Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Le deuxième Âge du Fer dans la Vallée de la Saône

Les sites de Varennes-lès-Mâcon et de Saint-Symphorien-d’Ancelles (Saône-et-Loire)

A. Barthélémy

Texte intégral

1Dans la vallée de la Saône, lors de l’ouverture et de l’extension des gravières destinées à fournir les matériaux nécessaires à l’édification des ballasts de l’autoroute A 6, la surveillance des travaux a amené les archéologues maçonnais à procéder sur chaque site à des fouilles de sauvetage.

Caractères généraux – Circonstances des découvertes

2La gravière de Varennes-lès-Mâcon a donné :

  • des niveaux du Paléolithique supérieur,
  • du mobilier du Néolithique et du Chalcolithique dispersé,
  • un gisement du Hallstatt,
  • une série de fosses de La Tène III et des fours de potiers,
  • un petit établissement gallo-romain non fouillé.

3La gravière de Saint-Symphorien-d’Ancelles a donné :

  • une série de fosses de La Tène III,
  • un établissement gallo-romain qui avait succédé au village gaulois et qui fut en partie fouillé.

4Sur les deux sites sol et sous-sol présentent les mêmes caractéristiques. Ce sont, sur plusieurs mètres d’épaisseur et à partir de la surface, des dépôts alluvionnaires avec :

  • un niveau de sable apporté par la Saône mais déplacé par le vent,
  • des lentilles de gravier,
  • des couches très importantes de galets : le matériau recherché par les entreprises.

5Les deux sites sont à 171-172 m d’altitude, c’est-à-dire à une faible hauteur au-dessus des eaux. Actuellement le niveau d’étiage à l’île d’Amprun, face au site de Varennes, est en effet de 169 m mais il est maintenu artificiellement par les barrages à 1,50 m au-dessus du niveau normal. Comme le paléosol protohistorique est repérable à environ 1 m du sol actuel, on peut en conclure que la différence était à peu près la même, ce qui représente une bien faible marge de sécurité : aujourd’hui ces prairies sont en zone inondable et soumises à peu près chaque hiver à l’invasion des eaux. Il est donc surprenant d’y découvrir aussi régulièrement des habitats protohistoriques ou gallo-romains. On pourrait imaginer :

  • ou des variations importantes survenues depuis lors dans le cours de la Saône (dans le tracé du lit ? dans le régime des eaux ?),
  • ou des séjours interrompus en période de crue,
     – ou la mise hors d’eau des constructions.

6Cette dernière hypothèse ne peut être retenue en ce qui concerne les habitats de La Tène III en raison de l’existence de fosses entaillant le sol primitif.

7A Varennes les premiers vestiges sont apparus le 30 juillet 1967 et les premiers sauvetages ont eu lieu au coup par coup. Par la suite, l’entreprise opérant sur le site nous a réservé jusqu’au 15 septembre une zone d’environ 150 m2 dans le secteur le plus riche et nous avons pu y mener des fouilles méthodiques tout en continuant d’ailleurs les sauvetages.

8A Saint-Symphorien les découvertes ont eu lieu essentiellement grâce à une surveillance suivie des travaux durant l’été 1967. Là aussi l’entreprise de terrassement nous a laissé la possibilité de fouiller les fosses repérées mais, bien entendu, là aussi certaines ont disparu sans que nous puissions intervenir. En 1968 une fosse-habitat, dans une zone non exploitée, a pu être fouillée et étudiée selon les normes, la fosse XV.

