Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

Le poêle : une histoire en images (fin XVe-XVIIe siècle)

Danièle Alexandre-Bidon

Résumé

Peu d’images médiévales mettent en scène un poêle, mais la première des représentations connues est précoce (XIIIe siècle). Le XVIe siècle livre le plus d’images, sans doute parce qu’il est aussi le moment de plus grande expansion de cet élément de confort et de sa découverte ailleurs que dans les pays germaniques. C’est la gravure qui s’avère le mode d’expression privilégié : sur la trentaine que nous avons recensées, deux tiers environ datent du XVIe siècle, le tiers restant étant émis par des artistes du XVIIe siècle. L’enluminure fournit moins de données : trois peintures seulement. Enfin, une source inattendue sert de support à l’image du poêle : ce sont les meubles miniatures, maquettes ou maisons de poupées, type de jeu répandu dans la société aisée du XVIe siècle.

Les images permettent surtout de relever les différentes fonctions des pièces d’habitation où est construit le poêle, de découvrir les installations de bois particulières qui l’encadrent ou lui sont associées (perches, estrades, bancs) et d’observer les activités humaines qui tendent à se développer à sa proximité immédiate. Ce poêle se dresse de manière prédominante dans la pièce à vivre (salle commune d’une demeure privée, d’une taverne, d’une salle de classe). Il est très souvent entouré par une estrade ou un banc de bois, où femmes et enfants s’assoient. Il est souvent placé sur le mur mitoyen entre la salle à vivre et la pièce à dormir. On le voit presque toujours présent dans les salles de bains ou étuves, planchéiées. C’est à côté du poêle que sont accrochés le miroir et la brosse à poux, disposés le lavabo et le linge de toilette, qu’on donne le bain aux bébés. Les images montrent également que c’est à côté du poêle, voire sur le poêle, que le linge est mis à sécher. Le poêle attire les activités artisanales féminines (filage), voire masculines : on trouve même des poêles dans des ateliers. Enfin, on voit souvent une étagère plantée dans le mur, au-dessus de son sommet ; y sont disposées des denrées qui exigent d’être maintenues à la chaleur, comme les vinaigriers.

Texte intégral

  • 1 Journal de voyage en Italie, p. 52.
  • 2 Ibidem, p. 35.

1 Les poêles de terre cuite, comme les cheminées, sont symboles du foyer. Aussi les écrivains comme les artistes du Moyen Âge témoignent-ils de leur présence chaleureuse dans la maison : home, sweet home... On reconnaît en effet au système à feu fermé du poêle trois qualités principales. La première est soulignée par Montaigne, de passage à Augsbourg, lors de son voyage de santé en Italie : "Au moins on ne s’y brusle ny le visaige ny les botes et est on quitte des fumées de France"1. De surcroît, les poêles, ornés de carreaux qui s’imbriquent sur les pots, ont des qualités esthétiques : Montaigne, de passage au château de Trente, ajoute "qu’il n’est rien de plus délicat que leurs poiles qui sont de poteries"2. Ailleurs, il s’émerveille du décor d’un poêle de terre imitant l’airain. Autre qualité reconnue, leur longue durée de vie. On le sait par l’archéologie, en Pologne, ce "meuble" était reconstruit tous les 45 à 55 ans aux XIVe et XVe siècles, tous les trente ans aux XVIe et XVIIe siècles (ZEMIGAIA, 1987, p. 97). Mais autant un bourgeois comme Montaigne apprécie ce meuble de terre cuite, autant un noble, au XVe siècle, peut juger qu’il amollit les mœurs. Ainsi, en 1459, l’auteur du Petit Jean de Saintré peut écrire : "... quant ces chevaliers ou escuiers vont faire leurs armes, et ont prins congié du roy, s’il faict froit, ilz s’en vont à ces poiles d’Allemaigne, se rigollent avecques ces filletes tout l’hyver..." (LA SALE, 1965, p. 255). Ce qui n’empêchait pas les grands princes comme le roi René d’en faire construire dans leurs châteaux...

  • 3 Inventaire de 1498 : n° 1395 et 1397, cité par GAY, STEIN, 1886-1928, p. 245, article "Poêle’

2L’utilisation des poêles débute dès avant le XIe siècle et on les connaît très au-delà des contrées germaniques à partir des XIVe-XVe siècles : des poêles sont mentionnés à Paris, à Douai, en Bourgogne, à Pampailly, à Lyon et, au niveau du luxe princier, chez le duc de Savoie3, ou chez le roi René d’Anjou. Pourtant, l’iconographie médiévale n’en porte témoignage que pour l’Europe de l’Est : en Allemagne à partir du XIIIe siècle, occasionnellement, puis de manière très courante dès la première moitié du XVIe siècle, qui semble marquer une période de forte diffusion de cet élément du confort domestique, dessiné jusque dans des demeures rurales (bien qu’exceptionnellement, même encore à cette date). Entre le XVIe et le XVIIe siècle, dans les régions exposées aux grands froids, comme la Pologne, même les demeures rurales se dotent d’une pièce à poêle (LIBISZOWSKA, 1987, p. 51).

3Quelle que soit la période, le domaine germanique reste donc prédominant ; en France, même au XVIIe siècle, on le prend encore pour modèle. Ainsi, en 1690, Furetière tient à préciser, admiratif, que "il y a des princes, en Allemagne qui ont des poesles de 50 000 escus" et encore en 1771, le dictionnaire de Trévoux donne pour définition au mot poêle : "Se dit quelquefois de la chambre toute entière où il y a un poêle pour l’échauffer... Dans toutes les auberges d’Allemagne, on voit des chambres appelées poêles" (GAY, STEIN, 1886-1928, p. 245). Cette référence permanente au poêle allemand ne se fait pas sans raisons. D’une part, le poêle est d’usage véritablement commun en milieu seigneurial et un château en comporte en général plus d’un : à titre comparatif, le château de Boleslawiec, en Grande Pologne, en a possédé pas moins de quarante-six entre la seconde moitié du XIVe siècle et la fin du XVIIe siècle... (ZEIMIGAIA, 1987, p. 94). Il y avait de quoi frapper d’admiration les voyageurs. Le poêle est un instrument de confort performant : auteurs et artistes en parlent ou l’illustrent aussi pour cette raison.

