Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Le deuxième Âge du Fer dans la Vallée de la Saône

Trouvailles monétaires de Varennes-lès-Mâcon et de Saint-Symphorien-d’Ancelles (Saône-et-Loire)

Jacques Grelu

Texte intégral

Catalogue1

  • 1 Toutes ces monnaies ont été trouvées à Varennes-lès-Mâcon, sauf le n° 11 et le coin monétaire, trou (...)

1La numérotation adoptée est celle des fouilleurs ; j’ai illustré la plupart des objets de croquis à la plume (fig. 1).

1 – Potin (axe des coins. 9 heures). Tête diadémée à gauche.
R/ Quadrupède cornu « assis » (en fait, au galop) à gauche. 5,76 g.

3 – Billon (3 heures). Profil casqué très fruste à gauche.
R / Cheval passant à gauche, 3 globules au-dessous, ornement indistinct au-dessus. 1,30 g.

5 – Description analogue au n° 1. 6,54 g.

6 – Potin. Dessin linéaire pouvant représenter un bonhomme désarticulé (le croquis montre l’interprétation du sujet).
R / Quadrupède cornu à droite (?), au-dessus, torque. 3,85 g.

9 – Argent, obole (12 heures). Effigie d’Apollon à gauche.
R / Roue cantonnée M A. 0,65 g.

10 – Même description, métal grisâtre (12 heures). 0.50 g.

11 – Argent (12 heures). Tête de guerrier à g, dans un grènetis.
R / Cheval passant à g. ; annelet dessus et dessous. 1,85 g.

12 – Potin (comme le n° 1). Axes 8 heures. Traces de canaux de coulée. Le profil humain est pratiquement réduit aux deux traits du diadème. 5,08 g.

16 – Potin (8 heures). Profil humain à g., coiffé de trois lourdes mèches.
R / Sanglier à g. ; entre ses pattes, fleur réduite à 2 annelets. 4,15 g.

17 – Identique à la précédente (9 heures). 2,15 g.

18 – Comme le n° 1. 9 heures. 3,07 g.

19 – Comme le n° 1. 12 heures. Au revers, un globule au-dessus du quadrupède. 4,15 g.

20 Comme le n° 1 (très usée). 3,35 g.

20 bis – Argent. 12 heures. Obole. Apollon, cheveux crépus.
R / Roue cantonnée (M) A. Type plus indigène que les 9 et 10 ; flanc usé. 0,35 g.

21 – Comme le n° 1. 9 heures. 4,24 g.

22 – Comme le n° 1 (superbe). 5,14 g.

31 – Idem (3 heures). 4,0 g.

32 – Idem (10 heures). 3,08 g.

33 – Analogue au n° 6 (bonhomme). Poids de l’exemplaire : 4,28 g.

34 Analogue au n° 1 (10 heures). Métal jaunâtre. 4,37 g.

35 – Presque fruste, analogue au n° 1. 3,35 g.

36 – Analogue au n° 1 (9 heures). 3,35 g.

39 – Argent bas. 6 heures. Obole du type 9 et 10. 0,59 g.

  • 2 Le coin monétaire a été publié dans Gallia, t. XXVI, 1968, fasc. 2, p. 501.

2Le coin monétaire (fig. 2) est un objet de bronze maté dans un cylindre de fer, d’un poids de 145 g ; il provient d’une fosse qui a livré de la céramique décorée. Il est d’un type proche des monnaies BN 3684 de La Tour (PL XI) et peut être situé vers 88/75 avant J.-C. Il est contemporain des changements d’étalon des Aeduii qui ont abandonné l’or et frappe ces monnaies d’argent dont la Bibliothèque nationale possède les neuf exemplaires 3684/3692. C’est un visage de profil à gauche (à droite sur la monnaie) ; traits fins, cheveux bouclés en volutes. Il y a un annelet sous le menton2.

Fig. 1. – Monnaies de Varennes-lès-Mâcon (1 à 10, 12 à 39) et de Saint-Symphorien-d’Ancelles (Saône-et-Loire).

Fig. 2. – Le coin monétaire de Saint-Symphorien-d’Ancclles
(Saône-et-Loire).

Interprétation

3Ces différentes monnaies se répartissent en deux types : monnaies d’argent et potins.

Monnaies d’argent

4Des oboles de Marseille : n° 9. 10, 39 et peut-être 20 bis, dont le portrait (un Apollon négroïde) et le poids sont inadéquats, faisant penser à une imitation.

5Le denier des Aeduii, n° 11, et le coin monétaire, tous deux découverts à Saint-Symphorien-d’Ancelles.

6Le denier n° 3, émission barbare introduite en Gaule, par exemple par des Germains.

Potins

7Les potins à grosse tête ou variétés proches, attribués souvent aux Sequani (n° 1, 5, 12, 18 à 22, 31, 32, 36).

8Les potins des Leuci (n° 16 et 17).

  • 3 Adrien Blanchet, Traité des monnaies gauloises, Paris, 1905, p. 250, fig. 112.

9Deux monnaies du type BN 5257, décrites par Adrien Blanchet3, n° 6 et 33 de la fig. 1. Il n’y a pas d’attribution sûre pour ces potins au « bonhomme désarticulé » ; la carte de répartition des rares trouvailles de ce type est vaste.

