Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

La céramique de poêle aux XVIIe et XVIIIe siècles dans le royaume de Prusse (Pologne)

Barbara Pospieszna

Résumé

Au XVIIe siècle, les principaux centres de fabrication de la céramique de poêle dans le royaume de Prusse se situaient à Gdansk, Elblag, Malbork et Torun. L’abondance du matériel archéologique permet de restituer la structure et l’ornementation des poêles. Deux types étaient alors utilisés : le poêle formé de deux corps quadrangulaires aux angles tronqués et celui formé d’un quadrilatère surmonté d’un cylindre. Au début, la décoration des poêles était soumise à l’influence des gravures de Vredemann de Vries et de Tèmpesta ; dans la seconde moitié du XVIIe siècle, ce sera celle des tapis orientaux ; plus tard dominera le modèle des carreaux de faience hollandaise. Ce dernier durera une bonne partie du XVIIIe siècle, même s’il y eut des changements dans les inspirations (Nilson, Merian). Vers 1740, les manufactures de Gdansk et d’Elblag prédominent à tel point qu’on qualifie tous les autres poêles "de Gdansk" ou "d’Elblag". Le poêle typique de Gdansk se composait de deux corps avec une niche, celui d’Elblag de trois corps accentués par des corniches. À la charnière des XIXe-XXe siècles, ces poêles connurent un regain d’intérêt et furent reproduits dans les manufactures de Nieborow, Kadyny, Malbork.

Texte intégral

Fig. 1. Carte du Royaume de Prusse (1466-1772) indiquant les plus grands centres de production de céramique (Dessin : J. Gronczewska).

Fig. 1. Carte du Royaume de Prusse (1466-1772) indiquant les plus grands centres de production de céramique (Dessin : J. Gronczewska).

1Aux XVIIe et XVIIIe siècles sur le territoire historique du Royaume de Prusse, les plus grands centres de production de céramique (fig. 1), comme de carreaux de poêles, furent Gdansk, Elblag, Torun et Tolkmicko. Il n’est pas exclu que la petite ville de Gniew ait aussi concentré un nombre important de potiers ayant appris leur métier à Gdansk (SECKER, 1915, p. 281-298 ; KRUSZYNSKI, 1922, p. 28-33).

2Les sources écrites, l’iconographie et les comptes rendus archéologiques forment les principales sources documentaires des chercheurs sur ce sujet. Toutefois, par manque d’informations sur une production restée anonyme, le domaine artisanal reste méconnu. En effet, la connaissance du nom des maîtres ne permet pas d’identifier les productions. C’est pour cette raison qu’on a pris l’habitude de considérer la céramique non signée comme provenant du Royaume de Prusse (KILARSKA, 1984, p. 11). Cependant, certaines fabrications des maîtres de Gdansk de la deuxième moitié du XVIIIe siècle avaient été signées, par souci de les différencier des produits des compagnons ne faisant partie d’aucun corps de métier et venant du faubourg Stolzenberg (SECKER, 1915, p. 242-244, 247-249).

Fig. 2. Reconstitution d’un poêle du château de Varsovie, première moitié du XVIIe siècle, d’après M. Dabrowska (DABROWSKA, 1994, fig. 9).

Fig. 2. Reconstitution d’un poêle du château de Varsovie, première moitié du XVIIe siècle, d’après M. Dabrowska (DABROWSKA, 1994, fig. 9).

