Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

La production de céramique de poêle à Fribourg (Suisse) au XVIIIe siècle

Histoire, typologie, iconographie

Marie-Thérèse Torche-Julmy

Résumé

La fabrication de céramique de poêle à Fribourg est attestée par les sources dès le début du XVe siècle. Il est dès lors possible de suivre son histoire, jusqu’à son déclin au XIXe siècle. Son développement dépendant étroitement de l’évolution de l’architecture civile, elle connut une forte expansion à la fin de l’époque gothique et à nouveau au XVIIIe siècle. Un important matériel médiéval et baroque est apparu ces dernières années, lors de fouilles archéologiques. Mais la période la mieux représentée est le XVIIIe siècle, avec plus de deux cent cinquante poêles peints, conservés pour la plupart in situ. Pendant la première moitié du siècle, la céramique de poêle était de qualité relativement médiocre. Dès 1759, avec l’établissement à Fribourg d’André Nuoffer, maître potier originaire du canton d’Argovie, elle connut un développement remarquable. Nuoffer introduisit l’usage de la faïence stannifère polychrome et développa un vaste répertoire iconographique de style rocaille. Les troubles politiques de la fin du XVIIIe siècle provoquèrent le déclin de cet artisanat.

Texte intégral

Histoire

  • 1 Les références aux sources manuscrites sont à consulter dans TORCHE-JULMY, 1979. Pour la bibliograp (...)

1La fabrication de céramique de poêle à Fribourg est attestée par les sources dès le début du XVe siècle. Son origine est pourtant plus ancienne, comme le prouvent les récentes trouvailles effectuées par le Service archéologique (BOURGAREL, 1992, p. 193-194, cat. n° 144- 170). Mais les actes émanant du Gouvernement qui en font état, datent de ce siècle seulement. Dès lors, l’histoire de cet artisanat est abondamment documentée1.

2Les potiers de terre étaient peu nombreux au XVe et au XVIe siècle : deux à trois sont mentionnés par décennie. Au siècle suivant, le nombre de manufactures augmenta sensiblement. Mais, malgré la richesse des mentions d’archives, il n’est guère envisageable, dans l’état actuel de la recherche, d’attribuer la céramique conservée de cette époque aux ateliers identifiés.

3La situation est différente avec la production du XVIIIe siècle, grâce à l’abondant matériel recensé, qui compte plus de deux cent cinquante poêles, conservés pour la plupart in situ. Il a ainsi été possible d’en attribuer un grand nombre aux potiers signalés par les sources, le solde étant groupé par ateliers non identifiés. Cet inventaire ne comprend que les poêles peints, les pièces monochromes plus modestes faisant l’objet d’un recensement séparé. De même, il ne concerne que la production de la ville de Fribourg et non celle des autres manufactures régionales ou extra cantonales qui livraient également leur céramique dans le canton. Parallèlement à l’identification des poêles, leur datation a été effectuée avec une précision satisfaisante, l’écart admis étant de cinq ans environ.

4Les sources manuscrites conservées en grand nombre aux Archives de l’État de Fribourg et, dans une moindre mesure à la Bibliothèque cantonale et universitaire, ainsi que dans des collections privées, donnent des informations très complètes sur l’histoire de la fabrication de poêles au XVIIIe siècle. Plus de vingt ateliers sont mentionnés dans la ville de Fribourg. Certains étaient renommés et décoraient régulièrement les bâtiments officiels et les hôtels de qualité. D’autres, plus modestes, n’apparaissaient dans les archives que pour des raisons administratives ou judiciaires.

5La production était abondante, car le climat relativement rude et le goût du confort qui se développa au cours du siècle provoquèrent une demande accrue d’instruments de chauffage. S’il est aisé de recenser les livraisons officielles de poêles, grâce aux comptes des Trésoriers et aux manuaux du Conseil, celles qui étaient destinées à une clientèle privée sont moins faciles à évaluer. Une estimation peut cependant être faite à partir de quelques informations précises. Ainsi, les plans dessinés vers 1769 par l’architecte Charles de Castella (1737- 1823) pour la maison urbaine d’une famille patricienne prévoyaient l’installation de sept poêles. Six d’entre eux, conservés in situ, prouvent qu’ils ont été réalisés comme prévu. Les manoirs – résidences d’été – étaient moins généreusement pourvus. En 1756, le château de Loewenberg, près de Morat, comptait trois poêles et deux cheminées pour un ensemble de douze chambres.

