Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Le deuxième Âge du Fer dans la Vallée de la Saône

La Tène III en Tournugeois

Hugues Vaussanvin

Texte intégral

  • 1 G.R.A.T. chez M. Duriaud, La Croix Léonard, Vers 71240 Sennecey-le-Grand.
  • 2 17 campagnes de fouilles ont été menées sur les sites de Champsemard (Autoroute 1969, Parcelle Chen (...)

1Sous le titre très général de cet exposé, nous essaierons de présenter les résultats de dix années de fouilles relativement récentes, effectuées par le Groupe de Recherches Archéologiques de Tournus1 entre 1969 et 19792. Nous ne saurions commencer cette étude sans lui associer le nom de Michel Perrin qui fut le précurseur de l’archéologie celtique dans notre région et qui, malheureusement, nous quitta bien prématurément alors qu’il n’avait que 36 ans. C’est à cet ami que nous dédions cet article, lui qui consacra tous ses loisirs à l’archéologie pour nous laisser un travail considérable constituant les bases de la connaissance de l’Age du Fer Tournugeois.

2Chacun des thèmes que nous aborderons mériterait une monographie pour le détailler autant qu’un spécialiste pourrait le souhaiter. Telle n’est pas ici notre intention ; nous voulons seulement dresser le panorama de la fin de la période gauloise dans notre région à partir des deux sites de Tournus : Champsemard et Les Sept Fontaines. Ces gisements se chevauchent chronologiquement pour couvrir un siècle d’histoire ; leur comparaison nous a permis de préciser l’évolution du matériel celtique au cours du dernier siècle avant notre ère. Les hypothèses émises à partir des fouilles de Tournus ont pu être confirmées du Sud de Mâcon jusqu’à Verdun-sur-le-Doubs, grâce aux travaux de A. Barthelemy et A. Guillot, et aux récupérations de dragage faites par L. Bonnamour. Les découvertes du G.R.A.T. auront donc une portée sur toute la moyenne vallée de la Saône : elles suggéreront parfois des idées d’intérêt plus général.

Le cadre chronologique : La Tène III

  • 3 Nous ne parlons pas des importations anciennes (bronzes étrusques, amphores massaliètes, céramiques (...)
  • 4 Perrin, « Introduction aux importations méditerranéennes dans la moyenne vallée de la Saône, aux Ag (...)

3Le cadre chronologique de nos travaux est celui de La Tène III que nous définirons comme étant le siècle de la romanisation. Cette période débutera avec l’apparition des premières importations italiques significatives3, ce qui correspond, pour la région qui nous intéresse et dans l’état actuel des connaissances, à la fin du iie s. av. J.-C. Il semble en effet que le commerce avec le monde méditerranéen se soit développé dès l’alliance entre Eduens et Romains, vers 120 av. J.-C.4.

4Si cette première borne chronologique fondée sur une réalité historique et archéologique correspond tout à fait à la classification généralement admise des périodes du deuxième Age du Fer, il n’en est pas de même pour la borne finale. La Guerre des Gaules, événement historique majeur pour notre pays, ne nous paraît pas s’imposer archéologiquement comme un terminus chronologique irréfutable. Rien dans nos découvertes, tant en ce qui concerne le mobilier que le mode d’habitat, ne nous laisse entrevoir une rupture significative contemporaine des manœuvres de César. Bien au contraire, il y a une continuité parfaite dans l’évolution amorcée avant la conquête et se poursuivant tout au long du troisième quart du ier s. av. J.-C., époque à laquelle on commence seulement à maîtriser des techniques introduites depuis près de 50 ans. Quant à la naissance du Christ, elle survient alors que la mutation, sinon de la civilisation, tout au moins celle des habitudes, est déjà accomplie : les habitations se construisent en pierres et les techniques nouvelles sont généralisées grâce aux corporations qui fabriquent et commercialisent leurs produits. C’est la fin des villages gaulois traditionnels vivant en relative autarcie.

