Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Importations méditerranéennes en Gaule, et plus particulièrement dans la Vallée de La Saône

Les amphores romaines et l’histoire économique de la Gaule, IIe siècle avant – Ier siècle après J.-C. : bilan et perspectives

Yves Roman

Texte intégral

  • 1 F. Benoit, « Amphores et céramiques de l’épave de Marseille », Gallia, XII, 1954, I, p. 35-54. – F. (...)
  • 2 On peut comparer, à titre d’exemples, les dates données par N. Lamboglia aux diverses amphores retr (...)
  • 3 « Les premiers résultats de ces fouilles montrent l’intérêt du gisement archéologique sous-marin : (...)
  • 4 « Le premier résultat des fouilles sous-marines, au point de vue archéologique, est de mettre au jo (...)
  • 5 La seule fouille du Grand Congloué a livré près de deux mille amphores estampillées au nom de Sesti (...)

1Au tournant des années 60, lorsque, grâce à la fouille du Grand Congloué1, apparut l’archéologie sous-marine, elle fut appréhendée comme une nouvelle science capable de combler les lacunes de l’archéologie terrestre. Par la pesanteur même de la durée, les stratigraphies terrestres n’étaient pas toujours susceptibles de fournir la précision d’une date. Un quart de siècle, dix ans d’approximation apparaissaient, très souvent, comme un idéal parfois difficile à atteindre2. La mer, au contraire, ne souffrait pas, du moins en principe, ce langage. Tout naufrage correspondait à un moment bien déterminé d’une histoire. La découverte d’une épave se doublait de la possibilité d’assigner une chronologie très serrée au matériel arraché à la mer3. De plus, celui-ci se présentait en masses considérables comparées aux moissons terrestres4. Le quantitatif faisait irruption dans l’histoire de l’Antiquité5.

  • 6 F. Benoit, ibid., p. 28-36, p. 99-101. Sur l’Orient grec v. les mises au point de J.-L. Ferrary et (...)
  • 7 F. Benoit, art. cit., Rev. d’Et. Ligures, XXIIIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1957, p. 272-278. – F. B(...)
  • 8 J. Hatzfeld, « Les Italiens résidant à Délos mentionnés dans les inscriptions de l’île », B.C.H., 3 (...)
  • 9 J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, Paris, 1919, p. 31 et suiv. note qu (...)
  • 10 Sur celles-ci T. R. S. Broughton, « Roman Asia Minor », dans Tenney Frank, An Economic Survey of An (...)

2Le résultat de la fouille du Grand Congloué, la première d’une longue série, sembla passer toute espérance. L’Orient grec, si important dans l’histoire de Rome, manifestait son rôle à travers une partie de la cargaison, d’origine orientale certaine (amphores de Cnide, amphores de Rhodes, bols « déliens »)6. L’estampille (SES avec l’ancre ou le trident) des nombreuses amphores romaines (Dressel 1) retrouvées grâce à la fouille était attribuée à un commerçant et l’on y avait lu le nom de Sestius7. Or celui-ci n’était pas un inconnu, semblait-il. C’était celui d’un citoyen de Frégelles, M. Sestius qui, vraisemblablement en raison de son important commerce, reçut la proxénie à Délos à une date imprécise du début du iie siècle av. J.-C.8. Il figure, de ce fait, en bonne place parmi les Romaoi commerçant en Orient9. Ainsi, grâce à la fouille du Grand Congloué, non seulement les liens commerciaux entre l’Orient et l’Occident se trouvaient une nouvelle fois affirmés, voire constatés, mais surtout il semblait désormais possible de vérifier, grâce à l’archéologie sous-marine, certaines des conclusions fournies par les sources littéraires ou épigraphiques10. En un mot, l’archéologie sous-marine et l’histoire semblaient heureusement concourir à la découverte du passé.

  • 11 J. Coupry, « Informations archéologiques. IXe Circonscription », Gallia, XVII, 1959, 2, p. 377-378.
  • 12 IV, 1, 14.
  • 13 J. Jannoray, Ensérune. Contribution à l’étude des civilisations préromaines de la Gaule méridionale(...)
  • 14 R. Etienne. Bordeaux antique, Bordeaux, 1962, p. 98-100.
  • 15 C.I.L., X, 844. – R. Etienne, Bordeaux..., p. 99.
  • 16 R. Etienne, ibid., p. 99-100.
  • 17 Cicéron, De Rep., III, 9, 16. Ce texte a fait l’objet d’une étude de A. Aymard, « L’interdiction de (...)

3Volonté des hommes, ironie du sort, l’archéologie terrestre sembla, dans le même temps, aboutir à des conclusions similaires. La découverte à Bordeaux d’une amphore estampillée au nom de M. Porcius11 achevait, en effet, de matérialiser la route transcontinentale célébrée autrefois par Strabon12. L’estampille était connue depuis plus ou moins longtemps à Ensérune, Vieille-Toulouse et Agen13 ; elle fut considérée comme celle d’une amphore vinaire et italique, c’est-à-dire comme une illustration nouvelle, la plus parfaite peut-être, de ce commerce italique qui avait fait la richesse de la Campanie14. Bien plus, les Porcii ne manquaient pas dans cette région, le plus célèbre étant M. Porcius M. f. qui éleva le théâtre de Pompéi15. Ne pouvait-on conclure alors que c’est lui qui avait apposé son nom sur les amphores découvertes en Gaule ainsi qu’à Pompéi16 ? Epigraphie et archéologie concouraient, une fois encore, à l’écriture d’une histoire totale, illustrant un texte de Cicéron qui, à travers un pseudo-discours de Scipion Emilien, définit un impérialisme économique : « Quant à nous, les plus justes des hommes, qui ne permettons pas aux nations transalpines de planter l’olivier et la vigne afin de donner plus de prix à nos oliveraies et à nos vignobles, puisque nous agissons de la sorte, on dit que nous agissons habilement, non justement : comprenez par là que la sagesse diffère de l’équité »17.

  • 18 R. Pascual Guasch, « Centros de produccion y diffusion geografica de un tipo de anfora », VII Congr (...)
  • 19 Sur ces importantes productions tarraconaises, v. également R. Pascual Guasch, « Las anforas de la (...)
  • 20 A. Tchernia, « Les amphores vinaires de Tarraconaise et leur exportation au début de l’Empire », A. (...)
  • 21 Strabon, III, 2, 6 et Columelle, De re rust., I, praef. 20, ne parlent, pour l’époque d’Auguste, qu (...)
  • 22 A. Tchernia, art. cit., A.E.A., 44, 1971, p. 79-81. Contra R. Etienne, « A propos du vin pompeien » (...)

4Une trouvaille espagnole remit tout en cause ou plutôt imposa l’idée que les rapprochements de l’archéologie sous-marine ou terrestre et de l’histoire exigeaient des conditions beaucoup plus draconiennes que celles qui avaient été envisagées jusqu’ici. La découverte de R. Pascual Guasch en Catalogne n’avait rien de spectaculaire : des rebuts de cuisson et des fours18. Mais ceux-ci étaient nombreux et la conclusion de leur fouille non moins formelle. Les amphores à haut bandeau de type de celles de M. Porcius n’étaient pas des Dressel 1 et la Catalogne les avait produites en grande quantité19. Face au vide significatif des cartes de répartition italiennes, une seule solution s’esquissait, celle d’André Tchernia : M. Porcius était espagnol20. Dictée par l’importance des découvertes, cette conclusion n’était pas moins audacieuse. Elle s’imposait contre l’ensemble des sources littéraires antiques qui ne parlent du vin de cette région qu’à une date largement postérieure au règne d’Auguste, date d’apparition de ces amphores21. Elle exigeait, de même, de croire qu’à la fin du ier s. av. J.-C. et au début du ier s. de notre ère la Méditerranée occidentale avait vu s’instaurer un commerce du vin quantitativement très supérieur à tout ce qui avait été envisagé jusqu’ici22.

5Mais la méthode était forgée. La définition de région productrice nécessitait la découverte de fours ayant servi à la cuisson de ces amphores ou, éventuellement, l’existence de très importants dépôts terrestres. Dans le même temps, la chronologie des objets découverts devait être précisée par d’autres moyens que l’attribution à tel ou tel personnage célèbre. Enfin, une fois l’identité de l’objet établie ainsi que sa chronologie, sa répartition géographique prenait une réelle signification, celle d’un commerce. Chemin faisant, trois axes majeurs de recherches se définissaient d’eux-mêmes, la recherche des lieux de production, de la chronologie des objets et, enfin, des aires de production.

Fig. 1. – Types d’amphores Dressel 1 (1. amphore Dressel 1 A du Grand Congloué ; 2. Dressel 1 B d’Albenga ; 3. Dressel 1 C de Capo Mele) (d’après N. Lamboglia).

