Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Le premier Âge du Fer dans la Vallée de la Saône

Étude comparative des vestiges textiles de la Motte d’Apremont (Haute-Saône) et de ceux provenant du site éponyme de Hallstatt

Hubert Masurel

Texte intégral

1Eugène Perron, dans sa monographie sur La Motte d’Apremont, avait signalé que bon nombre de fragments métalliques présentaient des restes de tissus. Sur la grande quantité de fragments provenant de ce site et conservés au Musée des Antiquités Nationales, plus de 150 comportent de tels vestiges. A quelques exceptions près, ce sont des oxydes de fer qui ont imprégné à cœur ces matières textiles. Depuis, les fibres ont disparu, mais la rouille a fixé l’image du tissu, là où il était en contact avec le métal.

2Chaque fragment a fait l’objet d’une fiche textile où sont consignées observations et mesures. La méthode suivie pour cette analyse et le modèle de cette fiche avaient été présentés au colloque de Senlis, il y a deux ans. Aujourd’hui, il a paru intéressant de faire un premier compte-rendu succinct de cette étude, en faisant référence à un matériel de la même époque, celui qui provient de la mine de sel de Hallstatt et qui est bien connu grâce aux publications de Monsieur H.J. Hundt dans le Bulletin annuel du Musée romain-germanique de Mayence.

3Nous étudierons successivement les trois variétés de tissus les plus répandues. Pour chacune d’elles, nous présenterons d’abord les vestiges textiles d’Apremont, puis ceux de Hallstatt, ceci pour faciliter les comparaisons.

Tissage à « armure toile »

4La fig. 1 représente un fragment provenant de La Motte d’Apremont. On reconnaît une armure toile car chaque fil passe régulièrement une fois au-dessus, une fois au-dessous des fils qui lui sont perpendiculaires. Les fils verticaux présentent un aspect plus rectiligne. Il est probable que ce sont les fils de chaîne, car ceux-ci sont soumis à une forte tension du fait des poids de tissage. Il est toujours très instructif de rechercher les anomalies de tissage : ici, parfois deux fils de chaîne cheminent ensemble. Ces observations doivent être consignées sur la fiche textile établie pour chaque fragment. Il ne s’agit pas nécessairement d’erreur de tissage. Certaines pratiques peuvent être volontaires. Le fait de doubler certains fils peut signifier que le tisserand a voulu renforcer la solidité d’un fil de chaîne jugé trop peu résistant. Cela témoignerait d’un souci de qualité et constituerait une preuve de maîtrise de la part du tisserand.

5Le choix de deux autres fragments (fig. 2), provenant également d’Apremont, se justifie en raison de la juxtaposition opérée. Chacun de ces fragments porte sur l’envers un numéro d’inventaire. Ils étaient donc tenus pour distincts, à l’époque de leur entrée au Musée de Saint-Germain. L’étude des vestiges textiles permet de regrouper les fragments présentant des tissus identiques ou apparaissant comme tels au vu des fiches textiles. Les travaux de reconstitution et de restauration s’en trouvent facilités.

6Le tissu représenté sur la fig. 3 provient de la mine de sel de Hallstatt. Il a gardé sa souplesse. Dans la galerie, le sel poursuit sa cristallisation et emprisonne inexorablement tous les déchets de l’exploitation minière : restes de torches résineuses, outils cassés en bois de cerf, lambeaux de vêtements qui s’accrochaient aux rochers faisant saillie dans la galerie. Le traitement au Musée de Mayence consiste à dissoudre les blocs de sel où ces objets se devinaient par transparence. La plupart de ces fragments de tissus sont conservés en Autriche, au Musée d’Histoire Naturelle de Vienne.

7Ce fragment a une armure toile semblable à celles d’Apremont vues précédemment. Signalons la présence d’une couture, fait parfois constaté dans le matériel de Hallstatt, mais non encore rencontré dans le matériel d’Apremont.

Fig. 1. – Tissu d’armure toile : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales (Photo H. Masurel).
Fig. 2. – Rapprochement de deux fragments regroupés préalablement en raison de la similitude des fiches-tissus : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales (Photo H. Masurel).
Fig. 3. – Tissu provenant de la mine de sel de Hallstatt et traité au RGZM de Mayence. Naturhistorisches Museum, Vienne (Autriche) (Photo RGZM).
Fig. 4. – Tissu « croisé » : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales (Photo H. Masurel).