3Le XVIe siècle apporta un changement radical dans la réalisation des poêles, comme en témoigne celui de la cour d’Artus à Gdansk (1545-1546) : sa construction, de plus de 11 m de haut, fut obtenue par la superposition de rangs de carreaux (KILARSKA, 1990, p. 1-9) (cahier couleur, pl. 8). Au XVIIe siècle, le poêle à deux corps avec une base rectangulaire était devenu un type incontournable. Ces poêles de plan sub-rectangulaire étaient le plus souvent composés de trois rangs de carreaux pour le corps inférieur (foyer) et de quatre rangs pour le corps supérieur. Tel était le cas de celui reconstruit au château de Varsovie, daté de la première moitié du XVIIe siècle (fig. 2) ou d’un autre reconstitué par M. Dabrowska à partir d’un riche matériel archéologique (DABROWSKA, 1994, p. 15-29). D’après les sources écrites et l’analyse comparative, leurs carreaux ont été confectionnés dans le royaume de Prusse (LILEYKO, 1984, p. 66-67). Un autre modèle, qui a d’ailleurs survécu jusqu’à la deuxième moitié du XVIIIe siècle, est très bien connu par les dessins de Daniel Chodowiecki, réalisés à la suite de ses voyages dans le royaume de Prusse en 1773 : les deux corps comportaient quatre rangs de carreaux chacun, le plan général étant celui d’un rectangle allongé (AFTANAZY, 1992, p. 308-309, fig. 472).

4Les poêles à trois corps des maisons des riches patriciens de Gdansk étaient l’expression de leurs grandes aspirations. On peut citer celui figurant sur la gravure de Francis Allen en 1652 dans l’épithalame du maire Frédéric Ehler et Anne Flinte Rudiger (KURKOWA, 1979, p. 40-41, fig. 6). Malheureusement, aucun poêle du XVIIe siècle n’a été trouvé à ce jour dans l’emprise du royaume de Prusse, peut-être à cause des dommages causés par les guerres suédoises (1626-1635 et 1656- 1660). Un élément de la partie supérieure du poêle du palais de Lubostron, à coté de Bydgoszcz (deuxième moitié du XVIIe siècle), est toutefois une exception (fig. 3). L’analyse comparative des deux poêles du palais de Skokloster, à coté de Stockholm (Suède), datant des années 1669-1670, suggère, par ailleurs, une provenance polonaise (CRAMER, 1991, p. 30-35, fig. 30, 34 ; KNUTSSON, 1990, fig. 74, 76). Le premier, construit en 1670 par Hindrich Thim de Stockholm, fut exécuté avec les mêmes carreaux que ceux découverts sur le territoire de Malbork (POSPIESZNA, 1994a). Le second, réalisé en 1669 dans la Chambre Grise par Michel Eriksson d’Uppsala, fut construit avec des carreaux d’époque Renaissance caractéristiques de la production de la région d’Elblag dans la première moitié du XVIIe siècle. De pareils poêles pouvaient-ils aussi décorer l’intérieur des cours et des manoirs polonais ? Il est difficile de répondre formellement.

5Le second type de poêle à deux corps se compose d’une base parallélépipédique, posée sur des pieds fins, et d’un corps cylindrique couronné ou, plus rarement, couvert d’un dôme (fig. 4). Ce modèle est connu dès le XVIe siècle en Suisse, en Allemagne et en Autriche. Dans le royaume de Prusse, il apparaît durant la première moitié du XVIIe siècle, ainsi que le montre la gravure illustrant l’armistice polono-suédois signé à Sztumska Wies, près de Malbork (fig. 5). Une variante de ce modèle est caractérisée par la présence de deux corps cylindriques au sommet du poêle ; couverts de dômes à pique, leur diamètre ne dépasse pas 35 cm.

Fig. 3. Le poêle de la cour de Lubostron près de Bydgoszcz (Cliché K. Pospieszny).

Fig. 3. Le poêle de la cour de Lubostron près de Bydgoszcz (Cliché K. Pospieszny).

Fig. 4. Le poêle dans un intérieur de maison polonaise du XVIe siècle (Reproduction : L. Okonski ; MUCZKOWSKI, 1849).

Fig. 4. Le poêle dans un intérieur de maison polonaise du XVIe siècle (Reproduction : L. Okonski ; MUCZKOWSKI, 1849).

6L’exemple type est le poêle de Darlowo, exposé actuellement au musée de "Schloß Köpenick", à Berlin (fig. 6). Pour certains (mais cette hypothèse est controversée), il passe pour une copie du poêle construit par Peter Aichner en 1517, dans le château de Trausnitz, non loin de Landshut, en Allemagne (FRANZ, 1969, p. 99 ; KEISCH, 1988, p. 41). Le deuxième type de poêle, y compris le modèle à double corps, était décoré de motifs grotesques et mauresques de la Renaissance. Ces motifs ont perduré dans le royaume de Prusse jusqu’au moment où, vers 1660, est apparue la mode imitant les motifs floraux des textiles.

