Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Deuxième partie. Paléométallurgie du Bronze à l’Âge de Fer

Étude métallurgique d’armes de l’Âge du Fer en Franche-Comté*

D. Vuaillat

Texte intégral

  • * Cet article est un extrait d’une étude plus générale sur la paléométallurgie des Ages du Bronze et (...)

1La lame, de ter ou de bronze, d’une épée, engagée dans une poignée massive, demande pour déceler son mode de montage l’utilisation de méthodes diverses : radiographie, analyse de la composition, essais de dureté, examen micrographique.

La radiographie

  • 1 Qu’il me soit permis de remercier ici ceux qui m’ont appris les techniques métallurgiques ou qui m’ (...)

2La radiographie des objets en bronze est plus difficile que celle des objets en fer, et nécessite du matériel plus puissant. L’appareil que nous avons utilisé est un Baltospot GM 300 (directionnel panoramique, foyer 2,2 × 2,2 m/M, 300 KV) appartenant aux usines Lip de Besançon. Les films utilisés sont : Régilux BB à 220 KV et structurix D7 à 210 et 220 KV pour 3 MA (valeur moyenne). Des filtres médicaux ont été utilisés : un en cuivre et un en aluminium de 0,5 m/m placé sous la source. L’objet à radiographier est posé à 1 mètre sur un écran en plomb de 4 mm d’épaisseur. L’association écran en plomb sous les objets et filtres sous la source permet d’obtenir un meilleur contact, une meilleure définition de l’image1.

Epée du tumulus IX à Chavéria (fig. 1)

3Ce type d’épée, dit « type d’Auvernier », apparaît au Bronze Final III (D. Vuaillat, 1969). La radiographie de la poignée montre qu’elle appartient à la famille des épées à languette tripartite. Bien que brisée à son extrémité proximale, cette languette a été retaillée pour permettre un meilleur ajustement à l’intérieur de la poignée, car la lame a pu être fabriquée antérieurement à cette dernière. L’assemblage des deux parties (poignée-lame) est assuré par deux rivets de bronze au niveau de la garde. Malgré l’habileté du bronzier dans la réalisation de cette pièce répondant au critère « plus... » qui correspond ainsi à l’évolution technologique des épées à poignées métalliques définies par H. J. Hundt « plus vite, mieux, plus », il semble que cette amélioration technique se soit faite au détriment de la qualité. A l’usage une telle arme semble fragile à la jonction de la poignée et de la lame.

4La poignée est creuse ; le bronze, homogène à la radiographie, montre tout de même une bulle d’air à l’extrémité du quillon gauche. Une tige de bronze, légèrement incurvée à l’une de ses extrémités, pénètre profondément à l’intérieur de la poignée et assure, au niveau du pommeau, son obturation.

Fig. 1. – Epées en bronze du type d’Auvernier. – 1 : schéma morphologique d’une épée du type d’Auvernier (A : extrémité proximale de la fusée ; B : demi-sphère de matière organique ; C : élément de pommeau amovible, fait d’une demi-sphère en bronze ; C* : languette en bronze de l’élément amovible C pouvant se riveter dans la poignée ; D : assemblage d’un rivet et de la matière organique ; E : joues évidées dans le bronze, recevant de la matière organique : F : languette tripartite de la lame ; G : quillon). – 2 : épée en bronze du type d’Auvernier de Chavéria, tumulus IX. – 3 : dessin de la radiographie de l’épée de Chavéria, tumulus IX. – 4 : l’épée éponyme d’Auvernier d’après R. Wyss.

5Alors que sa morphologie externe ressemble à celle de l’épée éponyme d’Auvernier et aux exemplaires qui en découlent, l’intérieur de la poignée n’est pas évidé, aucun cartouche n’est découpé pour recevoir de la matière organique.

6L’extérieur de la poignée montre trois rivets sur la fusée. Ils ne sont pas révélés par la radiographie : il s’agit donc de faux rivets ; l’épée éponyme d’Auvernier en possède trois sur la fusée, ainsi qu’un pommeau coulé à part et fixé ensuite sur ta poignée (R. Wyss, 1967). Celle-ci a sans doute été coulée directement sur une lame à languette tripartite soudant ainsi les deux pièces (fig. 1, n° 4).

7La morphologie externe de l’exemplaire de Chavéria ressemble à celle d’Auvernier. La morphologie interne, mise en évidence par la radiographie, montre que l’épée de Chavéria imite celle d’Auvernier. Cette imitation de « l’original » peut se traduire (techniquement) de deux façons différentes. Sensible à un bel objet, le bronzier de Chavéria a très bien pu exécuter de mémoire un exemplaire semblable à celui d’Auvernier, mais par des procédés techniques différents. Procédés qu’il a simplifiés, volontairement (il a évité de créer un vide dans la fusée) ou parce qu’il maîtrisait moins bien les procédés de fabrication. Quoi qu’il en soit, le bronzier a créé une copie ou un faux qui s’inscrit bien dans la démarche technologique de l’époque. Ce faux n’a rien à voir avec des faux exécutés récemment, découverts à Cresancey (J.-P. Millotte, 1965) et légués au Musée de Besançon. Le travail du faussaire a été confirmé par la radiographie et l’analyse spectrographique. Un surmoulage de l’original a pu également être réalisé par le bronzier qui obtient une réplique n’ayant pas les caractères internes du modèle (fig. 2).

Epée du tumulus III à Chavéria (fig. 3, n° 1)

8Elle date du début du 1er Age du Fer. C’est une épée hallstattienne, du type de Mindelheim, constituée de bronze et de fer. La poignée en bronze, en forme de languette du type de Mindelheim, a été coulée directement sur la soie de ta lame en fer et une soudure à chaud a été ainsi réalisée, assurant la fixation de l’ensemble. De nombreuses bulles d’air, n’ayant pu s’échapper lors de la coulée, jalonnent la soie de la lame. Les trois rivets de bronze devaient maintenir les parties organiques de la poignée destinées à lui donner du volume pour permettre une meilleure préhension. S’agit-il ici d’invention ou de réparation utilisant pour la poignée (fonte ou refonte d’objets) un métal devenu plus rare que le fer ? La poignée en bronze a pu être réalisée sous la forme d’une languette du type de Mindelheim dans un moule en argile. L’impossibilité d’effectuer des micrographies sur cette épée comme sur celle du tumulus IX de Chavéria, à cause de leur mauvais état de conservation, empêche de mieux cerner le problème.

Epée du tumulus I à Vescles (fig. 3, n° 2)

9C’est une épée hallstattienne du type de Gündlingen. La poignée en forme de languette, bien que tronquée au niveau du pommeau, ressemble bien aux exemplaires de ce type. La radiographie révèle que la poignée en bronze, en forme de languette tripartite, a été coulée sur la soie d’une lame de fer qui possédait deux rivets en bronze. De nombreuses bulles d’air se trouvent au contact des deux matériaux et attestent que les gaz se sont mal échappés. Le bronze à chaud sur le fer s’est soudé à lui ; les rivets de bronze de la poignée, répartis de part et d’autre de la soie de fer, devaient non seulement assurer une meilleure fixation de l’ensemble mais permettre le rivetage de plaquettes en matière périssable qui, placées de part et d’autre de l’ensemble, assuraient la forme de la poignée. Les deux rivets de bronze de la soie en fer ont vraisemblablement appartenu à la lame de fer forgée à part. La coulée de la languette en bronze a pu se faire comme celle du tumulus III de Chavéria dans un moule bivalve en argile, sans que des évents soient nécessairement ménagés. L’alliage reparti par gravité, les gaz pouvaient s’échapper en partie par les joints du moule et par le trou de coulée. La micrographie réalisée sur la partie proximale de la languette de bronze permettra de préciser le genre de moule employé (fig. 3, n° 4).

10Le montage de ces deux exemplaires comtois, intermédiaire entre celui des épées en bronze à languette tripartite plate et des épées équivalentes en fer, ressemble à celui de l’épée hallstattienne du type de Gündlingen provenant de Cahors (M.A.N. 14839), dont J.-P. Mohen nous a fourni la radiographie. Ici encore le procédé d’assemblage employé ressemble à celui utilisé pour l’exemplaire de Vescles, bien que les soies des lames de fer n’aient pas le même aspect (fig. 3, n° 3).

11L’épée du tumulus III à Chavéria, celle du tumulus 1 à Vescles et l’exemplaire de Cahors, semblables par la technologie de leur fabrication, sont les seules répertoriées en France. La radiographie ne nous montre pas de cassures nettes sur les lames en fer au niveau de la languette et n’incitent pas à choisir la réparation comme explication de leur fabrication. En revanche, la tradition qui faisait monter des poignées de bronze sur des lames de fer est connue en Europe orientale et centrale depuis la fin de l’Age du Bronze, comme en témoignent l’épée du type de Tachlovice trouvée à Brux/Most (Bohême) (H. Müller-Karpe, 1961), celle du Bronze Final de Velluire, trouvée lors de dragages (J. Gomez et J.-P. Mohen, 1981) comme les épées hallstattiennes de la tombe 600 ou celles à antennes des tombes 203, 204 et 116 du cimetière éponyme de Hallstatt (Die Hallstatt Kultur, 1980) avec des incrustations de fer formant des décors dans la poignée de bronze de l’épée du type de Möringen (U. Ruoff, 1974) et aussi les nombreuses épées hallstattiennes en fer à rivets de bronze.

Fig. 2. – Epée et poignard en bronze de Cresancey. Faux moderne. Dessin de la radiographie. Faux poignard du « type du Rhône » et fausse épée du « type de Mürigen ».

Poignard du tumulus de « La Motte » à Apremont (fig. 4)

12Ce poignard à pommeau sphérique, muni de son fourreau et de sa bouterolle, aurait été trouvé dans le tumulus de La Motte à Apremont. Le tertre renfermait une tombe à char (E. Perron, 1880) ; pour un état de la question, voir D. Vuaillat (D. Vuaillat, 1982, p. 28 à 32). Il est certain aujourd’hui que les objets vendus au Musée de Besançon proviennent bien du même lieu-dit et du même tertre que ceux acquis par le Musée de Saint-Germain-en-Laye. Nous ne pouvons cependant pas affirmer que le poignard provienne de la sépulture fouillée par E. Perron.

