Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Importations méditerranéennes en Gaule, et plus particulièrement dans la Vallée de La Saône

Le céramique campanienne en Gaule interne

Jean-Paul Morel

Texte intégral

1Un examen de la céramique campanienne en Gaule interne doit, dans l’état actuel de la recherche, viser avant tout à établir des passerelles entre l’ensemble des régions de la Méditerranée occidentale irriguées par les céramiques à vernis noir et cette région particulière, restée un peu isolée des autres dans les traditions d’étude passées et même actuelles, avec ce que cela implique comme problèmes d’identification et surtout de chronologie. En effet il est clair qu’a priori les céramiques à vernis noir italiennes (et d’autres éventuellement) sont en Gaule, quant à la chronologie, exactement ce qu’elles sont ailleurs, à égalité de formes et de décors. Mais on n’en a pas toujours assez tenu compte.

Les lieux de découverte

2L’inventaire dont je partirai, et que la brièveté de ces notes ne me permet pas de préciser par des références, sera forcément un peu incomplet, car nous sommes ici dans un domaine où les choses évoluent vite, les fouilleurs prenant l’habitude d’identifier de la campanienne là où, jusqu’alors, ils n’avaient guère eu l’idée de le faire. Cet inventaire concerne la Gaule « interne », par opposition, non pas à la Narbonnaise – cette opposition ne serait guère opératoire en l’occurrence –, mais aux régions maritimes beaucoup plus abondamment irriguées, c’est-à-dire aux départements actuels possédant une façade méditerranéenne, auxquels j’ajouterai le Vaucluse pour tenir compte de la zone de rayonnement de Marseille. Mais les sites indigènes de la Provence et du Languedoc antérieurs à la conquête romaine seront aussi évoqués en tant que de besoin, car leur problématique n’est pas radicalement différente de celle de la Gaule interne, notamment pour ce qui a trait à l’usage.

3La liste ci-dessous se veut minimale et prudente. Il n’est pas toujours facile de distinguer, d’après des publications, la campanienne de céramiques qui risquent d’être indûment confondues avec elle : sigillée brûlée ou mal cuite, terra nigra, céramiques fumigées diverses, voire céramique métallescente. Si je m’en tiens, d’une part à ce que j’ai pu observer directement, d’autre part à des informations à peu près sûres, je compte à ce jour dans la Gaule interne ainsi définie une cinquantaine de localités à l’échelle de la commune actuelle (ce qui correspond à des sites archéologiques un peu plus nombreux) ayant fourni de la campanienne en quantités très variables :

  • Alpes de Haute-Provence : Lardiers.

  • Ariège : Vals.

  • Aveyron : Millau (La Graufesenque, etc.).

  • Corrèze : Le Puy de la Tour.

  • Côte-d’Or : Alésia.

  • Doubs : Besançon.

  • Drôme : Die, Le Pègue, Saint-Paul-lès-Romans.

  • Haute-Garonne : Auterive, Baziège, Cluzel, Saint-Bertrand-de-Comminges, Toulouse, Vieille-Toulouse.

  • Gers : Auch, Lectoure, Roquelaure, Saint-Jean-de-Castex, Saint-Sauvy, Touget.

  • Gironde : Bordeaux, Lacoste à Castillon-la-Bataille.

  • Indre : Levroux.

  • Isère : Vienne.

  • Loire : Bussy-Albieux, Chézieux, Le Crêt-Châtelard à Saint-Marcel-de-Félines, Essalois à Chambles. Goincé à Poncins, Jœuvre, Roanne.

  • Lot-et-Garonne : Le Mas d’Agenais.

  • Puy-de-Dôme : Aulnat, oppidum des Côtes, Gergovie, temple de Mercure sur le Puy-de-Dôme.

  • Rhône : Amplepuis, Saint-Romain-en-Gal.

  • Saône-et-Loire : Bibracte, Mâcon. Le Petit Chauvort à Verdun-sur-le-Doubs, Saint-Symphorien-d’Ancelles, Tournus, Varennes-lès-Mâcon.