  • 23 D. Manacorda, « The Ager Cosanus and the Production of the Amphorae of Sestius : New Evidence and a (...)
  • 24 L’inventaire établi par Y. Roman, G. Rancoule, « Les amphores de Sestius de La Lagaste et de sa rég (...)
  • 25 D. Manacorda, art. cit., dans A. Giardina, A. Schiavone, ouv. cit., p. 4-5.
  • 26 Un four ayant produit des Dr. 1 A et Dr. 1 B, et peut-être des Dr. 2/4, a été découvert à Albinia e (...)
  • 27 A. Tchernia, P. Pomey, A. Hesnard, L’épave romaine de la Madrague de Giens (Var), Paris, 1978, p. 3 (...)
  • 28 A. Hesnard, « Note sur un atelier d’amphores Dr. 1 et Dr. 2/4 près de Terracine », M.E.F.R.A., 89, (...)
  • 29 Il est, d’ailleurs, clair que ce conteneur fut d’abord du type Dressel 1 puis Dressel 2/4, cette mu (...)
  • 30 D. P. S. Peacock, art. cit., Antiquaries Journal, LVII, 1977, p. 262-269. C. Panella, « Retroterra, (...)

6La recherche des lieux de production, qui est loin d’être achevée, a déjà permis des conclusions d’un grand intérêt. La plus importante est, sans doute, la découverte, contrairement aux schémas trop simples utilisés il y a quinze ans, que la Campanie ne fut pas la seule région exportatrice. Un dépôt considérable d’amphores de Sestius a, en effet, été découvert près de Cosa, en Etrurie23. Le four manque, mais il est clair que nous sommes là dans, ou près de, la région productrice de ces amphores, en raison de la présence de la totalité, ou presque, des symboles qui accompagnent le nom de Sestius sur les estampilles découvertes en Espagne et en Gaule24. Il est vrai, aussi, que la pâte des amphores de Cosa diffère de celle des vaisseaux vinaires du Grand Congloué et que des analyses physiques et chimiques, qui sont en cours, devront nous éclairer sur le nombre et l’importance des diverses séries25. Il est également clair aujourd’hui que l’Etrurie26 ne fut pas la seule région de l’Italie à contester le monopole campanien. La recherche de l’origine des amphores Dressel 1 B de P. Veveius Papus rencontrées sur l’épave de la Madrague de Giens27 a conduit A. Hesnard à mettre en valeur une découverte du xixe siècle dans le Sud du Latium à Canneto, près de Fondi (autrefois Fundi). Plusieurs fours y ont, depuis, été mis au jour28 et il est évident que nous sommes là dans une autre région productrice de vin ayant fabriqué leur conteneur, les amphores de P. Veveius Papus et bien d’autres (gréco-italiques, Dressel 1, Dressel 2/4)29. Il faut ajouter, enfin, que des fours ayant servi à la cuisson d’amphores gréco-italiques, Dressel 1, Dressel 2/4, ont été mis au jour dans la région de Mondragone et de Sinuessa30, c’est-à-dire dans cette Campanie traditionnellement exportatrice de crus très nombreux. Ces découvertes, à elles seules, dictent, une fois encore, la recherche à venir. Il est évidemment très important, non seulement de connaître avec le plus de précision possible les régions exportatrices de vin, mais surtout de découvrir la façon dont elles se sont réparti le marché, sur le plan géographique et chronologique, voire, si cela est possible, quantitativement. Il est vrai, également, que la recherche a tout à espérer d’une clarification éventuelle de cette nébuleuse de formes que recouvre le terme de Diessel 1 et même de Dressel 1 A. Il suffit pour s’en persuader de comparer les amphores données, à juste titre, comme appartenant à ce dernier type et retrouvées sur le seul site du Grand Congloué (fig. 1 et 2).

  • 31 En dernier lieu, P. Y. Genty, J. L. Fiches, « L’atelier de potiers gallo-romains d’Aspiran (Hérault (...)
  • 32 F. Laubenheimer, F. Wideman, « L’atelier d’amphores de Corneilhan (Hérault). Typologie et analyse » (...)
  • 33 J. Coupry, « Informations archéologiques. Circonscription d’Aquitaine », Gallia, XXV, 1967, 2, p. 3 (...)
  • 34 M. Labrousse, « Informations archéologiques. Circonscription de Midi-Pyrénées », Gallia, 34, 1976. (...)
  • 35 R. Dion, Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe siècle, Paris, 1959, p. 105- (...)
  • 36 Sur celui-ci R. Dion, ouv. cit., p. 107, R. Etienne, ouv. cit., p. 101 et suiv.

7La recherche des lieux de production ne se limita pas à l’Italie. C’est ainsi que plusieurs publications ont permis d’envisager l’utilisation et la production d’amphores Pascual 1 (fig. 3) et Dressel 2/4 (fig. 4) en Gaule du Sud. Divers fours ont été découverts à Aspiran (Hérault, production : Pascual 1)31, comme à Corneilhan (Hérault, production : Pascual 1 et Dressel 2/4)32 et l’importance régionale de leur diffusion est en cours d’évaluation. Une estampille d’Aspiran LAETI (L. Aetius ?) n’a-t-elle pas été retrouvée à Agen33 ? Une découverte insuffisamment publiée mérite, en cette matière, d’être notée. C’est celle d’un four ayant produit des amphores Pascual 1 à Montans (Tarn)34. Le lieu vaut d’être relevé car il s’agit d’une de ces régions soumises en définitive moins d’un siècle auparavant par César ou ses légats et capable, à la fin du ier s. av. J.-C. ou peu après notre ère, de produire des amphores de forme ibérique. En fait, c’est à un autre titre que l’importance du lieu doit être soulignée. Montans est situé à 4 km de Gaillac. Or, c’est à Gaillac que R. Dion a placé, par hypothèse, le vignoble intermédiaire entre ces deux régions méditerranéennes et celui, plus tardif, du Bordelais35. Son intuition se trouve donc confirmée de manière éclatante et surtout la date, somme toute tardive, du vignoble du Bordelais36.

Fig. 2. – Types d’amphores Dressel 1 A de l’épave du Grand Congloué (d’après F. Benoit).

Fig. 3. – Types d’amphores Pascual 1 (d’après R. Pascual Guasch).

Fig. 4. – Types d’amphores Dressel 2/4 (d’après L. Farinas del Cerro, W. Fernandez de la Vega, A. Hesnard). Echelle 1/10.

  • 37 Les fours qui ont produit des amphores Dr. 2/4 en Italie sont ceux de la région de Fondi (Terracine (...)
  • 38 Pour la Tarraconaise, R. Pascual Guasch, art. cit., VII Congreso Nacional de Arqueologia, Barcelona (...)
  • 39 Il s’agit des fours de Velaux (Bouches-du-Rhône) et de Corneilhan (Hérault). A. Tchernia, J.-P. Vil (...)
  • 40 V. en attendant L. Farinas del Cerro, W. Fernandez de la Vega, A. Hesnard, « Contribution à l’établ (...)
  • 41 A. Tchernia, « L’atelier d’amphores de Tivissa et la marque « SEX DOMITI » », L’Italie préromaine e (...)
  • 42 F. Laubenheimer refuse à son tour l’appellation générique la plus couramment utilisée en France pou (...)
  • 43 Strabon, V, 1, 8 ; V, 1, 12 ; Pline, N.H., XIV, 132, qui constituent les plus anciennes mentions de (...)
  • 44 P.-M. Duval, La vie quotidienne en Gaule pendant la paix romaine (Ier-IIIe siècles après J.-C.), Pa (...)
  • 45 R. Dion, Histoire de la vigne…, p. 166.

8Avec les Dressels 2/4 le problème se complique encore, si cela est possible. Ces amphores ont certainement été produites pour la première fois en Italie où elles se rencontrent en nombre37. Mais de nombreux fours sont aussi connus en Espagne38 et en Gaule39. La distinction des diverses séries est évidemment non seulement souhaitable mais de très grande importance. Elle seule peut permettre une évaluation correcte des courants commerciaux. Cette entreprise se fera naturellement par l’examen des pâtes mais il est possible que celui des formes aboutisse au même résultat. La publication de la thèse d’Antoinette Hesnard devrait permettre de savoir si cette ambition est aujourd’hui légitime40. C’est une démarche similaire qui permet de séparer les Dressel 28 d’Espagne41 de très nombreuses amphores de formes proches élaborées en Gaule et à qui F. Laubenheimer a attribué le nom de gauloises, marquant par là un moment privilégié de l’histoire de la Gaule42. Avant que le tonneau, invention celtique43, ne se répande souverainement, les Gaulois, ou plutôt les Gallo-Romains, élaborèrent ces formes qui leur permirent de transporter et de vendre les produits de vignes créées à l’instigation de Rome44 et qui constituèrent le « monument romain » si justement décrit par R. Dion45.