9Les fosses étudiées (sommairement ou systématiquement) présentaient des caractères différents : parfois circulaires, mais parfois de forme plus complexe ; leurs dimensions pouvaient varier aussi ; quant au remplissage, certaines recelaient une quantité bien plus importante de restes de faune alimentaire. Cette faune était par exemple très rare à Saint-Symphorien. La céramique était très abondante à Varennes mais sous forme de tessons ne permettant que des reconstitutions fragmentaires tandis qu’à Saint-Symphorien beaucoup de vases avaient été brisés sur place, ce qui nous a permis davantage de reconstitutions complètes. Certaines excavations, sans traces de foyer, doivent être interprétées comme silos, entrepôts, abris à bétail ou simplement fosses à détritus. Les fouilles menées aux abords de plusieurs fosses ont permis de déceler les structures des cabanes, plus particulièrement les trous de poteau. Dans un cas (fosse I à Varennes) la hutte avait brûlé et les poteaux s’étaient consumés en terre. Dans d’autres cas (fosse XV à Saint-Symphorien) un apport d’argile – destinée sans doute à stabiliser les poteaux qui tenaient mal dans le sable meuble – a permis aussi de localiser ces poteaux. Une preuve évidente de l’utilisation des fosses pour la cuisson de la nourriture est la présence de plaques de foyer, fréquemment notées en place – par exemple dans la fosse A de Varennes. A part la céramique, les autres vestiges relevés dans ces fosses ou à proximité sont des objets de parure (fragments de bracelets en verre ou en bronze – perles ou anneaux de bronze, pince à épiler, cure-oreille), des fibules, des hameçons, quelques outils (serpe et poinçons), des meules à grain (ou fragments de meule), quelques monnaies (une seule à Saint-Symphorien mais aussi un coin à frapper les monnaies).

10Nous interprétons les différences relevées pour les habitats de Saint-Symphorien comme les signes d’un séjour de plus courte durée et d’un abandon précipité des lieux. Nous n’avons noté pour aucun de ces villages la présence de fosses, palissades ou levées servant à le protéger. Dans les deux cas une réoccupation du site s’est opérée à la période gallo-romaine mais après un laps de temps important : nous n’avons aucun vestige qui marquerait une continuité ou même une fréquentation sporadique.

Les fours de Varennes-lès-Mâcon

11Une découverte intéressante à Varennes fut celle de deux fours de potier situés hors du village, mais à faible distance (200 m environ), toujours dans la zone soumise aujourd’hui aux crues. L’un a été fouillé sur place et l’autre transporté au Musée des Ursulines à Mâcon où il a été vidé, consolidé et où il est visible aujourd’hui. La structure était la même : une chambre de cuisson en forme de cuve, à parois d’argile soutenues, lors de l’édification, par un clayonnage dont les traces sont visibles à l’extérieur : un alandier formant couloir voûté, fait de pierres brutes jointoyées à l’argile. Un môle à surface horizontale et en terre cuite servait d’assise aux vases. Entre ce môle circulaire et la paroi un espace permettait au feu de se propager. Les deux fours avaient la même orientation : ouverture au Nord ; aux abords existait une fosse qui a livré de la poterie de rebut. L’examen de cette céramique ainsi que des tessons extraits des fours permet de répertorier les types de vases qui étaient fabriqués sur place ; ce sont les plus courants dans les habitats. Les autres proviennent d’autres lieux de fabrication proches ou lointains (voir le tableau des répartitions, fig. 1).

La céramique. Les types répertoriés

12Cette typologie a été établie en vue d’une classification globale et nous ne la considérons pas comme exemplaire. La notation des couleurs a été réalisée à l’aide du code expolaire Cailleux et Taylor. Une notation des duretés a été également effectuée à partir de l’échelle de dureté de Mohs utilisée par les géologues.

13Type A (fig. 2) : vases de forme plus ou moins ovoïde. Parfois forme basse. Montage à la main : les traces de modelage sont bien visibles. Parfois (rarement) traces de peignage. Le col est rentrant puis éversé et très généralement repris au tour. C’est surtout sensible quand il porte, à l’intérieur, et parfois à l’extérieur, des moulures et rainures. A l’extérieur, sur la panse, à la limite de la zone modelée à la main, on a très fréquemment un décor fait par impression sur la pâte fraîche. Il s’agit le plus souvent d’incisions obliques.

  • 1 A. Barthélémy, « La nécropole gallo-romaine des Cordiers », Annales de l’Académie de Mâcon, t. LVII (...)

14Les parois sont épaisses, la pâte grisâtre (valeur moyenne F. 90), mais la coloration peut aller jusqu’au noir. Nous considérons que ces vases ont été, pour la plupart, des marmites allant au feu : plusieurs portaient encore, avant lavage, des incrustations de suie. La pâte est peu homogène. Par places le dégraissant est visible, abondant, à gros grains, et peut former relief. Cette forme a perduré. Les urnes funéraires de la nécropole des Cordiers à Mâcon1 sont pour la plupart des vases très proches de ce type par leur profil. Ils sont cependant entièrement tournés. Les moulures n’existent qu’à la partie externe du col. Certains ont été aussi utilisés comme marmites à feu avant de l’être comme urnes funéraires.