  • Haute-Savoie : Vens et autres sites à Seyssel.

  • Tarn : Albi, Saint-Sulpice-la-Pointe.

  • Yonne : Mont-Avrollot à Avrolles.

La répartition de la campanienne en Gaule et le faciès gaulois

4Si provisoire qu’elle soit, cette liste n’en est pas moins indicative à plus d’un titre. On voit, d’abord, que les sites à campanienne sont très inégalement répartis en Gaule interne. Environ un tiers d’entre eux se trouvent dans la région toulousaine au sens large (Ariège, Aveyron, Haute-Garonne, Gers, Lot-et-Garonne, Tarn). Un autre tiers se répartit, à peu près par tiers à son tour, entre la basse et la moyenne vallée du Rhône (Drôme, Isère, Rhône), la basse vallée de la Saône (Saône-et-Loire) et le Forez (Loire). Le dernier tiers enfin est éparpillé dans le reste de la France, des Alpes de Haute-Provence à la Savoie, de la Bourgogne septentrionale à la Franche-Comté, de l’Indre au Bordelais, avec une concentration plus marquée dans le Puy-de-Dôme.

5Autre point sur lequel on ne saurait trop insister : les quantités concernées sont en tout état de cause très faibles. A Roanne-Saint-Joseph, trois kilos de campanienne ont été trouvés par M. Bessou, contre 500 à 600 kilos de poterie domestique ; au Crêt-Châtelard de Saint-Marcel-de-Félines, il y a 30 à 40 fragments pour une quarantaine de puits, c’est-à-dire en gros ce que contient chaque mètre cube de terre sur un oppidum languedocien comme Nages ; de nombreux sites, enfin, n’ont fourni que quelques tessons, sinon un seul. Ce sont là des quantités souvent dérisoires par rapport à ce que l’on observe dans tant d’autres régions. Ce qui n’empêche pas, bien entendu, ce matériel d’être intéressant par les problèmes qu’il pose et par ses implications.

6Enfin, de quelles campaniennes s’agit-il ? Essentiellement de campanienne A, et de productions du « cercle de la B ». La A prédomine sur certains sites, comme Toulouse, diverses localités du Gers, La Graufesenque, Aulnat, Le Petit Chauvort. La B sous ses diverses formes prédomine sur d’autres sites comme Essalois, Roanne, Bibracte, et de nombreuses autres localités où la campanienne est peu représentée, comme Gergovie pu Besançon. Enfin, l’équilibre entre les deux classes de céramique est plus respecté à Vieille-Toulouse, Vienne, Alésia, etc., tandis que dans une localité comme Tournus le faciès diffère selon le site antique considéré.

7La distinction entre la A et la B (sous ses diverses formes) n’est évidemment pas dépourvue de signification historique et chronologique. D’une part, il est clair que la A a commencé à être exportée en Gaule avant la B – même si elle a continué ensuite à être exportée en même temps qu’elle. D’autre part, « A » veut dire exportation à partir du golfe de Naples, notamment par Naples même ou par Pouzzoles. « B » signifie, selon le cas, exportation depuis l’Etrurie ou, le plus souvent pour les exemplaires de Gaule, depuis des sites de la Campanie du Nord, Calès ou autres.

Problèmes chronologiques

8C’est dans le domaine de la chronologie que le cloisonnement des traditions d’étude entre la Méditerranée occidentale et la Gaule interne apparaît comme le plus regrettable. En effet, la chronologie de la céramique campanienne s’est beaucoup affinée depuis quelque temps, surtout pour le iie siècle, surtout pour la campanienne A, grâce aux observations faites sur des sites comme Carthage ou Entremont, Nages ou les camps de Numance, ou sur des épaves mieux datées désormais, comme le Grand Congloué I. Les problèmes en suspens sont en revanche plus nombreux pour la campanienne tardive, et même pour la fin du iie s. et le début du Ier s., ainsi d’une façon générale que pour la B, céramique peu évolutive.