Observations

10Varennes et Saint-Symphorien sont traditionnellement placés en territoire éduen. Les deux objets de Saint-Symphorien (monnaie n° 11 et coin) sont effectivement d’origine éduenne ; la découverte d’un coin monétaire – événement de grande importance en archéologie numismatique – fait penser à un abandon rapide du site, site suffisamment représentatif pour renfermer un coin (volé, mis en lieu sûr, en place sur une officine ?).

11En revanche, le numéraire de Varennes est complexe, mais non éduen.

12Il faut pouvoir interpréter cette donnée. Trois hypothèses peuvent être avancées :

    • 4 De Bello Gallico, i, 31.

    On sait que la Saône était un sujet de rivalité entre Eduens et Séquanes, ces derniers étant alliés aux Arvernes et renforcés de mercenaires germains, nous dit Divitiac dans son discours à César4. A quelques kilomètres près, la frontière entre ces deux confédérations passait peut-être non sur la Saône, mais en crête du Beaujolais/Mâçonnais, ce qui exclurait Matisco de l’empire éduen.

  • On sait aussi (toujours d’après Divitiac) que les Séquanes avaient peu à peu été asservis par leurs puissants mercenaires germains (Arioviste), ce qui conduisait à de nombreux déplacements de populations de l’Est vers l’Ouest. L’exposé de Divitiac à César est très détaillé à ce sujet et ces migrations Est-Ouest furent d’ailleurs à l’origine de son intervention en faveur de ses amis éduens (Helvètes).

  • Ces monnaies mélangées ont entre elles un point commun, c’est d’avoir été émises par des peuples du bassin Rhône/Saône (Marseille, Séquanes, Leuci à la rigueur dont le commerce avec le Midi est attesté). Elles avaient donc cours simultanément sur ce fleuve, en quelque sorte, international. Elles sont donc géographiquement à leur place.

13Les trois hypothèses ne s’excluent pas totalement entre elles et la véritable solution de l’énigme emprunte sûrement quelque chose aux trois ; ma préférence va toutefois à la troisième, qui est plus naturelle et cadre mieux avec une occupation prolongée de Varennes, d’après les fouilles.

14Le problème du rattachement de Matisco à une confédération reste posé : les anciens ne se souciaient peut-être pas autant que nous de cette bourgade, peut-être propriété nominale des Eduens, mais internationale de fait. De tels arrangements étaient courants dans l’Antiquité.

Datation

  • 5 J’adresse mes respectueux remerciements au Dr Colbert de Beaulieu pour l’aide qu’il a bien voulu m’ (...)

15Les oboles de Marseille datent du iie s. av. J.-C. mais ont été utilisées au-delà. Le coin monétaire est de l’époque 88/75 av. J.-C. Les autres monnaies d’argent et les potins avaient cours pendant la guerre des Gaules : le Docteur Colbert de Beaulieu, qui a bien voulu examiner mes dessins, pense que le rassemblement monétaire a pu être constitué vers la fin de la guerre des Gaules, soit – 51 ou légèrement après : ce sont là, dit-il, les vestiges de la circulation de cette époque5.

16La monnaie la plus récente pourrait être le potin incertain (n° 6 et 33), de style fruste et tardif, émis immédiatement après la guerre des Gaules.

17Notons pour terminer que ce rassemblement n’est pas un trésor et ne doit pas être étudié comme tel, avec recherche de l’année et des motifs de l’abandon. Les sites fouillés ont livré un certain nombre de monnaies, sans doute abandonnées au fil des ans. Ces sites ne coïncident nullement avec Matisco, tout en étant très voisins – peut-être étaient-ils plus importants que Matisco, (on ne trouve pas un coin monétaire n’importe où) ; Varennes a été occupé assez longtemps ; les monnaies gauloises couvrent une période allant du iie s. av. J.-C. à la fin de la guerre des Gaules.

18Saint-Symphorien a été occupé peu de temps et évacué rapidement (perte du coin et autres symptômes relevés sur la poterie). Selon la tradition les deux villages sont sur territoire éduen ; l’étude ci-dessus est loin de confirmer cette hypothèse.

19Enfin, on ne sait rien des circonstances marquant la fin d’occupation : romanisation après la guerre des Gaules certes, transfert d’une cité indigène sur un site neuf, comme ce fut souvent le cas. De tels transferts ont eu une cause militaire, peu plausible ici, dans cette région favorable à Rome, ou économique peut-être (création d’axes routiers, de ponts…). Tout cela n’est qu’hypothèse.

Notes

1 Toutes ces monnaies ont été trouvées à Varennes-lès-Mâcon, sauf le n° 11 et le coin monétaire, trouvés à Saint-Symphorien.

2 Le coin monétaire a été publié dans Gallia, t. XXVI, 1968, fasc. 2, p. 501.

3 Adrien Blanchet, Traité des monnaies gauloises, Paris, 1905, p. 250, fig. 112.

4 De Bello Gallico, i, 31.

5 J’adresse mes respectueux remerciements au Dr Colbert de Beaulieu pour l’aide qu’il a bien voulu m’apporter.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Monnaies de Varennes-lès-Mâcon (1 à 10, 12 à 39) et de Saint-Symphorien-d’Ancelles (Saône-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 2. – Le coin monétaire de Saint-Symphorien-d’Ancclles(Saône-et-Loire).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteur

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search