7Les fouilles archéologiques réalisées sur les sites de Malbork, Torun et Gdansk, ont permis la découverte d’éléments architectoniques en céramique, intacts et richement décorés, comme des colonnettes avec bases et chapiteaux composés. Les piliers sont cannelés (Malbork, Torun) ou couverts de motifs grotesques (Gdansk, Malbork). Ces fouilles confirment la thèse relative à la provenance du modèle à trois corps du XVIIIe siècle, caractérisé par une galerie agrémentant le corps médian, plus étroit. Jusqu’à présent, les chercheurs supposaient que ce type de poêle provenait de la région de Hambourg ou de la Narva : ses racines sont maintenant attestées dans la région de Gdansk, dès les années 1630 (STRAUSS, 1969, p. 180-184 ; MASLIH, 1983, p. 24-28, fig. 201-206). Aujourd’hui, nous ne connaissons que cette version du XVIIIe siècle du modèle à galeries (Karkajmy, fig. 7). Au début de ce même siècle, il fut importé en Russie et Livonie par des potiers au cours de leurs déplacements ; il donna alors lieu à des réalisations monumentales, richement décorées et morcelées, avec un nombre important de galeries et ressemblant peu à l’original. Les sources écrites confirment la provenance de ces œuvres. Dans le palais de Mienszikow, à Saint-Pétersbourg, par exemple, les poêles étaient construits par le maître Michael Welß de Gdansk durant les années 1716-1727 (KALIAZINA, 1989, p. 42-50 ; SECKER, 1915, p. 249). De même en 1768, le maître poêlier Johann Simon Babtowsky se rend de Malbork à Wenden, en Lettonie, pour y poursuivre son travail (STRAUSS, 1969, p. 218, 222).

Fig. 5. Le poêle d’un habitat à Sztumska Wies. Gravure d’Abraham BOOT, 1632. (Reproduction L. Okonski ; Journal van de legate Gedaen in den Jaeren 1627 en 1628, Amsterdam, 1632, collection de la Bibliothèque de Gdansk, PAN).

Fig. 5. Le poêle d’un habitat à Sztumska Wies. Gravure d’Abraham BOOT, 1632. (Reproduction L. Okonski ; Journal van de legate Gedaen in den Jaeren 1627 en 1628, Amsterdam, 1632, collection de la Bibliothèque de Gdansk, PAN).

Fig. 6. Le poêle de Darlowo exposé actuellement au musée Schloß Köpenick à Berlin (Cliché K. Pospieszny).

Fig. 6. Le poêle de Darlowo exposé actuellement au musée Schloß Köpenick à Berlin (Cliché K. Pospieszny).

Fig. 7. Le poêle du palais de Karkajmy, 1737, actuellement exposé au musée Mikolaj Kopernik à Frombork (Cliché L. Okonski).

Fig. 7. Le poêle du palais de Karkajmy, 1737, actuellement exposé au musée Mikolaj Kopernik à Frombork (Cliché L. Okonski).

8Au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle, devait aussi être utilisé le modèle autrichien à un ou plusieurs corps, au sommet en forme de berceau. Les fragments de carreaux conservés dans les musées de Gdansk et de Malbork en sont la preuve. Un poêle de ce type, réalisé un peu plus tardivement, en 1725, se trouvait dans le palais de Stamirowice, près de Varsovie (BERSOHN, 1900, p. 126-127, fig. 22). Il s’agit d’un poêle du type de Gdansk, à cinq corps se rétrécissant vers le haut, coiffé d’un fronton à quatre sphères jouant le rôle d’acrotères (fig. 8). C’est, hélas, la seule preuve de l’existence de ce type de poêle en Poméranie entre la deuxième moitié du XVIIe siècle et la première moitié du XVIIIe siècle. Bien que celui-ci soit sans doute une copie (CHRANICKI, 1969, p. 410-411), on peut supposer que les maîtres potiers de Gdansk connaissaient les exemplaires du château, déjà cité, de Skokloster, en Suède.

