Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Le premier Âge du Fer dans la Vallée de la Saône

La céramique grise à décor ondé de Montmorot (Jura)

Roger-François Scotto

Texte intégral

1Le site de Montmorot, à l’entrée de Lons-le-Saunier, en bordure de la route Lons/Chalon-sur-Saône, a été signalé puis répertorié par L.-A, Girardot au tout début du siècle. Cet ancien conservateur du musée de Lons-le-Saunier, (dont il développa et mit en valeur les collections), effectua de nombreux sondages à l’intérieur de cet habitat de hauteur du premier Age du Fer, sans pour autant qu’il en soit paru une quelconque publication.

2Perché sur une butte imposante de 328 m de hauteur dominant la cuvette de Lons, face à la masse du plateau jurassien, ce site remarquable ne sera sérieusement fouillé qu’entre 1964 et 1968 (fig. 1) par une équipe d’archéologues amateurs à la compétence éprouvée et unanimement reconnue (nous pensons particulièrement au Docteur Mercier et à M. Marcel Vuillemey).

3Les campagnes de fouilles n’ont cependant pas fait l’objet d’une étude approfondie et d’une publication révélant l’importance du site et du matériel recueilli et par extension ses implications chronologiques et culturelles. L’ébauche esquissée s’en est tenue aux seuls rapports de fouille, d’un abord sec et abrupt certes, mais ô combien précieux, C’est donc à partir de ces documents et du matériel recueilli que nous avons entrepris une thèse de doctorat, dont la présente étude n’offre qu’un aspect relativement succinct mais très important quant à l’apport d’éléments et d’influences extérieures, plus particulièrement méridionales, au site hallstattien de Montmorot.

Stratigraphie du site de Montmorot

4M. Vuillemey a effectué le relevé de nombreuses coupes stratigraphiques très précises mettant en évidence les différentes phases d’occupation du site (fig. 2 et 3). La coupe générale schématique permet de situer rapidement l’importance des différents niveaux d’occupation (fig. 2) :

  1. représente le niveau médiéval,
  2. les niveaux hallstattiens,
  3. les niveaux de l’Âge du Bronze,
  4. le niveau néolithique (dont le matériel a fait l’objet d’une étude par A.-M. Petrequin).

5D’une lecture beaucoup plus fine que le schéma général précédent, la coupe stratigraphique perpendiculaire à la pente relevée en 1968 permet d’observer en partant des niveaux supérieurs (fig. 3) :

  • les niveaux J, en grande partie constitués des éboulis du château, sont datés des xve et xvie siècles ;
  • le niveau I, épais de 40 à 60 cm : ce niveau d’aménagement est attribuable à un hallstattien très final, voire même une à transition Hallstatt/ La Tène ;
  • le niveau H, de faible épaisseur mais constituant un sol ; le très nombreux mobilier est daté du Hallstatt Final ;
  • le niveau G, caractérisé par une couche discontinue épaisse de 5 à 15 cm, certainement un niveau de destruction d’habitat (traces de pisé), quasiment stérile en matériel ;
  • le niveau F, l’un des plus riches en mobilier du Hallstatt Moyen et Final, correspond à une couche d’habitat ;
  • le niveau E, d’une dizaine de cm d’épaisseur, daté du Hallstatt Moyen par une fibule serpentiforme ;
  • le niveau A, constitué de matériaux destinés à régulariser la zone d’habitat : Al correspondant à un Hallstatt Ancien, A2 correspondant au Bronze Final, A3 pouvant être rapporté à un Néolithique très Final.

Description des tessons de céramique grise à décor ondé

6Nous avons la chance de pouvoir nous référer dans cette étude à l’analyse et à la description rapides effectuées par Ch. Arcelin-Pradelle dans le cadre de son imposante thèse sur la céramique grise archaïque de Provence (Arcelin Ch., 1975).

Fig. 1. – Localisation de la zone des fouilles par rapport au village.

7La coupe n° 1 (fig. 4), Les tessons trouvés dans la couche H ont permis la reconstitution partielle de la céramique représentée sur la figure. Dans la classification effectuée par Ch. Arcelin-Pradelle, la forme de cette coupe est du type III b. Ce type est caractérisé par une carène adoucie. Celle-ci semble avoir été exécutée lors du tournassage, sur une ébauche non carénée, en ôtant de la matière sur le profil externe, certainement au-dessus de la ligne d’arête.

8Le flanc supérieur est légèrement rentrant comme dans la majorité des formes III b, avec un profil légèrement concave.