6Le prix des poêles variait considérablement selon le lieu de leur destination, qui déterminait leur taille et surtout leur décor. Les deux fourneaux de la salle du Grand Conseil, installés en 1751 par Valentin Bulla, coûtèrent 350 livres. André Nuofer les remplaça en 1777, soit un quart de siècle plus tard, pour 1010 livres. Ce montant comprenait toutefois un solde à payer pour d’autres fournitures. De nombreux paiements concernaient le remontage ou le déplacement et le remontage.

7La pierre et, dans une moindre mesure, la fonte de fer étaient également utilisées pour la confection de poêles. En 1742, le coût d’un fourneau en fer pour une chambre de la Chancellerie était de 634 livres, alors qu’un même objet en pierre, destiné au château de Surpierre, était payé 50 livres. Toutes ces informations comptables doivent être interprétées avec prudence, car elles concernent souvent plusieurs interventions mal détaillées.

8L’organisation du métier était fixée par les statuts de la Corporation des Maçons, dont dépendaient les potiers de terre. Tout y était réglé avec précision. Le potier, après avoir obtenu sa maîtrise, avait le droit d’ouvrir un atelier et d’engager un ouvrier et un apprenti. Ce dernier avait un temps de formation de trois ans avant d’effectuer un tour de compagnonnage à l’étranger. Après quelques années de pratique en tant qu’ouvrier, il pouvait prétendre à la maîtrise. Mais, afin d’éviter une trop grande concurrence, les exigences étaient élevées et le candidat devait exécuter un chef-d’œuvre. À la fin du XVIIIe siècle, celui-ci consistait en la réalisation d’un poêle octogonal et d’un vase de vingt mesures.

9L’atelier présentait souvent une structure familiale. Le père était assisté de ses fils, dont l’un était destiné à reprendre sa succession. L’épouse et les filles étaient chargées de travaux légers et effectuaient souvent la décoration picturale. Les ateliers importants avaient cependant leur peintre spécialisé. Mais rien n’apparaît dans les archives à ce sujet et l’on ignore malheureusement leur nom. Presque tous les potiers avaient une grande activité. Malgré cela, leur situation était souvent précaire et ils avaient régulièrement recours à l’aide financière du Gouvernement. Les manufactures étaient établies au bord de la rivière, car l’eau était indispensable à la préparation des matériaux et à la marche des moulins.

10Les potiers locaux craignaient fortement l’installation d’artisans étrangers plus habiles qu’eux. Ils ne cessaient de recourir auprès de l’Autorité, qui écoutait volontiers leurs plaintes et pratiqua jusqu’au milieu du XVIIIe siècle un protectionnisme rigoureux. La qualité technique et artistique des poêles se ressentait de ce manque de concurrence. Vers le milieu du siècle, avec l’évolution du goût et la demande d’objets décoratifs de qualité, les frontières furent ouvertes plus largement aux maîtres étrangers, venant pour la plupart de Suisse orientale où étaient situées d’excellentes manufactures. Dès lors, la production s’améliora et atteignit un très bon niveau entre 1760 et 1780. Les troubles politiques de la fin du siècle perturbèrent cet artisanat, comme les autres métiers d’art. Certains ateliers subsistèrent néanmoins jusqu’au milieu du XIXe siècle.