Fig. 8. Le poêle qui se trouvait au palais de Stamirowice près de Varsovie, 1725 (Reproduction L. Okonski ; BERSOHN, 1900, fig. 22).

Fig. 8. Le poêle qui se trouvait au palais de Stamirowice près de Varsovie, 1725 (Reproduction L. Okonski ; BERSOHN, 1900, fig. 22).

9Au XVI ? siècle, dans le royaume de Prusse, le corps inférieur d’un poêle type était réalisé en briques ou en carreaux émaillés, formant de robustes colonnades (Elblag, Torun, Malbork, Gdansk). Il existait aussi des poêles sur pieds en marbre ou en fer (Malbork, Darlowo). Chaque corps était ceinturé, en haut et en bas, par des corniches classiques à profil en quart de rond et des frises. La structure architectonique déterminait aussi l’agencement du décor. Les décorations – narratives – horizontales des corniches et des frises étaient opposées à l’ornementation verticale des angles coupés. Dans la première moitié du XVIIe siècle, cependant, les carreaux des parois formaient des compositions autonomes. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du siècle que les cadres se sont brisés, les ornements, en rapport avec le textile, couvrant dès lors la totalité du poêle. La couleur des carreaux change dans le même temps. Le vert devient dominant et le bleu forme le fond des carreaux couverts de décors blancs à faible relief. Rarement, et uniquement au début du XVIIe siècle, on utilise la couleur jaune. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle intervient un nouveau changement avec un fond blanc à ornement en relief de couleur bleu cobalt. Dans les ateliers de Malbork, la couleur verte a été adoptée dans les années 1670, alors que, dans la région d’Elblag, certains ateliers couvrirent leur carreaux d’émail noir. Quelquefois, la composition colorée prenait en compte la totalité des parois : quand les corniches, frises et socles étaient verts, les carreaux des parois étaient blancs (cas le plus général) ou vice versa (Malbork).

10Au début du XVIIe siècle, l’influence de l’époque précédente est encore perceptible dans la décoration. Les motifs grotesques règnent dans l’ornementation, comme chez le maître Cornelis Boss (Gdansk, Malbork), alors que ce sont les motifs antiques qui inspirent Antonio Tèmpesta (fig. 9) ou Stradanus (Frombork, Malbork, Gniew, Torun). Cependant, les thèmes religieux disparaissent (DOS SANTOS SIMOES, 1959, p. 70-78, fig. 18, 19). Sur les frises sont représentées des scènes de chasse d’après Matthias Merian, des têtes sur pilastres et des cariatides sans bras à l’exemple de Hugues Sambin. Sur les carreaux des faces, corniches et couronnement, sont employés les décors de ferrure, les mauresques et arabesques, soit des motifs du type de ceux introduits par Vredemann de Vries, caractéristiques de l’architecture à Gdansk et les autres villes côtières de la Baltique (OSE, 1994, p. 33-39). Parallèlement, apparaissent aussi les motifs imitant des bouquets de fleurs dans un vase (fig. 10), avec deux compositions possibles, sous une arcade ou dans un médaillon (DABROWSKA, 1987, fig. 189-192 ; KILARSKA, KILARSKI, 1991a, p. 15-38).

Fig. 9. Carreau à l’effigie d’Alexandre le Grand. Collection du musée du château de Malbork (Cliché L. Okonski).

Fig. 9. Carreau à l’effigie d’Alexandre le Grand. Collection du musée du château de Malbork (Cliché L. Okonski).

Fig. 10. Motif au bouquet de fleur dans un vase. Collection du musée du château de Malbork (Cliché L. Okonski).

Fig. 10. Motif au bouquet de fleur dans un vase. Collection du musée du château de Malbork (Cliché L. Okonski).

