Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

Les céramiques de poêle de la cour nord du château de Montbéliard

Sur les pas des caqueliers montbéliardais, 1580-1640

Bernard Goëtz

Résumé

La céramique de poêle a été découverte dans un remblai de la première moitié du XVIIe siècle dans la cour nord du château de Montbéliard (Doubs). Certaines couches archéologiques n’étaient d’ailleurs composées que d’éléments de poêles (corniches, carreaux, couvre-joints), d’argile jaune fraîche et de fragments d’argile cuite provenant du lut de l’intérieur du poêle.

L’étude du matériel a mis en évidence environ 320 exemplaires provenant des différents poêles du château. Ces carreaux ou "caquelles" sont décorés de motifs floraux, géométriques, de représentations de personnages de l’Ancien Testament (Moïse, Abraham, Samson, Job, David roi et David jeune) et du Nouveau Testament (Jésus et ses apôtres, Jean, Bartholomé, Matthieu, Paul, Jacques, Pierre, Philippe, Marc). Une série est illustrée par les premiers mois de l’année (janvier, février, avril, mai, juin), représentés sous la forme de personnages occupés aux travaux agraires (taille de la vigne, greffe des arbres), d’autres par les cinq sens (odorat, goût) ou les sept péchés capitaux (luxure et avarice).

L’étude d’un document exceptionnel conservé aux Archives Municipales de Montbéliard complète l’analyse archéologique. Celui-ci nous renseigne très précisément sur les moules et le matériel utilisé au début du XVIIe siècle par un caquelier, résident et bourgeois de Montbéliard. Il s’agit de l’inventaire après décès de Hans Petzsteiner. Ce dernier avait résidé et travaillé en Allemagne (Haut-Palatinat) avant de venir s’installer à Montbéliard vers la fin du XVIe siècle ; l’inventaire de ses biens a été effectué après son décès le 4 juin 1631 ; la vente a eu lieu le 23 juillet 1631.

Des recherches menées aux Archives Municipales (comptes de la ville et de l’hôpital, fin du XVIe-début du XVIIe siècle), ainsi que quelques documents du XVIIIe siècle, terminent notre tour d’horizon des caqueliers du pays de Montbéliard.

Texte intégral

Le site archéologique

Le contexte des découvertes

1La cour nord du château, située dans le châtel derrière (fig. 1), a été créée entre le 6 mars 1629 et le 16 septembre 1632. Les éphémérides du Pays de Montbéliard (WETZEL, 1854, p. 125) relatent ainsi cette construction : "le dernier de Mars l’on a commencé le fondement de la muraille vers la monnoye et ce pour ragrandir la cour du chasteau de Montbéliard". Les relevés effectués tous les ans sur l’avancement des travaux de la construction par l’architecte Jean Flamand complètent notre information (ADD 1).

2En faisant édifier un nouveau rempart, Jean Flamand, surintendant des bâtiments de Louis-Frédéric, duc de Wurtemberg et comte de Montbéliard, a ainsi délimité une nouvelle esplanade d’environ 290 m2 contre la façade nord du château. Ce rempart venait en remplacement d’une ancienne muraille datant vraisemblablement des XIIe-XIIIe siècles, qui était alors en très mauvais état et qui menaçait ruine. Celle-ci a toutefois été laissée in situ : les fouilles en ont dégagé une longueur de 15 m environ pour une hauteur de 5 m ; fondée sur le rocher, sa partie supérieure a été arasée.

3Pour pouvoir utiliser le nouvel espace, il a fallu remblayer entre le mur de soutènement et l’ancienne muraille : ceci a été fait au fur et à mesure de l’avancement des travaux, ainsi que l’a souligné la fouille archéologique.

4La muraille Flamand est longue de 34 m et haute de 17 m environ. Côté ouest, elle fait un double retour, délimitant ainsi l’ancien fossé séparant le château de l’esplanade primitive ; ce fossé a été comblé en 1752.

5Le mur extérieur, en très bel appareillage, présente un léger fruit. À l’intérieur, huit contreforts stabilisent l’ensemble. L’angle ouest englobe un escalier en vis suspendu de 85 marches (h. 16,30 m, diam. 2,30 m), construit en même temps que la muraille. Un puits rectangulaire (0,80 x 1,20 m, profondeur 14,85 m) est accolé au massif de l’escalier : construit sur trois côtés, le quatrième côté étant formé par le rocher en place et, sur les quatre derniers mètres, par un mur de pierres. À l’origine, ce puits faisait partie du dispositif d’approvisionnement en eau courante du château, bâti dès 1595 par l’architecte Heinrich Schickhardt. Un chemin de ronde permettait de faire le tour de cette muraille Flamand.

Le matériel archéologique

6Un sondage, effectué à la fin du mois de novembre 1989, ayant révélé l’intérêt des vestiges archéologiques et architecturaux, il a été décidé de fouiller l’espace entre les deux murailles sur une hauteur d’environ 4 à 5 m ; l’espace ainsi libéré devait être ensuite couvert par une dalle en béton et intégré dans le circuit des visites historiques du musée.

  • 1 Le catalogue de cette céramique de poêle (inventaire et dessins) a été publié dans GOËTZ, 1995, p.  (...)
  • 2 Le terme de "caquelle" est employé dès le XVe siècle dans les textes. Il désigne les carreaux de po (...)