5La réalité archéologique séparant l’époque gauloise de la période gallo-romaine se trouve ainsi ramenée au début du règne d’Auguste. Quand nous parlerons de La Tène III en Tournugeois, nous nous placerons donc entre 125 et 25 av. J.-C. Il s’ensuit que le début de la période dite « gallo-romaine précoce » est repoussé dans les dernières décennies avant notre ère ; nous la faisons se poursuivre tant que subsiste une tradition celtique particulièrement bien traduite par la survivance des formes de poterie commune, jusqu’au milieu du 1er s, ap. J.-C.

Les deux sites gaulois de Tournus

6Situés à la périphérie Sud-Ouest de la ville actuelle, et à peine distants de 1 km, les deux gisements tournusiens présentent de nombreuses analogies. Il semble s’agir de groupements d’habitats plus que de véritables villages. Sur ces sites de plaine, un fossé à profil triangulaire avait une vocation défensive certaine, toujours bien respectée dans les phases anciennes ; l’abondance des vestiges dans les couches récentes de leur remplissage traduit en revanche un incontestable rôle annexe de dépotoir.

7Le fossé de Champsemard, implanté sur une légère proéminence de terrain, mesurait près de 4,5 m d’ouverture et 2,2 m de profondeur initiale. Il devait former une vaste enceinte quadrangulaire de plus de 100 m de côté, avec une entrée fortifiée en chicane ou en tenaille. Une palissade en bois, retrouvée effondrée et brûlée, le bordait à l’extérieur. Aucune trace de parapet n’a pu être décelée en raison d’un arasement du terrain pour sa mise en culture dès l’époque gallo-romaine. C’est pour cette même raison que, malgré les sondages effectués, nous n’avons pu repérer les habitations qui ont produit les déchets jetés dans le fossé depuis l’intérieur de l’enceinte.

8Le fossé des Sept Fontaines était plus modeste, mais sa largeur au sommet dépassait cependant 4 m, pour une profondeur de 1,6 m. Situé à flanc de coteau dans le fond d’un vallon, il était, dans sa partie dégagée, parallèle à un petit ruisseau coulant 50 m plus au Sud. Au moins une partie de la terre de déblai avait été rejetée de ce côté. La structure d’ensemble à laquelle appartenait ce fossé reste hypothétique, mais nous pensons qu’il s’agissait plutôt d’une enceinte tournée vers le haut du coteau, lieu primitif d’implantation pour l’instant non fouillé, que d’un camp s’appuyant sur le ruisseau, secteur où les niveaux d’habitat retrouvés ne correspondent qu’aux couches supérieures du remplissage du fossé. Enfin, des fouilles plus récentes de l’autre côté du ruisseau, sur le chantier de Clos-Roy, nous ont montré des structures d’habitation contemporaines de la fin de la vie du site. L’ensemble de ces travaux permet donc de cerner l’évolution de ce pagus gaulois en trois étapes : établissement d’un hameau fortifié à proximité d’une source : extension ou déplacement de l’habitat près du ruisseau ; ultime extension sur la rive opposée, alors que le fossé est en partie comblé et que l’on aménage des passages pour le franchir.

Chronologie relative de Champsemard et des Sept Fontaines

9La stratigraphie du site de Champsemard se résume à celle du fossé où furent distinguées onze couches d’origine celtique. Les anomalies de remplissage et l’évolution des vestiges, principalement céramiques (surtout des amphores), permettent de découper l’historique du site en trois phases, la plus ancienne étant subdivisée en deux périodes. Nous n’avons que fort peu de renseignements sur la période 1 a au cours de laquelle fut élaboré le fossé qui prendra peu à peu son profil d’équilibre. Le matériel de la seconde période présente encore des caractères archaïques, mais il s’enrichit des premières importations méditerranéennes : céramique campanienne A et amphores Dressel 1 A. La phase moyenne devient très riche en fragments d’amphores, témoignant d’une intensification des échanges avec l’Italie. Cette phase caractérise le premier réemploi du fossé en tant que dépotoir ; elle est limitée à sa base par un lit de terre jaune stérile, et à son sommet par un niveau d’incendie annonçant la phase récente. Le déclin du site est, dès ce moment, amorcé ; il sera rapidement suivi de l’abandon définitif.

