Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

Conclusion : pour un programme européen de recherche sur la céramique de poêle

Joëlle Burnouf

Texte intégral

1Je voudrais d’abord remercier les collègues et amis qui sont à l’origine de cette table ronde sur "la céramique de poêle au Moyen Âge et à l’époque moderne". Cette initiative doit être saluée car elle est la première depuis le développement de l’archéologie médiévale. Je me souviens des années soixante-dix, c’était il y a 25 ans, c’était hier ; en m’invitant, ils m’ont fait mesurer le poids du temps qui passe ! Le spécialiste de la question, un industriel du chauffage, J.-P. Minne, était alors le seul à répondre aux questions des archéologues et il nous est un devoir de lui rendre hommage, à ce moment, pour les travaux pionniers qu’il a conduits, tant sur le plan de la recherche iconographique que technique dans le cadre d’une thèse soutenue en 1991 à l’Université de Strasbourg. 25 ans après, 18 ans après la publication du premier ouvrage de J.-P. Minne et 30 ans après le début de ses recherches, c’est la première fois que des chercheurs sont réunis pour exposer et discuter ensemble de ce "matériau d’histoire" en terre cuite dans le cadre prestigieux du château des Ducs de Wurtemberg à Montbéliard. Une table ronde pour un inventaire des connaissances acquises depuis un tiers de siècle et une confrontation d’idées à travers des approches différentes dont témoignent les présentations de travaux que nous avons entendues et les questions dont nous avons débattu. Je pense que Jean-Paul Minne est heureux de voir qu’il n’a pas semé en vain. La tâche lui fut difficile : peu de fouilles encore au début des années soixante-dix (c’était la préhistoire de l’archéologie médiévale en France), pas de programme de recherches universitaires ou du CNRS et dans un monde où chacun était assez jaloux de ses découvertes, ce qui est une période révolue ! La collecte même du matériel et des informations était une tâche ardue. C’est aussi dans ces années 70 que, sauvant de la perte irrémédiable la documentation sur le monde rural subcontemporain, Marc Grodwohl collectait et démontait des poêles dans les maisons rurales vouées à la destruction, pour éviter leur disparition ! Je n’aurai garde d’oublier le "groupe de travail sur la céramique de poêle" au sein du GAMA (Groupe d’Archéologie Médiévale d’Alsace) qui, en 1985, permit de rassembler les éléments d’une réflexion qui dépassait pour la première fois les frontières régionales, puisque des exemples de découvertes ou de mentions en Champagne, en Forez, à Lyon, à Paris, en Bourgogne étaient présentés ; les chercheurs auraient bien aimé y faire coïncider les résultats avec leurs ambitions et parvenir à une étude aussi complète et poussée que celle de la thèse de J. Tauber.

2Connaissant bien mon intérêt pour ce sujet, malgré un éloignement géographique certain (trop à l’Ouest pour avoir quelque chance de retravailler cette question un jour), mais surtout connaissant bien quelques-uns de mes défauts, mes collègues m’ont confié la lourde responsabilité des conclusions ce qui, exercice oblige, interdit toute conversation de couloir, et pause associée et oblige à être vigilant pendant toute la durée des travaux. J’espère être à la hauteur de leur confiance.

3Quelques pistes de réflexion me sont apparues au cours des exposés et des discussions qui ont suivi et je tenterai de dégager, non pas des conclusions – qui ne sauraient être que provisoires – mais les axes de recherche qui mériteraient d’être poursuivis.

Une géographie de la recherche sur la céramique de poêle

4Cette table ronde a permis la présentation de quinze interventions en deux jours. La première question qui doit être posée est celle de la représentativité des communications : les exposés reflètent-ils un état de la recherche sur la question ? ou un état de l’archéologie médiévale et en particulier des recherches sur le mobilier céramique ?

