Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

La céramique de poêle des anabaptistes dans les pays Tchèques aux XVIe ET XVIIe siècles

Jana Kybalová

Résumé

L’activité des Anabaptistes dans les pays tchèques au cours des XVIe et XVIIe siècles représente un chapitre important de l’histoire de la céramique, aussi bien pour la faïence que pour la céramique de poêle.

Le mouvement des Anabaptistes apparaît en 1524 à Zurich, à la suite des enseignements des réformateurs Luther et Zwingli. Les Anabaptistes de plusieurs pays comme le Tyrol du Sud, l’Italie du Nord, l’Allemagne, etc., se réfugient en Bohême du Sud et en Moravie où ils s’installent en communauté. En 1622, après la bataille de la Montagne Blanche, les Habans sont chassés de Moravie et, après la confiscation de leurs biens, partent se fixer dans la Slovaquie voisine.

Grâce aux fouilles archéologiques menées dans les années 1930 et à celles plus récentes, nous connaissons aujourd’hui plusieurs types de céramiques de poêle Haban. Pendant la deuxième moitié du XVIe siècle, les décorations « en tapisserie » ont remplacé les carreaux à médaillon plus anciens. D’abord verts pour la plupart, ils furent ensuite décorés avec des glaçures bleues, jaunes et blanches. Le décor est formé de cercles entrelacés, de compositions en ellipse ou de coeurs entrecoupés. Les carreaux ornés de fleurs témoignent de l’attrait de cette époque pour la culture turque ottomane.

Texte intégral

Fig. 1. Chope en faïence avec décor de grand feu. Košolna, Slovaquie, 1636, H. 28 cm. Prague, Musée des Arts décoratifs, inv. n° 82 752.

Fig. 1. Chope en faïence avec décor de grand feu. Košolna, Slovaquie, 1636, H. 28 cm. Prague, Musée des Arts décoratifs, inv. n° 82 752.

1En dehors d’un apport socio-culturel digne d’intérêt, l’activité des Anabaptistes dans les pays tchèques vers la fin du XVIe et au XVIIe siècle représente un chapitre important dans l’histoire de la céramique européenne en ce qui concerne la production de faïences. Et quoique les pièces conservées soient pour la plupart des exemplaires de vaisselle en faïence (jattes, coupes ajourées, cruches, albarelli, bouteilles ou tonnelets à eau-de-vie ainsi que lavabos), la production de carreaux de poêle, dont il nous reste sensiblement moins de preuves matérielles, constituait une partie intégrante de l’activité des céramistes anabaptistes. Dans leurs propriétés isolées en Moravie, puis en Slovaquie, ils fabriquaient parallèlement trois sortes de céramique : poterie sobrement décorée d’engobes, faïence raffinée et carreaux de poêle (KYBALOVÁ, 1985, p. 243-244, fig. 154, 193-195).

2Résumons en quelques mots la situation dans laquelle se trouvait la production de céramique dans les pays tchèques au tournant des XVe et XVIe siècles. Comme partout en Europe, en Bohême et Moravie, la céramique occupait une place importante dans la culture matérielle, servant surtout à des fins culinaires, à la différence d’autres arts décoratifs (ceux qui travaillaient les métaux par exemple). Au cours des XIVe et XVe siècles, les potiers s’affranchirent peu à peu du travail des champs, devenant des artisans spécialisés organisés en corporations.

3Des recherches archéologiques systématiques, ainsi que l’étude de documents, ont permis d’établir les territoires où le métier de potier constituait l’élément dominant de la culture. En Bohême, il s’agissait surtout des régions du Sud (aux environs des villes de Milevsko, Tábor, Prsek), puis les villes de Beroun et Kutná Hora ; en Moravie, celles d’Uherské Hradište, Brno, Znojmo et Olomouc. Selon les conditions locales et les différents gisements d’argile, la couleur de la céramique cuite (dans des fours verticaux ou horizontaux) va du gris-blanc au gris-noir, obtenue par une cuisson réductrice (céramique enfumée), en passant par le brun clair, le brun-rouge et le brun foncé. Du point de vue des formes, la poterie culinaire vernissée ne diffère guère, à cette époque, de la céramique d’usage alors courante dans presque toutes les régions de l’Europe. Le récipient le plus commun est le pot, de taille et de forme très variables, complété par un couvercle à la griffe façonnée d’une manière plus raffinée en forme de tour. Viennent ensuite les jattes, poêles, cruches et aiguières, incisées ou estampées avant cuisson. Le récipient caractéristique de l’histoire culturelle morave est le fin gobelet fuselé, fabriqué dans la seconde moitié du XVe siècle à Loštice et à Brno. Les gobelets de Loštice, cuits au grand feu, à la surface structurée, étaient exportés loin du pays et on peut les découvrir sur certaines toiles de Brueghel. Sur la surface polie de couleur gris noirâtre des gobelets de Brno, par contre, était représenté le relief de têtes d’homme et de femme (gobelet de mariage), survivant bien longtemps au cœur du XVIe siècle (KYBALOVÁ, 1979, p. 235, fig. 274).

