Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Généralités

Les sites de l’Âge du Fer dans les Vallées des Tilles et de l’Ouche d’après la photographie aérienne

René Goguey

Texte intégral

1Dans une région qui, de la Loire au Rhin, est l’objet de recherches prolongées d’archéologie aérienne, les petites vallées des Tilles et de l’Ouche attirent l’attention par la densité des sites découverts. De Til-Châtel aux Maillys, le cours de la Tille porte les traces de plusieurs modifications d’origine naturelle ou humaine. Dans la plaine dijonnaise, les cours de l’Ouche, entre Dijon et Echenon, de l’Oucherotte à partir de Rouvres-en-Plaine, n’ont pas été stables. Leur substrat de sables ou de graviers, recouvert le plus souvent d’une mince couche d’alluvions, est très favorable à la détection aérienne des structures en « creux ». Quelques semaines de sécheresse suffisent pour que se dessinent dans les céréales ou les luzernes les plans de fossés, de trous de poteaux, de fosses, sous forme de végétation plus haute, plus dense et plus colorée. Moins fréquents sont les indices hydrographiques sur sols labourés dont Roger Agache a démontré l’intérêt dans la Somme (Agache R. 1978, p. 43-48).

2Par leur nature, les sites protohistoriques occupent une place prépondérante dans les gisements ainsi repérés.

Le cadre chronologique

3Les plans donnés par la photographie aérienne sont souvent d’une grande précision, mais on leur reproche de ne révéler que le dernier état d’un site. Les exemples de plans superposés ne sont cependant pas rares dans la vallée de la Saône. Ceux de la période gallo-romaine sont caractérisés par une divergence d’orientation des murs. Pour la Protohistoire, on peut noter à la fois une différence de forme (enclos circulaire, enclos carré…) et un recoupement des structures. Cette stratigraphie horizontale permet d’établir une chronologie relative : aux Maillys (fig. 1) l’enclos circulaire est vraisemblablement antérieur à l’enclos carré qui l’a recoupé. Mais seule une fouille fine de l’intersection apportera la preuve de cette antériorité. De même la fouille est seule capable de mettre en évidence la stratigraphie verticale d’un site complexe, avec le mobilier en place dans les couches dont on peut espérer une chronologie absolue. Il est donc possible que certains des sites présentés ne soient pas exactement cadrés sur l’Âge du Fer.

4Les enclos circulaires connus en Angleterre sont pour la plupart associés à des tumuli de l’Âge du Bronze. Nous nous appuierons sur deux exemples datés pour montrer qu’ils peuvent être plus tardifs dans notre région.

Longvic-lès-Dijon (Côte-d’Or)

5Les photographies aériennes de juillet 1964 révèlent, de part et d’autre de l’écluse de Romelet, neuf enclos circulaires, deux enclos carrés et l’angle d’un vaste fossé orthogonal (fig. 2). Les fouilles de sauvetage effectuées avant les travaux de la zone industrielle (Goguey R., 1970, p. 41-44) ont porté sur un groupe de trois enclos circulaires : le plus grand correspond à un tumulus de terre et de gravier arasé, d’un diamètre de 17,20 m, entouré d’un fossé large de 6 m, avec palissade. Au centre, une inhumation avec épée de bronze, comparable à celle de la tombe 299 de Hallstatt et bouterolle à courbure simple encore éloignée des types tardifs à volute.

6Dans les deux petits enclos, des sépultures à incinération, la plus complète étant constituée d’urnes posées sur un plat, avec épingle de bronze à tête vasiforme. L’ensemble correspond aux Champs d’Urnes III de Kimmig.

7Les deux sépultures féminines à incinération sont-elles contemporaines de l’inhumation masculine sous tumulus ? Cette hypothèse n’est pas à exclure puisque l’épée de bronze hallstattienne et l’épingle placent cette partie de la nécropole de Longvic au ixe s. av. J.-C.

