Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Le deuxième Âge du Fer dans la Vallée de la Saône

La Faune domestique du village Gaulois de Varennes-lès-Mâcon

Pierre Ayroles

Texte intégral

1La faune recueillie sur le gisement de Varennes-lès-Mâcon a été divisée en deux lots en raison des conditions de la découverte. Le premier de ces lots provient du sauvetage rapide d’une quinzaine de fosses plus ou moins entamées par les engins avant notre intervention. Il comporte 1318 ossements déterminés. Le décompte des fragments indéterminables n’a pas été fait, car leur grand nombre est dû moins aux conditions de fossilisation ou aux habitudes alimentaires des anciens habitants qu’au passage des engins et aux conditions de sauvetage. Le second lot provient de la fouille intégrale de ce que nous appelions « la grande fosse » ou « la grande hutte ». Il comporte 1 260 restes osseux dont 1 106 ont été déterminés.

Méthode

  • 1 Je tiens à remercier M. Jean Combler, Maitre de Recherches au C.N.R.S. et Directeur des Antiquités (...)

2La détermination a été faite en deux temps. En premier lieu, détermination brute, par examen visuel des pièces et en second lieu détermination ostéométrique par la mensuration des restes osseux. Grâce aux mesures prises, il est possible de vérifier l’homogénéité des lots attribués en premier lieu à une espèce1. Toutefois, n’étant pas sûr de toutes mes déterminations pour les fragments de côtes et vertèbres, j’ai préféré les écarter des pourcentages présentés dans ce travail. La faible proportion de ces ossements, 2,9 pour les côtes et 3,5 pour les vertèbres, sur l’ensemble de la faune de la grande fosse, ne peut faire varier de façon significative les autres pourcentages étudiés.

3Les mensurations ont porté sur l’ensemble de la faune du gisement, mais les pourcentages de présence des espèces et les pourcentages de fréquence des classes d’ossements n’ont été calculés que sur la série intégrale provenant de la grande hutte.

Les espèces en présence

4Cinq espèces domestiques ont été rencontrées à Varennes-lès-Mâcon : le bœuf, le porc, le mouton, le chien et le cheval (tableau I). Un ossement d’oiseau n’a pas été déterminé. On note l’absence totale d’animaux sauvages, que l’on rencontre souvent dans la faune des gisements protohistoriques et, en particulier, l’absence du cerf et du sanglier. N’ayant récolté sur l’ensemble du gisement aucune dent de cervidé, on pourrait conclure à l’absence probable du cerf. Néanmoins, quelques ossements de cette espèce auraient pu être confondus avec ceux du petit bœuf. L’homogénéité des mensurations des ossements de celui-ci nous a persuadé de l’absence effective du cerf sur le site. De la même façon, ne connaissant pas de caractères ostéologiques véritablement distinctifs entre le porc et le sanglier, j’aurais pu ne pas reconnaître quelques ossements de l’espèce sauvage. Mais, également dans ce cas, l’homogénéité des mesures plaide en faveur d’une seule espèce, le porc.

Tableau I. – Nombre d’ossements déterminés et pourcentage des espèces en présence.

Tableau I. – Nombre d’ossements déterminés et pourcentage des espèces en présence.
  • 2 Pourcentages fournis dans les publications ou calculés d’après les nombres d’ossements cités.

5Dans le tableau II, on peut comparer les pourcentages des espèces présentes à Varennes-lès-Mâcon avec ceux de quelques sites du centre de la France2. Bien que le nombre des sites comparés soit faible, on peut néanmoins noter que, dans le département voisin de la Côte-d’Or, au 1er Age du Fer et hormis les animaux chassés, les proportions d’animaux domestiques sont assez proches de celles de Varennes-lès-Mâcon et, tout au moins, que le bœuf est l’animal dominant. A l’époque gallo-romaine, en revanche, le porc semble prendre un net avantage, et l’importance de la chasse diminue dans les ressources en viande.

Tableau II. – Comparaison des fréquences des espèces dans les gisement suivants : A, station de Saint-Romain (Côte-d’Or), Hallstatt ; B, Varennes-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), La Tène III ; C, station de Saint-Romain (Côte-d’Or), Gallo-romain, habitat temporaire ; D, Saint-Marcel (Indre), Gallo-romain, dépotoir du 1er siècle (dans ce dernier gisement il faut ajouter 27 % d’ossements qui n’ont pu être attribues avec certitude au porc ou au sanglier).

