Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Le premier Âge du Fer dans la Vallée de la Saône

Le site du “Verger” aux Âges du Fer Saint-Romain (Côte-d’Or)

Serge Grappin

Texte intégral

Localisation et topographie du site

1Au Sud-Ouest et à 13 km de Beaune, le village de Saint-Romain est dominé par la bordure orientale du plateau des Chaumes d’Auvenay. Une paroi rocheuse forme un vaste hémicycle appelé Cirque du Fer à Cheval s’ouvrant sur plus d’un kilomètre de long et quarante mètres de haut en direction de la plaine de la Saône.

2Dans la paroi apparaissent les orifices de nombreuses grottes dont les deux plus importantes (Le Perthuis et le Grenier) (fig. 1, A) surplombent de 13 à 18 m une plateforme naturelle de 12 m de haut correspondant au site archéologique (coordonnées Lambert : X = 779 ; Y = 225 ; Z = 480). A 30 m en contrebas, une petite source appelée La Fontaine de Chavi constitue le point d’eau le plus proche tandis qu’à 20 m à l’Ouest un passage dans la falaise (La Roche Fendue) permet d’accéder au plateau.

3L’horizontalité du sommet de la plateforme (3500 m2) est rompue par un amoncellement de très gros blocs rocheux surélevant de 3 m la bordure Sud. De cette hauteur on domine la vallée du Verger, Saint-Romain, Meursault, et au-delà de la plaine de la Saône.

Le contexte protohistorique

  • 1 Pour ne citer que les principales publications sur ces tumuli : Rossignol, « Rapport sur les fouill (...)

4Un inventaire des tumuli des Chaumes d’Auvenay déborderait largement le cadre de cette publication, aussi ne citerons-nous que les sépultures les plus proches du site1 : la nécropole de La Buffole constituée d’une centaine de petits tumuli de pierres dont la fouille permettrait de mieux cerner la chronologie, le tumulus hallstattien de Moléchard, les tumuli et la ceinture de pierres dressées du Bas de Loque.

5Par ailleurs, de nombreux objets du Bronze Final ou du Hallstatt ont été découverts sur le territoire de la commune, mais aucune localisation n’accompagnait leur dépôt au Musée des Antiquités Nationales ou dans la collection Changarnier de Beaune. Seule une pointe de flèche Bronze Final et des tessons de céramiques protohistoriques ont été trouvés sur l’éperon rocheux de Saint-Romain Le Haut, à l’emplacement du château médiéval.

  • 2 Nos rapports de fouilles sont publiés annuellement depuis 1976 et sont disponibles à notre siège so (...)

6A la richesse du contexte archéologique répond l’important développement stratigraphique du site du Verger, où occupations et habitats ont formé un ensemble de couches et structures superposées sur 4,50 m de hauteur : Néolithique (3700 av. J.-C.), Néolithique Moyen, Néolithique Récent, Bronze Ancien, Bronze Final II. Bronze Final III, Hallstatt Ancien, Hallstatt Final, Tène III, Gallo-Romain (iii-ive s.), ixe s., x-xie s., xvie s.2.

7Nous n’aborderons ici que l’habitat Hallstatt Ancien et les occupations du Hallstatt Récent et de la Tène III.

Historique et objectifs des recherches

  • 3 1914, 1917, 1932 : Lambert fouille essentiellement les couches de surface de la Grotte du Perthuis. (...)
  • 4 Leroi-Gourhan, Perriaux, « Les grottes de l’enceinte de Saint-Romain, Côte-d’Or », R.A.E., 1950, p. (...)

8Les grottes qui surplombent le site ont été fouillées dès le début du siècle sans que des publications en fassent état3 En 1949 M. Perriaux et M. Leroi-Gourhan, avec le Centre de Recherches Préhistoriques du Musée de l’Homme, ouvrent les premiers sondages sur le site même, établissant ainsi la stratigraphie des occupations du Moyen-Age à l’Âge du Fer et mettant au jour des traces de cabane du Hallstatt Ancien4.

Fig. 1. – A : topographie du site, les courbes de niveau sont distantes de 50 cm. a et b : grottes du Perthuis et du Grenier. – B : couche Hallstatt Ancien, plan de répartition du matériel et des trous de poteaux. 1 : trou de poteau à pierres de calage ; 2 : trou de poteau sans calage ; 3 : sol d’argile ; 4 : excavation médiévale.