Fig. 1. – Varennes-lès-Mâcon : exemples de répartition des types de céramique.

15Datation : de la période augustéenne jusqu’au début du iie s.

16Type B (fig. 2) : vases de forme ovoïde, proches des précédents. Pièces entièrement tournées sans décor ni moulures. Pâte tendre, dégraissant absent ou peu sensible. Couleur uniformément grise (valeur moyenne C.D. 90). Les variations en hauteur et diamètre sont moins évidentes que pour le type A. Aucune imprégnation de suie : on peut penser qu’ils servaient plutôt à recevoir des aliments (ou des boissons).

17Les urnes funéraires dont nous parlons plus haut présentent des analogies de forme avec ces vases de type B mais la pâte en est différente (dure et grossière).

18Type C (fig. 2) : vases de forme basse et très évasée. Le profil est parfois un peu cambré. Bords redressés à la verticale, souvent rentrants, lèvre formant parfois un léger bourrelet. Pâte homogène, dégraissant peu sensible et assez tendre. La couleur varie du gris clair au gris ardoisé (B. 90 à F. 90), Les variations dans les dimensions permettent d’avancer les deux hypothèses classiques quant à leur utilisation : écuelles pour les petits modèles et plats pour les plus grands, lesquels portent parfois, à l’intérieur, un décor de vaguelettes fait au lissoir et par tournage sur la pièce ressuyée.

  • 2 A. Barthélémy, « Matisco à la lumière des découvertes récentes », ibid., t. XLIX, p. 97-107.

19Ces vases (des deux formats) ont continué à être utilisés (et probablement à être fabriqués sur place) longtemps après la conquête romaine. Nous les retrouvons sur le site des Carmélites2 à Mâcon et avec les mêmes caractéristiques dans les ensembles de vaisselle rituellement brisée et enfouie à proximité des urnes funéraires de la nécropole (voir note 1). Une écuelle plus épaisse, avec flancs droits, à peine évasés, lui succédera au iie siècle.

20Type D (fig. 2) : vases que nous avons qualifiés de coupes. Il s’agit de récipients très évasés avec fond en piédestal (en couronne).

21Type D 1 : exemplaire à paroi mince, pâte gris clair (valeur moyenne D.90) avec peu ou pas de dégraissant. La lèvre est légèrement éversée. Nous pensons qu’il s’agit là d’une imitation d’une forme italique et que ce vase, plutôt raffiné, servait plutôt à présenter des aliments.

22Type D 2 : au contraire ici la pâte est grossière, le dégraissant sensible. La couleur est foncée, virant au noir (J. 90). Apparemment la pièce a été montée à la main. La teinte, irrégulière, a pu être accentuée par des passages successifs au feu. Cette coupe a probablement été utilisée comme couvercle.

23Sur les sites gallo-romains de Mâcon, la coupe de type D 2 qui perdure doit bien être considérée essentiellement comme couvercle : telle était en tout cas sa destination dans la nécropole gallo-romaine où, à différentes reprises, nous l’avons trouvée fermant les urnes funéraires (voir note 1). Une fois cependant elle a été utilisée comme urne funéraire. Une variante cependant dans la forme : le pied (ou bouton, selon la position) n’est plus évidé intérieurement.

24La forme D 1 n’a pas été repérée sur les sites gallo-romains locaux.

