Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

La série d’apôtres Réflexions sur la fabrication, la distribution et la datation

Harald Rosmanitz M.A.
Traduction de Brand Bamberg et Jean-Jacques Schwien

Résumé

Au cours des dix dernières années, des fouilles dans le centre d’Ettlingen et de Karlsruhe-Durlach ont mis au jour un grand nombre de carreaux différents, qui donnent un aperçu complet de l’évolution de la céramique de poêle depuis le XIIIe siècle. L’étude s’attache aux carreaux baroques provenant de poêles détruits par l’incendie de 1689 ; elle est partie d’un ensemble de deux poêles de la fin du XVIIe siècle retrouvés complets près de la place du marché aux porcs (Saumarkt) à Durlach. Ce sont des poêles à deux corps, un foyer en plaques de fonte surmonté d’une partie en carreaux graphités ; on en trouvait de semblables dans presque chaque ménage de l’époque. Sont discutés la reconstruction de ces poêles et les motifs des carreaux pris individuellement. On y trouve en particulier une série de figures d’apôtres en pied, qui est une des plus fréquentes – avec de nombreuses variantes – en Alsace et dans toute l’Allemagne du Sud-Ouest, par-delà toutes les frontières politiques. À l’aide d’éléments de comparaison pris dans les collections alsaciennes et allemandes, on peut reconstituer l’ensemble des formes et des variantes, tant du cadre que du motif central, mais aussi les étapes de la production, du modèle gravé au poêle monté dans la maison du consommateur. Apparaissent ainsi les difficultés liées à une production de masse, tant pour la datation que pour l’identité des ateliers qui ont créé les motifs. En comparant les gravures et les carreaux, on constate que la série des apôtres se situe entre la copie exacte d’un modèle gravé et le modelage librement inspiré d’une gravure. Les carreaux baroques en relief ne sont donc presque jamais des créations des potiers locaux. La large diffusion des motifs permet de conclure que la combinaison de différents modèles reflète le stock de moules du potier local, dont la richesse en motifs dépend de son accès aux marchés supra régionaux qui diffusent les formes.

Texte intégral

1 Les recherches archéologiques menées dans le centre-ville d’Ettlingen et de Karlsruhe-Durlach au cours de ces dix dernières années ont livré d’innombrables carreaux de poêle de toutes sortes. Ces carreaux donnent un aperçu de l’évolution de la céramique de poêle, sans discontinuité depuis le XIIIe siècle, pour la partie nord du Rhin supérieur. Notre attention s’est particulièrement portée sur les carreaux des débuts de l’époque baroque, enfouis suite aux destructions de la guerre de la ligue d’Augsbourg en 1689. Les carreaux de deux poêles complets de la fin du XVIIe siècle, provenant du site du marché aux porcs (Saumarkt) à Karlsruhe-Durlach, constituent le point de départ de notre étude (ROSMANITZ, LUTZ, 1991, p. 272-279 ; 1992, p. 352-355). Cette découverte est d’un grand intérêt, dans la mesure où nous avons récupéré tous les éléments en céramique graphitée du corps supérieur de deux poêles à base en fonte, un type de moyen de chauffage très commun dans les maisons du début de l’époque baroque. Outre une réflexion sur la construction de ces poêles, nous avons pu mener l’étude des divers motifs des carreaux. Une série était constituée d’apôtres en pied, que nous appellerons "série d’apôtres du Rhin supérieur". Cette série, qui ne tient compte d’aucune frontière et dont de nombreuses variantes sont connues en Alsace et dans l’Allemagne du Sud-Ouest, figure parmi les ensembles de motifs les plus largement répandus à la fin du XVIIe siècle. Elle permet d’aborder les questions de l’émergence des motifs, de leur diffusion, de leur durée de vie ainsi que du fonctionnement des ateliers. Dans le cadre de cette étude, je souhaite exposer ces aspects et montrer quel intérêt peut avoir une étude approfondie d’un matériau négligé jusqu’à présent, en l’occurrence la céramique de poêle des débuts de l’époque baroque.

2Pour cet article, j’ai intentionnellement choisi la série des apôtres dans la riche panoplie des motifs de cette époque, parce qu’en raison de sa large diffusion, elle devrait vous être bien connue. De plus, elle fut fabriquée en quantités égales sur les deux côtés du Rhin. Un traitement d’ensemble n’était possible que dans le cadre d’une coopération franco-allemande.

  • 1 Simon Pierre (1) ; André (2) ; Jacques le Majeur (3) ; Jean l’Évangéliste (4) ; Philippe (5) ; Bart (...)

3Les séries d’apôtres appartiennent au catalogue des motifs les plus usités comme décor de carreaux de poêle depuis le milieu du XVIe siècle. Ces séries comportent jusqu’à seize figures et représentent le Christ, les douze apôtres, saint Paul, Marie et la crucifixion. Les numéros à l’intérieur des carreaux correspondent à la liste des apôtres selon Mathieu 10, 2-41. La plus ancienne série connue a été réalisée entre 1550 et 1562 par Hans Berman, d’après les modèles de Hans Sebald Beham (1500-1550) (type A) (MIELKE, 1982, p. 36-38). Dans la seconde moitié du XVIe siècle, on remplaça, dans le Sud-Ouest de l’Allemagne, le drapé linéaire des reliefs de Hans Berman par un façonnage plus personnel et plus élaboré. C’est ainsi qu’en 1586, le potier Hans Kraut de Villingen recourut, pour ses figures d’Apôtres peintes sur un poêle de l’abbaye Sankt Peter en Forêt-Noire, à des modes de représentation permettant une figuration beaucoup plus animée de la physionomie et des plis des vêtements (FRANZ, 1981, p. 107, fig. 332-337 ; STRAUSS, 1966, p. 108-109, pl. 73-74).

  • 2 Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° 3038.

4Dans la première moitié du XVIIe siècle apparut une série d’apôtres (type A) réalisée d’après des gravures hollandaises, offrant déjà toutes les caractéristiques de la série d’apôtres du Rhin supérieur (ROSMANITZ, 1994, p. 153 ; STRAUSS, 1983, pl. 140.1-2 ; WALCHER, 1906, p. 79, fig. 128). Les faces internes, toutefois, y sont une fois et demi plus grandes ; les personnages y ont, de plus, des qualités plastiques supérieures et, en arrière-plan, l’on peut parfois observer le supplice du saint. Un carreau de saint Pierre à glaçure verte, avec l’inscription "RS 1645" sur son socle, conservé au Württembergisches Landesmuseum de Stuttgart, prouve que des formes analogues ont encore été produites parallèlement aux séries d’apôtres du Rhin supérieur jusqu’au milieu du XVIIe siècle2.