  • 5 Leroi-Gourhan et Perriaux, op. cit.

9Dans la mesure où les sépultures ont été, en Côte-d’Or, l’objet de prédilection des recherches depuis le début du siècle, il convenait d’équilibrer nos connaissances sur les Ages des Métaux en approfondissant les études d’habitats : culture matérielle et environnement naturel. C’est dans ce cadre que les perspectives ouvertes en 1949 présentaient tout leur intérêt. « Les fouilles sont à poursuivre dans cette enceinte. On ne s’attardera pas à chercher dans les trous de sangliers qui rapporteraient quelques os et des fragments de poterie sans valeur mais on procédera à des fouilles systématiques qui découvriront peu à peu la structure interne de cette belle enceinte où les cabanes sont encore en place sous deux mètres de remblai » (A. Leroi-Gourhan, L. Perriaux) 5.

  • 6 Méthode et organisation du chantier : dix campagnes successives ont mobilisé, en moyenne et sur l’e (...)

10Par ailleurs, la pérennité des occupations du Bronze Ancien au Hallstatt Récent ont permis d’envisager une étude plus large (Programme P. 33) et de mieux cerner les relations de ces habitats avec les nombreux tumuli de la micro-région6.

L’habitat du Hallstatt Ancien

La stratigraphie

11La couche du Hallstatt Ancien (E2) se situe dans un contexte stratigraphique complexe, lié à la pérennité des occupations protohistoriques : les terres, de couleur noire et à texture proche, se différencient difficilement. Pour isoler chaque sol, il est alors nécessaire de confronter les données stratigraphiques, la typologie du matériel et sa projection horizontale.

12La couche du Hallstatt Ancien se caractérise par une terre très noire, épaisse de 15 cm, reposant par endroit sur un niveau d’argile de décalcification de 5 cm d’épaisseur, formant un sol discontinu aux limites et à la surface irrégulières (certaines dépressions pouvant atteindre 20 cm de profondeur).

13L’argile jaune clair présente des traces importantes de rubéfaction. La plus importante (1 m2) est constituée de deux chapes d’argile rubéfiée superposées à 10 cm l’une de l’autre. La couche suit un pendage Nord-Sud d’environ 15°. Une surface de 2 m2 a été remaniée par une excavation médiévale.

Les structures (fig. 1, B)

14Malgré une observation attentive de la base de la couche, rares sont les excavations qui ont pu être décelées dès le niveau de leur orifice, leur remplissage de terre noire se confondant avec le reste. Il faut alors fouiller en deçà du sol pour mettre en évidence leur contour, par contraste avec une terre plus claire ou encore grâce à la présence d’un remplissage de pierres.

15Deux types d’excavations peuvent être distingués :

  • Les excavations à structure de calage : au nombre de trois et alignées selon un axe Nord-Ouest/ Sud-Est, elles ne peuvent passer inaperçues. La plus grande, de 80 cm de diamètre et 60 cm de profondeur, contenait de nombreuses pierres dépassant 40 cm de long. Verticales, inclinées ou à plat, ces pierres forment une structure dont l’espace vide interne correspond sans doute à remplacement d’un poteau de bois dont le diamètre peut être estimé à 30 cm.

16Une autre excavation, partiellement fouillée, contenait un remarquable calage en place constitué de pierres verticales disposées sur deux ou trois rangées.

  • Les « excavations » sans calage : on imagine mal que ces excavations de 20 cm de diamètre aient pu être creusées sur 60 cm de profondeur. L’hypothèse de traces de pieux enfoncés « de force » dans le sol est d’autant plus vraisemblable que le terrain sous-jacent, assez meuble, se prête à ce type d’enfoncement.

17Par ailleurs onze blocs d’argile à clayonnage ont été découverts, pour la plupart à proximité des sols d’argile rubéfiée. Quelques-uns d’entre eux présentent une surface lisse et, de l’autre côté, des traces de branches jointives disposées parallèlement.