25Type E (fig. 3) : jattes hémisphériques (ou coupes profondes). Pièces tournées. Le profil peut être légèrement rentrant, ou légèrement évasé. Le fond est à piédestal (en couronne). Dans quelques cas il est nettement rentrant (ombiliqué), la pièce ayant été reprise au tour. Le décor au lissoir (en vaguelettes) est fréquent, comme pour certains plats de la forme C 1. Pâte grise, sans dégraissant apparent (C et D. 90). La série des diamètres pour les six jattes de la fosse XIV s’établit ainsi (en mm) : 178, 213, 238, 252, 268, 285, ce qui ne donne pas une progression arithmétique évidente. Pour les capacités nous avons, en cl : 103, 163, 210. 272. 312, 350, ce qui pourrait être interprété comme une série représentant 2, 3. 4, 5, 6 et 7 fois une mesure de base. Cette mesure de base varierait alors de 50 à 54,4 cl. On notera que le setier (sextarius) en usage chez les Romains équivaut à 55 cl. C’était la mesure la plus usitée pour les matières sèches. Certes la fourchette est large (5 cl pour 50 et quelques cl – soit le dixième) mais, ayant eu à mesurer cinq coupes à grain en bois utilisées dans mon village antérieurement à la Révolution – toutes dûment estampillées – j’ai constaté des variations du même ordre : le dixième de la capacité. Il ne paraît donc pas impossible que nos six jattes aient pu servir de mesure d’autant plus que le bol hémisphérique cité en référence (bol de type C 4 de l’épave du Grand Congloué) avait une capacité équivalant à un nombre donné de cotyles, unité en usage dans le monde grec et valant à peu près un demi-setier (27,3 cl). Enfin il faut ajouter qu’un tesson provenant d’une jatte brisée porte le chiffre IV. C’est une direction de recherches qui nous semble à considérer. Enfin une imitation de modèles campaniens n’est pas impossible. Rares sur les deux sites, ils paraissent bien de fabrication locale. Le décor rappelle celui des vases de type C 2. Forme non signalée sur nos sites gallo-romains.

Fig. 2. – Vases A, B, C, D : fosse XIV de Saint-Symphorien,

Fig. 3. – Vases E, F, G : fosse XIV de Saint-Symphorien.

26Type F (fig. 3) : vases-balustres peints. Pied étroit ; fond repoussé ; bord éversé, mais la lèvre est à peine épaissie. On a généralement une nervure peu marquée à la base du col. Pâte homogène de couleur jaune ocrée (valeur moyenne C, D 58). Le décor peint est une large bande blanche sur la panse avec filets parallèles ou étroites bandes rouges sur ce fond blanc. Dans un cas le décor, en brun, est fait d’arcs superposés. Ces vases sont présents dans beaucoup de fosses, mais représentés par quelques tessons. Une exception : la fosse XIV de Saint-Symphorien a livré 5 exemplaires (reconstitués) et des tessons isolés. Les exemplaires reconstitués portent des graffiti : deux fois le IV en chiffres romains, une fois le V renversé, une fois deux triangles se recouvrant en partie et coïncidant par un angle. Le cinquième vase a une partie de la panse détruite. On aura noté cette inscription : IV. La capacité de ces vases est d’environ 200 cl, exactement 206 cl pour celui qui reste au dépôt. Encore une coïncidence : le chiffre IV sur certains vases et la contenance d’environ 4 setiers. Les vases-balustrès n’existent pas sur nos sites gallo-romains précoces mais nous avons aux Carmélites (voir note 2) les vases peints de forme basse qu’a vus R. Périchon.

27Type G (fig. 3) : coupes profondes (jattes). Même forme et apparemment même pâte que les vases de type E ; peintes extérieurement en bandes rouges serrées, mais la couleur diffère de celle des vases-balustres : ici F. 18, 28. Un exemplaire avec fond ombiliqué, repris au tour. Pas de survivance dans le mobilier gallo-romain local.

28Type H (fig. 4) : cruche à col droit. Pâte jaune ocré proche par la couleur et la consistance de celle des vases-balustres. L’anse est nervurée, la lèvre retombante. Vase reposant sur un petit piédestal (en couronne). Sous cette forme c’est le seul exemplaire recueilli entier. Quelques tessons appartiennent à des modèles plus petits, à col réduit en diamètre.

29La cruche recueillie sur les sites gallo-romains précoces du Maçonnais et notamment parmi la vaisselle rituellement brisée peut dériver de ce modèle La Tène III (voir note 1).

  • 3 H. Vaussanvin, « Les importations de céramique à vernis noir », Revue de la Fédération archéologiqu (...)