9Le diamètre d’ouverture est de 24,5 cm, ce qui fait entrer cet exemplaire parmi les 2/3 de la forme III. La hauteur totale, d’environ 11 cm, s’inscrit elle aussi dans la moyenne de cette forme malgré le petit nombre d’exemplaires entiers trouvés à ce jour.

Fig. 2. – Stratigraphie schématique du site de Montmorot.

Fig. 3. – Coupe stratigraphique perpendiculaire à la pente.

Fig. 4. – La coupe n° 1.

10La hauteur du flanc supérieur représente 1/7e de la valeur du diamètre d’ouverture, entrant ainsi dans la moyenne générale de la forme III b. Le flanc supérieur se termine par un bord en bourrelet obtenu très certainement par un enlèvement de matière effectué à remplacement du décor en lignes horizontales. La différence d’épaisseur entre le bord et le franc supérieur est très faible et donc marquée par un léger ressaut.

11Le flanc inférieur, légèrement convexe, donne naissance à une base malheureusement incomplète mais que l’on peut cependant décrire sans grands risques. Le pied de cette coupe est évasé, à bords externes et internes rectilignes et sa partie centrale est concave.

12Un engobe a été appliqué au pinceau sur la surface de la coupe. Il existe quelques bavures à l’extérieur du pied, l’intérieur étant réservé. Il est noté également une bonne adhérence pour l’ensemble de la surface.

13La pâte, d’une couleur gris pâle, est semblable à celle du groupe 2, aspect 3. Cette information nous a permis d’étendre le champ de nos recherches. Ch. Arcelin-Pradelle a relevé en effet plusieurs écoles de façonnage de céramique grise en Provence. Le groupe 2 aspect 3 appartient ainsi à l’école B qui se caractérise, pour la forme III b, par une carène créée dès le tournage puis accentuée par la suite, par une pâte à la texture feuilletée, par le polissage des vases et par l’utilisation de la pointe mousse pour le décor en bandes horizontales rectilignes des épaulements des vases.

14L’emplacement habituel du décor ondé ou rectiligne de la forme III b se situe sur le flanc supérieur externe. Le présent décor obéit donc à cette règle, montrant, s’il en était encore besoin, combien la céramique grise trouvée à Montmorot est bien typique des ateliers provençaux. Le décor en bande ondée est incisé à l’aide d’un peigne traçant des sillons plus ou moins parallèles. Le nombre de sillons est fonction de la position plus ou moins oblique du peigne. Ici, la présence de six sillons n’implique pas obligatoirement l’utilisation d’un peigne à six dents, le potier ayant pu en « réserver » quelques-unes. Le décor incisé étant presque toujours exécuté sur un tour en mouvement, il a été observé et établi différents aspects de cette technique. Nous aboutissons ainsi aux trois composantes dont la résultante est le décor incisé sur le tour : « mouvement du tour, mouvement de la main, position de l’instrument » (Arcelin Ch., 1975, p. 202), Pour la première composante, nous pensons que le décor de cette coupe, régulier et non pas étiré et écrasé, a été obtenu sur un tour dont la vitesse de rotation devait être d’environ cinq à huit tours à la minute (Arcelin Ch., 1975, p. 202). Le mouvement de la main, donc celui de l’instrument, détermine le rythme de l’onde. L’artisan du décor ondé de cette coupe, par le battement vertical de sa main, a créé une onde dissymétrique gauche, la longueur du mouvement ascendant étant moindre que celle du mouvement descendant. Le mouvement vertical de la main se reconnaît quant à lui à ce que les sommets et les creux d’un même sillon ondé sont successifs sans se chevaucher ni s’écraser (Arcelin Ch., 1975. p. 207). Sur cette coupe, le resserrement des sillons dans la partie descendante de l’onde signifie certainement une inclinaison de l’instrument vers la gauche.

15La coupe n° 2 (fig. 5). Le second tesson ayant permis une reconstitution suffisante, quoique partielle, a été trouvé dans le niveau I. Le profil ainsi obtenu est attribué à la forme III b. Nous ne reviendrons pas une nouvelle fois sur les caractéristiques de cette forme. Nous tenons simplement à indiquer la hauteur du flanc supérieur qui est de 5,9 cm, soit 2,7 cm de plus que celui de la coupe n° 1. Le diamètre d’ouverture est parmi les plus importants de la forme III, soit 29 cm. La hauteur du flanc supérieur représente donc 1/5e de la valeur du diamètre d’ouverture, entrant ainsi une fois de plus dans les normes de la forme III. Comme sur la coupe n° 1, un bourrelet marque le bord supérieur de la poterie, mais il apparaît plus marqué. Ce bourrelet a été obtenu par un enlèvement de matière plus important que précédemment, le décor en relief nécessitant une telle opération. Seule l’amorce du flanc inférieur est apparente. La carène est adoucie et le profil éventuel de la partie inférieure semble être apparemment convexe.

