contemporaines (silos, meules, pilons, broyeurs, dolium, graines de céréales carbonisées, sole de terre cuite aménagée sur galets, four amovible à sole perforée). Il s’agit de céramiques indigènes caractéristiques de la phase ancienne du premier Age du Fer du Lot-et-Garonne et de céramiques importées (amphorette et coupe corinthienne – phase de transition entre le Corinthien ancien et moyen). La période de comblement du silo est à placer au vie s. av. J.-C. Nous pouvons remarquer, à l’extrémité supérieure de cette loupe, l’embouchure figée d’une tuyère (fig. 4). Cette découverte laissait supposer l’existence, à proximité, d’un atelier de forge. Il fut découvert en 1981 à une dizaine de mètres du silo (fig. 5). Il est composé d’un foyer délimité par une dizaine de pierres calcaires et quelques galets, auprès duquel se trouvent deux zones riches en fragments de terre cuite et une autre riche en scories de fer (analyse qualitative par fluorescence X). A l’extérieur du foyer, un broyeur aménagé sur un galet de couleur grise, un petit vase gris caréné, à fond ombiliqué percé après cuisson, déposé sur le col, et une lame de couteau en fer avaient été abandonnés ou, peut-être, déposés intentionnellement. L’analyse préliminaire du matériel céramique du niveau archéologique permet de situer le fonctionnement de cette forge au vie s. La présence d’une loupe et d’une forge pose le problème des sources d’approvisionnement en minerai. Il est possible que le fer ait été acheminé par la vallée du Lot depuis la région de Fumel, contrefort du Massif Central, distant de 60 km de Montamat.

Fig. 4. – Loupe de forge de fer de 2,5 kg du vie s. av. J.-C.
découvert dans le silo F. 4.80 de Montamat (Tonneins).

Fig. 5. – Plan de la forge de Montamat (Tonneins) du vie s. av. J.-C.

L’habitat de Chastel à Aiguillon

13Cet habitat, situé au confluent du Lot et de la Garonne, d’une importance et d’une richesse exceptionnelle, a fait l’objet, à ce jour, de trois campagnes de fouilles.

14Dans le niveau II ( – 20/ – 40 cm) daté de la première moitié du ive s. av. J.-C., ont été mis au jour des fragments de creusets de grandes dimensions et à parois fines, similaires à ceux précédemment décrits à Montamat. Ils proviennent des restes d’une habitation en clayonnage détruite par un incendie.

15La partie fouillée du niveau IV ( – 70/ – 80 cm) (fig. 6), datée des années 600 av. J.-C., est localisée sur une zone d’intense activité artisanale. Trois techniques s’y retrouvent, ayant toutes entre elles un point commun : le feu. Ce sont :

  • la fabrication d’objets en bronze par fonte du métal,
  • la cuisson de céramiques dans un four amovible à sole perforée,
  • la torréfaction de graines de céréales et la cuisson de galettes.

16C’est l’analyse typologique des céramiques produites dans le four qui a permis de dater ce niveau. Il s’agit de plats tronconiques à pied annulaire, de coupes cylindro-tronconiques à pied annulaire, d’urnes à haut col évasé. Cette production est caractéristique de la transition entre les périodes II et III de l’Age du Fer Aquitain défini par J.-P. Mohen (Mohen J.-P., 1980, p. 166-168). Cette datation est confirmée, comme nous le verrons par la suite, par le type de matériel métallique fabriqué par le bronzier.

17Une aire de terre cuite, allongée d’Est en Ouest, pourrait être les restes d’un grand foyer ayant servi à l’obtention de charbon de bois (carrés YZ/5, AZ/4 et A/2.3).

18Tout autour du foyer du bronzier, en U/4, marqué seulement par quatre pierres calcaires disposées en cercle, se trouvaient des gouttes de bronze consécutives aux projections, à l’extérieur des creusets, du métal en fusion. Un mur en clayonnage, orienté sensiblement Est-Ouest, devait soutenir un toit léger afin de protéger la zone de travail des intempéries. Ceci devait éviter des éclatements de métal fort dangereux. Cette superstructure a brûlé entièrement, le toit devait être constitué de chaume recouvert de terre car nous avons retrouvé, dans les carrés U.T.S./3.4.5., de nombreuses petites mottes de terre cuite.

19A l’heure actuelle, nous n’avons pas encore fouillé le foyer, car nous attendions de savoir quelles sont les informations les plus pertinentes à relever, sur le terrain. Mais, à un mètre du foyer, dans une fosse de 45 cm de diamètre et de 50 cm de profondeur, le bronzier avait jeté les fragments des moules en terre cuite qui lui avaient servi pour la coulée du bronze. Un seul fragment de moule avait été abandonné sur le sol à proximité du foyer.