4Or, l’importance de cette céramique creuse dans l’histoire de l’art tchèque et morave ne peut se comparer à celle des carreaux de poêle. L’utilisation du poêle en Bohême, qui provient des pays alpins, s’est d’abord faite dans les couvents et résidences nobles. Les poêles conservés les plus anciens datent du XVe siècle. Dans un premier temps, la face avant en relief, moulée, est principalement décorée de motifs héraldiques. Un relief aux contours flous, représentant le lion de Bohême ou l’aigle, se trouve souvent situé dans un carré posé en diagonale. De même, le griffon et le cygne apparaissent souvent en tant que signes héraldiques, placés dans un blason aux contours simples et mis de biais. Un type plus raffiné est représenté par des carreaux de 20 cm de côté ou plus, aux armoiries de villes – celles de la Vieille Ville et de la Ville Neuve de Prague ainsi que d’autres villes de Bohême (RICHTEROVÁ, 1982, fig. 13-33). C’est là également qu’il faut classer les carreaux aux armes d’ordres religieux et ceux aux blasons de familles nobles (les Rožmberk, par exemple).

5 Ce sont les carreaux aux scènes d’inspiration religieuse ou de genre qui offraient la plus grande place à l’expression du talent plastique : à côté des sujets de l’Ancien Testament (Adam et Ève, Samson au lion, Jonas à la baleine) et du Nouveau Testament (Agnus Dei, Entrée dans Jérusalem, Couronnement de la Vierge), réduits au strict nécessaire quant aux personnages souvent disproportionnés et stylisés par le potier, ceux de la deuxième moitié du XVe siècle représentaient également les figures de saints, tels Saint Georges à cheval ou Saint Venceslas, patron du pays. Les carreaux évoquant la vie sociale de l’époque, tournois, scènes de chasse (châteaux de Karlštejn et de Lichnice), jeux de société (dés), différents métiers, comme par exemple le potier ou le fondeur de brocs, ont valeur de documents historiques. La particularité des carreaux de poêle en provenance de Bohême réside dans les figurines de combattants hussites représentés avec leurs armes caractéristiques et leurs chars de combat (KYBALOVÁ, 1979, fig. 275). Dans des localités protestantes, ce sujet s’est maintenu jusqu’au début de la Renaissance, au XVIe siècle.

6Le lien le plus étroit avec les principes de l’architecture gothique apparaît, à partir du milieu du XVe siècle, dans de grands carreaux-niche dont la face avant est ajourée par des motifs, de facture difficile, de roses et d’ornementation gothiques (FRANZ, 1969, fig. 48-51). Au début du XVIe siècle, semble-t-il, dès le règne de Mathias Corvin, étroitement lié par son Hôtel de la Monnaie à la première Renaissance hongroise, c’est Kutná Hora qui prend l’initiative dans la production céramique. Le format des carreaux de poêle retrouve des dimensions plus modestes. Parallèlement à la présence sporadique de glaçures plombifères, on y trouve pour la première fois d’importantes surfaces recouvertes d’émaux stannifères, d’ailleurs pas seulement sur des carreaux (SMETÁNKA, TOPOLOVÁ, 1967, p. 499-544). La construction des poêles ayant également changé, ce sont les carreaux de sommet et de corniche, ou acrotères, qui prédominent dans les collections. S’y voient appliqués, en haut relief, des motifs de grappes de raisin, des sujets zoomorphes, des demi-figures d’inspiration religieuse (les prophètes Daniel et Ezéchiel) ou des scènes de genre (cavalier avec sa dame sous des arcades Renaissance). Deux précieux exemplaires de carreaux émaillés verts – l’un avec le portrait de l’empereur Maximilien et l’autre à l’image de Ferdinand Ier qui régna en Bohême après 1526 – sont conservés au Musée des Arts Décoratifs de Prague. Les intérieurs de certains châteaux tchèques et moraves sont équipés de poêles importés de Nuremberg ou de Salzbourg. Les découvertes archéologiques montrent néanmoins que, parallèlement à ces importations, les potiers tchèques ont contribué au style de vie de leurs compatriotes pendant toute l’époque de la Renaissance (fragment de corniche avec putti, daté de 1594, Musée des Arts Décoratifs). Ainsi, on peut constater que les collections de carreaux de la période du gothique tardif et de la première Renaissance dans les pays tchèques doivent être considérées en relation avec la production hongro-tchéco-polonaise qui, en accord avec l’art monumental, et surtout l’architecture, sous le règne des derniers Jagellons, constitue une importante ligne d’évolution dans l’histoire de la céramique européenne (SMETÁNKA, 1961, p. 592-598).