Fig. 3. – Epées hallstattiennes à poignée de bronze coulée sur lame en fer. Dessins de leur radiographie. – 1 : Chavéria, tumulus III, type Mindelheim. – 2 : Vescles, tumulus I, type Gündlingen. – 3 : Cahors, type Gündlingen (M.A.N. 14839, dessin J.-P. Mohen). – 4 : schéma du procédé permettant l’obtention des poignées 1, 2 et 3.

Fig. 4. – Poignard du tumulus de La Motte à Apremont : radiographie de la poignée et de la bouterolle.

13La radiographie de ce poignard nous renseigne sur le mode de montage de la lame au niveau de la garde. La lame de fer prolongée d’une longue soie de fer effilée formant poignée (bien que signalée manquante par J. Déchelette), est terminée par un pommeau sphérique. Le talon de cette lame s’encastre dans une garde de bronze en arc de cercle. Neuf rivets assurent la fixation de la lame à la garde en suivant l’arc. Cette garde est prolongée d’une douille de bronze qui entoure la soie de la lame. On ne peut savoir si la douille servant de manchon, garnissait la soie jusqu’au pommeau. La garde et son tronçon de douille, ont été coulés à part, en ménageant un vide pour le passage de la soie et un espace pour le dos du talon de la lame. Certaines fractures anciennes ont été comblées à la cire ou par des résines synthétiques lors de la restauration. Le pommeau lui-même a été ainsi remodelé. N’ayant pu obtenir aucun document iconographique de cet objet avant restauration nous ne pouvons pas imaginer comment était ta pièce à l’origine.

14La bouterolle de bronze, sphère creuse traversée par l’extrémité du fourreau, riveté sous elle, assure la fixation de l’ensemble.

15La radiographie révèle, sur les bords du fourreau, deux plages d’intensités différentes par rapport au reste. L’épaisseur du métal est donc plus importante sur les bordures que sur le milieu du fourreau. L’examen de celui-ci montre qu’il est constitué d’une tôle de fer, encastrée dans une feuille de bronze dont les bords parallèles sont repliés pour former une sorte d’agrafe et assurer ainsi le sertissage des deux parties du fourreau maintenues à leur extrémité distale dans la bouterolle.

16Le tiers supérieur de la feuille de bronze porte une entretoise transversale en bronze qui permettait sans doute la fixation du poignard à une ceinture ou à un baudrier. Une nervure longitudinale garnit cette feuille de bronze en sa partie médiane, de l’entretoise à la bouterolle.

17Nous ne connaissons pas de poignards possédant un pommeau semblable. Si le manche a été reconstitué, l’existence d’un pommeau à antennes n’est pas à exclure. La bouterolle, en revanche, a des affinités certaines avec celle du poignard d’Estavayer-le-Lac (Suisse) ou de quelques exemplaires d’Allemagne, bien que leurs bouterolles soient prolongées d’un bouton, destiné à cacher le rivetage du fourreau à l’extrémité inférieure de la bouterolle (A. Rieth, 1942 ; W. Drack, 1972/73).

Epée à antennes du tumulus I du Fourré à Saraz (fig. 5, n° 1)

18Egalement trouvée dans une sépulture à char, en 1885, cette arme tient plus du poignard que de l’épée (A. Castan, 1858 ; R. Joffroy, 1958). L’étude de sa radiographie révèle que deux parties distinctes forment cet objet. Forgée d’une pièce, une lame de fer est prolongée d’une soie effilée qui s’engage dans la poignée, jusqu’au niveau du pommeau où elle est rivée. Le talon de la lame, de forme ovalaire, s’encastre dans la garde de bronze de la poignée où, lors de la coulée, un espace a été ménagé. Aucun rivet n’assemble lame et poignée ; seuls le rivetage de la soie au niveau du pommeau et l’ajustement rigoureux du talon de la lame dans la garde assuraient la tenue de l’ensemble.

19La poignée de bronze creuse est coulée d’une pièce. Une cavité, de section circulaire, a été préparée lors de la coulée, au sommet des antennes, de façon à pouvoir sertir des perles de corail, disparues depuis. L’espace réservé à l’intérieur de la fusée, pour permettre le passage de la soie, est de section circulaire au niveau du pommeau. Seule une gorge, à la forme du talon de la lame de fer et à la section de son dos, a été obtenue de la coulée pour permettre l’assemblage des deux parties.

20Le fourreau de bronze s’encastre dans la bouterolle où il est serti. Il est constitué de deux feuilles de bronze légèrement galbées ; les bords de l’une sont repliés sur l’autre de façon à sertir les deux parties. L’une des faces du fourreau montre de faux rivets, à usage décoratif, qui suivent la découpe de la garde. Un disque de bronze, orné de la même manière, est inséré au tiers supérieur de cette face, et devait servir à suspendre l’arme à un baudrier. Au même niveau, sur l’autre face, quatre petits trous achèvent la décoration du fourreau.

21Le montage en deux parties de cette arme, lame-poignée, ne correspond pas à celui des épées à antennes étudiées par B. Pajot (B. Pajot, 1978). Les assemblages sont plus complexes. La soie de l’épée n° 2 de Cazals prolonge la lame. Elle est recouverte d’une garde constituée d’une barrette de fer forgée à part. La garde est introduite sur la soie par une ouverture rectangulaire ménagée à cet effet ; deux manchons tronconiques en fer revêtent la soie et sont maintenus entre eux par une bague centrale. Les antennes, forgées comme la garde, sont serties au sommet de la soie et assurent la fixation de l’ensemble (fig. 5, n° 2).

22Par sa technologie, l’épée à antennes de Saraz se différencie nettement des exemplaires aquitains dont les caractères typologiques ont été définis par J.-P. Mohen (J.-P. Mohen, 1980). Il semble que l’arme de Saraz appartienne à une variété de poignards de tradition orientale influencés peut-être par les exemplaires suisses et bavarois. De mode de construction différent, l’arme de Saraz a un lien de parenté avec celle du tumulus VI de Grosshols Ins (CH), conservée à Berne ou celle de Varilles-Bovy (A. Rieth, 1942 ; W. Drack, 1972/73).

Fig. 5. – 1 : épée à antennes de Saraz, tumulus 1 du Fourré et radiographie de sa poignée. – 2 : radiographie de la poignée de l’épée de Cazals (d’après B. Pajot, 1978).

23Cependant, l’étude de la morphologie interne des poignards d’Apremont et de Saraz montre encore toute l’influence de la tradition du Bronze Final avec la création de poignées creuses en bronze, coulées à part, et l’adjonction d’une lame de fer. Les exemplaires de Fertans et d’Alaise font appel à une technologie du fer qui préfigure déjà le 2e Age du Fer et s’apparentent aux exemplaires de Dörflingen (SH) ou Jedenstrof (BE) (Suisse) (W. Drack, 1972/73).

Poignard en fer à antennes du tumulus II de la Combe Rompue à Fertans (fig. 6, n° 2)

24Ce poignard, en fer aurait été trouvé en 1880 par J. Vuilleret lors de la fouille d’un tumulus qui contenait dix bracelets massifs en bronze et cinq crotales (Annuaire du Doubs, 1893). La publication originelle signale l’absence d’antennes lors de la découverte et mentionne sa longueur de 28 cm, ce qui ne correspond ni à l’arme étudiée, ni à une autre épée en fer, de même provenance, selon les inventaires du Musée de Besançon (don Vuilleret). Il est vrai que la corrosion et les conditions de conservation contribuent bien souvent à une perte de matière.

25La lame et la soie de l’arme ont été forgées d’une seule pièce. Une barrette de fer a été travaillée à part jusqu’à mesurer 11,5 cm. A la forge à chaud, une ouverture rectangulaire est obtenue à la tranche dans sa partie médiane. Cette barrette est ensuite encastrée à chaud sur la soie de la lame, se soudant ainsi à elle. Les quillons de la garde ont été ensuite rabattus le long du talon de l’arme. Il est difficile, devant l’état déplorable de cette arme, de l’attribuer à une quelconque série typologique. Le mode de fabrication de la garde et de sa fixation sur la lame fait penser aux exemplaires du Sud-Ouest de la France, étudiés par B. Pajot et J.-P. Mohen (B. Pajot, 1978 ; J.-P. Mohen, 1980).

Poignard en fer à antennes du tumulus I de la Combe Bernon à Alaise (fig. 6, n° 1)

26Ce poignard à antennes possédait une bouterolle de bronze disparue depuis (A. Castan, 1893, Annuaire statistique du Doubs). Il a été donné au Musée de Besançon par la Comtesse de Turenne.

27La radiographie montre que le forgeron a réalisé cette arme avec deux barres de fer. La lame prolongée de sa soie et l’amorce de la garde (ou la garde complète, la corrosion avancée de l’objet empêche de se prononcer) ont été forgées d’une seule pièce. Le pommeau en forme d’antennes a été forgé à part ; percé à chaud en son milieu, il a été engagé puis rivé sur l’extrémité de la soie. Les barres du pommeau ont été incurvées en forme d’antennes dont les extrémités sont élargies à la forge en forme de boules qui ne sont en aucun cas rapportées.

Poignée de bronze d’un poignard anthropomorphe trouvée à l’Arsenal de Besançon (fig. 7, n° 2)

28Cette poignée représente une tête d’homme aux moustaches tombantes. Les arcades sourcilières sont marquées. De profil, une esse se développe de la nuque au crâne. Bien qu’émoussée, cette pièce est remarquable ; elle a été trouvée à l’Arsenal de Besançon sans qu’il soit possible de préciser si sa découverte était liée à celle des fouilles archéologiques qui y furent menées, notamment celle d’une tombe de chef (Ph. Lagrange, 1981).

29La radiographie montre une poignée coulée d’une seule pièce à la cire perdue. Elle est creuse en son centre. Cette cavité ne traverse pas l’objet. Elle est destinée à recevoir la soie d’une lame en fer. Lors de la confection du moule, des évidements ont également été ménagés aux extrémités des bras et des jambes ainsi qu’au sommet du crâne. Ces petites alvéoles circulaires permettaient vraisemblablement le sertissage de perles de corail, d’ambre ou d’un autre élément d’orfèvrerie disparu à ce jour.