4 D’autre part, souvent, ce sont des artisans allemands qui, en France, ont construit ces systèmes de chauffage, tant dans le cas des moniales de Cluny en 1323 (GAY, STEIN, 1886-1928, p. 245) que dans les martinets de Jacques Cœur ou chez le roi René au XVe siècle : ce dernier lui-même fait appel à un spécialiste à l’évidence germanique, "Jacques Desabern, allemant, faiseur de pasles (...) pour achat de plomb et boys pour faire carreaulx et potz de terre" et "pour plomber carreaulx et potz de terre" (ARNAUD D’AGNEL, 1908, p. 295, n° 4564 ; p. 301, n° 4614) dont on fabriquera les poêles à l’allemande de ses résidences, telle celle d’Angers (ARNAUD D’AGNEL, 1908, n° 2). À Pampailly, le poêle est mentionné par le procureur Dauvet, qui procède à l’inventaire des biens de Jacques Cœur : est décrite une chambre "dessus le peele" et une autre "basse dessoubz le peele". Un poêle jouxte la cuisine à Cosne. Le poêle de Pampailly répond peut-être à une demande "étrangère" au pays : il existait sur place des mineurs ou maîtres de forge allemands ; ou à une demande technique : les poêles sont bâtis dans les ateliers humides où l’on met à sécher des canevas dans le De Re Metallica d’Agricola.

Les images

5Tout ceci explique la raison pour laquelle l’iconographie du poêle est presque exclusivement allemande et d’époque moderne. En règle générale, l’iconographie ne sait pas rendre compte des innovations techniques, qu’elles soient artisanales, mobilières ou agricoles. Il faut attendre que l’outil ou l’objet soient déjà bien connus et surtout diffusés pour que les artistes l’adoptent. De surcroît, ces derniers cherchent avant tout un effet représentatif aux objets dont ils meublent leurs images. Dans les pays germaniques, les enlumineurs figurent le poêle dès le XIIIe siècle : celui-ci est déjà chez eux un élément caractéristique de la maison aisée. Les artistes modifient donc les stéréotypes habituels, qu’ils copient sur des cahiers de modèles, et remplacent la cheminée par le poêle. Au XIIIe siècle, on trouve, à l’identique, en France et en Allemagne, les mêmes images de calendriers des mois d’hiver, dans le Psautier d’Hildersheim (Paris, BNF, Ms NAL 3102) et dans le Martyrologe de Saint-Germain-des-Prés. Mais très vite, en Allemagne, comme dans le Psautier de Würzburg (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, ms Lat 3900), vers 1250, la plus ancienne représentation de poêle actuellement connue (fig. 1 : publiée dans HASSE, 1979, p. 50), c’est un poêle à la chaleur duquel l’habitant se réchauffe les pieds, alors qu’en France, c’est la cheminée qui demeure seule figurée, comme dans le Martyrologe d’Usuard, vers 1270, parce que dans la réalité des faits c’est la cheminée qui, en France, est caractéristique du foyer, non le poêle. Aussi ne le représente-t-on pas. L’iconographie est toujours en retard sur la réalité. En France, ce sont les écrivains qui, les premiers, et au XVe siècle seulement, parlent du poêle, non les artistes.

  • 4 L’image est publiée en couverture de La Poterie de poêle de la France de l’Est (BURNOUF, 1985).

6Il n’existe pas d’images médiévales allemandes, à ma connaissance, qui mettent en scène un poêle avant le XIIIe siècle. Le poêle, d’après les quelques fresques ou enluminures connues des XIIIe et XIVe siècles, est présent dans la cuisine et la chambre des dames (fresque de la maison Keller, à Munich). Au XIVe siècle, le poêle n’était alors qu’une forme de cheminée basse, qu’il fallait charger à la pelle d’un côté, et dont le corps monté en pots de terre s’élevait en hauteur. Le "chauffeur", assis face à la gueule du poêle, comme on le voit dans une fresque de la maison Kunkel de Constance datée de 1319-1320, devait, comme pour une cheminée, se protéger le visage du rayonnement4. Il en existe aussi des représentations de type pictographique : ce sont, par exemple, les armes parlantes de la famille Stubenwind, vers 1340, dont le dessin montre une construction en deux étages avec un corps cylindrique surmonté d’une coupole (NEKUDA, 1985, p. 110). L’une de ces structures est visible sur un heaume armorié, qu’elle surmonte, démontrant à quel point le poêle a dû, à l’origine, caractériser le mobilier seigneurial. Ensuite, le poêle a séduit les artistes par le caractère performant de sa technologie, comme ce fut le cas antérieurement du moulin ou de l’écluse, de même qu’il a séduit les utilisateurs par son caractère confortable.

7Les poêles n’apparaissent en général jamais démontés. Cependant, quelques gravures tant du XVIe que du XVIIe siècle fournissent un autre type d’information, portant sur les carreaux de poêle isolés et sur leur production : ce sont des illustrations du métier de potier qui sont l’occasion de figurer des moules à carreaux ou des carreaux quadrangulaires ; deux grands types de carreaux sont représentés : soit des modèles géométriques simples (à motif central annulaire, en pointe de diamant, ou en motif de petits losanges) toujours associés à une forme carrée, soit un motif historié associé à une forme rectangulaire figurant un personnage du type Saint Georges et le dragon (Paris, BNF, Imprimés, Rés. R. 1438, emblème XV). Quatre images font référence à la fabrication des carreaux, toutes figurant un potier au travail à son tour :

  • une illustration extraite des Panoplia de Jost Amman, publiée à Francfort (1568) ;
  • une gravure allemande du XVIe siècle, d’Albrecht Schmidt ;
  • une illustration extraite de l’ouvrage emblématique de Michael Maier, gravée par Mathieu Mérian d’après J. T. de Bry, en 1618 (MAIER, 1618) ;
  • un livre de lecture allemand pour enfants, de Jan Amos Komensky, dit Comenius, intitulé Orbis sensualium pictus (COMENIUS, 1658).

