Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Généralités

Les sites de la Saône aux Âges du Fer : problématique

Louis Bonnamour

Texte intégral

  • 1 Bonnamour L., « La vallée de la Saône à l’Âge du Bronze : implantations humaines et relations comme (...)

1A l’extrême fin de l’Age du Bronze, nous constatons un remarquable épanouissement du peuplement dans la vallée de la Saône : très nombreuses trouvailles d’objets de bronze dans le lit de la rivière, nombreux gisements de berges. De plus, c’est maintenant pour nous une certitude, un nombre important d’habitats du Bronze Final étaient établis dans l’actuel lit mineur de la Saône, tant sur des îles que sur des plages actuellement submergées1.

  • 2 Armand-Calliat L., « Le Chalonnais à l’époque de la Tène », Bulletin Archéologique, 1958, p. 109.

2Au Premier Age du Fer, en revanche, ta situation parait se dégrader brutalement. Dès 1958, L. Armand-Calliat avait déjà noté l’existence d’un « vide archéologique » correspondant à cette phase chronologique, lacune qu’il expliquait par des raisons d’ordre politique ou encore par un brusque changement climatique2.

3Ce « vide » n’est, en fait, pas aussi absolu qu’il semblerait à première vue. Une surveillance attentive des travaux de dragage de la Saône et du Doubs au voisinage de son confluent, surveillance exercée depuis une vingtaine d’années, m’a montré que la réalité était plus complexe. Si l’on constate, en effet, une diminution importante des découvertes du Premier Age du Fer dans la Saône, on ne peut néanmoins pas parler de vide archéologique. Les prospections subaquatiques entreprises en Chalonnais depuis deux ans confirment le fait.

4Il convient d’examiner les découvertes des Ages du Fer sous un double éclairage : d’une part leur localisation, c’est-à-dire l’étude des sites, et d’autre part la nature des objets recueillis sur ces sites. Cette double analyse doit se faire sans jamais perdre de vue la situation aux autres époques et notamment aux deux périodes qui ont immédiatement précédé et suivi celles qui nous intéressent ici, à savoir l’Âge du Bronze, et tout particulièrement le Bronze Final, ainsi que l’époque gallo-romaine. Ces deux époques sont, de loin, sur la Saône, celles qui ont livré la plus abondante moisson de documents. En ce domaine complexe et encore fort mal étudié, toute tentative de compréhension du problème se doit, en effet, d’en faire une approche globale, afin de mettre en relief certaines constantes comme de dégager des différences.

Les sites de la Saône aux premier et second Ages du Fer

5Les découvertes de dragage montrent que les documents appartenant aux Ages du Fer proviennent des mêmes zones que les vestiges de l’Age du Bronze ou gallo-romains. Dans l’état actuel de nos connaissances, aucun gisement du Hallstatt ou de l’époque de La Tène ne nous apparaît comme étant géographiquement isolé. La raison en est simple : la plupart de ces sites correspondent, en effet, à des passages à gué utilisant des hauts-fonds naturels et, de ce fait, fréquentés durant de longues périodes. Des vestiges d’occupation humaine, habitats ou implantations de type portuaire, souvent situés au voisinage de gués, ont également pu être mis en évidence, mais en nombre restreint.

6Examinons quelques-uns de ces sites parmi les plus typiques. Loin d’être exhaustive, la liste ci-dessous ne tient compte que des gisements qui ont livré un nombre suffisant d’éléments dans des conditions permettant de tirer des conclusions relativement sûres. N’oublions pas en effet que nous nous trouvons en présence de trouvailles fortuites, dues à l’action de puissants engins d’extraction. Dans la plupart des cas, cependant, il m’a été possible de bénéficier de la collaboration des ouvriers et de suivre les travaux sur place de manière régulière. D’autre part, le recours aux archives anciennes du Service de la Saône et, dans quelques cas, des plongées de contrôle ont permis de vérifier certaines hypothèses émises à la suite des seules données de dragage.

7Du Nord au Sud, les principaux sites qui ont livré des documents des Ages du Fer sont :

  • Laperrière-sur-Saône (C.-d’Or), Hallstatt-La Tène : gué ;

  • Glanon (C. -d’Or), Hallstatt-La Tène : habitat ;

  • Seurre (C.-d’Or), Ile du Pont, Hallstatt-La Tène : habitat ;

    • 3 Bonnamour L., « Trouvailles archéologiques dans la Saône à Bragny, à hauteur des Iles Percées », (...)