7L’ensemble du matériel recueilli provient du comblement entre les deux murailles, déposé avant 1632. Il se compose, essentiellement dans les parties les plus basses, de blocs et de déchets provenant de la taille des pierres. Les couches archéologiques présentent une très forte déclivité, s’organisant en bandes parallèles autour de cônes de remplissage. Elles ont livré un important matériel : éléments d’architecture et de construction (tuiles, fer de lance, briques, pierres plates de couverture, pierres taillées, carreaux de sol et galets) ainsi que des éléments de la vie quotidienne (fragments de poterie, verrerie, ossements, aiguilles, dés, boutons, petits objets de parure, monnaies et jetons). Le matériel le plus intéressant est une série de carreaux de poêle1. Environ trois cent vingt exemplaires provenant des différents poêles du château ont ainsi pu être étudiés. Ces carreaux ou "caquelles"2 sont décorés de motifs floraux, géométriques, de représentations de personnages de l’Ancien Testament – Moïse, Abraham, Samson, Job, David roi et Joseph (STELZLE-HÜGLIN, 1993, p. 155- 163, fig. 4) – et du Nouveau Testament (cahier couleur, pl. 5) – Jésus et ses apôtres, Jean, Bartholomé, Matthieu, Paul, Jacques, Pierre, Philippe, Marc. Une autre série est illustrée par les premiers mois de l’année – janvier, février, avril, mai, juin – représentés sous la forme de personnages occupés aux travaux agraires (taille de la vigne, greffe des arbres) ; une autre, enfin, figure les sens (odorat, goût) et les péchés capitaux (luxure et avarice). La plus grande partie de ces carreaux provient de réparations effectuées sur les poêles du château. Les inscriptions qui s’y trouvent sont rédigées en allemand. Les carreaux sont recouverts d’une glaçure verte ou noire sur leur face externe ; quelques-uns sont graphités.

Fig. 1. Vue cavalière de la ville et du château (noté en E) de Montbéliard au début du XVIIe siècle. Extrait de la gravure de Mathieu Mérian, 1643. Doc. musée du château, inv. 991 G 43.

Fig. 1. Vue cavalière de la ville et du château (noté en E) de Montbéliard au début du XVIIe siècle. Extrait de la gravure de Mathieu Mérian, 1643. Doc. musée du château, inv. 991 G 43.

Provenance du matériel archéologique

8Le lot de céramiques de poêle provient des différentes unités stratigraphiques qui ont servi au remblaiement entre les deux murailles. Certaines de ces unités n’étaient composées que d’éléments de poêles : corniches, carreaux, couvre-joints associés à de l’argile crue et à de nombreux fragments d’argile cuite provenant du lut de l’intérieur des poêles.

L’inventaire Petzsteiner (fig. 2 et 3)

9L’inventaire des biens de Hans Petzsteiner permet d’établir une relation entre ces carreaux découverts dans la cour nord et ceux de sa production.

  • 3 Cf. les textes transcrits en annexe. Cet inventaire nous a été signalé par Christian Jouffroy, qui (...)

10Cet document est exceptionnel, car il nous renseigne très précisément sur les moules et le matériel utilisés au début du XVIIe siècle par un caquelier résidant à Montbéliard (AMM 1). Hans Petzsteiner avait d’abord habité et travaillé en Allemagne (Haut-Palatinat) avant de s’installer à Montbéliard vers la fin du XVIe siècle. L’inventaire de ses biens a été effectué après son décès, survenu le 4 juin 1631, la vente de ses outils ayant eu lieu le 23 juillet 1633, sur la Pierre à Poisson à Montbéliard3.

11Outre ses biens, l’inventaire mentionne les papiers en sa possession :

Fig. 2. Extrait de l’inventaire après décès de Hans Petzsteiner, 1631. Archives Municipales de Montbéliard, série FF 504.

Fig. 2. Extrait de l’inventaire après décès de Hans Petzsteiner, 1631. Archives Municipales de Montbéliard, série FF 504.
  • "une lettre en parchemin de nativité et d’apprentissage dud. deffunt Hans Batzenstainner du conseil de la ville de Neuerenmarkt [ville située à côté de Nuremberg] au Haut Palatinat datée du 4 mars 1596 hayant un seau pendu en queue de perchemin ;
  • une attestation de papier que luy et sa femme ont demeuré un quart d’an au chasteau de Bolsernwiller hayant eu seau au bas sur la mesme papier plie ;
  • une autre attestation des officiers de Reinterzanguen au côté d’Heiliggenberg [au-dessus du lac de Constance] pour la femme dud. deffunt Catherina Ruihin ;
  • une sentence contre lad deffunte pour un gennes au derrier de laquelle il y a des receptes pour faire des laisun bleu, blan et iaune." [laysenée, en patois montbéliardais = vernissé, glaçure, vernis de poterie].

Fig. 3. Extrait de l’inventaire après décès de Hans Petzsteiner, 1633. Archives Municipales de Montbéliard, série FF 504.

Fig. 3. Extrait de l’inventaire après décès de Hans Petzsteiner, 1633. Archives Municipales de Montbéliard, série FF 504.

De la fouille à l’inventaire

12Pour les carreaux de poêle, l’intérêt réside dans la relation existant entre la fouille et l’inventaire, celui-ci décrivant quatre-vingt-trois moules de carreaux.

Les personnages de l’ancien testament

13Six personnages se partagent l’ensemble de la série de carreaux de poêle à encadrement découverts dans la fouille : Samson, Job, Joseph, David Roi, Moïse, Abraham. Le nom du personnage est inscrit dans le cartouche à ses pieds : Hiob, Samson. Ce nom est complété, pour certains personnages, d’un adjectif désignant ce qu’il symbolise : Abraham. D. Glaub [la Foi], Samson. D. Starck [la Force].

