Version classiqueVersion mobile

Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VIIe - Ier siècles avant notre ère)

 | 
Louis Bonnamour
, 
Alain Duval
, 
Jean-Paul Guillaumet

Préface

J.-P. Millotte

Texte intégral

Une fructueuse réunion

1Depuis quelques années déjà, archéologues professionnels et amateurs voués aux études sur l’Âge du Fer participent à des colloques très animés tenus en divers points de la France. Il est nécessaire de rappeler ces étapes : 1977. Sens ; 1978, Saint-Quentin ; 1979, Châlons-sur-Marne : 1980, Clermont-Ferrand ; 1981, Senlis ; 1982, Mons ; 1983, Chalon-sur-Saône.

2A chaque étape un sujet particulier était retenu comme centre d’intérêt et les positions géographiques occupées tour à tour aboutissent à l’établissement d’un bilan, à des mises au point sur les investigations régionales consacrées à l’époque de Hallstatt et à celle de La Tène.

3Ces réunions correspondent à un besoin profond, celui de pouvoir mettre en présence des spécialistes français et étrangers, agissant d’ordinaire en ordre dispersé. Des excursions complètent la série d’exposés et de discussions tout en révélant à d’aucuns des sites souvent connus par la seule littérature. Il faut constater que de telles tentatives, si imparfaites soient-elles, favorisent des investigations de toute nature dans une séquence chronologique encore un peu négligée dans notre pays, la période celtique en particulier. Pour des raisons multiples, l’Âge du Fer demeurait, ces vingt dernières années du moins, le parent pauvre de l’archéologie nationale. Mais un besoin de coordination plus étroite se faisait sentir et c’est ainsi que naissait, en 1982, l’Association française pour l’étude de l’Age du Fer (A.F.E.A.F.). Certes, la mission principale de cette société réside dans l’organisation des colloques annuels, veillant toujours à maintenir une répartition territoriale équilibrée. Au-delà, les responsables tiennent aussi à multiplier les contacts entre adhérents, à informer ceux-ci de l’état des recherches, tant françaises qu’étrangères, en leur facilitant l’accès aux sources diverses, qu’il s’agisse du terrain ou de la littérature.

4Pour la première fois, l’A.F.E.A.F. organisait le colloque annuel et avait choisi Chalon-sur-Saône. Les séances de travail qui se tinrent au château de Rully (Saône-et-Loire) du 12 au 14 mai 1983 furent complétées par une visite détaillée du Mont-Beuvray/Bibracte, le 15 mai. Il est superflu de répéter que la vallée de la Saône, élément de l’axe Rhône-Rhin, revêt une grande importance durant l’Âge du Fer. Le trafic commercial avec les pays méditerranéens et l’importation d’objets gréco-étrusques en direction de la Saône supérieure fait l’objet de nombreuses études. On est bien moins informé, en revanche, sur l’utilisation de la rivière durant La Tène, sur les modalités de la navigation, sur l’activité de ports comme Cabillonum/Chalon. Il paraissait alors nécessaire de rassembler de nouveaux documents sur cette question en examinant les trouvailles récentes, en signalant aussi les sites repérés le long de la rivière ces dernières années. Un deuxième thème, à prétention régionale également, traitait de la paléométallurgie du bronze et du fer et suscita de nombreuses et solides communications qui prouvent que ces investigations technologiques, d’approche difficile et d’exposé austère, stimulent de plus en plus l’activité des chercheurs.

5Les Actes du Colloque de Chalon témoignent de tous ces efforts et nous remercions l’équipe de la rédaction de la R.A.E. qui a pris en charge la fabrication de ce volume. On y ajoutera le précieux catalogue de La vallée de la Saône aux Âges du Fer consacré à une riche exposition didactique organisée par le Musée Denon au château Saint-Michel à Rully. Une telle série de manifestations ne pouvait être envisagée sans le concours d’équipes solides et fortement motivées par cette affaire. Les maîtres d’œuvre, L. Bonnamour, A, Duval, J.-P. Guillaumet, méritent notre reconnaissance. Nous y ajouterons aussi le personnel du Musée Denon, la Société Archéologique de Chalon et beaucoup d’autres bonnes volontés dont la liste serait longue à établir. Pareille entreprise exige beaucoup d’argent et, sur ce point, nos chaleureux remerciements s’adressent à la Sous-Direction de l’Archéologie au Ministère de la Culture, représentée en Bourgogne par les deux actifs directeurs des antiquités, MM. J.-P. Thevenot et H. Gaillard de Sémainville. A cette aide substantielle, la municipalité de Chalon-sur-Saône tint à apporter sa contribution financière d’une part, matérielle de l’autre assurant en particulier l’hébergement des participants. L’utile et l’agréable étant souvent réunis, une réception au caveau de M. Monassier, vigneron, permit d’entretenir le moral des archéologues. Que notre hôte soit remercié de sa courtoisie. Au total, une telle réussite constitue un précieux encouragement pour les organisateurs dont le seul souci est la sauvegarde raisonnée du patrimoine archéologique national.

Auteur

Président de l’Association Française pour l’Étude de l’Age du Fer (A.F.E.A.F.)
Professeur émérite à l’Université de Franche-Comté

© ARTEHIS Éditions, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search