11La rupture avec l’ornementation de type Renaissance et son remplacement par des motifs empruntés à la technique du tissage, s’effectue vers 1660, selon la conception de Braudel qui met en avant le rôle déterminant de l’industrie textile à cette époque (BRAUDEL, 1992, p. 282-284). La décoration intérieure de l’habitation tire alors son inspiration de la mode orientale. Les tissus décoratifs devenant populaires, les parois des poêles copient dès lors les tapisseries dont, surtout, les modèles de Cornelis Floris et d’autres maîtres hollandais : motifs remplis de fleurs, en particulier les œillets, les roses et les tulipes. Cette tendance durera jusqu’au début du XVIIIe siècle et influencera l’Europe entière. Certains thèmes décoratifs du XVIIe siècle, en usage dans le royaume de Prusse, ont survécu sans changement, comme les carreaux découverts sur le territoire de la Lituanie, de la Biélorussie et de la Livonie (OSE, 1994, p. 33-39). Les contacts commerciaux et économiques, mais aussi intellectuels, avec la Hollande, et en particulier l’assimilation d’un groupe important d’immigrés mennonites du royaume de Prusse, terre d’asile, ont largement influencé de nombreux domaines de la culture. La faïence et le carrelage hollandais sont adoptés par l’élite patricienne polonaise et copiés par les ateliers locaux (BOGUCKA, 1962, p. 156). Les centres les plus importants de la fabrication de poêles s’inspirant des motifs hollandais sont ceux de Gdansk et d’Elblag. Le modèle type de poêle de Gdansk apparaît avant 1716 et a survécu jusqu’à la fin du XVIIIe siècle (KILARSKA, KILARSKI, 1991b, p. 135-153 ; CHRANICKI, 1955, p. 188-191 ; SECKER, 1915, p. 281-298 ; 1922, p. 275- 281). Ce poêle est composé de deux corps parallélépipédiques construits sur un socle en bois pourvu de pieds décorés. Le corps supérieur, comprenant le plus souvent une cavité, est couronné aux extrémités de frontons hémisphériques ou défoncés. Le décor d’angle se compose d’acrotères en forme de vases, d’oiseaux, de petits amours ou de lions (WICHMANN, 1925, p. 135 ; MEYER, 1951-1952, p. 76-78). À Gdansk ainsi qu’a Stolzenberg (actuellement la banlieue de Chelm), on fabrique des carreaux peints représentant des scènes religieuses et des "fêtes galantes" dans des cadres à bas-relief. Les thèmes sont directement puisés du carrelage hollandais ou tirés des gravures de Mattias Deisch, Johannes Esaias Nilson et autres imitateurs d’Antoine Watteau. Du point de vue des couleurs, ce sont les colorants à base de cobalt qui sont employés jusqu’aux environs de 1740, remplacés ensuite par le manganèse, et, à partir des années 1770, le cuivre. D’après les inventaires des riches manoirs et des palais nobiliaires de toute la Pologne, quelques poêles de Gdansk se sont inspirés de la mode hollandaise. Citons, par exemple, la maison des Uphagen à Gdansk ainsi que le palais de Jaworow, à la frontière est de la Pologne (OSINSKI, 1971, p. 111- 125 ; GEBAROWICZ, 1966, p. 246-256). Quelques poêles de ce type se sont conservés jusqu’à nos jours et sont actuellement présentés dans le musée national à Gdansk, celui des Czrtoryski à Cracovie ainsi qu’au musée diocésain de Sandomierz.

12Mis à part le modèle du poêle décrit précédemment, la production des carreaux lisses s’est poursuivie, peints en bleu dans les années 1700-1730 et en vert à partir de 1770. Les poêles, composés de carreaux peints, avaient une construction traditionnelle proche de celle de l’époque antérieure (cahier couleur, pl. 7). Ils étaient fabriqués à Stolzenberg, ainsi qu’à Malbork ou Tolkmicko. Le maître de Gdansk, Michael Welß, qui dans les années 1716-1727 travailla à Saint-Pétersbourg, fabriqua les mêmes carreaux.