14L’inventaire de Hans Petzsteiner évoque, quant à lui :

  • "Un aultre moule pour former des caquelles, représentant Moïse ;
  • un aultre havec une figure au bas de laquelle est escrit samson à mesme usage ;
  • un aultre a mesme usage havec un escriteau au bas d’une figure d’homme ;
  • un aultre de mesme figure au bas de laquelle est gravé Job (fig. 2) ;
  • un aultre mousle ou il y ha une figure et au bas Abraham".

Les personnages du nouveau testament

15L’inventaire de Hans Petzsteiner décrit aussi des carreaux figurant des personnages du Nouveau Testament et découverts sur le site : Jésus-Christ et les Apôtres Pierre, Paul, Thomas, Bartholomé, Jean, Philippe, Jude, Jacques ("St. IACOBUS"), Marc ("St. MARCUS").

  • "Un moule carré et creux au milieu pour y mettre quelques figures ;
  • huit pièces, représentant quelques apôtres qui viennent se mettre au milieu du susdit moule, et un autre [copié].
  • une forme de moule de bois, vide au milieu, dans laquelle on peut mettre les dits apôtres ;
  • quatre figures représentant quelque appostres de terre...
  • un moule d’appostre fendu du long tout au milieu".

La série des mois

16Ces carreaux de petite dimension se retrouvent dans plusieurs couches, de nombreux fragments sont disséminés un peu partout dans la fouille. Les mois représentés sont Janvier, Février, Avril, Mai, Juin.

17L’inventaire de Hans Petzsteiner fait référence à "Six mouises aussi façonnés représentant à teneur des éscripteaux au-dessus, les six premiers moys de l’année, Janvier, Fébvrier, Mars, Avril, May et Juin".

Les carreaux aux armoiries de la famille de Wurtemberg

18L’inventaire dénombre aussi plusieurs moules faisant référence à la famille de Wurtemberg.

  • "Premièrement le devant d’une tour ou les armes de la très illustre maison de Wirtemberg sont représentées en un gros moule de terre quarré ;
  • Un mousle de caquelle ou les armes de la très illustre maison de Wirtemberg sont représentée de terre ;
  • Un mousle de bois rond ou les armes de la très illustre maison de wirtemberg sont taillées ;
  • Un de terre ou l’escusson desquelles armes est ;
  • Un beau mousle ou patron de pierre hayant les mesmes armoyries ;
  • Le quarre en suivant aussi façonné".

Inventaire et technique

19Le corps principal des carreaux porte le décor ; cette partie s’inscrit le plus souvent dans un encadrement plus ou moins mouluré. Ce corps principal pouvait être fait en deux parties : l’encadrement proprement dit et la figure qu’y insérait l’artisan. Sur de nombreux exemplaires de carreaux trouvés en fouilles, nous avons effectivement pu observer une cassure très nette au niveau de la liaison entre l’encadrement et la figure centrale, partie évidemment la plus fragile.

20L’inventaire de Hans Petzsteiner confirme ces observations sur la fabrication des carreaux :

  • "un moule carré et creux au milieu pour y mettre quelques figures ;
  • huit pièces représentant quelques apôtres qui viennent se mettre au milieu du susdit moule ;
  • une forme de moule en bois, vide au milieu dans laquelle on peut mettre lesdits apôtres".

Le matériel du caquelier

21Le matériel employé par le caquelier est, enfin, abondamment documenté :

  • "Un mortier de fer de fonte havec le pilon de fer battu ;
  • la schibbe [le tour du potier] havec le pau au milieu pour fayre des pots et caquelles ;
  • un abricher rond et trois rebabtenés de bois ;
  • un plomb a reigle ;
  • deux marteaulx de caquelle ;
  • un tronc a couper terre dessus ;
  • deulx faucilles à coupper la terre, l’une bonne, l’aultre presque usée ;
  • deux pasles de fer, une pioche, une hache, une petite racle de fer, deux auges de terre, deux poutots [en patois, diminutif de pot] de terre, deux anironde ;
  • un moulin a mouldre le laisan muré en la cuisine de lad maison...".

Sur les pas des "caqueliers" du pays de Montbéliard

Les chonffes

22Dans le Pays de Montbéliard, les corporations artisanales en tant que telles apparaissent dès la fin du XIVe siècle ; elles portaient alors le nom de "chonffes". Les premières chartes connues sont octroyées en 1491, la première aux merciers, la seconde, en 1494, aux couturiers. Il ne s’agit pas de chartes de création, car nous y trouvons mentionnés les anciens usages et les règlements déjà en vigueur.

23Le 10 juin 1573, les princes curateurs du comte Frédéric octroient une telle charte à la corporation regroupant les corps de métiers des maçons, des carriers, des tuiliers, des couvreurs, des terrassiers et des caqueliers. Cette chonffe était dirigée par un maître élu pour un an, la charte reproduisant les règles d’ordre général ainsi que des points plus précis liés à la profession elle-même. Le potier de terre, après un voyage d’une durée de trois ans, était tenu de réaliser un chef-d’œuvre (NARDIN, 1910, p. 79-84). Les caqueliers, eux, fabriquaient et réparaient les poêles alors en usage dans le pays.

Les comptes de la ville

24À Montbéliard, les comptes de dépenses et de recettes de la ville (AMM 2) font mention chaque année des très nombreuses interventions effectuées sur les fourneaux de la maison de ville, des différentes porteries et bâtiments relevant de la ville.