  • 46 F. Benoit, art. cit., Rev. d’Et. Ligures, XXIIIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1957, p. 251.
  • 47 F. Benoit, ibid., p. 256.
  • 48 La typologie et la chronologie des amphores gréco-italiques viennent d’être précisées par E. Lyding(...)
  • 49 Par exemple, R. Vighi, « Tuscania. Scoperta di tombe a camera di età etrusco-romana e di frammenti (...)
  • 50 G. Fouet, « Un nouveau puits funéraire gaulois rue Saint-Roch à Toulouse », Mém. de la Soc. Arch. d (...)
  • 51 Le dernier état des découvertes sous-marines a été établi il y a maintenant plusieurs années. R. Le (...)
  • 52 V. Y. Roman, « Chronologie du commerce italique et économie monétaire en Gaule du sud aux iie et ie (...)

9Comme pour les lieux de production, les découvertes effectuées depuis quinze ans ont permis de préciser largement la chronologie. Et comme pour l’étude des régions d’origine des diverses amphores, ces trouvailles infirment passablement les hypothèses faites autrefois. En se fondant sur la seule forme des amphores grecques et romaines, il était plus que cohérent d’envisager avec F. Benoît l’existence non pas d’une mais de deux formes de transition entre le monde grec et celui de Rome. La première est toujours dite aujourd’hui gréco-italique (la gréco-italique à lèvre inclinée de F. Benoît)46, la seconde n’est autre que la Dressel 2/4 (gréco-italique à lèvre en bourrelet de F. Benoît)47. Il est clair, en effet, que l’allongement progressif de la première, assorti d’autres modifications moins immédiatement visibles, lui fait assurer la transition entre les amphores grecques, voire les gréco-italiques anciennes, et les Dressel 148. L’évolution fut lente et s’échelonna sur un siècle sinon davantage et permit de passer de ces formes un peu lourdes du iiie s. av. J.-C., qui sont parfois décorées en Italie49, à celles parfaitement standardisées des épaves du iier s. av. J.-C. La difficulté, la discussion ne résident cependant pas là. Elles portent sur la date de fin de fabrication de ces objets. En se fondant sur la découverte de nombreux puits funéraires renfermant des gréco-italiques en même temps que des objets de la fin du ier s. av. J.-C., les archéologues du Toulousain ont envisagé, en effet, la production d’amphores de ce type jusqu’au règne d’Auguste50. Or, aucune épave chargée d’amphores gréco-italiques datée du ier s. av. J.-C. n’a été découverte à ce jour51. Il est donc désormais clair que, si les puits funéraires du Toulousain sont des milieux clos, ils ne sont pas homogènes. En un mot, ceux qui les ont scellés, en une seule fois, y ont précipité des objets de diverses époques et rien ne permet d’affirmer que les amphores gréco-italiques ont dépassé la fin du iie ou le début du ier s. av. J.-C.52.

  • 53 F. Benoit, art. cit.. Rev. d’Et. Ligures, XXIIIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1957, p. 256, parle d’am (...)
  • 54 A. Hesnard, art. cit., M.E.F.R.A., 89, 1977, 1, p. 161 et n. 24.
  • 55 A. Hesnard, art. cit., p. 162, n. 28, qui se réfère à l’étude effectuée lors de la fouille du navir (...)
  • 56 R. Bianchi Bandinelli, Rome, le centre du pouvoir. L’art romain des origines à la fin du deuxième s (...)

10La chronologie des amphores Dressel 2/4 a, dans le même temps, été précisée et a révélé quelques surprises. Cette forme, comme l’a bien vu F. Benoît, est directement inspirée de celles de certaines amphores grecques53. Elle ne fait cependant pas transition entre les amphores grecques et romaines, de type Dressai 1. Au lieu de précéder celle-ci, elle lui succède, constituant l’amphore du Haut-Empire romain dans toute la Méditerranée occidentale. Les arguments avancés à l’appui de cette affirmation par A. Hesnard sont, en effet, indiscutables54. Il faut donc considérer, avec elle, l’avantage de ce choix qui permit de transporter environ 30 % de vin supplémentaire sur des navires aux capacités identiques55. Il faut aussi noter que cette évolution est conforme à celle de l’art romain et aux influences grecques manifestées sous Auguste. Les objets très humbles et très utilitaires que sont les amphores semblent avoir évolué de manière parallèle à l’art monumental et au goût à Rome56.

  • 57 F. Benoit, art. cit., Rev. d’Et. Ligures, XXIIIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1957, p. 270.
  • 58 A. Hesnard, Ch. Lemoine, « Les amphores du Cécube et du Falerne, prospections, typologie, analyses  (...)
  • 59 V., par exemple, la publication ancienne de V. Grace, « Standard Pottery Containers of the Ancient (...)

11Un autre point de chronologie semble avoir reçu de la part des fouilleurs sous-marins une réponse définitive, c’est la question du remplacement de l’amphore Dressel 1 A de 19 litres par l’amphore Dressel 1 B de 26 litres57. L’épave de la Madrague de Giens, datée du milieu du ier s. av. J.-C., contenait les deux types, indiquant, naturellement, qu’à cette époque la transition de l’une vers l’autre était déjà amorcée58. En revanche, l’idée d’un passage d’une métrologie grecque de 19 litres à une métrologie romaine de 26 litres est à reconsidérer. Diverses publications récentes montrent qu’il existait de nombreuses amphores grecques de 26 litres59. Il faudra donc, dans l’avenir, explorer les différentes métrologies grecques si l’on veut y voir plus clair.

  • 60 Pour les amphores estampillées au nom de Sestius, par exemple, la Gaule ne semble constituer qu’un (...)

12La plus importante découverte chronologique tient, en fait, à la succession de ces différentes séries. Si nous laissons de côté la question de l’utilisation ou plutôt de la réutilisation des amphores et de la durée de celle-ci, nous constatons, d’une manière générale, que les mêmes formes se succèdent à des dates comparables dans l’ensemble de la Méditerranée occidentale comme si celle-ci n’était qu’un immense marché60. Aucune province ne semble avoir conservé longtemps des formes ailleurs oubliées. C’est l’hypothèse qui avait été faite pour les gréco-italiques de la Narbonnaise occidentale et nous savons qu’elle est fausse. Il y a là un vaste problème économique, il y a là également une constatation au niveau des mentalités et des modes. On peut évidemment envisager des raisons techniques pour éclairer l’ensemble des changements de formes mais cette explication ne peut être unique.

  • 61 V, 26.
  • 62 L. Bonnard, La navigation intérieure de la Gaule à l’époque gallo-romaine, Paris, 1913, p. 5-6, 10.
  • 63 Y. Burnand, « Un aspect de la géographie des transports dans la Narbonnaise rhodanienne : les naute (...)
  • 64 On peut aussi nier purement et simplement la navigabilité de la rivière ou ne l’admettre que sur qu (...)
  • 65 L’Aude n’est pas un cours d’eau beaucoup plus important que l’Ardèche ou l’Ouvèze. Le flottage y es (...)

13En ce qui concerne, enfin, les voies de diffusion des amphores du ier s. av. J.-C. et du ier s. ap. J.-C., il faut dire que les recherches les plus récentes sont à la fois conformes aux hypothèses les plus traditionnelles et les plus réservées vis-à-vis de l’avenir. Il est vrai, en effet, que Diodore de Sicile a expliqué depuis longtemps que ces objets étant des produits lourds étaient diffusés le plus souvent grâce aux voies d’eau61. Constatation banale dans une société réduite aux seules forces des hommes et des animaux62. Ces « chemins qui marchent tout seuls » présentent un incontestable avantage. Les cartes de répartition qui commencent à être établies ne disent pas autre chose, le chevelu des fleuves et des rivières y apparaissant parfaitement. Elles posent, cependant, une question : de si modestes rivières étaient-elles navigables ? L’existence des nautes de l’Ardèche et de l’Ouvèze attestée par l’épigraphie63 semble, par exemple, en contradiction avec le faible débit de ces deux rivières en période estivale. Point n’est besoin, en réalité, d’imaginer un changement de climat ou de débit d’eau pour expliquer cette situation64. Il n’a jamais été dit par aucune inscription qu’une rivière navigable l’était toute l’année. Certaines ne le sont qu’en période de moyenne crue mais cela suffit pour acheminer quantité de marchandises65.

  • 66 E. Deniaux, Recherches sur les amphores antiques de Basse-Normandie, Cahier des Annales de Normandi (...)
  • 67 P. Galliou, Les amphores tardo-républicaines, corpus des amphores découvertes dans l’ouest de la Fr (...)
  • 68 Y. Roman, De Narbonne à Bordeaux. Histoire d’un axe économique au premier siècle avant J.-C. (125 a (...)

