Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

Discussion

sous la présidence de Joëlle BURNOUF

Texte intégral

Thème I Les limites géographiques de l’usage du poêle

1Jean ROSEN : je souhaite d’abord apporter quelques informations pour la période moderne. Lyon apparaît comme un centre actif de fabrication de poêles en faïence aux XVIIIe-XIXe siècles, avec une diffusion régionale (Meillonnas, Grenoble...). À Mâcon, au même moment, un atelier de faïencier sur deux produit du poêle. En fait, nous manquons beaucoup de documentation sur cette question. En second lieu, je souhaite aussi attirer l’attention sur un autre moyen de chauffage, le brasero mobile, dont l’usage est abondamment prouvé par l’archéologie – ainsi récemment encore à Chalon-sur-Saône – mais qui n’a guère fait l’objet de recherches jusqu’à présent.

2Jean-Jacques SCHWIEN : le brasero est, à ma connaissance, totalement absent du mobilier archéologique alsacien, voire plus largement de l’aire germanique. [B. Metz précise qu’un inventaire du Haut-Kœnigsbourg en mentionne un en 1530 (Glutbecken)]. Faut-il en conclure à une opposition entre deux moyens de chauffage, cheminée à feu ouvert et brasero d’une part, poêle de l’autre ? La question mériterait en tout cas une enquête approfondie.

3Mireille ANDRÉ : le chauffage au poêle est attesté en Lorraine au Moyen Âge, mais n’a pas encore fait l’objet d’études approfondies. J’ai moi-même engagé un inventaire des éléments conservés dans les musées. Beaucoup d’entre eux proviennent de fouilles anciennes non référencées, ce qui ne permet pas, par exemple, de traiter sérieusement les questions de chronologie. Ainsi, mon plus ancien fragment est un pot à ouverture tronconique, mais il a été recueilli hors strate.

4Gilles BOURGAREL : en Suisse romande, le lac Léman forme la limite sud du chauffage au poêle. Plus précisément, si une production est attestée dans la partie est du canton de Vaud, sur sa limite sud, côté Valais, on ne trouve plus guère de traces de poêles en céramique, l’exemple de Gestelnburg (cf. G. Keck) faisant plutôt figure d’exception.

5Catherine KULLING : les poêles en céramique sont rares en Valais au XVIIIe siècle et les exemples attestés sont des importations de la région lémanique. Par contre, les poêles en pierre ollaire sont abondants.

6Bernhard METZ : de la même manière, on peut aussi s’interroger sur la limite du chauffage au poêle dans les Flandres. Il semble, en effet, que l’on ait découvert du poêle à Douai.

7Vincent GRÉGOIRE : en effet, des pots de poêle ont été mis au jour dans deux fouilles d’étuves à Douai, datées des XIIIe-XIVe siècles.

8Denis HENROTAY : en l’absence d’un nombre suffisant de fouilles, il est difficile d’avancer des certitudes pour la Belgique. On peut néanmoins affirmer l’usage du poêle au Moyen Âge en milieu castrai.

9Gilles BOURGAREL : cette évocation d’une différentiation sociale permet aussi de poser la question de limites autres que spatiales dans l’utilisation du poêle. Il serait important, par exemple, de faire la part entre le monde urbain et le monde rural. Actuellement, dans les campagnes du canton de Fribourg, les fourneaux sont en molasse et en Valais ils sont en pierre ollaire, soit des matériaux immédiatement disponibles. En même temps, cela ouvre des pistes de réflexion sur la relation entre le matériau et le moyen de chauffage : le poêle en céramique appartient-il à des régions pauvres en autres matériaux de construction ?

10Jean ROSEN : la question est sans doute plus complexe. En Beauvaisis, il existe des carreaux ou plaques de terre cuite à fonction décorative sur certains corps métalliques de fourneaux.

11Jana KYBALOVÁ : pour ma part, je puis attester la présence de poêles au XVIIIe siècle de la Scandinavie du Sud à Fribourg en Suisse et le Tyrol du Sud, avec une importance particulière pour les poêles rococo blancs, aux remarquables dorures, de la Bavière, de l’Autriche et des pays tchèques. Les châteaux semblent d’ailleurs y jouer un rôle de premier plan dans l’évolution architectonique.