16La surface de cette coupe révèle les traces d’un engobe gris moyen, mat et probablement non poli. La pâte, analysée par Ch. Arcelin-Pradelle, est d’un gris pâle uniforme. La texture en est non feuilletée avec de petites vacuoles rondes de 0,3 à 0,5 mm (2 à 6 au mm2) ; de rares écailles de mica en très fines divisions de moins de 0,1 mm ; des inclusions pulvérulentes gris foncé de 0,2 à 0,5 mm et enfin de très rares grains de quartz roulés, ayant pu éventuellement servir de dégraissant. Le décor est incisé en relief. La partie incisée comprend trois bandes d’ondes différentes les unes des autres.

17– Bande 1. Le mouvement du tour devait être plus rapide que le rythme énoncé plus haut pour la coupe n° 1, l’onde paraissant ici beaucoup plus écrasée. L’étude des deux ondes extrêmes permet d’avancer prudemment que cette onde est dissymétrique droite, la partie ascendante étant très légèrement plus grande que la partie descendante. Nous pensons que le faible mouvement ondé des six sillons intermédiaires s’explique peut-être par un défaut de l’instrument, par exemple une longueur inégale des dents du peigne, un écartement ou encore un rapprochement des dents dus à l’usure. Nous pensons donc que l’action conjuguée d’un tour trop rapide et d’un peigne certainement usé et appuyé explique cette onde peu homogène et même maladroite.

Fig. 5. – La coupe n° 2.

18Bande 2. La bande ondée intermédiaire est beaucoup plus régulière, parties ascendantes et descendantes étant quasiment égales. Le battement de la main est vertical, comme la position du peigne à sept dents. Tout comme dans la bande supérieure, les sillons intermédiaires sont bien moins réguliers que les sillons extrêmes, L’hypothèse évoquée précédemment peut certainement s’appliquer pour cette onde.

19– Bande 3. La bande ondée inférieure est régulière mais le peigne à cinq dents semble être tenu obliquement dans la première partie de l’onde. En effet, plus la position du peigne se rapproche de l’horizontale, plus le tracé se resserre dans une partie de l’onde, en l’occurrence la partie descendante. Le peigne a donc une inclinaison gauche ouest (Arcelin Ch., 1975, p. 206). Il est à remarquer ici, que l’onde ne « couvre » pas la totalité de la surface offerte. En suivant l’exemple des deux ondes supérieures, le sommet droit de l’onde inférieure aurait dû toucher le bourrelet en relief et ainsi permettre une ondulation beaucoup plus serrée.

20Outre son décor d’ondes incisées, ce tesson permet d’appréhender un autre type de décor : le décor en relief, résultant ici d’un enlèvement de matière permettant d’obtenir des rudentures. Ces baguettes horizontales en relief sont arrondies et larges de 4 mm. L’arrondi de la rudenture peut n’être dû toutefois qu’à l’usure. Ce décor en relief à mi-hauteur de la partie supérieure est typique d’un genre commun à la forme III b. Les emplacements laissés vacants, par le décor en relief, sont occupés par un décor incisé, souvent ondé. En outre, dans les formes III b, la rudenture est souvent liée au bord en bourrelet dont l’élaboration est voisine (Arcelin Ch., 1975, p. 216). Cette technique du décor en relief avec « plages » à décor ondé est caractéristique du Vaucluse central.

Comparaisons et datation

21Seuls deux sites francs-comtois ont révélé à ce jour des tessons de céramique grise à décor ondé, dite phocéenne :

  • Le Camp du Château à Salins, fouillé durant le premier quart du siècle par Maurice Piroutet et repris pat Maurice Dayet dans les années cinquante.
  • La station de hauteur de Montmorot, sondée avant la première guerre mondiale par L.-A. Girardot puis par M. Vuillemey de 1964 à 1968. Outre les fragments de poteries attiques à figures rouges ou noires dont la découverte fit sensation. Piroutet trouva quelques tessons de céramique grise à décor ondé dans les niveaux A3 et C du Camp du Château (Piroutet M., 1909, p. 201). Il attribue à ces tessons une origine ligure et les décrit ainsi : « Plusieurs tessons de vases, à bords droits, ornés de groupe de sillons parallèles horizontaux bien rectilignes et de lignes de sillons très réguliers en ondes obliques plus ou moins parallèles » (Piroutet M., 1934, p. 9).