Fig. 2. – Céramique du Hallstatt Ancien. 1 : fusaïole ; 2 : corne de chenet ; 3 : petite urne ; 4 : jatte ; 5 : tasse ; 6 : coupe à décor cannelé.

Le matériel

18Répartition en profondeur : la projection par points de la totalité du matériel selon un plan vertical fait apparaître une très forte concentration d’objets sur la totalité de la couche, avec une densité si forte que par endroit les tessons s’accumulent sur 15 cm d’épaisseur. Trois gros vases incomplets sont écrasés sur place.

19Le remontage des céramiques et ossements indique que les déplacements d’objets se sont faits dans le plan de la couche, sans remaniements profonds, excepté à l’emplacement de deux trous de poteau.

20Répartition en plan ; si nous faisons abstraction de l’excavation médiévale qui a perturbé le matériel sur 2 m2, la répartition du matériel en place est particulièrement expressive : deux grandes zones sont délimitées par un axe Nord-Ouest/Sud-Est :

  • au Sud une densité très forte avec deux concentrations autour des zones rubéfiées, regroupant vases écrasés sur place, instruments de mouture, graines brûlées, fusaïoles et fragments de « tore de cuisson » ;

  • au Nord une répartition très clairsemée.

21Compte tenu de la densité du matériel, nous ne retiendrons dans cette synthèse que les éléments les plus représentatifs.

22La céramique :

  • fusaïoles présentant deux types de décors : cannelures douces horizontales (fig. 2, n° 1) ou pressions d’outils sur le pourtour ;

  • 17 fragments de tores de cuisson cassés sur place ;

  • une corne de chenet décorée de points et d’encoches (fig. 2, n° 2) ;

  • coupes, coupelles et jattes : de pâte fine généralement noire ou gris foncé, elles présentent presque toutes des surfaces très soigneusement lissées. Sur une centaine de bords différents, trois types peuvent être distingués :

      • 7 A. Brisson et J.-J. Hatt, « Fonds de cabanes de l’Age du Bronze Final et du premier Age du Fer en C (...)

      lèvre simple arrondie ou aplatie sans marli. Ce type représente 39 % des bords de coupes, jattes ou coupelles. Le fond d’une jatte cassée sur place présente une croix formée de deux cannelures (fig. 2, n° 4). Une coupe, découverte brisée dans un trou de poteau, est décorée de trois cannelures douces horizontales (fig. 2, n° 6). Des exemplaires semblables sont connus au Hallstatt Moyen ou Ancien7. Une pression digitale sur une lèvre de jatte est sans doute destinée à faciliter l’écoulement du liquide (fig. 3, n° 1) ;

    1. lèvres à marli (19.5 %) décorées parfois de méplats et cannelures (4 %) ;

    2. lèvres à marli présentant plusieurs cannelures et méplats (13 %). Sans vouloir entrer dans l’analyse détaillée des décors très variés, signalons la présence de décor en « dent de loup » incisé à l’intérieur des vases, et connu dans les ensembles du Bronze Final III b. La peinture rouge peut également être utilisée uniformément ou associée à des bandes de graphite.

  • Bols et tasses : de dimensions plus modestes mais de pâte identique, ces récipients sont moins nombreux. Les bords simples et arrondis se redressent presque à la verticale. Une carène peut être soulignée par des doubles filets incisés ou une ponctuation d’ocelles. Les tasses sont munies d’anse en ruban (fig. 2, n° 5).

  • Les urnes et vases pansus : l’examen de plusieurs centaines de bords différents montre que les urnes et vases représentent près de la moitié du total des récipients.

  • Urne à pâte grossière : grosse urne à col court et panse volumineuse renforcée d’un cordon horizontal au point d’inflexion rebord-panse (fig. 3, n° 3). Le bourrelet est décoré de pressions digitales. Le diamètre d’ouverture atteint 50 cm, celui de la panse est encore plus important mais non mesurable. La surface orange et rugueuse présente des paillettes de mica à éclat jaune. La pâte noire contient de gros éléments non plastiques dépassant 5 mm.

23Les autres urnes de ce type à décor de pressions digitales sur cordon présentent un col plus élevé.