10Aux Sept Fontaines, le remplissage du fossé était constitué de neuf couches celtiques que l’on a pu regrouper en quatre phases paraissant d’assez courte durée (fig. 1). La phase ancienne, la plus longue et la moins riche, est scindée en deux périodes ; son matériel est identique à celui des dernières phases de Champsemard. La phase 2 présente un amoncellement de vestiges parmi lesquels apparaissent les premières amphores de type Dressel 1 B. Les phases récentes sont plus polluées de matière organique ; elles sont séparées par un niveau de cendres abondantes. On y trouve un matériel analogue à celui découvert dans les deux niveaux repérés entre le fossé et le ruisseau, ou dans la couche unique caractérisant le chantier de Clos-Roy ; en particulier on assiste à une diversification des formes et des décors de la céramique commune, alors que campanienne B et campanienne A tardive ne se rencontrent que dans ces couches.

Fig. 1. – Synoptique de la stratigraphie relative.

Fig. 2. – Evolution du mobilier selon la stratigraphie.

11L’observation détaillée de la stratigraphie des deux fossés et des couches d’habitat des Sept Fontaines a distingué nettement 23 niveaux que l’on peut chronologiquement classer d’après l’évolution du matériel qu’ils contiennent (fig. 2). La chance a voulu que les deux sites couvrent la totalité de La Tène III et présentent une tranche de vie commune, point de synchronisme qui affine et renforce la validité de la chronologie proposée. Avant d’avancer des chiffres, il nous faut souligner que les couches profondes des deux fossés correspondent à des phases de durée plus longue que les niveaux récents, et ceci pour deux raisons. Tout d’abord, l’épaisseur des couches y est particulièrement importante et ne peut s’expliquer par le simple fait d’une érosion plus rapide des parois cherchant leur profil d’équilibre. Ensuite, les différences entre les phases anciennes et moyennes sont bien marquées, alors que paradoxalement l’évolution y semble moins rapide que dans les phases récentes. En conséquence, nous privilégierons, sur chacun des sites, la durée des phases anciennes.

Premiers indices d’une chronologie absolue

  • 5 Si cet argument a silentio est critiquable pour des numéraires peu diffusés ou géographiquement élo (...)

12Nous nous limiterons dans un premier temps à fixer quelques bornes chronologiques à l’aide de fossiles directeurs habituellement reconnus, en particulier grâce aux monnaies découvertes, ou plus exactement à certaines d’entre elles (fig. 3). Pour ne pas entrer dans la polémique suscitée par la datation des potins, nous ne retiendrons que ceux attestés comme postérieurs à la Guerre des Gaules en raison de leur absence dans les fossés d’Alise5, et ceux présentant une légende pour laquelle l’épigraphie gauloise apporte des renseignements complémentaires.

13Un des indices les plus intéressants est le denier en argent trouvé sur la couche d’incendie de la dernière phase de Champsemard. Frappé à la légende de CALETEDU, il appartient au numéraire lingon qui copia, vers 80 av. J.-C., une monnaie romaine à l’effigie de SULLA, et qui dura jusqu’à la fin de la conquête. Pièce de bon poids qui n’annonce pas la décadence monétaire et qui présente une évolution du graphisme et une dégénérescence de la légende incompatibles avec les premières émissions. Aucune trace d’usure n’est visible, mais une surfrappe partielle a brouillé le droit, sans entraîner le déclassement de la pièce. Le Docteur Colbert de Beaulieu qui l’a étudiée y voit un indice d’émission, alors que les exigences de César envers ses alliés étaient pressantes, peut-être vers 58/57.