Pommeau de petit poignard anthropomorphe provenant de la rue Mégevand à Besançon (fig. 7, n° 1)

30Ce petit pommeau d’une hauteur de 38 mm est également le portrait d’un homme barbu, à l’œil globuleux, au sourcil marqué d’une esse horizontale (Ph. Lagrange, 1981). Le bronze coulé en cire perdue est creux. Cette cavité se prolonge, au niveau du crâne, par un petit trou quadrangulaire, destiné à son rivetage sur l’arme. Celle-ci était composée de trois parties réalisées indépendamment tes unes des autres. La lame, prolongée de sa soie en fer forgé, est introduite dans la fusée d’une poignée en bronze dont la garde est représentée par des jambes stylisées, les antennes le sont par des bras (cette forme ressemble à celle du petit manche de poignard de l’Arsenal de Besançon). La soie de la lame dépasse légèrement entre les bras-antennes ; sur ce prolongement l’artisan glisse la tête anthropomorphe et la rive.

Fig. 6. – 1 : poignard en fer à antennes d’Alaise, tumulus 1 de La Combe Bernon, radiographie de l’assemblage antennes-soie. – 2 : poignard en fer à antennes de Fertans, tumulus III de La Combe Rompue à Fertans,

Fig. 7. – 1 : pommeau de poignard anthropomorphe en bronze trouvé à Besançon, rue Mégevand (a : schéma d’assemblage de ce type de poignard ; b : position du pommeau sur la poignée de l’arme). – 2 : manche de poignard votif à caractère anthropomorphe trouvé à Besançon, Arsenal.

31Ici encore, pour ces deux exemplaires, nous voyons que les traditions de fabrication des armes de l’Age du Bronze se prolongent jusqu’à La Tène II-III.

32La radiographie des épées nous renseigne donc sur l’habileté des bronziers de cette époque, sur leur capacité d’invention ou d’« espionnage industriel ». L’étude de cette radiographie nous a fait aborder les problèmes des différents types de fontes et de moules. Copie ou création, la sophistication du procédé de fabrication utilisé pour produire un tel objet est vraisemblablement le fait de petits ateliers, travaillant à la commande et personnalisant la production. Si les lames sont faites en série, appartenant ainsi à une ère préindustrielle, les manches, eux, sont créés spécialement par le bronzier pour des individus représentant une classe privilégiée dans une société hiérarchisée. Le mode de production des épées en bronze se retrouve dans ce schéma. Certaines sont faites en série, comme celles réalisées à partir du moule d’Erlingshofen, d’autres ont une poignée personnalisée comme celles du type d’Auvernier.

La composition des bronzes

33Les épées de bronze ou de fer sont des éléments majeurs des recherches sur la métallurgie du Bronze Final et du premier Age du Fer. Les questions posées sont les suivantes : proviennent-elles d’une même aire de production et utilisent-elles les mêmes minerais ? Sont-elles des objets de colportage ou l’œuvre d’artisans itinérants ?

34Dans la région parisienne, J.-P. Mohen (J.-P. Mohen, 1977) estime que les épées protohallstattiennes possèdent des caractères morphologiques externes communs à ceux des épées hallstattiennes de Gündlingen. Il en est ainsi de l’exemplaire de l’Essonne (91-60 ; analyse L 24. 25) dont le type se trouve habituellement dans les dépôts à épées dites en langue de carpe, associées à des bracelets du 1er Age du Fer. Selon J. D. Cowen (J. D. Cowen, 1967), l’épée hallstattienne, du type de Gündlingen, arrivée en Angleterre à la fin de l’Age de Bronze, a influencé la morphologie des épées du type d’Ewart alors que, selon P. Schauer (P. Schauer, 1971), l’origine des épées du type de Gündlingen est à chercher dans les épées de type protohallstattien semblables à l’exemplaire de l’Essonne.

35La conception du type de Gündlingen est atlantique ou continentale, même si c’est un type dérivé d’épées atlantiques dites « protohallstattiennes ». Les analyses spectrographiques confirment l’opposition de ces deux mondes : épées « protohallstattienne » atlantique et épée hallstattienne continentale du type de Gündlingen. Ainsi, pour comparer plus facilement les résultats d’analyses spectrographiques, J.-P. Mohen (J.-P. Mohen, 1977) a utilisé un graphique étoilé, sorte de cadran qui regroupe des résultats d’analyses similaires et où, sur les différents axes représentant les différents composants de l’alliage, sont portés les pourcentages significatifs de ceux-ci, difficiles à distinguer autrement. Nous avons repris le même type de graphique, mais en modifiant l’échelle des valeurs portées sur chaque axe (fig. 8). En effet, si on a sur chaque axe des échelles différentes, par le calcul de « l’écart-type » inhérent à chaque axe (par exemple calcul de l’écart-type de l’étain pour tous les individus du même axe), on standardise les rapports des pourcentages des éléments entre eux et, en prenant comme nouvelle unité l’écart-type, on obtient un graphe cohérent et plus objectif. La fig. 8 permet de comparer les deux types de représentation.

36Chez J.-P. Mohen (J.-P. Mohen, 1977), les graphiques comparés de l’épée hallstattienne de l’Essonne et de l’épée protohallstattienne du même lieu montrent que, moins riche en étain et en plomb, l’épée protohallstattienne est plus riche en impuretés : antimoine, arsenic, nickel. Elle peut être comparée par sa composition aux bronzes atlantiques du Bronze Final II et aux objets continentaux du dépôt mixte de Choisy-le-Roi, dépôt influencé par les écoles métallurgiques atlantiques et orientales. Ces compositions s’opposent à celles des épées « protohallstattiennes » atlantiques qui comportent essentiellement du plomb et de l’étain. Cela peut confirmer l’opposition typologique et culturelle remarquée par J.-P. Mohen entre les épées hallstattiennes et protohallstattiennes. Certes, l’appartenance culturelle différente peut expliquer ces phénomènes, bien qu’un léger décalage chronologique ne soit pas à exclure (fig. 8).

Comparaison entre les épées du Bronze final et celles du début du Hallstatt

37Deux exemplaires comparés sur ce type de graphique montrent que les caractères (composants de l’alliage) propres à l’épée « protohallstattienne » de l’Essonne sont très marqués sur le graphe de gauche. Le même graphique, après calcul de l’écart-type reporté sur ses différentes branches (D. Vauillat, 1981), gomme certaines oppositions existant entre les compositions minérales des deux épées, notamment en ce qui concerne l’argent. La différence demeure néanmoins. Les impuretés, comme l’arsenic et le nickel, gardent leur importance.

38Ne pourrait-on pas attribuer, ainsi que l’ont montré S. Junghans, E. Sangmeister et M. Schroder (S. Junghans, E. Sangmeister et M. Schroder, 1960) pour le Bronze Ancien, une origine alpine au cuivre ayant servi à réaliser l’épée hallstattienne de l’Essonne ? Il convient cependant d’être prudent car, par ce même raisonnement, l’importance de l’arsenic pourrait inviter à supposer un cuivre ibérique, où l’arsenic est dominant, comme minerai d’origine de la pièce.

39Les résultats de cette méthode ont été confrontés avec ceux provenant de sources bibliographiques ou communiqués par J. Bourhis. Pour comparer ce qui est comparable, les pourcentages des composants des bronzes des neuf épées hallstattiennes du type de Gündlingen à notre disposition ont été portés sur un graphique en étoile. A ces pourcentages s’ajoutent, à titre comparatif, les compositions de l’épée protohallstattienne d’Essonne évoquée plus haut ainsi que celles des deux épées du Bronze Final. Le calcul de l’écart-type des composants de chaque exemplaire est donné sous forme de tableau ; les données reflétant les composants des douze individus ont été portées sur les branches du graphique (fig. 9).

Fig. 8. – Graphiques comparatifs des compositions des bronzes de l’épée proto-hallstattienne, Essonne L. 24.26. Graphique de gauche d’après J.-P. Mohen, 1977. Graphique de droite d’après D. Vuaillat, 1981. Le graphique de droite tient compte du calcul de « l’écart-type » des composants des deux épées concernées. Analyse Essonne L. 24.26 :

40L’image globale qui en découle est différente de celle obtenue lorsque deux individus seulement sont comparés et visualisés par cette méthode. Le pic de l’étain diminue en intensité ou en valeur alors que celui de l’arsenic augmente. Le schéma général semble le même pour tous les individus, excepté deux exemplaires riches en plomb. La représentation graphique de quelques individus a été dissociée du graphique général et présentée à part pour rendre la lecture du graphe moins confuse (fig. 10).

41L’épée du Bronze Final I-II d’Auvernier (type Pépinville) s’oppose bien à l’épée hallstattienne de Lissac-Mouret qui se manifeste notamment par un enrichissement en plomb et en arsenic, alors que l’argent prédomine pour l’exemplaire d’Auvernier. Cette différence traduit ici une opposition chronologique et typologique (fig. 10). A droite, les exemplaires du Bronze final sont affectés d’un fort pourcentage en plomb. Les préhistoriens britanniques caractérisent en effet le Bronze Final par une quantité élevée et constante de plomb, ce qui tranche sur le Bronze Moyen. Ce fait a également été observé par J. Bourhis, à propos d’objets armoricains (J. Bourhis, 1964-1965). Cet accroissement du plomb au Bronze Final est également visible sur le graphique de la figure 10. L’épée de Vescles, représentée ici, est liche en étain et en fer. La haute teneur en fer (0,2 %) par rapport à celle des autres exemplaires n’apparaît pas ici du fait des contraintes dues au calcul de l’écart-type. Cet enrichissement en fer, révélé par l’analyse, peut s’expliquer par la position du prélèvement effectué au niveau du pommeau et proche de la soie en fer de la lame sur laquelle fut coulée la languette de bronze. L’enrichissement en étain peut s’expliquer par une origine particulière du minerai ou pour une raison technologique. Etant donné que l’analyse n’a porté que sur un seul individu de ce type, nous ne pouvons aller plus loin dans les hypothèses.

Fig. 9. – Graphique comparatif des compositions des bronzes de douze épées de l’Age du Bronze et du 1er Age du Fer. Tous les individus sont représentés.

Les épées hallstattiennes

42Le graphique de la figure 11 ne comporte que les exemplaires hallstattiens choisis : on constate que l’étain et l’arsenic s’opposent et peuvent donc avoir un rôle différent. Une même famille de graphes est décelable et peut se traduire de manière ordonnée : 6, 9, 4, 11, 5 et 7 où le numéro 6 pourrait, dans le cas d’une évolution d’un même objet, représenter un pôle, alors que le 7, d’allure originale, représenterait l’autre pôle. Cette famille de graphes confirmerait l’existence du même type Gündlingen à l’intérieur de la famille hallstattienne et suggérerait peut-être une évolution à l’intérieur de celui-ci. Les épées du même type (8 et 12) sont sur le graphique des aberrations : elles n’appartiennent peut-être pas à la même famille minéralogique. Ce graphique reflétant l’analyse des composants minéraux de ces épées confirme leur appartenance à un même groupe minéralogique qui semble être celui de Gündlingen. L’origine de ce groupe à l’intérieur de la famille des épées dites hallstattiennes ne peut cependant pas être déterminée pour l’instant (fig. 11).