  • Grosse urne à rebord évasé et panse peu bombée (fig. 3, n° 4). Le diamètre d’ouverture atteint 48 cm. La surface, sommairement lissée, présente également des paillettes de mica à éclat jaune. Les parois sont assez peu épaisses (environ 9 mm). Des pressions d’outils sont disposées horizontalement à la limite rebord-panse. Des zones grises, correspondant à une cuisson trop forte, apparaissent à la partie supérieure du vase. D’une façon générale, la couleur est orange.

  • Un fond d’urne, écrasé sur place, contenait un important dépôt d’argile de décalcification.

  • Urnes et vases pansus à pâte fine : les dimensions peuvent être réduites. La pâte est noire ou gris foncé, et les surfaces généralement noires et lustrées. L’épaisseur des parois est faible (3 à 4 mm), les éléments non plastiques sont de l’ordre du mm. Le bord peut présenter un marli. Le décor est pratiquement toujours présent sous forme de douces cannelures disposées en registres horizontaux et parfois soulignées de doubles filets incisés.

Fig. 3. – Céramique du Hallstatt Ancien. 1 : bord de coupe à pression digitale formant un versoir ; 2 : haut de panse à décor de cannelure, d’incisions et d’ocelles estampées ; 3 : urne à cordon décorée de pressions digitales ; 4 : urne décorée de pressions d’outils.

  • 8 Henry, Les tumulus du département de la Côte-d’Or, p. 31, fig. 5.

24N’ayant pas l’intention de dresser un inventaire exhaustif de ces décors aux variantes très nombreuses, nous indiquerons simplement un motif original : quatre petites ocelles estampées, formées chacune de quatre cercles concentriques, occupent les angles de carrés, se répartissant en damiers sous une bande horizontale de trois cannelures. La pâte est noire, line et lustrée (fig. 3, n° 2), On peut comparer ce motif à celui d’une urne découverte à Pommard (à 7 km au Nord-Est de Saint-Romain) et datée du Bronze III ou de la première époque du Hallstatt8.

  • Bien que découverte dans la couche sous-jacente (Bronze Final III), une très petite urne présente une typologie connue au Hallstatt Ancien (fig. 2, n° 3). La panse est munie de quatre mamelons perforés verticalement, la pâte est noire et la surface marron mat.

25Le matériel métallique :

26Mis à part une trace d’oxyde ferreux adhérant aux parois d’un fond d’urne, le fer n’est pas représenté.

27Les objets en bronze sont de petite taille :

  • un petit ciseau (fig. 4, n° 7) : trois fragments d’épingles dont deux têtes, l’une vasiforme, l’autre en crosse ; un fragment d’anneau en tôle de bronze décorée de chevrons incisés ; deux petits anneaux à section ronde, une perle en tôle de bronze roulée (fig. 4, n° 6) ;

  • un fragment de coulée et un petit élément destiné probablement à devenir un anneau évoquent le travail du bronze.

28Le matériel lithique :

29La mouture est évoquée par les meules, molettes et pilon (fig. 4, n° 1). Ce matérial est en pierre rose, lourde ou en grès du Rhétien.

30La fonction de petits galets polis, l’un sphérique, l’autre oblong et craquelé par le feu est difficile à déterminer.

31L’ambre : une petite perle (fig. 4, n° 3).

32Le matériel en bois de cerf et en os :

33Parmi les quatre poinçons entiers ou fragmentés, celui de la figure 4 (n° 2) est particulièrement soigné, l’extrémité non pointue étant minutieusement polie.

34Comme objets en os, on peut citer deux perles (fig. 4, n° 5) et une extrémité de manche d’outil (?).

35Les ossements animaux :

  • 9 Th. Josien, « La faune de la station de Saint-Romain », Bull. Soc. Arch. Préhist. Fr., 1955.

36Une étude de Mme Poulain avait été publiée en 19559 et donnait les pourcentages suivants pour la couche hallstattienne (pourcentage exprimé sur 54 individus déterminés) :

  • animaux domestiques : bœuf 26 porc 24 %, mouton 11 cheval 11 %, chien 4 %, chèvre 2 % ;

  • animaux sauvages : sanglier 13 %, cerf 5 %, blaireau 2 %, castor 2 %.