7Parallèlement à la production autochtone de carreaux Renaissance et aux importations d’Allemagne du Sud et de Salzbourg, un phénomène nouveau apparaît dans les pays tchèques aux alentours de 1560, avec la céramique des Anabaptistes. Les membres de cette communauté religieuse et sociale (j’évite le terme parfois employé de "secte"), inspirée de la Réforme, faisaient partie du mouvement né en Suisse en 1524 et suivant l’enseignement d’Ulrich Zwingli. De par leurs opinions radicales, ces réformateurs ainsi que leurs coreligionnaires d’Italie du Nord, du Tyrol, d’Allemagne et des Pays-Bas se virent obligés de quitter leur patrie. À partir de 1526, ils se fixèrent en Bohême du Sud et en Moravie fondant, sous la direction de Jacques Hutter (d’où le nom de frères "huterites"), des propriétés isolées sur les domaines de seigneurs utraquistes et tolérants : ils désiraient y vivre pacifiquement à l’abri de guerres et travailler dans le respect des idéaux primitifs du christianisme. En dehors de nombreuses professions exercées avec succès, ils excellèrent en particulier dans la production de faïences ; ses débuts sont, en effet, liés à un puissant courant de nouveaux immigrés italiens qui affluèrent en Moravie après 1550. C’est pourquoi les premières faïences d’Anabaptistes, Huterites ou "Habans" (le nom qui leur sera donné plus tard par les Tchèques – probablement de l’allemand Haushaben) présentent une affinité sensible avec les majoliques d’Italie du Nord, les "bianchi di Faenza" en particulier (KYBALOVÁ, 1979, p. 251-253, fig. 291-2, 294-5).

8Les faïences les plus anciennes, incunables des années 1590-1620, comprennent avant tout des coupes ajourées sur pied, équivalant par leur facture et leur niveau artistique aux "perforad" italiens de l’époque. Viennent ensuite des cruches sphériques et façonnées Renaissance, enduites parfois d’émaux de couleur ou décorées d’ornementation végétale et sobre, d’armoiries et datées de manière presque conséquente, la date faisant partie du décor. Les règles sévères, puisées dans la Bible, interdisaient aux Hutérites de représenter la figure humaine. Après la bataille de la Montagne Blanche en 1620, les Anabaptistes non convertis au catholicisme furent expulsés du pays. Ils se réfugièrent en Slovaquie, puis en Transylvanie et en Ukraine, les restes de la communauté s’étant fixés, à la fin du XIXe siècle, aux États-Unis et au Canada.

9Dans leurs ateliers de céramique, hormis les faïences, poteries, dalles et mosaïques en céramique, les Anabaptistes moraves fabriquèrent dès la deuxième moitié du XVIe siècle des carreaux de poêle en grande quantité. Ce sont des chroniques, tenues par les Huterites de façon continue, qui nous renseignent sur le métier de poêlier chez les Habans. Cependant, peu de traces matérielles de cette activité nous restent. Quant à l’état actuel de ces vestiges, nous le devons avant tout à Heřman Landsfeld, céramiste et archéologue amateur qui, dans les années 1930-1940, découvrit, au cours de ses fouilles en Moravie du Sud et en Slovaquie de l’Ouest, non seulement de nombreux fragments de carreaux de poêle, mais aussi leurs moules en argile et les instruments servant à leur fabrication. Jiří Pajer, quant à lui, mena, en 1982 des recherches archéologiques professionnelles dans l’ancienne propriété habane à Strachotín (district de Znojmo) (PAJER, 1990, p. 88-192).