    Bragny (S.-et-L.), amont des Iles Percées, Hallstatt-La Tène : gué3 ;

  • Saunières (S.-et-L.), aval des Iles Percées, Hallstatt-La Tène : habitat ;

  • Saunières (S.-et-L.), lit du Doubs en aval du pont, La Tène : gué ;

  • Bragny (S.-et-L.), amont du barrage, Hallstatt-La Tène : habitat ;

  • Ciel (S.-et-L.), le Doubs, Hallstatt-La Tène : habitat ;

  • Raconnay (S.-et-L.), La Tène : gué ;

  • Allercy (S.-et-L.), Hallstatt-La Tène : gué, habitat ;

  • Châtenoy-en-Bresse (S.-et-L.), Verdenet, Hall statt-La Tène : habitat ;

  • Chalon-sur-Saône (S.-et-L.), Les Piles, Hallstatt- La Tène : gué ;

  • Epervans-Lux (S.-et-L.), Hallstatt-La Tène : habitat, sépulture (?) ;

  • Ouroux-Marnay (S.-et-L.), Hallstatt-La Tène : gué ;

  • Ormes-Boyer (S.-et-L.), Hallstatt-La Tène gué (4) ;

  • Montbellet (S.-et-L.), Hallstatt-La Tène : gué ;

  • Sancé (S.-et-L.), Ile Saint-Jean, Hallstatt-La Tène : gué ?

  • 4 Bonnamour L., « Esquisse d’une étude des sites archéologiques de la Saône », Actes du 50e Congrès d (...)
  • 5 A l’exception des sites à caractère portuaire où abondent les vases entiers.

8Tous ces sites sont connus par des trouvailles d’époques souvent très diverses. Les sites de gué, en particulier, livrent fréquemment des documents s’échelonnant du Néo-Chalcolithique jusqu’à la période moderne. Ils sont en outre caractérisés, comme j’ai par ailleurs eu l’occasion de le faire observer, par la prédominance des armes et la présence, en quantité non négligeable, de vaisselle métallique protohistorique et gallo-romaine4. Quant aux habitats, caractérisés par des découvertes plus localisées dans le temps et se rapportant à des phases chronologiques précises à l’exclusion de certaines autres, ils fournissent en abondance de la céramique, ordinairement à l’état de fragments5, ainsi que des vestiges végétaux et osseux (fig. 1).

  • 6 Bonnamour L., « Les découvertes des Ages du Fer dans le lit de la Saône », La vallée de la Saône au (...)

9La quasi-totalité des sites de gué étudiés sur la Saône a livré des documents du premier et surtout du second Age du Fer. Plusieurs découvertes réalisées ces dernières années ont permis de mettre en évidence l’existence de petits habitats, probablement temporaires, appartenant au début de la période du Hallstatt (Glanon, Seurre, Saunières, Bragny, Allerey). Le Hallstatt Final et l’époque de La Tène ne semblent pas représentés par des habitats implantés dans l’actuel lit mineur de la Saône. Certaines trouvailles, telles que celles qui furent faites à Chalon et au Sud de la ville actuelle sur les communes de Saint-Marcel et de Lux6, ou encore à Châtenoy-en-Bresse ou Seurre, permettent de supposer l’existence d’installations à caractère portuaire, voire artisanal. Toutefois, même dans le cas de Chalon-Lux, la rareté des vases en céramique et surtout celle des fragments de vases laisse à penser que les habitats devaient être établis en retrait de la rivière...

Nature des trouvailles

10Il n’est pas sans intérêt d’observer que, d’un site à un autre ou d’une période à une autre, la nature des objets recueillis dans la rivière peut changer radicalement. Il me paraît important d’en rechercher la raison.

  • 7 Le gué de la « Roie de Ciel », sur le Doubs en amont de Verdun, semble avoir fourni plusieurs dizai (...)
  • 8 Armand-Calliat L., « Un casque antique en bronze au Musée de Chalon-sur-Saône », Gallia 23, 1965, p (...)
  • 9 Armand-Calliat L., « Chaudrons et vases en bronze de La Tène III trouvés dans la Saône aux abords d (...)

