Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Le deuxième Âge du Fer dans la Vallée de la Saône

Remarques concernant la céramique peinte du IIe Âge du Fer en pays éduen

R. Périchon

Texte intégral

1Il faut comprendre dans les termes de « céramique peinte » toute poterie pour laquelle, dans un but artistique, on a fait usage d’une couleur sur le fond écru du récipient autrement que sous forme d’engobe.

2Dès la phase finale du Ier Age du Fer, la céramique peinte, dont l’origine est encore plus ancienne, devient d’un usage relativement fréquent. Selon certaines modes ou influences diverses, elle évolue. Dans un sens général, d’importants documents ont été livrés par les sépultures de la Marne, mais ils présentent de grandes différences avec les vases hallstattiens : il n’est pas possible de découvrir, dans l’état actuel des recherches, beaucoup de liens entre les céramiques peintes de ces deux périodes et de déterminer ainsi une évolution.

3Pendant les différentes phases du IIe Age du Fer, les vases peints sont abondamment confectionnés et utilisés dans certaines régions d’Europe. Dans celles conquises par la suite par Rome, la céramique peinte perpétue une tradition celtique.

4Il est aisé de comprendre l’importance de cette céramique qui, utilisée pendant une longue période, et fabriquée avec des méthodes presque identiques, même lorsqu’il s’agit de découvertes éloignées géographiquement, démontre la persistance d’un usage et d’un art. Elle présente des décors géométriques, floraux ou zoomorphes soumis non seulement à une mode mais aussi participant à des intentions religieuses. Modes ou intentions changent avec le temps ; alors cette céramique peut devenir un élément important de chronologie.

5Il y a quelques années, nous avions proposé précisément quelques idées de chronologie (Périchon, 1974). On nous a reproché de trop grandes « fourchettes » et quelques approximations (Paunier, 1981). C’était oublier que notre étude, à l’époque, ne pouvait être fondée que sur des découvertes anciennes dont il était bien difficile d’appréhender le contexte ; notre prudence devait s’avérer justifiée par des découvertes et des travaux ultérieurs (Gallet de Santerre, 1980 ; Arcelin, 1981). En ce qui concerne plus particulièrement les céramiques peintes de la vallée de la Saône et du pays des Eduens, le problème s’avère complexe en raison de la disparité des sites. Nous disposons de découvertes anciennes, telles celles du Mont Beuvray (Périchon, 1966), encore peu significatives tant que l’ensemble du mobilier découvert n’aura pas été analysé. Découvertes anciennes encore, celles provenant de dragages de la Saône et publiées par Armand-Caillat (Armand-Caillat, 1941). En revanche, il faut considérer comme particulièrement importantes les découvertes plus récentes effectuées par A. Guillot sur le site du Petit-Chauvort, à Verdun-sur-le-Doubs (Guillot, 1971) et par A. Barthelemy sur l’oppidum de Mâcon (Barthélémy. 1963) et dans l’habitat proche de Varennes (Barthélémy, 1979) (fig. 1), Des découvertes effectuées récemment en Saône sont d’un apport intéressant.

  • 1 Ces quelques notes doivent à beaucoup, en tout premier lieu, à MM. Bonnamour et Guillaumet qui nous (...)

6Nous constatons que, par rapport aux découvertes se rapportant au IIe Age du Fer, les sites ayant livré de la céramique peinte sont rares. Cette céramique est, par contre, abondante là où elle a été trouvée. Le sujet est plus ample qu’il n’y paraît, même dans un cadre géographique restreint. C’est la raison pour laquelle nous précisons que notre étude n’est pas exhaustive et, dans le cadre imparti, notre ambition se limite à indiquer quelques orientations de recherches, en soulignant, comme trop souvent, l’insuffisance de nos moyens1.

Fig. 1. – Points de découverte de la céramique peinte dans la vallée de la Saône.

Les découvertes

7Nous les évoquons en indiquant les éléments essentiels rencontrés et en taisant porter nos observations sur des zones géographiques différentes, ce qui ne permet pas de respecter un ordre chronologique. Les éléments de chronologie sont cependant précisés pour chaque cas et ce, dans la mesure du possible.

8Il nous a semblé important d’analyser, en premier lieu, l’axe de la Saône et, en second lieu, l’arrière-pays éduen avec les sites du Beuvray, d’Autun et d’Alise. Un troisième volet nous fait aborder les régions situées à l’Est et au Nord de la vallée de la Saône.