Typologie et évolution stylistique

11La courbe de développement de la céramique de poêle au XVIIIe siècle suivit celle de l’architecture privée. La société patricienne, qui détenait – grâce au système de gouvernement oligarchique développé au siècle précédent – le pouvoir politique et la richesse foncière, était très désireuse d’adapter son habitat aux modes nouvelles importées de l’étranger, particulièrement de France. Une étude récente prouve qu’à la fin de l’Ancien Régime, plus de la moitié des membres du Conseil des Deux-Cents avaient accompli une carrière d’officier dans ce pays (WALTER, 1993, p. 4). Les patriciens, qui découvraient à cette occasion un art de vivre bien différent du leur, essayèrent de l’imiter chez eux. Les maisons construites en grande partie au Moyen Âge et transformées postérieurement, ne répondaient plus au goût nouveau. En quelques décennies, des rues complètes furent rebâties, car les familles importantes voulaient leur hôtel particulier. Ce mouvement concerna également les manoirs campagnards et les monastères. Partout l’on procéda à des aménagements intérieurs élégants. Les arts de la décoration connurent ainsi un développement notable.

12L’architecture du poêle était soumise à certaines contraintes techniques : dimension imposée par sa fonction, appui mural, adduction à un conduit de cheminée et alimentation en combustible par l’extérieur de la pièce. L’élaboration d’un plan ingénieux et d’une décoration adéquate permettait, selon l’habileté des potiers, d’adapter un volume relativement encombrant aux courants stylistiques très divers qui marquèrent le XVIIIe siècle.

13La richesse plastique et décorative du style baroque à son déclin ne se manifesta guère sur les poêles des premières décennies du siècle. Un plan rectangulaire très simple, avec gradins et face plate ou arrondie dominait. L’élévation était réduite à un corps décoré d’une plinthe et d’un entablement, avec des pieds en balustres, qui remplaçaient le socle en arcades des siècles précédents. Sans doute, les poêles destinés à l’Hôtel de Ville et à quelques lieux représentatifs faisaient-ils exception par leur monumentalité et leur décor recherché. Mais aucun n’a été conservé. Seul leur prix indique qu’il s’agissait d’objets importants.

14Le style rocaille apparut dans la fabrication des poêles vers 1760. Il fut surtout appliqué dans le décor peint, l’architecture n’étant guère différente de celle du début du siècle. Seuls les modèles les plus somptueux avaient une structure recherchée, avec l’adjonction de pieds et d’une face galbés et parfois d’un dôme cintré et galbé. Les plus beaux exemplaires sont conservés à l’Hôtel de Ville de Fribourg.

15Dès les années 1770, avec le passage au néo-classicisme, le souci de monumentalité réapparut et se manifesta, dans les pièces importantes, par l’adjonction d’un dôme et souvent d’un vase d’aboutissement. Le plan circulaire était en vogue. Dans ce cas, la liaison murale était dissimulée afin de créer l’illusion d’un objet mobile. Les pieds affectaient une forme conique. Le style nouveau provoqua la disparition du décor peint et le retour à une discrète ornementation plastique. Mais les poêles courants avaient encore des pieds galbés ou en balustres, un plan rectangulaire simple et une élévation traditionnelle. Seul leur décor était renouvelé. Leur modernité dépendait plus du goût du destinataire et des capacités du potier que de l’influence stylistique du moment.

Iconographie et ornementation

16L’iconographie recensée sur plus de deux cent cinquante poêles constitue un répertoire très vaste, car chaque carreau était orné d’une scène différente. Les répétitions étaient rares sur un même objet. Les ornements sont eux aussi nombreux, l’usage des poncifs permettant de les combiner de multiples manières. Le renouvellement de la décoration peinte s’effectuait beaucoup plus rapidement que celui de la structure, qui nécessitait la confection de nouveaux moules.

17Avant 1740, on ne distingue aucune ligne directrice dans le choix iconographique et le plus grand éclectisme se retrouvait dans la décoration du poêle. La sélection se faisait au hasard, sans recherche d’un thème à la mode ou d’un ensemble qui serait en relation avec la situation et les goûts du commanditaire.

18Plusieurs sujets, qui seront développés dans la deuxième moitié du siècle, apparurent à cette époque. Le répertoire était ordinaire, personnages et objets étaient tirés de la vie quotidienne. Les peintres s’exprimaient naïvement, sans cadrage ni arrière-plan. La perspective généralement négligée et l’échelle rarement respectée font penser à l’absence de modèles graphiques. Les ornements étaient d’inspiration classique et comprenaient surtout des oves, des rinceaux, des postes et des feuilles d’acanthes stylisées.