Tableau II. – Comparaison des fréquences des espèces dans les gisement suivants : A, station de Saint-Romain (Côte-d’Or), Hallstatt ; B, Varennes-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), La Tène III ; C, station de Saint-Romain (Côte-d’Or), Gallo-romain, habitat temporaire ; D, Saint-Marcel (Indre), Gallo-romain, dépotoir du 1er siècle (dans ce dernier gisement il faut ajouter 27 % d’ossements qui n’ont pu être attribues avec certitude au porc ou au sanglier).

Le bœuf (Bos taurus L.)

6A Varennes-lès-Mâcon, le bœuf est un animal de petite taille qui s’apparente nettement au petit bœuf des Palafittes, trouvé dans les stations néolithiques suisses, la sous-espèce Bos taurus brachyceros Rütimeyer. Aucun métacarpien entier ne nous est parvenu pour nous permettre une évaluation directe de la taille du bœuf de Varennes, Ce n’est qu’indirectement que l’on peut tenter cette évaluation. P. Ducos (Ducos, 1968) a estimé que la taille du petit bœuf de Tel-Aviv, du Chalcolithique de Palestine, très proche du petit bœuf des Palafittes, est comprise entre 105,3 cm et 109,5 cm. Le tableau III montre que les autres dimensions du métacarpien du bœuf de Varennes sont très proches de celles de Tel-Aviv, et que les dimensions moyennes de l’humérus, du radius et de l’astragale sont même un peu plus petites. Il est donc probable que le bœuf de Varennes-lès-Mâcon, de très petite taille, ne dépassait pas 1,10 m au garrot.

7Il est possible, en examinant les dents, de déterminer l’âge des animaux. Pour ce faire, j’ai utilisé deux méthodes distinctes : celle basée sur l’examen des mâchoires et de la date de sortie des dents, d’après les données de F.-X. Lesbre (Lesbre. 1930) et celle qui est basée sur l’indice d’usure des molaires d’après les données de P. Ducos (Ducos, 1968). La première méthode donne de bonnes précisions pour le jeune âge, mais plus rien au-dessus de 3 ans où toutes les dents définitives sont en place. La deuxième méthode permet de tracer une courbe d’âge que l’on peut comparer à la courbe donnée par une population naturelle (fig. I, en haut). Il y a désaccord entre les deux méthodes en ce qui concerne les estimations sur les proportions des jeunes animaux, mais il y a accord pour montrer que les adultes sont en très grande majorité (tableau IV).

Tableau III. – Comparaison des mensurations des ossements de bœuf (valeurs moyennes) : A, Varennes-lès-Mâcon ; B, race de Tel-Aviv, Israël, Chalcolithique (d’après P. Ducos, 1968) ; C, Burgäschisce-süd. Suisse. Néolithique et D. Saint-Aubin, Suisse, Néolithique (d’après Dottrens, cité par P. Ducos, 1968).

Tableau III. – Comparaison des mensurations des ossements de bœuf (valeurs moyennes) : A, Varennes-lès-Mâcon ; B, race de Tel-Aviv, Israël, Chalcolithique (d’après P. Ducos, 1968) ; C, Burgäschisce-süd. Suisse. Néolithique et D. Saint-Aubin, Suisse, Néolithique (d’après Dottrens, cité par P. Ducos, 1968).

Tableau IV. – Estimation de l’âge d’abattage du bœuf.

Tableau IV. – Estimation de l’âge d’abattage du bœuf.

Fig. 1. – En haut : répartition des fréquences des classes d’âge du bœuf : en pointillé, courbe d’une population naturelle. – Au milieu : répartition des fréquences des classes d’âge du porc : en pointillé, courbe d’une population naturelle. – En bas : répartition des fréquences des classes d’âge du mouton : en pointillé, courbe d’une population naturelle.

8L’examen de la courbe montre un creux dans la classe 2-4 ans, et un sommet dans la classe 6-10 ans. Ceci signifie que l’on tuait un nombre appréciable de jeunes animaux, peut-être une partie des mâles, que l’on épargnait les jeunes restant, et que plus de 70 % des animaux abattus avaient plus de 4 ans.