30Type I (fig. 4) : coupe campanienne d’importation, décrite et publiée par Hugues Vaussanvin3. Pâte rouge orangée (au code C. D, 46) ; vernis noir, mat, uniforme et mal conservé. Décor difficilement lisible : cercle de guillochis, et marques estampées. Il existe d’autres tessons de cette forme (type A tardif, première moitié du 1er s. av. J.-C.). Certaines formes indigènes peuvent dériver de cette céramique d’importation.

31Type J (fig. 4) : très grande jatte en terre grise. Couleur intérieure : gris foncé (au code E. 90). Le dégraissant est à grains volumineux, le plus souvent siliceux. Vase monté à la main (asymétrie marquée). Lèvre élargie, rentrante, reprise à l’estèque. Ce vase a été recouvert extérieurement d’un enduit noir, épais : on peut penser qu’il était destiné à l’imperméabiliser, et donc que cette jatte était destinée à contenir un liquide à demeure. Rare sur le site. Pas de survivance.

32Type K (fig. 4) : grande jatte en terre grise (au code E. 90) ; dégraissant grossier mais peu apparent ; modelée apparemment sans l’usage du tour. Bord légèrement rentrant et festonné, probablement pour en faciliter la préhension. Pas de traces de survivance après la Conquête.

33Type L (fig. 5) : vase de grandes dimensions (dolium) ; épaisseur moyenne 3 à 4 cm ; pâte brune (E. 43) ; dégraissant siliceux abondant, grossier. Le bord éversé est très épais. Panse peignée, plus sans doute pour la régulariser que pour la décorer. Ce vase existait à quelques exemplaires seulement, à Varennes comme à Saint-Symphorien, et, semble-t-il, à raison d’un dolium pat habitat. Souvent les tessons, friables, étaient irrécupérables. Il s’agit probablement d’un récipient servant à garder de la nourriture en réserve (équivalent de nos saloirs). Pas d’équivalent sur les sites gallo-romains locaux.

34Type M (fig. 5) ; vase tripode, forme basse, pâte gris ocré (J. 61) ; dégraissant sensible. Bord rentrant. Vase rare sur les deux sites.

35Cette forme subsiste après l’occupation romaine. Un exemplaire relevé dans la nécropole romaine de Matisco, en rapport avec une inhumation datée par une monnaie de Néron.

36Type N (fig. 5) : vase à fond plat, forme basse, pâte gris ocré (H. 62). Dégraissant abondant ; bord éversé : vernis noir en haut, à l’extérieur, sur la lèvre et la dépression annulaire. Une forme que nous qualifions de plat en est dérivée et se trouve sur la nécropole de Matisco (voir note 1).

Fig. 4. – Vases H et I : fosse VIII de Saint-Symphorien ; vase J : fosse XXIV de Saint-Symphorien ; vase K : fosse II de Varennes-lés-Mâcon.

Fig. 5. – Vase L : fosse VII de Varennes-les-Mâcon ; vase M : fosse VII de Saint-Symphorien ; vase N : fosse XXIV de Saint-Symphorien.

37Autres vases : il faudrait ajouter des vases non figurés ici, qui n’existent qu’à un exemplaire chacun, variant tant par leur profil que par leur décor, incisé ou imprimé.

38Les amphores : elles sont présentes sur les deux sites. Dans un cas nous avons trouvé l’une de ces amphores privée de son col, fichée en terre à proximité d’une cabane, ayant servi apparemment à tenir de l’eau en réserve. Mais, la plupart du temps, nous devons, pour les classer, le faire à partir de tessons épars, les lèvres notamment (fig. 6). Les types D de la classification établie par la notice technique du Touring Club de France sont largement dominants. La lèvre est plus ou moins épaisse, parfois retombante. Analogie donc avec l’exemplaire cité dans ce fascicule comme ayant été découvert à Châteaumeillant et daté du milieu du 1er s. av. J.-C. Elle n’aurait guère duré après la Conquête, La lèvre plus courte, plus épaisse, au bord plus éversé (type D) est également présente.

39Les jetons : comme sur de nombreux sites de La Tène III nous avons relevé de nombreux jetons : 124 sur l’ensemble des habitats de Varennes. Mais une découverte est à signaler : 32 de ces jetons proviennent de la même fosse, la fosse IV, et ils étaient enfermés dans un petit vase, brisé à sa partie supérieure mais en position droite, et ils ont dû être tous conservés. Donc un ensemble clos. En fait 31 jetons et une petite fusaïole que nous avons traitée comme un jeton dans notre étude statistique.