5– La première constatation que je peux faire est que ces travaux reflètent une certaine géographie de la recherche sur le sujet : en effet, l’Alsace arrive en tête avec six communications sur la question et sur des champs de la recherche très variés, aussi bien sur le plan chronologique (monographies ou synthèses) que technique ou iconographique. Viennent ensuite la Suisse (quatre communications), l’Allemagne (deux communications), la Pologne (une communication), la Tchécoslovaquie (une communication), le Pays de Montbéliard (une communication) et la région Rhône-Alpes dans sa spécificité iconographique (une communication). Cet inventaire doit souligner quelques grands absents : la Lorraine où j’ai de bonnes raisons de penser que l’on se chauffait aussi au poêle au Moyen Âge, la Bourgogne, la Champagne, le Nord de la France, la vallée du Rhône, les Alpes – pour rester dans des régions limitrophes de la Franche-Comté – mais aussi les pays de l’Europe du Nord. Élargir le recrutement géographique des chercheurs n’était pas l’objectif de ces journées et celles-ci étaient largement représentatives des préoccupations de la recherche interrégionale, mais cela peut nous conduire à souhaiter un élargissement des échanges à l’échelle européenne dans le cadre des congrès européens d’archéologie médiévale, comme ceux tenus à York en 1992 ou à Bruges en 1997.

6– La deuxième constatation que je peux faire est l’inégale répartition des présentations de la documentation dans le champ chronologique : une seule intervention sur le haut Moyen Âge, sept sur la fin du Moyen Âge, deux sur le XVIIe siècle et deux sur le XVIIIe siècle. La sous-représentation du haut Moyen Âge, au sens large, n’est pas surprenante. Il y a peu de temps encore, les archéologues auraient été bien en peine de définir à quelle période du Moyen Âge apparaissait le mode de chauffage au poêle. Il convient une fois encore de souligner que c’est grâce à l’archéologie préventive, dans son caractère aléatoire, que les premiers documents ont pu être mis au jour.

7– La troisième constatation est que la ville est plus représentée que la campagne, l’habitat aristocratique et bourgeois plus que le milieu paysan et le petit peuple des villes.

8Ces remarques préliminaires démontrent que le champ de la recherche sur la céramique de poêle est encore loin d’avoir été exploré à l’égal de celui de la céramique d’usage domestique ; mais il se rapproche de celui des recherches sur les terres cuites architecturales, où les mêmes observations ont pu être faites à l’occasion du colloque de Saint-Omer. Outre l’épineux problème de l’identification du mobilier qui devrait être résolu grâce à l’organisation de rencontres comme celle-ci et à leur publication, il est souhaitable que des travaux de collecte des données puissent être entrepris afin d’élargir la base de réflexion, ainsi que des recherches sur les ateliers de fabrication, l’essentiel des informations provenant actuellement des sites de consommation.

9Je souhaiterai maintenant présenter un certain nombre des acquis et des questions qui constituent la matière des réflexions plutôt que des conclusions à l’issue de cette table ronde.

Une géographie de l’usage courant de ce mode de chauffage au Moyen Âge et à l’époque moderne

  • 1 Il y a de la céramique de poêle dans les quatre départements lorrains, comme j’ai pu le constater p (...)
  • 2 Pour l’époque moderne, M. Rosen signale qu’à Mâcon une faïencerie sur deux fabrique des carreaux de (...)
  • 3 Dans le mobilier de deux fouilles de Douai : celles de la rue Saint-Jean (site 155), chantier dirig (...)
  • 4 Ville d’Arras, fouilles d’A. Jacques, publiées dans Nord-Ouest Archéologie (information communiquée (...)
  • 5 Medieval Ceramics, vol. 17, 1993, p. 86-88, pour l’Angleterre.