14Dans le fossé des Sept Fontaines, les monnaies n’existent pas dans les phases 1 et 2. La première rencontrée, à la base de la phase 3, est un potin en parfait état de conservation, à la légende mal venue et incomplète SELISUCOS : ce serait une pièce postérieure à la conquête. Nous ne retiendrons pas comme élément chronométrique les trois potins à la grosse tête retrouvés usés dans la phase 4 ; ils nous semblent trop au cœur des problèmes liés à la datation des monnaies de bronze.

15Sur le chantier F, un seul potin a été trouvé dans le niveau le plus récent. Du type BN 2935 attribuable aux Allobroges, il serait postérieur à la conquête.

16Enfin, le monnayage du chantier de Clos-Roy est plus abondant : 6 deniers en argent dont 3 fourrés, 1 obole de Marseille, 1 bronze frappé non identifié, et 5 potins. La plus grande partie appartient au numéraire éduen, mais on note une pièce séquane et un potin à la tête diabolique. Trois légendes ont été relevées : TOGIRIX. ORCETIRIX et DOCI, les deux premières sur des deniers, la dernière sur un potin. L’étude de ces monnaies conduit à une datation relativement tardive du troisième quart du 1er s., avec des éléments postérieurs à la conquête bien lisibles, et des émissions sans doute plus anciennes qui présentent des traces de circulation plus marquées.

Hypothèses de datation (fig. 4)

17La transcription des indices chronologiques sur la stratigraphie relative n’apporte pas de contradiction brutale, mais ne laisse qu’une faible marge pour échelonner les différents niveaux entre le début de la phase finale de Champsemard et l’implantation du secteur d’habitat de Clos-Roy. Si la seconde date nous semble suffisamment bien étayée pour être retenue comme telle, il faut rappeler que la première n’est qu’un terminus ante quem, placé par hypothèse vers 58 av. J.-C. Ceci nous conduit à supposer que l’enfouissement de la monnaie lingone suit de peu son émission, sans avoir beaucoup circulé ni été thésaurisée, et que la phase III de Champsemard fut de courte durée, comme l’indique par ailleurs la faible épaisseur de ses couches et les similitudes entre son matériel et celui de la fin de la phase précédente.

18Malgré ces restrictions, il nous est difficile de circonscrire en une décennie tout au plus des facteurs d’évolution aussi marqués que ceux qui apparaissent successivement dans les phases 1 b, 2 et 3 des Sept Fontaines (abandon de certains canons de l’Indépendance pour la céramique grossière, remplacement des productions de céramique commune, apparition des Dressel 1 B et de la campanienne B), quand bien même se seraient-ils développés de façon plus simultanée que ne le transcrit la stratigraphie. Nous sommes donc contraints, pour pallier cette difficulté, à envisager deux hypothèses supplémentaires : antériorité du denier de CALETEDU, et synchronisme de couches présentant un mobilier différent.

Fig. 3. – Indices chronologiques : les monnaies.

Fig. 4. – Hypothèses de datation.

19La première est d’incidence limitée, puisque notre pièce ne peut appartenir aux émissions initiales d’un numéraire apparaissant vers 80. Un gain de dix ans nous paraît maximal, d’autant plus que la fibule de Nauheim issue du même niveau se trouve déjà datée de façon haute. On ne pourrait, selon cette thèse, qu’avancer la date d’abandon du site de la fin vers le début de la Guerre des Gaules, ce qui nous parait encore insuffisant pour assurer une continuité chronologique parfaite entre les deux sites.

20La seconde signifie que le mobilier de base de la phase terminale de Champsemard correspond à sa période d’occupation précédente, ses habitants ayant emmené avec eux les dernières nouveautés de l’époque. Un ensemble de facteurs tend à montrer que cette idée est raisonnable. Tout d’abord, l’ultime phase du site ne dura pas longtemps. Ensuite, nous sommes en présence d’un dépotoir dans lequel on jetait des objets endommagés par une utilisation antérieure. Enfin, la comparaison de deux éléments, l’un déposé intentionnellement, l’autre perdu, peut naturellement entraîner un certain déphasage.