Les caqueliers

25Dans la série des comptes s’échelonnant entre 1580 et 1640, nous avons trouvé les noms des caqueliers suivants :

  • entre 1580 et 1599 : Jehan Paon ;
  • entre 1586 et 1601 : Michel Œuvrard ;
  • entre 1598 et 1627 : Girard Luciot ;
  • entre 1599 et 1608 : Hans Petzschtairer, caquelier allemand ;
  • entre 1601 et 1635 : Perrin Œuvrard, caquelier et bourgeois de Montbéliard (fig. 4) ;
  • entre 1632 et 1640, Pierre Jodry ;
  • entre 1633 et 1636, Charles Vuilleminot, thuillier de la ville de Montbéliard en 1615 ; bourgeois d’Héricourt en 1633, il est cité en tant que caquelier à Montbéliard en 1634 ;
  • en 1636 : Johan Hay, caquelier de Grandvillars (Territoire de Belfort).

26D’autre part, Michel Œuvrard payait un cens de "vingt sols estevenantes" à la ville sous la rubrique "accenssement de communaux", "pour la place ou il a fait son fourg à la Rochotte" ; il est mentionné jusqu’en 1609, puis remplacé par sa veuve, à laquelle succède Perrin Œuvrard en 1624 (AMM 3) ; le décès probable de ce dernier se situe en 1637 : "Jacques Œuvrard fils de feu Perrin Œuvrard caquelier et bourgeois de Montbéliard" (AMM 4).

27Girard Luciot, à partir de 1612 et jusqu’en 1627, paye également un cens de vingt sols estevenantes "pour son fourg estant à la Rochotte".

Les caqueliers de l’inventaire Petzsteiner

28À cette liste, il convient d’ajouter les caqueliers cités dans le texte de l’inventaire après décès du caquelier Hans Petzstainer (23 juillet 1633) :

  • Charles Vuilleminot d’Héricourt ;
  • Guillaume Gillot d’Héricourt ;
  • Mathieu Sesking de Grandvillars ;
  • Perrin Euvrard de Montbéliard ;
  • Pierre Jodry de Montbéliard (décédé en 1666), qui acheta le fond Petzsteiner pour 49 francs (fig. 3).

Termes utilisés dans les comptes pour les réparations effectuées sur les poêles

"Avoir dressé trois fournots à neuf
"Fait dressé un neuf fournot"
"Fait un neuf fournot"
"Avoir refait les fournots"
"Avoir refait et entretenu...."
"aussi redressé le fournot...."
"racommodé les fournots...."
"racoustré le fournot du poille" (fig. 4).

29Entre 1580 et 1640, les comptes parlent rarement des matériaux employés. Toutefois, les pièces justificatives existantes donnent plus de détails, le nombre de caquelles utilisées apparaissant parfois :

"mis six caquelles et trois carrés, fourni la terre"
"et fourni tant caquelles que terre"
"reconstruit le contre feu"
"ayant remis deux caquelles"
"et pour avoir fourni au dit effet, 28 caquelles".

Les caqueliers travaillent pour la ville

30À la maison de ville, nous trouvons des mentions de plusieurs "poilles" équipés de fournots (le "poille" est ici synonyme de pièce) :

"grand poil"
"poil bas"
"petit poil"
"le poil ou se tient la justice"
"le poil qui regarde sur le jardin"
"le poil qui regarde sur le verger"
"le poil blanc".

Fig. 4. Pièces justificatives des travaux réalisés par Perrin Oeuvrard, caquelier, en date du 23 octobre 1616. Archives Municipales de Montbéliard, série CC 167, pièce 108.

Fig. 4. Pièces justificatives des travaux réalisés par Perrin Oeuvrard, caquelier, en date du 23 octobre 1616. Archives Municipales de Montbéliard, série CC 167, pièce 108.

31Nous trouvons également une cuisine équipée d’un four et de son âtre :

"aux deux bergeries ou maisons des bergers"
"à la maison du maître de la haute justice qui possède également un four"
"à la maison des banvards [gardes champêtres]"
"au poil des arbalétriers et arquebouziers".

32Sont aussi mentionnés des poêles aux porteries ou corps de garde suivants :

  • porterie Saint Pierre,
  • porterie sous le château,
  • porterie de la pierre à poisson, proche de la pierre à poisson,
  • tour de l’horloge,
  • porterie des graviers [tour nouvellement rebâtie en 1615],
  • porterie de la rochotte, demeure du portier de la rochotte,
  • porterie du bourg,
  • Tour Saint Nicolas rehaussée en 1619.

Essai d’analyse

33En récapitulant toutes les mentions de fournots faits à neuf, nous aboutissons à un total de trente et une occurrences entre 1580 et 1637, tant pour la maison de ville que les porteries et autres lieux, soit respectivement :

  • la maison du maître de la haute justice, en 1580-
    1622-1628,
  • la porterie Saint Pierre, en 1583-1585-1602-1618- 1634,
  • la porterie des Graviers, en 1602/1603-1615-1627,
  • la porterie de la Rochotte, en 1603-1616-1622-1636. Ces mentions donnent en moyenne un fournot refait à neuf tous les quinze ans ; bien entendu, ce n’est qu’un ordre de grandeur, compte tenu des cahiers manquants et des années où les notes ne sont pas détaillées. Ces fournots sont alimentés en bois : la ville, par exemple, a acheté 219 voitures de bois et fagots, entre septembre 1616 et juin 1617.

Les comptes de l’hôpital (AMM 5)

34Les caqueliers réparent également le fournot de l’hôpital, le four situé dans la cuisine de l’hôpital ainsi que les deux fours banaux de l’hôpital situés en ville.