Fig. 1. Homme assis devant un poêle. Représentation des mois de janvier et février. Psautier de Würzburg, vers 1250, Bibliothèque de l’État de Bavière, Lat. 3900, fol. Iv.

Fig. 1. Homme assis devant un poêle. Représentation des mois de janvier et février. Psautier de Würzburg, vers 1250, Bibliothèque de l’État de Bavière, Lat. 3900, fol. Iv.

8C’est en effet chez les potiers de terre que, dans les gravures anciennes, l’on voit exposés les carreaux de poêle, conjointement avec d’autres types de pots, terrines, tirelires, jattes, albarelles et pots à cuire. Ces images, toutes en provenance des pays germaniques, tendent à démontrer que le métier de poêlier n’était pas obligatoirement une branche spécialisée et séparée de celui de potier, et que ce dernier pouvait pratiquer, comme on le voit sur les images, à la fois le tournage des vases et le moulage des carreaux. Un plat haban orné de dessins de poêles (PAJER, 1990), daté du XVIIe siècle, confirme à sa façon la relation étroite, voire l’identité, qui semble avoir existé entre potier et poêlier.

Origine des images

9La majorité des images qui le figurent est germanique ; six illustrations proviennent de Suisse. La majorité date des Temps modernes : les XVIe et XVIIe siècles. Les cinq dernières années du XVe siècle et le XVIe siècle sont la période qui livre le plus d’images, sans doute parce que c’est aussi le moment de plus grande expansion de ce nouvel élément de confort et de sa découverte ailleurs que dans les pays germaniques.

Fig. 2. Gut Nuczlich Lere und Underweysung (Instructions et enseignements les plus utiles). Augsbourg, Johann Bämler, 24 mars 1476.

Fig. 2. Gut Nuczlich Lere und Underweysung (Instructions et enseignements les plus utiles). Augsbourg, Johann Bämler, 24 mars 1476.
  • 5 Deux spécimens sont conservés au Musée de l’Œuvre Notre-Dame, à Strasbourg.

10C’est la gravure qui s’avère le mode d’expression privilégié, au XVIe siècle, de l’image du poêle. En effet, le poêle est un mobilier caractéristique des régions est de la France et de l’Europe, contrées où cette forme d’art s’est particulièrement développée. Sur la quarantaine de gravures recensées par nos soins qui figurent le poêle, les deux tiers environ sont datés du XVIe siècle, souvent d’une année précise, et le tiers restant est émis par des artistes du XVIIe siècle. L’enluminure fournit moins de données : trois peintures seulement. Enfin, une source inattendue sert de support à l’image du poêle : ce sont les jouets d’enfants, meubles miniatures de maisons de poupées, type de jeu répandu dans la société aisée du XVIe siècle, ou les maquettes5. Reproduits à l’identique en miniature, ils sont de précieux témoignages – complets – de ce meuble.

Fig. 3. Chaleur et vinaigre. Jean de Cuba, Jardin de Santé, 1493, Lyon, BM Partdieu, Inc. 1023.

Fig. 3. Chaleur et vinaigre. Jean de Cuba, Jardin de Santé, 1493, Lyon, BM Partdieu, Inc. 1023.

Fig. 4. Repas paysan. Maître de Pétrarque, première moitié du XVIe siècle.

Fig. 4. Repas paysan. Maître de Pétrarque, première moitié du XVIe siècle.

Nature des images

11Examinons les différentes images, avant de nous interroger sur ce qu’elles nous enseignent.

12XVe siècle :

13– Une scène familiale autour du poêle, symbole du foyer, illustre un traité d’économie domestique : les "Enseignements et instructions très utiles" ("Gut nuczlich lere und underweysung"), publiés à Augsbourg, par Johann Bämler, le 24 mars 1476 (fig. 2).

14– Le même modèle iconographique est employé en 1488 en Suisse, à Munich, dans un "Haushalter" du Pseudo-Bernard, imprimé par Benedict Buchpinder.

15– Une illustration du Jardin de Santé de Jean de Cuba, imprimé en 1493 : un homme tire du vin au tonneau (publiée dans BESTEMAN, HEIDINGA, 1975) (fig. 3).

16– Un poêle placé à côté de la porte orne la salle de classe d’un livret éducatif de Geiler de Kaysersberg (pl. XXVI).

17– Une gravure de Durer, figurant une dispute conjugale.

18– Le rêve du lettré, vu par Durer, après 1497.

19– Une gravure de Durer, datée de 1496, figurant une étuve publique non mixte.

20– Une gravure de Durer figurant le bain de Bethsabée.

21XVIe siècle :

22– Le repas du paysan vu par Durer et par le Maître de Pétrarque (publié dans PIANZOLA, 1992, p. 35) (fig. 4).

23– Une scène familiale figurant les jeux des enfants, dans un manuscrit astrologique allemand du premier tiers du XVIe siècle (Paris, BNF, ms allemand 113 f° 33 v°) (cahier couleur, pl. 1).

24– Un personnage réel, Matthaus Schwartz, posant dans son appartement d’Augsbourg, vers 1530 (Paris, BNF, ms allemand 211 f° 55).

25– Le même personnage, vers 1529, possédait un traîneau qu’il avait fait peindre d’une scène intimiste : un couple assis auprès d’un poêle (Paris, BNF, ms allemand 211 f° 31).

26– Une scène calendaire intimiste figurant les mois d’hiver, gravure anonyme de 1584 (publiée dans The Illustrated Bartsch, vol. 23, p. 313).

27– Une vignette calendaire figurant le mois de janvier dans une gravure éditée par C. Froschauer en 1563, où un dîneur isolé mange, assis dos au poêle (publié dans PRÉAUD, 1996, p. 24-25).

28– La chambre des dames, dans une version contemporanéisée d’histoire perse antique, gravée par Jakob Kallenberg (publiée dans HOLLSTEIN, German engravings).

29– Une scène de taverne, plus animée, gravée en 1524 par Hans Sebald Beham, figurant la veillée aux quenouilles, et mettant en scène tout un petit peuple de bons vivants dans la salle commune de ce qui doit être une auberge : bagarres, fessée, danses, cornemuse, boisson, rapports sexuels plus ou moins consentis sous la chaleur du poêle (publiée dans German Single Leaf).