9Si on tient compte des données méditerranéennes, on constate que le iie s. est beaucoup mieux représenté en Gaule interne qu’on ne le pense communément. Alors que beaucoup de nos collègues travaillant sur le littoral méditerranéen de divers pays ont une tendance excessive à remonter la campanienne A en l’assignant au iiie s., on observe en France la tendance inverse.

10A quoi reconnaît-on la campanienne A de la première moitié du iie s., celle même qui est parvenue en extraordinaire abondance à Carthage avant que Scipion n’assiégeât cette ville en 149 ? Soyons très schématique : la campanienne A à timbres multiples (4 palmettes ou 4 feuilles) entourés de guillochures date pour l’essentiel de cette période, au point même que l’on observe en quantité à Carthage des exemplaires déjà très dégénérés de ce type de décor. A Entremont fleurissent en revanche les « décors » de cercles concentriques, très exceptionnels encore à Carthage et dont on peut donc penser qu’ils apparaissent pour l’essentiel au cours du troisième quart du iie s. (pour se maintenir ensuite jusqu’à la fin de la A). Telles sont donc les données de base.

11A leur lumière, on perçoit mieux le problème que posent les sites de la région de Toulouse – Toulouse même, Vieille-Toulouse, Auterive –, et les datations suggérées par leurs éditeurs, G. Fouet, M. Labrousse, A. Muller. Je n’entends pas discuter ici la date où fut rempli tel puits, où se constitua telle couche. Mais ce qui est impossible, c’est de dater tout le matériel de ces puits, de ces couches, dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C., sinon même des quinze dernières années de ce siècle. Il s’en faut pour beaucoup de ces pièces d’un bon siècle, et souvent d’un siècle et demi : tel est l’écart entre les datations des archéologues toulousains et les datations imposées par d’autres sites du pourtour de la Méditerranée occidentale, et qu’il n’y a aucune raison de ne pas adopter pour le matériel équivalent de Toulouse et de ses environs. Mais on observe aussi de la A de la première moitié et du milieu du iies. – à la rigueur du troisième quart de ce siècle – à Saint-Sulpice-la-Pointe dans le Tarn et à Levroux dans l’Indre, à Bordeaux et à La Graufesenque, à Vienne et à Aulnat, et, dans la vallée de la Saône, au Petit-Chauvort, à Tournus, et probablement à Saint-Symphorien-d’Ancelles. Si bien qu’on ne peut plus admettre, me semble-t-il, l’affirmation de M. Perrin selon laquelle il faut attendre la fin du iie s, pour trouver de la campanienne dans la vallée de la Saône.

12Il y a en Gaule interne quelques importations à vernis noir antérieures au IIe s. Rien de comparable toutefois, numériquement, à ce que l’on observe sur des sites des Bouches-du-Rhône comme La Teste-Nègre aux Pennes ou comme Saint-Rémy-de-Provence (où ces importations restent elles-mêmes très limitées). En Gaule interne, on peut les compter, à vrai dire, sur les doigts d’une main. Ce sont, au Pègue, deux fragments de l’atelier des petites estampilles ; à Vieille-Toulouse, un fragment à timbre L. Saura, fabriqué dans la région de Capoue dans la seconde moitié du iiie siècle ; et, à Lacoste (Gironde) un fond de bol à tête en relief, dont il n’est du reste pas exclu qu’il date du iie siècle.

13Pour la campanienne B, on s’accorde à dater pour l’essentiel le début de son exportation en Gaule après la conquête de la Narbonnaise (elle est par exemple exceptionnelle à Entremont, et Nages confirme cette donnée). Mais il est sûr qu’il y a de la B du iie s. à Roanne, à en juger par le profil de certains pieds et l’aspect de certains décors. Et je crois que, d’une façon générale, il faut tenir compte plus qu’on ne l’a fait de la possibilité qu’il y ait en Gaule interne des importations de B dès le iie s.