14 Quoi qu’il en soit des certitudes que nous apporte Diodore de Sicile, il est évident que seule une cartographie sérieuse des découvertes permettra une réflexion approfondie sur le commerce du vin en Gaule. Les régions d’origine, les formes et la chronologie ayant été précisées, des études scientifiques de ce type deviennent possibles. Elles sont en cours, avec déjà deux publications, celle d’E. Deniaux concernant les amphores de Basse-Normandie66 et celle de P. Galliou à propos des amphores Dressel 1 de l’Ouest de la France67, premier maillon d’un corpus collectif consacré aux amphores de l’Ouest de la France. Les découvertes du Sud-Ouest devraient également faire prochainement l’objet d’une mise au point68.

  • 69 Strabon, IV, 1 et 2. Là dessus, Y. Roman, ibid.
  • 70 M. Labrousse, Toulouse antique des origines à l’établissement des Wisigoths, Paris, 1968, p. 93-94.
  • 71 V. les actes de ce colloque.
  • 72 Cicéron, Pro Fonteio, IX, 19.
  • 73 R. Etienne. Bordeaux antique..., p. 94-98.
  • 74 Cicéron, Pro Fonteio, IX, 19.

15Outre naturellement des éclaircissements sur le commerce du vin en Gaule, ces différents travaux devraient per mettre d’apporter des précisions sur deux séries de problèmes, la concurrence des voies terrestres et fluviales et, surtout, celle de la voie terrestre ou fluviale face à la voie maritime. La première de ces oppositions repose sur la vision fausse qu’avaient les Anciens de la géographie de l’Europe. Pour les Romains, les Pyrénées s’étendaient du Nord au Sud et l’Aude et la Garonne leur étaient parallèles69. Ces deux fleuves représentaient donc une deuxième voie de pénétration de l’Europe du Nord face à celle du Rhône, plus ou moins tenue par Marseille. Le moins que l’on puisse dire, au vu des résultats des fouilles archéologiques, est que les deux voies furent largement pratiquées. La quantité des amphores trouvées dans le Toulousain70 n’a d’égale que celle qui a été mise au jour dans la région de Chalon-sur-Saône71. S’agit-il de simples péages ou faut-il admettre que les vins ont pu être transvasés, par exemple dans des outres qui ont le malencontreux inconvénient de ne laisser aucune trace archéologique ? Il est impossible de répondre, tout en notant que des amphores se rencontrent en grand nombre au-delà de ces deux points de rupture de charge. Toujours à propos des péages et peut-être de la rivalité des axes majeurs de la Gaule, il faut également avouer que la taxation instaurée par Fonteius n’a pas livré tous ses secrets72. Les propositions de R. Etienne sont intéressantes en ce qui concerne le montant des taxes et sans doute la faveur accordée à Toulouse et aux Tectosages73. Mais pourquoi ne pas avoir taxé les mêmes produits dans la vallée du Rhône ? Une chose semble probable aujourd’hui. Les six deniers payés par amphore pour aller ad hostem74 visaient le transit vers les Rutènes indépendants et, par delà, les Arvernes et leur hégémonie qui voyaient ainsi leur approvisionnement surtaxé.

  • 75 R. Etienne, Bordeaux antique..., p. 100. P. Galliou, ouv. cit., p. 14-15. E. Deniaux, ouv. cit., p. (...)
  • 76 D. P. S. Peacock, « Roman Amphorae in Pre-Roman Britain », The Iron Age and its Hillforts, Southamp (...)
  • 77 M. H. Callender, Roman Amphorae with Index of Stamps, Londres, 1965, réimp. 1970, p. 55, 321.
  • 78 V., à titre d’exemples, les cartes de fréquence et de dispersion des marques d’amphores à huile de (...)
  • 79 R. Sanquer, R. Piot, P. Galliou, « Problèmes de navigation en Manche occidentale à l’époque romaine (...)
  • 80 Cela n’est pas discutable pour l’une des amphores les plus répandues, la Dressel 1. M. Beltran Llor (...)
  • 81 D. P. S. Peacock, art. cit., The Iron Age and Hillforts, Southampton, 1971, p. 164-169.
  • 82 Cette publication doit être l’œuvre de P. Galliou el constituer l’un des volumes du Corpus des amph (...)

16Reste la question de la concurrence des routes terrestres ou fluviales et celles de la mer. Jusqu’ici les archéologues français (R. Etienne, P. Galliou, E. Deniaux)75, à la différence des anglais (D. P. S. Peacock)76, ont eu tendance à privilégier les premières. Pour eux l’Armorique s’approvisionnait en Pascual 1 via « l’isthme gaulois » et Bordeaux, tandis que la voie Rhône-Saône-Seine acheminait les amphores Dressel 1 trouvées dans le Sud-Est des Iles Britanniques. Et il est vrai que ces voies ont bien été utilisées, par exemple pour l’acheminement des amphores à huile d’Espagne (Dressel 20)77. Mais il est vrai aussi que nous sommes à une époque plus tardive (ier et iies. de notre ère), celle où le limes rhénan jouait un grand rôle, constituant un marché de vente considérable, à partir duquel il était possible de gagner la Bretagne, grâce à la Seine ou au Rhin78. Il est clair, également, que la voie de l’Atlantique a peu d’arguments en sa faveur, excepté la certitude acquise depuis peu que l’entrée dans la Manche n’était pas impossible pour un navire antique79. Les découvertes effectuées le long des côtes atlantiques espagnoles sont peu nombreuses80, ce qui prouve simplement le peu d’attrait des habitants de ces régions pour les produits méditerranéens et n’infirme pas vraiment l’idée d’un commerce né plus au Sud et dont les destinataires étaient plus au Nord. Deux publications peuvent trancher le débat dans l’avenir. D’une part celle des pâtes des amphores armoricaines, en prenant en quelque sorte la suite des tentatives de D. P. S. Peacock pour les amphores anglaises81, d’autre part celle des amphores Pascual 1 d’Armorique et de leurs timbres qui permettra une amorce de discussion82.

  • 83 A. Grenier, « La Gaule romaine », dans Tenney Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, Baltimore, (...)
  • 84 Ce mouvement eut-il des conséquences sociales au point que de nombreux nobles gaulois romanisés mai (...)
  • 85 En dernier lieu, A. et J. Lasfargues, H. Vertet, « Les estampilles sur sigillée lisse de l’atelier (...)
  • 86 A. Vernhet, Notes sur la terre sigillée de La Graufesenque, Millau, 1975, p. 177-178. A. Vernhet, « (...)
  • 87 Th. Martin, « Deux années de recherches archéologiques à Montans (Tarn) », R.A.C.F., XIII, 1974, p. (...)

17La recherche à venir promet donc d’être fructueuse, grâce à la confrontation des découvertes faites à propos des lieux de production, des chronologies et des axes de diffusion des différentes amphores. Il n’est pas douteux qu’elle amènera fatalement, comme elle l’a déjà fait, les chercheurs à répudier certaines des hypothèses faites jusqu’ici, malgré leur apparente logique. En se fondant essentiellement sur l’examen des céramiques de la Gaule et l’acmé des productions de La Graufesenque on envisageait, dans le passé, de placer à la fin de la dynastie julio-claudienne ou sous les Flaviens l’apparition en faveur de la Gaule d’une concurrence sérieuse des produits italiques83. En réalité, le mouvement fit plus que s’amorcer beaucoup plus tôt84. La découverte en Gaule de fours ayant élaboré des amphores Pascual 1 ou Dressel 2/4 est là pour nous en convaincre. Cette conclusion est d’ailleurs parfaitement corroborée par l’existence, sous Auguste, d’ateliers capables de produire en grand nombre des céramiques de style arétin, comme à Lyon85, ou, purement et simplement, des céramiques gallo-romaines puisque c’est dans les dernières années du règne d’Auguste, à la rigueur dans les premières de celui de Tibère, qu’à La Graufesenque86 et à Montans87 de nombreux potiers maîtrisèrent parfaitement les secrets de la fabrication des céramiques sigillées. La concurrence de la domination économique de l’Italie s’est instaurée plus tôt qu’on ne le croyait, la production viticole de la Gaule en est un élément important, mais elle est loin d’être le seul.

  • 88 Des amphores Dressel 1 C ont été produites dans le Sud de l’Espagne à Belo et Algesiras. Cl. Domerg (...)
  • 89 Les amphores Dressel 1 A ne disparaissent cependant pas à la fin du ii° s. av. J.-C. En dernier lie (...)
  • 90 Cicéron, De Rep., III. 9, 16. Ce texte constitue l’élément majeur d’une discussion à propos de l’ex (...)
  • 91 Scipion Emilien est mort en 129 av. J.-C., c’est-à-dire avant la conquête de la Gaule du Sud. A que (...)