Fig. 5. Le fabricant de mortier. AGRICOLA, De Re Metallica, livre VIII.

Fig. 5. Le fabricant de mortier. AGRICOLA, De Re Metallica, livre VIII.

30– Une scène de taverne, par Erhard Schoen, 1531 (publiée dans The Illustrated Bartsch, vol. 13, p. 377), illustrant une "complainte de sept hommes au sujet de leurs épouses".

31– Une scène d’étuves coquine, gravée successivement par Barthel Beham (Louvre, cabinet Rothschild) et par Hans Sebald Beham (publiée dans The Illustrated Bartsch, vol. 15).

32– Une scène d’étuve mixte, de Hans Beham, chauffée par un poêle (publiée dans The Illustrated Bartsch, vol 15, p. 209).

33– Une étuve du début du XVIe siècle.

34– Une copie du bain des dames de Durer, par Hans Springinklee, 1518 (cf. fig. 7).

35– Une pièce servant d’étuve privative, dans une gravure de Albrecht Schmid, gravée à Nuremberg (vers 1550 ?).

36– Deux scènes d’ateliers de blanchiment de la pierre à chaux, pour faire le mortier, dans le livre VIII du De Re Metallica d’Agricola, en 1566 (publié dans AGRICOLA, 1950, p. 315-317) (fig. 5).

37– Une scène d’atelier d’orfèvre, le fabricant de fermaux, dans un recueil de métiers gravé par Jost Amman, les Panoplia, en 1568.

38XVIIe siècle :

39– Un bassin de faïence figurant sept types différents de poêles, découvert dans un dépotoir de potier haban, ayant vraisemblablement servi d’enseigne à un poêlier (publié dans PAJER, 1990).

40– Le benedicite, dans une famille aisée, illustrant un livre de contenances de table, gravure d’Abraham Bach (publiée dans German Single Leaf, vol. 1, p. 51).

41– Une chambre à coucher, dans le livre de lecture allemand pour enfant, daté de 1658 et intitulé Orbis sensualium pictus.

42– Une gravure de Lorentz Schultes figurant "Personne", personnage imaginaire de l’enfance, qui est accusé de tout casser dans la maison lorsque les parents sont absents. Quand les parents demandent aux enfants qui a fait la bêtise, ils répondent : "c’est personne" ! (publiée dans German Single Leaf, p. 571).

43– Des enfants sont cachés dans le poêle dans une chronique de Georg Kress, datée de 1618-1619, figurant les événements politiques et militaires qui se déroulaient alors en Hongrie et mettant manifestement en cause les catholiques se cachant de leurs adversaires (publiée dans German Single Leaf, vol. 1, p. 347).

44– Dans une illustration d’une "Proclamation des droits de la femme et règles de comportement pour les hommes", gravure anonyme qui fait figure de monde à l’envers, où les hommes balayent, étendent le linge, nettoient la robe de la dame, et où les femmes tiennent le couteau à table et fessent leur époux derrière le poêle... (publiée dans German Single Leaf, vol. 2, p. 798).

45– Dans une illustration d’un texte du même genre intitulé "Recettes pour la contrition conjugale", où alternativement l’époux fesse l’épouse et l’épouse son mari, pendant que des couples se lutinent derrière le four (publiée dans German Single Leaf, vol. 1, p. 61).

46– Encore dans une gravure anonyme figurant une scène familiale où l’époux punit la femme sous le regard curieux des enfants, accompagnant de manière suggestive un texte intitulé "Le pouvoir de l’homme" (publiée dans German Single Leaf, vol. 2, p. 796).

47– Une double scène d’école, gravée par des émules d’Albrecht Schmidt, chaque classe (filles et garçons étant séparés) disposant d’un poêle (publiée dans German Single Leaf p. 506).

48– Un poêle est dressé chez un barbier dans l’Orbis pictus (Paris, BNF, Imprimés, Rés. X 1857, p. 148 et 154).

49– Un potier travaille dans son atelier, doté d’un poêle (Orbis pictus sensualium, édition de 1679) (fig. 6).

Fig. 6. Le potier.

Fig. 6. Le potier.

Apport des images

Les types de poêle

50En général, les images figurent les poêles les plus classiques, montés sur un soubassement maçonné ou sur pieds, de section circulaire ou carrée, à pots et à carreaux, notamment historiés ou à niche, selon la date. Mais elles mettent aussi en situation les pots et carreaux de poêle d’une structure inhabituelle, et vouée à une fonction et une localisation particulières : dans quatre cas, toujours localisés dans une étuve – dont une est installée dans une demeure privée et trois autres semblent publiques, car elles veulent figurer les métiers de propriétaire d’étuves ou des soins de santé – on voit apparaître des poêles à chauffer non seulement l’atmosphère mais aussi l’eau de la toilette, voire à faire sauna.

51Ils prennent deux formes : dans une gravure de Hans Springinklee (École de Dürer), gravée en 1518 d’après une œuvre de Durer exécutée en 1496, le poêle est installé dans une alcôve maçonnée, semble-t-il en briques (fig. 7) ; il prend la forme d’une sorte de potager rectangulaire, avec dans la paroi verticale un évidement en forme de niche où est encastré un pot de fer à robinets, qui conserve l’eau au chaud. Des pierres, qu’on arrose sans doute pour faire sauna, sont mises à chauffer sur le poêle.

52Le deuxième type est cylindrique ou semi-cylindrique. Il a la forme d’une cuve. La partie basse fait vraisemblablement fonction de réchaud, la partie supérieure semble être un bassin empli d’eau chaude où l’on peut puiser à l’aise ou dont on peut se servir comme d’un lavabo. On observe ce système dans deux gravures de Jost Amman, l’une extraite d’un recueil de métiers, intitulé Panoplie, l’autre d’un Opus Chirurgicum de Paracelse, en 1565 (publié dans Pro Medico, Paris, 1925, 1, p. 18) (fig. 8). Un type intermédiaire, semble-t-il, est le poêle rectangulaire dont la partie supérieure peut faire cuve : dans la gravure d’Albrecht Schmidt, cette cuve est fermée par un couvercle.

