Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Deuxième partie. Paléométallurgie du Bronze à l’Âge de Fer

Les moules de bronziers d’Alesia (Alise-Sainte-Reine, Côte-d’Or)

Elisabeth Rabeisen

Texte intégral

1Les fouilles effectuées depuis 1905 sur l’emplacement de la ville gallo-romaine d’Alesia ont livré de nombreux vestiges de métallurgie démontrant qu’une des activités principales de cette petite ville prospère était bien le travail du bronze (Le Gall J., 1980). Entre la fin du ier s. av. J.-C. et le iiie s. ap. J.-C., il est attesté par des structures d’ateliers, étudiées dans un ouvrage récent (Mangin M., 1981), et par un matériel caractéristique issu des ateliers et des dépotoirs : creusets, moules, déchets de coulée, objets ratés de coulée, semi-ouvrés ou achevés.

2Les moules ont été recueillis en très grand nombre et leur étude apporte de nouvelles informations sur ces objets méconnus, peu spectaculaires, souvent mal identifiés et rarement publiés. Le moule est pourtant un témoin majeur de l’activité du bronzier, il nous renseigne sur les procédés et les étapes de la fabrication de l’objet et, au-delà, sur les caractères et l’organisation de la production.

3Il nous a paru intéressant de présenter ici les premiers résultats des observations effectuées sur les moules d’Alesia ; même si chronologiquement et géographiquement ils dépassent quelque peu les limites assignées par ce colloque, ils précisent nos connaissances sur la paléométallurgie du bronze.

Le contexte archéologique

4Des moules furent identifiés dès le début des fouilles, en 1906 et 1909 notamment, cependant cette découverte n’eut pas la diffusion qu’elle méritait (Matruchot L., 1909). Le soin apporté à la description et les photographies réalisées à l’époque nous ont permis de retrouver les moules et de les resituer dans un contexte archéologique relativement précis ; ils pourront donc être réunis à ceux découverts plus récemment.

5Les ateliers et leurs abords ont fourni peu de débris de moules. Ce fait notable s’explique probablement par le nettoyage régulier des aires de travail au moment de leur fonctionnement et par l’évacuation des déchets vers les dépotoirs. La fouille de deux dépotoirs vient confirmer cette hypothèse.

6Le premier s’est établi dans une carrière située au Nord du principal temple d’Alesia, la partie inférieure du remblai est constituée par une couche de 1 à 2 mètres d’épaisseur de déchets à dominante métallurgique. Le second dépotoir est situé sous le théâtre : un remblai important existe sous remplacement du couloir de circulation Nord, une couche charbonneuse épaisse de 0,80 m environ contient par endroit des « poches » de dimensions variées remplies de moules brisés, souvent d’un même type ; un peu plus loin, sous la partie Nord-Ouest de la cavea s’étend une couche homogène de 0,50 m d’épaisseur environ, elle s’est révélée presque exclusivement composée de terre cendreuse et de petits débris de moules de types variés. Ces deux dépotoirs ont été constitués lors de la construction du théâtre et de l’aménagement du centre monumental : les travaux nécessitèrent un nivellement des structures existantes – parmi lesquelles des ateliers de bronziers – et un apport de matériaux de remblai qui furent probablement prélevés dans les tas de scories et de déchets d’ateliers.

7La fossilisation des remblais, respectivement sous la partie Nord de l’area du temple et sous le théâtre, fournil un indice chronologique important : le matériel céramique, très homogène, qui accompagne les moules dans les deux cas peut être daté des deux premiers tiers du ier s. ap. J.-C. C’est donc un moment bien précis de la production d’objets de bronze à Alesia qui peut être ainsi saisi.

L’étude des moules

8Mis à part les moules à rouelles en pierre découverts anciennement, tous les moules d’Alesia sont en terre cuite et sont destinés à la fonte à la cire perdue. L’emploi de ce procédé entraîne la destruction du moule qui n’est donc utilisé qu’une fois ; cela explique le nombre considérable de débris qui sont susceptibles d’être mis au jour. Ainsi les fragments recueillis dans le seul remblai de la carrière représentent plusieurs milliers de fragments pour un poids d’environ 30 kg.

Fig. 1. – Fragment de moule triple d’anneaux passe-guides (inv. P. 78-910, 911, 912) : a) vue de dessus, b) vue de dessous, c) vue de profil (h. conservée 8,5 cm).