14Quant à la C, c’est plutôt à partir du début du ier s. qu’elle apparaît en Gaule méridionale. En Gaule interne, sa présence reste en tout état de cause très exceptionnelle.

15Un autre problème est posé par l’arrêt des exportations, et en général par les campaniennes tardives. Il va sans dire – mais cela va mieux en le disant – qu’il faut distinguer ici entre la date d’importation et la date de fin d’usage. Ces deux dates peuvent évidemment différer de quelques décennies. Lors des journées d’étude sur la campanienne à Montpellier en 1977, une majorité de collègues s’était prononcée en faveur d’une date proche de 50/40 pour la fin des importations. Quelle opinion prévaut en Gaule interne ? Selon P. Arcelin, l’arrêt des importations se situerait vers 30/20 ; selon M. Mangin, le faciès de la campanienne d’Alésia n’est pas antérieur au dernier tiers du 1er s. : selon M. Labrousse enfin, la campanienne A a dû être importée à Toulouse jusque vers 20/10 av. n. è.

16Je n’ai pas personnellement d’éléments particuliers de décision. Certaines de ces dates me paraissent admissibles, d’autres font franchement problème, notamment si l’on considère que la sigillée est apparue, sur la façade méditerranéenne du moins, vers 40/30. J’observerai en outre que l’on n’a pas encore trouvé de campanienne à Lyon, sinon dans les strates les plus profondes, non encore explorées, du moins dans les niveaux augustéens anciens : argumentant ex silentio, certes, et à prendre comme tel, mais qui jusqu’à nouvel ordre est un mauvais signe pour des exportations significatives dans la seconde moitié et plus encore dans le dernier quart du ier s. av. n. è. Quant à la A très tardive – comme celle que P. Arcelin et J. Chabot ont publiée pour l’oppidum de La Cloche (les Pennes-Mirabeau, Bouches-du-Rhône) –, elle est tout à fait exceptionnelle en Gaule interne, l’exemplaire le plus typique étant sans doute un fragment de Roanne-Saint-Joseph : ce qui confirme une fois de plus l’ampleur singulière de l’échantillonnage de ce site. C’est encore à Roanne-Saint-Joseph (ainsi qu’à Alésia) que l’on observe ce qui ressemble le plus aux campaniennes très tardives de transition vers la sigillée telles qu’on les rencontre souvent dans la vallée du Pô, et que distingue, notamment, une gorge autour du fond des patères, entre vasque et bord.

Problèmes d’usage

17L’échantillonnage des formes de la campanienne a aussi des implications en termes d’usage. Ce problème se pose davantage pour la campanienne A que pour la campanienne B, au répertoire plus restreint, ne comportant guère, notamment, de vase à boire caractérisé. Observons tout d’abord que certaines des formes les plus typées de la campanienne A, appartenant à son répertoire le plus ancien (gutti, plats à poisson), sont absentes en Gaule interne. De même, pour une époque légèrement plus récente (mais se situant encore dans la première moitié ou au milieu du iie s.), on ne trouve pas en Gaule interne de vases à boire de type méditerranéen en campanienne A, c’est-à-dire de ces coupes à anses qui en revanche sont fort prisées sur la côte du golfe du Lion, ou à Carthage. Comme l’a montré A. Bruckner, les Celtes privilégiaient plutôt pour boire des gobelets profonds et sans anses.