21En ce qui concerne la datation des phases anciennes de Champsemard, les fossiles directeurs sûrs sont rares. L’argumentation repose essentiellement sur l’examen des premières importations italiques. Dans la couche 2, à la base de la phase I b, les restes d’une coupe en campanienne A, ainsi que la lèvre et une anse d’une même amphore, nous apportent une datation concordante certainement antérieure au Ier s., pouvant remonter plus avant dans la seconde moitié du IIe. Si la forme de la coupe, proche du type Lamb. 27 c, n’est pas chronologiquement très intéressante, en revanche la qualité de sa facture et de son vernis exclut une production tardive. Les tessons d’amphore sont eux aussi pertinents : la lèvre est courte et inclinée, l’anse petite et infléchie. Ils suggèrent un récipient de petite taille avec des caractères archaïques qui rappellent encore les amphores gréco-italiques.

22Les amphores trouvées en plus grand nombre dans le niveau plus récent de la même phase présentent encore des indices d’ancienneté : lèvres inférieures à 35 mm, épaules très arrondies. Si leurs anses s’allongent et se raidissent, en même temps que leur volume augmente, elles restent cependant bien différentes, y compris par leur pâte, des productions de la phase moyenne. Cela renforce l’hypothèse d’une phase ancienne présente dans le dernier quart du IIe s. Le passage à la période suivante est plus difficile à situer. Considérant la nette évolution dans le mobilier, qu’il soit amphorique ou céramique, et en se rappelant une remarque précédente qui nous conduisait à privilégier la durée des phases anciennes, nous serions enclin, dans l’état actuel de nos connaissances, à placer autour de 80 av. J.-C. ce moment charnière dans la vie du site.

Evolution de la céramique grossière

23Dans la céramique grossière qui est non tournée, nous avons dégagé un groupe homogène par sa pâte, son façonnage et son aspect. Les formes sont limitées au nombre de trois ; urnes, jattes à bord rentrant et terrines basses ; les deux premières sont présentes durant toute La Tène III, mais la troisième n’apparaît que dans la seconde moitié du Ier s.

24Quel que soit le vase, sa pâte renferme un dégraissant siliceux grossier et abondant : la cuisson en tranche est uniforme. La partie supérieure du récipient, lissée et peignée, est plus soignée que le bas de panse qui laisse encore percevoir les traces de colombins par absence de finition de la surface. La cuisson primitive laisse une paroi intérieure foncée, la couleur de la face externe variant, sur le même vase, du gris-brun au noir. Seules les urnes présentent un décor sommaire d’incisions faites dans la pâte crue. On peut noter une nette évolution de ce décor : d’abord très vigoureux avec des incisions profondes, longues, obliques et nombreuses, il s’estompe progressivement pour ne devenir que petits traits moins marqués et presque horizontaux, avant de disparaître à la fin de La Tène.

25Pour ce groupe, majoritaire dans nos gisements, nous pouvons parler de faciès tournugeois, car c’est un type qui, sans être isolé à Tournus, semble géographiquement assez limité. Dans les dragages de la Saône, on le retrouve de Chalon à Fleurville ; il est également présent dans les sites du Sud de Mâcon. Il est bordé au Nord et au Nord-Ouest par les céramiques micacées de Verdun-sur-le-Doubs, et à l’Ouest par les céramiques lissées de la Loire. A l’Est, le no man’s land celtique de la rive gauche de la Saône interdit des comparaisons plus proches que celles des sites du Jura où notre type ne se rencontre pas. C’est sans doute vers le Sud que ce faciès s’étend le plus, puisque certaines céramiques de la région de Lyon le rappellent ; malheureusement, la rareté des découvertes gauloises dans la basse vallée de la Saône n’apporte pas, pour l’instant, de preuves suffisantes à une conclusion définitive.

Fig. 5. – Evolution des lèvres d’un type de céramique grossière caractéristique du faciès tournugeois.