Fig. 10. – Graphiques comparatifs des compositions des bronzes d’épées du Bronze Final et du 1er Age du Fer. 1 : épée du Bronze Final d’Auvernier. 2 : épée du Bronze Final, Essonne L. 24.19. 3 : épée du Proto-Hallstatt Essonne L. 24.25. 8 : épée hallstattienne de Lissac Mouret. 12 : épée hallstattienne de Vescles.

43Il est difficile de mieux cerner le problème, car il ne s’agit que de graphes indicatifs où seulement douze individus sont représentés. D’autre part, en utilisant l’écart-type, on minimise le rôle des valeurs aberrantes (comme on l’a vu pour le fer dans l’exemple de Vescles) et l’ensemble du groupe des valeurs est étiré par rapport à l’écart-type. Il faudrait pour cela bénéficier d’autres résultats, notamment pour les familles des épées hallstattiennes. En effet, les travaux de R. Pittioni (R. Pittioni, 1949) sur la nécropole de Hallstatt montrent l’homogénéité des bronzes (75 analyses), qui évoque un atelier métallurgique local ayant pu utiliser les minerais de Mitterberg. Ces travaux ne produisent pas de tableaux de résultats exprimés en pourcentages et ne peuvent se comparer aux présents résultats.

44Enfin, des raisons métallurgiques peuvent expliquer les fluctuations des composants d’un individu à l’autre. Les minerais selon leur traitement : ventilation et température des fours, rapport du combustible et du minerai et leurs différentes techniques de raffinage, peuvent donner des bronzes à teneurs en impuretés différentes pour les mêmes produits. En outre, au Bronze Final s’ajoutent, par exemple, au plomb et à l’étain des impuretés dues au réemploi ou à la refonte de métaux d’origines et d’époques souvent différentes. Enfin, dans l’alliage qu’est le bronze, les compositions de cuivre, d’étain, de plomb, d’arsenic, de zinc, etc., peuvent varier également en fonction de la vitesse de refroidissement de l’objet dans son moule.

45La récente publication d’O. Buchsenschutz, M. Willaume et P. Gablin (O. Buchsenschutz, M. Willaume et P. Gablin, 1979) montre les résultats d’analyses effectuées par J. Bourhis sur des échantillons provenant de fragments d’épées hallstattiennes en bronze trouvés sur le site des Grandes-Chapelles à Brion. Ces résultats d’analyses ont été également traduits sous la forme d’un graphique étoilé (fig. 12).

46Les impuretés telles que l’argent, le nickel, le fer et le zinc n’ont pas pu (du fait de leur très faible importance et du calcul de l’écart-type) être représentées sur leurs axes dans le graphique. L’on constate que les objets ayant servi à ces analyses sont riches en étain et en plomb ; les pourcentages de ces deux éléments offrent donc une constante certaine. Les pourcentages de l’arsenic et de l’antimoine sont plus fluctuants quant à eux.

Fig. 11. – Graphique comparatif des compositions des bronzes d’épées hallstattiennes du type de Gündlingen.

47Le graphique représentant les résultats d’analyse de ces bronzes montre, en revanche, une bonne homogénéité de ceux-ci et traduit un seul groupe métallurgique cohérent, qui s’oppose à celui des épées hallstattiennes du type de Gündlingen ; il s’apparente ainsi aux groupes métallurgiques du Bronze Final III.

48Il n’est pas facile en effet, d’après cette publication, de se rendre compte si les prélèvements ont été effectués sur des fragments d’épées correspondant bien à une classe typologique sûre, car les appels de ligures nous ont semblé peu clairs.

49En comparant les graphiques des analyses des épées hallstattiennes en bronze du type de Gündlingen (fig. 11) et celui de Brion (fig. 12), il s’avère que le groupe métallurgique, représenté par les épées du type de Gündlingen, s’oppose nettement à celui des exemplaires de Brion. En effet, s’ils sont réellement hallstattiens par leur typologie (morphologie externe), ils ne correspondent pas à la même école métallurgique (morphologie interne). Cette école pourrait être influencée par les apports des métallurgies atlantiques. Cependant l’attribution de ces épées (en l’absence de certitudes typologiques) au Bronze Final ou aux groupes protohallstattiens n’est pas à exclure.

Fig. 12. – Graphiques comparatifs des compositions des bronzes d’épées hallstatiennes de Brion (Indre). 1: même composition des impuretés sur les axes que pour les autres graphes. L’axe de l’argent est vide. 3 : pour assurer une continuité graphique dans la jonction des points sur les axes, l’axe représentant Sb a été permuté avec celui de l’argent.

Fig. 13. – Analyse factorielle des composants minéraux des épées en bronze hallstattiennes (rectangle noir) et de deux épées de l’extrême fin du Bronze Final (cercle noir).

Analyse des correspondances

50Nous avons d’autre part, grâce au Centre de calcul et de statistiques de l’Université de Besançon, dirigé par M. J.-Ph. Massonie, traité les résultats par analyse des correspondances.

51Nous en retiendrons deux analyses factorielles, où nous avons retiré l’élément cuivre des calculs. L’une montre tous les individus et tous les caractères, l’autre ne conserve que les épées hallstattiennes en bronze ainsi que deux épées en bronze du Bronze Final III (fig. 13). Pour plus de clarté les graphiques ont été schématisés d’après les méthodes mises au point par J. Bertin (J. Bertin, 1977).

52Ce graphique montre que les individus et les caractères sont ordonnés le long de l’axe 1. Le zinc et le plomb s’opposent au nickel, à l’argent, à l’arsenic et à l’antimoine le long de l’axe 1.

53Nickel, antimoine et argent sont séparés graphiquement du plomb et du zinc par l’axe 2. L’on a tout naturellement tendance à dire que c’est l’axe 2 qui sépare ces deux groupes de caractères. Ce serait une vision fausse. En effet, en analyse des correspondances, le classement hiérarchique des individus et caractères se fait par rapport à un centre de gravité, séquentiellement d’une part, sur ou le long de l’axe 1 en allant de la gauche vers la droite, puis, sur ou le long de l’axe 2 du bas vers le haut.

54Nous ne savons pas pourquoi, sur ce graphique, le zinc et le plomb se repoussent ou s’excluent face à l’argent, l’arsenic et l’antimoine, ce qui revient à dire que lorsque le plomb et le zinc diminuent, l’argent, l’arsenic, le nickel et l’antimoine augmentent en entraînant à leur suite l’étain, le manganèse, le fer et le bismuth.

55L’axe 1 délimite deux groupes d’individus bien marqués. L’un est uniquement représenté par les composants des épées en bronze hallstattiennes du type de Gündlingen dont les provenances sont toutes situées dans l’Est de la France. L’exemplaire n° 11 provenant du département de l’Essonne a des teneurs en nickel, argent, antimoine plus élevées que celles des autres exemplaires et s’éloigne ainsi de ceux-ci.

56L’autre groupe est essentiellement représenté par l’exemplaire du Bronze Final II (n° 6) et le n° 7 protohallstattien trouvés dans le département de l’Essonne. A ces deux individus, s’associe celui provenant de Lissac-Mouret (n° 13) dont la teneur en plomb et en zinc est plus élevée que celle des autres exemplaires.

57L’axe 1 serait donc l’axe de partage des composants minéraux séparant les épées hallstattiennes de celle du Bronze Final. L’axe 2 pourrait représenter l’axe d’enrichissement des alliages en argent, arsenic, antimoine et nickel.

58Nous constatons cependant que les deux groupes d’individus représentés par leur analyse, opposés sur le graphique de la fig. 13, sont les mêmes que ceux qui s’opposent sur les graphiques étoilés. Ces groupements représentent une école métallurgique bien homogène qui correspond à l’existence d’un groupe typologique cohérent : celui des épées hallstattiennes en bronze du type de Gündlingen. A ce groupe, un autre s’oppose qui reflète les traditions métallurgiques du Bronze Final III dont l’épée de Lissac-Mouret a pu profiter.

59J.-C. Blanchet a bien voulu intégrer, dans une banque de données en cours de constitution (MM. Blanchet et Decormeille, Tableau général des bronzes français, A.F.C., Axe Picardie), les résultats d’analyses des épées hallstattiennes de l’Est de la France. Nous montrons ici un premier extrait de ce travail (fig. 14). Nous voyons sur ce graphique que les objets du Bronze Final sont représentés par deux zones proches mais qui s’opposent (cachette du Plainseau opposé à des épées en langue de carpe). Le matériel hallstattien s’oppose à celui du Bronze Final tout en montrant un nuage de triangles dispersés qui traduit peut-être une refonte. Ce dernier graphique invite à infléchir les propositions précédentes.

60Les résultats des analyses des épées hallstattiennes, confrontés aux indications que peut nous donner un « diagramme d’équilibre » binaire cuivré-étain, montrent que pour une teneur en étain de 7,5 % l’alliage (bronze) constituant l’épée de l’Essonne (L 24-26) a dû être fondu aux alentours de 1050°, tandis que le bronze de l’épée de Marnay à 9,5 % d’étain a dû nécessiter une température voisine de 1 200° pour être fondu. Au-delà de 10 % d’étain dans un bronze, comme c’est le cas des épées de Kalhausen, d’Ambérieu ou de Vescles, 1000° ont dû être suffisants.

61Cela n’a qu’une valeur indicative, malgré tout intéressante, qui permet de déduire que l’artisan ou les artisans qui ont coulé le bronze destiné à fabriquer les épées hallstattiennes du type de Gündlingen ont dû élever la température de leur four pour obtenir une température de fusion de l’alliage entre 1 000 et 1 050° C environ.

62Cette température peut être abaissée par addition volontaire ou non de plomb dans l’alliage ; ainsi l’épée protohallstattienne de l’Essonne (L 24- 25) à nécessité avec 82,62 % de cuivre, 10,4 % d’étain et 6,1 % de plomb une température de 950° environ pour rentrer en solution, soit un gain dans les valeurs extrêmes de 100° C.