9Il semble donc que, à Varennes-lès-Mâcon, on n’était pas encore très bien fixé sur la méthode d’élevage. Si celui-ci avait été basé sur la production de la viande, il y aurait, sur la courbe, un pic dans la classe 4-6 ans, puis une chute brutale pour les âges plus avancés où il ne serait resté que les reproducteurs. Si l’élevage avait été basé sur la production du lait, il y aurait probablement une lente montée de la courbe jusqu’à la classe 10-12 ans, âge où les bêtes auraient été réformées et abattues.

10Les éleveurs de Varennes-lês-Mâcon tentaient sans doute de concilier deux productions, la viande et le lait, qui, pour les éleveurs modernes, sont considérées comme des activités différentes. Il est également à noter qu’au 1er s. av. J.-C., le type de bœuf est le même que dans les stations lacustres et qu’en Palestine 3 500 ans av. J.-C.

Le porc (Sus domesticus L.)

11C’est également un animal de petite taille, tout à fait comparable au petit porc des Palafittes du Néolithique suisse. Sus scrofa palustris Rütimeyer (tableau V).

Tableau V. – Comparaison des mensurations des ossements de porc (valeurs moyennes) : A, Varennes-lès-Mâcon ; B, Sus scofra palustris, Chalcolithique de Palestine (d’après P. Ducos, 1968) ; C, Sus scrofa palustris, station lacustre d’Auvernier, Suisse. Néolithique (d’après P. Josien, 1955) ; D, Sus scrofa scrofa (sanglier) du Néolithique suisse (d’après Boessneck, cité par P. Ducos, 1968).

Tableau V. – Comparaison des mensurations des ossements de porc (valeurs moyennes) : A, Varennes-lès-Mâcon ; B, Sus scofra palustris, Chalcolithique de Palestine (d’après P. Ducos, 1968) ; C, Sus scrofa palustris, station lacustre d’Auvernier, Suisse. Néolithique (d’après P. Josien, 1955) ; D, Sus scrofa scrofa (sanglier) du Néolithique suisse (d’après Boessneck, cité par P. Ducos, 1968).

12Une courbe d’âge (fig. 1. au milieu) a été construite d’après les données de F.-X. Lesbre (Lesbre, 1930) et de P. Ducos (Ducos, 1968), fondées sur la date de sortie des dents et l’usure des cuspides dentaires.

13L’examen de cette courbe montre qu’elle est différente de celle donnée par une population naturelle. Les très jeunes animaux sont systématiquement gardés, et le maximum de la consommation se situe vers 1-2 ans, mais sans que l’on observe de sommet net. Il me semble que cette courbe est peu différente de ce que serait une courbe de chasse, dans laquelle on noterait l’absence totale des jeunes, volontairement épargnes par des chasseurs soucieux de conserver l’espèce. Pourtant, les mensurations plaident en faveur de la présence exclusive du porc. On a peut-être pratiqué, à Varennes-lès-Mâcon, un élevage en semi-liberté, dans lequel on gardait les jeunes pour leur permettre de grossir, mais dans lequel l’abattage des adultes se faisait un peu au hasard, en choisissant les plus gros animaux. Dans un élevage bien maîtrisé, la courbe montrerait un pic unique dans la classe 0,5-1 an.

Le mouton (Ovis aries L.)

14Seuls les cornes et les restes crâniens en bon état peuvent permettre de déterminer, au simple examen visuel, si l’on a affaire au mouton ou à la chèvre. On a recueilli une voûte crânienne bien conservée et quatre fragments de cornes qui appartiennent tous au mouton. Les mensurations (tableau VI) nous confirment cette détermination. Le mouton de Varennes-lès-Mâcon est très proche du type des Palafittes du Néolithique suisse, Ovis aries palustris Rütimeyer (tableau VI).

15Ce type « se caractérise par sa petite taille, ses membres grêles et par la présence de cornes chez les deux sexes ; celles des femelles sont semblables à des chevilles de chèvres, quoique plus petites, et avec un bord antérieur moins tranchant » (Ducos, 1968).