13Le deuxième type de poêle du XVIIIe siècle a été fabriqué selon le modèle d’Elblag (KWIATKOWSKA, 1989, p. 4-7) qui, dans les vieux inventaires, figure sous le nom de "hollandais" ou "hollandais, marbre veiné" (GEBAROWICZ, 1973, p. 13-252). Ce nom vient du caractère simple de la décoration des carreaux. Ce n’est que sous l’influence de H.-F. Secker qu’on a commencé à varier les carreaux, en les différenciant selon les centres de production (SECKER, 1915, p. 241-258, 281- 298 ; PRZEZDZIECKA, 1954, p. 225-230). Le poêle d’Elblag se compose d’un double ou triple corps de plan rectangulaire. Chaque corps est couronné d’une corniche fortement accentuée, formant un fronton en trapèze, élément emprunté à l’ébénisterie. Le plus souvent, l’ensemble est posé sur des pieds sphériques en céramique. Le corps supérieur comporte une niche. Les carreaux sont décorés avec des cartouches dissymétriques peints de scènes galantes ou champêtres ; par la suite, ils furent ornés de rocailles et chinoiseries. Les bas-reliefs présents dans le poêle d’Elblag se composent de demi colonnettes en spirale et d’acrotères placés aux extrémités (fig. 11).

Fig. 11. Le poêle d’Elblag, 1780, conservé au musée Mikolaj Kopernik à Frombork (Cliché L. Okonski).

Fig. 11. Le poêle d’Elblag, 1780, conservé au musée Mikolaj Kopernik à Frombork (Cliché L. Okonski).

Fig. 12. Le poêle de Kadyny, 1924, conservé au musée de Malbork (Cliché L. Okonski).

Fig. 12. Le poêle de Kadyny, 1924, conservé au musée de Malbork (Cliché L. Okonski).

14En dehors de Gdansk et d’Elblag, les poêles étaient également fabriqués à Torun, Malbork et Tolkmicko. Il est cependant difficile de déterminer les caractéristiques précises de ces poêles. Il s’agissait certainement de copies des poêles de Gdansk et d’Elblag, en raison de leur grande popularité. En nous fondant sur l’analyse comparative du riche matériel archéologique et des vestiges conservés, y compris des archives photographiques, nous pouvons conclure que chaque centre de production répondait à des modèles concrets. Bien que les décors utilisés aient été ceux à la mode, comme dans le cas des carreaux de Gdansk ou d’Elblag, la construction même des poêles était plutôt massive, sans niche, en général à double corps, parfois – dans les pièces d’apparat – à triple corps. Dans la seconde moitié du XIXe et au début du XXe siècle, les poêles de l’époque baroque de Gdansk et d’Elblag ont été délibérément copiés. Les poêles de la fameuse manufacture du prince Michal Radziwill à Nieborow (1880-1890) étaient considérés comme les meilleurs, tout comme ceux produits à Kadyny (fig. 12) dans les années 1923-1924 à l’usine de la majolique, appartenant à l’Empereur de Prusse Guillaume II, et ceux de Malbork autour des années 1910-1911, réalisés dans l’usine de Walter Wendel (POSPIESZNA, 1994b, p. 357-365).

Fig. 13. Planche typo-chronologique des poêles polonais, XVIe-XXe siècles (Dessins B. Pospieszna, J. Gronczewska).

Fig. 13. Planche typo-chronologique des poêles polonais, XVIe-XXe siècles (Dessins B. Pospieszna, J. Gronczewska).

Bibliographie

Bibliographie

Aftanazy R., 1992, Dzieje rezydencji na dawnych kresach Rzeczypospolitej, 1ère éd. Ossolineum, II, 472 p.

Bersohn M., 1900, "Slowko o dawnych zabytkach sztuki zdunskiej", in : Sprawozdania Komisji Historii Sztufo, VI, Krakow, p. 126-127.

Bogucka M., 1962, Gdansk jako osrodek produkcyjny w XIV-XVII w, 1ère éd. Warszawa, PWN, 423 p.

Braudel F., 1992, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle : les jeux de l’échange, 1ère éd. polonaise, Warszawa, p. 282-285.

Chranicki J., 1955, "Kilka uwag na marginesie artykulu ’Ceramika pomorska’", Polska Sztuka Ludowa, n° 3, p. 188-191.