18Ceci posé, il faut immédiatement ajouter que l’idée d’un impérialisme économique cherchant par des moyens législatifs à se réserver le monopole d’un marché provincial demeure sans restriction. Aucun four ayant produit des Dressel 1 A ou B n’a été à ce jour découvert hors d’Italie88. De plus, si la période d’existence de la Dressel 1 A, c’est-à-dire grossièrement le iie s. av. J.-C.89, semble coïncider avec cette situation, nous devons placer à la fin du iie s. av. J.-C., à l’époque de Scipion Emilien, la situation décrite par celui-ci dans un discours inventé par Cicéron90 plutôt qu’à la date de composition du texte, les années 60 av. J.-C., réglant ainsi un problème de chronologie qui a fait couler beaucoup d’encre91.

  • 92 Dion Cassius, XXVII, fgt. 90, édit. U. Ph. Boissevain.
  • 93 Cicéron, Ad Att., I, 19, 2 ; Tite-Live, Perioch., 61. C. Jullian, Histoire de la Gaule, t. III. Par (...)
  • 94 R. Etienne, Bordeaux antique..., p. 96.
  • 95 C. Jullian, ouv. cit., t. III, p. 154 et suiv. L. Maurin,Saintes antique des origines à la fin du (...)
  • 96 Il est possible qu’une partie des monnaies « à la croix » ait été émise avant 125 av. J.-C. Ces fra (...)
  • 97 J.-B. Colbert de Beaulieu, « La monnaie de Caletedu et les zones du statère et du denier en Gaule » (...)
  • 98 J.-B. Colbert de Beaulieu, ibid. S. Scheers, Les monnaies de la Gaule inspirées de celles de la Rép (...)

19Quant à la diffusion de ces produits en Gaule, l’inventaire archéologique révèle bien des similitudes entre l’axe Rhône-Saône et « l’isthme gaulois », ne serait-ce que par la découverte de très nombreuses amphores à Chalon-sur-Saône et à Toulouse, ces deux points essentiels de rupture de charge et aussi de péage. L’étude comparée de la politique romaine vis-à-vis de ces deux axes relève les mêmes convergences. Les Tectosages reçurent, avant leur révolte de 106 av. J.-C., le titre d’« alliés des Romains »92, comme les Eduens, qualifiés dans le même temps ou peu après de « frères du peuple romain »93. Les premiers semblent avoir été favorisés, ou ne pas avoir été défavorisés, par la taxation fontéienne, au point que R. Etienne a pu aller jusqu’à parler d’« un groupe de pression toulousain »94. Les seconds virent, en 58 av. J.-C., le nouveau proconsul de Gaule intervenir militairement en leur faveur pour écarter le péril germanique suscité par les Séquanes, leurs éternels compétiteurs, cherchant sans fin à leur enlever les péages de la Saône et l’hégémonie sur la région sinon sur la Gaule95. La situation monétaire des Volques Tectosages et des Eduens n’est pas très éloignée de ces réalités. Les premiers constituent le plus important des peuples émetteurs de ces monnaies « à la croix » répandues aux iie et ier s. av. J.-C. de la Méditerranée à l’Océan Atlantique, précisément sur « l’isthme gaulois » et alignées sur la métrologie de Rome96. Quant aux seconds, bien que situés hors de la Prouincia, ils figurent en bonne place dans cette « zone du denier » mise en évidence par J.-B. Colbert de Beaulieu97, zone qui se forgea en Narbonnaise à la suite de la conquête de la Gaule du Sud mais qui sut, dans les années 80 av. J.-C., donc bien avant l’intervention de César, se prolonger jusque dans les plaines de la Saône, très loin des régions contrôlées par Rome98.

20Les données les plus récentes fournies par l’étude des amphores du iie s. av. J.-C. au ier s. ap. J.-C., grâce à l’intérêt des découvertes comme des dépouillements effectués, revêtent ainsi une grande importance pour toute approche d’une histoire économique de la Gaule. La convergence de leurs conclusions avec les études céramologiques et numismatiques renforce également celles-ci et leur donne une autre dimension. Elles permettent d’assurer qu’en puisant dans leurs ressources propres ou en assimilant rapidement les techniques des Romains, les Gaulois surent rapidement concurrencer l’Italie, mettant, dès le règne d’Auguste, des bornes au monopole qui avait, pour le plus grand profit de la péninsule, complètement dominé l’époque précédente. Faut-il dès lors écrire les Gallo-Romains ? L’admettre reviendrait à aller jusqu’à dire que le commerce italique romanise. Or ceci est un autre et vaste débat.

Notes

1 F. Benoit, « Amphores et céramiques de l’épave de Marseille », Gallia, XII, 1954, I, p. 35-54. – F. Benoit,Fouilles sous-marines. L’épave du Grand Congloué à Marseille, Paris, 1961.

2 On peut comparer, à titre d’exemples, les dates données par N. Lamboglia aux diverses amphores retrouvées à Vintimille. Les planches component une date relativement précise, aux alentours de 150, 130 av. J.-C., etc., tandis que le texte donne, avec prudence, une fourchette chronologique, entre 180 et 150 av. J.-C... De même, la strate VI B 2 est donnée comme commençant en 150 av. J.-C. dans le texte, mais placée aux alentours de 130 av. J.-C. dans la légende de la figure 10. N. Lamboglia, « Sulla cronologia delle anfore romane di età reppublicana (ii-i secolo A.C.) », Revue d’Etudes Ligures, XXIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1955, p. 252-254. Il est évident, aujourd’hui, que seule une fourchette chronologique peut être donnée comme date d’une couche archéologique.

3 « Les premiers résultats de ces fouilles montrent l’intérêt du gisement archéologique sous-marin : il se présente comme une « tranche de vie », le matériel naufragé, aussi bien le matériel de bord que le chargement transporté par le négoce, étant de même époque... », F. Benoit, « L’archéologie sous-marine en France », Actes du iie Congrès international d’archéologie sous-marine, Albenga, 1958, Bordighera, 1961, p. 19.

4 « Le premier résultat des fouilles sous-marines, au point de vue archéologique, est de mettre au jour un lot considérable d’amphores complètes », F. Benoit, « Typologie et épigraphie amphoriques. Les marques de Sestius », Revue d’Etudes Ligures, XXIIIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1957, p. 247.

5 La seule fouille du Grand Congloué a livré près de deux mille amphores estampillées au nom de Sestius, alors qu’à la même époque les fouilles terrestres n’en avaient fait connaître que quelques exemplaires. F. Benoit, L’épave..., p. 42, 45, 66.

6 F. Benoit, ibid., p. 28-36, p. 99-101. Sur l’Orient grec v. les mises au point de J.-L. Ferrary et J.-M. Bertrand dans Cl. Nicolet (sous la direction de). Rome et la conquête de la Méditerranée, 2. Genèse d’un empire, Paris, 1978, p. 729-845.

7 F. Benoit, art. cit., Rev. d’Et. Ligures, XXIIIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1957, p. 272-278. – F. Benoit, L’épave..., p. 59 et suiv.

8 J. Hatzfeld, « Les Italiens résidant à Délos mentionnés dans les inscriptions de l’île », B.C.H., 36e année, 1912, p. 78. – P. Roussel, Inscr. gr. XI, IV, 1914, 757.

9 J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, Paris, 1919, p. 31 et suiv. note que Délos, où ces honneurs furent rendus à M. Sestius, était le centre majeur du commerce des Italici en Orient.

10 Sur celles-ci T. R. S. Broughton, « Roman Asia Minor », dans Tenney Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, Baltimore, t. IV, 1938, p. 543 et suiv. – M. Rostovtzeff, Social and Economic History of the Hellenistic World, Oxford, 1941, t. II, p. 771 et suiv. – E. Will, Histoire politique du monde hellénistique (323-30 avant J.-C.), t. II, Nancy, 1967, p. 250-252. – C1. Nicolet, ouv. cit., t. I, Paris, 1977, p. 181-184.

11 J. Coupry, « Informations archéologiques. IXe Circonscription », Gallia, XVII, 1959, 2, p. 377-378.

12 IV, 1, 14.

13 J. Jannoray, Ensérune. Contribution à l’étude des civilisations préromaines de la Gaule méridionale, Paris, 1955, p. 221, n. 1 ; p. 449, n. 5, 1° pour la première ; C.I.L. XII, 5683, 226 et M. Labrousse, Toulouse antique des origines à l’établissement des Wisigoths, Paris, 1968, p. 148 et n. 90 pour la seconde ; C.I.L., XIII, 10002, 402 a pour la troisième.