11A l’époque du Hallstatt et au début de la période de La Tène, les trouvailles d’armes prédominent (fig. 2). Quelques vases de bronze (fig. 2) ont également été recueillis, mais toujours de manière isolée, alors que. à La Tène moyenne et finale, les armes et notamment les épées, toujours découvertes à l’intérieur de leur fourreau, sont souvent groupées, parfois en nombre relativement important7 (fig. 3). Outre les épées, nous trouvons, en quantité non négligeable, des pointes de lance, des haches à douille, des couteaux, des casques (fig. 3)8… La vaisselle de bronze, rare sur la plupart des sites (un chaudron à Laperrière-sur-Saône, un à Châtenoy-en-Bresse, un à Montbellet…) est en revanche représentée, de manière exceptionnelle, par une vingtaine de chaudrons et de situles, sur le gisement de Chalon-Lux9.

Fig. 1. – Seurre (Côte-d’Or), amont de l’ile du Pont : divinité ithyphallique partiellement brûlée (H. actuelle 440 mm. C. 14, Ly. 1807 : 2510 BP ± 130) ; série de vases hallstattiens recueillis sur le même site en 1977.

Fig. 2. – Chalon (Saône-et-Loire), le gué des Piles : poignard en fer à fourreau de bronze et de fer ; Hallstatt Final ; recherches subaquatiques de 1983. – Lux, amont du Port Guillot : chaudron en bronze mince à fond ombiliqué ; recherches de 1983. Montbellet, environs de Jean-de-Saône : bouterolle hallstattienne en bronze (Collections du Groupe de Recherches Archéologiques de Tournus).

12A l’époque de La Tène, la céramique se rencontre de manière tout à fait sporadique, sous forme de tessons ou de vases entiers, sur les sites de la Saône. Il est vrai que la fragilité de certains vases à parois fines, tels les vases balustres, peut contribuer à expliquer leur extrême rareté parmi les découvertes de dragage. Cette explication est toutefois loin d’être la seule et les prospections subaquatiques en cours depuis deux ans ne font que confirmer la très faible importance numérique de ce type de document (fig. 3).

13Les bijoux sont représentés par quelques fibules et bracelets, mais il est difficile de se prononcer valablement sur leur représentativité. Nous avons en effet affaire à des objets de très petite taille qui ont, pour la plupart, échappé à l’attention des ouvriers dragueurs.

  • 10 Déchelette J., La collection Millon. Antiquités préhistoriques et gallo-romaines, Paris 1913, p. 19 (...)
  • 11 Bonnamour L., ibid., fig. p. 78.
  • 12 Gallay G., Huber B., ibid., p. 313 et suiv.

14Il convient également de signaler la présence, semble-t-il assez constante, d’objets tels que des grandes broches à rôtir en fer10, trouvées soit isolées (Glanon, Saunières, Lux, Marnay, Ormes), soit encore groupées en faisceaux (Chalon). De même, depuis peu, mon attention s’est portée sur la présence de lingots de fer à soie enroulée, du type currency bars. A la suite de dragages et de prospections subaquatiques, de tels lingots ont été reconnus sur trois sites : Pouilly-sur-Saône, Seurre et le gué des Piles à Chalon11. Il va de soi que de tels objets, peu attractifs et de valeur mercantile nulle aux yeux des dragueurs, ont longtemps été négligés et qu’il est difficile, là encore, de se faire une idée précise de leur fréquence. Plus rares sont les découvertes de chenets en fer. Le plus connu est le très beau chenet à tête de bélier appartenant à La Tène finale et découvert à Saint-Bernard (Ain). Deux autres chenets bouletés, de forme plus simple bien qu’incomplets, ont été trouvés récemment au Sud de Chalon sur le territoire de la commune d’Epervans. Ils pourraient appartenir à l’époque du Hallstatt12.

15Dans l’antiquité, broches et chenets accompagnent souvent le mort dans l’au-delà. Il n’est donc pas étonnant de les rencontrer dans le lit de la rivière, soit qu’on les ait jetés volontairement à titre d’offrande, soit qu’ils aient appartenu au mobilier d’une tombe détruite par l’érosion.

16Si nous comparons trois sites, parmi les plus représentatifs en raison de l’importance numérique des trouvailles de différentes époques, il est intéressant d’examiner le pourcentage de découvertes se rapportant aux Ages du Fer, sur un total d’objets, dans chacun des cas, égal à plusieurs centaines.

  • Le gué d’Ormes-Boyer a fourni 3 fragments de vases du Hallstatt et 4 objets de La Tène (une très belle épée dans son fourreau de bronze, une pointe de lance, deux broches) pour 17 objets de l’Âge du Bronze, plus un important lot de tessons du Bronze Final provenant d’un habitat établi en bordure du gué. L’essentiel des trouvailles appartient ici à la période gallo-romaine qui a livré plus de 100 documents, dont une dizaine de vases métalliques.