Bressey-sur-Tille (Côte-d’Or)

8Les fouilles de Roger Ratel (Ratel R., 1976. p. 5-31) ont mis en évidence les remaniements de ce grand tumulus de terre et de gravier qui avait échappé à l’arasement. A l’origine un dôme de 19,70 m de diamètre, avec fossé circulaire, inhumations de Hallstatt final. Dans les deuxième et troisième périodes, le tumulus est surélevé et agrandi, dans les limites d’un second, puis d’un troisième et d’un quatrième fossés circulaires concentriques. Le mobilier des multiples sépultures appartient au Hallstatt Final. A la quatrième période, une nouvelle surélévation, sans fossé supplémentaire, correspond à la mise en place de 39 sépultures de La Tène I.

9Il est démontré qu’à Bressey-sur-Tille la structure tumulaire à fossé circulaire était encore utilisée à la fin du Hallstatt, et que le nivellement de cette structure peut laisser la trace de fossés circulaires concentriques décelables par photographie aérienne. C’est ainsi qu’en 1971 et 1978 sont apparus les compléments du tumulus de Clair Bois, sous forme d’enclos circulaires, de petits enclos carrés et de chemins (fig. 3).

10Il faut donc voir à Bressey-sur-Tille une nécropole plus importante encore que ne le laissaient supposer les 120 sépultures mises au jour, avec une datation du Hallstatt Final à La Tène. L’habitat avec enceintes emboîtées et trous de poteaux découvert en 1982 au Sud-Ouest sut le territoire d’Izier est-il lié à cette nécropole ?

Les sites à structures simples et homogènes

11A Longvic comme à Bressey, les gisements protohistoriques sont formés d’éléments complexes et dispersés. Mais certains peuvent – en l’état actuel de nos connaissances – ne comporter que des éléments simples et homogènes : enclos circulaires, grandes enceintes à fossés larges ou à fossés étroits.

Enclos circulaires

12Ils sont moins nombreux en Bourgogne qu’en Alsace ou dans la Somme, où Roger Agache a « dû rapidement renoncer à les photographier et donc à les enregistrer tous » (Agache R., 1978, p. 96). Les exemples donnés jalonnent la vallée de la Tille :

13Lux (Côte d’Or) : enclos circulaire simple, à fossé étroit, sans pont d’entrée visible.

14Genlis (Côte-d’Or) (ferme Joannot) : enclos circulaire limité par trois fossés concentriques de tracé irrégulier, avec fossé médian plus large.

15Tréclun (Côte-d’Or) : série de Cinq enclos circulaires simples avec fosses internes ou externes. L’un est coupé par un fossé suivant son diamètre (fig. 4).

Grandes enceintes

16Si elles attirent l’attention par la netteté de leurs formes et par leurs dimensions, elles peuvent difficilement être rattachées à une période déterminée. Leurs fossés, souvent rectilignes et orthogonaux, inciteraient à les considérer comme postérieures à la conquête romaine. Mais l’enceinte subrectangulaire de Bressey-sur-Tille est classée dans les camps de l’Âge du Fer. Son fossé et son vallum à angles arrondis, son ouverture sur la rivière étaient encore inscrits en relief dans les prairies en 1965. En 1966, un labour de défrichement l’arasait totalement, mais elle réapparaissait en décembre dans la croissance inégale des colzas (fig. 5). A Genlis (le Pré Vaucher), une grande enceinte losangique a tous les éléments d’un camp : fossés doubles alimentés en eau, assez larges pour jouer un rôle défensif, palissade interne avec chicane d’entrée dont on connaissait déjà le principe à l’Âge du Fer (fig. 6). Mais les prospections au sol n’ont jusqu’ici apporté aucun indice chronologique. Les enceintes grossièrement dessinées, à fossés étroits, sont vraisemblablement agraires ou pastorales : enceinte polygonale en aval de Genlis par exemple.

Les sites à structures complexes

17Le plus souvent, la photographie aérienne révèle des sites associant des structures diverses, qui couvrent des périodes étendues. Nos recherches sur l’Alsace ont permis d’enregistrer à Heiteren, sur un espace réduit, un grand enclos circulaire, de petits enclos carrés à pont d’entrée, une nécropole à fosses multiples (fig. 7). Ces éléments se retrouvent avec une plus grande complexité dans les vallées des Tilles et de l’Ouche :

Rouvres-en-Plaine (Côte-d’Or)