35Le fournot de l’hôpital est régulièrement entretenu par Perrin Œuvrard entre 1613 et 1634 et par un caquelier de Grandvillars en 1636 :

36en 1613, "recimenté le fournot"

37en 1625, "racommodé"

38en 1627, "refait le fournot"

39en 1628, "recimenté le fournot dudict hôpital et recaronné iceluy en de dans"

40en 1629, "recimenté le fournot et recaronné"

41en 1630, "raccomodé le fournot du grand poil"

42en 1631, 1633, "recimenté".

43Une pièce jointe, datée du 4 janvier 1628, précise que le caquelier a "resimenté le fournotte de fer de lopitalle" : ceux-ci s’occupent donc également des fournots en fonte de fer, le métier évoluant avec son temps. Les comptes de la ville de Montbéliard signalent aussi la présence à la maison de ville de deux fournots de fer fondu, achetés en 1592 pour 153 francs 8 gros (CUISENIER, 1984, p. 88).

Quelques documents du XVIIIe siècle

44Des documents du début du XVIIIe siècle, concernant le château de Montbéliard, apportent des compléments d’information sur les opérations courantes effectuées sur les poêles : réparation, construction et réutilisation.

45"Mémoire de besogne du potier de terre

  1. Raccommoder le fourneau au poil de chasse au château.
  2. Raccommoder les deux fourneaux en la tour ronde du côté de la porte Saint-Pierre.
  3. Faire un fourneau de terre et un petit poil à côté de la cuisine de S.A.S. madame la Princesse, les caquelles sont en la chambre à côté.
  4. Les vieilles cacquelles qui seront encore bonne pourront servir pour faire un petit fourneau au poil du Lieutenant.
  5. Un fourneau de terre en la boulangerie.
  6. Un petit fourneau de terre en la chapelle, madame la maîtresse d’hostel en l’église" (ADD 3).

46Un autre texte présente le déplacement d’un poêle (démontage et remontage) d’une pièce à une autre, ce qui entraîne la fourniture d’une voiture de terre glaise. Ces travaux ont été demandés en août 1713 à Pierre Charton. "État des réparations que S.A.S souhaite de faire outre les marchés fait cy devant avec les massons. Le fourneau de caquel du poile blanc, convient à estre transporté et posé au poile rond au dessus de la grande cuisine, demande pour façon 6 francs. Les matériaux pour les articles cy dessus demande... une voiture de terre de fourneau" (ADD 4).

47Les poêles étaient souvent déplacés. Il en existait encore au début du XVIIIe siècle à l’intérieur du château, bien que les fourneaux en fonte de fer tendaient à les remplacer. Dans le nouveau corps de logis reconstruit en 1751, il ne subsistait que des fourneaux en fonte de fer dont il ne reste aujourd’hui que peu d’éléments.

Conclusion

48Cette recherche archéologique et archivistique montre, une fois de plus, que Montbéliard à la fin du XVIe siècle, sous l’influence de Frédéric Ier, comte de Montbéliard et duc de Wurtemberg, a joué le rôle d’une principauté allemande en terre française. Cet État semble bien être à cette époque une frontière, une zone tampon avec le reste de la Comté, dans la diffusion de ce mode de chauffage qu’est le poêle en céramique. Cette terre d’accueil luthérienne a aussi su intégrer au sein d’une de ses corporations, comme elle l’a fait pour beaucoup d’autres, le caquelier allemand Hans Petzsteiner, arrivé à Montbéliard vers 1598. Ce dernier, qui avait effectué son apprentissage en Allemagne, est-il venu à la demande du duc Frédéric ? A-t-il apporté avec lui les moules décrits quelques années plus tard dans son inventaire après décès ? Ces moules, qui permirent à toute une imagerie religieuse riche de symbole de s’installer quotidiennement à l’intérieur même des pièces où se réunissait toute la famille.

Bibliographie

Bibliographie

ADD 1 : Archives Départementales du Doubs, comté de Montbéliard, E 68, 1562-1711.

ADD 2 : Archives Départementales du Doubs, comté de Montbéliard, E 101.

ADD 3 : Archives Départementales du Doubs, comté de Montbéliard, E 69 (1712/1749).

ADD 4 : Archives Départementales du Doubs, comté de Montbéliard, E 69.

AMM 1 : Archives Municipales de Montbéliard, série FF 504, inventaires, comptes, partages, échutes pupillaires dans les familles Petzsteiner 1631-1633.

AMM 2 : Archives Municipales de Montbéliard, série CC 67 à 74, 164-168, 169-175, impôts et comptabilité.

AMM 3 : Archives Municipales de Montbéliard, série CC 69. 7, impôts et comptabilité.

AMM 4 : Archives Municipales de Montbéliard, série FF 418, inventaires, comptes, partages, échutes pupillaires dans les familles Euvrard, 1583-1637.

AMM 5 : Archives Municipales de Montbéliard, Archives Hospitalières, série E 14-E 16, E 36, états des recettes et dépenses, 1613-1637.

Cuisenier R., 1984, "Les comptes de la ville de Montbéliard et l’histoire communale au temps du prince Frédéric de Wurtemberg", Bull. de la Société d’Émulation de Montbéliard, p. 25-131.

Goëtz B., 1995, "Les céramiques de poêle de la cour nord du château, 1629-1632", in : Ex pots... Céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté, Montbéliard, p. 182-201, 204, 205-206.