26Le faciès tournugeois présente plusieurs critères d’évolution que nous illustrerons par l’aplatissement de la lèvre et la mouluration de son sommet au cours du 1er s. (fig. 5). Ce changement est cohérent et continu tout au long de la stratigraphie relative ; il est général sur les trois formes définies précédemment, les lèvres rentrantes des jattes subissant une évolution symétrique à celle des lèvres éversées des urnes ou des terrines.

27Urnes et jattes dérivent des vases à pâte de tradition hallstattienne retrouvés dans la première phase de Champsemard. L’urne primitive avait cependant un col plus haut, tandis que la jatte avait un rebord décoré d’impressions digitales qui a été reproduit sur les poteries les plus anciennes du groupe. Pour la première forme, le processus dévolution commence par une rainure interne à la jonction lèvre/panse, conjuguée à une petite gorge près du sommet de la lèvre. C’est l’état privilégié de la phase 11 de Champsemard, et de la phase ancienne des Sept Fontaines. La seconde phase de ce site voit la rainure du haut de panse se transformer en un ressaut bien marqué, alors que, parallèlement, la lèvre encore éversée s’orne de deux cannelures. C’est à partir de ce moment que la lèvre s’aplatira progressivement jusqu’à l’horizontale, en conservant deux ou trois moulures. Cette forme finale sera elle-même le prototype des « olla » gallo-romaines qui seront montées au tour et qui garderont, durant toute la période précoce, une lèvre plate sur laquelle on devinera parfois quelques traits concentriques, vestiges d’un décor d’antan.

28En ce qui concerne les jattes, le processus est similaire : stries externes en haut de panse, et gorge marquée au sommet d’une lèvre inclinée dans la phase II de Champsemard ; mouluration prononcée vers le milieu du siècle ; aplatissement à l’horizontale se généralisant rapidement, peut-être plus tôt que sur les urnes, tandis que les moulures deviennent moins profondes mais plus fréquentes. Cette forme donnera elle aussi naissance à une poterie gallo-romaine tournée qui conservera l’ultime évolution (paroi presque rectiligne, lèvre horizontale en triangle isocèle) dans les premières décennies de notre ère.

29Ces observations, fondées sur des découvertes faites en stratigraphie, confèrent à la céramique grossière un rôle de fossile chronologique qu’il faut considérer avec intérêt mais vigilance. Tout d’abord, il ne faut pas oublier le cadre de référence, limité à un type de céramique dans un lieu géographique. Toute extrapolation hors de ce contexte sera dangereuse, puisque d’autres faciès locaux, pourtant géographiquement proches, attribuent une chronologie différente pour des canons identiques. Pour s’en persuader, il suffit de prendre deux exemples pour lesquels quelques témoins retrouvés à Tournus corroborent les datations proposées par ailleurs : les rebords triangulaires, moulurés et parfaitement plats de Verdun-sur-le-Doubs sont sans conteste antérieurs à la conquête ; dans la céramique de type « Besançon », les rebords plats moulurés semblent postérieurs aux lèvres à bourrelet qui sont déjà données comme tardives.

30Ensuite, comme tout indice chronologique, cette céramique ne peut apporter de façon certaine que des dates « au plus tôt ». Si la présence d’une urne de faciès tournugeois à lèvre aplatie et moulurée exclut une datation antérieure à la guerre des Gaules, il ne sera pas aberrant de rencontrer quelques lèvres simplement éversées dans une couche pré-augustéenne. C’est la rançon d’une typologie fine et détaillée, d’un mobilier qui évolue rapidement alors que sa durée d’utilisation est très variable.