19Peu avant le milieu du siècle, l’iconographie paraît mieux organisée. On ne relève pas de rupture avec la période précédente, mais seulement une évolution discrète et constante vers une recherche thématique. La qualité picturale s’améliora nettement dans le plus grand nombre des ateliers. L’introduction d’un paysage à l’arrière-plan impliquait la maîtrise de la perspective. De 1740 à 1745 environ, un atelier non identifié produisit des poêles de qualité tout à fait remarquable. Des paysages de ruines antiques étaient séparés par des bandes d’arabesques à la manière de Bérain. Sans doute faut-il y voir la main d’un peintre étranger de passage à Fribourg, car cette production de qualité cessa brusquement peu avant le milieu du siècle.

Manufacture d’andré nuoffer et de ses successeurs

20La fabrication de céramique de poêle connut un développement remarquable dès 1759, grâce à l’établissement dans la ville de Fribourg du potier André Nuoffer. Le nouveau venu, qui était originaire de Laufenburg en Argovie, réalisa pendant vingt ans la plupart des commandes officielles et décora bon nombre de maisons particulières. Sans modifier notablement l’architecture des poêles, il renouvela entièrement leur décoration par l’apport d’un répertoire inédit à Fribourg en développant les thèmes à la mode : chinoiseries, paysages, fleurs, scènes de genre avec musiciens, bergers ou chasseurs. Il fut également le premier potier fribourgeois à produire de la faïence stannifère polychrome. Cette innovation contribua largement à son succès.

21À ses débuts, Nuoffer présentait ses scènes dans des cartouches rocailles entourés d’un cadre de même style. Il renonça bien vite aux premiers, afin de disposer d’une surface à peindre plus généreuse et développa un type d’encadrement très caractéristique (fig. 1). L’ornementation des pieds et des moulures, de même inspiration, était habilement adaptée à la modénature de ces éléments. Le vocabulaire utilisé est élégant. Cependant, sa comparaison avec les multiples planches gravées de rocailles, largement diffusées à l’époque, montre une certaine timidité d’exécution (voir notamment BERLINER, 1926, t. III, fig. 1256-1426 ; ROLAND-MICHEL, 1984, fig. 195-223 et 237-355). Le décorateur fribourgeois devait disposer de modèles simplifiés, inspirés de gravures plus sophistiquées. Mais on ignore pour l’instant leur origine, car les recherches effectuées n’ont pas abouti.

22Le même problème d’identification se pose avec les représentations figurées. Les grands thèmes du moment étaient repris dans une interprétation plus modeste, adaptée aux difficultés de la technique de peinture sur céramique. Là aussi, le répertoire de modèles dont a dû s’inspirer le peintre était très étendu. Le fonds de l’atelier Nuoffer n’est malheureusement pas conservé. L’étude des gravures, des esquisses ou des dessins utilisés aurait sans doute apporté des informations intéressantes.

23L’acheteur disposait d’un choix de sujets vaste et plaisant, qui lui permettait de varier l’aspect des fourneaux de sa maison, comme le démontre l’exemple des six poêles conservés dans l’hôtel particulier cité plus haut. À la salle à manger, le décor est constitué par de simples cadres, il est floral au salon et, dans les diverses chambres, il est fait de chinoiseries, de paysages et de ruines antiques.

Fig. 1. Barberêche, château de Grand-Vivy. André Nuoffer, vers 1760-1765 (Cliché Ilford/Ciba-Geigy, Fribourg).

Fig. 1. Barberêche, château de Grand-Vivy. André Nuoffer, vers 1760-1765 (Cliché Ilford/Ciba-Geigy, Fribourg).

Fig. 2. Fribourg, château de Bourguilon. Cheminée d’André Nuoffer, vers 1770-1778 (Cliché Ilford/Ciba-Geigy, Fribourg).