18Cette commune est d’une grande richesse archéologique. La découverte d’une importante villa gallo-romaine à cour péristyle en fut la première preuve (Goguey R., 1970. p. 219-259). Les campagnes de prospections aériennes révélèrent ensuite de nombreuses structures protohistoriques au Nord et au Sud de Rouvres :

  • enclos circulaires entamés par des gravières, avec fossés d’organisation du sol et forme « en trou de serrure » (fig. 8) ;

  • enclos circulaires – dont un avec fosse centrale creusée dans le gravier (fig. 9) – voisins d’un enchevêtrement de traces de chemins, fosses, trous de poteaux, enclos circulaires, enclos carrés…

Genlis (Terre du Varin) (Côte-d’Or)

19Dès 1971, les photographies aériennes ont enregistré un ensemble de fossés organisés en quadrilatères avec chemins, traces de bâtiments, fosses diverses qui paraissent correspondre à un habitat (fig. 10). La géométrie des tracés peut être considérée comme tardive. Mais des éléments protohistoriques – avec enclos circulaires – – existent dans cette zone, et des contrôles en cours sur des sites voisins de ce type (Genlis-la-Bossière) révèlent la superposition d’installations antérieures et postérieures à la conquête romaine.

Pluvault-Pluvet (Côte-d’Or)

20Le site protohistorique le plus complexe est apparu en 1976, au Sud-Est de Pluvault (fig. Il), mais les prospections des années précédentes avaient mis en évidence des enclos circulaires plus au Nord-Est. Le gisement s’étend donc sur 700 m à la limite Sud-Est du village de Pluvault, pour sa plus grande partie sur les terres de Pluvet. On peut distinguer :

  • des enclos circulaires simples ou doubles de type « tumulus arasé » (terre et gravier peuvent provenir d’une zone voisine perturbée par des prélèvements de matériaux),

  • de petits enclos carrés,

  • des fossés parallèles rectilignes,

  • des fossés d’organisation du sol formant un quadrillage irrégulier,

  • une enceinte rectangulaire à angles arrondis avec entrée désaxée,

  • une structure rectangulaire étroite comparable au long mortuary enclosure défini par D. R. Wilson (Wilson D.R., 1982. p. 80-82 et photo 47 c).

21La linéarité des fossés parallèles est habituellement celle d’une voie romaine. Mais le fossé Ouest atteint sans le traverser un enclos circulaire, reprend au-delà pour rejoindre la limite Nord d’une grande enceinte irrégulière, alors que le fossé Est s’arrête à la limite Sud de cette enceinte. Les lignes parallèles seraient-elles contemporaines de la nécropole protohistorique ? L’exemple de Stonehenge montre qu’une « avenue » avec fossés parfaitement rectilignes peut être nettement antérieure à l’occupation romaine (Bowen H.C., 1975, p. 105-106, photo verticale 5).

Les Maillys (Côte-d’Or)

22Le territoire de cette commune, placée au confluent des Tilles et de la Saône, est marqué par une multitude de structures que les prospections aériennes accumulent d’année en année. Les traces dans la végétation et sur les labours se complètent, se recoupent, mais leur interprétation doit être prudente : l’évolution des lits fluviaux, le défrichement de zones boisées et les modifications du cadastre ont profondément modifié le paysage.

23Peuvent être considérées comme habitats, de la ferme de la Moronge aux Maillys, les zones à grandes fosses associées à des enceintes de forme irrégulière et à des voies. Sur la rive droite du ruisseau Vernin, un rectangle dessiné par des trous de poteaux évoque une grande maison dont le pisé aurait été prélevé dans les dépressions visibles à gauche du cliché (fig. 12). Mais des incertitudes résultent des dimensions de ce « bâtiment » et de sa chronologie. Entre la Tille et le Vernin, les fossés parallèles d’un chemin aboutissent à une enceinte subrectangulaire avec taches et lignes internes d’habitats : ferme gauloise tardive, ou villa gallo-romaine à murs de pisé ?