40Comme sur le reste du site, très peu sont rigoureusement circulaires, deux seulement, qui portent des graffiti rayonnants ; certains sont plutôt polygonaux. L’un est très incurvé, taillé à la rupture de courbe d’une panse. Tous les types de céramique, reconnaissables à la pâte, sont représentés. Les diamètres varient de 19 à 37 mm et les poids de 19 à 88 dg.

41La progression des diamètres d’une part, des poids d’autre part, matérialisée par des courbes, montre qu’il n’y a pas de paliers, pas de séries évidentes (fig. 7). Il faut donc rejeter les deux explications qui viennent d’emblée à l’esprit : ils n’ont pu servir dans un système de comptage, ni de poids-étalons. Toutes les autres hypothèses sont permises bien sûr.

42J’ai fait allusion plusieurs fois à un autre site de La Tène III fouillé à Mâcon. Il s’agit ici d’un site défensif ceinturé par un murus gallicus, répondant tout à fait à la description de César, à l’intérieur duquel existaient les habitats avec des modèles de céramique correspondant à ceux des sites ruraux, ici l’occupation, datable aussi par les monnaies, dure encore au 1er s. ap. J.-C. L’installation du camp retranché semble correspondre à la Conquête de la Gaule, alors que les sites ruraux proches sont abandonnés (voir note 2).

43La céramique indigène est largement dominante et les formes repérées à Varennes, à proximité des fours, donc fabriquées sur place, l’emportent largement dans tout le tableau de répartition. Il faut noter cependant que la forme F (vase-balustre) est aussi présente dans chaque fosse, ce qui peut laisser supposer un centre de fabrication proche. La forme E est assez souvent relevée.

44La présence généralisée des amphores et les imitations de formes campaniennes indiquent des contacts avec la Gaule du Sud, romanisée déjà, mais la proportion des vases directement importés est vraiment faible.

45L’existence des graffiti, qui sont des chiffres romains, pourrait être l’indice d’une activité d’échanges liée au trafic qui s’effectuait par la voie de la Saône.

46Si l’on s’en réfère à l’aspect même des vases, très peu ont subi longtemps l’action du feu, sauf ceux de type A qui semblent donc avoir servi essentiellement à la cuisson des aliments. Tous les indices notés dans le domaine de la céramique (comme d’ailleurs dans celui du monnayage) invitent à penser que les deux villages ont été abandonnés au moment de la Conquête (ou peu après). On peut se demander d’ailleurs si les Gaulois qui ont occupé et fortifié le plateau de la Baille à Mâcon n’étaient pas originaires de ces villages du Val de Saône.

47En ce qui concerne la date d’installation sur ces sites nous serons plus réservés. Les imitations de campanienne plaident en faveur d’une occupation au IIe s. mais il faut reconnaître que nous n’avons guère de critères pour dater la céramique indigène.

Fig. 6. – Amphores de Varennes-lès-Mâcon et de Saint-Symphorien.

Fig. 7. – Varennes-lès-Mâcon, jetons de la fosse IV : progression des poids et des diamètres.

Bibliographie

Quelques références bibliographiques

Type A.

M. Perrin, « Essai de classification typologique préliminaire de La Tène III découverte à Tournus », Bull. Soc. Amis des Arts et des Sciences de Tournus, 1974, 72.

P. Petrequin et D. VuaillaT, « Habitats de l’Age du Bronze Ancien et de La Tène finale à Besançon (Doubs) », R.A.E., t. XVIII, 1967, fasc. 70, p. 280.

Type B.

Abbé B. Lacroix. « Un atelier métallurgique de La Tène III près de Tonnerre (Yonne) », R.A.E., t. VI. 1955, fasc. 21, p. 89, fig. 29, 1.

Type C.

M. Perrin, « Essai de classification… », op. cit.. p. 55.

Abbé B. Lacroix, « Un atelier… », op. cit., fig. 29, 2-3.

R. Périchon, Ch. Ranchon, B. Sanial, Céramiques domestiques gauloises et gallo-romaines du Nord-Est du Massif Central. Essai de typologie. Centre d’études du Forez, 1977.