20Un moule entièrement reconstitué permet de préciser la technique employée (fig. 7). Il s’agit d’une fonte à la cire perdue. L’objet était préalablement modelé en cire, puis le bronzier l’a trempé dans une argile fine liquide, une barbotine. Après séchage, il l’a soigneusement enrobé à l’aide de deux blocs de terre argileuse à dégraissant sableux abondant et fin tout en comblant les parties vides en compressant de l’argile avec ses doigts. A l’extrémité supérieure il a modelé un petit creuset où viennent déboucher le ou les jets de fonte. Pour finir, il l’a enveloppé d’une couche de terre argileuse, très riche en dégraissant végétal dont les empreintes révèlent des herbacées. Ces moules ressemblent parfaitement à ceux décrits par J.-P. Mohen (Mohen J.-P., 1973). D’autre part les résidus de coulée découverts dans le dépôt de Vénat (Charente) et notamment les masselottes à canal de coulée unique, double ou triple, attestent qu’il s’agit d’une technique issue de l’Age du Bronze Final (Coffyn A., Gomez J., Mohen J.-P., 1981, pl. 56, n° 1-25 et 28-30). Nous remarquons l’absence de trous d’évents et de communication entre les deux canaux de coulées. Les moules étaient finalement cuits afin de récupérer la cire, enterrés dans le sol et étaient prêts à recevoir le métal en fusion. Il devait y avoir de nombreux ratés, car lorsque le bronze pénètre dans le moule il se produit une réduction de l’argile qui devient noire. Sur certains exemplaires, nous voyons nettement que le bronze ne s’est pas propagé dans l’ensemble du moule.

21Cette technique donnait au bronzier une grande liberté de fonte, puisqu’il n’avait pas de problème de dépouille, mais le moule devait être détruit à chaque fois, ce qui explique l’état très fragmenté de ceux qui ont été découverts.

Fig. 6. – Plan de la fouille du niveau IV de Chastel (Aiguillon). Foyer de bronzier en U4, 600 ans av. J.-C.

Fig. 7. – Moule de bronzier à la cire perdue bivalve pour fibule et neuf anneaux.
Chastel, 600 ans av. J.-C.

22La fibule à arc cintré et à pied droit terminé par un appendice sphéroïde et à axe bilatéral terminé par deux demi-sphères est un type bien connu en Lot-et-Garonne, mais les exemplaires découverts à ce jour sont tous en fer : une à Lafitte-sur-Lot (inédite), ainsi que celle du tumulus L.3, sépulture 6 d’Ossun (Hautes-Pyrénées) (Mohen J.-P., 1980, fig. 29, n° 3, type 2111). Un seul exemplaire en bronze est connu : celui du niveau 2 d de la stratigraphie du Cluzel (Toulouse), daté de la fin du vie-milieu du ve s. av. J.-C. (Muller A., 1979, p. 146 et fig. 25, n° 350). Sur cette fibule, le ressort est absent et devait être, d’après l’auteur, en fer, ce qui se comprend fort bien lorsque l’on connaît la technique de fabrication. La fibule à pied droit est considérée comme caractéristique du vie s. et peut-être du viie s. (Mohen J.-P., 1974, p. 78). Elle se retrouverait donc à Toulouse dans un milieu tardif.

23Nous trouvons dans ce dépotoir des moules à canal double pour fibule et anneaux (fig. 7), à canal triple pour fibules (fig. 8, n° 1 et 3), à canal unique pour de nombreuses épingles à tête demi-sphérique (fig. 9, n° 1-18). Aucun moule ne semble avoir été conçu pour un seul objet. Les fragments 5-8 de la fig. 8 épousent la forme d’arc de fibule cintré décoré de sillons.

24Des analyses des pâtes céramiques constituant ces moules seront effectuées par le Laboratoire des Musées de France. Toutes ces données seront utiles aux expérimentateurs qui essayent de retrouver les techniques métallurgiques protohistoriques (Andrieux Ph., 1980).

Fig. 8. – Série de moules multiples pour fibules. Chastel.

Fig. 9. – Série de moules multiples pour épingles. Chastel.

Fig. 10. – Tuyères, fosse de La Tène III de Lestang (Sainte-Bazeille).

Le dépotoir ou dépôt de céramique antique de Lestang (Sainte-Bazeille, Lot-et-Garonne) (fig. 10, n° 1-4)

25En 1978, le Comité d’Etudes Historiques et Archéologiques de Sainte-Bazeille a fouillé ce que nous pensons être une fosse « funéraire » de La Tène III (décade augustéenne). Parmi le matériel (amphores républicaines, oenochoé italique, jattes à bord rentrant, vases ovoïdes, plats tronconiques, urnes carénées, faisselle) se trouvaient quatre « vases » de forme cylindrique (fig. 10), dont les cols évasés étaient épaissis par l’ajout d’un colombin rapidement aplati (diamètre moyen des cols : 15 cm). Ces céramiques ne semblaient pas avoir de fond (Abaz B., Negro J.-C., 1980). De tels tessons ont été découverts dans un fond de cabane de La Tène III du secteur minier de Lastours dans l’Aude (Rancoule G., Guiraud L., 1979). Leurs inventeurs ont émis l’hypothèse qu’il s’agirait de tuyères de forge.