37Nos fouilles ont mis au jour 990 os ou fragments d’os. 53 ont pu être attribués à une partie du squelette dont 38 à une espèce. La fragmentation est très importante (moins de 10 % des pièces sont entières). Certains os présentent des traces de crocs, d’autres sont calcinés. Sanglier ou porc (56,8 %), chèvre ou mouton (16.4 %), bœuf (14 %), ours (3,2 %), cerf (3,2 %), chien ou loup (2 %), cheval (1.6 %), blaireau (1,2 %), homme (1,2 %), oiseau (0.4 %).

38La présence d’ossements humains reste énigmatique. Les os du blaireau mêlés étroitement aux tessons et autres os ne résultent pas d’un apport accidentel.

39Les graines :

  • 10 Détail de l’étude de M. Erroux dans Les fouilles 1981 au lieu-dit « Le Verger », Saint-Romain, Côte (...)

40Près de 300 graines brûlées ont été recueillies par tamisage à l’eau. Dans les premiers échantillons transmis, M. Erroux a pu déterminer 5 graines de féverole s (Vicia fuba, var. minor), 17 grains d’orge (Hordeum Vulgare) et 18 grains de blé (Triticum sp.) 10.

Interprétation

41La datation : la présence de nombreux tessons et de céramiques brisées mais presque complètes dans deux trous de poteaux (fig. 2, n° 5 et 6), ne doit pas forcément être interprétée comme résultant d’une intention précise : le simple fait de reboucher les trous avec les sédiments environnants a provoqué l’apport de matériaux qui, par la suite, ont échappé au piétinement et à la dispersion. Perforant les couches sous-jacentes, les creusements ont mis en rapport des éléments du Bronze Final, du Bronze Ancien, voire du Néolithique et des éléments plus récents, Hallstatt Ancien et Moyen I. Seul ces derniers peuvent être retenus comme contemporains de l’implantation des structures. Si l’on admet que le creusement des trous de poteaux a pu provoquer la « remontée » de matériel provenant des couches plus anciennes, certains types de céramique, notamment à bords à marli cannelés attribués traditionnellement au Bronze Final III, sont trop nombreux pour ne devoir leur présence dans la couche hallstattienne qu’à des remaniements.

Fig. 4. – Matériel du Hallstatt Ancien et Final. – Hallstatt Ancien. 1 : pilon ; 2 : poinçon en bois de cerf ; 3 : perle en ambre ; 4 : perle en pierre ; 5 : perle en os ; 6 : perle en bronze ; 7 : ciseau de bronze. – Hallstatt Moyen et Final. 8 : perle en verre ; 9 : branche de mors ; 10 : pointe de flèche en fer ; 11 : grelot pendeloque en bronze ; 12 : fibule à double timbale en bronze ; 13 : porte-ardillon de fibule serpentiforme, bronze ; 14 : rouelle.

42On peut d’autant plus admettre la persistance de ces types dans un contexte du Hallstatt Ancien qu’aucune rupture n’apparaît en stratigraphie ; les habitats se succèdent sans discontinuité du Bronze Final II au premier Age du Fer.

43L’habitat : les traces de sols aménagés, les trous de poteaux et les blocs d’argile à clayonnage attestent la présence d’un bâtiment dont l’aire interne est fortement marquée par l’accumulation des objets situés dans une terre noire, contrastant avec une terre plus claire, au matériel clairsemé. La répartition du matériel et de la coloration de la terre exprime ainsi un « effet de paroi » d’axe Nord-Ouest/Sud-Est perpendiculaire à la pente naturelle du terrain.

44Selon cet axe, on observe un alignement de trois trous de poteaux et un hypothétique (à l’emplacement d’une excavation médiévale) jalonnant tous les 2 m le côté d’une cabane atteignant dans l’état actuel des recherches 6,60 m de long. Aux deux extrémités, la puissance des calages pourrait correspondre à des poteaux corniers.

45La paroi d’argile était soutenue par un clayonnage dont les traces sont encore visibles sur certains blocs d’argile rubéfiés à proximité des foyers. L’argile découverte dans le fond d’une grosse urne écrasée sur place peut également provenir des parois, l’absence du haut de panse et de col faisant de ce vase une cuvette pouvant recueillir et conserver les fragments d’argile effondrés.