10La première question que peuvent se poser les archéologues est celle de la limite de l’usage courant du poêle. Dans l’état actuel de la recherche, il semble que la limite géographique la plus occidentale passe en Champagne ; ou alors Chavot, résidence des Comtes de Champagne, fouillée par Annie Renoux, pourrait être une exception dans la mesure où il s’agit d’un habitat aristocratique ; dans ce cas, cette limite se situerait-elle entre la Champagne et la Lorraine1 ? Vers le Sud, il serait souhaitable d’examiner le mobilier des fouilles de Bourgogne pour voir s’il ne s’y trouve pas des éléments de poêle qui n’auraient pas été identifiés comme tels2. Vers le Nord, des fragments de céramique de poêle ont été trouvés à Douai3, à Arras4 et peut-être à Saint-Omer ; ce mode de chauffage est par ailleurs connu dans tous les pays de l’Europe du Nord5. Pour le moment, aucune synthèse n’est disponible et on ne peut que souhaiter que les archéologues des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie, stimulés par l’initiative franc-comtoise, organisent à leur tour une recherche collective sur le sujet.

  • 6 Mentions de "pots à faire poêle" à la fin du XVe siècle signalées par F. Piponnier (in : La poterie (...)
  • 7 Trois mentions relevées par S. Roux en 1377 et 1381 (ibidem supra).
  • 8 Fragments de céramique de poêle et soubassement de poêle découverts à l’occasion des fouilles préal (...)
  • 9 Trois poêles existaient à Pampailly (BENOIT, BOUCHARLAT, in : La poterie de poêle dans la France de (...)
  • 10 Je remercie P. Husi de m’avoir communiqué les informations sur ces découvertes "La céramique de Tou (...)

11Par ailleurs, des attestations de présence de poêle sont connues de manière que l’on pourrait qualifier "d’anecdotique" pour le moment, tant que des recherches plus poussées n’auront pas été entreprises, à Dijon6, Paris7, Lyon8, le Forez9, Tours10 : le poêle y serait un phénomène urbain et lié à la présence de communautés extérieures à la région. Dans le cas de Pampailly, dans la deuxième moitié du XVe siècle, des techniciens allemands sont embauchés pour encadrer les mineurs et P. Benoît se demande si c’est à leur présence que peut être attribuée la construction des poêles : ils auraient dans ce cas importé non seulement de nouvelles techniques minières mais aussi les techniques de chauffage qu’ils connaissaient. À Lyon, outre les attestations des fouilles, le poêle se répand à l’époque moderne, et dans le quartier Saint-Vincent, rénové à la fin des années quatre-vingt, j’ai pu voir une enseigne de poêlier qui était encore peinte sur une façade. À Dijon comme à Paris, les mentions dans les sources écrites ne sont pas encore confirmées par les découvertes archéologiques ou, à tout le moins, ne sont pas encore publiées. Enfin, à Tours, les découvertes archéologiques ont été faites en milieu aristocratique et la mention dans les textes, unique pour le moment, semble bien être liée à une demande du Roi de France et de la cour.

12Au total et sous réserve d’investigations plus approfondies, les exemples les plus "occidentaux" de présence de poêle à la fin du Moyen Âge sont liés à la présence de populations originaires de "l’aire germanique" au sens large ou bien au milieu aristocratique : deux pistes de travail qui mériteraient d’être suivies. Les témoignages sont encore trop ténus pour aller plus loin dans les hypothèses. Quant aux mentions dans les sources écrites urbaines pour la même période, il serait intéressant qu’elles soient mises en relation avec des découvertes archéologiques mais aussi que puisse être déterminé à quel milieu social appartiennent ceux qui peuvent équiper leur maison avec ce mode de chauffage.

13Dans les Alpes, il semble que la limite de la diffusion de ce mode de chauffage soit liée à la matière première : d’après les observations de C. Kulling et G. Bourgarel, en milieu alpin on trouve des fourneaux en pierre ollaire. Le Lac Léman semble former la limite sud, mais il y a des poêles à Genève.

14Cette géographie introduit une réflexion sur "la culture du poêle", l’aire culturelle de la diffusion et dans ce cas, il convient de mettre en relation sa diffusion à la fin du Moyen Âge et surtout à l’époque moderne avec, non seulement des phénomènes de sociétés (moyens financiers, évolution du sens du confort et de la notion d’espace privé, d’intimité), mais aussi, peut-être, avec l’évolution du climat. De manière un peu provocatrice, on pourrait poser comme hypothèse de travail que "l’avancée du poêle" et sa diffusion, comme celle des glaciers, témoignent du rafraîchissement du climat et des transformations provoquées dans les sociétés par le petit âge glaciaire.