Considérations sur les amphores Dressel 1

31Depuis ces dernières années, nous assistons à une prise de conscience de l’importance du matériel amphorique découvert sur les gisements terrestres de la période gauloise. Mobilier délaissé sur les fouilles du siècle dernier car il ne se trouve que très rarement intact, il est en réalité présent dans toutes les couches du Ier s. où il constitue même, pour certaines régions appartenant à des axes privilégiés, l’essentiel des trouvailles. Apparaissant dans des niveaux où les fossiles directeurs sont rares et parfois controversés, les amphores italiques représentent un espoir de datation vers lequel on commence à se tourner. Contrairement à la céramique locale qui, bien qu’apportant des renseignements précieux, ne peut avoir qu’une portée géographiquement limitée, les amphores permettront peut-être un jour de synchroniser des sites éloignés.

  • 6 La superposition d’une chronologie à cette typologie trop simpliste n’est d’ailleurs pas sans consé (...)

32Le hasard des recherches subaquatiques a très tôt, par la découverte de plusieurs épaves similaires à cargaison homogène, simplifié à l’extrême une typologie qui s’avère en réalité très complexe6. L’observation de plusieurs tonnes de tessons d’amphores découverts sur nos gisements nous a révélé une multitude de variantes pour chaque élément morphologique qu’il nous a fallu étudier de façon séparée, en l’absence de pièces intactes. Il est probable qu’une étude uniquement typologique reposant sur un grand nombre de données, même si elle reposait sur des vases entiers, pourrait difficilement déterminer des modèles représentatifs fiables au milieu de cette apparente continuité. L’assimilation de productions fabriquées pendant plus d’un siècle dans de nombreux ateliers peut en être la cause. Par contre, la superposition d’éléments nouveaux (chronologiques, géographiques, pétrographiques…) aux descripteurs morphologiques mettra peut-être quelques types en évidence.

33En l’absence actuelle de telles références, nous sommes convaincu que l’étude du matériel amphorique des sites terrestres, malgré l’énormité et l’ingratitude de la tâche, vaut la peine d’être menée. L’analyse, d’abord empirique, ensuite chiffrée plus méthodiquement, de lots de fragments d’amphores en provenance de différentes couches nous a, en effet, persuadé de l’évolution globale de certains critères. Ceci nous permet, par une approche statistique reposant sur une cinquantaine d’individus, et non pas par une somme de comparaisons individuelles, de cerner le profil de leur couche d’origine.

34Pour illustrer ce propos, nous traiterons le cas des lèvres selon deux méthodes de philosophie différente. La première s’appuie sur des données quantitatives parmi lesquelles nous retiendrons les mesures du diamètre moyen à l’ouverture, de la hauteur et de l’inclinaison. Chacun de ces paramètres est défini de façon précise, levant ainsi toute ambiguïté de chiffrage en fonction des différents profils possibles. Il est remarquable de noter que, sur un millier d’exemplaires répartis en une dizaine de lots, ces paramètres croissent au cours du temps, et que les courbes de répartition se classent régulièrement selon la chronologie des couches. L’utilisation des réseaux de courbes existants, pour comparer une nouvelle couche, donne une indication chronologique que nous jugeons précise au quart de siècle près. Il faut pour cela analyser simultanément les graphes des trois paramètres, analyse qu’une étude statistique multicritères rendrait sans doute plus aisée. L’exemple présenté est celui des sites de Champsemard (antérieur à 50 av. J.-C.), Clos-Roy (45-30 av. J.-C.) et Gigny (fin Ier s.?) (fig. 6). Les histogrammes sont présentés par classe pour faciliter le comptage et la représentation. Ces classes ont été déterminées en faisant une équirépartition des cinq cents premières lèvres analysées. La proportion d’exemplaires archaïques en notre possession étant faible, ces classes devraient être revues pour une utilisation plus générale, ce qui ne ferait que renforcer leur faculté de sériation.