16L’âge des animaux a été estimé, comme pour le bœuf, en utilisant deux méthodes : celle fondée sur l’examen des mâchoires, d’après les données de F.-X. Lesbre et celle fondée sur le calcul de l’indice d’usure, d’après les données de P. Ducos. Si les deux méthodes s’accordent pour les dents supérieures et le maxillaire, il y a divergence en ce qui concerne les dents inférieures et la mandibule. La première méthode donne un maximum d’animaux abattus dans la classe 2-3 ans, la seconde pour la classe 1-2 ans. J’ai pensé pouvoir établir une courbe groupée pour la distribution des différentes classes d’âge (fig. 1, en bas).

Tableau VI. – Comparaison des mensurations des ossements de mouton (valeurs moyennes) : A, Varennes-lès-Mâcon ; B, Ovis aries La Adam, Néolithique précéramique de Roumanie (d’après Radulesco et Samson, cités par P. Ducos, 1968) : C, Ovis aries palustris, Châteauneuf-lez-Martigues, Bouches-du-Rhône, Néolithique (d’après P. Ducos, 1968) ; D, Ovis aries palustris, station lacustre d’Auvernier, Suisse, Néolithique (d’après Th. Josien, 1955).

Tableau VI. – Comparaison des mensurations des ossements de mouton (valeurs moyennes) : A, Varennes-lès-Mâcon ; B, Ovis aries La Adam, Néolithique précéramique de Roumanie (d’après Radulesco et Samson, cités par P. Ducos, 1968) : C, Ovis aries palustris, Châteauneuf-lez-Martigues, Bouches-du-Rhône, Néolithique (d’après P. Ducos, 1968) ; D, Ovis aries palustris, station lacustre d’Auvernier, Suisse, Néolithique (d’après Th. Josien, 1955).

17L’examen de cette courbe, très différente de la courbe d’âge naturelle, montre que nous avons affaire à un élevage caractérisé. Les jeunes sont épargnés, et les adultes seuls sont tués pour être consommés. Un palier entre deux et trois ans indique sans doute une exploitation pour le lait et la laine, sans que l’on garde pourtant des adultes âgés.

Le chien (Canis familiaris L.)

18Il s’agit d’un petit chien proche, comme pour les autres espèces, de ses congénères des stations lacustres du Néolithique suisse, Canis familiaris palustris Rütimeyer. Je n’ai trouvé que très peu de mensurations publiées pour pouvoir faire des comparaisons intéressantes (tableau VII).

Tableau VII. – Comparaison des mensurations des ossements de chien : A, Varennes-lès-Mâcon ; B. Canis familiaris proche de palustris, Roucadour, Lot, Néolithique (d’après P. Ducos, 1957).

Tableau VII. – Comparaison des mensurations des ossements de chien : A, Varennes-lès-Mâcon ; B. Canis familiaris proche de palustris, Roucadour, Lot, Néolithique (d’après P. Ducos, 1957).

19C’est dans le Néolithique ancien du Danemark que le chien est caractérisé pour la première fois avec certitude. Il se serait répandu dans toute l’Europe au Néolithique, en particulier sous la forme Canis familiaris palustris. « Ce n’est qu’à l’Age du Bronze en Scandinavie que datent les documents établissant avec certitude le rôle du chien à la chasse » (E. Dechambre, 1961). Les auteurs latins reconnaissent que les Gaulois étaient en avance sur les Romains pour l’élevage, et portaient la plus grande attention à la reproduction de leurs chiens.

20Il n’était pas inutile, je crois, de rappeler cela, car les restes de chiens recueillis à Varennes-lès-Mâcon indiquent une utilisation qui ne semble pas générale aux périodes anciennes. En effet, les ossements sont cassés volontairement et la plupart montrent des traces nettes de découpage et de décarnisation. Nous devons donc en conclure que le chien était consommé.