L’axe Rhône-Saône

Varennes-lès-Mâcon

9Il s’agit d’une fouille de sauvetage réalisée il y a quelques années dans une zone d’habitat. Sur une quarantaine de fosses repérées, sept ont été fouillées avec précision (Barthélémy, 1979, p. 8 et 9). Des fours de potiers ayant servi à cuire des céramiques domestiques ont été observés sur cet emplacement. Selon A. Barthélémy, le plan des habitats a été difficile à déterminer ; une fosse à foyer central a cependant livré, entre autres, tout un ensemble de céramiques et d’ossements. La zone proche de Saint-Symphorien a également fait l’objet de sauvetages et un certain nombre de fosses ont été découvertes. Dans l’une d’elles, la fosse XIV, associées à des céramiques domestiques composées de vases ovoïdes et d’écuelles à rebord rentrant, on a recueilli des céramiques peintes de deux types différents. Les monnaies découvertes sur le site donnent une fourchette d’occupation assez large, entre – 80 et la Conquête (BarthéLémy, 1979, p. 18). Un lot important de monnaies séquanes pourrait, toujours selon A. Barthélémy, faire se reposer le problème de la frontière des Eduens et du contrôle de la Saône.

10Les deux types de céramiques peintes observés dans la fosse XIV appartiennent, l’un à un groupe de vases ovoïdes ou balustres de forme haute et l’autre à une sorte de coupe inspirée d’une forme italique (fig. 2).

11Les vases ovoïdes ou balustres, assez classiques, sont confectionnés à l’aide d’une pâte assez fine, devenue rouge à la cuisson et pulvérulente avec le temps. Quelques petits détails dans l’élaboration de ces vases laissent supposer des productions locales : par exemple ta manière d’incurver la lèvre du col, ou encore la présence d’un petit bosselage sur l’épaule, à l’intersection du col et de la panse. Pied et fond présentent également quelques particularités en ce qui concerne le « pliage » du raccordement entre la panse et le fond, le double ombilic dans l’axe du fond. La décoration est rustique : des bandes rouges et blanches, parfois des filets rouges sur fond blanc, ou l’inverse. Le groupe est assez tardif et, en connexion, des fragments de Campanienne B ont été découverts. Plusieurs de ces vases portent en graffiti des indications de provenance ou de propriété.

12C’est ainsi que, dans le même contexte, on observe une coupe confectionnée dans une pâte différente de celle des vases ovoïdes, plus fine encore, avec apparemment la volonté d’imiter les importations italiques. On est proche des formes 28, 29 ou 31 de Lamboglia (Lamboglia, 1952) et les modèles importés qui se rencontrent sont, entre autres, bien attestés à Ensérune, mais aussi dans le centre de la Gaule et dans la vallée de la Saône (Picon, Périchon, 1981). L’élément curieux est, en fait, la peinture qui consiste en une sorte d’engobe rouge, disposé à des fins de décoration sur la partie extérieure du vase. Haut du col, base, fond et intérieur sont laissés écrus. Nous disposons de peu d’éléments de comparaisons avec ce type de vase que nous pouvons cependant, avec quelque prudence, rapprocher de notre forme 11 (Périchon, 1974, p. 119) qui ne se rencontre que rarement, et avec une décoration différente, en Forez.

L’oppidum de Mâcon

13Il a été découvert – de façon archéologique – récemment (Barthélémy. 1963), lors de la construction du central téléphonique et plusieurs points, à l’intérieur de l’enceinte, ont été observés. Barthélémy précise que le plateau, cerné par un rempart, a été occupé à la fin de l’Indépendance et que cette occupation aurait subsisté jusqu’au 1er siècle. La céramique peinte a été découverte dans plusieurs niveaux et les documents les plus significatifs proviennent des niveaux II b et III c de la fouille des Carmélites (Barthélémy, 1963. p. 103), dans un contexte de l’extrême fin de l’Age du Fer, voire augustéen. Il s’agit d’écuelles à panse carénée (Périchon. 1974, p. 119) ou plus ou moins globulaires. à base aplatie (fig. 3, n° 1 et 2). Le fond présente une convexité marquée ; des cannelures concentriques sont vigoureusement tracées sur le fond à l’endroit où le récipient repose sur un support horizontal. Le col se termine par un bourrelet débordant à l’extérieur et son contact avec la panse est marqué par un angle vif. La panse est habillée d’une large bande rouge encadrée par deux bandes blanches qui laissent écrues la base et la partie haute du col. Un motif géométrique peint au jus végétal orne le fond rouge ; il est peu visible.

14Nous verrons plus loin l’intérêt de ce genre de récipient. Notons que les vases peints de forme haute de Varennes et de Saint-Symphorien ne se sont pas rencontrés, dans l’état actuel des recherches, sur l’oppidum même de Mâcon.