Chronologie de l’usage du chauffage au poêle et de son évolution technique et morphologique

  • 11 D. CALLEBAUT, L. MILIS, Le castrum de Petegem et le système défensif le long de l’Escaut au haut Mo (...)
  • 12 Communication de J.-J. Schwien et de M. Châtelet dans ce volume.
  • 13 J. Tauber signale que 80 % des fouilles sont anciennes et remontent aux années quarante/cinquante e (...)

15L’incontournable problème des origines mérite d’être évoqué à la lumière des rares exemples dont dispose la communauté scientifique. Sur le site de Petegem11, est-ce que l’on peut parler d’un "proto-poêle" ? La description de D. Callebaut et la restitution graphique permettent de poser au moins la question – "une fosse rectangulaire maçonnée et voûtée s’ouvrant dans le mur pignon... avec foyer extérieur" – et de suggérer là un système mixte de chauffage à air chaud, par une longue voûte pénétrant dans la pièce : nous aurions ici à la fois une réminiscence du chauffage par hypocauste à l’antique et une innovation dans la structure, mais sans autre témoin céramique que des fragments de tegulae dont l’interprétation n’est pas donnée. Cet exemple est pour le moment unique dans un habitat aristocratique carolingien. L’autre exemple, lui aussi unique, présenté à cette table ronde, est celui du poêle du haut Moyen Âge de Strasbourg12. L’étude du mobilier permet, à mon sens, de proposer l’existence de deux poêles dans un habitat dont la structure est bien visible sur les diapositives présentées, l’examen de détail des vestiges permettant même de proposer d’identifier un soubassement de poêle. Hors de ces deux cas, dont un seul est assurément un poêle, les archéologues sont confrontés à une longue lacune documentaire jusqu’au XIIIe siècle (sauf les découvertes de Strasbourg des XIe-XIIe siècles). L’argument a silentio devant être écarté, il est désormais acquis qu’il existe des poêles au haut Moyen Âge (VIIIe-IXe siècle). Ceci est déjà une certitude importante et il est permis d’espérer que le silence documentaire des Xe-XIIIe siècles pourra d’ici à quelques années être comblé13.

  • 14 J.-M. Pesez a fait une synthèse des connaissances archéologiques sur "le foyer de la maison paysann (...)
  • 15 Au colloque de Lyon en 1987 : POISSON J.-M. dir., 1992, Le château médiéval, forteresse habitée (XI(...)

16Ces jalons anciens permettent de poser deux questions techniques importantes. La première est celle de la mutation dans les techniques de chauffage, soit le passage du système de chauffage par hypocauste au système de chauffage au poêle. Pour le moment, les archéologues ne peuvent dire ni quand ni où se produit cette transformation, mutatis mutandis, tout aussi importante que le passage du briquetage du sel au marais salant entre le IVe et le VIe siècle en Europe du Nord-Ouest. La deuxième question porte sur les effets induits de ce changement sur l’architecture de l’habitat : il serait instructif d’établir dans les régions où le chauffage au poêle est d’usage courant au Moyen Âge "classique" un inventaire des connaissances par type d’habitat tant dans le monde rural que dans le monde urbain, en mettant en évidence sa coexistence ou non avec d’autres modes de chauffage comme le foyer ouvert et la cheminée14. La question du foyer a été abordée pour la maison paysanne, celle du chauffage pour l’habitat aristocratique15, mais la réflexion croisée sur tout ce qui a trait aux usages du feu pour la cuisine et le chauffage n’a pas encore fait l’objet d’un travail de synthèse.

Poele et technique, technique du poele

  • 16 Celle de J. Maire et J.-J. Schwien : "Le poêle en terre médiéval". Cette première présentation des (...)

17Sur l’ensemble des communications présentées, une seule abordait la question du chauffage au poêle sous l’angle technique16. Toutefois les questions techniques ont été évoquées à plusieurs reprises par d’autres intervenants lors de la présentation du contexte archéologique des découvertes ou des études conduites dans les fonds d’archives.