21Sur la station lacustre d’Auvernier, du Néolithique suisse, tous les os de chien sont intacts, alors que les autres ossements portent des traces de décarnisation et de dépeçage (Th. Josien, 1955). A Saint-Romain (Côte-d’Or), dans les deux niveaux du Hallstatt et du Gallo-romain, « le chien est de forte taille. Au Hallstatt, les os ont été brisés volontairement et présentent des traces de découpage, donc de consommation alimentaire ; pas de traces de consommation au Gallo-romain » (Th. Josien. 1955). Le même auteur (1966), signale des faits semblables à Larina-Châtelans (Isère) sur un gisement daté de La Tène II et III. La consommation alimentaire du chien à l’époque gauloise était donc déjà connue.

22Ces faits nous amènent à réfléchir sur la place qu’occupait le chien dans le village, au moins à Varennes. Généralement, et quelles que soient les civilisations, les animaux familiers ayant un rôle utilitaire, comme la chasse ou la garde du troupeau, ou bien un simple rôle d’agrément, ne sont pas consommés. A Varennes-lès-Mâcon, un examen minutieux de tous les ossements trouvés dans les fosses ne nous a montré que très peu de traces nettes de morsure ou d’écrasement, que devraient normalement présenter des os rongés par des chiens. Nous pouvons peut-être en conclure que le chien n’était pas un animal familier, attaché à un maître, qu’il n’avait pas « entrée libre » dans la hutte, qu’il n’assistait pas aux repas pour en finir les restes. Le chien ne devait être qu’un commensal de l’homme, errant autour ou dans le village, se chargeant du nettoyage de la voierie, ne pénétrant dans les huttes que pour y chiper un os, et allant le ronger plus loin. Il jouait sans doute un rôle de sentinelle et d’avertisseur contre les dangers menaçant le village ou le troupeau, tout en servant à l’occasion de réserve de nourriture. On trouverait encore, d’après E. Dechambre (1961), une situation analogue dans la Mandchourie actuelle.

Le cheval (Equus caballus L.)

23Le cheval est rare à Varennes. et le peu d’ossements trouvés ne nous a pas permis de prendre suffisamment de mesures pour faire des comparaisons significatives. Il semble qu’il y ail d’assez grandes différences de taille entre les individus dont nous avons trouvé quelques restes. Une seule pièce complète : un tibia, représentant un grand adulte, mesure 331 mm. Un tableau de F.-X. Lesbre (1930) nous donne, pour cette longueur, une taille de 1,45 m à 1,50 m. Ceci n’est qu’une approximation, et cette taille n’est possible que dans la mesure où la conformation du cheval de Varennes était semblable à celle du cheval actuel.

Pourcentages des classes d’ossements

24Il est intéressant d’examiner les pourcentages de présence des différents fragments osseux suivant leur place sur le squelette (tableau VIII).

25On peut considérer que, quelle que soit l’espèce, les ossements d’une même classe ont à peu près les mêmes chances de conservation, sur un gisement donné. Lorsque l’on constate de grandes différences dans les pourcentages, il faut essayer d’en chercher les raisons. En ce qui concerne la faune de Varennes-lès-Mâcon, on remarque, à l’examen du tableau VIII, que la classe d’ossements contenant les dents représente toujours plus de la moitié des vestiges osseux. Il faut sans doute en rendre tout simplement responsable la nature du sol qui ne favorise pas la conservation des ossements, alors que les dents, plus résistantes, se retrouvent en bien plus grand nombre. On remarque aussi, par comparaison avec les autres espèces, qu’il y a, pour le bœuf, un déséquilibre entre les os des membres et ceux des extrémités (métatarsiens et phalanges). Ce déséquilibre se traduit par un manque important dans les ossements des membres qui sont justement les parties de l’animal les plus intéressantes au point de vue alimentaire. Le très fort pourcentage des fragments de crânes et de dents doit être la conséquence de ce déficit dans les os des membres.

26Dans certaines études sur la faune, on attribue la présence en grand nombre de certaines parties du squelette aux goûts et aux habitudes alimentaires des populations de l’époque. Ainsi, pour Varennes, l’abondance des restes crâniens et des extrémités de bœuf pourrait autoriser à penser que les Gaulois appréciaient le museau, la cervelle et le pied de bœuf. Cette hypothèse est tout à fait légitime, mais je la ferais suivre d’une question qui me paraît en être la suite logique. Que faisait-on de la partie de l’animal dont on ne retrouve pas le squelette ? ou encore, que faisaient-ils, à Varennes, du paleron, du gîte à la noix et de la culotte ? La question posée, je peux à mon tour prendre le risque de présenter deux hypothèses.