53Ces poêles d’un type particulier sont en relation avec les professionnels de l’hygiène et de la santé : les thèmes sont le sauna (un cas), les ventouses (pour deux cas) et les images illustrent expressément un métier dans deux cas sur quatre.

Les fonctions des pièces à poêle

54Éliminons tout d’abord les éléments qui parasitent les images, à savoir les symboles. Ils sont transparents. Le poêle est le symbole par excellence de la chaleur du foyer dans le domaine allemand. Par extension, il symbolise la chaleur sexuelle, homo ou hétérosexuelle, transcrite iconographiquement dans sept cas sur trente-sept.

55Il symbolise le centre du foyer familial dans seize cas sur trente-sept. Les événements de la vie du couple sont associés à la présence du poêle dans onze cas. Des petits enfants sont associés au poêle dans dix-neuf cas sur trente-sept : c’est là une observation ethnographique, non pas seulement un symbole, d’ailleurs confirmée par les sources écrites ; en 1455, Gilles le Bouvier pouvait écrire à propos des poêles, dans son Armoriai de France : "Pour le froit qui fait és Alemaignes l’iver, [les Bavarois] y tiennent leurs femmes et leurs enfants" (GAY, STEIN, 1886- 1928, p. 738, article "Fourneau").

Fig. 7. Le bain des femmes. Hans Springinklee, vers 1518 (sur un dessin de Durer).

Fig. 7. Le bain des femmes. Hans Springinklee, vers 1518 (sur un dessin de Durer).

56Certaines images ne sont qu’informatives : elles veulent illustrer les activités professionnelles. C’est en partie le cas des étuves, qui représentent huit cas. Les métiers autres que ceux de l’hygiène sont présents dans six cas : ce sont l’école, la poterie, la fabrication du mortier de chaux.

Les fonctions domestiques (cf. fig. 1 à 4)

57Les images permettent surtout d’une part de relever les différentes fonctions des pièces d’habitations où est construit le poêle, d’autre part de découvrir les installations qui lui sont associées. On en a déjà une idée par les sources écrites : ainsi, en France, chez le duc de Savoie, on installe un "banc-tournis" à proximité immédiate : "Au poyle, un banc tournoys à quatre sièges..." (GAY, STEIN, 1886-1928, p. 245, article "Poêle"). Dans les pays germaniques, on observe des installations de bois qui s’organisent autour du poêle : ce sont des perches ou des estrades et bancs de bois qui l’entourent en épousant étroitement sa forme.

58– Les pièces : le poêle est en général présent dans la pièce commune, qu’il s’agisse d’une demeure privée ou d’une auberge. La salle à manger en comporte souvent un. On le trouve aussi systématiquement dans les écoles et dans les étuves. Il chauffe souvent deux pièces à la fois, la salle commune et une chambre : il est alors construit sur le mur mitoyen. On observe le double souci de chauffer les chambres, la salle du repas, et les lieux de l’hygiène, qu’il s’agisse du lavabo, souvent installé dans la salle commune où l’on prend les repas, ou des pièces spécialisées où se prennent les étuves.

Fig. 8. Paracelse, Opus Chirurgicum. Gravure sur bois de Jost Amann, 1565.

Fig. 8. Paracelse, Opus Chirurgicum. Gravure sur bois de Jost Amann, 1565.

59– Par ailleurs, il conditionne les activités qui se déroulent à sa proximité immédiate. En général, c’est devant le poêle qu’on baigne les tout-petits et qu’on installe les enfants au berceau. C’est au sommet du poêle, près du plafond, qu’on installe les enfants pour les tenir le plus au chaud possible dans les contrées au climat rigoureux, comme on le voit, avec un exemple de poêle circassien, en 1718, dans une relation de voyage à Moscou, les Voyages de Corneille le Brun par la Moscovie, en Perse & aux Indes Orientales, publiée à Amsterdam par les frères Wetstein (Paris, BNF, Imprimés, Rés. fol. O 3 53 1, p. 67, tome 1). C’est derrière le poêle que les enfants se cachent, s’ils ont fait des bêtises. Si le poêle est éteint, c’est dans le poêle qu’on les cache en cas de troubles. Enfin, les salles de classe sont presque systématiquement figurées meublées d’un poêle.

60– Si l’on excepte les scènes d’étuve, le poêle est associé aux lieux de la toilette dans la demeure : un lavabo est installé à proximité immédiate du poêle dans deux cas, et un pot ou un baquet d’eau est mis à chauffer contre le poêle dans cinq cas (fig. 9). La perche à laquelle est accroché le linge de toilette jouxte le poêle dans huit cas. Un neuvième cas, dans un atelier, lui associe une perche pour faire sécher des canevas. Les autres accessoires de la toilette, miroir ou brosse à cheveux, sont accrochés au mur, jouxtant le poêle, dans deux cas.

61– Enfin, le poêle attire le stockage de denrées conservées dans des vases, disposés soit sur le sommet du poêle, soit sur une étagère qui le surmonte. Des pots sont donc rangés entre le haut du poêle et le plafond dans cinq cas. Ils sont parfois munis d’un goulot tubulaire latéral ce qui démontre qu’ils contiennent un liquide. Dans une enluminure en couleur, deux fiasques de verre sont stockées sur une étagère haute à côté d’un poêle. Elles contiennent l’une un liquide jaunâtre, l’autre un liquide rouge. La lecture des livres de simples médecines incline à penser qu’il s’agit de vinaigre, dont les savants médiévaux disent qu’il faut le conserver à la chaleur et en hauteur. Dans un cas, enfin, un tonneau (de vin ? de vinaigre ?) est rangé tout contre le poêle.

Fonctions professionnelles (cf. fig. 5 et 6)

62– Le poêle attire les activités féminines : le filage à la quenouille lui est associé à quatre reprises.

63– Les hommes, dans les images, paraissent toujours plus inactifs. Aussi leur activité principale, liée au poêle, est-elle le repos ! Dans deux cas, des hommes sommeillent, assis sur ou contre le poêle, la tête sur un oreiller ; ils mangent et boivent, seuls, dans trois cas, installés latéralement ou dos au poêle. Ils travaillent à leurs comptes dans deux cas. Le poêle attire naturellement les activités statiques.