    • 13 Feugère M., « Les fibules du Tournugeois », Bull. Soc. Amis des Arts et Sciences de Tournus, t. 77, (...)

    Montbellet, environs de Jean-de-Saône, gué. Une bouterol le d’épée hallstattienne (fig. 2) pour 41 trouvailles de La Tène (épées, lances, bracelets, fibules, haches, chaudron, casque), et 71 documents du Bronze Final ; 65 trouvailles gallo-romaines dont plusieurs vases en argent, étain argenté, plomb et, évidemment, bronze13.

    • 14 Jeanton G., Lafay G., « Nouvelles découvertes archéologiques faites dans la Saône en aval de l’ile (...)

    Sancé, Ile Saint-Jean près de Mâcon. Les trouvailles de l’île Saint-Jean remontant au début du siècle, il est difficile d’en tirer des conclusions précises14. Toutefois, l’étude des trouvailles me fait penser plus à un site de gué qu’à un habitat. Epoque du Hallstatt : un poignard et une lance (?), Epoque de La Tène : 11 objets dont une épée à l’intérieur de son fourreau de bronze, des pointes de lance et des haches. L’Age du Bronze est ici représenté par 88 objets de bronze appartenant essentiellement au Bronze Final.

Quelques réflexions en matière de conclusion

17Il est dès à présent possible d’esquisser un schéma des Ages du Fer dans la vallée de la Saône. Il semble que les débuts de l’époque du Hallstatt aient vu persister un certain nombre de petits habitats temporaires sur les bords mêmes de la rivière, alors qu’aux périodes suivantes les hommes se seraient établis en retrait des berges tout en gardant d’étroites relations, tant économiques que cultuelles, avec la Saône.

Fig. 3 – Lux (Saône-et-Loire), amont du Port Guillot : épée dans son fourreau de fer avec bouterolle ajourée et vase balustre en terre ; La Tène II ; prospections subaquatiques de 1983. – Lux, aval du Port Guillot : vase caréné en terre noire du début de l’époque de La Tène. Dragage de 1981. – Montbellet (Saône-et-Loire), environs de Jean-de-Saône : casque en bronze mince ; La Tène Finale. Collections du Groupe de Recherches Archéologiques de Tournus, Dragage de 1983. – Glanon (Côte-d’Or) : bracelet en bronze. Dragage de 1981.

  • 15 Pour les seules épées de l’époque de La Tène. mes observations portent sur une centaine d’exemplair (...)

18Si nous considérons la nature des objets recueillis, nous constatons la présence, essentiellement sur les gués utilisés depuis la fin du Néolithique et durant l’Âge du Bronze, d’objets souvent précieux, voire honorifiques, en bon état de conservation. Outre des vases en céramique et en bronze, assez rares, nous trouvons principalement des armes, particulièrement des épées, placées systématiquement à l’intérieur de leur fourreau métallique15. Ces mêmes gués, où ont été mises au jour des armes de l’époque de La Tène, ont également fourni de belles séries d’armes du Bronze Final alors que les habitats voisins, appartenant à la même période, se révèlent particulièrement pauvres en objets métalliques, comme l’ont prouvé les fouilles de sites de berges de Saint-Marcel, Epervans, Ouroux et Saint-Germain-du-Plain, ou encore les fouilles subaquatiques récentes d’Ouroux et de Chalon. Dans ces deux derniers cas les données de la fouille viennent compléter les observations de dragage permettant, de ce fait, une approche sérieuse du problème. Il est regrettable qu’en ce qui concerne le Halistatt Final et l’époque de La Tène, nous n’ayons aucun site d’habitat in situ dans le lit de la rivière. Tout espoir n’est cependant pas perdu de pouvoir étudier un jour des installations à caractère portuaire se rapportant à cette période. Le développement actuel des recherches d’archéologie subaquatique dans la Saône chalonnaise permettra certainement, au cours des prochaines années, de faire considérablement progresser nos connaissances en ce domaine et de confirmer ou d’infirmer un certain nombre d’hypothèses actuelles.

Notes

1 Bonnamour L., « La vallée de la Saône à l’Âge du Bronze : implantations humaines et relations commerciales », Catalogue de l’exposition « Lyon au fil des fleuves », ELAC, Lyon 1982, p. 21-28.