  • 17 D’où l’expression "aller au claque" ? Les participants à la table ronde se sont interrogés sur une (...)

18La première observation porte sur la désignation de cette structure particulière. Le vocabulaire qui le désigne est varié : caquelle et coquelle dans le pays de Montbéliard, carron et carreau en Bresse, catelle en Suisse, poêle, Kachelofen en Alsace, chachel en Lorraine, ou clacqs17. Mais si le terme "poêle" désigne l’ensemble de la structure, les autres termes ne désignent que les pièces quand il s’agit de carreaux ; là encore, une enquête dans la documentation écrite permettrait peut-être de savoir si le mot apparaît en même temps que l’objet ou plus tard, et d’en suivre la diffusion. Une telle recherche qui semble plus concerner l’étude de la langue serait cependant très utile aux historiens.

  • 18 La construction d’un poêle sur lequel seront faites des mesures physiques ainsi que des observation (...)

19Avant les recherches conduites par J. Maire, il n’existait aucun travail de recherche sur la technique de construction du poêle et son évolution chronologique. L’historien ne disposant, par ailleurs, d’aucun traité théorique du Moyen Âge, il fallait donc entreprendre de reconstituer la chaîne des savoir-faire pour comprendre comment les artisans du Moyen Âge avaient résolu ce savant problème de la diffusion de la chaleur et comment ils avaient fait évoluer la structure en fonction de leur compréhension des phénomènes thermiques. Pour cela, il fallait aussi expérimenter et mesurer, et J. Maire a mis au point un protocole d’analyses et de mesures en laboratoire ainsi qu’une expérimentation grandeur nature18. Les conclusions sont remarquables. Le poêle, invention haut médiévale, est l’objet d’innovations techniques au cours du Moyen Âge : le passage du poêle à pots au poêle à carreaux à la fin du Moyen Âge (la structure technique du poêle est fixée en 1500 et elle ne triomphe définitivement que vers 1550) en fait une véritable œuvre d’architecture d’intérieur. Les innovations se marquent non seulement dans la structure même du poêle (la forme et l’épaisseur des pots puis des carreaux et des corps de chauffe, la quantité d’argile crue nécessaire au montage), mais aussi dans la dissociation du "foyer" et du corps chauffé par circulation d’air chaud, ainsi que dans les techniques mises en œuvre pour évacuer les fumées. Ce travail marque incontestablement un tournant dans la compréhension de cet "objet technique" et un apport important à l’histoire des techniques et des savoir-faire au Moyen Âge.

  • 19 B. Metz note l’apparition du mot kachler en 1496 dans un règlement pour les poêliers de Strasbourg.

20Les transformations du poêle à partir des années 1300 et surtout les caractères originaux de cette "structure d’intérieur" conduisent à s’interroger sur la création éventuelle d’un métier spécifique à partir de la fin du Moyen Âge. Si, au départ, bien que les sources soient peu bavardes sur ce sujet19, les pots étaient fabriqués par un potier, et d’ailleurs les noms des deux métiers étaient interchangeables, à partir du XVIe siècle et surtout de l’époque moderne, la question mérite d’être posée de l’apparition d’une spécialisation dans le métier de potier et de la spécificité du travail du poêlier, à la fois dans la fabrication des pièces (carreaux et corps de chauffe), surtout avec l’apparition de programmes iconographiques complexes et de commandes spécifiques, mais aussi dans la construction du poêle.