5L’ensemble des carreaux aux apôtres de grande taille, découvert dans les fouilles de la cour nord du château de Montbéliard, appartient à une phase de transition vers la série des apôtres du Rhin Supérieur (GOËTZ, 1995, p. 196, pl. 21-30).

  • 3 STRAUSS, 1982, p. 262-263, cat. n° 295 (90) – 296 (90), 327, cat. n° 294 a-b, 329, cat. n° 294 c-d, (...)

6La manière de représenter les plis des habits est proche, sur le plan stylistique, de l’œuvre de Martin Schongauer, sauf que les silhouettes offrent des personnages au corps pivoté. À cela s’ajoute le fait que les vêtements ne sont plus en soi un élément de modelage, les ondulations des habits soulignant les corps qu’ils enveloppent. Il n’est alors pas étonnant de trouver leurs sources d’inspiration dans le maniérisme néerlandais, en l’occurrence une série de douze gravures barlongues produites par Hendrick Goltzius (1558-1617) d’après Marten de Vos (1532-1603) (fig. 1)3. En bordure de ces gravures, les apôtres sont représentés en position légèrement surhaussée sur des socles et se détachent ainsi nettement des scènes en arrière-plan évoquant leur martyre devant la silhouette d’une ville aux bâtiments antiquisants. Cette scène, composée d’un grand nombre de figures, est l’occasion pour l’artiste d’inclure de nombreuses études de corps. L’apôtre, en bordure de l’image, reste isolé de ces événements tout en tournant son regard vers eux. Lors de sa transposition dans la céramique, ce personnage a été isolé de la scène en arrière-plan et repris presque entièrement en conformité avec le modèle (fig. 2). Seuls quelques détails ont été simplifiés : ses attributs ont été agrandis pour une meilleure lisibilité ; le socie a été remplacé par un sol ; à cela s’ajoute parfois un paysage, mais qui ne dépasse pas le niveau des genoux du personnage en pied ; dans les cas où le modèle comportait des éléments d’architecture servant de support aux apôtres, ceux-ci n’ont été conservés que sous une forme réduite et statique.

Fig. 1. La série d’apôtres : saint André. Gravure de Hendrick Goltzius, vers 1600 (STRAUSS, 1982, p. 327, cat. n° 294b) (Cliché H. Bartsch).

Fig. 1. La série d’apôtres : saint André. Gravure de Hendrick Goltzius, vers 1600 (STRAUSS, 1982, p. 327, cat. n° 294b) (Cliché H. Bartsch).
  • 4 Wendel DIETTERLIN, Architectura / Von Ausstheilung, Symmetria und Proportion der Fünff Seulen und a (...)
  • 5 Musée d’Art et d’Histoire de Saverne, inv. n° Ed 88.

7À l’exception d’un ensemble du type B trouvé à Montbéliard (GOËTZ, 1995, p. 194, pl. 11-13), toutes les séries d’apôtres inspirées des modèles de Goltzius représentent des gardiens aux bras coupés dans l’encadrement à décor d’architecture (fig. 4, nos 1 et 4). Ce motif, qui caractérise la série d’apôtres du Rhin supérieur (type C), tire son origine des traités d’architecture contemporains, tel celui sur l’ordre des colonnes publié à Strasbourg en 1593 par Wendel Dietterlin (1550-1599)4 : on s’y inspire des théories de Vitruve selon lesquelles les colonnes étaient dérivées du corps humain. Ce motif à la manière de Dietterlin était particulièrement apprécié sur les carreaux d’angle et les corniches (LUTZ, 1973, p. 44-45, cat. n° 11 ; STRAUSS, 1983, pl. 146.8 ; ADE-RADEMACHER, MÜCK, 1989, p. 22, fig. 36). Une variante en est connue à Saverne, sur un carreau de couronnement d’un poêle du palais épiscopal de 16105.

  • 6 MINNE, 1991, p. 235, cat. n° 43A – 43H, cat. n° 51, 69, 88-96. Les réflexions de Minne se rapporten (...)

8La série peut être subdivisée, en fait, en deux sous-types qui ne diffèrent que par quelques détails6.

  • 7 BRUNEL, 1974-75, p. 173 ; GOËTZ, 1995, p. 195, pl. 17-18 ; FRANZ, 1981, p. 187, fig. 456 ; Kat. Vil (...)
  • 8 Stuttgart Württembergisches Landesmuseum, inv. n° E 3056 (cf. Kat. Villingen, 1978, 66, cat. n° IIa (...)

9La majeure partie des carreaux est caractérisée par un cadre à décor d’architecture discret et des feuilles d’acanthes en rosettes sur les bases (type C 1) (fig. 3 ; fig. 4, n° 1)7. Des anges dans les écoinçons maintiennent les cuirs du sommet de l’arcature. Ce type à encadrement simple est présent dans tout le Rhin supérieur (fig. 5). Les petits côtés des carreaux d’angle comportent un décor soit ornemental, soit figuré. Un décor architectural très semblable, mais simplifié, encadre une série d’évangélistes (type C 2). D’après l’inscription "HMS Anno 1698" d’un moule de Stuttgart, ces carreaux étaient encore produits à la fin du XVIIe siècle8.

Fig. 2. La série d’apôtres du type C la : saint André. Villingen, deuxième moitié du XVIIe siècle. Villingen, Museum Altes Rathaus, inv. n° IIa, a 7, 21,5 x 16,5 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 2. La série d’apôtres du type C la : saint André. Villingen, deuxième moitié du XVIIe siècle. Villingen, Museum Altes Rathaus, inv. n° IIa, a 7, 21,5 x 16,5 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 3. Moule de la série d’apôtres du type C 1 : crucifixion. Alsace, deuxième moitié du XVIIe siècle. Strasbourg, Musées de la Ville, inv. n° 12852, 24,5 x 20 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 3. Moule de la série d’apôtres du type C 1 : crucifixion. Alsace, deuxième moitié du XVIIe siècle. Strasbourg, Musées de la Ville, inv. n° 12852, 24,5 x 20 cm (Cliché H. Rosmanitz).