27Le déséquilibre que l’on note, pour le bœuf, avec un déficit pour les ossements des membres s’explique peut-être ainsi : commercialisation ou semi-servitude. Dans la première hypothèse, on peut penser que le village de Varennes était occupé par des éleveurs qui tiraient une partie de leurs ressources de la commercialisation de la viande de bœuf. La présence d’une très grande quantité des restes crâniens peut s’expliquer par le fait que les bêtes étaient abattues sur place et non vendues sur pied. II fallait donc que la viande soit transportée là où elle devait être consommée. Les moyens de conservation de l’époque devaient interdire la vente sur un marché éloigné, et le marché le plus proche devait être celui de Mâcon.

Tableau VIII. – Pourcentage de présence des différentes classes de fragments osseux, par espèces.

Tableau VIII. – Pourcentage de présence des différentes classes de fragments osseux, par espèces.

28Dans la seconde hypothèse, on peut penser que les pauvres habitants des pauvres huttes de Varennes n’étaient pas propriétaires du troupeau, mais n’étaient que les « clients » d’un noble possédant une vaste propriété foncière. Dans ce cas, la Maison du noble, l’aedificium (villa avant la lettre), « faisant double fonction de maison de maître et de centre d’exploitation agricole » (E. Thevenot, 1966), se réservait les meilleurs morceaux du bœuf, considéré comme une viande de choix. Cette situation de semi-servitude, attestée à l’époque gauloise, expliquerait également l’absence totale de restes d’animaux sauvages, donc de chasse : cette activité pouvant être uniquement réservée au maître et à son entourage.

29Dans les deux hypothèses, l’importance des restes crâniens du bœuf ne serait pas la conséquence d’un goût immodéré de la cervelle, mais serait due à des conditions sociales ou économiques écartant le bifteck de la table des Gaulois du village de Varennes.

30La faune trouvée dans des fosses datées de La Tène III, à Varennes-lès-Mâcon, comprend uniquement des restes d’animaux domestiques : le bœuf, le porc, le mouton, le chien et le cheval. Mis à part le cheval, dont les restes très peu nombreux ne permettent pas de tirer de conclusions, toutes les autres espèces sont très proches des petites formes découvertes dans les stations lacustres du Néolithique suisse. Le bœuf est dominant et suivi par le porc et le mouton. Le chien était consommé. L’étude des pourcentages des fragments osseux, par les anomalies qu’elle révèle, nous amène à formuler deux hypothèses. Le déficit en ossements des membres, pour le bœuf, correspond soit à une commercialisation sur un marché proche, soit à un état de semi-servitude, ne laissant à la population que la consommation des morceaux de second choix.

Bibliographie

Bibliographie

Dechambre E., 1961 : Les chiens. Que sais-je ?, n° 552, P.U.F., Paris, 126 p.

Dechambre E., 1941 : « Une énigme zoologique – le chien », Mammalia, t. 2-3.

Ducos P., 1957 : « La faune du gisement néolithique de Roucadour (Lot) », Bull. Mus. Anthrop. Préhist. Monaco, t. 4, 1957, p. 165-188, 4 fig.

Ducos P., 1958 : « Le gisement de Châteauneuf-lez-Martigues (Bouches-du-Rhône) : les mammifères et les problèmes de la domestication », Bull. Mus. Anthrop. Préhist. Monaco, t. 5, 1958, p. 119-133, 6 fig.

Ducos P., 1968 : L’origine des animaux domestiques en Palestine, Bordeaux. Delmas, xvi-452 p., 28 fig., 14 pl.

Josien Th., 1955 : « Station lacustre d’Auvernier (lac de Neuchâtel), étude de la faune », B.S.P.F., t. 52, fasc. 1-2, p. 57-75, 2 fig.

Josien Th., 1955 : « La faune de la station de Saint-Romain (Côte-d’Or) », B.S.P.F., t. 52, 1955, fasc. 3- 4, p. 178-185.

Lavocat R. (sous la direction de), 1966 : Faunes et flores préhistoriques de l’Europe occidentale. Paris, Boubée, Atlas de Préhistoire, t. III, 490 p., 64 fig., 137 pl.. 1 tabl. h.-t.