18Le problème de l’usage se pose par un autre biais, celui de la valeur attribuée par les usagers aux vases à vernis noir. A première vue, il semble raisonnable de l’estimer, entre autres critères possibles, d’après la propension à utiliser très longtemps les exemplaires disponibles, et à les réparer en cas de brisure. A cette aune, la campanienne se poserait indubitablement comme une vaisselle particulièrement prisée sur les sites indigènes. On la réutilisait volontiers sous forme de jetons. Et surtout, je ne connais aucune région où l’on ait cherché à la faire durer autant qu’en Gaule, y compris l’arrière-pays de Marseille. Ainsi, beaucoup des exemplaires trouvés à Entremont se signalent par une usure totale du vernis de leur fond interne, qu’il est très rare de trouver à ce point en d’autres régions du monde méditerranéen. On peut certes invoquer des habitudes de table qui transformeraient en vases à manger, abîmés par l’usage du couteau, des bols utilisés ailleurs comme vases à boire ou à contenir. Mais que dire de certaines réparations extraordinairement complexes (sept paires de trous de raccommodage, sinon plus) attestées à Entremont encore, ou à La Teste-Nègre, ou à Auterive ? P. Arcelin remarque que la céramique locale est fort raccommodée elle aussi dans le Midi de la Gaule. L’est-elle autant, toutefois ? Y aurait-il là comme un trait de pingrerie nationale ? Ou la campanienne se distingue-t-elle malgré tout dans cet acharnement thérapeutique ? Seule une analyse statistique globale permettrait d’en décider, mais je ne serais pas surpris que la seconde hypothèse fût la bonne. Ce que semblent confirmer du reste les nombreux graffiti de propriété qu’elle porte, notamment dans les régions les plus alphabétisées, c’est-à-dire l’arrière-pays méditerranéen.

19L’impression d’ensemble est donc celle d’une céramique assez précieuse ou en tout cas prisée, contrairement aux quantités énormes, à la faible usure, à l’absence de raccommodages et de graffiti, que j’ai pu observer par exemple à propos de la campanienne A de Carthage. Du reste, H. Vaussanvin note qu’à Tournus la céramique à vernis noir se trouve dans des contextes plutôt relativement riches, et semble avoir été réservée à quelques privilégiés.

Les imitations

20Vaste problème que celui des imitations. Il importe tout d’abord de bien mesurer la signification de ce terme, et de le réserver aux cas – fort peu nombreux en réalité – où une production gauloise est issue selon toute probabilité d’un prototype méditerranéen.

21Pour les techniques, en premier lieu. Les Gaulois obtiennent souvent des céramiques noires par des procédés – lissage au brunissoir, cuisson exclusivement réductrice – sans rapport avec le « vernis » méditerranéen. Quant à la pâte, combien de prétendues « imitations de campanienne C » ne sont en réalité que des variétés de ces innombrables céramiques à pâte grise qui pullulent aussi bien en Gaule que dans l’Occident méditerranéen et qui, résultant d’une banale cuisson réductrice, ne doivent rien à l’exemple des productions à vernis noir de la région de Syracuse, lesquelles n’en constituent qu’une variante parmi tant d’autres, au demeurant à peine diffusée en Gaule ?

22Pour les formes, rares sont celles, parmi les productions gauloises, qui peuvent être supposées imiter réellement des formes méditerranéennes. Signalons une pyxide Lamb. 2 du Crêt-Châtelard, qui semble vraiment s’inspirer d’une forme de la campanienne B, ainsi que certains bots et patères de Roanne. Mais les « imitations » de campanienne signalées à Bibracte par G. Vuillemot n’en sont pas, leurs profils n’étant pas attestés dans le répertoire italien. Un problème particulier se pose à propos de patères en terra nigra répandues dans l’ensemble de la Gaule et qui rappellent tout à fait les patères d’Italie du Nord à fond plat séparé de la paroi par une gorge, que j’évoquais précédemment comme exemples de forme tardive de campanienne. Mais ces dernières n’ont été que très peu exportées en Gaule (quelques exemplaires, notamment, on l’a vu, dans le Forez). On peut donc se demander en ce cas si l’on a affaire à de véritables imitations, ou, plutôt, à une tradition commune qui apparenterait l’Italie du Nord imprégnée de tendances celtiques et la Gaule.