Chalon-sur-Saône, dragages anciens en Saône

15Vers 1930, les dragages ont ramené des vases peints du iie Age du Fer (Musée de Châlon, catalogue 1950, n° 313 A et B) ; ils ont été publiés par Armand-Calliat qui n’indique pas le point précis de découverte dans si publication (Armand- Calliat. 1941 et 1958). Il fait étal de deux vases qu’il dit, sans preuves, provenir de Lezoux ou de Montans... A l’examen, il semble que l’un de ces vases (Armand-Calliat, 1958, pl. VII B) soit de fabrication locale ou régionale ; c’est une forme haute, ovoïde. Le col est à peu près cylindrique et s’achève par une lèvre triangulaire. Un angle vif marque la séparation entre le col et la panse ; cette dernière se rattache à un pied légèrement évasé. La pâte est assez fine mais semble mal travaillée. Quant à la décoration, elle ne consiste qu’en simples bandes horizontales rouges disposées aux deux extrémités de la panse.

Fig. 2. – Découvertes de Varennes/Saint-Symphorien (dépôt de fouilles du G.A.M., Mâcon). Code des couleurs : blanc = fond blanc : noir = peinture au jus végétal, en général brun-violet ; points en trame = rouge ; traits horizontaux en trame = parties du vase laissées écrues.

Fig. 3. – 1 et 2 : vases de l’oppidum de Mâcon (dépôt de fouilles du G.A.M. à Mâcon). 3 à 5 : vases du Petit-Chauvort, d’après A. Guillot (Musée de Chalon-sur-Saône).

Fig. 4. – Vases recueillis lors de dragages récents de la Saône. Photo R. Périchon,

16Le deuxième vase est aussi une forme haute (Armand-Calliat, 1958, pl. VII B) mais sa conception est différente. Il est proche de notre forme 6 (Périchon, 1974. pl. 1) à ce détail près que le rattachement du col à la panse n’est pas marqué par un angle : le col est déversé, la lèvre manque. La base du récipient ne possède pas de pied ; le fond est légèrement soulevé. L’ornementation a beaucoup souffert du séjour dans l’eau ; elle s’avère cependant intéressante. En effet, le vase est presque entièrement recouvert de bandes alternées rouge sombre et blanches et un décor géométrique au jus végétal, composé de lignes horizontales et de motifs en « échelle » inclinés, se superpose indifféremment aux bandes horizontales blanches et rouges. Il pourrait s’agir d’une importation de l’Est.

Dragages récents en Saône (environs de Chalon-sur-Saône)

17Le musée de Chalon détient deux autres céramiques peintes et découvertes en des points différents (inv. 64.24.4 et 83.13.26) plus un fragment provenant d’un grand vase ovoïde (Inv. 82. 18.12).

  • Pont celtique (?) de Chalon (fig. 4, n° 1). Il s’agit d’un assez grand vase de forme haute, incomplet. Sa hauteur est d’environ 0,28 m. Le col est probablement déversé, assez étroit, et se rattache à la panse par un léger arrondi. La panse est ovoïde, mais allongée vers le bas ; elle se rattache à un pied étroit muni d’un astragale. Le pied lui-même s’évase et le fond est soulevé. La fabrication a été, sans doute, effectuée en plusieurs fois. Ce vase est tourné. Quelques légères traces d’engobe blanc indiquent qu’il a été peint. C’est un produit d’importation que l’on peut rattacher, comme le suivant, à des productions marniennes plus ou moins tardives (Brliz-Malher, 1971). Le contexte de cette découverte est imprécis.

  • Châtenay-en-Bresse, lieu-dit Verdenet (fig. 4, n° 2). C’est un petit vase à panse sphérique, à peu près entier, qui a été découvert. Sa hauteur est d’une vingtaine de centimètres. Le col forme deux petits cônes tronqués dont les parties les plus étroites se rencontrent à mi-hauteur : la lèvre, assez large, est déversée. Un épaulement marque le rattachement du col à la panse. Cette dernière, légèrement aplatie, se raccorde par un nouvel épaulement à un pied creux à base élargie. La peinture y est plus visible que sur le vase précédent, mais essentiellement dans la partie haute du récipient ; il s’agit de lignes brunes horizontales, épaisses ou fines ; elles s’intercalent, disposées sur un fond rouge ou blanc. La panse était probablement engobée de blanc et ornée à partir du renflement le plus large d’autres bandes de couleur rouge brun. Il s’agit, tant en ce qui concerne la fabrication du vase que sa décoration, d’un travail assez soigné. Le contexte dans lequel il a été découvert est très large : du Bronze Ancien à la période gallo-romaine. Mais la présence, dans ce même contexte, d’épées de La Tène I et II nous conforte dans notre hypothèse d’attribution à une production marnienne (Bretz-Malher, 1971, pl. 120, fig. 5).

  • Lieu-dit Saunière. En aval des Iles Percées a été découvert un assez gros fragment de vase ovoïde peint, sous 5 m de sédiments ! Ce vase possédait une panse habillée de blanc et ornée en surimpression de décors géométriques en « échelle ». La zone blanche est limitée par une assez large bande rouge bordeaux qui fait le lien avec le reste écru de la panse. D’autres céramiques recueillies en cet endroit se rapportent au Ier Age du Fer et semblent sans lien avec ce fragment de vase peint que nous estimons assez tardif.