12Joëlle BURNOUF : à écouter ce tour d’horizon européen de l’utilisation du poêle comme moyen de chauffage, on aimerait pouvoir initier un projet collectif de recherches international sur ses limites géographiques.

Thème II Le mode de construction des poêles à pots

13Jean-Jacques SCHWIEN : cette question est particulièrement importante, maintenant que l’origine de ce moyen de chauffage peut être placée au haut Moyen Âge au moins. En fait, alors que la problématique de ces quinze dernières années avait été renouvelée par les travaux de Jürg Tauber sur la période des Xe-XIIIe siècles, cette période a été totalement absente des communications présentées. Je voudrais donc savoir de la part de Jürg Tauber si, de son côté, il a pu progresser dans sa compréhension du mode de construction du poêle à pots.

14Jürg TAUBER : il me faut d’abord préciser que le matériau que j’ai utilisé pour ma thèse provenait déjà à 80- 90 % de fouilles anciennes. Cela dit, il est vrai que ces dix dernières années n’ont pas vu de découvertes réellement nouvelles pour la Suisse du Nord. En contrepartie, il me semble que c’est en Alsace que l’on a le plus progressé, en particulier pour le milieu castrai.

15René KILL : le plus ancien exemple que je connaisse de l’usage du poêle dans un château alsacien est celui livré par les fouilles du Daubenschlagfelsen : la quinzaine de fragments de pots tronconiques pris dans une masse de chamotte date des années 1150. Ces fragments ne sont toutefois pas assez nombreux pour faire un poêle complet.

16Pierre WALTER : les fouilles de Rougemont ont livré deux bases de poêle, l’une de la fin du XIIe siècle, l’autre de la fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle, ce second état étant toutefois le plus complet. Dans les deux cas, le côté du chargement en combustible était discernable. De même, leurs parois étaient formées de pots ou gobelets de poêle. Il semble qu’entre les deux périodes, ces pots soient devenus plus grands, plus ouverts et tournés plus finement. Dans le premier état, ils étaient peut-être aussi montés au colombin. Par ailleurs, ce qui m’a intrigué, c’est l’association de tuiles-canal avec les pots dans la couche de destruction. Nous en avons prélevé la valeur de deux cagettes. Or, c’est le seul endroit où nous ayons observé ce type de tuiles : le grand nombre de clous permet en effet de penser que les toitures étaient couvertes de bardeaux. Ceci me fait penser aux associations similaires observées par Bernard Bohly et Jean Maire. Mais pour ma part, je pencherais plutôt en faveur de sortes de carneaux permettant de régler la circulation de l’air chaud dans le corps du poêle, à l’image des poêles de l’époque moderne aux parois en carreaux et aux structures internes en briques ou tuiles.

17Jean MAIRE : j’observe effectivement l’association de tuiles, mais aussi de galets ou de cailloux avec des pots de poêle depuis plus de dix ans. Sur le site de la Cour des Bœufs, à Strasbourg, il y avait près de 150 tuiles pour 40 pots des années 1350. Mais, au contraire de Pierre Walter, je pense que ces éléments complètent la chamotte pour mieux structurer les parois ou la coupole qui seraient autrement difficiles à maintenir.

18Marie-Dominique WATON : à l’E.N.A., un autre site strasbourgeois, une couche d’argile rubéfiée du début du XVe siècle a, de même, livré une grande quantité de tuiles-canal et de petits galets.

19Pierre WALTER : une autre question qui se pose est celle du remplissage ou non de ces pots avec de l’argile servant à augmenter l’inertie thermique. Pour Rougemont, je dispose de quelques tampons d’argile de 15 mm d’épaisseur qui semblent avoir servi en quelque sorte de bouchon au fond des pots. Jusqu’à présent, je les avais interprétés comme des éléments permettant de résoudre la question de la dilatation du fond des pots au contact des flammes, la surépaisseur d’argile jouant un rôle de régulation. Mais après avoir entendu la communication de Jean Maire, j’ai plutôt l’impression qu’ils ont servi à réparer le fond de pots fendus, voire cassés dans la paroi ; le petit nombre de bouchons recueillis, eu égard à l’ensemble des pots, plaide en ce sens.