Fig. 9. Jost Amann, série des Métiers, Paris BNF Rés. Impr. p. Yc 1155 fol. I 3 r°.

Fig. 9. Jost Amann, série des Métiers, Paris BNF Rés. Impr. p. Yc 1155 fol. I 3 r°.

64– Certaines activités masculines d’ordre professionnel exigent un poêle ; outre l’étuve, il s’agit de la céramique (fig. 6), où le poêle sert à sécher les vases, et du séchage de canevas. On trouve le poêle installé sans doute pour le confort des artisans, qui travaillent assis et dans une relative immobilité, comme les fabricants de fermaux, ou ceux qui œuvrent au contraire en milieu humide, comme les fabricants de mortier (fig. 5) (publié dans BRUIJN, 1963, fig. 17).

Le mobilier associé (fig. 9 et 10)

65Par ailleurs, au poêle sont associées des structures en bois. Un cadre peut être installé à hauteur du plafond, sans doute destiné à accrocher des tentures pour former une petite pièce chaude autour du poêle, ainsi qu’on le voit dans un livre d’astrologie allemand (Paris, BNF, ms allemand 113) (cahier couleur, pl. 1). Le poêle est très souvent entouré par une estrade ou un banc de bois, où femmes et enfants s’assoient, à moins que des tabourets ne soient poussés contre sa paroi. Les étuves et salles de bains qui comportent un poêle sont le plus souvent intégralement planchéiées. Il en va de même des salles à vivre où l’on observe un poêle dans les images. Le sol de l’atelier de potier est planchéié seulement dans la partie où est situé le poêle. La paroi du mur perpendiculaire au poêle est quelquefois plaquée de bois.

66– Des perches de bois sont associées au poêle, le jouxtant ou le surmontant, dans dix cas. Elles servent à sécher le linge ou à accrocher le linge de toilette. Des étagères de bois sont associées au poêle dans six cas. Elles sont disposées juste au-dessus du sommet du poêle. Peut-être y en avait-il beaucoup d’autres : nombre d’images ne permettent pas d’apercevoir la partie supérieure du poêle et sa relation au plafond.

67– Un banc de bois longe le mur perpendiculaire au poêle ou l’encadre dans quinze cas. Dans deux cas – des pièces d’étuve – il est remplacé par une banquette maçonnée.

68– Des sièges, tabourets de bois ou, au XVIIIe siècle, des chaises, sont posés devant le poêle dans six autres cas. Dans un cas, on observe à la fois la banquette et des chaises. À défaut, on se tient debout, dos au poêle et robe retroussée, homme ou femme, pour se chauffer les fesses. Cette posture de confort devient une punition dans les scènes d’école : c’est semble-t-il là que l’on mettait au coin les mauvais élèves. Une seule image ne suffit pas à l’affirmer. Mais il est curieux de constater qu’à la fin du XIXe siècle encore, dans les pays nordiques, tel était le cas : une aquarelle de Carl Larsson intitulée "La Punition" en porte témoignage (LARSSON, 1994, p. 55).

Un rôle éducatif ?

69En effet, ce type inattendu de punition a une raison d’être : sans doute pour contrebalancer son caractère incitatif à l’oisiveté, le poêle devient très tôt le support d’une pédagogie morale par l’image perceptible dès le XIVe siècle, en réalité dès que les pots sont masqués par des carreaux historiés. Deux raisons à cela : le poêle constitue une surface utile, apte à recevoir un décor préfabriqué. Élément de confort, il est très fréquenté. Sa chaleur entraîne d’ailleurs un éventail de motifs adaptés.

70Les poêles des enfants punis présentent plusieurs motifs. On les devine à peine sur celui de la classe des filles, où l’on aperçoit surtout l’emblème héraldique au cygne, et des masques souriants. Le poêle des garçons (fig. 11) supporte une iconographie plus diversifiée. Mais l’artiste a transformé les motifs en pictogrammes à peine reconnaissables. On devine pourtant un calendrier, avec les scènes des paysans aux champs, notamment le faucheur, et peut-être l’esquisse d’un cheval, qui symbolise, avec son jeune cavalier, le mois de mai.

71On trouverait plus de justificatifs à cet usage pédagogique dans les carreaux de poêles archéologiques.

72– Ainsi, en Pologne, dans les années 1350-1400 et jusqu’en 1500, c’est l’image d’Adam et Ève debout de part et d’autre de l’arbre de la connaissance et sur le point de succomber à la tentation. C’est là l’image morale par excellence, le rappel du péché originel.

Fig. 10. La maison de bains. Nüremberg, Albrecht Schmid, vers 1500.

Fig. 10. La maison de bains. Nüremberg, Albrecht Schmid, vers 1500.

Fig. 11. L’école de garçons. Successeurs d’Albrecht Schmid.

Fig. 11. L’école de garçons. Successeurs d’Albrecht Schmid.

73– En milieu aristocratique, à la fin du Moyen ge, les modèles de noblesse sont légion : jeune homme au faucon, au début du XVIe siècle (ZEMIGAIA, 1987, p. 72), cavaliers chassant ou galopant à l’assaut (ZEMIGAIA, 1987, p. 72 ; NOVACEK, 1989, p. 300), heaume sommé proverbialement d’une autruche, un fer à cheval dans le bec (GEREVITCH, 1971, pl. LXXVII, LIX). Or les proverbes sont communément employés dans l’éducation morale des enfants (ALEXANDRE-BIDON, 1993, p. 24-43).

74– Ce sont aussi et surtout des modèles à la fois nobles et religieux qui ornent les carreaux : Samson combattant le lion (GEREVITCH, 1971, pl. LX), Saint Martin partageant son manteau et couvrant le pauvre, démuni et frigorifié (NOVACEK, 1989, p. 299), et surtout Saint Georges, chevalier qui a courageusement affronté la chaleur maléfique du dragon, motif très présent dans les pays de l’Est (ZEMIGAIA, 1987, p. 72 ; TOTHOVA, 1978, p. 399 ; NOVACEK, 1989, p. 299).

  • 6 Publié en couverture (dos) du livre de Z. Smetanka, Hle dání Zmizelého Veku, éd. Kolumbus, 1987.