24Les photographies sur sols labourés, en janvier et en septembre, ont révélé un maillage original de champs fossiles s’appuyant sur les lignes épaisses de fossés sensiblement parallèles au cours de la Tille (fig. 13). Un deuxième réseau, perpendiculaire au premier, est formé de fossés plus étroits, mais plus rectilignes et de largeur plus constante. L’irrégularité des parcelles (allant du carré au rectangle de 20 à 80 ni) ne semble pas correspondre à un tracé gallo-romain. Mais les celtic fields connus en Angleterre et en Hollande n’ont pas ces lignes parallèles bien dessinées. Le terrain inondable de cette basse vallée des Tilles justifie ce quadrillage de fossés, qui servirent à la fois de drainage et de limites agraires. Ce que nous savons actuellement des nécropoles – dont la plus étendue se trouve au Sud-Est des champs fossiles, sans recoupement des deux sites – nous amène à penser que ce parcellaire inhabituel peut avoir été établi à l’Âge du Fer.

25Les enclos funéraires sont nombreux de Maillys-le-Château à la ferme du Gros – Charme. Le plus souvent il s’agit d’enclos circulaires, parfois recoupés par des fossés polygonaux liés à des habitats postérieurs (fig. 14). La nécropole la plus complexe rassemble un semis de fosses éparses, d’enclos circulaires de toutes dimensions mais à fossés étroits, d’enclos carrés ou rectangulaires d’une géométrie incertaine, avec imbrication round barrow-square barrow (photo de détail fig. 1 et photo d’ensemble fig. 15).

26Des enclos carrés isolés ont été photographiés au Nord et à l’Est des Bois Royaux. Trois autres, découverts en 1975 près du chemin de ta Noue de Lepinge, présentent des traces internes dans la végétation de même nature que celles des fossés. L’alignement visible dans l’axe de l’enclos droit (fig. 16) peut correspondre soit à des sépultures, soit à des gros trous de poteaux (édifice funéraire ?). Les mêmes hypothèses peuvent être formulées pour l’enclos gauche où l’on voit, selon les angles, des fosses ou la forme géométrique d’un bâtiment central.

27Un tel dispositif est celui du temple d’origine celtique. Le plan d’un petit monument de ce type a été détecté dans les labours en septembre 1982 à l’Est de la ferme de la Moronge. Son tracé et ses techniques de construction paraissent primitifs. Dans la basse vallée de l’Ouche, les vols de prospection de 1974 et 1976 ont fait connaître le vaste sanctuaire de Saint-Usage. Photographies d’ensemble et photographies de détail à basse altitude (fig. 17-18) révèlent :

  • les éléments de petits temples à double carré concentrique,

  • un temple rectangulaire avec deux cellae jumelles et galerie commune prenant appui sur deux colonnes dans la partie intermédiaire,

  • un fanum pentagonal à petite cella et large galerie,

  • de nombreux bâtiments annexes, en particulier séries de logettes alignées devant les temples,

  • à l’écart, au Sud, un grand édifice rectangulaire donnant sur un espace clos de murs.

28La netteté du dessin architectural nous éloigne de l’Âge du Fer : nous sommes ici dans la période gallo-romaine. Mais les divergences d’orientation prouvent des reconstructions successives, vraisemblablement étagées sur plusieurs siècles. Cette persistance d’un culte sur le même site n’a-t-elle pas son origine dans la Protohistoire ? Si les photographies aériennes ne nous donnent à Saint-Usage que le plan des édifices en pierre, on peut penser qu’ici comme à Mirebeau les fouilles mettront au jour des couches de La Tène associées aux premiers temples à mur de bois et de pisé.

Fig. 1. – Les Maillys. Chronologie relative : recoupements d’enclos circulaire et d’enclos quadrangulaire.

Photo R. Goguey.

Fig. 2. – Longvic-lès-Dijon. Ensemble du site protohistorique de Romelet.

Photo R. Goguey.

Fig. 3. – Bressey-sur-Tille. Tumulus de Clair Bois, enclos circulaires, enclos carrés et chemins.

Photo R. Goguey.

Fig. 4. – Tréclun. Enclos circulaires.

Photo R. Goguey.

Fig. 5. – Bressey-sur-Tille. Enceinte quadrangulaire arasée et mise en culture (colza).

Photo R. Goguey.

Fig. 6. – Genlis. Camp à fossés doubles et palissade.

Photo R. Goguey.

Fig. 7. – Heiteren. Site protohistorique complexe en Alsace : fosses inorganisées, enclos circulaire et enclos carrés.