22Entre 1955 et 1959, Maurice Dayet découvrira à son tour quelques-uns de ces tessons d’importation. Il évoquera rapidement le problème de leur provenance en leur attribuant une origine inconnue sur la foi des analyses de M. Blanc (Dayet M., 1967, p. 96). La rapide observation faite au musée des Beaux-Arts de Besançon révèle bien au contraire une similitude frappante entre ces tessons et ceux trouvés par Piroutet. Leurs faibles dimensions n’autorisent cependant malheureusement pas une classification en fonction du répertoire de Ch. Arcelin-Pradelle. Par contre, cette dernière attribuera l’un des tessons découverts par Piroutet à la forme du type VI et le second à la forme du type III b, tous deux ayant un décor entièrement incisé.

23En 1913. Louis-Abel Girardot, lors des sondages effectués à Montmorot à l’occasion de la venue à Lons-le-Saunier du IXe Congrès préhistorique de France, découvre deux petits tessons de céramique grise avec un double décor incisé d’ondes et de sillons rectilignes (Millotte J.-P., 1962, p. 33 et pl. XI). Du fait même de l’absence de toute publication, ces tessons ne peuvent être raccordés à un quelconque ensemble stratigraphique et, là aussi, leur petitesse interdit toute tentative d’attribution de forme.

24En Franche-Comté donc, seuls les sites de Salins et Montmorot ont livré de la céramique grise à décor ondé. Aucun nouveau site du Hallstatt n’a été fouillé depuis lors, à l’exception de l’abbaye Saint-Paul à Besançon, dépourvu de céramique grise à décor ondé.

25Sans que l’on puisse affiner davantage la datation, il nous semble que les tessons de Montmorot peuvent être datés de la fin du vie siècle pour la coupe n° 1 et du début du ve siècle pour la coupe n° 2. Ces datations, ainsi que l’occupation des deux sites au Hallstatt sur deux à trois générations tout au plus, semblent attester une contemporanéité des sites du Camp du Château et de Montmorot.

26J.-P. Millotte écrivait il y a quelques années : « Depuis M. Piroutet et J. Déchelette, des centaines d’écrits essaient de tracer les voies d’échanges qui relient à l’époque hallstattienne le monde méditerranéen avec les régions situées au Nord des Alpes » (Millotte J.-P., 1963, p. 213), L’absence de fouilles ou de découvertes fortuites en Franche-Comté depuis de trop nombreuses années ne permettront pas à notre propos d’échafauder ce genre d’hypothèses. Cependant, la mise à jour récente par A. Guillot d’une carte de répartition des importations méditerranéennes d’origine grecque, la fouille d’un site comme celui de Bragny-sur-Saône (Guillot A., 1976), la publication de M. Perrin sur la Fosse des Joncs à Tournus (Perrin M., 1974) ont permis de combler le vide existant au Hallstatt le long de la Saône. Les trouvailles de céramique grise phocéenne dans plusieurs de ces sites attestent, s’il en était encore besoin, la permanence des échanges par la voie Rhône/Saône. La région du Centre-Est apparaît de plus comme un centre important du commerce continental protohistorique. Ce rôle de plaque tournante est une fois de plus mis en exergue par les découvertes récentes de céramique grise phocéenne dans l’habitat protohistorique de Châtillon-sur-Glâne, dans le canton de Fribourg, en Suisse. Denis Ramseyer évoque longuement l’éventualité d’une importation par l’axe Rhône/Saône puis le long de la fameuse voie passant au pied du Camp du Château à Salins, via les cols de Jougne et de la Joux. Outre la céramique grise à décor ondé, les analogies frappantes entre certains ensembles recueillis à Châtillon-sur-Glâne et Montmorot, notamment la céramique fine cannelée, incitent à rechercher un lien étroit entre ces deux sites.