75On trouve aussi des leçons de morale et la figuration des comportements à ne pas suivre : la querelle sanglante des joueurs de dés et de trictrac enseigne aux jeunes à ne pas succomber au démon du jeu ou, si l’on joue, à ne pas s’énerver, et à se méfier de la boisson : une chope de grès gît, renversée au pied du tablier de jeu6.

  • 7 Peinture anonyme, publiée dans Histoire de la table, Flammarion, 1994, p. 92, n° 128.

76Si les poêles polonais perdent de leur caractère moralisateur à partir des années 1550-1600, au profit de motifs strictement décoratifs, en revanche les mêmes valeurs morales s’affichent, au XVIIe siècle, sur les poêles germaniques. Sur celui du gouverneur de province Hans Bodmer, représenté à table avec sa famille, en Suisse, en 1643, dans la salle à manger du château de Greifenzee, deux séries de motifs ornent ce meuble : le premier, sur la colonne supérieure du poêle, est constitué des quatre saisons, froides et chaudes. Le second, ornant le corps principal de l’objet, porte des emblèmes moraux, si à la mode aux XVIe et XVIIe siècles : Spes, Ades, etc.7. Les fouilles archéologiques alsaciennes confirment ces motifs, soit religieux, comme au Grand Geroldseck, soit allégoriques, comme à Hohenfels, dans le Bas-Rhin, où l’on rencontre aussi, semble-t-il, le motif du dragon (BURNOUF, 1985).

77– Encore à la fin du XIXe siècle, les poêles, devant lesquels sont installés les enfants punis, présentent des motifs allégoriques et moralisateurs : celui du Suédois Carl Larsson figure, entre autres, le cœur percé et sanglant du Christ (LARSSON, 1994, p. 55).

78On comprend donc pourquoi au XVIe siècle les écoliers punis sont mis au coin devant le poêle. Les enfants d’autrefois auraient sans doute pleinement apprécié cette situation, enviable par temps froid, s’ils n’avaient sans doute été obligés de contempler les images morales censées les corriger de leurs défauts, ce qui constitue une pratique pédagogique ancienne, remontant au moins aux temps carolingiens.

79Le choix de tels motifs semble avoir répondu à deux motivations : d’une part l’éducation morale des enfants et l’édification des adultes, d’autre part – et c’est la finalité même du poêle – le simple souci ornemental, au demeurant basé sur une association d’idée, celle de la chaleur : chaleur émise par le dragon, chaleur – ou froidure – des quatre saisons ; il n’est pas jusqu’aux figurations d’Adam et Eve, nus autour de l’arbre de la connaissance et sur le point de pécher, motif fréquent dans les pays de l’Est (ZEMIGAIA, 1987, p. 72 et 73 ; TOTHOVA, 1978, p. 399), qui ne coïncident avec ce double souci des possesseurs de poêles, avoir chaud, et éduquer : l’exemple moral de nos premiers ancêtres qui, ayant péché, ont dû subir parmi les punitions divines la soumission au froid et l’obligation de se vêtir...

Fig. 12. Le décor aux apôtres (?). Heinrich Aldegrever (1502-1561), Le rêve de Jacob, 1532.

Fig. 12. Le décor aux apôtres (?). Heinrich Aldegrever (1502-1561), Le rêve de Jacob, 1532.

80Pour conclure, l’apport principal des images, dont le corpus est encore limité, est de permettre d’une part de relever sur le mode de l’anthropologie les différentes fonctions des pièces d’habitation où sont construits les poêles, d’autre part et surtout de découvrir les nombreuses et systématiques installations de bois qui l’encadrent et lui sont associées, et que l’archéologie ne permet pas de déceler. On observe enfin quelles activités domestiques se déroulaient à sa proximité immédiate, attirées par sa chaleur : le filage, le séchage du linge, la toilette et la conservation de certaines denrées alimentaires en font partie. C’est peu. Mais ce n’est pas inutile à l’archéologie.

Bibliographie

Bibliographie

Agricola G., 1950, De Re Metallica, New York, éd. H. C. et L.H. Hoover.

Alexandre-Bidon D., 1993, "Quand les maîtres parlaient par proverbes...", Cahiers du CRISIMA, 1, Montpellier, Université de Montpellier, p. 24-43.

Amman J., 1568, De Omnibus Illiberalibus sive mechanichus artibus, Paris, BNF, Imprimés, Rés. des livres rares et précieux, V 3195 et Yc 1155.

Armaingaud A., 1928, Montaigne M. de, Journal de voyage en Italie, Paris, L. Conard, études, commentaires et notes de A. Armaingaud.

Arnaud D’agnel G., 1908, Les Comptes du Roi René, Paris, éd. Alphonse Picard.

Besteman J. G, Heiginga H.A., 1975, "Het Klooster Galilea minor bij Monnickendam : een Historisch en Archeologisch Onderzoek", Höllandse Studiën, 8, p. 1-130.

Borer A., Bon C, 1994, L’Oeuvre gravé de Albrecht Dürer, Introduction d’A. Borer, Notes et légendes d’A. Borer et C. Bon, Paris, Bookking International.

Braunstein P., 1993, Un Banquier mis à nu, Paris, Gallimard, Coll. Albums découverte (fac-similé partiel du Livre des Costumes).

Bruijn A, 1963, "Die mittelalterliche keramiche Industrie in Südlimburg", Berichten van de ROB, 12- 13, p. 357-459.

Burnouf J. dir., 1985, La poterie de poêle de la France de l’Est, Direction des Antiquités Historiques d’Alsace (Cahier du Groupe d’Archéologie Médiévale d’Alsace, 3).

Comenius, 1658, Orbis Sensualium Pictus, Nuremberg, Paris, BNF, Imprimés, Rés. X 1857.

Dacheux L., 1882, Les plus anciens écrits de Geiler de Kaysersberg, Colmar.

Gay V., Stein H., 1886-1928, Glossaire archéologique du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris.

Gerevitch L., 1971, The Art of Buda and Pest in the Middle Ages, Budapest, Akademiai Kiado.

Hasse M., 1979, "Neues Hausgerät, neue Hauser, neue Kleider : eine Betrachtung der städtischen Kultur im 13. und 14. Jahrhundert sowie ein Katalog der metallenen Hausgeräte", Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, 7, p. 7-83.