Fig. 6. – Evolution par site de quelques paramètres mesurables sur lèvre d’amphore Dressel 1

35Nous avons repris la seconde approche (fig. 7), plus qualitative, des travaux de M. Perrin. Il l’avait d’ailleurs évoquée au congrès des Sociétés savantes de Bourgogne en avril 1975, et il voulait la détailler dans un article consacré aux amphores des Sept Fontaines qu’il avait entrepris avec S. Crombez, et qu’il n’a malheureusement pu terminer. Il avait défini des modèles de lèvres, à partir de son expérience, acquise par de nombreuses observations, et il s’en servait comme référence pour classer le matériel qu’il étudiait. Cette méthode combine implicitement plusieurs critères, mais elle est subjective (type arbitraire, définition mentale de l’enveloppe des variantes…) et, de ce fait, difficilement généralisable. Elle ne peut être menée à bien que par une personne effectuant seule toutes les comparaisons, en se fixant quelques butées chiffrées de critères quantifiables. C’est avec cette rigueur qu’avait travaillé M. Perrin, à qui nous devons le comptage par type des amphores de Vintimille et des Sept Fontaines. Nous avons exclu de cette étude les lèvres hautes de type Dressel 1 B « classique » qui constituaient un quatrième modèle. Il nous semble en effet que, pour des raisons encore incertaines (production totale faible par rapport à l’ensemble connu, fabrication limitée dans le temps, aire de diffusion particulière, commercialisation d’un vin de luxe ?...), leur présence dans notre région reste marginale, ce qui rend délicate leur interprétation en termes statistiques. Enfin nous avons reporté les pourcentages par type et par couche sur l’axe chronologique étalonné selon nos dernières connaissances. Bien que l’analyse des Sept Fontaines repose sur un nombre d’individus relativement faible au regard de la précision du classement (150 lèvres environ), la comparaison des tendances sur les deux sites apporte une preuve supplémentaire que l’évolution n’est pas aléatoire, puisqu’elle est cohérente sur deux sites distants de 600 km.

Fig. 7. – Classement par type des lèvres d’amphore Dressel 1 de Vintimille et des Sept Fontaines.

36La conjugaison des deux méthodes montre l’évolution parallèle des amphores découvertes dans le monde méditerranéen et en Gaule intérieure, et permet d’établir le caractère chronologique de cette évolution. Nous pouvons en déduire qu’il n’y a pas lieu d’introduire un déphasage chronométrique spécifique en ce qui concerne le matériel importé. Ce n’est donc pas là qu’il faut trouver une justification des écarts entre les datations proposées à partir des sites terrestres et la chronologie méditerranéenne habituellement reconnue qui, de toute évidence, nous parait beaucoup trop haute.

Notes

1 G.R.A.T. chez M. Duriaud, La Croix Léonard, Vers 71240 Sennecey-le-Grand.

2 17 campagnes de fouilles ont été menées sur les sites de Champsemard (Autoroute 1969, Parcelle Chenu 1974-77) et des Sept-Fontaines (Central téléphonique 1971-74, Nouvelle poste 1973, Clos-Roy 1977-79).

3 Nous ne parlons pas des importations anciennes (bronzes étrusques, amphores massaliètes, céramiques de Provence...) qui disparaissent de notre région au début du ve siècle, mais de la reprise des échanges avec l’Italie, qu’illustre particulièrement bien le commerce du vin.

4 Perrin, « Introduction aux importations méditerranéennes dans la moyenne vallée de la Saône, aux Ages du Fer », Bull. soc. amis arts et sciences de Tournus 74, p. 47-52.

5 Si cet argument a silentio est critiquable pour des numéraires peu diffusés ou géographiquement éloignés, il nous paraît recevable pour des monnaies locales largement répandues.

6 La superposition d’une chronologie à cette typologie trop simpliste n’est d’ailleurs pas sans conséquences encore aujourd’hui.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Synoptique de la stratigraphie relative.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 2. – Evolution du mobilier selon la stratigraphie.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 3. – Indices chronologiques : les monnaies.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 4. – Hypothèses de datation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 5. – Evolution des lèvres d’un type de céramique grossière caractéristique du faciès tournugeois.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20933/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 6. – Evolution par site de quelques paramètres mesurables sur lèvre d’amphore Dressel 1
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20933/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 7. – Classement par type des lèvres d’amphore Dressel 1 de Vintimille et des Sept Fontaines.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20933/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search