14 R. Etienne. Bordeaux antique, Bordeaux, 1962, p. 98-100.

15 C.I.L., X, 844. – R. Etienne, Bordeaux..., p. 99.

16 R. Etienne, ibid., p. 99-100.

17 Cicéron, De Rep., III, 9, 16. Ce texte a fait l’objet d’une étude de A. Aymard, « L’interdiction des plantations de vignes en Gaule transalpine sous la République romaine », Mélanges Faucher, Toulouse, 1948, p. 27-47, repris dans Etudes d’Histoire Ancienne, Paris, 1967, p. 585-600. Sur la date de cette interdiction cf. infra.

18 R. Pascual Guasch, « Centros de produccion y diffusion geografica de un tipo de anfora », VII Congreso Nacional de Arqueologia, Barcelona, 1960, Saragosse, 1962, p. 334-345.

19 Sur ces importantes productions tarraconaises, v. également R. Pascual Guasch, « Las anforas de la Layetania », Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores (Actes du Colloque de Rome, 27-29 mai 1974), Rome, 1977, p. 47-96.

20 A. Tchernia, « Les amphores vinaires de Tarraconaise et leur exportation au début de l’Empire », A.E.A., vol. 44, 1971, p. 38-85.

21 Strabon, III, 2, 6 et Columelle, De re rust., I, praef. 20, ne parlent, pour l’époque d’Auguste, que du vin de Bétique. La Tarraconaise n’est décrite comme productrice de vin qu’à l’époque des Flaviens, selon Pline, N.H., XIV, 71, ce que confirment, peu après, Martial, Epigr. XIII, 118, Silius Italicus, Punica, III, 369-370, et, enfin, Florus, Vergilius orator an poeta, II, 8.

22 A. Tchernia, art. cit., A.E.A., 44, 1971, p. 79-81. Contra R. Etienne, « A propos du vin pompeien », Neue Forschungen in Pompeji und den anderen vom Vesuvausbruch nach Christi verschütteten Städten, Recklinghausen, 1975, p. 309-316.

23 D. Manacorda, « The Ager Cosanus and the Production of the Amphorae of Sestius : New Evidence and a Reassessment », J.R.S., LXVIII, 1978, p. 122-131.

24 L’inventaire établi par Y. Roman, G. Rancoule, « Les amphores de Sestius de La Lagaste et de sa région », R.A.N., X, 1977, p. 241-261, est à compléter par de nouvelles découvertes, D. Manacorda, art. cit., J.R.S., LXVIII, 1978, p. 122-131, A. Carandini, S. Settis, Schiavi e padroni nell’Etruria romana. La villa di Settefinestre dallo scavo alla mostra, Bari, 1979, planche 37, D. Manacorda, « Produzione agricola, produzione ceramica e proprietari nell’ager cosanus nel I a.C. », dans A. Giardina, A. Schiavone,Societa romana e produzione schiavistica. Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo, Rome-Bari, 1981, p. 51-52.

25 D. Manacorda, art. cit., dans A. Giardina, A. Schiavone, ouv. cit., p. 4-5.

26 Un four ayant produit des Dr. 1 A et Dr. 1 B, et peut-être des Dr. 2/4, a été découvert à Albinia en Etrurie. D. P. S. Peacock, « Recent Discoveries of Roman Amphora Kilns in Italy », Antiquaries Journal, LVII, 1977, p. 262-269, C. Panella, « La distribuzione e i mercati », dans A. Giardina, A. Schiavone, ouv. cit., p. 67.

27 A. Tchernia, P. Pomey, A. Hesnard, L’épave romaine de la Madrague de Giens (Var), Paris, 1978, p. 36-37.

28 A. Hesnard, « Note sur un atelier d’amphores Dr. 1 et Dr. 2/4 près de Terracine », M.E.F.R.A., 89, 1977, 1, p. 157-168, A. Hesnard, Ch. Lemoine, « Les amphores du Cécube et du Falerne, prospections, typologie, analyses », M.E.F.R.A., 93, 1981, 1, p. 244-246.

29 Il est, d’ailleurs, clair que ce conteneur fut d’abord du type Dressel 1 puis Dressel 2/4, cette mutation ayant surtout une valeur technique pour A. Hesnard, art. cit., p. 162, la forme de l’amphore ayant, peut-être, également une fonction de « label de qualité », Ibid., p. 163. Voir la liste des timbres d’amphores de la plaine de Fondi dans A. Hesnard, Ch. Lemoine, art. cit., p. 282.

30 D. P. S. Peacock, art. cit., Antiquaries Journal, LVII, 1977, p. 262-269. C. Panella, « Retroterra, porti e mercati : l’esempio dell’ager Falernus », dans J. d’Arms, E. C. Kopff, The Seaborne Commerce of Ancient Rome : Studies in Archaeology and History, Memoirs of the American Academy in Rome, vol. XXXVI, 1980, p. 254. A. Hesnard, Ch. Lemoine, art. cit., M.E.F.R.A., 93, 1981, 1, p. 256-257. C. Panella, art. cit., dans A. Giardina, A. Schiavone, ouv. cit.. p. 67, s’appuyant sur des inscriptions peintes, envisage l’existence de fours de production d’amphores en Calabre, sans doute à Reggio.

31 En dernier lieu, P. Y. Genty, J. L. Fiches, « L’atelier de potiers gallo-romains d’Aspiran (Hérault). Synthèse des travaux de 1971 à 1978 », Figlina, 3, 1978, p. 71-92.

32 F. Laubenheimer, F. Wideman, « L’atelier d’amphores de Corneilhan (Hérault). Typologie et analyse », Revue d’Archéométrie, I, 1977, p. 59-82. Un autre four ayant produit des amphores Dressel 2/4 a été découvert à Mougon (commune de Crouzilles, Indre-et-Loire). La publication complète de la découverte n’a pas encore été faite. Voir cependant A. Ferdière, « Crouzilles « Mougon » : découverte d’une production d’amphores vinaires au milieu du Ier siècle après J.-C. », Bull. Soc. Amis Vieux Chinon, t. VIII, n° 6, 1982, p. 757-762. Il s’agit du four situé approximativement dans les environs de Poitiers par P. Galliou, Les amphores tardo-républicaines, corpus des amphores découvertes dans l’ouest de la France, vol. I, Archéologie en Bretagne, Suppl. n° 4, Brest, 1982, p. 11.

33 J. Coupry, « Informations archéologiques. Circonscription d’Aquitaine », Gallia, XXV, 1967, 2, p. 357 signale la découverte d’une estampille LAETI sur la pointe d’une amphore Dressel 2. Cette forme n’a pas été produite à Aspiran. On peut donc envisager ou l’existence d’une production inconnue d’Aspiran ou l’existence d’un autre four, ou que ce fragment mutilé est celui d’une Pascual 1 et non d’une Dr. 2/4.

34 M. Labrousse, « Informations archéologiques. Circonscription de Midi-Pyrénées », Gallia, 34, 1976. 2, p. 496.

35 R. Dion, Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe siècle, Paris, 1959, p. 105-107, suivi par R. Etienne, Bordeaux antique…, p. 101.

36 Sur celui-ci R. Dion, ouv. cit., p. 107, R. Etienne, ouv. cit., p. 101 et suiv.

37 Les fours qui ont produit des amphores Dr. 2/4 en Italie sont ceux de la région de Fondi (Terracine), de celle de Mondragone et Sinuessa et peut-être Albinia. C. Panella, art. cit., dans A. Giardina, A. Schiavone ouv. cit., p. 67, A. Hesnard, Ch. Lemoine, art. cit., M.E.F.R.A., 93, 1981, 1, p. 254-255, 257-259, 283.

38 Pour la Tarraconaise, R. Pascual Guasch, art. cit., VII Congreso Nacional de Arqueologia, Barcelona, 1960, Saragosse, 1962, p. 334-345. A. Tchernia, art. cit., A.E.A., 44, 1971, n° 123-124, p. 60 et suiv. A. Tchernia, F. Zevi, « Amphores vinaires de Campanie et de Tarraconaise à Ostie », dans P. Baldacci et alii, Recherches sur les amphores romaines, Rome. 1972, p. 35-67. Pour la Bétique, les fours de El Rinconcillo, près d’Algesiras, semblent avoir produit des amphores assimilables aux Dr. 2/4. M. Beltran Lloris, « Problemas de la morfologia y del concepto historico-geografico que recubre la nocion tipo. Aportaciones a la tipologia de las anforas beticas », Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores (Actes du colloque de Rome, 27-29 mai 1974), Rome, 1974, p. 108 113.