Nardin L., 1910, "Histoire des corporations d’arts et métiers des villes et comté de Montbéliard", Bull. de la Société d’Émulation de Montbéliard, p. 79-84.

Stelzle-Hüglin S., 1993, "Von Abraham bis Samson", Nearchos, 1, p. 155-163.

Thom M., 1982, "Glossaire du patois de Montbéliard", Bull. de la Société d’Émulation de Montbéliard, hors série, p. 94.

Wetzel M.-L., 1854, "Recueil mémorable de Hugues Bois de Chesne", Bull. de la Société d’Émulation de Montbéliard, août, p. 89-147.

Annexes

Annexe Inventaire après décès de Hans Petzsteiner, 1631-1633 (Archives Municipales de Montbéliard, série FF 504).

(Transcription des documents, Christian Jouffroy et André Bouvard)

Annexe 1a : inventaire après décès.

"Au lieu de montbéliard le 4 du mois 1631 au logis de maistre Pierre Baynon, masson bourgeois de lad ville inventaire ha este faict par nous soubsigné de touts et un chascung les meubles delaissés par fust maistre Hanz Patzsestainer luy vivant caquelier et habitant aud lieu, mort au poisle bas d’icelle maison fuivant qu’ils nous hont este declare etrevele par maistre Symon Bidecap serrurier, Marguerite Trafperin, sa femme et Claudine Thierry, femme dud Baynon et depuis les ayant sollicité et subvenu pendant sa maladie et jusqu’a lheure de son deces, le tout par serment presté sur et aulx saints Evangiles de Dieu de n’en rien tayre et reveler et raporter fidelement ce quils en peuvent sans la reserve de n’avoir distrait aulcune chose ayant appartenu aud deffunct.

Premièrement le devant d’une tour ou les armes de la tres illustre maison de Wirtemberg sont representees en un gros moule de terre quarré.

Le quarré en suivant aussi façonné.

Un autre gros moule, quelque peu fendu aussi façonné, comme hayant une figure présentant la nativité de nostre sauveur.

Un aultre gros moule aussi façonne ou il y ha une figure d’une femme au milieu et de costel et d’aultres et au-dessus quelques autres immages.

Un demy moule figuré représentant Melchisedee selon l’inscription qui y est.

Un mousle de kreutzel hayant un vase au milieu.

Un moule de frise ensemble du carre en deulx pièces.

Un mousle quarré et creux au millieu pour y mettre quelques figures.

Huict pielces représentants quelques apostres qui viennent et se mettent au milieu du susd moule et une aultre [compris].

Un demy mousle sur lequel il y ha une figure de femme deschevelee

Une forme de moule de bois vuide au milieu dans laquelle on peult mettre lesd appostres.

Un demy mousle aussi vuide dans lequel il y ha la figure d’une femme nue.

Deux mousles représentants chascun une ange de terre.

Un mousle de terre figuré des armes du seigneur Wurmber maistre d’hostel

Un aultre mousle pour former des caquelles représentant mousle [Moïse].

Un aultre havec une figure au bas de laquelle est escrit Samson à mesme us

Un aultre a mesme usage havec un escriteau au bas d’une figure d’homme.

Encore une aultre presque de mesme forme et façon.

Un aultre de mesme figure au bas de laquelle est gravé Job. Un demy mousle aussi façonné de feuillages.

Six mousles aussi façonnés représentant à teneur des escripteaux au-dessus, les six premiers moys de l’année janvier, febvrier, mars, avril, may et juin.

Un demy mousle servant à joindre lesd susdits hayant une petite figure au milieu.

Une forme de bois vuide au milieu de mesme grosseur que les susd mousles.

Quatre figures, representant quelques appostres de terre qui se mettent au milieu de lad forme

Un demy mousle venant havec luy et au milieu la representation d’un ange

Trois mousles de vases aussi pour former des caquelles dont l’un est pour fayre des forneaulx ronds, les aultres pour des quarrés

Deulx demy mousles de mesme façon

Un mousle en forme de mirouer creux

Le demy mousle de mesme façon

Un mousle crannelé en forme de roses

Un demi mousle de mesme façon

Deulx mousles hayants deulx grosses roses au milieu

Deulx demy mousles de mesme

Une forme ou patron de bois qu’est fendu au milieu duquel lesd mousles a roses hont este fait

Une forme toute plain de bois

Une aultre demye de bois

Trois mousles de leste aussi de bois

Un mousle de kreutzel de terre hayant une teste au milieu et des fleurs allentour

Un aultre hayant une teste d’ange

Un aultre plus petit ou il y a un escusson et deulx anges de costel et d’aultre

Cinq mousles de courroy de terre figuré

Un mousle de courroye dessoubs en trois pielces de bois

Un aultre mousle de courroye dessus en trois pielces aussi de bois

Trois aultres mousles de bois pour fayre la courroye d’une forneau rond

Un mousle de liste pour un forneau rond aussi de bois

Un mousle de caquelle ou les armes de la tres illustre maison de Wirtemberg sont représentée de terre

Un aultre demy de mesme matière et façon

Un aultre mousle ou il y ha une figure et au bas Abraham

Un aultre representant iun homme entier hayant un escusson au-dessus

Un mousle de bois de courroye, de forneau

Un mousle de liste de bois pour fayre des carrees

Une escarre de bois de sapin en deulx pielces

Une aultre escarre aussi de bois de sappin, à redresser les carrés de fourneau

Un mousle de gefrisel representant quatre personnages à une table assis, de terre