9Un long travail de nettoyage, de tri et de classement est actuellement en cours. Lors de leur découverte, les moules saturés d’humidité sont relativement friables, le séchage leur assure une certaine solidité qui permet la manipulation. Les fragments sont en moyenne longs de 2 à 5 cm, les plus petits, dépourvus d’empreinte, représentant plus de la moitié du volume recueilli ; ils ne sont utiles qu’à l’analyse et à la statistique. Les morceaux plus importants avec empreinte sont triés par types et comparés à des objets de bronze correspondants quand ils existent. Des séries d’observations et de recoupements permettent la reconstitution des objets quand il ne subsiste pas d’empreinte complète. La vision négative de l’objet entraîne souvent des difficultés de lecture de l’empreinte, le recours au moulage à la plastiline est nécessaire (fig. 5). Quelquefois les moules sont conservés presque intacts, il faut faire appel à la radiographie pour lire l’empreinte (fig. 3, dans ce cas la netteté de l’image a été améliorée en remplissant l’empreinte de limaille de fer). Quelques collages ont pu être effectués, ils donnent alors une reconstitution presque complète d’un moule (fig. 1 c).

Morphologie d’un moule : exemple de moule de passe-guides

10Ce moule a été recueilli dans le remblai de la carrière sous l’area du temple (Rabeisen E., Senechal R., 1979). Il était brisé en trois fragments (fig. 1 a, b, c). La radiographie a permis l’identification de l’empreinte : il s’agit d’une tige de section carrée surmontée d’une garde rectangulaire sommée d’un anneau (fig. 3) : l’objet obtenu était un passe-guides.

  • Structure de la pâte : elle a été déterminée par l’examen de la surface du moule et de la tranche des cassures. Dans d’autres cas des lames minces placées sous binoculaire et des analyses de terre ont apporté de précieux renseignements. Ce moule est constitué de deux épaisseurs d’une terre à grain fin mêlée de dégraissant et de vacuoles formées par la disparition de débris végétaux qui donnent à la pâte son aspect feuilleté. La première couche est en contact avec l’épreuve en cire (épaisseur 0,3 à 1 cm environ) la surface de l’empreinte est très lisse, ceci est important car elle conditionne l’aspect de la surface du bronze à sa sortie du moule. La seconde couche recouvre totalement la première, elle est épaisse de 0,5 à 1 cm et sa surface sommairement modelée est parsemée d’empreintes digitales (fig. 5). La pâte a pris à la cuisson une coloration rose-orangé virant au gris de la surface vers l’intérieur.

  • Restitution du moule : elle est faite à partir de plusieurs éléments du même type, leur regroupement donne une image suffisamment complète pour restituer la forme générale du moule et retracer les étapes de sa fabrication (fig. 4). Il comporte trois éléments identiques ; chacun est façonné à part : trois épreuves en cire sont enveloppées dans une première couche de terre, elles sont placées l’anneau en bas (fig. 4 a, b). Les trois éléments sont ensuite reliés entre eux par un petit boudin de terre et le tout est recouvert d’une enveloppe de terre qui renforce la cohésion de l’ensemble ; le moule terminé forme une sorte de trépied, ce qui lui assure une bonne stabilité pour les opérations de cuisson et de coulée (fig. 4, c). La partie supérieure du moule n’est pas conservée mais d’autres moules ont permis la restitution d’un bassin de coulée, simple collerette de terre façonnée autour des trois extrémités des épreuves de cire déjà revêtues de la première couche de terre. Il n’existe pas de jets secondaires destinés à l’expulsion des gaz comprimés par la pénétration du métal en fusion, il est probable que pour ces petits objets la pâte poreuse devait en absorber la plus grande partie. Cependant l’excroissance bien visible à la base de l’empreinte (fig. 3, 4 d) ne semble pas devoir être interprétée comme un décor surmontant l’anneau, mais plutôt comme un élément destiné à faciliter la coulée : la « poche » formée lors de l’évacuation de la cire joue le rôle de « trop-plein » où peuvent se former des bulles ; il est intéressant de constater que les passe-guides conservés au Musée Alesia, bien que d’un autre modèle, présentent tous une plage limée au sommet de l’anneau, qui doit correspondre à la suppression d’une excroissance lors de la finition de l’objet.

Fig. 2. – Elément de moule triple (inv. P. 78-892, 893) : vue de profil de la face interne avec les traces de l’arrachement des attaches qui le reliaient aux autres parties du moule (h. conservée 10,5 cm). Photo J.-C. Barçon, C.N.R.S., Dijon.

Fig. 3. – Radiographie : partie supérieure d’un anneau passe-guides (inv. P. 74-34).