Tissage à armure « croisé »

8Dans le matériel livré par la Motte d’Apremont, il se trouve quelques rares petits fragments de tissu qui ont conservé leur nature textile et leur souplesse.

9La figure 4 permet de distinguer un effet « diagonale ». C’est la caractéristique de l’armure « croisé ».

10Malgré sa taille réduite, environ 2 x 1 cm, ce petit fragment contient autant d’informations qu’un grand. Verticalement on distingue des fils retors Z, leur diamètre est de l’ordre de 7 dixièmes de mm, on compte 11 fils au cm. Les fils horizontaux sont des fils simples, de torsion S. leur diamètre est d’environ 6 dixièmes de mm. On compte 13 fils au cm. Nous disposons ainsi des éléments qui permettraient à un tisserand de reproduire à l’identique ce tissu de l’Âge du Fer.

11Le remarquable fragment représenté sur la fig. 5 vient également d’Apremont. Ce sont des oxydes métalliques qui ont assuré sa conservation.

12L’effet « diagonale » est manifeste : c’est donc bien une armure « croisé », mais le diamètre des fils est beaucoup plus fin que celui du tissu précèdent : il n’est que de quelques dixièmes de mm. Les fils horizontaux sont plus espacés que les fils verticaux. On en compte pourtant 24 au cm. L’extrême finesse de ce tissu exclut tout usage pour des vêtements de dessus, tels que manteau ou braies. Cela conviendrait pour une très fine tunique, genre chemise, portée directement sur la peau.

Fig. 5. – Tissu « croisé », saturé d’oxydes métalliques : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales (Photo H. Masurel).

Fig. 6. – Schéma illustrant l’effet « diagonale », caractérisant les tissus croisés, et l’effet de « carreaux » obtenu par opposition de coloris, tant en chaîne qu’en trame (d’après M. H.-J. Hundt).

13Le schéma de la fig. 6 montre comment s’obtient l’effet « diagonale » qui caractérise les croisés : chaque fil passe deux fois au-dessus, deux fois au-dessous des fils qu’il rencontre, mais, d’un fil au fil suivant, il y a un décalage régulier, à la manière des marches d’un escalier.

14On perçoit également les possibilités offertes par l’emploi de fils de couleurs différentes, disons clairs et foncés, disposés par plages alternées, aussi bien en chaîne qu’en trame. Sur ce schéma, l’alternance de coloris intervient tous les 8 fils en chaîne et tous les 4 fils en trame.

15Les tisserands de Hallstatt tiraient souvent parti de ces effets bicolores. En voici deux exemples.

16Pour le tissu d’armure « croisé », illustré par la fig. 7, on a employé des fils de deux couleurs différentes : brun et vert-olive ; l’œil percevra 3 nuances :

  • les cases brunes, en chaîne et en trame,

  • celles qui sont vert-olive, en chaîne comme en trame,

  • les cases mixtes, où ces deux teintes se fondent.

17Les fils du tissu de la fig. 8, aussi bien en chaîne qu’en trame, sont régulièrement distribués en rayures larges de 4 fils, alternativement brun et noir. L’effet produit est d’un modernisme surprenant. C’est ce que nous appelons aujourd’hui le pied de poule.

18Bien sûr, à Hallstatt, on a tissé également des croisés en uni, comme en témoigne le fragment du haut. Nous avons la preuve que, à Hallstatt, les deux variétés, unie et bicolore, existaient concurremment. A Apremont, le tissu croisé existait en uni, mais nous ne pouvons rien dire en ce qui concerne la variété « croisé » bicolore, car, sous l’effet de la rouille, la teinte est devenue uniforme, on ne distingue plus les coloris.

19Le schéma de la fig. 9 reproduit l’armure « chevron » qui est une armure dérivée du « croisé ».

20Le chevron s’obtient en inversant l’ordre de mise en travail des barres de lisses. La diagonale change alors de pente et cela entraîne la formation d’un chevron.

21Le chevron ne se trouve pas représenté parmi les tissus de La Motte d’Apremont. Par contre, on le rencontre un certain nombre de fois dans les tissus de Hallstatt.

22Cette armure chevron permet également des effets de carreaux si l’on emploie des fils de couleurs différentes. Comme nous l’avions vu pour le pied de poule, à base d’armure « croisé », l’emploi de fils de deux couleurs différentes, brun et noir, conduit à percevoir trois nuances :

  • les cases brunes, en chaîne et en trame,

  • celles qui sont noires, en chaîne et en trame,

  • les cases mixtes où brun et noir se fondent.