10Une autre série est définie par ses deux anges aux attributs caractéristiques, un soleil au sommet de l’arcature et des têtes de lion sur les bases du cadre (fig. 4, n° 4 ; fig. 7 et 8) (BRUNEL, 1974-75, p. 175, fig. b ; FICKER, 1907, pl. 45, 7-9). L’aire de répartition de cette composition est limitée à la région strasbourgeoise et au Nord du pays de Bade (fig. 6). À l’exception de Durlach et de Strasbourg, les régions où on trouve ces deux séries s’excluent l’une l’autre. Il faudrait cependant éviter de conclure à une exclusivité d’une série ou d’une autre pour des régions aussi petites.

11La quatrième variante connue de cette série d’apôtres du début de l’époque baroque (type C 3) se rapproche de la précédente par ses têtes de lions sur les socles. Son originalité réside dans le cadre au-dessus des impostes : l’intrados à motif d’écailles de l’arcature comporte à son sommet une tête de femme regardant vers le bas ; des têtes d’angelots surdimensionnées garnissent par ailleurs les écoinçons ; le motif central représente presque toujours des évangélistes ou le Christ.

12D’autres séries d’apôtres furent aussi réalisées avec des encadrements beaucoup plus riches (type C 4) (cahier couleur, pl. 3). Les gardiens y sont remplacés par des personnages de l’Ancien Testament, Job et Samson. Il ne faut pas y voir les précurseurs typologiques des apôtres, mais plutôt les symboles des vertus chrétiennes de la Patience (Job) et de la Force (Samson) (STELZLE-HÜGLIN, 1993, p. 155-163). Non seulement le motif central des carreaux, mais aussi la partie supérieure de l’encadrement, présentent incontestablement des similitudes avec les types présentés ci-dessus. L’aire de répartition de ce dernier type est limitée à la Bavière et à l’Autriche. En-dehors de ces limites, l’exemplaire de Giessen forme exception (STRAUSS, 1925, pl. 39, fig. 204). Tous les carreaux avec Job et Samson comportent l’inscription "16 GS 55" sur leur socle.

  • 9 Une série d’apôtres originaire de Styrie emploie des motifs centraux identiques à ceux du Rhin supé (...)

13Ainsi l’encadrement du maître GS peut être daté de la deuxième moitié du XVIIe siècle9. Un carreau de 1678 attesté à Wunsiedel, dans la partie nord-est de l’actuelle Bavière, prouve que des moules du motif central des carreaux de cette série ont été exportés jusqu’en Allemagne centrale (GEBHARD, 1980, p. 113, fig. 149). Le motif de l’apôtre Thomas y est associé à un encadrement beaucoup plus grand, caractéristique du style régional. L’exemple le plus septentrional de cette série d’apôtres est un carreau du type C 1 découvert à Londres.

  • 10 Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° 10230.

14À la fin du XVIIe siècle apparaît dans le Sud du pays de Bade une autre série d’apôtres avec un motif central aux dimensions singulièrement réduites (type D) (fig. 9) (Kat. Villingen, 1978, p. 29, cat. n° II. c. 1-2). Les deux piliers flanquant un très large encadrement sont pourvus chacun d’une niche avec un bouquet de fleurs dans un vase. L’accentuation du caractère ornemental établit nettement que cette série badoise méridionale dérive de celle des apôtres du Rhin supérieur. L’inscription "MW 1634" au dos d’un moule conservé à Stuttgart10 surprend donc d’autant plus que jusqu’à présent – comme je le montrerai – la fabrication de la série du Rhin supérieur n’est pas attestée avant la deuxième moitié du XVIIe siècle. Cette datation haute n’est pas seulement avérée par le moule de Stuttgart, mais aussi par l’emploi d’anciens modèles graphiques provenant de l’entourage de Martin Schongauer.

15Les périodes de fabrication et d’utilisation de carreaux peuvent être déduites d’une analyse stylistique des motifs ainsi que des datations inscrites sur les carreaux et les moules (fig. 12). À chaque fois, il semble toutefois judicieux de comparer ces résultats avec des données archéologiques.

Fig. 4. Les types d’encadrements de la série des apôtres : 1 : type C 1 ; 2 : type C la (voir type C 1, écoinçons avec des angelots aux jambes fléchies) ; 3 : type C 1b (voir type C 1, écoinçons avec des angelots en vol) ; 4 : type C 2 ; 5 : type C 3 (voir type C 2, à l’exception de l’arcature combinée avec des têtes d’anges) (Dessin H. Rosmanitz).

Fig. 4. Les types d’encadrements de la série des apôtres : 1 : type C 1 ; 2 : type C la (voir type C 1, écoinçons avec des angelots aux jambes fléchies) ; 3 : type C 1b (voir type C 1, écoinçons avec des angelots en vol) ; 4 : type C 2 ; 5 : type C 3 (voir type C 2, à l’exception de l’arcature combinée avec des têtes d’anges) (Dessin H. Rosmanitz).
  • 11 Datation des moules de carreaux du type C :
     – moule pour la partie centrale des apôtres Philippe, J (...)
  • 12 Datation du contexte des séries d’apôtres du Rhin supérieur découvertes en fouilles :
     – Emmendingen (...)

16L’analyse stylistique permet de placer l’origine de la série d’apôtres du Rhin supérieur au début du XVIIe siècle, soit la période d’émergence des modèles graphiques. Divers auteurs situent de façon analogue le terminus post quem à la fin du XVIe siècle (BRUNEL, 1974, p. 169-177 ; Kat. Heidelberg, 1986, p. 879). Les dates inscrites au dos des moules et sur l’avers des carreaux signés permettent de vérifier ces datations. Grâce à elles, on peut définir approximativement la fourchette chronologique pendant laquelle un motif a servi de modèle pour la fabrication des moules. Pour cette série d’apôtres du Rhin supérieur ont ainsi été relevées des dates entre 1669 (fig. 10 ; fig. 11) et 168911. Les modèles graphiques, par contre, circulaient déjà dans la première moitié du XVIIe siècle. L’absence de moules datés pour cette période pourrait être interprétée de deux façons : soit l’usage du millésime ne s’est imposé qu’après 1650, soit les modèles graphiques en question n’ont servi de référence que tardivement. Cependant, dans la mesure où il existe un grand nombre de carreaux alsaciens et d’Allemagne du Sud comportant des millésimes du début du XVIIe siècle, la première hypothèse peut être exclue. Le hiatus entre l’émergence des modèles graphiques et leur transposition sur les carreaux est aussi largement attesté par la documentation archéologique12. Les lots découverts à Karlsruhe-Durlach et à Emmendingen-Hochburg, dans des contextes scellés par la construction de bâtiments bien datés, donnent une fourchette d’utilisation de ces carreaux entre 1660 et 1689. L’exemple des carreaux de la série d’apôtres de type C 2, découverts dans la couche d’incendie de 1689 d’un atelier de potier du secteur de l’ancien marché couvert à Ettlingen, apporte une preuve supplémentaire de la réalisation de telles céramiques de poêle dans le dernier tiers du XVIIe siècle. Une datation archéologique se fonde toutefois sur des éléments aléatoires : elle ne peut qu’établir le moment où le poêle détruit pour faits de guerre ou évolution de la mode est enfoui. Sa durée de vie, soit la période d’utilisation, ne peut être déterminée ni par l’objet lui-même ni par des sources archivistiques.