Illustrated Bartsch (the), 1977 = German Single Leaf Woodcuts 1600-1700 : a Picturial Catalogue, Allexander D., Strauss W.-L. ed., New York, Abaris Books.

Illustrated Bartsch (the), 1978 = Early German Masters : Barthel Beham. Hans Sebald Beham, Kock R.A. ed., vol. 15 (8, part 2), New York, Abaris Books.

Illustrated Bartsch (the), 1980 = Eartly German Artists, Hutchinson J.C. ed., vol. 8 (6, part 1), New York, Abaris Books.

Illustrated Bartsch (the), 1981 = Hans Baidung Grien, Hans Springinklee, Lucas van Leyden, Woodcuts, Marrow J., Strauss W.L., Jacobowitz E.S., Stepanek S.L. ed., vol. 12 (7, part 3), New York, Abaris Books.

Illustrated Bartsch (the), 1987 = German Single Leaf Woodcuts before 1500 : Anonymous Artists, Field R.S. ed., vol. 161, New York, Abaris Books.

Larsson C, 1994, Aquarelles, Bibliothèque des Images, p. 55.

La Sale (A. de), 1965, Jehan de Saintré, éd. J. Misrahi et C. A. Knudson, Droz, TLF.

Libiszowska Z., 1987, "Quelques aspects de la vie rurale en Pologne", Bulletin du Centre d’Histoire économique et sociale de la région lyonnaise, n° 2-3, p. 47-56.

Maier M., 1618a, Atalanta fugiens, hoc est Emblemata nova de secretis naturae chymica, Paris, BNF, Imprimés, Rés. R. 1438, Oppenheimii, Allemagne.

Maier M., 1618b, Emblemata Nove de secretis naturae, Paris, BNF, Manuscrits, Rothschild 216.

Nadolska K., 1987, "Un poêle gothique du château des évêques de Wloclawek à Raciazek en Cujavie", Fasciculi Archaeologiae Historicae, fasc. II, p. 71- 78.

Nadolska K., 1988, "Kafle z zamku Biskupow Wloclawskich w Raciazku na Kujawach", Folia Archaeologica, 9, p. 85-136.

Nekuda V., 1985, Mstenice, 1, Brno.

Novacek K., 1989, "Archeologicky nalez z turze v tochovicich, Okr., Pribram", Castellologica Bohemica, 1, Prague, p. 295-305.

Pajer J., 1990, "A Hoard Find of Pottery from the Area of the Habaner Court at Strachotin", Studies in post-mediaeval Archaeology, 1, Brno, p. 169-202.

Pianzola M., 1992, Peintres et vilains, Paris, Les Presses du Réel.

Préaud M., 1996, Les Effets du soleil : almanachs du règne de Louis XIV, Paris, Musées nationaux, p. 24-25.

Rosmanitz H., 1994, "Evangelisten, Tugenden und ein Kurfürst : Bildersprache und Formenvielfalt frühbarocker Ofenkacheln", in : Haus (ge) schichten : Bauen und Wohnen im alten Hall und seiner Katharinenvorstadt, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, p. 149-164.

Schwartz M., 1510-1560, Livre des costumes (Le), Paris, BNF, Dpt Ms, Allemand 211.

Smetanka Z., 1968, "Technologie vynoby ceskych Kachlu od pocatky 14 do Pocatku 16 stoleti", Pamatky archeologické, LIX, p. 543-578.

Smetanka Z., 1981, "Goticky kachel s hrncirem", Praehistorica, VIII, Prague, Univerzita Karlova, p. 329-331 (Varia Archaeologica, 2).

Stadtluft, 1992, Stadtluft, Hirsebrei und Bettelmönch. Die Stadt um 1300, Landesmuseum, Zurich.

Tothova S., 1978, "Vysledky archeologického vyskumu na Beckovskom hrade", Archaeologia historica, 3, Brno, p. 393-401.

Zemigaia M., 1987, Ogrzewanie piecowe na zamku w boleslawcu nad prosna XIV-XVIIw, Varsovie, Ossolineum (Acta archaeologica Lodziensia, 33).

Notes

1 Journal de voyage en Italie, p. 52.

2 Ibidem, p. 35.

3 Inventaire de 1498 : n° 1395 et 1397, cité par GAY, STEIN, 1886-1928, p. 245, article "Poêle’

4 L’image est publiée en couverture de La Poterie de poêle de la France de l’Est (BURNOUF, 1985).

5 Deux spécimens sont conservés au Musée de l’Œuvre Notre-Dame, à Strasbourg.

6 Publié en couverture (dos) du livre de Z. Smetanka, Hle dání Zmizelého Veku, éd. Kolumbus, 1987.

7 Peinture anonyme, publiée dans Histoire de la table, Flammarion, 1994, p. 92, n° 128.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Homme assis devant un poêle. Représentation des mois de janvier et février. Psautier de Würzburg, vers 1250, Bibliothèque de l’État de Bavière, Lat. 3900, fol. Iv.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 2. Gut Nuczlich Lere und Underweysung (Instructions et enseignements les plus utiles). Augsbourg, Johann Bämler, 24 mars 1476.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 3. Chaleur et vinaigre. Jean de Cuba, Jardin de Santé, 1493, Lyon, BM Partdieu, Inc. 1023.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 4. Repas paysan. Maître de Pétrarque, première moitié du XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 5. Le fabricant de mortier. AGRICOLA, De Re Metallica, livre VIII.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 6. Le potier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 7. Le bain des femmes. Hans Springinklee, vers 1518 (sur un dessin de Durer).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 8. Paracelse, Opus Chirurgicum. Gravure sur bois de Jost Amann, 1565.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 9. Jost Amann, série des Métiers, Paris BNF Rés. Impr. p. Yc 1155 fol. I 3 r°.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 10. La maison de bains. Nüremberg, Albrecht Schmid, vers 1500.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 11. L’école de garçons. Successeurs d’Albrecht Schmid.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 12. Le décor aux apôtres (?). Heinrich Aldegrever (1502-1561), Le rêve de Jacob, 1532.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20253/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search