10Partant de ces recherches, nous savons aujourd’hui que, dès le milieu du XVIe siècle, les Anabaptistes fabriquaient des carreaux en forme de carré ou de rectangle, munis au milieu d’un médaillon creux, avec comme variante cinq petits médaillons sur un seul carreau (LANDSFELD, 1976, p. 22-23 ; PAJER, 1990, fig. 12- 13). Des carreaux semblables étaient courants dans les régions d’Allemagne du Sud vers le milieu du XVIe siècle, comme Rosemarie Franz l’indique, entre autres, à propos des poêles du château de Nuremberg (FRANZ, 1969, fig. 177). Les carreaux habans à un seul médaillon central furent, par la suite, décorés aux quatre angles de palmettes en relief ou de motifs végétaux et stylisés. D’un point de vue technologique, les Anabaptistes utilisaient, pour fabriquer les carreaux, une terre lourde contenant du fer, additionnée de mica en petite quantité. Les formes étaient obtenues par moulage dans des matrices d’argile. La cuisson à la température de 860° C faisait bien adhérer les engobes de couleur et les glaçures plombifères et stannifères. La dimension des carreaux habans les plus anciens oscillait entre 20 et 21 cm de côté.

11À l’exemple de ceux retrouvés dans certaines localités moraves, les carreaux à médaillon évoluèrent, à la charnière des XVIe et XVIIe siècles, en d’impressionnants carreaux plats, à rosace peinte et multicolore. Ces carreaux caractéristiques des Habans sont également décorés d’ornements aux angles, de fleurs de tulipe par exemple, influencés au Sud par la céramique de l’empire ottoman (fait longtemps ignoré que je n’ai publié qu’au cours de la dernière décennie). L’influence de la culture ottomane est confirmée aussi par d’autres carreaux habans aux décors à fleurs peints en couleurs du grand feu, de coloris éclatant, dans l’émail blanc. Les fleurs représentées sont celles du fameux style turc de "quatre-fleurs" : tulipe, rose (Rosa damascena), œillet (Dyanthus caryophillus) et jacinthe sauvage (Hyacinthus orientalis). En outre, ces fleurs et d’autres représentations florales du Proche-Orient sont parvenues en Europe centrale dans les années 1560-64 par l’intermédiaire d’Ogier Ghiselain Bousbecque, ambassadeur de Ferdinand Ier à Istanbul. C’est ainsi que la tulipe se fit connaître en Suisse – décrite pour la première fois par le botaniste Konrad Gessner (Tulipa gesneriana) et, à Prague, par Matthioli, botaniste de l’empereur – puis à Augsbourg et à Vienne. Les liliacées et la grenade sont également des motifs d’inspiration ottomane. Un bel exemple figure sur un carreau de poêle appartenant aux collections du Musée des Arts Décoratifs de Prague, offert en 1937 par Landsfeld au grand-père de l’actuel Président de la République tchèque Václav Havel, Hugo Vavrečka, diplomate et collectionneur passionné de faïences habanes (cahier couleur, pl. 6b).

Fig. 2. Carreau en faïence avec décor de grand feu. Moravie, après 1600, 21,5 x 21,5 cm. Stražnice, Musée de la ville.

Fig. 2. Carreau en faïence avec décor de grand feu. Moravie, après 1600, 21,5 x 21,5 cm. Stražnice, Musée de la ville.

12Sur les carrelages revêtant les murs des monuments ottomans, en particulier les mosquées d’Edirne, Istanbul, Bursa et Isnik, et nettement plus souvent que sur la céramique culinaire, apparaissent en Turquie des bouquets d’œillets et de roses, compliqués et relativement réalistes, dans des vases à deux anses, ou bien des vrilles avec tulipes. Citons, par exemple, la mosquée Rüstem Pasha à Istanbul, achevée en 1561, les intérieurs de Topkapi Saraj à Istanbul et surtout l’intérieur de la soi-disant mosquée bleue du sultan Ahmet Ier, construite dans les années 1610-17 (ASLANAPA, 1965, p. 22, 23, 25). Ces carrelages et récipients en céramique, fabriqués à Isnik et à Kutahya à l’époque de la plus grande expansion de la culture ottomane, influencèrent au XVIIe siècle non seulement la céramique des Anabaptistes, mais presque tous les arts décoratifs d’Europe centrale, en particulier étains et textiles tissés ou brodés. À partir de la fin du XVIe siècle, des produits ottomans de luxe parvenaient en Europe centrale par voie commerciale via Venise. Toutefois, les frères huterites étaient en rapport direct avec les Turcs, leurs voisins, commerçant activement avec eux et payant des tributs considérables pour se protéger contre leurs incursions et pillages.