Fig. 5. Carte de répartition de la série d’apôtres du type C 1 (Dessin H. Rosmanitz).

Fig. 5. Carte de répartition de la série d’apôtres du type C 1 (Dessin H. Rosmanitz).

Fig. 6. Carte de répartition de la série d’apôtres du type C 2 (Dessin H. Rosmanitz).

Fig. 6. Carte de répartition de la série d’apôtres du type C 2 (Dessin H. Rosmanitz).

Fig. 7. Moule de la série d’apôtres du type C 2 : saint Pierre. Alsace, maître Wb, deuxième moitié du XVIIe siècle. Strasbourg, Musées de la Ville, sans n° d’inv., 24,5 x 20 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 7. Moule de la série d’apôtres du type C 2 : saint Pierre. Alsace, maître Wb, deuxième moitié du XVIIe siècle. Strasbourg, Musées de la Ville, sans n° d’inv., 24,5 x 20 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 8. La série d’apôtres du type C 2 : saint Thomas. Allemagne du Sud-Ouest, deuxième moitié du XVIIe siècle. Ettlingen, Albgaumuseum, 22 x 18,5 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 8. La série d’apôtres du type C 2 : saint Thomas. Allemagne du Sud-Ouest, deuxième moitié du XVIIe siècle. Ettlingen, Albgaumuseum, 22 x 18,5 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 9. Moule de la série d’apôtres du type D : saint Barthélemy. Allemagne du Sud-Ouest, maître MW, 1634. Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° 10230, 23 x 20 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 9. Moule de la série d’apôtres du type D : saint Barthélemy. Allemagne du Sud-Ouest, maître MW, 1634. Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° 10230, 23 x 20 cm (Cliché H. Rosmanitz).
  • 13 Ville de Montbéliard, AMM, FF 504. Merci beaucoup à Bernard Goëtz pour ces références et leur analy (...)

17Des carreaux de la série d’apôtres du type C découverts dans un remblai des années 1629-1632 de la cour nord du château de Montbéliard (GOËTZ, 1995, p. 182-201), ainsi que ceux du château du Haut-Koenigsbourg, détruit en 1633, attestent la transposition de certains motifs peu de temps après la naissance de leurs modèles graphiques. Cette découverte du château des ducs de Wurtemberg à Montbéliard place la série d’apôtres dans une position singulière, dans la mesure où on avait alors plutôt recours à des formes nées au milieu du XVIe siècle, comme par exemple, la série des héros de l’Ancien Testament ou celle des mois d’après Jost Amman (ROSMANITZ, STELZLE-HÜGLIN, 1994, p. 58-69 ; STELZLE-HÜGLIN, 1993, p. 155-163). La série d’apôtres est aussi citée dans l’inventaire de la succession de Hans Petzstainer, mort à Montbéliard en 163113. Outre "... quatre figures représentant quelques appostres de terre qui se mettent au milieu de lad. forme...", c’est-à-dire quatre moules du motif central représentant des apôtres en pied, le texte décrit une "... forme de moule de bois vuide au milieu de laquelle on peult mettre lesd. appostres...". L’exécuteur testamentaire désigne probablement par là un patrice en bois servant à fabriquer les moules des encadrements de la série d’apôtres. Si un tel objet se trouvait véritablement en possession de Hans Petzstainer, il faut supposer que ce potier travaillant pour le compte du duc de Wurtemberg possédait non seulement la technique de fabrication des carreaux de poêle, mais aussi celle des patrices correspondants. Les exemplaires de la série d’apôtres repérés jusqu’à présent pour le début du XVIIe siècle restent cependant sporadiques, en regard de leur extrême diffusion à la fin du même siècle. Le motif est en effet présent dans le répertoire de tous les ateliers de potier locaux en Alsace et dans le Sud-Ouest de l’Allemagne après les troubles de la guerre de Trente ans.

Fig. 10. Moule à l’intérieur de la série d’apôtres du type C : saint Jacques. Allemagne du Sud-Ouest, 1669. Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, inv. n° 148, 17 x 8 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 10. Moule à l’intérieur de la série d’apôtres du type C : saint Jacques. Allemagne du Sud-Ouest, 1669. Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, inv. n° 148, 17 x 8 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 11. Dos d’un moule de la série d’apôtres du type C : saint Jacques. Allemagne du Sud-Ouest, 1669. Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, inv. n° 148, 17 x 8 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 11. Dos d’un moule de la série d’apôtres du type C : saint Jacques. Allemagne du Sud-Ouest, 1669. Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, inv. n° 148, 17 x 8 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 12. Datation de la série des apôtres, sur la base des objets trouvés en fouilles et les moules (Dessin H. Rosmanitz).

Fig. 12. Datation de la série des apôtres, sur la base des objets trouvés en fouilles et les moules (Dessin H. Rosmanitz).
  • 14 Il arrive souvent que l’on trouve dans le même contexte les mêmes motifs sans glaçure, graphités et (...)
  • 15 Fribourg-en-Brisgau, Augustinermuseum, inv. n° 12822. Ce poêle a été acheté à Kippenheim en 1919. I (...)
  • 16 Winterthur, château de Wülfingen (BELLWALD, 1980, p. 258, cat. n° 49).
  • 17 Strasbourg, Musée de l’Œuvre Notre-Dame (Kat. Heidelberg, 1986, p. 886, cat. n° S 22 ; MINNE, 1991, (...)