46Les activités domestiques : les instruments de broyage et surtout les nombreux grains de céréales brûlées témoignent des activités agricoles et domestiques. Les trois grosses urnes situées à proximité directe des foyers ont pu être utilisées pour stocker l’alimentation. La densité de matériel autour des zones rubéfiées désigne les foyers comme des zones de fréquentation et d’activité privilégiées de l’habitation. La rareté du matériel métallique s’accorde avec l’idée d’un habitat et la petitesse des objets en bronze évoque des pertes plus que des abandons.

47L’économie : l’agriculture, portant sur au moins deux variétés de céréales (blé et orge) et sur les légumineuses, était complétée par un élevage diversifié (bœuf, porc, mouton, cheval, chèvre). L’âge élevé de certaines espèces fait penser à une consommation après réforme. La chasse apporte un appoint non négligeable (sanglier, cerf, blaireau).

48L’artisanat est également bien représenté par les fusaïoles, ciseaux, poinçons en bois de cerf et tores de cuisson. Le travail du bronze est évoqué par les coulées de métal et une pièce inachevée.

L’occupation du Hallstatt récent

La stratigraphie

49Un effondrement de très gros blocs de rocher provenant de la falaise semble marquer une interruption dans l’occupation du site, du moins à cet emplacement. Les éléments de la fin du premier Age du Fer ont été découverts dans une terre sombre, reposant sur un niveau de petites pierres. Le matériel est nettement moins dense.

50Les structures sont également beaucoup plus restreintes. Seul un blocage de pierres découvert dans une excavation peut être interprété comme un calage de poteau.

Le matériel

51Le matériel métallique

    • 11 L’ensemble du matériel est regroupé dans les vitrines ou la réserve de l’exposition permanente « Sa (...)

    une fibule à double timbale en bronze (fig. 4, n° 12) et ressort à huit spires. Les timbales, de dimensions égales, sont décorées de trois sillons concentriques. Des exemplaires du même type, datés du Hallstatt II b, ont été découverts au Mont Lassois11 ;

  • un fragment de fibule serpentiforme (fig. 4. n° 13) ;

  • garniture de bronze : fragment de tôle formant des cercles concentriques, type connu au Hallstatt Final ;

  • deux fragments d’anneaux filiformes ;

  • un outil (?) : languette en bronze à extrémité enroulée ;

  • un anneau en bronze ;

  • une rouelle (fig. 4, n° 14) ;

  • une pointe de flèche en fer à douille circulaire (fig. 4. n° 10) ;

  • un fragment de lame de couteau en fer ;

  • on peut également ajouter la découverte d’un grelot-pendeloque hallstattien dans une couche gallo-romaine remaniée (fig. 4, n° 11).

52Matériel eu os :

  • une petite pointe façonnée ;

  • une branche de mors en bois de cerf (Pl. 4, fig. 9).

Fig. 5. – Céramique et matériel de la Tène III. 1 à 16 : bords à moulures ; 17 : lèvre décorée d’un bourrelet à pressions digitales ; 18 : décor en croissant ; 19 (et non 18) : décor incisé ; 20 : tesson à reliefs ; 21-22 : fragments de fibules en bronze, type Nauheim ; 23-24 : fragments de bracelets en verre bleu clair et bleu foncé.

Fig. 6. – Monnaies gauloises, 1 à 5 : deniers lingons de KALETEDOY ; 6 à 9 : deniers éduens d’Orgétérix ; 10 : monnaie séquane, potin : 11 à 13 : monnaies éduennes, potins. – La taille des deniers est multipliée par 4, celle des potins par 2.

53Matériel en verre :

  • une perle en pâte de verre bleu très sombre et à deux trous de suspension (fig. 4, n° 8).

54La céramique : dans un ensemble très hétéroclite de céramiques de l’Âge du Bronze et de l’Âge du Fer, nous retiendrons une série de bords de coupes à bords arrondis et un décor peint rouge sur fond beige. D’autres tessons peints à motifs géométriques comparables à ceux découverts à Vix ont été mis au jour sur le site en 1949. Trois fusaïoles complètent ce matériel céramique.

Interprétation

55Les remaniements importants dont témoigne la diversité typologique des céramiques ne permet pas d’envisager une étude des ossements animaux.