Lesbre F.-X., 1930 : Précis d’extérieur du cheval et des principaux mammifères domestiques, Paris, Vigot Frères, 1930.

Poulain-Josien Th., 1966 : « Un dépotoir augustéen à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre), étude de la faune », Rev. Archéol. Centre, t. 5, fasc. 1, p. 17- 31.

Poulain-Josien Th., 1966 : « Village du plateau de Celleneuve. Montpellier (Hérault), étude de la faune », B.S.P.F., t. 63, 1966, fasc. 3, p. 541-544.

Thevenin R., 1947 : Origine des animaux domestiques, Paris, P.U.F., 1947, Que sais-je, n° 271, 125 p.

Thevenot E., 1966 : Histoire des Gaulois, Paris, P.U.F., 1966, Que sais-je, n° 206, 4e éd., 125 p.

Notes

1 Je tiens à remercier M. Jean Combler, Maitre de Recherches au C.N.R.S. et Directeur des Antiquités préhistoriques de la région Rhône-Alpes qui m’a permis de consulter très librement sa remarquable bibliothèque, et sans qui ce travail n’aurait pas été possible.

2 Pourcentages fournis dans les publications ou calculés d’après les nombres d’ossements cités.

Table des illustrations

Titre Tableau I. – Nombre d’ossements déterminés et pourcentage des espèces en présence.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Tableau II. – Comparaison des fréquences des espèces dans les gisement suivants : A, station de Saint-Romain (Côte-d’Or), Hallstatt ; B, Varennes-lès-Mâcon (Saône-et-Loire), La Tène III ; C, station de Saint-Romain (Côte-d’Or), Gallo-romain, habitat temporaire ; D, Saint-Marcel (Indre), Gallo-romain, dépotoir du 1er siècle (dans ce dernier gisement il faut ajouter 27 % d’ossements qui n’ont pu être attribues avec certitude au porc ou au sanglier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Tableau III. – Comparaison des mensurations des ossements de bœuf (valeurs moyennes) : A, Varennes-lès-Mâcon ; B, race de Tel-Aviv, Israël, Chalcolithique (d’après P. Ducos, 1968) ; C, Burgäschisce-süd. Suisse. Néolithique et D. Saint-Aubin, Suisse, Néolithique (d’après Dottrens, cité par P. Ducos, 1968).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau IV. – Estimation de l’âge d’abattage du bœuf.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Fig. 1. – En haut : répartition des fréquences des classes d’âge du bœuf : en pointillé, courbe d’une population naturelle. – Au milieu : répartition des fréquences des classes d’âge du porc : en pointillé, courbe d’une population naturelle. – En bas : répartition des fréquences des classes d’âge du mouton : en pointillé, courbe d’une population naturelle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau V. – Comparaison des mensurations des ossements de porc (valeurs moyennes) : A, Varennes-lès-Mâcon ; B, Sus scofra palustris, Chalcolithique de Palestine (d’après P. Ducos, 1968) ; C, Sus scrofa palustris, station lacustre d’Auvernier, Suisse. Néolithique (d’après P. Josien, 1955) ; D, Sus scrofa scrofa (sanglier) du Néolithique suisse (d’après Boessneck, cité par P. Ducos, 1968).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20963/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau VI. – Comparaison des mensurations des ossements de mouton (valeurs moyennes) : A, Varennes-lès-Mâcon ; B, Ovis aries La Adam, Néolithique précéramique de Roumanie (d’après Radulesco et Samson, cités par P. Ducos, 1968) : C, Ovis aries palustris, Châteauneuf-lez-Martigues, Bouches-du-Rhône, Néolithique (d’après P. Ducos, 1968) ; D, Ovis aries palustris, station lacustre d’Auvernier, Suisse, Néolithique (d’après Th. Josien, 1955).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20963/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau VII. – Comparaison des mensurations des ossements de chien : A, Varennes-lès-Mâcon ; B. Canis familiaris proche de palustris, Roucadour, Lot, Néolithique (d’après P. Ducos, 1957).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20963/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Tableau VIII. – Pourcentage de présence des différentes classes de fragments osseux, par espèces.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20963/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search