23Quant aux décors, je n’en vois guère qui dans les productions gauloises rappellent réellement ceux de la campanienne. Ainsi un type de décor imprimé fréquent dans le Forez, et qui combine une série d’arcs formant des polygones à côtés concaves et de petits cercles qui en garnissent les angles, offre un rapport si lointain avec ce que l’on connaît sur la campanienne, fût-ce avec les « losanges » de la campanienne B-oïde (au demeurant rarissimes en Gaule interne) qu’il est abusif d’y voir une imitation de décor de campanienne comme on l’a fait parfois. Sans compter que ces décors s’accompagnent souvent en Gaule d’un bombement central du fond du vase, en forme d’« ombilic », qu’on chercherait vainement sur les exemplaires italiens dont on prétend les rapprocher.

24Si l’on peut en revanche déceler une influence méditerranéenne, elle se traduit sur un autre registre, plus général. Je veux parler de la prolifération en Gaule interne des formes plates, et notamment des patères, par opposition aux formes profondes chères à la céramique proprement gauloise et dont les vases-balustres sont l’expression la plus achevée. Il y a là, peut-être, l’apparition de nouvelles habitudes alimentaires ou culinaires. Il y a. à coup sûr, l’influence de techniques (dans le tournage, mais peut-être aussi dans la confection de pâtes plus homogènes) venues de la Méditerranée. Quoi qu’il en soit, c’est à juste titre que G. Vuillemot observe qu’on peut voir là une des grandes nouveautés du répertoire céramique de La Tène III à Bibracte.

Problèmes économiques

25La campanienne n’est pas la seule catégorie de céramique fine méditerranéenne d’époque républicaine attestée en Gaule interne, encore qu’elle soit la moins rare (ne parlons pas, bien entendu, des amphores vinaires). Je relève ainsi de la céramique grise ampuritaine au Pègue et à Roanne (Gilbertès et Saint-Joseph), à Aulnat, à Vieille-Toulouse ; des « sombreros de copa » à Vieille-Toulouse et à Toulouse ; des bols à reliefs à Roanne, et surtout à Vieille-Toulouse, où l’on en compte une centaine de fragments ; de la céramique à engobe rouge interne et des gobelets à paroi mince à décor clouté à Roanne. Ce qui souligne une fois de plus le caractère véritablement extraordinaire de Roanne en Gaule centrale quant à la variété de l’échantillonnage des céramiques importées.

26Que la céramique à vernis noir soit généralement un fret d’accompagnement, le plus souvent jumelé avec des amphores de vin ou d’huile, cela ne semble plus à prouver. Mais il y a à cela des exceptions et des atténuations : mentionnons la céramique attique à vernis noir, ou encore, dans une large mesure, la campanienne A ancienne, ainsi qu’on l’observe à Carthage. En Gaule interne, il n’est pas sûr qu’au début du moins (c’est-à-dire pendant les deux premiers tiers du iie s.) la campanienne ait toujours été un fret d’accompagnement. Poser ce problème revient à s’interroger sur les amphores gréco-italiques. Ces amphores sont signalées ici ou là – à Toulouse-Saint-Roch, à Essalois, à Roanne –, mais en quantités très faibles, qui ne suffisent pas à faire des vases à vernis noir un fret d’accompagnement par rapport à elles. Serait-ce un autre signe d’une certaine valeur qu’on aurait attribuée à la campanienne ? Ou faut-il supposer que les amphores gréco-italiques auraient couramment été véhiculées vers la Gaule par des navires comme celui de l’épave I du Grand Congloué, et que leur contenu aurait ensuite été transvasé dans des outres ou des tonneaux à destination de l’intérieur du pays ? Je ne sais trop qu’en penser à l’heure actuelle.

27Tout change avec les amphores Dressel 1. On note dès lors une disproportion frappante entre campanienne et amphores. Deux exemples : à Tournus-Champsemard, H. Vaussanvin signale une grande quantité d’amphores vinaires pour deux tessons de campanienne ; dans le puits 1 de Lectoure (Gers), M. Larrieu-Duler relève 128 kilos de tessons d’amphores, pour quelques fragments de campanienne. Mais il reste que la carte de distribution de la campanienne en Gaule reflète assez fidèlement celle des amphores Dressel I, et comporte surtout des sites fluviaux de gué, de rupture de charge, d’entrepôt, de redistribution. C’est le cas le long de la Saône, à Roanne, à Toulouse, votre à Bordeaux ou à Lacoste.