56Dans l’état actuel des recherches, on pourrait attribuer la présence d’objets appartenant à des périodes très diverses non pas à des creusements d’excavations mais à des rejets des grottes situées juste au-dessus du site. La présence d’argile de décalcification mêlée à la couche corrobore cette hypothèse.

57La datation donnée par les objets les plus récents situe cette occupation au Hallstatt Final.

L’occupation de La Tène III

58Directement au-dessus de la couche Hallstatt Final apparaît une terre plus claire épaisse d’une quinzaine de centimètres qui livra un matériel de La Tène III assez dispersé. Aucune structure n’a pu pour l’instant être associée à cette occupation. L’association de certains types d’objets mérite cependant d’être signalée :

  • deux fragments de fibule de Nauheim ;

  • trois potins dont deux éduens (fig, 6, n° 11 et 12) et un des Séquanes (évolution par imitation ?). Quatre autres potins ont été retrouvés dans des couches remaniées ;

  • fragments de bracelets en verre à renflement central bleu clair et bleu foncé (fig. 5, n° 23 et 24).

59La céramique (fig. 5) : pâte micacée à éclat jaune. Les lèvres sont ornées de moulures ou de bourrelets internes à pression digitale. Les panses peuvent être décorées d’incisions en chevrons, en feston ou bien encore imprimées de croissants. Un fragment de panse présente un décor original constitué d’une succession de petites bosses (fig. 5, n° 20).

  • 12 Identification de M. Colbert de Beaulieu.

60Avant de terminer cette synthèse sur les occupations de l’Âge du Fer, il nous faut mentionner la présence de 21 deniers gaulois (13 lingons, 7 éduens, I de la vallée du Rhône) éparpillés sur une zone de trois mètres de rayon dans des couches et excavations de l’époque gallo-romaine et médiévale12. Le nombre et la qualité de ces monnaies excluent l’idée d’une perte accidentelle. L’hypothèse d’un petit trésor dispersé est plus vraisemblable (fig. 6).

Notes

1 Pour ne citer que les principales publications sur ces tumuli : Rossignol, « Rapport sur les fouilles faites sur les Chaumes d’Auvenay à une demi-lieue d’Ivry », Mém. Comm. Ant. Côte-d’Or, t. II, 1842, p. 79. – De Saulcy, Les campagnes de Jules César dans les Gaules. Paris, 1862, p. 338-342 ; « Fouilles de tumulus dans les Vosges et dans la Côte-d’Or », Rev. Arch., t. II, 1867, p. 417 ; « Note sur la nécropole de Brully et celle du bois de la Pérousse », Rev. Arch., t. I, 1861, p. l. – Bertrand, « Les tombelles d’Auvenay, Côte-d’Or », Rev. Arch., 1961-1. p. 1. Henry, Les tumulus du département de la Côte-d’Or, 1933, p. 29, 39, 40, 43, 101 à 109, 118-119, 179-181. – Nicolardot, Protohistoire de la montagne beaunoise, t. II, 1962, p. 242- 249.

2 Nos rapports de fouilles sont publiés annuellement depuis 1976 et sont disponibles à notre siège social : Association de Recherches et d’Etudes d’Histoire Rurale, 21190 Saint-Romain (numéros épuisés : 1976, 1977 et 1979).

3 1914, 1917, 1932 : Lambert fouille essentiellement les couches de surface de la Grotte du Perthuis. Le matériel, accompagné de notes succinctes, se trouve dans les réserves du Musée Archéologique de Dijon. 1932, 1948 : recherches dans les grottes ne donnant pas lieu à des publications. Le Musée du Beffroi de Beaune conserve cependant du matériel découvert dans la Grotte du Grenier par Desbois.

4 Leroi-Gourhan, Perriaux, « Les grottes de l’enceinte de Saint-Romain, Côte-d’Or », R.A.E., 1950, p. 54-55, – R. Lantier, « Les bijoux gallo-romains de la grotte de Saint-Romain », Bull. Soc. Arch. de Beaune, 1955.