27Les tessons recueillis à Montmorot ont permis de formuler quelques remarques sur leur origine. Ils appartiennent à la forme majoritaire de ce type de céramique, l’ensemble de la forme III représentant 61.1 du matériel étudié par Ch. Arcelin-Pradelle, la variante III b représentant quant à elle 52,1 % de l’ensemble précédemment cité. La forme III est donc la plus courante et sa répartition couvre toute l’aire provençale (arcelin Ch., 1975. p. 112). La provenance, établie pour l’un des tessons, de la région vauclusienne, et, pour l’autre, d’une aire beaucoup plus maritime, exprime la difficulté d’établir des filiations et des schémas d’interprétation trop stricts. La pauvreté des trouvailles continentales face, par exemple, aux 2330 vases de la forme III répertoriés par Ch. Arcelin-Pradelle en Provence, situe bien les précautions et la distanciation nécessaires qu’il nous faut prendre lors de l’étude de tels vestiges. Leur rareté même, tant à Salins qu’à Montmorot ou Châtillon-sur-Glâne, dénote peut-être la valeur et le rôle que représente ce type de céramique au sein des échanges entre populations provençales et populations indigènes au vie s. av. J.-C., voire même un aboutissement concret des indéniables influences méditerranéennes remarquées notamment dans la céramique commune.

28De plus, la présence de céramique grise, à décor ondé ou non, semble servir de jalon assez précis dans l’étude de ces influences. Les observations faites en Provence par Ch. Arcelin-Pradelle, « aucun tesson en connexion avec du matériel daté du premier quart du vie siècle ; majorité des indications pour la fin du vi siècle » (Arcelin Ch., 1975, p. 489), semblent se vérifier dans les deux sites jurassiens, une perduration au débat du ve siècle semblant d’autant plus logique qu’elle marque aussi la fin des échanges réguliers avec le Sud et l’arrêt de l’occupation hallstattienne de certains sites, tel Montmorot (Millotte J.-P., 1963, p. 215). La station de hauteur de Montmorot apparaît donc comme un relais au sein d’une région où l’exploitation et le commerce du sel (Millotte J.-P., 1963, p. 212) semblent l’élément économique majeur. Relais pour l’instant isolé au cœur d’un système complexe de relations en bordure de l’axe Sud/Nord par la voie Rhône/Saône mais aussi de l’axe Est/Ouest, de l’Italie du Nord à l’Ile-de-France, via les cols jurassiens, les gués de la Saône et Châtillon-sur-Seine.

29Seule la fouille des nombreux sites halstattiens répertoriés dans la région de Montmorot et Salins, mais aussi plus au Sud, permettra d’acquérir un ensemble de connaissances précisant le rôle économique prépondérant de notre région au VIe s. et au début du ve s. av. J.-C.

Bibliographie

Bibliographie

Arcelin Ch., 1975 : La céramique grise archaïque en Provence, Thèse de 3e cycle, dactylographiée, Aix-en-Provence, 3 vol.

Dayet M., 1967 : « Recherches archéologiques au “ camp du château ” (Salins) (1955-1959) », R.A.E., t. XVIII. p. 52 à 97.

Guillot A., 1976 : « Le confluent de la Saône et du Doubs au premier Age du Fer », R.A.E., t. XXVII, p. 109 à 133.

Millotte J.-P., 1963 : Le Jura et les plaines de Saône aux âges des métaux. Annales Littéraires de l’Université de Besançon, vol. 59, Les Belles-Lettres, Paris.

Millotte J.-P. et Vignard M., 1962 : Catalogue des collections archéologiques de Lons-le-Saunier, II les Antiquités de l’Age du Fer, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, vol. 48, Les Belles-Lettres. Paris.

Perrin M., 1974 : « La fosse hallstattienne os “ des joncs ” à Tournus (Saône-et-Loire) », Bull. Soc. Amis des Arts et des Sciences de Tournus, t. LXXII, Mâcon, p. 113, pl. 21.

Piroutet M., 1934 : « La citadelle hallstattienne à poteries helléniques de Château-sur-Salins (Jura) », extrait du 5e Congrès international d’archéologie, Alger.

Piroutet M. et Dechelette J., 1909 : « Découverte de vases grecs dans un oppidum hallstattien du Jura », Rev. Arch., 4e série, t. XIII, Paris.

Ramseyer D., 1980 : « Châtillon-sur-Glâne, un centre commercial du premier Age du Fer en Suisse », Archéologia, n° 146, Dijon, p. 64 à 71.

Ramseyer D., 1982 L’habitat protohistorique de Châtillon-sur-Glâne, Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, n° 2.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Localisation de la zone des fouilles par rapport au village.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 2. – Stratigraphie schématique du site de Montmorot.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20863/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 3. – Coupe stratigraphique perpendiculaire à la pente.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20863/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 4. – La coupe n° 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20863/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 5. – La coupe n° 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20863/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search