39 Il s’agit des fours de Velaux (Bouches-du-Rhône) et de Corneilhan (Hérault). A. Tchernia, J.-P. Villa, « Note sur le matériel recueilli dans la fouille d’un atelier d’amphores à Velaux (Bouches-du-Rhône) », Méthodes classiques…, p. 231-232. F. Laubenheimer, F. Wideman, « L’atelier d’amphores de Corneilhan (Hérault). Typologie et analyse », Revue d’Archéométrie, I, 1977, p. 59-82.

40 V. en attendant L. Farinas del Cerro, W. Fernandez de la Vega, A. Hesnard, « Contribution à l’établissement d’une typologie des amphores dites « Dressel 2/4 » », Méthodes..., p. 179-206, C. Panella, M. Fano, « Le anfore con anse bifide conservate a Pompei : contributo ad una loro classificazione », ibid., p, 133-177.

41 A. Tchernia, « L’atelier d’amphores de Tivissa et la marque « SEX DOMITI » », L’Italie préromaine et la Rome de la République. Mélanges offerts à Jacques Heurgon, t. II, Rome, 1976, p. 976. A. Tchernia, J.-P. Villa, art. cit., Méthodes…, p. 232-234, notamment p. 235 : « parmi les Dr. 28, qui n’ont certainement pas toutes la même provenance », il faut isoler « une catégorie homogène (« Oberaden 74 ») dont l’origine paraît devoir être cherchée en Catalogne ».

42 F. Laubenheimer refuse à son tour l’appellation générique la plus couramment utilisée en France pour ces amphores, Pélichet 47, et propose de distinguer plusieurs séries d’amphores qu’elle appelle « gauloises ». F. Laubenheimer, « Amphores gauloises de la région de Nîmes », Actes du colloque Géographie commerciale de la Gaule, E.N.S., 1976 (Tours 1977), t. I, Caesarodunum, 12, 1977, p. 197-226. F. Laubenheimer, « Premiers sondages sur les ateliers de potiers de Sallèles-d’Aude (mars-avril 1976), note d’information », Bull. de la Soc. d’Et. Scient. de l’Aude, LXXI, 1976, p. 175-182. P. Fontes, F. Laubenheimer, J. Leblanc, F. Bonnefoy, K. Gruel et F. Wideman, « Nouvelles données analytiques et typologiques sur les ateliers de production d’amphores en Gaule du sud », Revue d’Archéométrie, suppl. 1981, vol. III, p. 95-110. F. Laubenheimer et alii, « Analyse par activation neutronique d’amphores gallo-romaines – mise en évidence d’exportations aux frontières de l’Empire », ibid., p. 155-175.

43 Strabon, V, 1, 8 ; V, 1, 12 ; Pline, N.H., XIV, 132, qui constituent les plus anciennes mentions de la fabrication du tonneau par les Celtes. R. J. Forbes, Studies in Ancient Technology, t. III, Leyde, 1955, p. 119.

44 P.-M. Duval, La vie quotidienne en Gaule pendant la paix romaine (Ier-IIIe siècles après J.-C.), Paris, 1952, p. 135.

45 R. Dion, Histoire de la vigne…, p. 166.

46 F. Benoit, art. cit., Rev. d’Et. Ligures, XXIIIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1957, p. 251.

47 F. Benoit, ibid., p. 256.

48 La typologie et la chronologie des amphores gréco-italiques viennent d’être précisées par E. Lyding Will, « Greco-Italic Amphoras », Hesperia, 51, n° 3, juil.-sept. 1982, p. 338-356.

49 Par exemple, R. Vighi, « Tuscania. Scoperta di tombe a camera di età etrusco-romana e di frammenti fittili di età arcaica », Notizie degli Scavi, serie sesta, vol. XII, 1936 (XIV), p. 417.

50 G. Fouet, « Un nouveau puits funéraire gaulois rue Saint-Roch à Toulouse », Mém. de la Soc. Arch. du Midi de la France, XXX, 1964, p. 9-50. G. Fouet, « Les nouvelles fouilles de la caserne Niel à Toulouse », R.A.N., II, 1969, p. 65-94.

51 Le dernier état des découvertes sous-marines a été établi il y a maintenant plusieurs années. R. Lequément, B. Liou, « Les épaves de la côte de Transalpine. Essai de dénombrement, suivi de quelques observations sur le trafic maritime aux iie et ier siècles avant J.-C. », Cahiers Lig. de Préhist. et d’Archéologie, 24, 1975, p. 76-82.

52 V. Y. Roman, « Chronologie du commerce italique et économie monétaire en Gaule du sud aux iie et ier siècles avant J.-C. », Ktèma, 7, 1982, p. 124-126.

53 F. Benoit, art. cit.. Rev. d’Et. Ligures, XXIIIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1957, p. 256, parle d’amphore « de tradition grecque par son col étroit terminé par une lèvre en bourrelet arrondi sur le type des amphores de Rhodes ». Il faut, en fait, regrouper les amphores Dressel 2 à 4 en un seul ensemble avec F. Zevi, « Appunti sulle anfore romane. La tavola tipologica del Dressel », Archeologia Classica, XVIII, 1966, p. 214 et suiv. et parler d’amphores imitées de celles de Rhodes ou de Cnide avec M. Beltran Lloris, Las amphoras romanas en España, Saragosse, 1970, p. 360, ou de Cos, avec A. Tchernia, art. cit., A.E.A., 44, 1971, n° 123-124, p. 57.

54 A. Hesnard, art. cit., M.E.F.R.A., 89, 1977, 1, p. 161 et n. 24.

55 A. Hesnard, art. cit., p. 162, n. 28, qui se réfère à l’étude effectuée lors de la fouille du navire de Giens. A. Tchernia et alii, L’épave romaine de La Madrague de Giens…, p. 101 et suiv.

56 R. Bianchi Bandinelli, Rome, le centre du pouvoir. L’art romain des origines à la fin du deuxième siècle, Paris, 1969, p. 183 et suiv. P. Gros, Aurea templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome, 1976, p. 49 et suiv.

57 F. Benoit, art. cit., Rev. d’Et. Ligures, XXIIIe année, n° 3-4, juil.-déc. 1957, p. 270.

58 A. Hesnard, Ch. Lemoine, « Les amphores du Cécube et du Falerne, prospections, typologie, analyses », M.E.F.R.A, 93, 1981, 1, p. 251, n. 32.

59 V., par exemple, la publication ancienne de V. Grace, « Standard Pottery Containers of the Ancient Greek World », Hesperia, suppl. VII, Princeton, 1949, p. 175-189, et la publication récente de P. M. Wallace Matheson, M. B. Wallace, « Some Rhodian Amphora Capacities », Hesperia, 51, n° 3, juil.-sept. 1982, p. 293-320.

60 Pour les amphores estampillées au nom de Sestius, par exemple, la Gaule ne semble constituer qu’un seul marché. Y. Roman, G. Rancoule, art. cit., R.A.N., X, 1977, p. 247-261.

61 V, 26.

62 L. Bonnard, La navigation intérieure de la Gaule à l’époque gallo-romaine, Paris, 1913, p. 5-6, 10.

63 Y. Burnand, « Un aspect de la géographie des transports dans la Narbonnaise rhodanienne : les nautes de l’Ardèche et de l’Ouvèze », R.A.N., IV, 1971, p. 149-158.

64 On peut aussi nier purement et simplement la navigabilité de la rivière ou ne l’admettre que sur quelques kilomètres en amont de son embouchure. S. Levuillon, « Des nautes romains aux voyageurs romantiques : recherches sur la tradition de l’Ardèche navigable et flottable », Revue du Vivarais, 83, 1979, p. 193-209. R. Lauxerois, Le Bas Vivarais à l’époque romaine. Recherches sur la cité d’Alba, Paris, 1983, p. 103.

65 L’Aude n’est pas un cours d’eau beaucoup plus important que l’Ardèche ou l’Ouvèze. Le flottage y est pourtant connu jusque vers 1895. F. Jaupart, « Le flottage des bois sur l’Aude (depuis des temps très anciens jusque vers 1895) », Bull. de la Soc. d’Et. Scient. de l’Aude, LXIV, 1963, 1er trimestre 1964, p. 443 et suiv.

66 E. Deniaux, Recherches sur les amphores antiques de Basse-Normandie, Cahier des Annales de Normandie n° 12 B, Caen, 1980.

67 P. Galliou, Les amphores tardo-républicaines, corpus des amphores découvertes dans l’ouest de la France, vol. I, Archéologie en Bretagne, suppl. n° 4, Brest, 1982.

68 Y. Roman, De Narbonne à Bordeaux. Histoire d’un axe économique au premier siècle avant J.-C. (125 avant J.-C. – 14 après J.-C.), à paraître.