Poêle et société : pour une anthropologie du poêle

21Nombre des communications présentées ont conduit les participants à s’interroger sur l’usage social du poêle. Entre autres, les communications traitant des programmes iconographiques développés sur les carreaux à partir de la fin du Moyen Âge. Cet aspect de la question, croisé avec l’étude de l’iconographie du poêle, permet de poser la question du rôle éducatif des représentations, de leur rôle "publicitaire", "propagandiste", les thèmes traités par les artistes, sur commande souvent pour les milieux les plus aisés, traduit le souci de représentation des élites mais aussi les choix des minorités : minorités économiques comme les mineurs, religieuses comme les anabaptistes ou les religieux de Strasbourg, élites sociales comme l’aristocratie ou les élus municipaux. Cette piste féconde est semée d’embûches : en effet, on sait que les carreaux peuvent être recyclés lorsqu’une structure est démontée ; les chaînons manquent pour suivre le circuit des récupérations et des recyclages ; les programmes originaux, élaborés par des artistes, étaient recopiés, voire quelquefois modifiés ; on suggère que des "formes secondaires" étaient obtenues en remoulant des carreaux et non en achetant des moules, et réagencées dans les structures. On sait encore peu de choses de ce marché de l’art et des circuits des thèmes chez les concepteurs, les artisans mais aussi les clients, tout comme les rapports avec les autres arts comme la tapisserie, la gravure, la représentation de l’architecture nous échappent. Quand un thème se diffuse, qui voyage : l’artiste, l’artisan, le moule, un exemplaire du produit ou un prototype ? Avec la période moderne, les sources écrites, plus abondantes, confrontées aux données iconographiques et archéologiques permettent d’avoir quelques monographies éclairantes. Mais c’est déjà un autre monde, celui où le poêle, élément d’architecture, devient aussi une pièce maîtresse de la décoration, d’ornement de la maison : les maîtres d’œuvre fournissent des maquettes de leur projet. La piste de réflexion sur sa fonction dans la maison entraîne à réfléchir sur le passage de la fonction "utilitaire" (un moyen de chauffage) à celle de représentation (un décor avec un discours moralisateur, une rhétorique), puis à l’objet d’art et ce qu’il induit de la mise en œuvre concrète du principe de plaisir. De ce point de vue, l’analyse iconographique permet de mettre en relation la représentation du poêle avec des scènes de la vie domestique et de réfléchir à partir des sources où se trouvent ces représentations, sur les occurrences, en termes sociologiques : le poêle et la vie conjugale, le poêle et la femme, le poêle et l’érotisme ou la débauche, mais aussi le poêle et l’éducation des enfants, le poêle et ses usages dans certains corps de métiers, et enfin le "coin du poêle" comme espace spécifique : poêle et école, poêle et hygiène.

22Les présentations ont porté plus sur le monde urbain que sur le monde rural (sauf les habitats aristocratiques), mais cela signifie seulement que ce champ de la recherche est encore à explorer, surtout pour le Moyen Âge.

23De même, les catégories sociales les plus étudiées sont les habitats aristocratiques et bourgeois plus que manouvriers et paysans.

24Enfin, le "monde du poêle" est celui de la pièce close, des "économies d’énergie" dans des régions de climat continental contrasté et (peut-être ?) à un moment de changement climatique (le petit âge glaciaire), ce qui expliquerait son succès et sa diffusion. C’est le monde des pièces lambrissées, c’est-à-dire isolées, et bien chauffées, un monde de l’intimité. C’est l’apparition de la pièce à vivre (la Stub) et cela induit donc une dissociation fonctionnelle des lieux de vie et surtout une séparation avec la cuisine. C’est un autre sens du confort et de la sociabilité qui se développe dans ces sociétés.

Quelques reflexions sur les méthodes d’étude

25Le premier écueil à éviter est dans l’étude de ces lots de mobilier : la céramique de poêle, pots et carreaux, est d’un abord délicat dans l’analyse des lots de fouilles. Comme cela a été souligné à plusieurs reprises, la durée de vie d’un poêle peut être longue ; il est possible aussi qu’un poêle ait connu, au cours de son existence, une ou plusieurs réparations visant à changer des carreaux éclatés ou à refaire les parois d’argile : la fourchette chronologique traduite par les différences entre les carreaux peut donc être très large ; en conséquence, le lot doit être étudié en tenant compte de cette hétérogénéité chronologique, entre autre par l’étude des mobiliers associés et celle des autres sources.

26Il ne saurait donc être question d’étudier un lot de carreaux de poêle sans avoir fait l’étude globale de l’ensemble du mobilier, y compris des pièces techniques dont il a été souligné qu’elles étaient encore trop souvent délaissées sans être recueillies, inventoriées, décrites et comptées (fragments de tuiles, galets, etc.).