18Après ces réflexions sur le motif et sa datation, il reste à savoir comment ces carreaux s’inséraient dans l’architecture du poêle et quelle était leur place dans l’iconologie de l’ensemble des poêles14. Il n’est pas possible de mettre en rapport un certain type de la série des apôtres avec un certain type de poêle. Nous sommes assez bien renseignés sur l’aspect originel de tels poêles grâce aux deux exemplaires encore conservés à Fribourg-en-Brisgau15 et à Wülfingen16, ainsi qu’au modèle réduit de Strasbourg (cahier couleur, pl. 9, a et b)17. À cela il faut ajouter les poêles de la série des apôtres reconstitués avec beaucoup de vraisemblance à Emmendingen-Hochburg, Engen et Karlsruhe-Durlach (ROSMANITZ, 1995, p. 109-115, fig. 55). L’exemplaire de Wülfingen est dû au potier Hans Heinrich Pfau de Winterthur qui l’a confectionné pour le château en 1672. Trois rangées de carreaux d’apôtres, bordées en haut et en bas par une frise de têtes de lion, sont flanquées aux angles de pilastres à Hermès. Le poêle similaire du musée des Augustins à Fribourg est une simple reconstruction muséographique. Le modèle réduit conservé à Strasbourg apporte un exemple d’un corps supérieur en céramique sur une base en fonte ; à la différence de celui de Karlsruhe-Durlach, les deux registres du corps supérieur y sont composés de carreaux semblables.

19Les moules de la série des apôtres, en une ou deux pièces, appartiennent au répertoire de base des ateliers de potiers locaux. À côté de l’onéreux achat de formes en creux sur les marchés interrégionaux, il était plus facile au potier de se constituer des moules par moulage d’exemplaires existants. Les tirages réalisés à partir de ces formes secondaires sont loin d’atteindre la qualité des carreaux issus de moules de première main. Les carreaux semi-finis découverts dans l’atelier de potier du quartier de l’ancienne halle à Ettlingen (fig. 6) indiquent effectivement que tous les potiers ne disposaient pas des moules adéquats ; l’absence de moules et le corpus réduit de carreaux d’apôtres suggèrent l’achat – peut-être à la demande du client – de ces carreaux auprès d’un autre potier local qui, lui, possédait des moules originaux ; leur acquisition sur un marché interrégional n’est pas non plus à exclure.

20Il est exceptionnel de pouvoir attribuer des carreaux à des ateliers précis, comme cela a été le cas pour Colmar (MEYER, BRUNEL, 1976, p. 107, n° 51, atelier Bruat) et à Strasbourg, d’autant plus que les moules circulaient sans doute à l’échelle interrégionale ; de sorte qu’il n’est pas rare de retrouver des formes spécifiques à plusieurs ateliers dans l’officine du même potier local. Néanmoins, il est possible de dégager avec une grande prudence des critères caractéristiques de certains ateliers. Ainsi, à Villingen, un encadrement de type C 1 figure des angelots aux jambes légèrement fléchies (fig. 2). Des formes correspondantes sont également attestées à Emmendingen-Hochburg et à Schramberg : les archives de la construction du château de Hohenschramberg confortent l’hypothèse que, au moins dans cette localité, les carreaux étaient acquis à Villingen (SPÄTH, 1982, p. 32-42).

  • 18 Villingen, Museum Altes Rathaus, inv. n° 1358 (Kat. Villingen, 1978, p. 80, cat. n° IIa.a 2).
  • 19 Le graffiti "HK" sur le dos du patrice de Villingen fait penser à une oeuvre de Hans Kraut, potier (...)

21 Les patrices apportent des informations précises sur l’origine des motifs (ROSMANITZ, 1994, p. 151-153). Ils forment le lien entre le modèle dessiné et la production en série. Les formes en relief servaient de positif pour la confection des moules. Des traces de veines de bois dans les moules montrent que les patrices étaient généralement de petits panneaux en bois. Il n’y a que peu de cas attestés de positifs en céramique. Il est d’autant plus surprenant que deux patrices du motif du Christ soient conservés, l’un à Haguenau et l’autre à Villingen (cahier couleur, pl. 2b)18. Il est probable qu’ils se soient inspirés du même modèle graphique tout en présentant des différences marquantes dans les détails : sur l’arrière-plan du patrice de Villingen figurent des arbres et des maisons ; ceux-ci sont absents sur l’exemplaire de Haguenau, l’appauvrissement du vocabulaire décoratif y étant compensé par la qualité du drapé. Il est de ce fait impossible de considérer que l’un des exemplaires ait pu être une imitation de l’autre. Il est plus probable que les deux patrices – dont les dimensions sont quasi identiques – aient été réalisés au même moment, sans doute par le même artiste19.

22L’emploi de moules en deux parties permettait d’associer aisément d’autres motifs centraux que celui des apôtres avec les encadrements des gardiens aux bras coupés. Pour la série d’apôtres du Rhin supérieur, on a pourtant toujours la combinaison décrite ci-dessus, à l’exception de trois carreaux trouvés à Alpirsbach et à Emmendingen-Hochburg. Dans deux cas, le motif central figure une femme en tant qu’allégorie d’une vertu, selon un modèle typique – mais dans un encadrement différent – de la seconde moitié du XVIIe siècle (MINNE, 1977, p. 321, cat. n° 243 ; ROSMANITZ, 1994, p. 156-157). Un autre carreau provenant de Hirsau représente, quant à lui, le patriarche Joseph (STANGL, 1995, p. 8, fig. 6). Au contraire du type de l’allégorie des vertus, la série des personnages tirés de l’Ancien Testament était déjà en usage depuis un demi-siècle lors de la création de l’encadrement aux gardiens sans bras (STELZLE-HÜGLIN, 1993, p. 157, fig. 4). Le potier avait simplement revalorisé un motif traditionnel par un cadre moderne.

23L’analyse conjointe de carreaux de poêle alsaciens, franc-comtois et du Sud-Ouest de l’Allemagne livre non seulement un aperçu sur l’éventail des formes des encadrements et des motifs centraux, mais aussi des éléments sur le cheminement du modèle graphique de référence, à sa transposition dans le poêle. La production en masse soulève des difficultés tant pour les questions de datation que d’identification des ateliers initiateurs de nouveaux motifs. La confrontation entre le modèle graphique et sa représentation sur les carreaux de poêle montre que la série d’apôtres est à mi-chemin entre une copie conforme de l’image de référence et une adaptation libre. Dans la plupart des cas, les motifs de carreaux des débuts de l’époque baroque ne sont pas des créations propres aux ateliers de potiers locaux : ceux-ci se contentaient de produire un grand nombre de carreaux similaires en partant des formes en négatif disponibles. L’éventail des motifs utilisés par le potier dépendait de son accessibilité aux marchés interrégionaux. Deux moules à gâteau en terre cuite bâlois, décorés d’apôtres inspirés des modèles de Hendrik Goltzius, montrent, en définitive, une évolution parallèle à celle des carreaux dans tous les domaines de l’artisanat d’art et des arts plastiques (fig. 13).