Deulx aultres mousles de gefrisel, de terre un peu plus petits

Un mousle de terre, de grosse courroye

Un demy mousle de terre, hayant trois testes au milieu, assez grand

Deux aultres, façonné de fleurs, plus petits, aussi de terre

Un homme armé, représenté dans un mousle de terre, pour mettre au-dessus d’une tour

Un mousle de bois rond ou les armes de la tres illustre maison de Wirtemberg sont taillées

Un de terre ou l’escusson desquelles armes est

Un beau mousle, ou patron, de pierre hayant les mesmes armoyries

Deulx mousle de terre, l’un grand, l’aultre plus petit, pour mettre aulx coings d’un kreutzel de tour de forneau Un demy mousle de rose, de terre

Trois petits mousles de brebis, de terre

Quatre aultres, un peu plus gros, aussi en forme de brebis, et de terre

Deulx mousles de brebis de terre en quatre pielces

Un mousle de teste de cheval, de terre

Un mousle de raisin, de terre

Deux petits mousles de terre, représentant deulx évangélistes

Un mousles de teste, fort petit, de terre

Un petit mousle de rose, de terre

Un patron, pour fayre des lyons, de terre

Un demy moule de grand caquelles

Une demy rompu par le milieu

Un mousle de petite courroyes, de terre

Un crible et un sais

Deulx bureteaulx a laisener les caquelles

Cinq conches, trois grosses et deux petites

Six scl à forme des pout

Une petite esquarre

Un mousle de grosses listes, de terre

Un mousle de petit kreutzel hayant un escusson au milieu

Un mousle de demye rose

Un mousle en deulx pielces, de petites testes sauvages

Quatre mousle, hayant un ange, qui tient un escusson, pour mettre au coin d’une tour

Un mousle d’appostre fendu du long, tout au milieu

Un mousle de petit gefrisel, hayant au milieu une teste de sauvage

Une demye caquelle

Une teste d’ange le tout de ce que dessus de terre

Un mortier de fer de fonte havec le pilon de fer battu

La schibbe havec le pau au milieu pour fayre des pots et caquelles

Un abricher rond et trois rebabtenés de bois

Un plomb a reigle

Deux marteaulx de caquelle

Un tronc a coupper terre dessus

Un gardemanger

Une tenaille de fer

Deulx faucilles à coupper la terre, l’une bonne, l’aultre presque usée

Deulx pasles de fer l’une meilleure qur l’aultre

Une pioche

Une hache

Une petite racle de fer

Deulx auges de terre

Deulx poutots [en patois, diminutif de pot] de terre

Deulx anironde

Un moulin a mouldre le laisan muré en la cuisine de lad maison

[...] petits lavons ou aix.

Meubles de bois

Une petite table de sapin, avec son pied de chasne hayant une liette

Un petit banc

Quatre celles, une haulte et trois petites

Une balance de bois

Trois petits poix de fer

Trois pierre de poix de terre

Une poche de fer

Un chaulce pied

Un cramaille de fer

Un petit andier de fer

Une petite pasle de fer

Une petite lade a mettre basles et mousles d’arquebuse

Un petit de cuivre jaune

Une petite quaisse de mesme matiere

Quatre quaisses de fer de diverse grosseur

Un grappin ou de fer

Deulx grappes de fer pour mettre soubs les souliers en temps d’hyver

Un petit coffret avec des entrechastres

Une petite table comme un banc

Un petit coffre ferré

Un viel pourpoint de peau noyre

Ancore un aultre aussi de peau

Un hault de chausse de peau

Un corcelet de toille noyre

Un vieil bas de serge violette

Une pessiere d’homme de pelisse noyre

Une pessiere de femme aussi de pelisse rouge

Un devantier noyr, de toille s noyre

Un devantier de toille blanche

Un petit sachet, de toille

Deulx plombs reigles

Un plomb a trois quarres

Une escarre de bois

Une armoyre qui s’ouvre et ferme a clef

Un lit avec la toye de toille qui s’empoyse

Un aultre lit de trelot a trois marches qui s’empoyse

Un duvet avec la toye de trelot a quatre marches qui s’empoyse

Un travers hayant la toye de toille qui s’empoyse

Ancor un aultre travers ayant aussi la toye de toille qui s’empoyse

deulx oreillers hayant les toyes de trelot.

Titres

Une lettre en perchemin de nativité et d’apprentissage dud. deffunt Hans Batzenstainner du conseil de la ville de Neuerenmarkt [ville située à côté de Nuremberg] au Haut Palatinat datée du 4 mars 1596 hayant un seau pendu en queue de perchemin

Une attestation de papier que luy et sa femme ont demeure un quart d’an au chasteau de Bolsernwiller hayant eu seau au bas sur la mesme papier plie

Une autre attestation des officiers de Reinterzanguen au côté d’Heiliggenberg [au-dessus du lac de Constance] pour la femme dud. deffunt Catherina Ruihin

Une sentence contre lad deffunte pour un gennes au derrier de laquelle il y a des receptes pour faire des laisun bleu, blan et iaune

Une bouteille en forme de tas... ette

Une selle percee

Armes

Led. Bildbap ha revele que le deffunt a engagé son lansquet au papelier nommé Hans Jacob Zerdickard

Plus une espee que maistre Guyon Brisechoux tient de gage pour trois francs... le pendant en forme d’escharpe Une hallebarde

Un espieu

Une espieu

Une espee havec un pendant de cuir noyr

Une bandoulière

Un vieil manteau noir que led Bidenkap ha reconnu avoir

Une tannouyere, une bien petite...