Fig. 14. – Analyse des correspondances des compositions des bronzes des épées en bronze hallstattiennes (triangle noir), du matériel de bronze de la cachette de Plainseau (cercle noir) (extrait du tableau général A.F.C. Bronze Français, J.-C. Blanchet, Decormeille).

63L’examen d’un diagramme d’équilibre du graphique montre que l’épée de Kalhausen à 11,3 % d’étain a pu se solidifier sous forme de deux phases α et ε, que sa vitesse de solidification a pu être relativement rapide. Dans l’industrie, on pourrait parler de coulée en « coquille ». Le moule de cette épée était-il en métal, argile, ou pierre ? Les artisans d’alors ont-ils aidé par un procédé quelconque au refroidissement de ce moule ? Par contre, dans les valeurs inférieures à 5 % d’étain, la solidification monophasée a pu se faire lentement et l’on pourrait parler alors de moule en sable sans exclure les multiples possibilités d’entourage d’un moule à l’aide de matériaux divers qu’ont pu utiliser les bronziers.

64En fonction des explications précédentes, nous voyons donc que nous sommes limités dans l’interprétation de nos résultats d’analyses avec les diagrammes d’équilibre et qu’une telle méthode ne peut être qu’aléatoire. En effet, la détermination des phases de cristallisations (alliages monophasés ou biphasés) nous renseignant sur le mode de coulée des alliages ne peut se faire que par la diffraction des rayons X ou la micrographie.

65Variant d’un individu à l’autre, les composants des bronzes nous renseignent sur les « écoles » métallurgiques. Celles-ci peuvent s’assimiler à un groupe typologique défini comme cela peut être le cas pour les épées hallstattiennes du type de Gündlingen. L’opposition existant entre une métallurgie du bronze occidentale et une autre, orientale, semble se confirmer par l’étude comparative de diagrammes cumulatifs. L’utilisation de plomb améliorant et abaissant la température lors de la fusion des bronzes croît notablement au cours du Bronze Final. L’étude des compositions des bronzes peut nous renseigner sur les températures à atteindre dans les fours. La variation des compositions des bronzes peut traduire des transformations économiques. Enfin, ces études complètent les examens micrographiques.

Les essais de dureté

66Ce sont des essais faciles à exécuter car ils ne sont pas destructifs et ne nécessitent pas de pratiques de laboratoire. Ils permettent de caractériser et de suivre les propriétés d’un métal au cours des traitements thermiques. Cependant, la mesure est complexe car elle fait intervenir la capacité de déformation, l’élasticité et l’écrouissage du métal.

67Nous avons utilisé l’essai Vickers, qui se rapproche de l’essai Rockwell par le pénétrateur et de l’essai Brinell par la méthode de mesure de la dureté. Le pénétrateur est une pyramide de diamant à base carrée ⊕ dont l’angle de deux faces opposées est de 136°. La charge de l’essai peut varier de 120 kg poids à 1 kg poids, et même moins dans les essais de micro-dureté. La mesure de la dureté se fait par la mesure de la diagonale de l’empreinte, à l’aide d’un microscope muni d’un micromètre oculaire. Les essais de dureté Vickers, effectués sur les échantillons de lames des épées du 1er et du 2e Age du Fer en Franche-Comté, ne montrent pas forcément un accroissement de la dureté du tranchant par un traitement thermique ou mécanique (fig. 15).

68Les épées de Charcier, Fertans et Soucia présentent un accroissement de la dureté de la lame au niveau de l’âme. Ce phénomène traduit les parties de l’épée qui ont été les plus travaillées. Ces mesures confirment que nous sommes en présence de fer doux. La micrographie de ces échantillons livrera d’autres renseignements qui préciseront ces données.

69L’épée de Chaussin offre une dureté légèrement plus élevée près du tranchant. Cela est peut-être dû à la préparation des champs qui permettent le relief du tranchant, ou à l’aiguisage de ce dernier. Néanmoins, l’épée est constituée de fer doux.

70Des mesures ont été également effectuées sur l’épée en bronze hallstattienne de Barésia. Cinquante-huit mesures prises sur la surface de la lame longitudinalement et transversalement ne montrent pas de différences notoires entre une partie ou une autre. Les duretés Vickers varient le long de la lame de 106 Hv pour l’une des mesures les plus basses, à 145 Hv pour l’une des valeurs les plus élevées. La valeur moyenne est de 120,5 Hv. En surface également, d’un tranchant à l’autre, sept mesures varient de 128 Hv à 118 Hv pour une valeur moyenne de 125 Hv. Ces indices de dureté pourraient correspondre aux caractéristiques mécaniques actuelles de plaques d’alliage cupro-aluminium corroyées, ou de bronze normalisées, laminées et recuites (Centre d’Information Cuivre, Laitons, Alliages) qui possèdent le même ordre de dureté.

Fig. 15. – Indices de dureté Vickers obtenus sur quatre lames d’épées en fer des 1er et des 2e Ages du Fer en Franche-Comté. (Le poids de la charge utilisé pour chaque essai est indiqué. Sous chaque échantillon est indiqué l’indice de dureté Hv.)

71Il semblerait donc que l’épée de Barésia ait subi un traitement de surface comme l’écrouissage qui élève la dureté du métal. Ce traitement n’a pas été perceptible en micrographie, la surface de l’épée étant légèrement oxydée (cuprite). Pour compléter ces indices de dureté de surface, nous avons procédé aux mêmes essais sur la coupe transversale de la lame de l’arme. Les indices de dureté Vickers ne sont pas les mêmes. Ils oscillent entre 67 Hv et 92 Hv. La valeur minimale de 67 Hv est mesurée sur une empreinte effectuée dans une zone d’inclusion à grains de composition moins dure. La micrographie de la coupe de la lame montre l’hétérogénéité et la porosité du métal colonise par d’énormes sulfurés. Ces caractéristiques impliquent des indices de dureté plus faible. Ces mesures ne suffisent pas à attester un écrouissage en profondeur du métal à durcir, par exemple les tranchants. Ces mesures sont nettement différentes de celles de la surface de l’arme. Seul l’examen micrographique approfondi permettra de préciser si une transformation mécanique ou thermique de la surface a été (ou non) opérée par le bronzier.

72Comparativement, la cachette de Tavaux, en cours d’étude, montre que la hache T. 39-400 a un indice de dureté de 192 Hv en surface du tranchant, pour 179 Hv au niveau du talon. Ici, comme nous le verrons, la micrographie atteste un traitement de surface, notamment au niveau du tranchant. Il n’est pas dû à un écrouissage exercé perpendiculairement à la surface du tranchant. Toujours dans la même cachette, un fragment de faucille donne 205 Hv à la surface du tranchant pour 147,8 Hv à la surface du dos du même outil.

73Ces mesures semblent bien prouver le traitement mécanique de la surface de l’outil.

La micrographie

74Les échantillons, inclus dans la résine et polis, sont attaqués par des réactifs dont le plus courant est une solution d’acide nitrique de fer dilué dans de l’acide chlorhydrique à 5 % dans l’alcool pour le fer (Nital). L’attaque acide différentielle de ces réactifs sur les surfaces polies fait apparaître les différentes phases et structures des grains et leurs joints en présence dans le métal dans les différentes phases de cristallisation.

75Nous avons étudié quelques épées au Musée des Beaux-Arts de Besançon, et à celui de Dole pour l’épée de Chaussin et celle de Charcier.

La poignée de l’épée hallstattienne du type de Gündlingen du tumulus I de Vescles

76Il n’a pas été nécessaire de prélever un échantillon sur cet exemplaire. Un léger polissage de surface a été réalisé au niveau du pommeau. L’examen micrographique a révélé la structure dendritique de la languette de bronze qui est brute de coulée. Aucun travail à chaud ou à froid sur cette languette n’a donc été opéré après son démoulage : en effet, comme nous l’avons vu lors de l’étude radiographique de la pièce, il suffisait d’entourer cette languette de bronze de matière périssable pour en rendre la préhension plus aisée. L’analyse a révélé que la teneur en étain de l’alliage constituant cette épée est de 7,5 %.

77Elle a pu être fondue vers 1 000° C. Sa cristallisation est constituée de la solution solide α. obtenue par un refroidissement relativement lent de l’alliage. Cette épée a sans doute été coulée dans un moule en argile.

Epée en bronze hallstattienne de Barésia (type Gündlingen probable)

78Seuls subsistent deux fragments de lame, assemblés au xixe s. par queue d’aronde, provenant d’un tumulus de La Combe d’Ain. Une cinquantaine de tertres étant érigés sur cette commune, il ne nous a pas été possible, malgré la relecture critique des publications du xixe s., d’attribuer la découverte de cette arme à un tumulus précis. La description des armes de bronze ou de fer par les fouilleurs du xixe s. incite à penser que cette épée pourrait être attribuée au type de Gündlingen.

79Nous avons prélevé l’échantillon à une extrémité de la lame. Après son inclusion dans une résine et son polissage, des essais de dureté ont été pratiqués sur la coupe de cette lame, d’un tranchant à l’autre. Nous avons pratiqué, également, les mêmes essais à la surface de l’arme dont les résultats ont été étudiés précédemment (fig. 15 et 16).

80L’examen au microscope de la coupe préparée, ainsi que nous le montrent les clichés de la figure 17, révèle la structure dendritique du métal. Les dendrites non déformées se voient sur toute la surface de la coupe et attestent que le bronze est brut de coulée.

81Cet échantillon a été rééxaminé par L. P. Hurtel, ingénieur au Laboratoire de Recherches des Musées de France. Une attaque au sulfure de plomb de la surface polie révèle de nombreuses porosités réparties irrégulièrement en taille et en densité (fig. 17, n° 1 et 2) ainsi que des inclusions diverses (plomb et sulfure). Les trois clichés montrent des éléments structuraux du bronze de la lame ; phase α : dendrites plus ou moins sombres ; phase α et δ eutectoïde : phase en gris clair, sulfures (gris bleu) et plomb (inclusions noires). La teneur en composé δ dépend de deux facteurs ; plus la teneur en étain est élevée, plus la proportion de composé δ est forte pour des conditions de moulage identiques ; plus la vitesse de solidification et de refroidissement est élevée pour une même teneur en étain, plus la proportion de composé δ est forte. La formation du composé δ n’a donc pu se faire qu’au détriment de la teneur en étain de la matrice et l’« espace interdendritique » analysé au M.E.B. doit correspondre à la phase δ (15-16 % Sn). Il est logique de ne trouver que 2 à 5 % d’étain dans la « dendrite » α alors que l’analyse globale décide 9 à 10 % d’étain.