Fig. 13. Moule à gâteaux représentant l’apôtre saint Barthélémy, d’après Hendrick Goltzius. Bâle, Musée Historique, inv. n° 1886 5n, 16,5 x 16,5 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Fig. 13. Moule à gâteaux représentant l’apôtre saint Barthélémy, d’après Hendrick Goltzius. Bâle, Musée Historique, inv. n° 1886 5n, 16,5 x 16,5 cm (Cliché H. Rosmanitz).

Bibliographie

Bibliographie

Ade-Ademacher D., Mück S., 1989, Mach Krueg, Haeffen, Kachel und Scherbe, Funde aus einer Ravensburger Hafnerwerkstatt vom 16. bis 19. Jahrhundert, Stuttgart (Archäologische Informationen aus Baden-Württemberg, 11).

Bader, 1881, "Die Burg und Stadt Staufen (Schloss)", Schau-ins-Land, 8 , p. 37-58.

Bellwald U., 1980, Winterthurer Kachelöfen : von den Anfängen des Handwerks bis zum Niedergang im 18. Jahrhundert, Bern.

Brunel P., 1976, "Le XVIe siècle, la réforme et la céramique de poêle", Société d’Histoire et d’Archéologie de Colmar, XXV, p. 169-177.

Ficker J., 1907, Denkmäler der Elsässischen Altertums-Sammlung zu Strassburg i. Els., Strasbourg.

Franz R., 1981, Der Kachelofen : Entstehung und kunstgeschichtliche Entwicklung vom Mittelalter bis zum Ausgang des Klassizismus, Graz, 2e éd. revue et aug.

Frei K., 1931, "Zur Geschichte der aargauischen Hafnerei des 15. bis 19. Jahrhunderts : Steckborner Öfen im Aargau", Anzeiger für Schweizerische Altertumskunde, NF 33, p. 73-202.

Gebhard T., 1980, Kachelöfen : Mittelpunkt häuslichen Lebens : Entwicklung – Form – Technik, Munich.

Goëtz B., 1995, "Montbéliard (Doubs) : Les céramiques de poêle de la cour nord du château, 1629-1632", in : Ex pots... Céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté, Montbéliard.

Kat. Heidelberg, 1986, Die Renaissance im deutschen Südwesten zwischen Reformation und Dreissigjährigem Krieg : eine Ausstellung des Landes Baden-Württemberg im Heidelberger Schloss, Karlsruhe.

Kat. Villingen, 1978, Hafnerkunst in Villingen, Bestandskatalog I des Museums Altes Rathaus Villingen, Abt. Kunsthandwerk, Villingen.

Lutz D., 1973, Ofenkacheln aus Heilbronn und Umgebung, Heilbronn (Heilbronner Museumshefte, 3).

Meyer G., Brunel P., 1975, Archéologie et architecture médiévales en moyenne Alsace, Catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque de la Ville de Colmar du 12 avril au 10 mai 1975, Colmar.

Meyer G., Brunel P., 1976, "L’archéologie médiévale à Colmar", Société d’Histoire et d’Archéologie de Colmar, XXV, p. 99-126.

Mielke H.-P., 1982, "Ein hessischer Hafner und sein Werk", in : Hans Bermann, Kunst in Hessen und am Mittelrhein, 21, p. 23-52.

Minne J.-P., 1977, La céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, éd. Publitotal, 392 p.

Minne J.-P., 1991, La céramique de poêle en France : recherches sur les origines de la structure et de la forme du poêle, de la forme au décor. Études sur quelques céramistes-poêliers, sculpteurs et peinteurs notables. Catalogue des dessins, des gravures et des oeuvres achevées, Mémoire de Thèse, Univ. de Strasbourg I, 5 vol. dactyl.

Ramisch H., 1980, "Bodenfunde von Ofenkacheln des 16. und 17. Jahrhunderts aus Gerolzhofen, Landkreis Schweinfurt", Jahrbuch der Bayerischen Denkmalpflege, 14, p. 127-158.

Rosmanitz H., 1988, "Der Kachelofen und seine Entwicklung bis ins 18. Jahrhundert", in : Lutz D., Schallmayer E., 7200 Jahre Ettlingen – Archäologie einer Stadt, Weinsberg (Archäologische Informationen aus Baden-Württemberg, 4).

Rosmanitz H., 1992, "Die barocken Kachelöfen aus dem Haus eines Kaufmanns im Bereich des Saumarktes in Karlsruhe-Durlach", Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 352-355.

Rosmanitz H., 1994, "Evangelisten, Tugenden und ein Kurfürst : Bildersprache und Formenvielfalt frühbarocker Ofenkacheln", in : Bedal A., Fehkle I., Haus(ge)schichten : Bauen und Wohnen im alten Hall und seiner Katharinenvorstadt, Sigmaringen, p. 149- 164.

Rosmanitz H., 1995, Die barocken Kachelöfen aus dem Bereich des Saumarkts in Karlsruhe-Durlach, Bildersprache und Rekonstruktion, [dactyl.], Karlsruhe.

Rosmanitz H., Lutz D., 1991, "Grabungen in der Innenstadt von Karlsruhe-Durlach", Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 272-279.

Rosmanitz H., Stelzle-Hüglin S., 1994, "Von der Druckgraphik zum Kachelrelief : Monatsdarstellungen nach Jost Amman auf südwestdeutschen Ofenkacheln des 16. und 17. Jahrhunderts", Archäologische Nachrichten aus Baden, Heft 51/52, p. 58-69.

Schmaedecke M., 1992, Der Breisacher Münsterberg : Topographie und Entwicklung, Stuttgart (Forschungen und Berichte der Archäologie des Mittelalters in Baden-Württemberg, 11).

Scholkmann B., 1989, "Erzherzogin Anna von Österreich auf einer Ofenkachel im Kloster Bebenhausen, Stadt Tübingen", Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 267-271.