28La question des frets de retour se pose plus pour le vin que pour la campanienne, vu les quantités concernées. Et je n’ai aucun élément à ajouter à la classique trilogie métaux-salaisons-esclaves, à laquelle on pense habituellement en l’occurrence. Peut-on au moins obtenir quelque lumière sur l’identité des pourvoyeurs de cette campanienne ? Le problème est d’autant plus délicat qu’il est probable que des intermédiaires indigènes ont souvent pris en direction de la Gaule interne le relais des Méditerranéens. Mais la présence de negotiatores italiens et, disons-le, romains est plus que vraisemblable aussi, comme l’ont par exemple observé M. Perrin et H. Vaussanvin pour Tournus. Intéressants également à cet égard sont des graffiti grecs sur vernis noir – Eukritou par exemple – trouvés à Roanne. Ils pourraient, me semble-t-il, se rapporter à des négociants grecs (massaliotes ?), éventuellement établis de façon plus ou moins stable en milieu indigène.

29Considérons maintenant les proportions respectives des différentes catégories de campanienne, et notamment – car la C ne se trouve en Gaule interne qu’en quantités insignifiantes, dont un fragment qui vient d’être signalé par A. Guillot à Verdun-sur-le-Doubs – de la A d’une part, d’autre part de la B sous ses divers aspects. La proportion B/A augmente considérablement à partir de la fin du iie s, et surtout à partir du second quart du ier s. Phénomène général, sous des modalités diverses, dans beaucoup de régions, et que l’on observe particulièrement bien en Gaule sur des sites dont les importations de campanienne sont à la fois assez abondantes et assez échelonnées pour autoriser des constatations significatives : ainsi à Vienne, dans la vallée de la Saône, à Roanne et dans le Forez en général, dans le Puy-de-Dôme, à Toulouse et aux environs.

30Rappelons alors la question de H. Vaussanvin : pourquoi la A et la B n’ont-elles guère été importées ensemble alors qu’elles l’auraient pu ? A quoi j’ajouterai cette autre question : pourquoi l’Ibérie reçoit-elle plutôt de la B d’Etrurie alors que la Gaule reçoit plutôt de la B-oïde de Campanie du Nord ? C’est là tout le difficile problème des circuits commerciaux. On doit penser entre autres à des compagnies de commerce liées à tel ou tel colonisateur du littoral, puis de l’intérieur.

31Observons enfin que le faciès des céramiques à vernis noir de la Gaule interne est différent de celui de l’Italie du Nord. Différent, aussi, du faciès du Magdalensberg, caractérisé par des céramiques arétines à vernis noir et par des productions de la région d’Aquilée . Différent, enfin, du faciès suisse, lequel comporte notamment, à Saint-Triphon (Vaud), une coupe à deux anses nord-italienne du iiie s., et des vases tardifs analogues à ceux d’Ornavasso ; ou encore, à Genève, un vase orné d’empreintes de gemmes. Ce sont là des régions pourvues par voie terrestre, à partir de l’Italie septentrionale. Beaucoup plus proches du faciès de la Gaule interne sont en revanche les faciès du Portugal ou du Maroc, contrées plus éloignées de l’Italie et, comme la Gaule, fournies par un commerce maritime, lequel ne se mue que dans un second temps, après une rupture de charge, en commerce terrestre régional.

La campanienne et l’histoire de la Gaule

32On se saurait écrire l’histoire de la Gaule à partir de quelques tessons. Toutefois, il est quelques grandes données historiques que nous devons garder présentes à l’esprit lorsque nous abordons de tels problèmes, comme autant de stimulants pour des questions et des hypothèses.