2 Armand-Calliat L., « Le Chalonnais à l’époque de la Tène », Bulletin Archéologique, 1958, p. 109.

3 Bonnamour L., « Trouvailles archéologiques dans la Saône à Bragny, à hauteur des Iles Percées », Mém. Soc. Hist. et Arch. de Chalon, t. 46, 1976, p. 55-66.

4 Bonnamour L., « Esquisse d’une étude des sites archéologiques de la Saône », Actes du 50e Congrès de l’Association Bourguignonne des Sociétés Savantes, Mâcon 1979, vol. II. p. 45-61.

5 A l’exception des sites à caractère portuaire où abondent les vases entiers.

6 Bonnamour L., « Les découvertes des Ages du Fer dans le lit de la Saône », La vallée de la Saône aux Ages du Fer, catalogue de l’exposition organisée à Rully, à l’occasion du VIIe colloque international sur les Âges du Fer, mai 1983, p. 62-78.

7 Le gué de la « Roie de Ciel », sur le Doubs en amont de Verdun, semble avoir fourni plusieurs dizaines d’épées à l’intérieur de leur fourreau selon le témoignage des ouvriers dragueurs.

8 Armand-Calliat L., « Un casque antique en bronze au Musée de Chalon-sur-Saône », Gallia 23, 1965, p. 261- 266. – Gailay G., Huber B., « Nouveaux objets de l’Age du Bronze et du Fer provenant de la Saône », R.A.E. 23, 1972, p. 295-329. – Bonnamour L., « Chronique Archéologique », Mém. Soc. Hist. et Arch. de Chalon, t. 46, 1976, p. 15-48.

9 Armand-Calliat L., « Chaudrons et vases en bronze de La Tène III trouvés dans la Saône aux abords de Chalon », Bull. Archéologique du Comité, 1946-49, p. 23-25.

10 Déchelette J., La collection Millon. Antiquités préhistoriques et gallo-romaines, Paris 1913, p. 191 et suiv. – Bonnamour L., « Les découvertes des Âges du Fer dans le lit de la Saône », op. cit. note 7, fig. p. 77.

11 Bonnamour L., ibid., fig. p. 78.

12 Gallay G., Huber B., ibid., p. 313 et suiv.

13 Feugère M., « Les fibules du Tournugeois », Bull. Soc. Amis des Arts et Sciences de Tournus, t. 77, 1978, p. 5-69. – Bonnamour L., Bulard A., « Une épée celtique à fourreau décoré découverte à Montbellet (S.-et-L.) », Gallia 34, 1976. p. 279-284.

14 Jeanton G., Lafay G., « Nouvelles découvertes archéologiques faites dans la Saône en aval de l’ile Saint-Jean, près de Mâcon », Bull. S.P.F. 14, 1917, p. 161-176 et 191-204.

15 Pour les seules épées de l’époque de La Tène. mes observations portent sur une centaine d’exemplaires trouvés dans le lit de la Saône et en majeure partie conservés au Musée de Chalon-sur-Saône.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Seurre (Côte-d’Or), amont de l’ile du Pont : divinité ithyphallique partiellement brûlée (H. actuelle 440 mm. C. 14, Ly. 1807 : 2510 BP ± 130) ; série de vases hallstattiens recueillis sur le même site en 1977.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 2. – Chalon (Saône-et-Loire), le gué des Piles : poignard en fer à fourreau de bronze et de fer ; Hallstatt Final ; recherches subaquatiques de 1983. – Lux, amont du Port Guillot : chaudron en bronze mince à fond ombiliqué ; recherches de 1983. Montbellet, environs de Jean-de-Saône : bouterolle hallstattienne en bronze (Collections du Groupe de Recherches Archéologiques de Tournus).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20843/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 3 – Lux (Saône-et-Loire), amont du Port Guillot : épée dans son fourreau de fer avec bouterolle ajourée et vase balustre en terre ; La Tène II ; prospections subaquatiques de 1983. – Lux, aval du Port Guillot : vase caréné en terre noire du début de l’époque de La Tène. Dragage de 1981. – Montbellet (Saône-et-Loire), environs de Jean-de-Saône : casque en bronze mince ; La Tène Finale. Collections du Groupe de Recherches Archéologiques de Tournus, Dragage de 1983. – Glanon (Côte-d’Or) : bracelet en bronze. Dragage de 1981.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20843/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search