27Le mobilier de poêle ne saurait donc être le marqueur principal et premier d’une couche, sous peine de faire des erreurs entre un demi, un siècle, voire plus.

28Le traitement de cette céramique doit être fait avec les mêmes précautions d’usage que pour les autres objets mobilier en ne brûlant aucune étape :

29– le céramologue doit étudier le lot dans le cadre de la stratification chronologique, telle qu’elle a été établie par l’archéologue au moment de l’enregistrement par antéro- postériorité des données du terrain ;

  • 20 Article déjà cité note 10.

30– le céramologue doit définir les "groupes techniques" au sein de son lot et les situer en respectant la chronologie du terrain. Si le lot le permet (?), il doit effectuer ses calculs en pondérant son raisonnement avec les NR/NMI/NEV (nombre de restes, nombre minimum d’individus, nombre d’équivalents-vases), ce qui est désormais la seule manière fiable de travailler sur les archives de fouilles, sans tenir compte d’aucune chronologie absolue mais seulement de la chronologie relative ; il aboutira ainsi à une présentation hiérarchisée des groupes techniques, ce qui constituera sa propre chronologie relative et permettra le dialogue avec l’archéologue sur la base de la matrice de fouille (F. Verhaeghe, Ph. Husi)20 ;

31– il convient ensuite de croiser le résultat de la hiérarchisation des groupes techniques d’un lot avec les autres, de manière à faire apparaître les associations qui permettront, par l’observation des présences/absences sur la durée, d’aboutir à une matrice diagonalisée et ainsi faire apparaître la chronologie d’un phénomène ;

32– la bonne manière d’utiliser les datations absolues fournies par les archéomètres est de les prendre en compte au moment du dialogue entre archéologue, archéomètre et céramologue sous peine de s’exposer à de magistrales erreurs.

33Ces remarques pourront apparaître comme des truismes, mais nous avons pu constater au cours des deux journées que certaines évidences devaient être réaffirmées, de manière à faciliter les comparaisons et les discussions : c’est le protocole de base de tout travail scientifique au péril duquel on se retrouve dans une tour de Babel.

34Je considère que cette table ronde est un point de départ. La participation active de tous les chercheurs présents aux discussions et la quantité de pistes de travail ouvertes démontrent, non seulement, le besoin de la communauté scientifique de poursuivre les recherches sur la céramique de poêle, sous tous ses aspects, mais elles consacrent aussi, par la qualité des travaux déjà aboutis, l’accession de cet objet d’étude dans le champ de l’Histoire.

Notes

1 Il y a de la céramique de poêle dans les quatre départements lorrains, comme j’ai pu le constater personnellement et le confirme M. André qui a travaillé sur ce sujet dans le cadre d’une maîtrise. L’exposition récente organisée par les musées de la Cour d’Or à Metz le confirme : Metz Médiéval : mises au jour, mise à jour, Catalogue d’exposition, éd. Serpenoise, 1996.

2 Pour l’époque moderne, M. Rosen signale qu’à Mâcon une faïencerie sur deux fabrique des carreaux de poêle, que la manufacture de Meillonnas en fabrique au XVIIIe et XIXe siècle, qu’on en trouve aussi en Bresse du Sud ainsi qu’à Nevers au XVIIe siècle.

3 Dans le mobilier de deux fouilles de Douai : celles de la rue Saint-Jean (site 155), chantier dirigé par P. Marlière, dans la partie des "étuves des Papegais" datées des XIVe-XVe siècles, et celles de la rue du Kiosque (site 186-1ère tranche), chantier dirigé par V. Grégoire et P. Marlière, dans le contexte d’installations de foulons et teinturiers daté XIVe-XVe siècle. Je remercie V. Grégoire pour ces informations. P. Demolon m’avait par ailleurs montré en 1991 des tessons de céramique dont j’avais confirmé l’interprétation comme céramique de poêle.