69 Strabon, IV, 1 et 2. Là dessus, Y. Roman, ibid.

70 M. Labrousse, Toulouse antique des origines à l’établissement des Wisigoths, Paris, 1968, p. 93-94.

71 V. les actes de ce colloque.

72 Cicéron, Pro Fonteio, IX, 19.

73 R. Etienne. Bordeaux antique..., p. 94-98.

74 Cicéron, Pro Fonteio, IX, 19.

75 R. Etienne, Bordeaux antique..., p. 100. P. Galliou, ouv. cit., p. 14-15. E. Deniaux, ouv. cit., p. 132.

76 D. P. S. Peacock, « Roman Amphorae in Pre-Roman Britain », The Iron Age and its Hillforts, Southampton, 1971, p. 161-188, notamment p. 172-173.

77 M. H. Callender, Roman Amphorae with Index of Stamps, Londres, 1965, réimp. 1970, p. 55, 321.

78 V., à titre d’exemples, les cartes de fréquence et de dispersion des marques d’amphores à huile de Bétique de l’épave Port-Vendres II. D. Colls, R. Etienne, R. Lequément, B. Liou, F. Mayet, L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude, Archaeonautica, I, Paris, 1977, p. 136, 138.

79 R. Sanquer, R. Piot, P. Galliou, « Problèmes de navigation en Manche occidentale à l’époque romaine », Caesarodunum, 12, 1977, 2, p. 491-508. L’enquête historique et archéologique aboutit aux mêmes conclusions, Y. Roman, « Remarques à propos du commerce de l’étain en Gaule », ibid., p. 269.

80 Cela n’est pas discutable pour l’une des amphores les plus répandues, la Dressel 1. M. Beltran Lloris, Las amphoras romanas..., fig. 99, p. 328.

81 D. P. S. Peacock, art. cit., The Iron Age and Hillforts, Southampton, 1971, p. 164-169.

82 Cette publication doit être l’œuvre de P. Galliou el constituer l’un des volumes du Corpus des amphores découvertes dans l’ouest de la France, publié sous la direction de R. Sanquer.

83 A. Grenier, « La Gaule romaine », dans Tenney Frank, An Economic Survey of Ancient Rome, Baltimore, 1937, réimp. New-York, 1959, t. III, p. 545-547.

84 Ce mouvement eut-il des conséquences sociales au point que de nombreux nobles gaulois romanisés mais désargentés furent bien heureux « de sauver les restes de (leur) patrimoine en épousant la fille richement dotée d’un marchand ? », G.-Ch. Picard, « La société gallo-romaine et son évolution », Histoire et Archéologie, Les dossiers, 59, déc. 1981 – janv. 1982, p. 44-46, à la suite de F. Drinkwater, « The Rise and Fall of the Gallic Iulii ; Aspects of the Development of the Aristocracy of the Three Gauls under the Early Empire », Latomus, XXXVII, 4, oct.-déc. 1978, p. 817-850.

85 En dernier lieu, A. et J. Lasfargues, H. Vertet, « Les estampilles sur sigillée lisse de l’atelier augustéen de La Muette à Lyon », Figlina, I, 1976, p. 39-87.

86 A. Vernhet, Notes sur la terre sigillée de La Graufesenque, Millau, 1975, p. 177-178. A. Vernhet, « Observations sur les premières coupes carénées de La Graufesenque », Archéologie occitane, t. I, Préhistoire et Antiquité. Varia, Actes du 96e Congrès National des Soc. Sav. (Toulouse 1971), Section d’Arch. et d’Hist. de l’Art, Paris, 1976, p. 189.

87 Th. Martin, « Deux années de recherches archéologiques à Montans (Tarn) », R.A.C.F., XIII, 1974, p. 123-143. M. Labrousse, « Informations archéologiques... », Gallia, 32, 1974, 2, p. 492.

88 Des amphores Dressel 1 C ont été produites dans le Sud de l’Espagne à Belo et Algesiras. Cl. Domergue, Belo I. La stratigraphie, Paris, 1973, p. 111-112, 114-115. M. Beltran Lloris, art. cit., Méthodes classiques…, p. 107-108, mais il est intéressant, à leur propos, de voir C. Panel la parler d’imitations de Dressel 1 C. C. Panella, art. cit., dans A. Giardina, A. Schiavone, ouv. cit., p. 67.

89 Les amphores Dressel 1 A ne disparaissent cependant pas à la fin du ii° s. av. J.-C. En dernier lieu, A. Hesnard, Ch. Lemoine, art. cit., M.E.F.R.A., 93, 1981, 1, p. 251, n. 32.

90 Cicéron, De Rep., III. 9, 16. Ce texte constitue l’élément majeur d’une discussion à propos de l’existence ou non d’une politique douanière el même d’une politique économique à Rome. R. Etienne, « Rome eut-elle une politique douanière ? A propos d’un livre récent », Annales, E.S.C., 7e année, juil.-sept. 1952, n° 3, p. 371-377. Cl. Nicolet, Rome et la conquête du monde méditerranéen. 2. Genèse d’un Empire, Paris, 1878, p. 900-901.

91 Scipion Emilien est mort en 129 av. J.-C., c’est-à-dire avant la conquête de la Gaule du Sud. A quelle époque faut-il donc rapporter la réalité que lui fait décrire Cicéron ? Pour T. Frank, An Economic Survey..., vol. I, p. 172-174, la mesure est de 154 av. J.-C. ; pour A. Aymard, art. cit., Etudes d’Histoire Ancienne, Paris, 1967, p. 594, il s’agit d’une mesure des débuts de la conquête romaine en Narbonnaise ; pour A. Grenier, art. cit., dans T. Frank, ouv. cit., t. III, p. 581, n. 56, il s’agit de l’une des mesures répressives prises à l’époque de Pompée et de Fonteius ; pour M. Clavel, Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris, 1970, p. 310 et suiv., cette décision doit être placée entre la fin du procès de Fonteius et la date de la rédaction du De Republica en 51 av. J.-C.

92 Dion Cassius, XXVII, fgt. 90, édit. U. Ph. Boissevain.

93 Cicéron, Ad Att., I, 19, 2 ; Tite-Live, Perioch., 61. C. Jullian, Histoire de la Gaule, t. III. Paris, 1909, p. 28, n. 1. J.-J. Hatt, Histoire de la Gaule romaine (120 avant J.-C. – 451 après J.-C.). Colonisation ou colonialisme ? Paris, 1959, p. 39.

94 R. Etienne, Bordeaux antique..., p. 96.

95 C. Jullian, ouv. cit., t. III, p. 154 et suiv. L. Maurin,Saintes antique des origines à la fin du vie siècle après Jésus-Christ, Saintes, 1978, p. 42-44. Sur le portorium des Eduens, S. J. De Laet, Portorium. Etude sur l’organisation douanière chez les Romains, surtout à l’époque du Haut-Empire, Bruges, 1949, réimp. New-York, 1975, p. 77 et n. 2.

96 Il est possible qu’une partie des monnaies « à la croix » ait été émise avant 125 av. J.-C. Ces frappes ont fait l’objet d’une bibliographie considérable. On trouvera un état de la question dans J. C. M. Richard, « Les monnaies gauloises « à la croix » et le trésor de Lattes (Hérault, France) », Jahrbuch für Numismatik und Geldgeschichte, XX, 1970 p. 49-62. J. C. M. Richard, L. Villaronga, « Recherches sur les étalons monétaires en Espagne et en Gaule du sud antérieurement à l’époque d’Auguste », Mél. de la Casa de Velazquez, IX, 1973, p. 100-103. J. C. M. Richard, « Les monnaies « à la croix » du British Museum », N.C., seventh series, XV, 1975, p. 53-55.

97 J.-B. Colbert de Beaulieu, « La monnaie de Caletedu et les zones du statère et du denier en Gaule », Rev. Arch. Centre France, V, 1966, p. 101-129. J.-B. Colbert de Beaulieu, Traité de numismatique celtique. I. Méthodologie des ensembles, Paris, 1973, p. 271 et suiv.

98 J.-B. Colbert de Beaulieu, ibid. S. Scheers, Les monnaies de la Gaule inspirées de celles de la République romaine, Louvain, 1969, p. 178-179.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Types d’amphores Dressel 1 (1. amphore Dressel 1 A du Grand Congloué ; 2. Dressel 1 B d’Albenga ; 3. Dressel 1 C de Capo Mele) (d’après N. Lamboglia).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2. – Types d’amphores Dressel 1 A de l’épave du Grand Congloué (d’après F. Benoit).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 3. – Types d’amphores Pascual 1 (d’après R. Pascual Guasch).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21003/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 4. – Types d’amphores Dressel 2/4 (d’après L. Farinas del Cerro, W. Fernandez de la Vega, A. Hesnard). Echelle 1/10.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/21003/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search