13Le milieu autochtone de l’aristocratie locale influença, par contre, le décor d’un autre type de carreaux : l’héraldique peinte. Un exemplaire de carreau (entre 1630 et 1650) représente dans son décor polychrome le blason des Dietrichstein, puissante famille noble de Moravie et grande protectrice d’Anabaptistes persécutés. La collection privée de la famille Lobkowicz comporte, par ailleurs, un service fragmentaire dont chaque pièce porte les armes – une paire de couteaux – des Dietrichstein (fig. 3 et 4).

14Le décor "en tapisserie" fut le motif le plus répandu sur les poêles d’Europe centrale : plusieurs carreaux se complétaient pour former des motifs compliqués de compositions ornementales continues. Citons l’exemple du poêle émaillé jaune du Kunsthistorisches Museum à Graz (FRANZ, 1969, p. 98, pl. 6). Ces carreaux plats à relief, d’abord émaillés uniquement de vert, puis colorés, sont souvent découverts chez les Anabaptistes moraves et slovaques. Un premier type de décor est composé de cercles s’entrecoupant et combinés avec des éléments végétaux. Ce dessin a été retrouvé dans presque toutes les localités moraves : Tavíkovice, Dambošice, Stará Bšeclav, Strachotín, plus tard aussi en Slovaquie. Une variante plus complexe au dessin à base d’ovales structurant la surface, combiné également avec des rosaces en bas-relief ou une ornementation végétale, existe aussi. Un poêle de ce type, revêtu d’émail vert, est conservé dans son intégralité au château Renaissance de Telč en Moravie du Sud. Un autre type de composition "en tapisserie" présente encore plus de raffinement : il s’agit du motif de coeurs entrelacés, combiné avec palmettes et fleurs de lys héraldiques. On y trouve déjà les coloris caractéristiques de la céramique habane : combinaison du blanc, du bleu cobalt et du jaune. Dans le même groupe, nous classons, enfin, les trouvailles, plus rares, de carreaux d’angle dont l’ornementation continue en bande passe tout le long de l’angle du poêle (fig. 5). Les poêles de la fin du XVIe siècle et de la première moitié du XVIIe siècle supportaient un couronnement à corniche, composé d’éléments assez primitivement ajustés. Il existait aussi des acrotères à l’angle du poêle. Les poêles habans du Musée Iparmuvészeti de Budapest possèdent ce type de couronnement à corniche, appelé "jardinet" dans le milieu local, et muni d’une rangée de menus balustres.

Fig. 3. Garniture pour les épices avec les armes de la famille Dietrichstein. Moravie, vers 1650, 24 x 24 cm, H. 11-15 cm. Nelahozeves, collection Lobkowicz.

Fig. 3. Garniture pour les épices avec les armes de la famille Dietrichstein. Moravie, vers 1650, 24 x 24 cm, H. 11-15 cm. Nelahozeves, collection Lobkowicz.

Fig. 4. Carreau avec les armes de la famille Dietrichstein. Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 20 x 20 cm. Brno, Musée des Arts décoratifs, inv. n° 14 044.

Fig. 4. Carreau avec les armes de la famille Dietrichstein. Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 20 x 20 cm. Brno, Musée des Arts décoratifs, inv. n° 14 044.

Fig. 5. Carreau d’angle avec décor de grand feu à motif "en tapisserie". Stará Břeclav, Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 36 x 23 cm. Stražnice, Musée de la ville.

Fig. 5. Carreau d’angle avec décor de grand feu à motif "en tapisserie". Stará Břeclav, Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 36 x 23 cm. Stražnice, Musée de la ville.

Fig. 6. Carreau avec décor floral sous une arcade. Ostrožská Nová Ves, Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 34 x 25 cm. Stražnice, Musée de la ville.

Fig. 6. Carreau avec décor floral sous une arcade. Ostrožská Nová Ves, Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 34 x 25 cm. Stražnice, Musée de la ville.

Fig. 7. Carreau avec décor floral sous une arcade ; jaune et manganèse sur glaçure blanche. Stará Břeclav, Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 36 x 29 cm. Stražnice, Musée de la ville.

Fig. 7. Carreau avec décor floral sous une arcade ; jaune et manganèse sur glaçure blanche. Stará Břeclav, Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 36 x 29 cm. Stražnice, Musée de la ville.