Verdun-sur-le-Doubs

18Il s’agit d’une découverte fortuite suivie d’une fouille de sauvetage, en 1969/70, à l’extrémité Nord-Est du hameau du Petit-Chauvort, commune de Verdun-sur-le-Doubs, sur la rive gauche de la Saône, à 2 km environ en aval de son confluent avec le Doubs. Des voies antiques sont proches de ce site qui a livré, entre autres, une quantité de céramiques peintes dans un contexte relativement homogène (Guillot, 1971).

19Les séries du Petit-Chauvort, signalées par A. Guillot, sont les plus importantes, mais d’autres fragments, moindres, de vases peints ont été recueillis à quelques kilomètres de là, sur le territoire des communes de Verjux et Damery. Le contexte des découvertes du Petit-Chauvort peut surprendre par la variété des vestiges recueillis, laissant supposer une période d’occupation assez longue couvrant la dernière partie du IIe s. avant notre ère et la première moitié du 1er : outre les os d’animaux, les nombreux fragments de céramiques domestiques communes, sept pièces de monnaie de « potin » ont été recueillies, mais aussi des tessons de céramiques à vernis noir italiques (type A de Lamboglia) et des amphores républicaines (Guillot, 1971, p. 3).

Fig. 5. – Vase du Petit-Chauvort. Photo R. Périchon.

20On peut remarquer plusieurs séries de vases peints, tous de forme haute. Guillot en distingue deux. L’une consiste en vases à fond blanc encadré par des bandes rouges ; en surimpression sur le fond blanc, des décors géométriques sépia relativement variés : échelles, lignes ondées, traits entrecroisés inscrits dans des carrés en diagonale ou entre deux bandes horizontales parallèles, larges courbes... Dans ce lot, un certain nombre d’éléments sont probablement originaires du Plateau suisse, voire de plus loin, à moins que leur fabrication n’ait été directement influencée par des importations en provenance de Suisse ou de la vallée du Danube. Les travaux que nous avons en cours portent sur l’identification de ces importations (fig. 3, n° 3 à 5).

21L’autre série est également intéressante, car il semble s’agir d’une fabrication locale de vases de forme haute (Périchon, 1974, pl. I, fig. 2). Ce sont des vases tournés dont le décor consiste en bandes de couleur rouge bordeaux, parallèles et horizontales, apposées sur un fond blanc (fig. 5). La pâte est peu soignée, de couleur saumon. Curieusement, la surface interne est couverte d’un enduit brun, ainsi que l’extérieur du pied. Certains de ces vases peuvent présenter une sorte d’étranglement vers la partie la plus renflée de la panse (Guillot, 1971. pl. 1, fig. 1). Il ne semble pas, en l’état actuel des recherches, que ce groupe ait eu une très large diffusion ; il mériterait cependant une analyse plus approfondie.

22Les datations restent dans une « fourchette » un peu large : amphores républicaines de la fin du iie s., céramiques à vernis noir tardives... Guillot (1971. p. 5) situe l’occupation du site entre 120 et 80 avant notre ère.

Découvertes à l’intérieur du Pays éduen

23Le Mont Beuvray – la Bibracte des Eduens – est le seul site dont nous pouvons faire état. Les fouilles anciennes, et plus particulièrement celles effectuées par Bulliot, ont livré quantité de céramiques peintes, publiées dans l’album de Thiollier avec des reconstitutions ou des restitutions parfois fantaisistes (Thiollier, 1899, pl. 6, fig. 1). Il semble que la céramique peinte soit très abondante au Beuvray ; son étude est à faire. Il y a quelques années, nous avons retrouvé les carnets de fouilles de Bulliot dans la bibliothèque de Joseph Déchelette, à Roanne ; l’analyse de ces notes a permis de reconstitue, avec les vestiges déposés au Musée des Antiquités Nationales, des ensembles clos dont la publication est prévue. Nous n’avons pas la prétention d’analyser ici l’ensemble des poteries peintes du Beuvray ; mais quelques observations sont déjà possibles. On peut distinguer trois grands groupes.

24Un groupe très important est composé de formes hautes à décor géométrique peint sur un fond blanc encadré par des bandes horizontales rouges. L’examen des vases de ce groupe montre des origines différentes : certains sont importés, d’autres de fabrication locale ou régionale, sans qu’il soit possible, en l’état actuel des travaux, de les bien distinguer. Pour la plupart, ils appartiennent à nos formes 2 et 4 (Périchon, 1974. pl. 1). Dans ce même groupe, nous pouvons ajouter quelques vases en forme de gobelet décorés de ponctuation, comme il en a été découvert à Roanne, à l’institution Saint-Joseph (Périchon, 1974, p. 24).