Fig. 2. Fribourg, château de Bourguilon. Cheminée d’André Nuoffer, vers 1770-1778 (Cliché Ilford/Ciba-Geigy, Fribourg).

Fig. 3. Fribourg, Hôtel de Ville. Jean-Baptiste Nuoffer, vers 1784 (Cliché Ilford/Ciba Geigy, Fribourg).

Fig. 3. Fribourg, Hôtel de Ville. Jean-Baptiste Nuoffer, vers 1784 (Cliché Ilford/Ciba Geigy, Fribourg).

24Les chinoiseries étaient le sujet abordé avec le plus de bonheur par l’atelier Nuoffer. Cette imagerie ludique, qui connut un succès remarquable à travers toute l’Europe, plaisait beaucoup aux amateurs de poêles, qui la préféraient aux autres, à en juger par le nombre de pièces conservées avec cette ornementation. La composition habituelle comprenait un paysage meublé de pagodes, de rochers, d’arbres exotiques, d’obélisques ou de fontaines, qui accueillait des personnages en vêtements et accessoires "orientaux" tels que dragons et parasols (cahier couleur, pl. 6a).

25L’atelier Nuoffer traitait avec autant d’aisance les autres thèmes favoris du style rocaille. La représentation de paysages était particulièrement appréciée, car elle offrait de multiples possibilités d’interprétation, avec l’adjonction de personnages, d’animaux, de ruines antiques, de bâtiments rustiques ou de châteaux. À quelques exceptions près, ces scènes ne représentaient pas des sujets locaux, mais des situations imaginaires. Les scènes de genre étaient moins fréquentes. Elles montraient, sur un arrière-plan de paysage, des bergers, des musiciens ou des chasseurs, dans l’esprit de la peinture française de la Régence et de l’époque de Louis XV.

26Le néo-classicisme, apparu à Fribourg vers 1770, n’attira guère André Nuoffer, qui intégra mollement quelques éléments du vocabulaire nouveau – guirlandes, entrelacs, chutes ou trophées (fig. 2) – dans son répertoire traditionnel, sans changer l’architecture décorative de ses poêles. À sa mort en 1778, son neveu Jean-Baptiste Nuoffer reprit son atelier et produisit pendant quelques années de très belles pièces de style de transition Louis XV-Louis XVI (fig. 3), puis résolument néoclassique. À la fin du siècle, les troubles politiques qui ébranlèrent le régime patricien provoquèrent le déclin des arts décoratifs et de la fabrication de céramique de poêle.

Bibliographie

Bibliographie

Berliner R., 1926, Ornamentale Vorlage-Blätter des 15. bis 18. Jahrhunderts, Leipzig, t. III.

Bourgarel G., 1992, "Les matériaux de construction en terre cuite, les catelles de poêles", Le passé apprivoisé, Catalogue d’exposition, Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg, Fribourg.

Roland Michel M., 1984, Lajoüe et l’Art Rocaille, Neuilly-sur-Seine, Arthena, 445 p., 478 ill.

Torche-Julmy M.-T., 1979, Poêles fribourgeois en céramique, Fribourg, éd. Fragnière, 285 p.

Walter F., 1993, ’"Felicitas Reipublicae’ : leurs Excellences, le pouvoir et l’argent aux XVIIe-XVIIIe siècles", Revue suisse d’Art et d’Archéologie, 50, 1, p. 1-10.

Notes

1 Les références aux sources manuscrites sont à consulter dans TORCHE-JULMY, 1979. Pour la bibliographie antérieure à 1979, voir le même ouvrage.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Barberêche, château de Grand-Vivy. André Nuoffer, vers 1760-1765 (Cliché Ilford/Ciba-Geigy, Fribourg).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 2. Fribourg, château de Bourguilon. Cheminée d’André Nuoffer, vers 1770-1778 (Cliché Ilford/Ciba-Geigy, Fribourg).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 3. Fribourg, Hôtel de Ville. Jean-Baptiste Nuoffer, vers 1784 (Cliché Ilford/Ciba Geigy, Fribourg).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Auteur

Adjointe au Conservateur des Biens culturels du canton de Fribourg (CH).

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search