11Le façonnage terminé le moule est mis à sécher : il est ensuite chauffé pour permettre l’évacuation de la cire, puis cuit. C’est probablement au cours de cette opération que ce moule s’est brisé ; en effet les empreintes sont intactes et il n’y a aucune trace de métal à l’intérieur. On peut facilement restituer l’objet obtenu à la coulée : les trois passe-guides sont reliés entre eux au sommet, en « grappe », il ne reste plus qu’à les séparer et à effectuer les finitions (fig. 4 d).

Fig. 4. – Etapes de la fabrication d’un moule de passe-guides : a) modèle en cire, b) élément de moule, c) restitution du moule, d) restitution de l’objet brut de coulée.

Fig. 5. – Elément de moule multiple contenant l’empreinte intacte de deux petites phalères. Au sommet s’ouvre l’extrémité du canal de coulée. Les deux empreintes sont reliées par un canal. Les deux bombements marquent l’emplacement des passants situés au revers des phalères (inv. P. 82-933, h. : 8,9 cm). Photo E. Rabeisen.

12Ces observations faites sur le moulage de passe-guides peuvent être étendues à tous les moules recueillis à Alesia. Quelques variantes sont à noter : les moules peuvent être juxtaposés mais aussi superposés, c’est le cas d’un moule de phalère (fig. 5) où une seule empreinte permet d’obtenir deux objets ; en juxtaposant des moules de ce type on peut doubler le nombre d’objets. Les restes de bassins de coulée que nous possédons présentent 1 à 12 orifices, ce qui assure dans le cas de superposition la production de 2 à 24 objets pour un seul moule.

13L’identification récente, au Musée des Antiquités Nationales, d’un moule destiné à la fabrication de 12 fibules simultanément permet de constater que les moules d’Alesia lui sont en tous points identiques. Ce moule, découvert dans les ateliers de Hibracte, est le plus grand et le mieux conservé qu’il nous a été donné d’examiner jusqu’à présent (Beck F., Monthel G., Rabeisen E., 1983).

Les objets produits

14Nous avons pu reconnaître, à ce jour, une trentaine d’objets différents ; le nombre d’empreintes individualisées est plus élevé mais il faut tenir compte du fait que la plupart des objets ont deux faces et que pour une même pièce il peut y avoir deux empreintes totalement différentes (c’est le cas pour les phalères avec, d’une part, la face ornée, d’autre part la face munie d’un système d’accrochage).

15La plupart des types recensés se rapportent au harnachement : passe-guides, médaillons de phalères et leurs pendentifs, languettes et appliques de formes variées. Certains sont représentés par des centaines de fragments. Nous mettons à part trois moules à figuration humaine (fig. 6), uniques en leur genre, et dont nous connaissons des parallèles à Mâlain (Roussel L., 1975). Des difficultés surgissent pour l’identification de motifs ne pouvant être rattachés à des objets connus ; il est notable que peu d’objets issus de ces moules ont été retrouvés jusqu’à présent sur le site ; à l’inverse, il reste à découvrir les moules des objets bruts de coulée bien attestés à Alesia, comme les fibules et les anneaux.

Fig. 6. – Positif obtenu par moulage d’un élément de moule à figuration humaine : sur une moulure se détache la partie inférieure droite d’une tête joufflue aux cheveux bouclés (Inv. 037-1982, 2. H : 4 cm). Photo E. Rabeisen. Echelle 2/1.

16On peut se demander si l’échantillonnage retrouvé est représentatif de la production des bronziers d’Alesia. Les textes indiquent une spécialisation dans les pièces de harnachement (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXXIV, 162-164) et les découvertes semblent le confirmer. Cette observation est cependant consolidée un peu artificiellement par le fait que ce sont précisément les moules de pièces de harnachement qui sont parvenus jusqu’à nous les mieux conservés : ce sont des pièces assez plates et le décochage de la terre autour de l’objet coulé se fait sans difficulté en laissant des éclats de grande taille ; au contraire le moule d’un objet en fort relief, comme une statuette, peut être complètement pulvérisé, nous privant ainsi d’information. En l’état actuel des recherches, une évaluation de la production reste encore très aléatoire.

17Le rassemblement des données concernant les moules de bronziers d’Alesia précisera les aspects de la métallurgie du bronze au début du Ier siècle de notre ère. La comparaison avec l’ensemble des vestiges métallurgiques trouvés sur d’autres sites serait certainement très fructueuse, par exemple Bibracte, mais aussi Mâlain ; par la quantité de moules qui y ont été trouvés, Alesia peut également être rapprochée du site de Gussage All Saints en Angleterre (Foster J., 1980).