25Un deuxième groupe est représenté par un récipient intéressant, pas très fréquent, déjà décrit parce que découvert sur l’oppidum de Mâcon (cf. supra). Il s’agit d’un vase à panse plus ou moins globulaire, aplati à la base. Le fond est généralement convexe et marqué par des cannelures concentriques. L’exemplaire que nous présentons est incomplet (fig. 6, n° 1). Le col se rattache à la panse par une petite arête et se termine par un léger bourrelet débordant à l’extérieur. L’ornementation est géométrique. La panse est habillée de rouge sombre et encadrée de bandes blanches horizontales. La partie supérieure du col et la partie basse de la panse sont laissées écrues. Ces productions sont, à Roanne, un peu antérieures ou contemporaines à la période augustéenne (Cabotse, Périchon, 1963). On en a découvert dans des contextes paraissant plus anciens à Lyon ; ils sont pour le moment inédits. Ce récipient annonce le bol de « type Roanne » (Cabotse, 1962) et nous avons découvert, tant sur l’oppidum de Jœuvre qu’à Roanne, un certain nombre de vases ou de fragments nous montrant l’évolution de ce type : le col se place de plus en plus dans le prolongement de la panse ; l’angle vif formé par le rattachement du col à la panse s’estompe et n’est plus marqué que par une toute petite gorge : on abandonne enfin le fond rouge encadré de blanc pour un fond blanc encadré de rouge.

26Le troisième groupe est constitué par le bol de Roanne (Périchon, 1974, forme 16) qui est bien représenté au Beuvray ; les séries du M.A.N. et du musée Rolin, à Autun, en comportent une certaine quantité. Ce récipient, qui apparaît dans des contextes contemporains de la Conquête, a une longue existence puisque nous le retrouvons à Roanne sous les Antonins (Périchon, 1974, p. 80). Nous présentons dans cette étude un exemplaire (fig. 6, n° 3) très classique du Beuvray, à panse hémisphérique, garnie d’un engobe blanc supportant les décors géométriques, en l’occurrence assez variés : petites échelles horizontales, « parenthèses », grandes échelles horizontales dont les barreaux sont séparés par de fines lignes ondées. Ce fond blanc, support des motifs géométriques, est limité, au col et à la base, par deux bandes rouges horizontales. L’analyse des décors fait ressortir qu’il ne s’agit pas nécessairement de productions de la région lyonnaise ou de la région roannaise, encore que la finesse du dessin rappelle beaucoup les productions roannaises. Nous inclinons cependant à penser qu’il s’agit d’une production locale dont l’emplacement reste à découvrir et peut se situer (pourquoi pas ?) sur le Beuvray même, en tenant compte de l’existence d’argiles dans la proche région.

27Le Beuvray, pour le moment, ne nous donne pas d’éléments de chronologie particulièrement précis. Nous pouvons dire seulement que les trois groupes de récipients que nous venons de décrire sont antérieurs au début de notre ère, les plus anciens appartenant au groupe des formes hautes. Il n’apparaît pas que ces derniers remontent au-delà de 150 avant notre ère. De toute évidence, les travaux en cours évoqués plus haut seront d’un apport capital pour l’établissement d’une chronologie plus précise. Il est important de souligner que le bol de Roanne se rencontre à Autun dans des contextes plus récents prolongeant, comme nous l’avons constaté à Roanne, une tradition gallo-celte.

Fig. 6. – Vases découverts au Mont Beuvray (Musée des Antiquités Nationales).

Fig. 7. – Diffusion possible du bol de Roanne dans sa phase précoce. A : Alésia. B : Mont Beuvray. R : Roanne. L : Lyon. V : Vienne. I : Leroux. C : Clermont-Ferrand.

Autres découvertes

28Des régions voisines de la vallée de la Saône et du pays éduen ont également livré de la céramique peinte. Nous évoquons ces découvertes pour mémoire mais sans vouloir être exhaustif, surtout parce que certaines d’entre elles sont récentes et permettent de placer dans un cadre plus large les poteries éduennes.

29Des vases peints à décors géométriques ont été découverts à Yzernore, dans l’Ain. Il s’agit de vases ovoïdes à bande blanche qu’il est possible, avec prudence, de rapprocher des vases tardifs du Petit-Chauvort et de Mâcon. Un bol est rattachable aux productions de Roanne (C. Lemaitre, 1977). L’ensemble mérite analyse.