Vase classé type 1 : présent notamment à Aulnat (p. 135), à Roanne, institution Saint-Joseph (p. 149) et Gilbertès (p. 161). A l’institution Saint-Joseph, un exemplaire avec décor de vaguelettes (p. 167).

Type D1.

P. et P. Vauthey, « Un dépotoir augustéen à Argentomagus (Saint-Marcel, Indre) », R.A.C., n° 19, juillet-sept. 1966. p. 195.

G. Vuillemot, « Révision du matériel archéologique de Bibracte conservé au Musée Rolin. I : La céramique campanienne à vernis noir et ses prolongements », Mém, Soc. Eduenne, t. LI, fasc. 3, p. 215, voir pl. II, p. 221.

R. Périchon, op. cit. Imitation de la forme Lamboglia 36A présente à Roanne-Gilbertès ; classée type 201.

M. Py et C. Aliger, Ogam, n° 109-110 (p. 35) ; « Rapport de fouilles, année 1964, oppidum de Nages (Gard) », p. 35, pl. 15.

Type D2.

R. Périchon. op. cit. Désigné comme couvercle et classé type 31 ; présent à Roanne, institution Saint-Joseph (p. 157).

M. Perrin, op. cit, : Champsemard, Tournus (cité p. 64).

M. Py et C. Aliger, op. cit, : coupe-couvercle.

Type E.

Bol à pied en couronne, imitation de la forme 31 de Lamboglia pour R. Périchon (op. cit.) ; présent à Aulnat (p. 147) et Roanne-Gilbertès (p. 165) ; classé type 203.

Partie de coupe campanienne de type B ; oppidum de Nages (op. cit.).

Céramique campanienne, bol hémisphérique. Cf. F. Benoit, L’épave du Grand Congloué à Marseille, XIVe supplément à Gallia, pl. V et p. 80.

Type F.

A. Guillot, « La céramique peinte de La Tène au Petit Chauvort (71), Verdun-sur-le-Doubs », La Physiophile, n° 74, p. 22-31.

R. Périchon, La céramique peinte celtique et gallo-romaine en Forez et dans le Massif Central, Centre d’études du Forez, thèses et mém., n° 6, 1974.

Type G.

Mêmes références que pour le type E.

Type H.

Cruches ansées en terre blanche ou jaune : M. Perrin,op. cit., pl. 5 et p. 49.

Type I.

Voir article de H. Vaussanvin. « Les importations de céramique à vernis noir », Revue de la fédération archéologique de l’Hérault, 1978, p. 139-148.

Types J, K, L.

Pas de références notées.

Type M.

Vase tripode classé par R. Périchon, op. cit., forme 13.

Type N.

Vase classé forme 12 par R. Périchon, op. cit.

Présent à Tournus, Sept-Fontaines M. Perrin,op. cit., p. 58.

Notes

1 A. Barthélémy, « La nécropole gallo-romaine des Cordiers », Annales de l’Académie de Mâcon, t. LVII, p. 31.

2 A. Barthélémy, « Matisco à la lumière des découvertes récentes », ibid., t. XLIX, p. 97-107.

3 H. Vaussanvin, « Les importations de céramique à vernis noir », Revue de la Fédération archéologique de l’Hérault, 1978, p. 139-148.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Varennes-lès-Mâcon : exemples de répartition des types de céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 2. – Vases A, B, C, D : fosse XIV de Saint-Symphorien,
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 3. – Vases E, F, G : fosse XIV de Saint-Symphorien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 4. – Vases H et I : fosse VIII de Saint-Symphorien ; vase J : fosse XXIV de Saint-Symphorien ; vase K : fosse II de Varennes-lés-Mâcon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20943/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 5. – Vase L : fosse VII de Varennes-les-Mâcon ; vase M : fosse VII de Saint-Symphorien ; vase N : fosse XXIV de Saint-Symphorien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20943/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 6. – Amphores de Varennes-lès-Mâcon et de Saint-Symphorien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20943/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 7. – Varennes-lès-Mâcon, jetons de la fosse IV : progression des poids et des diamètres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20943/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

Groupement archéologique du Mâconnais (GAM)

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search