  • Le rôle de Marseille. Il se peut que la domination de la campanienne A sur un site, surtout quand la chronologie rend possible la concurrence de la campanienne B, doive nous alerter sur l’éventualité d’un commerce marseillais. Non pas certes quant au point de départ en Italie, qui témoigne de l’extraordinaire esprit d’entreprise d’une Campanie devenue romaine ; mais tout au moins pour les modalités de l’acheminement final, qui témoignent en faveur de la cité phocéenne, beaucoup plus ouverte à la A qu’à la B, et peut-être liée par des relations commerciales privilégiées à la zone de Naples.

  • La conquête de la Narbonnaise par Rame. Rappelons-nous la distinction établie par P. Arcelin entre Marseille, où prédomine la A, et le Bas-Rhône, plus romanisé, où la B est plus abondante ; et l’hypothèse, émise ici même par A. Du val, d’une diffusion de potins « séquanes », à partir de la conquête de la Narbonnaise, pour faciliter un commerce qui effectivement semble recevoir alors un coup de fouet. Cette conquête a pu favoriser le remplacement presque complet de la A par la B, remplacement qui ne va pas de soi à ce point dans toutes les régions méditerranéennes.

  • L’amitié éduenne, les Fassae Marianae, ont pu jouer un rôle dans l’infléchissement des circuits commerciaux. Vers 124-121, les Eduens sont donnés comme fratres consanguineique populi Romani, et ce fait, souligné par M. Perrin, a pu, suppose R. Périchon, favoriser des itinéraires évitant le Massif Central. D’autre part, l’ouverture des Fossae Marianae en 102 a dû, comme le conjecture P. Arcelin, accentuer le déplacement de l’origine des approvisionnements en direction de la Gaule interne depuis Marseille vers le Bas-Rhône plus romanisé, facilitant encore la pénétration de la B.

  • – La conquête de la Chevelue, la chute de Marseille sont deux événements qu’il est difficile de distinguer chronologiquement, de même que d’une façon générale il est difficile de distinguer, dans le domaine qui nous intéresse ici, ce qui est de La Tène tardive, césarien, augustéen précoce. L’accélération des événements, jointe aux incertitudes chronologiques qui pèsent sur la campanienne tardive, sont encore des obstacles sérieux à une compréhension des données économiques de la seconde moitié du ier s. av. n. è.

33Il convient au reste de tenir compte en ce domaine, autant et plus que de l’attitude de clients pour qui la céramique à vernis noir était loin de constituer une nécessité vitale, des vicissitudes historiques et de l’agressivité commerciale des diverses zones exportatrices : Naples et/ou Pouzzoles, la Campanie du Nord, peut-être l’Etrurie : vaste programme, en l’état actuel de nos connaissances. On peut toutefois esquisser le tableau suivant. Au iie s., surtout dans la première moitié du siècle, la Gaule est fournie en céramique à vernis noir de façon relativement équilibrée dans les diverses zones de sa moitié Sud-Est – le sillon Rhône-Saône, le Centre, l’Isthme gaulois –, tandis que la période suivante voit une sorte de concentration plus nette autour de l’axe Rhône-Saône. En d’autres termes, si l’on considère les sites recélant des quantités significatives de céramique à vernis noir, la campanienne A (surtout la A ancienne) est plus dispersée que ne l’est la campanienne B, laquelle, hors du sillon Rhône-Saône et de ses abords, ne se trouve guère en quantités notables qu’à Vieille-Toulouse.

34La dimension économique et historique de la présence des céramiques à vernis noir en Gaule interne ne peut actuellement être perçue que de façon très floue encore, et j’ai le sentiment d’avoir apporté à cet égard plus de conjectures et de questions que de constatations. Reste la dimension chronologique, trop négligée peut-être ou du moins soumise à trop de déformations, et qui n’est pas sans importance dès lors que c’est peut-être par le truchement de la campanienne qu’au cours des deux ou trois derniers siècles avant notre ère les données méditerranéennes peuvent contribuer le plus efficacement à préciser la chronologie des sites et des trouvailles de la Gaule interne.

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search