Une petite conche ou met a pestrir

Une petite met de sapin qu’on dit n’estre payée led Bidenkap et sa femme ont aussi revele que Leonard Dela ... havoit une mape dud deffunt de gage pour un teston

Et Jaque Dedier dit Baret une autre nape pour un franc

Un petit tonneau de sapin

Deulx meschantes lattes a porter des pots

Une scie a scier du bois

Deulx selles l’une grosse, l’aultre petite

Un coffre de sapin ferré fermant à clef

Un archebanc havec deulx entrechastes dont l’un ferme à clef l’aultre non

Une quaisse de sapin sans couvercle

Un gros banc a clappler terre qui ne vault pas beaucoup Une vielle serge fourree de nappe

Deulx sacs

Un sachet

Une basche de lit

Deulx bien petits tonnelets de sapin a mettre du laisan

On a retreuve au soullier de lad. maison

Trois cent quarre de roses, de caquelle à la quarre

Plus six vingts douze caquelles a la rose

Plus cinquante caquelles cuites

Plus deix quarres qui sont cuit

Encore septante deulx courroyes de fournot tant bonnes que mauvaises

Treize quarre de tour [lour]

Trois cens croisat de terre a uz d’orphainne

Treize grands croisats aussi pour orphaines

Cent pots de terre cuits non laisenes

Quatre gros devant de tour quelquement fendus et qui ne vaillent rien au dire de maistre Perrin Oeuvrard qui ha esté employé a visiter l’ouvrage de caquelier hayant appartenu aud. deffunt

Quatre quarre de tour

Quatre gefrisel

Deulx petites caquelles de tour

En la chambre basse, en la cour dud. logis

Cent caquelles tant bonnes que mauvaises et rompues

Deulx petites auges de terre

Cinquante courroye de fournot, tant bonnes que rompues

Il y ha encores au hault d’icelle maison une biche de terre qui ha l’une des cornes rompue

Plus un monceau de vieilles caquelles que led maitre Perrin Oeuvrard ha dit ne valloir rien

Que sont touts les meubles retreuves en lad. maison que les susdits hont dit et declaire havoir appartenu aud deffunt par le serment qu’ils hont pour ce presté en la susd maison le huictième juin mille six cent trente et un pour les soussignez.

Au lieu de Montbéliard le treizième jour du moys d’Aost d’an mille six cent trente et un les meubles cy appres speciffiés hayant appartenus a maistre Hans Petzschtairer luy vivant caquelier habitant aud. lieu hont este exposés a l’enchan et eslevé apprès plusieurs remontées en faites à la pierre du poisson de lad. ville au plus offrant et dernier encherisseur par le soubsigné sergent et par la participation du soubscript subrogé en la place de monsieur le mayre commis au vendage d’iceulx..."

Annexe 1b : mise aux enchères de ses outils.

"A Montbéliard, le 23 de juillet 1633 a esté procédé au vendage des utils et besognes de caquelier qui appartenoit a fust maistre Hans Petzschtairer luy vivant habitant et caquelier audit lieu par les commis soubscript iceulx hayant esté (...) et esleus par maistre George Ruesten sergent au plus offrant et dernier encherisseur apprès plusieurs, revesles et declares en faites par barthes Vuillemenot pottier, bourgeois d’Héricourt, Guillaume Gilles aussi caquelier et bourgeois dud lieu, Matthis Schilling, bourgeois de grandvilers et du mesme mestier, Perrin Euvrard, Pierre Jodry, aussi caquelier et bourgeois dud. Montbéliard en présence de Symon Bidencap serrurier se disant donatayre d’iceulx et de Pierre Gaynon, bourgeois dud. Montbéliard

Lesdits utils et besogne hont esté mis en prix à quarante franc par Perrin Euvrard, à 42 par Pierre Jodry, 42 par led Euvrard, 45 par led Jodry, 46 par Euvrard, 46 fr 6 gr par Jodry, 47 par Euvrard, 48 par Jodry, 48 fr 6 gr. par Euvrard, 49 par Jodry."

Notes

1 Le catalogue de cette céramique de poêle (inventaire et dessins) a été publié dans GOËTZ, 1995, p. 182-201, fig. 1-72.

2 Le terme de "caquelle" est employé dès le XVe siècle dans les textes. Il désigne les carreaux de poêle : en allemand, Kachel veut dire carreau, par exemple dans "un cent de quaquelles rouges pour fayre un fournot". Le terme "caquelier", quant à lui, se rapporte au potier de terre qui fabrique les caquelles.
En patois montbéliardais, aux XVIIIe-XIXe siècles, la "caquelle" désigne une vaisselle grossière, un pot cassé, un tesson (THOM 1982 p. 94).

3 Cf. les textes transcrits en annexe. Cet inventaire nous a été signalé par Christian Jouffroy, qui en a fait une première transcription, complétée par la suite par André Bouvard. Nous les remercions très sincèrement pour leur travail.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue cavalière de la ville et du château (noté en E) de Montbéliard au début du XVIIe siècle. Extrait de la gravure de Mathieu Mérian, 1643. Doc. musée du château, inv. 991 G 43.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 2. Extrait de l’inventaire après décès de Hans Petzsteiner, 1631. Archives Municipales de Montbéliard, série FF 504.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 3. Extrait de l’inventaire après décès de Hans Petzsteiner, 1633. Archives Municipales de Montbéliard, série FF 504.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20228/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 4. Pièces justificatives des travaux réalisés par Perrin Oeuvrard, caquelier, en date du 23 octobre 1616. Archives Municipales de Montbéliard, série CC 167, pièce 108.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20228/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search