18A Alesia on constate à l’évidence une maîtrise et une organisation tendue vers un objectif la production en série. A cet effet la simplification est recherchée : le moule à la cire perdue est un outil adapté, même si le procédé semble contraignant puisqu’il impose le bris du moule et la réalisation d’une pièce unique. En effet la difficulté est surmontée par la reproduction « mécanique » d’épreuves en cire – probablement réalisées dans des moules bivalves en pierre ou en bois – et par l’assemblage des moules en vue d’une coulée en grappe ou en chaîne. Par ailleurs, la fabrication du moule ne présente pas de difficulté particulière ; elle peut être réalisée sur place avec des matériaux courants. Les pertes par accidents à la cuisson ou à la coulée, inévitables, sont compensées par la fabrication en nombre.

19L’existence d’une production en série implique une organisation et l’assurance de débouchés ; à ce sujet plusieurs questions se posent :

  • les moules recueillis correspondent-ils à la production d’un ou de plusieurs ateliers et pendant combien de temps ?

  • est-il possible de déterminer si le même artisan se charge de toutes les phases du travail de la fabrication du moule à la coulée, ou si celles-ci sont effectuées par des artisans spécialisés ?

  • à qui étaient destinés les objets produits, une clientèle locale ou plus étendue, comme peut le laisser croire la renommée acquise sous-entendue par Pline ?

20Nous ne possédons pas actuellement de réponse à toutes ces questions, nous espérons que la suite des recherches et de nouvelles découvertes combleront un jour une partie de ces lacunes.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Beck F., Monthel G., Rabeisen E., 1983 : « Note sur un moule à fibules de Bibracte », Antiquités Nationales, n° 14-15, 1982-83, p. 78-85.

Foster J., 1980 : « The Iron Age Moulds from Gussage All Saints », British Museum Occasional Paper n° 12, 1980, 47 p., 29 fig., 23 ph.

Le Gall, J., 1980 : Alesia, archéologie et histoire, Paris, 1963, 2e éd., 1980.

Mangin M., 1981 : Un quartier de commerçants et d’artisans à Alésia, contribution à l’histoire de l’habitat urbain en Gaule. Bibliothèque Pro Alesia VIII, 2 t., Dijon, 1981.

Matruchot L., 1909 : « L’industrie des bronziers d’Alesia ». Extrait des Comptes rendus de l’Association Française pour l’Avancement des Sciences, Congrès de Lille 1909, 8 p.

Rabeisen E., Senechal R., 1979 : « Les moules de passe-guides découverts dans la carrière sous l’area du temple », Mém. Comm. Ant. Côte-d’Or, t. XXXI, 1978-1979, « Alesia », p. 31 à 34, fig. 2 à 4.

Roussel L., 1975 : « Mâlain-Mediolanum – E – Un dépotoir de bronzier », R.A.E., t. XXVI, 1975, p. 293-300, 2 pl., 1 fig.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Fragment de moule triple d’anneaux passe-guides (inv. P. 78-910, 911, 912) : a) vue de dessus, b) vue de dessous, c) vue de profil (h. conservée 8,5 cm).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21038/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 2. – Elément de moule triple (inv. P. 78-892, 893) : vue de profil de la face interne avec les traces de l’arrachement des attaches qui le reliaient aux autres parties du moule (h. conservée 10,5 cm). Photo J.-C. Barçon, C.N.R.S., Dijon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21038/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 3. – Radiographie : partie supérieure d’un anneau passe-guides (inv. P. 74-34).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21038/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig. 4. – Etapes de la fabrication d’un moule de passe-guides : a) modèle en cire, b) élément de moule, c) restitution du moule, d) restitution de l’objet brut de coulée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21038/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 5. – Elément de moule multiple contenant l’empreinte intacte de deux petites phalères. Au sommet s’ouvre l’extrémité du canal de coulée. Les deux empreintes sont reliées par un canal. Les deux bombements marquent l’emplacement des passants situés au revers des phalères (inv. P. 82-933, h. : 8,9 cm). Photo E. Rabeisen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21038/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 6. – Positif obtenu par moulage d’un élément de moule à figuration humaine : sur une moulure se détache la partie inférieure droite d’une tête joufflue aux cheveux bouclés (Inv. 037-1982, 2. H : 4 cm). Photo E. Rabeisen. Echelle 2/1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21038/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

Auteur

Fouilles d’Alesia, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 36, rue Chabot-Charny, 21000 Dijon.

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search