Fig. 16. – Emplacement du prélèvement de l’échantillon aux fins de micrographie sur l’épée de Barésia. Emplacement et mesure des essais de dureté Hv.

Fig. 17. – Micrographie de l’épée de Barésia. Structure dendritique du bronze de la lame.

82La micrographie de l’épée (fig. 17, n° 1) montre bien que l’objet ne présente pas de trace de traitements mécaniques spécifiques ou d’écrouissage critique qui aurait pu expliquer des mesures de 145 Hv. L’âme de la lame montre, par contre, de très nombreuses porosités liées principalement aux conditions de fusion de l’alliage et, notamment, à la présence dans le bain liquide de gaz réducteurs (H2, Co, etc.) qui se libèrent à la solidification. Ceci suffit à expliquer les différences des duretés mesurées en surface et à cœur de l’objet.

83Il apparaît donc que l’épée de Barésia a été élaborée et coulée dans des conditions défavorables. Certaines inclusions sont visibles sur les micrographies (fig. 18 ; photos et analyse au microscope électronique à balayage : laboratoire du C.E.T.H.E.O.R. de Besançon, M. Massin).

84Dans la partie centrale de la coupe, l’espace interdendritique est riche en étain (13 à 15 %), et en cuivre (86 à 84 %). Cependant, le centre des cristaux est plus riche en cuivre (95 à 98 %). La teneur en plomb est quasiment constante (0 à 1,5 %). Le centre de la dendrite est donc constitué de métal plus pur que l’espace interdendritique.

85L’analyse des inclusions montre qu’elles sont à base de plomb qui ne se trouve pas aux mêmes endroits que le soufre et le sulfure de plomb (avec des teneurs en plomb plus ou moins importantes). Ces inclusions proviennent sans doute des impuretés liées aux minerais ou au bronze de refonte qui ont servi à fabriquer cette arme. L’analyse quantitative et qualitative de ces inclusions étendue à d’autres exemplaires devait permettre de cerner les minerais qui les renfermaient de façon peut-être plus sûre que les analyses globales.

86Etant donné la teneur en étain (8,5 %) de l’épée de Barésia, on peut dire, d’après les diagrammes d’équilibre binaire Cu-Sn, que l’artisan a dû porter le bronze à la température de 1 000-1 050° C pour le rendre liquide et le couler. Le même diagramme montre que la ligne du solidus s’est déplacée plus rapidement que la normale pour donner une germination différente ; le refroidissement a pu se faire vers 300° C.

87La structure dendritique de ces objets montre qu’ils sont bruts de coulée, c’est-à-dire qu’ils n’ont subi, après la coulée, aucune modification de structure par un traitement thermique ou mécanique. Si l’arme de Vescles avait une languette en bronze, nous ne savons rien des qualités fonctionnelles de la lame de fer qui était oxydée à cœur. La lame de l’épée de Barésia pose le problème de l’efficacité de ses tranchants, c’est-à-dire de la fonction de l’arme : arme réelle, arme de parade, ou faite pour un usage funéraire ?

Epée hallstattienne en fer du type de Gündlingen trouvée dans le tumulus 3 à Charcier (fig. 19)

88D’une longueur exceptionnelle, cette épée est exécutée d’une seule pièce, soie comprise. Sa lame mesure 4 cm dans sa plus grande largeur. Trois trous rappellent que des rivets maintenaient garde et plaques de matière organique de part et d’autre de la soie pour assurer une meilleure préhension. Des crans à ricasso sont encore visibles.

89L’examen micrographique de l’épée a été effectué sur un échantillon prélevé perpendiculairement au tranchant (fig. 19). Le cliché, pris au voisinage du tranchant, montre des cristaux de perlite et de ferrite en voie de globularisation. La teneur en carbone (0,2-0,3 %) relativement uniforme, exclurait l’hypothèse d’une cémentation.

90La transformation de l’austénite en perlite et en ferrite suggère un refroidissement lent aux alentours de 720° C (fig. 19). La déformation des cristaux a pu être obtenue à la fin du forgeage en phase de refroidissement. La structure cristalline de cette arme ressemble à celle de l’épée hallstattienne en fer de Singen/Hohentwiel (Allemagne Fédérale) (P. O. Boll et W. J. Muster, 1981, fig. 61). L’absence de cémentation a déjà été remarquée par L. Lepage (L. Lepage, 1966 a) à propos de l’étude d’un javelot en fer hallstattien trouve à Vert-la-Gravelle.

Epée hallstattienne en fer de Fertans (fig. 20)

91De provenance exacte inconnue, cette arme a pu être trouvée au siècle dernier, lors de nombreuses fouilles de tumulus du plateau d’Amancey.

92Forgée d’une pièce, l’arme est amputée d’une extrémité de lame et de soie. Deux trous de rivets sont visibles à l’emplacement de la garde. Très corrodée, cette arme, nettoyée à la molette de dentiste, a révélé à la surface de la lame des fibres de métal dont l’aspect et l’orientation indiquent le corroyage.

Fig. 18. – Inclusions des espaces interdendritiques de l’épée de Barésia.

Fig. 19. – Prélèvement de l’échantillon et micrographie sur l’épée de Charcier, tumulus 3.

Fig. 20. – Prélèvement de l’échantillon sur l’épée de Fertans. Les micrographies et leur emplacement.

93Perpendiculairement au tranchant, un échantillon a été prélevé pour examen micrographique (fig. 20). D’un endroit à l’autre de l’échantillon, l’examen de la surface polie montre des grains de tailles différentes, allant de 0,004 à 0,001 μ. En fonction du travail, la répartition de ces grains est dissymétrique : sur l’un des plats de la lame ils sont gros, petits sur l’autre. L’orientation des grains et celle des zones riches en carbone, ainsi que l’allongement de ces derniers, montrent qu’ils sont perpendiculaires à l’axe de la lame ; ces observations indiquent ainsi du centre de la pièce vers les bords le sens de forgeage qui permet la mise en forme des tranchants. La matière ferritique légèrement carburée traduisant un fer pur à 0,10-0,15 % de carbone apparaît sur la micrographie n° 1. Au cœur de l’échantillon on observe sur la micrographie n° 2 des cristaux de ferrite et de perlite à 0,20-0,30 % de carbone. L’autre face du plat de la lame, micrographie n° 3, montre des inclusions et des plages de ferrite et de perlite presque globulaires, avoisinant une teneur en carbone de 0,35 à 0,40 %. Les cristaux de ferrite ne sont pas déformés, mais il y a peut-être une structure de recristallisation.

94Ces observations ont déjà été faites par P. O. Boll et W. J. Muster (1981) à propos de l’épée de Singen/Hottentwiel ou par L. Lepage (1966 b) pour une hache en fer trouvée au Pègue.

Epée hallstattienne en fer du type de Gündlingen trouvée à Soucia (fig. 21)

95Lors des travaux connexes au remembrement exécutés sur la commune de Soucia au lieu-dit Champ de Chat, les engins détruisirent les murgers bouleversant vraisemblablement un tumulus. Après le nivellement du site, la découverte fortuite d’une épée hallstattienne en fer donna lieu à une fouille de sauvetage (A. Magny, M. C. Nierle, P. Petrequin en 1978). Dans cette étude, après la description de l’arme en fer du type de Gündlingen, dotée d’une poignée conservant encore trois rivets en bronze et des traces de tissus entourant la lame, les auteurs proposent un mode de fabrication pour cette arme : « la radiographie de l’épée confirme l’existence d’une âme longitudinale martelée, différente des tranchants de la lame qui semble rapportés sur l’âme axiale... » (p. 93).

96Le dépôt de cette épée à la Direction des Antiquités Préhistoriques de Franche-Comté nous a permis d’en faire une étude micrographique et de confier cette arme à H. Masurel pour qu’il étudie les traces de tissus subsistants. Nous avons profité du bris de la lame pour obtenir à l’endroit de la cassure un échantillon complet de la coupure de la lame (fig. 21).

97De même que pour l’épée de Fertans, la grosseur des cristaux varie d’un endroit à l’autre de l’échantillon. Leur orientation ainsi que celle du carbone suggère le sens du forgeage. La micrographie n° 1 montre une teneur en carbone de l’ordre de 0,25 %. La perlite est en voie de globularisation ce qui ne peut se produire qu’entre 600 et 700° C.

98Selon M. Massin, nous aurions ici une structure de recuit adoucissant. Ce recuit a déjà été observé par E. Marien (E. Marien, 1958) sur l’épée hallstattienne de Morimoine (Belgique). Les cristaux de ferrite de la micrographie n° 2 révèlent un fer presque pur à moins de 0,10 % de carbone. Les cristaux de perlite au centre du cliché ont une teneur en carbone de 0,85 %. La teneur moyenne à cet endroit serait de l’ordre de 0,20 à 0,25 %. La micrographie n° 3 montre des cristaux de ferrite. Des zones fortement décarburées sont constituées de ferrite presque pure a teneur en carbone inférieure à 0,10 %. Les scories sont orientées dans le sens du forgeage.

99L’examen de cet échantillon indique que cette arme ne possède pas de tranchants rapportés, qu’elle n’a pas été trempée. Il s’agit uniquement ici d’un fer doux corroyé avec des plages de métal plus ou moins carburées.

Epée de La Tène moyenne de Chaussin (fig. 22)

100Découverts en 1903, cette épée et son fourreau de bronze ont été restaurés au Laboratoire d’Archéologie des Métaux au Musée du Fer de Jarville (J. Feuvrier, 1905). Les fibres allongées de l’arme traduisent leur corroyage longitudinal. La soie disparue, l’arme mesure néanmoins 90,4 cm de long pour une largeur maximum de la lame de 4,1 cm. Sur la partie proximale de la lame on peut distinguer la marque anthropomorphe du forgeron. Elle représente un artisan assis maniant un marteau. Ces marques, assez rares, indiquent la renommée du forgeron, la qualité de fabrication d’une arme destinée à un personnage important.

101Les grains réguliers et les scories orientées transversalement visibles sur la micrographie n° 3 montrent le sens du forgeage qui met en forme les tranchants (fig. 22). Vers le centre de la lame, le fer est pratiquement exempt de carbone (micrographie n° 1). Les cristaux de ferrite de la micrographie n° 2 sont orientés et forment une structure en forme de V qui est plus riche en carbone et en scories sur les pourtours. Cette structure traduit la technique de fabrication de l’arme. Elle consiste à souder à chaud plusieurs morceaux de métal, puis par chaudes successives le forgeron met en forme la lame.