Chranicki J., 1969, "Gdanska ceramika artystyczna", in : Gdansk, jego dzieje i kultura, Warszawa, p. 410- 411.

Cramér M., 1991, Den verkliga kakelugnen : fabrikstillverkade kakelungna i Stockholm 1846-1926, 1ère éd. Stockholm : Kominitten for Stockholmstorskiing, 647 p.

Dabrowska M., 1987, Kafle i piece kaflowe w Polsce do konca XVIII w, 1ère éd., Ossolineum, 270 p.

Dabrowska M., 1994, "Piec z poczatku XVII wieku. Opracowanie i projekt rekonstrukcji dla Zamku Krolewskiego w Warszawie", Kronika Zamkowa, n° 1/29, 2/30, Warszawa, p. 15-29.

Dos Santos Simoes J.M., 1959, Carreaux céramiques hollandais au Portugal et en Espagne, 1ère éd., La Haye, Martinus Nijhoff, 141 p.

Franz R., 1969, Der Kachelofen. Entstehung und kunstgeschichtliche Entwicklung vom Mittelalter bis zum Ausgang des Klassizismus, 1ère éd., Graz. A. D-u. V., 554 p.

Gebarowick M., 1966, "Palac w Jaworowie", in : Szkice z historii sztuki XVII w. Torun, TNT, p. 246-255.

Gebarowick M., 1973, "Materialy zrodlowe do dziejow kultury i sztuki, XVI-XVIII w", in : Zrodla do dziejow sztuki polskiej, III, Ossolineum, p. 13-252.

Kaliazina N.W., 1989, Mienszikowski Dworec Muzei, 2ème éd., Leningrad, Lenizdat, 62 p.

Keisch., 1988, "Ofen", in : Kunstgewerbemuseum Berlin : Führer durch die Sammlungen, Berlin, p. 41.

Kilarska E., 1984, Ceramika dawna w zbiorach Muzeum Narodowego w Gdansku, 1ère éd., Gdansk, MNG, 41 p.

Kilarska E., 1990, Piec z Dworu Artusa w Gdansku, 1ère éd., Gdansk, MNG, 9 p. (brochure).

Kilarska E., Kilarski M., 1991a, "Öfen und Ofenkacheln aus den ehemals Preussischen Gebieten Polens", Keramos, n° 133, Düsseldorf, p. 15-38.

Kilarska E., Kilarski M., 1991b, "Gdanskie piece kaflowe w XVIII w", Rocznik Gdanski, LI, 1, p. 135- 153.

Knutsson J., 1990, "Avtryck i leran. Orientaliskt och europeiskt i reliefpressat 1600-talskakel : Porslin, fajans och annan Keramik pa Skokloster", Skoklosterstudier, n° 24, Skokloster, fig. 74, 76.

Kruszynski T., 1922, "Zdunowie Zolunowie gdanscy w dawniejszych czasach", Przemysl-Rzemioslo-Sztuka, II, 4, p. 28-33.

Kuncevicius A., 1993, "Die Kacheln aus dem Palast der Großfürsten in Vilnius", in : Archäologische Schätze aus Litauen (Ausstellungskatalog), Regensburg, 128 p.

Kurkowa A., 1979, Grafika ilustracyjna gdanskich drukow okolicznosciowych XVII wieku, 1ère éd., Ossolineum, 251 p.

Kwiatkowska M., 1989, Elblaskie rzemioslo artystyczne : Ceramika-szklo-meblarstwo, lere ed., Elblag, MOE, 29 p.

Lileyko J., 1984, "Zamek warszawski. Rezydencja krolewska i siedziba wladz Rzeczypospolitej, 1569- 1763", Studia z Historii Sztuki, XXXV, Ossolineum, 364 p.

Maslih S., 1983, Russkoe izrazcowoe iskustwo XV-XIX wiekow, Moskwa, Izobrazitelnoe Iskustwo, 28 p.

Meyer B., 1952, "Alte westpreußische Töpferkunst", Westpreußen Jahrbuch, p. 76-78.

Millack W., 1925, Danzigs Handel in Vergangenheit und Gegenwart, Danzig, 65 p.