Singer F.W., 1956, "Arzberger Kacheln und Öfen", Arzberger Hefte 5, Arzberg.

Späth L., 1982, "Kachelöfen auf der Burg Hohenschramberg, D’Kräz", Beiträge zur Geschichte der Stadt und Raumschaft Schramberg, 2, p. 32-42.

Stangl A., 1995, "900 Jahre Kloster Alpirsbach", Denkmalpflege in Baden- Württemberg, 24, p. 3-8.

Stelzel-Hüglin S., 1993, "Von Abraham bis Samson : eine renaissancezeitliche Kachelserie mit alttestamentarischen Figuren, Bemerkungen zu Ikonographie und Verbreitungsbild", Nearchos, 1, p. 155-163.

Stephan H.-G., 1991, "Kacheln aus dem Werraland : die Entwicklung der Ofenkacheln vom 13. bis 17. Jahrhundert", Schriften des Werratalvereins Witzenhausen, 23, p. 164-185.

Strauss K., 1925, Die Töpferkunst in Hessen, Strasbourg (Studien zur Deutschen Kunstgeschichte, 228).

Strauss K., 1940, Kacheln und Öfen der Steiermark : Studien zur Geschichte der Keramik in der Ostmark, Graz (Beiträge zur Kunstgeschichte Steiermarks und Kärntens, 5).

Strauss K., 1966, Die Kachelkunst des 15. und 16. Jahrhunderts in Deutschland, Österreich und der Schweiz, I. Teil. Strasbourg, Verlag Ed. Heitz.

Strauss K., 1982, The Illustrated Bartsch : Vol. 3.1. Netherlandish Artists : Hendrik Goltzius, New York.

Strauss K., 1983, Die Kachelkunst des 15. und 16. Jahrhunderts : 3. Teil. In europäischen Ländern, Munich.

Walcher von Molthein A., 1906, Bunte Hafnerkeramik der Renaissance in den Ländern Österreichs ob der Enns und Salzburg, mit besonderer Berücksichtigung ihrer Beziehungen zu den gleichzeitigen Arbeiten der Nürnberger Hafner, Vienne.

Notes

1 Simon Pierre (1) ; André (2) ; Jacques le Majeur (3) ; Jean l’Évangéliste (4) ; Philippe (5) ; Barthélemy (6) ; Thomas (7) ; Matthieu (8) Jacques le Mineur (9) ; Judas (10) ; Simon (11) ; Matthias (12).

2 Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° 3038.

3 STRAUSS, 1982, p. 262-263, cat. n° 295 (90) – 296 (90), 327, cat. n° 294 a-b, 329, cat. n° 294 c-d, 331-333, cat. n° 295 a – 296 b.

4 Wendel DIETTERLIN, Architectura / Von Ausstheilung, Symmetria und Proportion der Fünff Seulen und aller daraus volgenden Kunst Arbeit/..., Strasbourg, 1593 (cf. Kat. Heidelberg, 1989, p. 126-127, cat. n° B5).
Hans Ramisch attribue la série des apôtres à un sculpteur travaillant à Würzburg pour l’évêque Julius Echter de Mespelbrunn (RAMISCH, 1980, 145), en raison de figures de gardiens ; mais son argumentation est peu probante.

5 Musée d’Art et d’Histoire de Saverne, inv. n° Ed 88.

6 MINNE, 1991, p. 235, cat. n° 43A – 43H, cat. n° 51, 69, 88-96. Les réflexions de Minne se rapportent avant tout à l’attribution à des ateliers à l’aide de monogrammes des potiers sur les moules. Malheureusement, il ne cite aucun exemple pour les régions germaniques, ce qui fait naître l’illusion qu’il s’agit de motifs exclusivement alsaciens.

7 BRUNEL, 1974-75, p. 173 ; GOËTZ, 1995, p. 195, pl. 17-18 ; FRANZ, 1981, p. 187, fig. 456 ; Kat. Villingen, 1978, p. 66-68, cat. n° IIa, 2, IIa, 10-16, 82, cat. n° IIa.a, 6/7 ; Kat. Heidelberg, 1986, p. 879, cat. n° S4 ; MEYER, 1976, p. 87, fig. A16f ; RAMISCH, 1980, p. 145-146, fig. 19 ; SCHMAEDECKE, 1992, p. 256, pl. 52.2.
Deux formes particulières peuvent être individualisées dans ces carreaux du type C 1 : les anges dans les écoinçons du type C la sont plus ramassés (fig. 2, fig. 4, n° 2). Des carreaux similaires, provenant de Villingen, sont attestés à Schramberg et à Emmendingen. Une forme d’encadrement originale, avec des anges dans les écoinçons donnant l’impression de voler (type C 1b), est attestée à Staufen (fig. 4, n° 3) (BADER, 1881, p. 37-58).

8 Stuttgart Württembergisches Landesmuseum, inv. n° E 3056 (cf. Kat. Villingen, 1978, 66, cat. n° IIa. 3 ; SINGER, 1956, cat. n° 1).

9 Une série d’apôtres originaire de Styrie emploie des motifs centraux identiques à ceux du Rhin supérieur (type C 4). L’encadrement, quant à lui, est proche du type bavaro-autrichien C 3 (STRAUSS, 1940, pl. 15.1-6).

10 Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° 10230.

11 Datation des moules de carreaux du type C :
 – moule pour la partie centrale des apôtres Philippe, Jacques et Jude (type C) : "1669" (Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, inv. n° 147, 148,114) ;
 – moule avec le Christ, la Crucifixion et sa partie centrale (type C 1) : "GG 1685" (Haguenau, Musée historique, sans n° d’inv.) ;
 – moule pour la partie centrale des apôtres Matthias, Barthélemy et Paul (type C) : "1688" (Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° 14322) ;
 – moule avec l’Évangeliste Marc (type C 1c) : "HMS Anno 1698" (Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° E 3056).
Tous les carreaux du type C 4 sont signés "GG 1655" (cf. Nuremberg, Germanisches Nationalmuseum, inv. n° KE 846, KE 1716).
Aux carreaux et moules datés s’ajoutent deux reliefs constitués par des empreintes de carreaux de la série d’apôtres. Une plaque en céramique à vernis vert et sommet arrondi représente une crucifixion en grand format avec trois apôtres de la série du Rhin supérieur (Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° 14322b). Sur le socle est gravée la date de 1688. D’après la thématique figurative, il pourrait s’agir d’un objet de dévotion. Un relief similaire, daté de 1677, représentant le Christ bénissant, saint Jean et la crucifixion, est attribué à Johannes Leht, potier de Mellingen/Suisse (FREI, 1931, p. 107, fig. 23).