20Bernhard METZ : sur cette question des tuiles permettant de structurer une chamotte, je voudrais faire un parallèle avec le château de Birkenfels. Après un violent incendie qui a fait éclater les pierres en grès, on a reconstitué les angles des niches des ouvertures avec des fragments de tuiles disposés verticalement dans le mortier.

21Eva ROTH KAUFMANN : je ne suis pas d’accord avec Jean Maire. À Aarberg en Suisse, j’ai des carreaux de poêle dont le corps d’ancrage est entièrement pris dans une masse d’argile d’une épaisseur de 12 cm.

22Gilles BOURGAREL : j’ai moi aussi fait des observations qui vont dans le sens contraire de ce qu’avance Jean Maire. À Fribourg, j’ai des fragments de gobelets de poêle encore pris dans leur paroi. L’épaisseur de cette paroi est égale, voire supérieure à la hauteur du gobelet. Ces pots sont néanmoins plus petits que ceux trouvés dans d’autres régions.

23Jean MAIRE : si la paroi et la coupole sont de même épaisseur que les pots, à quoi servent alors ces pots ?

24Christian TCHIRAKADZÉ : je voudrais revenir sur le rôle des tuiles. Dans un enduit à la chaux, il est d’usage d’ajouter des fragments de tuiles pour absorber l’humidité. Je me demande donc si ces tuiles n’ont pas servi pour accélérer l’assèchement de la paroi au moment du montage. Une partie a aussi servi à constituer des chicanes internes au corps de chauffe. En tout cas, tous les poêles, certes tardifs, que j’ai pu observer, comportaient de tels systèmes.

25Jean MAIRE : l’argile de la paroi est déjà une pierre : il n’y a donc pas besoin d’éléments supplémentaires pour accélérer l’assèchement.

26Bernhard METZ : ces éléments structurants qu’ont pu constituer les tuiles ne peuvent-ils pas avoir été remplacés à partir de l’époque moderne par des barres en fer ? Des textes du XVIIe siècle signalent en tout cas une armature en fer (Eisenwerk) dans le corps de chauffe (Hohlofen).

27Marc GRODWOHL : je me demande si ces éléments métalliques ne correspondent pas plutôt aux niches servant à sécher les fruits ou à maintenir les aliments au chaud, niches que les poêles des XVIIIe-XIXe siècles encore conservés comportent fréquemment. Mais je dois avouer que pour le XVIIe siècle, l’iconographie ne nous montre pas encore de niches de ce type.

28Jean ROSEN : je signale des pots de poêle, ou ce qui pourrait en être, non reconnus comme tels, dans la fouille d’un atelier à Sarrebourg, datable du XIVe siècle (cf. LUTZ, BEYER, "Un trésor de céramique sarrebourgeoise du XIVe s.", Cahiers alsaciens d’archéologie d’art et d’histoire, t. VIII, Strasbourg, 1964, p. 131-155, pl. I, fig. 3-4).

Thème III Le poêle dans son environnement social

29Bernhard METZ : un premier aspect important, et que l’archéologie bien évidemment ne peut appréhender, est le caractère immoral ou casanier associé au poêle. Les images montrées par Danièle Alexandre-Bidon, telle celle de la célèbre fresque de Zurich, le suggèrent fortement. Certaines chansons et expressions du XVIe siècle vont aussi dans ce sens. On emploie souvent, par exemple, le terme de "pilier de poêle" (Stubenhocker) pour dénigrer quelqu’un.

30Élise BOUCHARLAT : le poêle est aussi le vecteur privilégié de certaines images dans le domaine domestique (héraldique, mythologie, religion...). Dans ce sens, je me demande si l’équivalent dans d’autres régions qui ne disposent pas du poêle, comme la Franche-Comté ou la Bresse au XIVe siècle, ne serait pas les carreaux de pavement.

31Jean ROSEN : le poêle sert effectivement de vecteur de symboles. Le musée Carnavalet, à Paris, conserve ainsi un poêle en forme de Bastille offert à la Constituante par le très célèbre faïencier Olivier.