Fig. 21. – Emplacement du prélèvement de l’échantillon sur la lame en fer de l’épée de Soucia. Micrographies et leur emplacement.

Fig. 22. – Emplacement du prélèvement de l’échantillon et ses micrographies sur l’épée en fer de Chaussin.

102La différence de taille des grains, plus gros notamment au niveau des tranchants (micrographie n° 3) a déjà été observée par A. France-Lanord (A. France-Lanord, 1964) et traduirait, selon lui, un forgeage des tranchants à une température plus élevée qu’au centre de la pièce. Des zones à grains de ferrite presque purs alternent avec des plages plus ou moins carburées qui indiquent les chaudes nécessaires au corroyage de l’arme. E. H. Schulz et R. Pleiner (1965), G. Chapotat (1970) et L. Lepage (1967) ont déjà observé des structures identiques sur des objets de La Tène. Cela confirme le mode de fabrication de telles épées décrit par A. France-Lanord. L’obtention d’une arme semblable à celle de Chaussin se fait en choisissant, après le cinglage de la lame de fer, les morceaux de métal en fer le plus pur. Ces morceaux sont assemblés pour former une ébauche. Les lignes de scories que l’on observe témoignent que la soudure à chaud (par martelage) de ces morceaux n’a pas été poussée à fond. D’autres « lignes » de scories sont le résultat d’un minerai mal réduit. L’ébauche est ensuite allongée en même temps que les tranchants sont préparés. La trace des soudures est marquée sous la forme d’un V dont la pointe est allongée vers le fil de la lame. Le grain de métal, gros au centre de la lame, s’affine vers les tranchants où il s’allonge par suite d’un taux de déformation plus important à basse température ou à froid. Sous l’effet du marteau, les scories amalgamées au fer s’orientent linéairement. Des plages de texture ferritique et perlitique succèdent à des zones décarburées.

103La technique de ces épées en fer n’évolue guère du 1er au 2e Age du Fer : elle reste celle du corroyage ; l’épée de La Tène de Chaussin est un produit mieux fini, mieux élaboré que les exemplaires hallstattiens.

104La présence de cristaux en voie de globularisation semble indiquer un recuit de l’arme aux alentours de 700° C. Les variations des teneurs en carbone, à l’intérieur de l’objet (carbone plus élevé au centre de l’objet que sur l’un des bords de l’arme), soulèvent le problème de la carburation et de la décarburation des fers.

105Il nous semble bien que l’épée de Fertans, carburée au départ, a été ensuite décarburée en surface. L’état très corrodé de cette arme ne permet pas de préciser si l’aiguisage qui durcit les tranchants, en enlevant la partie décarburée, a mis à nu la partie carburée.

106Nous pensons donc que, dès le 1er Age du Fer, les forgerons paniquaient volontairement carburation et décarburation des fers.

107La radiographie de l’arme de Cresancey a permis de déceler le travail du faussaire, celle de l’arme du type d’Auvernier à Chavéria (tumulus IX) révèle l’habileté technique de l’artisan et sa capacité d’invention. Fréquente à l’Age du Bronze, la tradition consistant à assembler une poignée creuse en bronze sur une lame s’est poursuivie jusqu’au 2e Age du Fer. Les débuts du 1er Age du Fer sont marqués, notamment dans l’Est, par l’utilisation conjointe du bronze et du fer : une poignée de bronze est coulée sur une lame de fer à Vescles (tumulus I) et Chavéria (tumulus III). En dehors de cette zone géographique, seul l’exemplaire de Cahors est connu. L’épée à antennes de Saraz à lame de fer et poignée creuse en bronze diffère aussi par son mode d’assemblage des exemplaires du Sud-Ouest de la France. Cette technique non destructive d’investigation a permis d’étudier les différents modes de coulée et de moulage qui ont assuré la production soit de pièces en série, soit, à la fin de l’Age du Bronze, d’armes uniques et personnalisées, réalisées par la fonte à la cire perdue, pour une élite sociale.

108Aux 1er et 2e Ages du Fer également on retrouve cette fabrication très soignée d’armes réservées à une élite avec certaines épées à antennes, des poignards anthropomorphes et des armes portant des sceaux de forgeron comme sur la lame de l’épée de Chaussin.

109Effectuée sur peu d’armes, l’analyse des constituants des bronzes n’a pas permis, dans l’état actuel des recherches, de déceler l’origine des minerais. Par contre, la fabrication d’un type d’épée bien défini, celui de Gündlingen, est individualisée et couvre faire de diffusion hallstattienne : cette production s’oppose à celle du Bronze Final caractérisée par un fort apport de plomb. De nombreuses autres analyses mériteraient d’être effectuées afin de mieux cerner si l’existence d’une métallurgie occidentale se heurte à celle d’une métallurgie orientale, enfin si d’autres classes typologiques peuvent être mises en évidence et si des ateliers de production peuvent être individualisés.

110Grâce aux diagrammes thermiques et à la connaissance des constituants, les problèmes de fusion et de solidification des alliages ont pu être abordés. La recherche de l’amélioration de la température des fours a joué un rôle dans la diffusion du fer et dans le remplacement du bronze par le nouveau métal.

111Les mesures de dureté précisées par les études micrographiques font découvrir les modes de fabrication des armes des Ages du Bronze et du Fer ainsi que les traitements appliqués aux tranchants pour les rendre plus performants. La fabrication d’un objet fini en bronze passe par différentes étapes qui montrent la variété des opérations nécessaires à son élaboration. Les mêmes lois et les mêmes contraintes métallurgiques régissent la réduction du minerai de fer. Le produit brut obtenu, lingot ou loupe, n’est cependant pas un objet achevé. Après affinage du produit brut, le travail de la forge prend toute son importance. En effet, pour être forgé, le fer doit être décarburé et il doit être carburé pour être durci. Un fondant (oxyde de fer, battitures) et une chauffe à 800° ont dû permettre la décarburation de la lame de l’épée de Chaussin et en faciliter le forgeage. Ni trempe ni tranchants rapportés n’ont été constatés sur les pièces étudiées ; une continuité des techniques de fabrication est attestée cependant tout au long des 1er et des 2e Ages de Fer.

Bibliographie

Bibliographie

Annuaire statistique du département du Doubs – Besançon, 1893, p. 55-56.

Berlin J., 1977 : Le graphique et le traitement graphique de l’information. Flammarion, 277 p. et fig.

Boll P. O. et Muster W. J., 1981 : « Metallkundliche Untersuchung des Eisenschwertes von Singen am Hohentwiel », Fundberichte aus Baden-Würtemberg, B.6, p. 113-119.

Bourhis J., 1964-1965 : in Giot P. R., Bourhis J. et Briard J. : Analyses spectrographiques d’objets préhistoriques antiques, première série, Travaux du Laboratoire d’Anthropologie préhistorique, Rennes, 125 p.

Buchsenschutz O., Willaume M. et Gablin P., 1979 : « Le site du Bronze Final – 1er Age du Fer des Grandes Chapelles à Brion (Indre) », B.S.P.F., t. 76. p. 408-420.

Castan A., 1858 : « Les tombelles celtiques et romaines du Massif d’Alaise », Mém. Soc. Emulation du Doubs, p. 555-582.

Chapotat G., 1970 : Vienne gauloise, le matériel de La Tène III trouvé sur la colline de Sainte-Blandine (Lyon), Centre d’Etudes Romaines et Gallo-Romaines de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Lyon, 2 vol., 186 p. et 56 pl.

Cowen . J. D., 1967 : « The Hallstatt Sword of Bronze on the Continent and in Britain », Proceedings of the Prehistoric Society, t. XXXIII.

Drack W., 1972-1973 : « Waffen und Messer der Hallstattzeit aus dem Schweizerischen Mittelland und Jura », Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 57, Bâle, p. 119-168.

Feuvrier J., 1905 : « Note sur une épée de La Tène trouvée à Chaussin (Jura) », Homme préhistorique, 3, fig. 51.

France-Lanord A., 1964 : « La fabrication des épées de fer gauloises », Revue d’Histoire de la Sidérurgie, t. V, 4, p. 315-327, 5 fig., 6 pl.

Gomez J., Mohen J.-P., 1981 : « Les plus vieux objets en fer de France », Actes des trois symposiums des Comités pour la sidérurgie ancienne de l’U.I.S.P.P., Schaffhausen und Zurich, oct. 1979, Schaffhausen Meili, p. 56.

Hallstatt Kultur (Die). Frühform europaïscher Einheit International Ausstellung des Landes Oberösterreich, October, Schloss Lamber-Steyr, Autriche, 333 p. et fig. (catalogue d’exposition).

Joffroy R., 1958 : Les sépultures à char du premier Age du Fer en France, Paris, Picard, 163 p. et fig.

Junghans S., Sangmeister E., Schroder M., 1960 et 1968 : Metallanalysen Kupferzeitlicher und frühbronzezeitlicher Bodenfunde aus Europa, Studien zu den Anfangen der Metallurgie, Band I, Berlin, 1 et 2.

Lagrange Ph., 1981 : Bronzes antiques découverts à Besançon, Collection du Musée I, 138 p. et fig.

Lepage L., 1966 a : « Etude d’un fer de javelot hailstattien de Vert-la-Gravelle (Marne) », Mém. Soc. Agriculture, commerce, sciences et arts du départ, de la Marne, t. LXXXI. p. 7-11.

Lepage L., 1966 b : « Recherches métallurgiques sur les objets en acier provenant du Pègue », Cahiers rhodaniens, XIII, p. 1-15.

Lepage L., Claisse F., 1967 : « Une épée de La Tène II trouvée à Saint-Dizier (Haute-Marne) », R.A.E., t. XVIII, p. 1-9.

Magny A., Nierle M.-Cl., Petrequin P., 1978 : « Habitats et sépultures de l’Age du Fer aux environs de Clairvaux-les-Lacs (Jura) », R.A.E., t. XXIX, fasc. 1-2, p. 85-104.

Marien M.-E., 1958 : Trouvailles du Champ d’Urnes et des tombelles hallstattiennes de Court-Saint-Etienne, Musée Royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, 269 p. et fig.