Photo R. Goguey.

Fig. 8. – Rouvres-en-Plaine. Fossés d’organisation du sol, fosse en « trou de serrure » et enclos circulaire.

Photo R. Goguey.

Fig, 9. – Rouvres-en-Plaine. Enclos circulaires, dont l’un avec fosse centrale.

Photo R. Goguey.

Fig. 10. – Genlis, Terre du Varin. Chemins, enceintes quadrangulaires, fossés, traces de bâtiments.

Photo R. Goguey.

Fig. 11. – Pluvault-Pluvet. L’ensemble du site à enclos circulaires, enceintes, fossés parallèles.

Photo R. Goguey.

Fig. 12. – Les Maillys. Structure rectangulaire à trous de poteaux.

Photo R. Goguey.

Fig. 13. – Les Maillys. Réseau de champs fossiles.

Photo R. Goguey.

Fig. 14. – Les Maillys. Enclos circulaire coupé par un fossé polygonal, voie et habitat.

Photo R. Goguey.

Fig. 15 – Les Maillys. Ensemble de la nécropole à enclos circulaires ou quadrangulaires et fosses.

Photo R. Goguey.

Fig. 16. – Les Maillys. Enclos carrés à structures internes.

Photo R. Goguey.

Fig. 17. – Saint-Usage. Vue d’ensemble du sanctuaire. .

Photo R. Goguey

Fig. 18. – Saint-Usage. Les temples et leurs annexes à basse altitude.

Photo R. Goguey.

Bibliographie

Bibliographie

Agache R., 1978 : La Somme pré-romaine et romaine, Amiens, 515 p.

Bowen H.C., 1975 : « Development of Landscape in Southern Engl and », Aerial Reconnaissance for Archaeology, Londres, p. 103-118.

Goguey R., 1970 : « L’ensemble protohistorique de Longvic-lès-Dijon », Mém, Comm. Ant. Côte-d’Or, tome XXVI (1963-1969), Dijon, p. 41-44.

Goguey R., 1970 : « La villa gallo-romaine de Rouvres-en-Plaine », ibid., p. 219-259.

Ratel R., 1976 : Le tumulus protohistorique de la Ferme de Clair-Bois, Dijon, Centre d’Etudes Régionales de Bourgogne, 128 p., 45 pl.

Wilson D.R., 1982 : Air Photo interpretation for Archaeologists, Londres, 212 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Les Maillys. Chronologie relative : recoupements d’enclos circulaire et d’enclos quadrangulaire.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 2. – Longvic-lès-Dijon. Ensemble du site protohistorique de Romelet.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3. – Bressey-sur-Tille. Tumulus de Clair Bois, enclos circulaires, enclos carrés et chemins.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 4. – Tréclun. Enclos circulaires.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 5. – Bressey-sur-Tille. Enceinte quadrangulaire arasée et mise en culture (colza).
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 6. – Genlis. Camp à fossés doubles et palissade.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 7. – Heiteren. Site protohistorique complexe en Alsace : fosses inorganisées, enclos circulaire et enclos carrés.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig. 8. – Rouvres-en-Plaine. Fossés d’organisation du sol, fosse en « trou de serrure » et enclos circulaire.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Fig, 9. – Rouvres-en-Plaine. Enclos circulaires, dont l’un avec fosse centrale.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 10. – Genlis, Terre du Varin. Chemins, enceintes quadrangulaires, fossés, traces de bâtiments.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 11. – Pluvault-Pluvet. L’ensemble du site à enclos circulaires, enceintes, fossés parallèles.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 12. – Les Maillys. Structure rectangulaire à trous de poteaux.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 13. – Les Maillys. Réseau de champs fossiles.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 14. – Les Maillys. Enclos circulaire coupé par un fossé polygonal, voie et habitat.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 15 – Les Maillys. Ensemble de la nécropole à enclos circulaires ou quadrangulaires et fosses.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 16. – Les Maillys. Enclos carrés à structures internes.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 17. – Saint-Usage. Vue d’ensemble du sanctuaire. .
Crédits Photo R. Goguey
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 18. – Saint-Usage. Les temples et leurs annexes à basse altitude.
Crédits Photo R. Goguey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20838/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search