30Plus au nord, en Côte-d’Or, des fouilles inédites du Dr Planson ont permis la découverte, dans une fosse d’époque augustéenne, sur le site des Bolards, de toute une série de céramiques peintes de forme haute dont la décoration est assez sommaire : la fabrication semble locale mais la diffusion reste inconnue. Cette même fosse a livré des fragments de bol de Roanne de fabrication assez soignée qu’on pourrait peut-être rapprocher de certains produits identiques rencontrés à Alésia. Il nous a été donné d’observer sur ce dernier site différents types de céramiques peintes découvertes dans des contextes postérieurs à la Conquête. Dans un certain nombre de cas, il ne s’agit que de vases en forme de gobelets plus ou moins hauts, simplement engobés de blanc et présentant de fines incisions faisant ressortir l’écru de la pâte ; certains peuvent être décorés de minces filets rouges. Mais le bol de type Roanne a été découvert à Alésia ; les fragments observés sont soignés et pourraient appartenir au même groupe que ceux des Bolards ; il est possible de découvrir, là encore, un ou plusieurs centres de fabrication (fig. 7).

31Un peu plus loin encore une découverte a été effectuée à Besançon (Doubs), dans la ville même ; elle consistait en fours et fosses contenant des amphores italiques de la fin de l’Age du Fer, ainsi que des céramiques domestiques et peintes. Ces dernières sont remarquables et, tant par la forme que par les décors, suggèrent une production locale originale. Il s’agit de formes hautes décorées de bandes parallèles horizontales rouges entre lesquelles se développent des motifs géométriques. Les vases s’apparentent à notre forme 2 (Périchon, 1974, pl. 1) avec une différence en ce qui concerne le pied qui, après un étranglement, forme une sorte de redan et possède un fond soulevé. L’ensemble du mobilier recueilli laisse supposer une phase tardive du iie Age du Fer, peut-être même postérieure à la Conquête (Millotte 1968, pl. 15 et 16).

32Sur un axe pouvant conduire au Plateau suisse, les céramiques recueillies dans la grotte de Treffiez (Jura) méritent attention. Une céramique peinte semble provenir de la vallée du Danube (Excoffier, Périchon, 1974), Il s’agit d’une forme ovoïde malheureusement incomplète, présentant des décors géométriques assez caractéristiques de productions telles celles rencontrées par exemple à Manching (Maier, 1970) ou, dans une zone plus proche, à Vindonissa (Ettlinger, 1952).

33Une attention toute particulière doit être apportée aux découvertes de vases peints dans la région des lacs – Léman, Annecy, Le Bourget – qui possède des productions homogènes assez faciles à distinguer des importations. En effet, il s’agit souvent de décors d’oiseaux réalisés sur des formes plus ou moins proches de celle du bol de Roanne. Une étude récente nous permet de connaître assez bien la céramique peinte de Genève et de sa région (Paunier, 1981). En revanche, il n’en va pas de même pour les découvertes de la région d’Annecy connues seulement par des publications anciennes (Marteaux et Leroux, 1913) alors que de nombreuses découvertes ont été effectuées depuis (Broise, 1960).

34Il est également nécessaire d’être attentif aux découvertes récentes effectuées à Bâle, non seulement en raison des éléments de chronologie recueillis sur les sites de F « Usine à Gaz » et de la « Colline de la Cathédrale » (Berger, Furger-Gunti, 1978), mais encore par ce que représentent ces établissements en tant que lieux de passages et centres de diffusion de quantité de produits, y compris la céramique peinte.

Commentaire

35Ce tour d’horizon est sommaire et n’a la prétention que de dégager certaines idées ou thèmes de recherches.

36Un premier fait apparaît, c’est le manque évident de précision en ce qui concerne les contextes, tant ceux des trouvailles anciennes que récentes. En effet, les sites « terrestres » sont peu nombreux et les fouilles non exhaustives, ce qui fait qu’on n’a qu’une idée partielle des contextes : il est également malaisé de dater avec précision le mobilier extrait de la Saône... Quelques idées se dégagent cependant !

37Sur les sites de Mâcon, on note :

  • Pas ou peu de vestiges remontent à une période ancienne de l’Age du Fer.

  • Des céramiques peintes apparaissent dans des horizons récents de l’Age du Fer, certaines étant postérieures à la Conquête. Elles peuvent se répartir en trois groupes.

    1. Un groupe ovoïde de forme haute, de fabrication locale, relativement proche des séries du Petit-Chauvort et des Bolards.

    2. Un deuxième groupe est constitué par un type de coupe peint en rouge sombre avec bande écrue dans le haut, imitation probable des dernières importations de campaniennes et pour lequel le seul élément possible de comparaison est une petite série découverte au Crêt-Châtelard (Loire) (Périchon, 1974, pl. 18. fig. 3). Il peut s’agir d’une production locale.