Fig. 7. – Tissu croisé avec effet de carreaux. Naturhistorisches Museum, Vienne (Autriche). (Photo RGZM.)

Fig. 8. – Tissus croisés « pied de poule » et uni : Naturhistorisches Museum, Vienne (Autriche). (Photo RGZM.)

Fig. 9. – Schéma de l’armure « chevron » avec effet de rayures (d’après M. H.-J. Hundt).

23Cette variété de tissu (fig. 10), chevron uni ou bicolore, est donc représentée à Hallstatt et ne l’est pas à Apremont.

24Il ne faut pas en conclure prématurément que les tissus de Hallstatt sont d’une technique plus élaborée, car un autre mode de tissage nous réserve bien des surprises.

Tissage « aux tablettes »

25Au colloque de Senlis, en 1981, il avait été fait mention d’un mode de tissage très particulier, que les Allemands appellent « tissage aux planchettes », et les Anglais « tissage aux tablettes ». La figure 11 illustre brièvement le principe de ce mode de tissage : en haut et à gauche, à raison d’un fil de chaîne enfilé dans chaque trou, une tablette régit 4 fils et, par rotation, donne naissance à une torsade. La figure du milieu montre que ces torsades sont maintenues jointives par les fils de trame que l’on passe dans l’ouverture ainsi ménagée. Le paquet de tablettes se tourne « en bloc », d’un quart de tour, à chaque passage de trame.

Fig. 10. – Tissu « chevron » avec effet de carreaux. Naturhistorisches Museum, Vienne (Autriche).

26Les triangles noirs dessinés sur les tablettes sont fictifs : ils sont destinés à faire comprendre qu’il y a deux possibilités d’enfilage. Le fait remarquable est que le sens S ou Z de la torsade dépend du mode d’enfilage de la tablette : triangle pointé vers le haut ou pointé vers le bas.

27En fonction du résultat recherché, on pourra avoir un enfilage uniforme (fig. 11, en haut, à droite), un enfilage alterné (en bas, à droite) ou tout autre combinaison (en bas, à gauche).

28Sur la fig. 12, représentant un fragment d’Apremont, nous distinguons parfaitement les torsades, composées de 4 fils. Nous observons que les torsions alternent régulièrement S, Z, S, Z etc., d’une torsade à la torsade suivante. Nous remarquons que la trame est invisible, car elle traverse les torsades à cœur et celles-ci, maintenues jointives, la dissimulent et la protègent.

29On peut en déduire que c’était quasiment inusable. Ce mode de tissage était utilisé pour des rubans, des sangles et aussi, parfois, pour les lisières de tissus.

30Le fragment d’Apremont de la fig. 13 fait partie d’une cannelure du moyeu. On remarque une superposition de tissus « aux tablettes », comme si ce ruban ou cette sangle faisait 2 fois le tour du moyeu. Le sens des torsades n’est plus régulièrement alterné. On distingue, à la partie supérieure, une très large majorité de torsion S. Dans le bas, les deux sens de torsion sont représentés. Cela montre qu’une même torsade n’a pas une torsion uniforme sur toute la longueur. Au point de retournement, la trame est visible. Cela permet une infinité de combinaisons, dès l’instant où les tablettes sont commandées individuellement.

Fig. 11. – Schémas illustrant le tissage « aux tablettes » (d’après M. K. Schlabow).

31La figure 14 montre le schéma d’une lisière tissée aux tablettes et fixée sur un tissu croisé, lui-même rabattu et cousu. La vue de profil de droite indique comment sont réalisées ces coutures sur un fragment de tissu provenant de Hallstatt. Le ruban employé en guise de lisière a une largeur de 6 mm. Il comprend 7 torsades :

  • les 3 torsades du haut sont de couleur bleu et de sens S,

  • les 3 suivantes sont de couleur brun-rouge et de sens Z,

  • la 7e, bleue et de sens S, comme les premières, est cousue le long du repli du tissu.