32Pierre WALTER : les communications et nos discussions n’ont guère abordé le problème du poêle en milieu rural. Je voudrais citer l’exemple de la maison de l’ermite qui desservait la chapelle Sainte-Catherine à Rougemont-le-Château au XVIe-XVIIe siècle et que nous avons pu fouiller. Le contexte global est pauvre. Dans cette petite maison de trois pièces, le poêle est construit dans un angle de la pièce du milieu. Le chargement se faisait depuis la cuisine, à l’endroit où se situait aussi le four à pain. Les deux parois visibles du poêle étaient construites en carreaux glaçurés verts représentant des pots de fleurs ainsi que saint Georges.

33Bernhard METZ : à cette période tardive, l’ermite n’est plus un moine, mais plutôt une sorte de garde-forestier. Mais il reste bien évidemment représentatif du milieu populaire.

34Jean ROSEN : je puis citer de mon côté l’exemple d’une maison bourgeoise à la campagne près de Meillonnas, où le propriétaire a fait venir des spécialistes pour construire un poêle en faïence sur mesure en 1801. Il avait la particularité de chauffer deux pièces à la fois.

35Joëlle BURNOUF : ce qui nous intéresserait, c’est bien évidemment de savoir à partir de quand les paysans et les gens de la campagne en général se sont chauffés au poêle, puisque les exemples dont nous disposons à l’heure actuelle proviennent des domaines castrai et urbain. L’iconographie et les fouilles attestent l’usage du poêle dans le monde rural dès le début du XVIe siècle. Mais Pierre Brunei a découvert un poêle dans une maison rurale près de Colmar qu’il attribue à la fin du haut Moyen Âge. Pour le moment en tout cas, cette question me semble donc plus relever d’un état de nos connaissances que d’un phénomène de société attesté.

36Bernhard METZ : les archives comportent quelques mentions de poêles en contexte rural dès la fin du XIVesiècle et surtout à partir du XVe siècle. On peut citer l’exemple d’un bourgeois qui est venu tout casser chez un paysan à la fin du XVe siècle : il lui a démoli le poêle, il a tué son chien mais le texte ne dit pas qu’il ait cassé des vitres.

37Gilles BOURGAREL : pour le canton de Fribourg, si l’on dispose de quelques indices archéologiques pour les XIIIe-XIVe siècles, le premier exemple bien documenté est une ferme du XVIe siècle.

38Jean-Jacques SCHWIEN : je ne connais effectivement pas d’exemple archéologique de poêle rural médiéval. Et comme Joëlle Burnouf, je pense que c’est avant tout lié au trop petit nombre de fouilles dans le domaine rural en général. À partir du XVIe siècle, en tout cas, il n’y a pas ou plus de différence entre la qualité des poêles de la campagne et ceux des villes ou des châteaux. Les carreaux du premier poêle d’une maison en colombages, datée de 1560, à Artolsheim, dans la plaine rhénane, découverts dans le remblai sous le dernier plancher de la Stube, avaient pour motif principal un décor en fond d’écuelle mais aussi plusieurs éléments particuliers figurant des torses d’enfants dans des choux. Ce dernier motif est identique à ceux découverts dans les fouilles du Haut-Koenigsbourg, du château de Butenheim ou des dépotoirs strasbourgeois. Harald Rosmanitz m’a aussi signalé un carreau identique et complet conservé au musée de Fribourg-en-Brisgau. De même, un carreau au motif d’une Vierge à l’enfant provenant d’une autre maison paysanne à Weyersheim, datée de 1620, a son équivalent dans les fouilles de Harald Rosmanitz à Karlsruhe-Durlach.

39Marie-Thérèse TORCHE-JULMY : les maisons paysannes du canton de Fribourg étaient traditionnellement garnies de poêles en pierre (grès molassique), matériau meilleur marché que la céramique. J’ai pourtant recensé dans une ferme un poêle en céramique décoré des armes d’une famille patricienne. Il s’agit là visiblement d’un objet qui a été déplacé. Il faut donc se méfier, car les poêles démodés étaient fréquemment démontés et reconstruits dans d’autres lieux.

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search