Massin M., 1968 : Cours de métallurgie ; métallurgie générale, I, 59 p. et fig. Traitement thermique, II, 61 p. et fig. Aciers à outils, alliages de cuivre, III, 107 p. et fig., C.E.T.E.H.O.R.

Millotte J.-P., 1965 : « Informations archéologiques », Gallia Préhistoire, t. VIII, p. 85 et 88.

Millotte J.-P., 1981 : « Typologie, importations et relations culturelles à propos de l’épée de Villoncourt (Vosges) », R.A.E., t. XXXII, fasc. 3-4, p. 145-150.

Mohen J.-P., 1977 : L’Age du Bronze dans la région de Paris, Catalogue synthétique des collections conservées au Musée des Antiquités Nationales, Musées Nationaux éd., Paris, 263 p. et fig.

Mohen J.-P., 1980 : « L’Age du Fer en Aquitaine », Mém. soc. préhistor. française, t. 14, 337 p. et 201 pl.

Müller-Karpe H., 1961 : Die Vollgriffschwerter der Urnenfelderzeit aus Bayern, Münich, 134 p., 103 pl.

Pajot B., 1978 : « Radiographies de quelques épées à antennes de la région Midi-Pyrénées », B.S.P.F., 75, p. 610-624, 6 fig.

Perron E., 1880 : La Motte d’Apremont. Matériaux, p. 337-359.

Perron E., 1882 : « Les tumulus de la Saône supérieure », R.A., XLIII, 2e série, p. 65-73 et 129-140.

Pittioni R., 1949 : « Specktranalytische Untersuchungen von Bronzen aus Hallstatt O.O., Ein Beitrag zum Problem der Chronologie der urzeitlichen Kupferbergwesens in Osterreich », Mitteilungen der Prähistorischen Kommission der Akademie der Wissenschaften, Vienne, t. V, 4, p. 103-125, 3 pl.

Rieth A., 1942 : Die Eisentechnik der Hallstattzeit, Leipzig, 178 p. et fig., 1 dépliant.

Rieth A., 1950 : « Werkstattkreise und Herstellungstechnik der Hallstattzeitlichen Tonnenarmbänder », Zeitschrift für schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte II, p. 1-16.

Ruoff U., 1974 : « Die frühe und die entwickelte Hallstattzeit », Ur- und Frühgeschichtliche Archäologie der Schweiz, Die Eisenzeit, B. IV, Bâle, p. 5-18.

Schauer P., 1971 : « Die Schwerter in Süddeutschland, Osterreich und der Schweiz I », Prähistorische Bronzefunde, IV, 2, Munich, 2 vol., p. 212.

Schulz E. H., Pleiner R., 1965 : « Untersuchungen an Klingen eiserner Lateneschwerter », Technische beiträge zur Archäologie II, Mayence, p. 38-51, 18 pl.

Vuaillat D., 1969 : « Les épées d’Auvernier et de Tachlovice, leur répartition en France. Etat de la question en 1968 ». B.S.P.F., t. 66, p. 283-288.

Vuaillat D., 1982 : Nouvelle contribution à la connaissance des civilisations de la fin de l’Age du Bronze et de l’Age du Fer en Franche-Comté : études métallographiques. Thèse de 3e cycle dactylographiée, 301 p. et fig.

Wyss R., 1967 : Bronzezeitlischegusstechnik aus den schweizerischen Landesmuseum, Bern. 19, fig. 13.

Wyss R., 1974 : « Technik, Wirtschaft Handel und Kriegwesen der Eisenzeit », Ur und Frühgeschichtliche Archäologie der Schweiz, B. IV, Bâle, p. 105-138.

Notes

1 Qu’il me soit permis de remercier ici ceux qui m’ont appris les techniques métallurgiques ou qui m’ont accueilli à Besançon dans leur laboratoire en m’autorisant à utiliser l’appareillage : Monsieur Henriet, professeur à l’Ecole d’Horlogerie, Usine LIP (Industrie de Patente), Monsieur Massin, Directeur du Laboratoire de Recherches du C.E.T.H.E.O.R., Monsieur Mignot, Laboratoire de Physique des solides, Faculté des Sciences, Monsieur Roussey, ingénieur.
Monsieur Bourhis, Ingénieur au laboratoire d’Anthropologie Préhistorique à Rennes a accepté d’analyser des séries d’échantillons en accord avec P. R. Giot, Directeur du laboratoire et de J. Briard, responsable de l’E.R.A. n° 27 du C.N.R.S.
Grâce à la compréhension des Conservateurs des Musées de Besançon (C. Legrand et Ph. Lagrange), de ceux de Chalon-sur-Saône (L. Bonnamour) et de Strasbourg (J.-J. Hatt), des prélèvements ont été effectués sur les épées hallstattiennes en bronze conservées dans ces musées. J. Bourhis du Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire de Rennes, a bien voulu prendre en charge ces échantillons et en effectuer l’analyse quantitative et qualitative par spectrographie et électrolyse.

Notes de fin

* Cet article est un extrait d’une étude plus générale sur la paléométallurgie des Ages du Bronze et du Fer en Franche-Comté, qui constituait une thèse de 3e cycle soutenue à Tours en 1982 : Nouvelle contribution à la connaissance des civilisations de la fin de l’Age du Bronze et de l’Age du Fer en Franche-Comté. Nous en avons extrait ce qui concerne le thème du colloque, c’est-à-dire les armes hallstattiennes.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Epées en bronze du type d’Auvernier. – 1 : schéma morphologique d’une épée du type d’Auvernier (A : extrémité proximale de la fusée ; B : demi-sphère de matière organique ; C : élément de pommeau amovible, fait d’une demi-sphère en bronze ; C* : languette en bronze de l’élément amovible C pouvant se riveter dans la poignée ; D : assemblage d’un rivet et de la matière organique ; E : joues évidées dans le bronze, recevant de la matière organique : F : languette tripartite de la lame ; G : quillon). – 2 : épée en bronze du type d’Auvernier de Chavéria, tumulus IX. – 3 : dessin de la radiographie de l’épée de Chavéria, tumulus IX. – 4 : l’épée éponyme d’Auvernier d’après R. Wyss.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 2. – Epée et poignard en bronze de Cresancey. Faux moderne. Dessin de la radiographie. Faux poignard du « type du Rhône » et fausse épée du « type de Mürigen ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 3. – Epées hallstattiennes à poignée de bronze coulée sur lame en fer. Dessins de leur radiographie. – 1 : Chavéria, tumulus III, type Mindelheim. – 2 : Vescles, tumulus I, type Gündlingen. – 3 : Cahors, type Gündlingen (M.A.N. 14839, dessin J.-P. Mohen). – 4 : schéma du procédé permettant l’obtention des poignées 1, 2 et 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 4. – Poignard du tumulus de La Motte à Apremont : radiographie de la poignée et de la bouterolle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 5. – 1 : épée à antennes de Saraz, tumulus 1 du Fourré et radiographie de sa poignée. – 2 : radiographie de la poignée de l’épée de Cazals (d’après B. Pajot, 1978).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 6. – 1 : poignard en fer à antennes d’Alaise, tumulus 1 de La Combe Bernon, radiographie de l’assemblage antennes-soie. – 2 : poignard en fer à antennes de Fertans, tumulus III de La Combe Rompue à Fertans,
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 7. – 1 : pommeau de poignard anthropomorphe en bronze trouvé à Besançon, rue Mégevand (a : schéma d’assemblage de ce type de poignard ; b : position du pommeau sur la poignée de l’arme). – 2 : manche de poignard votif à caractère anthropomorphe trouvé à Besançon, Arsenal.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 8. – Graphiques comparatifs des compositions des bronzes de l’épée proto-hallstattienne, Essonne L. 24.26. Graphique de gauche d’après J.-P. Mohen, 1977. Graphique de droite d’après D. Vuaillat, 1981. Le graphique de droite tient compte du calcul de « l’écart-type » des composants des deux épées concernées. Analyse Essonne L. 24.26 :
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 9. – Graphique comparatif des compositions des bronzes de douze épées de l’Age du Bronze et du 1er Age du Fer. Tous les individus sont représentés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 10. – Graphiques comparatifs des compositions des bronzes d’épées du Bronze Final et du 1er Age du Fer. 1 : épée du Bronze Final d’Auvernier. 2 : épée du Bronze Final, Essonne L. 24.19. 3 : épée du Proto-Hallstatt Essonne L. 24.25. 8 : épée hallstattienne de Lissac Mouret. 12 : épée hallstattienne de Vescles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 11. – Graphique comparatif des compositions des bronzes d’épées hallstattiennes du type de Gündlingen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 12. – Graphiques comparatifs des compositions des bronzes d’épées hallstatiennes de Brion (Indre). 1: même composition des impuretés sur les axes que pour les autres graphes. L’axe de l’argent est vide. 3 : pour assurer une continuité graphique dans la jonction des points sur les axes, l’axe représentant Sb a été permuté avec celui de l’argent.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 13. – Analyse factorielle des composants minéraux des épées en bronze hallstattiennes (rectangle noir) et de deux épées de l’extrême fin du Bronze Final (cercle noir).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Fig. 14. – Analyse des correspondances des compositions des bronzes des épées en bronze hallstattiennes (triangle noir), du matériel de bronze de la cachette de Plainseau (cercle noir) (extrait du tableau général A.F.C. Bronze Français, J.-C. Blanchet, Decormeille).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 15. – Indices de dureté Vickers obtenus sur quatre lames d’épées en fer des 1er et des 2e Ages du Fer en Franche-Comté. (Le poids de la charge utilisé pour chaque essai est indiqué. Sous chaque échantillon est indiqué l’indice de dureté Hv.)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 16. – Emplacement du prélèvement de l’échantillon aux fins de micrographie sur l’épée de Barésia. Emplacement et mesure des essais de dureté Hv.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 17. – Micrographie de l’épée de Barésia. Structure dendritique du bronze de la lame.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 18. – Inclusions des espaces interdendritiques de l’épée de Barésia.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 19. – Prélèvement de l’échantillon et micrographie sur l’épée de Charcier, tumulus 3.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 20. – Prélèvement de l’échantillon sur l’épée de Fertans. Les micrographies et leur emplacement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 21. – Emplacement du prélèvement de l’échantillon sur la lame en fer de l’épée de Soucia. Micrographies et leur emplacement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 22. – Emplacement du prélèvement de l’échantillon et ses micrographies sur l’épée en fer de Chaussin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21018/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search