32Cet étroit ruban est le premier et, pour l’instant, l’unique témoignage de tissu « aux tablettes » provenant de la mine de sel de Hallstatt. Certes le fait qu’il ait été « rapporte », en quelque sorte pour renforcer la solidité de l’ourlet, donne à penser qu’il avait un caractère plus fonctionnel que décoratif. Mais ce fragment apporte la preuve que les Celtes de Hallstatt pratiquaient le tissage « aux tablettes ».

Fig. 12. – Tissu « aux tablettes » : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales.

Fig. 13. – Superposition de tissus « aux tablettes » : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales.

Fig. 14. – Schéma d’un ruban tissé « aux tablettes » et cousu sur un tissu croisé préalablement replié (d’après M.H.-J. Hundt).

33A la question : « Qui étaient les gens d’Apremont », nous pouvons apporter quelques éléments de réponse : « Par les étoffes dont ils s’habillaient, ils étaient proches des Celtes de Hallstatt ».

34Nous trouvons, de part et d’autre, les mêmes armures de tissage, des grosseurs de fils du même ordre, une maîtrise comparable pour assurer l’équilibre interne du tissu en dosant les torsions S et Z. Le nombre de fils au cm, dans les deux directions, est, dans l’ensemble, élevé : ce qui conduit à des tissus de qualité et de tenue équivalentes.

35Dans la gamme des tissus croisés, faut-il reconnaître une supériorité à ceux provenant de Hallstatt en raison des oppositions de coloris, suscitant des effets de carreaux ? C’est possible, mais la comparaison peut se trouver faussée par le fait que les fragments d’Apremont ont pris uniformément la couleur de la rouille : les effets bicolores, s’ils ont existé, ne sont plus perceptibles.

36Par contre le tissage « aux tablettes », qui dénote une haute technicité, est plus répandu parmi les tissus d’Apremont. Or il est établi que le tissage « aux tablettes » était en honneur en Europe septentrionale, disons en Germanie. Il n’est donc pas exclu que, sur le plan vestimentaire, les gens d’Apremont aient subi les influences germaniques, tout en restant dans la ligne des Celtes de Hallstatt.

Bibliographie

Bibliographie

Hundt H.J., « Vorgeschichtliche Gewebe aus dem Hallstätter Salzberg », Jahrbuch d. Rom.-Germ, zentralmuseums Mainz, 6, 1959, p. 66 et suiv. ; 7, 1960, p. 126 et suiv. ; 14, 1967, p. 38 et suiv.

Masurel H., « Les tissus antiques », Sites, n° 13, 1982, p. 11-26.

Masurel H., « Etudes des tissus protohistoriques », Revue archéologique de Picardie, Actes du colloque de Senlis, n° 1, 1983, p. 281-284.

Schlabow F., Textilfunde der Eisenzeit in Nord-deutschland, Neumünster, 1976.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Tissu d’armure toile : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales (Photo H. Masurel).Fig. 2. – Rapprochement de deux fragments regroupés préalablement en raison de la similitude des fiches-tissus : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales (Photo H. Masurel).Fig. 3. – Tissu provenant de la mine de sel de Hallstatt et traité au RGZM de Mayence. Naturhistorisches Museum, Vienne (Autriche) (Photo RGZM).Fig. 4. – Tissu « croisé » : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales (Photo H. Masurel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 5. – Tissu « croisé », saturé d’oxydes métalliques : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales (Photo H. Masurel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 6. – Schéma illustrant l’effet « diagonale », caractérisant les tissus croisés, et l’effet de « carreaux » obtenu par opposition de coloris, tant en chaîne qu’en trame (d’après M. H.-J. Hundt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 7. – Tissu croisé avec effet de carreaux. Naturhistorisches Museum, Vienne (Autriche). (Photo RGZM.)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 8. – Tissus croisés « pied de poule » et uni : Naturhistorisches Museum, Vienne (Autriche). (Photo RGZM.)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 9. – Schéma de l’armure « chevron » avec effet de rayures (d’après M. H.-J. Hundt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 10. – Tissu « chevron » avec effet de carreaux. Naturhistorisches Museum, Vienne (Autriche).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 11. – Schémas illustrant le tissage « aux tablettes » (d’après M. K. Schlabow).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 12. – Tissu « aux tablettes » : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 13. – Superposition de tissus « aux tablettes » : La Motte d’Apremont. Musée des Antiquités Nationales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Fig. 14. – Schéma d’un ruban tissé « aux tablettes » et cousu sur un tissu croisé préalablement replié (d’après M.H.-J. Hundt).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20853/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search