    3. Un dernier groupe enfin est représenté par une écuelle à col dit cylindrique bien connue à Roanne (Périchon, 1974. pl. 15, fig. 4, 5 et 7). au Crêt-Châtelard (Ibid., pl. 18, fig. 2), au Beuvray (Thiollier, 1899. pl. V, fig. Il et 16) et à Lyon. Il s’agit peut-être d’une production lyonnaise qui se serait diffusée le long de la vallée de la Saône et serait, dans la même période, parvenue dans la vallée de la Loire à travers les Monts du Lyonnais par des étapes et un cheminement qui restent à préciser. Cette écuelle est le seul élément de liaison entre la vallée de la Saône et le Mont Beuvray. En effet, les productions tardives de formes hautes ou de vases-balustres, si elles sont représentées au Beuvray, ne semblent pas provenir de centres de production comme Lyon, Vienne ou Roanne. On note l’absence, jusqu’à ce jour, de découverte de bol de Roanne sur les sites de Mâcon.

38Dans la région de Chalon, nos observations permettent de dégager les idées suivantes :

  • Des céramiques de type marnien circulent dans la vallée de la Saône pendant une séquence ancienne du iie Age du Fer.

  • Dans une phase un peu plus récente, ce sont des céramiques peintes provenant d’Allemagne du Sud ou du Plateau suisse qui atteignent la vallée de la Saône, souvent pour une diffusion plus lointaine.

  • En même temps que des importations (peu faciles à distinguer), des fabrications locales se font jour, en particulier la production de vases ovoïdes ou balustres peu soignés, à décor de bandes horizontales blanches ou rouges (Petit-Chauvort).

39Nous ne reviendrons pas sur les problèmes si particuliers au Beuvray dont l’étude sera enrichissante, mais où se pose la question de la présence d’un type précoce de bol de Roanne, bol dont on constate avec étonnement l’absence sur tout un secteur de la vallée de la Saône. Est-ce réellement une absence de découverte ou ce récipient a-t-il suivi des cheminements différents ? L’analyse attentive de deux gisements de Tournus, Champsemard et Les Sept-Fontaines, dans lesquels aucun fragment de bol de type Roanne ne s’est rencontré, nous laisse perplexe, d’autant plus que ce type se répand largement dans la vallée du Rhône, jusque sur la côte méditerranéenne (Arcelin, 1981).

40Quoi qu’il en soit, nous manquons d’un inventaire précis des découvertes et une première phase de travail devrait déboucher sur un large programme d’analyses physico-chimiques ; on sait l’intérêt et l’utilité des résultats (Vichy, Périchon, Picon, 1978). Ceci permettrait de mettre au point le problème des importations et des influences et de mieux dégager, au moins pour certaines périodes, les centres locaux ou régionaux de productions. On pourrait appréhender à ce moment les diffusions à partir de ces centres, parfois importants, et plus nombreux qu’on ne croit. L’un des modestes mérites de cette note aura été d’en démontrer la présence.

Bibliographie

Bibliographie

Arcelin P., 1981 : « Les céramiques de type celtique de Provence ». R.A.E.. Etudes offertes à J.J. Hatt, t. XXXII, 1981, fasc. 3-4, p. 33-66.

Armand-Calliat L., 1941 : « Note relative à des vases antiques trouvés dans la Saône à Chalon », Bull. Soc. Antiquaires de France, p. 215 à 219.

Armand-Calliat L., 1958 : « Le Chalonnais à l’époque de La Tène », Bull. arch. du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, p. 108-128.

Barthélémy A., 1963 : « Matisco à la lumière des découvertes récentes », Bulletin du G.A.M., n° 3, p. 97-107.

Barthélémy A., 1979 : La Saône, 10 000 ans d’histoire, Catalogue d’exposition. Musée des Ursulines. Mâcon, 27 p., 8 pl.

Berger L., Furger-Gunti A., 1978 : « L’usine à Gaz et la Colline de la Cathédrale à Bâle », Actes du Colloque de Châteauroux, Bouges-le-Château, Levroux, p. 173-186.

Bretz-Mahler D., 1971 : La civilisation de La Tène I en Champagne, le faciès marnien, XXIIIe supplément à Gallia.

Broise P., 1962 : « Bilan des découvertes aux Fins de 1930 à 1960 », Congrès des Sociétés savantes, Chambéry, p. 103-109.

Bulliot J.-G., 1899 : Fouilles au Mont-Beuvray (ancienne Bibracte), de 1867 à 1895, Autun.

Cabotse J., 1962 : « Introduction à l’étude des vases peints du “type Roanne” », Revue Archéologique du Centre, I, p. 246-249.

Chapotat G., 1970 : Le matériel de la Tène III trouvé sur la colline de Sainte-Blandine, C.E.R.G.R., Lyon.

Déchelette J., 1904 : Les fouilles du Mont-Beuvray de 1897 à 1901, Autun.

