Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

À propos du poêle monumental situé dans le grand salon (classé Monument Historique) De l’hôtel Beurnier-Rossel à Montbéliard

Viviane Ivol-Lelouarn

Texte intégral

1Cet hôtel a été construit en 1772 par Georges David Rossel et son épouse Anne Madeleine Beurnier. Georges David était conseiller de Régence du Duc Charles Eugène de Wurtemberg. Les plans ont été dressés par l’architecte Philippe de La Quêpière lors de son séjour à Montbéliard, pendant lequel il avait également réalisé les plans de l’Hôtel de ville. Celui-ci sera construit beaucoup plus tard sur ses plans remaniés par Georges Louis Morel, inspecteur des bâtiments princiers du Comté. Cet architecte français avait fait toute sa carrière dans le Wurtemberg et réalisé entre autres, vers 1762, les châteaux de Solitude à Stuttgart et de Monrepos à Ludwigsburg.

2Le poêle (cahier couleur, pl. 10) a été réalisé par Johann Jacob Frey, installé en 1771 comme faïencier à Montbéliard. Il venait de Lenzbourg et avait épousé une fille Zurcher de cette ville. Il réalisait de la faïence ordinaire et ornée de fleurs au naturel ; ses productions étaient très variées, "la faïence tant ordinaire que faite en façon de porcelaine, ornée de fleurs et de figures peintes au naturel..., des poêles..., de grands vases et des figures en sculpture de toutes espèces". Il obtint alors un privilège de dix ans par arrêté ducal du 11 janvier 1774 pour fabriquer et débiter ses produits, un prêt de 2 500 livres devant lui être consenti. Son beau-père refusant de lui servir de caution, il abandonna son projet et quitta la ville. On le retrouve à Lenzbourg où il a fini par installer sa fabrique.

3Ce poêle, d’architecture classique, est composé de deux corps quadrangulaires reposant sur un socle et des pieds en pierre peints en faux marbre. De décor plus baroque, il est surmonté d’un superbe vase en faïence, et de plus petits ornent les écoinçons du deuxième corps, reliés par un motif de dentelle peint sur des carreaux découpés de faïence jaune et bleu. Les carreaux au décor de réverbère ("petit feu") sont ornés de motifs floraux très délicats où domine le pourpre de Cassius.

4Des archives conservées par la famille nous renseignent sur la commande et la construction de ce poêle. Un dessin, en polychromie, indique que le projet initial était un poêle en carreaux à fond vert. À la place du vase actuel, le corps supérieur était surmonté d’un chapeau hémisphérique surbaissé partagé en quartiers. Les écrits de Georges David Rossel qui accompagnent le dessin, demandent le changement de couleurs : "Si le fourneau est bien fait, conformément au dessin, à la réserve du fond vert auquel on substituera le blanc net sur lequel on fera les fleurs en couleurs naturelles...".

5Sur ce manuscrit, il est également question du prix et des échéances de réalisation : "... j’en paierai dix louis lorsqu’il sera posé. Le 15 septembre 1772". Jacob Frey reçoit un acompte de 90 livres le 21 avril 1773, un deuxième de 72 livres le 14 juillet, 12 le 27 septembre, 60 livres le 21 octobre et enfin 6 livres pour le reste du prix le 7 novembre 1773. La construction aura duré six mois. La commande passée le 15 septembre, le faïencier ne commencera son travail qu’en avril. Les archives n’indiquent pas si les carreaux ont bien été réalisés à Montbéliard. On peut le supposer puisqu’à cette période Jacob Frey y était installé.

6Pour conclure, indiquons que ce poêle a fonctionné jusque dans les années cinquante de notre siècle et qu’il réchauffait les assemblées de la société d’émulation qui se tenaient dans le grand salon.

Auteur

Ancien conservateur du musée d’art et d’histoire Beurnier-Rossel à Montbéliard, actuel conservateur du musée Baron Martin à Gray (Haute-Saône).

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search