5 Leroi-Gourhan et Perriaux, op. cit.

6 Méthode et organisation du chantier : dix campagnes successives ont mobilisé, en moyenne et sur l’ensemble du chantier, une quinzaine de fouilleurs à raison de 6 semaines par été. La surface totale du chantier couvre 180 m2, dont 63 m2 font l’objet de cette publication. La très forte densité du matériel (43 926 éléments repérés en trois dimensions) nécessite des relevés en plan tous les 5 cm. Les terres sont intégralement tamisées à sec ou à l’eau selon les circonstances. Plusieurs milliers de graines ont été ainsi recueillies, principalement dans les couches du Bronze Final et du Hallstatt Ancien. Une analyse palynologique de toutes les couches est en cours (M. et Mme Argant, Lyon). La restauration des céramiques est régulièrement effectuée (Mlle Vignier, Paris I) et le matériel le plus représentatif est présenté en permanence dans l’exposition « Saint-Romain de la Préhistoire à nos jours », installée dans la mairie du village.

7 A. Brisson et J.-J. Hatt, « Fonds de cabanes de l’Age du Bronze Final et du premier Age du Fer en Champagne . » (suite et fin), R.A.E., fasc. 69, janv.-sept. 1967, p. 8, fig. 24 n° 6 et p. 18, fig. 30.

8 Henry, Les tumulus du département de la Côte-d’Or, p. 31, fig. 5.

9 Th. Josien, « La faune de la station de Saint-Romain », Bull. Soc. Arch. Préhist. Fr., 1955.

10 Détail de l’étude de M. Erroux dans Les fouilles 1981 au lieu-dit « Le Verger », Saint-Romain, Côte-d’Or, rapport de fouilles n° 10.

11 L’ensemble du matériel est regroupé dans les vitrines ou la réserve de l’exposition permanente « Saint-Romain de la Préhistoire… à nos jours », mairie du village.

12 Identification de M. Colbert de Beaulieu.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – A : topographie du site, les courbes de niveau sont distantes de 50 cm. a et b : grottes du Perthuis et du Grenier. – B : couche Hallstatt Ancien, plan de répartition du matériel et des trous de poteaux. 1 : trou de poteau à pierres de calage ; 2 : trou de poteau sans calage ; 3 : sol d’argile ; 4 : excavation médiévale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 2. – Céramique du Hallstatt Ancien. 1 : fusaïole ; 2 : corne de chenet ; 3 : petite urne ; 4 : jatte ; 5 : tasse ; 6 : coupe à décor cannelé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 3. – Céramique du Hallstatt Ancien. 1 : bord de coupe à pression digitale formant un versoir ; 2 : haut de panse à décor de cannelure, d’incisions et d’ocelles estampées ; 3 : urne à cordon décorée de pressions digitales ; 4 : urne décorée de pressions d’outils.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20873/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4. – Matériel du Hallstatt Ancien et Final. – Hallstatt Ancien. 1 : pilon ; 2 : poinçon en bois de cerf ; 3 : perle en ambre ; 4 : perle en pierre ; 5 : perle en os ; 6 : perle en bronze ; 7 : ciseau de bronze. – Hallstatt Moyen et Final. 8 : perle en verre ; 9 : branche de mors ; 10 : pointe de flèche en fer ; 11 : grelot pendeloque en bronze ; 12 : fibule à double timbale en bronze ; 13 : porte-ardillon de fibule serpentiforme, bronze ; 14 : rouelle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20873/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Fig. 5. – Céramique et matériel de la Tène III. 1 à 16 : bords à moulures ; 17 : lèvre décorée d’un bourrelet à pressions digitales ; 18 : décor en croissant ; 19 (et non 18) : décor incisé ; 20 : tesson à reliefs ; 21-22 : fragments de fibules en bronze, type Nauheim ; 23-24 : fragments de bracelets en verre bleu clair et bleu foncé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20873/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 6. – Monnaies gauloises, 1 à 5 : deniers lingons de KALETEDOY ; 6 à 9 : deniers éduens d’Orgétérix ; 10 : monnaie séquane, potin : 11 à 13 : monnaies éduennes, potins. – La taille des deniers est multipliée par 4, celle des potins par 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20873/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

Auteur

Association de recherches et d’étude d’histoire rurale (AREHR), Saint-Romain.

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search