Muckzowski J., 1849, Zbior odciskow drzeworytow w roznych dzielach polskich XVI i XVII w. odbitych, Krakow.

Oettingen W., 1895, Von Berlin nach Danzig. Eine Künstlerfahrt im Jahre 1773 von Daniel Chodowiecki, Berlin.

Ose I., 1994, "Rolverka un apkaluma ornamenti podinu krasnu rotajuma Latvija 16. gs. beigas un 17. gs. pir majos gadu destmitos", Ornaments Latvija, Riga, p. 33-40.

Osinski M., 1971, "Dom Uphagena w Gdansku", Studia i materialy do teorii historii architektury i urbanistyki, IX, Warszawa, p. 111-125.

Pospieszna B., 1994a, "Zarys historii rzemiosla zdunsko-garncarskiego w Malborku, od wieku XV do poczatku XIX", in : Garncarstwo na ziemiach polskich, 1ère ed., Rzeszow, MOR.

Pospieszna B., 1994b, "Malborskie zaklady przemyslu ceramicznego w drugiej polowie XIX i w poczatku XX w", Kwartalnik Historii Kultury Materialnej, n° 3-4, p. 356-372.

Przezdziecka M., 1954, "Ceramika pomorska", Polska Sztuka Ludowa, n° 4, p. 225-230.

Secker H.F., 1915, "Die alte Töpferkunst Danzigs und seiner Nachbarstädte", Cicerone, VII, n° 13-14, 15- 16, p. 241-258, 281-298.

Secker H.F., 1922, "Altwestpreußische Töpferkunst", Cicerone, XIV, n° 15-16, p. 275-281.

Strauss K., 1969, Die Geschichte der Töpferzünfte vom Mittelalter bis zur Neuzeit und die Kunsttöpfereien in Alt-Livland (Estland und Lettland), lere ed., Basel, PH. Heitz, 268 p.

Wichmann H., 1925, Kunst und Kunsthandwerk im Hause Basner in Zoppot, Danzig, F. Basner, 135 p.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte du Royaume de Prusse (1466-1772) indiquant les plus grands centres de production de céramique (Dessin : J. Gronczewska).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 2. Reconstitution d’un poêle du château de Varsovie, première moitié du XVIIe siècle, d’après M. Dabrowska (DABROWSKA, 1994, fig. 9).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 3. Le poêle de la cour de Lubostron près de Bydgoszcz (Cliché K. Pospieszny).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 4. Le poêle dans un intérieur de maison polonaise du XVIe siècle (Reproduction : L. Okonski ; MUCZKOWSKI, 1849).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 5. Le poêle d’un habitat à Sztumska Wies. Gravure d’Abraham BOOT, 1632. (Reproduction L. Okonski ; Journal van de legate Gedaen in den Jaeren 1627 en 1628, Amsterdam, 1632, collection de la Bibliothèque de Gdansk, PAN).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 6. Le poêle de Darlowo exposé actuellement au musée Schloß Köpenick à Berlin (Cliché K. Pospieszny).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 7. Le poêle du palais de Karkajmy, 1737, actuellement exposé au musée Mikolaj Kopernik à Frombork (Cliché L. Okonski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 8. Le poêle qui se trouvait au palais de Stamirowice près de Varsovie, 1725 (Reproduction L. Okonski ; BERSOHN, 1900, fig. 22).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 9. Carreau à l’effigie d’Alexandre le Grand. Collection du musée du château de Malbork (Cliché L. Okonski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 10. Motif au bouquet de fleur dans un vase. Collection du musée du château de Malbork (Cliché L. Okonski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 11. Le poêle d’Elblag, 1780, conservé au musée Mikolaj Kopernik à Frombork (Cliché L. Okonski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 12. Le poêle de Kadyny, 1924, conservé au musée de Malbork (Cliché L. Okonski).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 13. Planche typo-chronologique des poêles polonais, XVIe-XXe siècles (Dessins B. Pospieszna, J. Gronczewska).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20238/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteur

Conservatrice, Muzeum Zamkowe, Malbork (PL).

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search