4 Ville d’Arras, fouilles d’A. Jacques, publiées dans Nord-Ouest Archéologie (information communiquée par V. Grégoire).

5 Medieval Ceramics, vol. 17, 1993, p. 86-88, pour l’Angleterre.

6 Mentions de "pots à faire poêle" à la fin du XVe siècle signalées par F. Piponnier (in : La poterie de poêle dans la France de l’Est, Cahier du GAMA, n° 3, 1985, p. 18).

7 Trois mentions relevées par S. Roux en 1377 et 1381 (ibidem supra).

8 Fragments de céramique de poêle et soubassement de poêle découverts à l’occasion des fouilles préalables à la construction du métro de l’agglomération lyonnaise (in : Lyon Saint-Jean, les fouilles de l’îlot Tramassac, DARA, n° 10, 1994. Mobilier étudié par B. Poisson).

9 Trois poêles existaient à Pampailly (BENOIT, BOUCHARLAT, in : La poterie de poêle dans la France de l’Est, Cahier du GAMA, n° 3, 1985, p. 72-80).

10 Je remercie P. Husi de m’avoir communiqué les informations sur ces découvertes "La céramique de Tours du XIVe au XVIIe siècle à partir des fouilles récentes", in : Archéologie médiévale, t. 26, 1996). J’ai par ailleurs trouvé la mention de l’établissement à Tours de poêliers de Liège (archives municipales de Tours, BB32, 3 avril 1470).

11 D. CALLEBAUT, L. MILIS, Le castrum de Petegem et le système défensif le long de l’Escaut au haut Moyen Âge, in : Château-Gaillard, IX-X, 1982, p. 71-82.
D. CALLEBAUT, Petegem, Flandre orientale (Belgique), Curtis carolingienne, in : Palais médiévaux (France-Belgique) : 25 ans d’Archéologie, s.d., A. Renoux, Publications de l’Université du Maine, 1994, p. 106-108.

12 Communication de J.-J. Schwien et de M. Châtelet dans ce volume.

13 J. Tauber signale que 80 % des fouilles sont anciennes et remontent aux années quarante/cinquante et qu’il n’y a pas de nouveau mobilier disponible depuis dix ans pour permettre d’aller plus loin que ce qu’il a étudié dans sa thèse pour cette période des Xe-XIIIe siècles, sauf des attestations de poêles dans des châteaux des XIe-XIIe siècles.

14 J.-M. Pesez a fait une synthèse des connaissances archéologiques sur "le foyer de la maison paysanne" il y a dix ans in : Archéologie médiévale, t. XVI, 1986, p. 65-93.

15 Au colloque de Lyon en 1987 : POISSON J.-M. dir., 1992, Le château médiéval, forteresse habitée (XIe-XVIe siècle). Archéologie et histoire : perspectives de la recherche en Rhône-Alpes, Actes du Colloque de Lyon, avril 1988 (D.A.F., 32).

16 Celle de J. Maire et J.-J. Schwien : "Le poêle en terre médiéval". Cette première présentation des recherches conduites par J. Maire a été suivie d’une seconde présentant les questions sous l’angle de l’innovation technique au Congrès international d’archéologie médiévale de Dijon en Octobre 1996 organisé par la Société d’Archéologie Médiévale.

17 D’où l’expression "aller au claque" ? Les participants à la table ronde se sont interrogés sur une réinterprétation de l’expression. Connaissant l’humour qui caractérise la corporation des archéologues, je laisse au lecteur le soin d’imaginer nos pérégrinations linguistiques !!!

18 La construction d’un poêle sur lequel seront faites des mesures physiques ainsi que des observations techniques et "archéologiques" sur la résistance des matériaux est en cours à l’Écomusée d’Alsace à Ungersheim.

19 B. Metz note l’apparition du mot kachler en 1496 dans un règlement pour les poêliers de Strasbourg.

20 Article déjà cité note 10.

Auteur

Professeur d’Histoire du Moyen Âge, Université François Rabelais – Tours UMR 6575 "Archéologie et Territoires", CNRS, Tours.

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search