Ettlinger E., Simonnet Ch., 1952 : Spätlatèneware in romische Keramik aus den Schutthügel von Vindonissa, Gesellschaft pro Vindonissa, 3, p. 8 et suiv.

Excoffier R., Périchon R., 1974 : « Un intéressant vase peint découvert dans la grotte de Treffiez (Ain) », Revue Archéologique du Centre, 49, 50, p. 97-104.

Gallet de Santerre H., 1980 : Ensérune, les silos de la terrasse est, XXXIXe supplément à Gallia.

Guillot A., 1971 : « La céramique peinte de La Tène du „ Petit-Chauvort ”, Verdun-sur-le-Doubs », Revue de la Physiophile, 74, p. 1-10.

Lamboglia N., 1952 : Per una classificazione della ceramica campana. Institut international d’études ligures, Bordighera, p. 139-206.

Maier F., 1966 : « Die zur Vindonissa-Roanne-Gruppe bemaltcr Frükaiserzeitlicher Keramik », Helvetia Antiqua, Festschrift Emil Vogt. Beiträge zur Prähistorie und Archäologie der Sehweiz, p. 159-166.

Maier F., 1970 : Die Bemalte spätlatene Keramik von Manching, F. Steiner. Wiesbaden.

Marteaux Ch., Le Roux M., 1913 : Boutae (Les Fins d’Annecy), vicus gallo-romain de la cité de Vienne, Académie florimontane, Annecy.

Millotte J.-P., 1968 : « Céramiques de Besançon, compte rendu de la circonscription de Franche-Comté », Gallia, XXVI, p. 443 et suiv.

Morel J.-P., 1965 ; Céramiques à vernis noir du Forum romain et du Palatin, 3e supplément aux M.E.F.R., Paris.

Paunier D., 1981 : La céramique gallo-romaine de Genève, Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, IX, Genève.

Périchon R., 1966 : « Note complémentaire concernant l’album des fouilles du Mont-Beuvray », Celticum XV, Rennes.

Périchon R., 1974 : La céramique peinte gauloise et gallo-romaine en Forez et dans le Massif Central, Centre d’Etudes Foréziennes. Thèses et mémoires, n° 6, Roanne – Saint-Etienne.

Picon M., Périchon R., 1981 : « Provenance des céramiques campaniennes B découvertes dans le centre de la Gaule, la région lyonnaise et la vallée de la Saône », Colloque de Balbigny, Roanne et Saint-Etienne, Centre d’Etudes Foréziennes, Archéologie n° 7, p. 221-231.

Taylor D.-M., 1957 : Cosa : Memoire of the American Academy in Rome, t. XXV, p. 65-193.

Thiollier F. et N., 1899 : Fouilles du Mont-Beuvray, ancienne Bibracte, Album, Saint-Etienne.

Vichy M., Périchon R., Picon M., 1978 ; « Essai de classification en laboratoire des bols de “type Roanne” », Colloque de Balbigny, Roanne et Saint-Etienne, Centre d’Etudes Foréziennes, Archéologie n° 7, p. 202-209.

Notes

1 Ces quelques notes doivent à beaucoup, en tout premier lieu, à MM. Bonnamour et Guillaumet qui nous ont facilité l’accès aux collections du musée Denon (Chalon-sur-Saône). Nous remercions également très sincèrement MM. Guillot et Barthélémy qui ont mis à notre disposition leurs découvertes. M. Ponsonnet, dessinateur à l’U.E.R. de Lettres de Saint-Etienne, s’est chargé des cartes et M. Sauvade des dessins de céramiques. Paulette Gillet a revu notre texte... Que tous trouvent ici l’expression de notre vive gratitude.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Points de découverte de la céramique peinte dans la vallée de la Saône.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 2. – Découvertes de Varennes/Saint-Symphorien (dépôt de fouilles du G.A.M., Mâcon). Code des couleurs : blanc = fond blanc : noir = peinture au jus végétal, en général brun-violet ; points en trame = rouge ; traits horizontaux en trame = parties du vase laissées écrues.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20973/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 3. – 1 et 2 : vases de l’oppidum de Mâcon (dépôt de fouilles du G.A.M. à Mâcon). 3 à 5 : vases du Petit-Chauvort, d’après A. Guillot (Musée de Chalon-sur-Saône).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20973/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 4. – Vases recueillis lors de dragages récents de la Saône. Photo R. Périchon,
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20973/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 5. – Vase du Petit-Chauvort. Photo R. Périchon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20973/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 6. – Vases découverts au Mont Beuvray (Musée des Antiquités Nationales).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20973/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 7. – Diffusion possible du bol de Roanne dans sa phase précoce. A : Alésia. B : Mont Beuvray. R : Roanne. L : Lyon. V : Vienne. I : Leroux. C : Clermont-Ferrand.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20973/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search