26Trois des exemplaires de Lestang ont une pâte rouge, le dernier une pâte blanche, ce qui est exceptionnel pour une céramique indigène à cette période. La cuisson est oxydante à l’intérieur et réductrice à l’extérieur. Bien que ces céramiques aient un diamètre important, nous pencherions pour la même interprétation que pour ceux de Lastours, compte tenu de la présence dans la fosse de scories. Cette interprétation pouvant bien évidemment être remise en question par des découvertes futures. En effet, des découvertes récentes tendent à montrer qu’il pourrait s’agir d’emballages perdus ayant servi au transport du sel.

27Toutes ces découvertes montrent, si besoin était, l’existence d’une fabrication locale d’objets en bronze et en fer tout au long de l’Age du Fer. Les techniques employées, telle que la fonte à la cire perdue, sont bien maîtrisées et se poursuivront à l’époque gallo-romaine. Il est certain que la poursuite de la fouille des habitats apportera de nouvelles découvertes dans ce domaine méconnu qu’est la métallurgie du bronze et du fer à l’Age du Fer.

Bibliographie

Bibliographie

Abaz B., Negro J.-C., 1980 : « Le dépotoir ou dépôt de céramique antique de “Lestang” (Sainte-Bazeille, L.-et-G.) », Recueil des chroniques archéologiques. Association des archéologues du Lot-et-Garonne, p. 31-41, 6 fig.

Andrieux Ph., 1980 : « Couler le bronze comme il y a 4 000 ans », Les dossiers de l’archéologie, n° 46, p. 72-77.

Coffyn A., Gomez J., Mohen J.-P., 1981 : L’apogée du Bronze atlantique. Le dépôt de Vénat. L’âge du Bronze en France, vol. 1, Paris, Picard.

Dautant A., Daynac M., 1982 : « La nécropole du ive siècle avant notre ère de l’habitat de Montamat à Tonneins (Lot-et-Garonne) », Revue de l’Agenais, p. 1-10.

Feugère M., 1980 : Le travail du bronze dans l’antiquité, techniques et ateliers, résumé du séminaire du 3/12/80 de la Direction des Antiquités Historiques du Languedoc-Roussillon.

Mohen J.-P., 1974 : « Les fibules de l’Age du Fer aquitain », Revue Historique et Archéologique du Libournais, p. 78.

Mohen J.-P., 1973 : « Les moules en terre cuite des bronziers protohistoriques », Antiquités Nationales, n° 5, p. 33-44, 6 fig.

Mohen J.-P., 1980 : « L’âge du Fer en Aquitaine », Mémoires S.P.F., t. 14, 350 p., 201 pl. hors-texte.

Muller A., 1979 : « La stratigraphie du Cluzel (commune de Toulouse) », Revue Archéologique de Narbonnaise, t. XII, p. 125-160, 36 fig.

Rancoule G., Guiraud L., 1979 : « Fond de cabane gaulois dans le secteur minier de Lastours (Aude) », Bull. Soc. Et. Scient. de l’Aude, p. 33-38, 10 fig.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Coupe de la fosse de La Tène II de Montamat (Tonneins) ayant servi de dépotoir d’atelier de bronzier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 2. – Creusets de bronzier de La Tène II (n° 1-7) et fragments de terre cuite de forme particulière (n° 8-12). Montamat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 3. – Objets de La Tène II brisés découverts dans la fosse dépotoir destinés probablement à être fondus. Montamat. – 1 : extrémité de torque. 2 : tige de bronze. 3 : fragment de jonc de bracelet.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende Fig. 4. – Loupe de forge de fer de 2,5 kg du vie s. av. J.-C.découvert dans le silo F. 4.80 de Montamat (Tonneins).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 5. – Plan de la forge de Montamat (Tonneins) du vie s. av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 6. – Plan de la fouille du niveau IV de Chastel (Aiguillon). Foyer de bronzier en U4, 600 ans av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 7. – Moule de bronzier à la cire perdue bivalve pour fibule et neuf anneaux.Chastel, 600 ans av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 8. – Série de moules multiples pour fibules. Chastel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 9. – Série de moules multiples pour épingles. Chastel.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 10. – Tuyères, fosse de La Tène III de Lestang (Sainte-Bazeille).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21048/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Attaché de recherche au CNRS, LA 144. Laboratoire de cristallographie, Université de Bordeaux I, 33405 Talence Cedex.

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search