12 Datation du contexte des séries d’apôtres du Rhin supérieur découvertes en fouilles :
 – Emmendingen-Hochburg : 1660-1689 (dernière période de réaménagement de la forteresse) ;
 – Ettlingen, ancienne halle : peu avant 1689 (ROSMANITZ, 1988, p. 87-92) ;
 – Hirsau, "Cuisine du couvent" (Klosterküche), avant 1692 ;
 – Karlsruhe-Durlach, "Marché aux porcs" (Saumarkt) : 1661-1689 (ROSMANITZ, 1992, p. 352-355 ; ROSMANITZ, 1995, p. 75-79) ;
 – Lörrach, château de Rötteln : avant 1689 (destruction définitive du château).

13 Ville de Montbéliard, AMM, FF 504. Merci beaucoup à Bernard Goëtz pour ces références et leur analyse.

14 Il arrive souvent que l’on trouve dans le même contexte les mêmes motifs sans glaçure, graphités et avec diverses glaçures. Jusqu’à présent, on a attribué ces différences à la présence de plusieurs poêles démolis en même temps ou même, dans le cas des carreaux non glaçurés, à la proximité d’un centre de production de carreaux (cf. SCHOLKMANN, 1989, p. 270-271). Il faudrait cependant tenir compte de ratés de cuisson fonctionnels et de carreaux non glaçurés incorporés dans les parties non visibles du poêle, ceci pour en réduire le coût. Un aspect jusqu’à présent peu abordé est celui de la réparation des poêles. Parce qu’il n’y avait pas d’orifice de nettoyage, ces poêles devaient être démontés, nettoyés puis remontés tous les cinq ans au moins ; au cours de cette opération, les carreaux défectueux étaient mis au rebut ; souvent, les potiers n’ayant plus de carreaux identiques à ceux à remplacer, en utilisaient d’autres ; ce qui fait qu’au bout d’un certain nombre d’années, le poêle était devenu une mosaïque dont seules étaient encore "originales" les dimensions des carreaux remplacés. Tant les couleurs d’origine que le programme iconographique disparaissaient souvent de ce fait (cf. STEPHAN, 1991, p. 164-185).

15 Fribourg-en-Brisgau, Augustinermuseum, inv. n° 12822. Ce poêle a été acheté à Kippenheim en 1919. Il se trouvait à l’origine à Teningen, près d’Emmendingen.

16 Winterthur, château de Wülfingen (BELLWALD, 1980, p. 258, cat. n° 49).

17 Strasbourg, Musée de l’Œuvre Notre-Dame (Kat. Heidelberg, 1986, p. 886, cat. n° S 22 ; MINNE, 1991, pl. 51 A-B). La partie supérieure du poêle, en deux registres, est garnie de carreaux de la série des Évangélistes (type C 1c).

18 Villingen, Museum Altes Rathaus, inv. n° 1358 (Kat. Villingen, 1978, p. 80, cat. n° IIa.a 2).

19 Le graffiti "HK" sur le dos du patrice de Villingen fait penser à une oeuvre de Hans Kraut, potier de cette même ville. Le monogramme n’est que faiblement incisé ; en cela, il diffère totalement de toutes les autres signatures aux dos des patrices et des moules, profondément marquées dans l’argile en train de sécher. Cette attribution à Hans Kraut est mise en doute par le fait que le modèle graphique de Maerten de Vos n’est pas antérieur à 1600, par conséquent postérieur à la mort du potier. Peut-être faut-il dès lors avancer comme hypothèse le rajout de ce graffito au moment de la vente du poêle au musée de Villingen, afin d’en augmenter la valeur.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La série d’apôtres : saint André. Gravure de Hendrick Goltzius, vers 1600 (STRAUSS, 1982, p. 327, cat. n° 294b) (Cliché H. Bartsch).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 2. La série d’apôtres du type C la : saint André. Villingen, deuxième moitié du XVIIe siècle. Villingen, Museum Altes Rathaus, inv. n° IIa, a 7, 21,5 x 16,5 cm (Cliché H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 3. Moule de la série d’apôtres du type C 1 : crucifixion. Alsace, deuxième moitié du XVIIe siècle. Strasbourg, Musées de la Ville, inv. n° 12852, 24,5 x 20 cm (Cliché H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 4. Les types d’encadrements de la série des apôtres : 1 : type C 1 ; 2 : type C la (voir type C 1, écoinçons avec des angelots aux jambes fléchies) ; 3 : type C 1b (voir type C 1, écoinçons avec des angelots en vol) ; 4 : type C 2 ; 5 : type C 3 (voir type C 2, à l’exception de l’arcature combinée avec des têtes d’anges) (Dessin H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 5. Carte de répartition de la série d’apôtres du type C 1 (Dessin H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 6. Carte de répartition de la série d’apôtres du type C 2 (Dessin H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 7. Moule de la série d’apôtres du type C 2 : saint Pierre. Alsace, maître Wb, deuxième moitié du XVIIe siècle. Strasbourg, Musées de la Ville, sans n° d’inv., 24,5 x 20 cm (Cliché H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 8. La série d’apôtres du type C 2 : saint Thomas. Allemagne du Sud-Ouest, deuxième moitié du XVIIe siècle. Ettlingen, Albgaumuseum, 22 x 18,5 cm (Cliché H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 9. Moule de la série d’apôtres du type D : saint Barthélemy. Allemagne du Sud-Ouest, maître MW, 1634. Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum, inv. n° 10230, 23 x 20 cm (Cliché H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 10. Moule à l’intérieur de la série d’apôtres du type C : saint Jacques. Allemagne du Sud-Ouest, 1669. Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, inv. n° 148, 17 x 8 cm (Cliché H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 11. Dos d’un moule de la série d’apôtres du type C : saint Jacques. Allemagne du Sud-Ouest, 1669. Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, inv. n° 148, 17 x 8 cm (Cliché H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 12. Datation de la série des apôtres, sur la base des objets trouvés en fouilles et les moules (Dessin H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 13. Moule à gâteaux représentant l’apôtre saint Barthélémy, d’après Hendrick Goltzius. Bâle, Musée Historique, inv. n° 1886 5n, 16,5 x 16,5 cm (Cliché H. Rosmanitz).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20213/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search