15La dernière période de fabrication de poêles habans est représentée, au milieu du XVIIe siècle, par des carreaux raffinés dont le principe de décoration est basé sur une construction Renaissance : édicule ou arcade. Le décor est peint dans une gamme polychrome de couleurs du grand feu où domine la combinaison du jaune et du bleu ou celle du jaune et du manganèse sur émail blanc éclatant (fig. 6 et 7). Les Anabaptistes étaient, par principe, conservateurs aussi bien dans la production de leurs faïences que dans celle des carreaux de poêle. Le motif de l’arcade se retrouve aussi sur des cruches du XVIIe siècle tardif et nous y voyons une réminiscence des carreaux de poêle d’Allemagne du Sud qui, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, représentaient des scènes figuratives placées sous des portails ou arcades Renaissance (STRAUSS, 1966, fig. 24-56).

16Après 1685, les règles strictes et la vie collective dans les communautés anabaptistes s’étant relâchées, l’interdit – d’origine biblique – de représenter des figures humaines et des animaux fut abandonné, comme en témoigne l’existence d’un carreau de couronnement avec animaux daté des environs de 1680, découvert dans les fouilles de Košolná en Slovaquie occidentale (fig. 8). Or, la production de faïences en Slovaquie, puis de nouveau en Moravie s’est poursuivie après cette date jusque vers 1730. Par la suite, la faïence habane, avec un retour au catholicisme des membres de la communauté anabaptiste et leur assimilation progressive dans le milieu local, se transforma en céramique populaire morave et slovaque qui, dans certaines régions, survécut jusqu’à nos jours.

Fig. 8. Carreau de couronnement avec figures d’animaux. Kosolna, Slovaquie, vers 1680, 22 x 16 cm. Stražnice, Musée de la ville.

Fig. 8. Carreau de couronnement avec figures d’animaux. Kosolna, Slovaquie, vers 1680, 22 x 16 cm. Stražnice, Musée de la ville.

Bibliographie

Bibliographie

Aslanapa O., 1965, Türkische Fliesen und Keramik in Anatolien, Forschungen zur Kunst Asiens, Istanbul, Haha Matbaasi.

Franz R., 1969, Der Kachelofen, Graz, Akademische Druck- u. Verlagsanstalt.

Kybalová J., 1979, Encyclopédie des antiquités : la céramique, Prague-Paris, Gründ.

Kybalová J., 1985, "Wohnkultur und Kunstgewerbe : Plastik", Renaissance in Böhmen, München, Prestel Verlag, p. 205-254.

Kybalová J., 1986, "The influence of Turkish ceramics on the production of Haban faience", in : First international congress on Turkish tiles and ceramics, Istanbul, Kütahya, Evrim Matbaacili, p. 169-180.

Landsfeld H., 1976, Středoveké a novověké kachle /Les carreaux médiévaux et modernes, Stražnice, Moravie, Ustav Lidového umeni.

Pajer J., 1990, "A hoard find of pottery from the area of the Haban / Anabaptist / court at Strachotín", Studies of Postmedieval archaeology, Praha, Archeologický ústav CSAV, p. 169-200.

Richterová J., 1982, Středoveké kachle / Les carreaux médiévaux, Praha, Musée de la ville.

Smetánka Z., 1961, "Zaklady uhersko-česko-polské skupiny pozdnĕ gotickych kachlu", Památky archeologické, LII, Praha, p. 592-598.

Smetánka Z., Topolová O., 1967, "Die älteste böhmische Keramik mit Zinn-Blei Glasur", Památky archeologické, 58, Praha, p. 499-544.

Strauss K., 1966, Die Kachelkunst des 15. und 16. Jahrhunderts in Deutschland, Österreich und der Schweiz, I. Teil. Strasbourg, Verlag Ed. Heitz.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Chope en faïence avec décor de grand feu. Košolna, Slovaquie, 1636, H. 28 cm. Prague, Musée des Arts décoratifs, inv. n° 82 752.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 2. Carreau en faïence avec décor de grand feu. Moravie, après 1600, 21,5 x 21,5 cm. Stražnice, Musée de la ville.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 3. Garniture pour les épices avec les armes de la famille Dietrichstein. Moravie, vers 1650, 24 x 24 cm, H. 11-15 cm. Nelahozeves, collection Lobkowicz.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 4. Carreau avec les armes de la famille Dietrichstein. Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 20 x 20 cm. Brno, Musée des Arts décoratifs, inv. n° 14 044.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 5. Carreau d’angle avec décor de grand feu à motif "en tapisserie". Stará Břeclav, Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 36 x 23 cm. Stražnice, Musée de la ville.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 6. Carreau avec décor floral sous une arcade. Ostrožská Nová Ves, Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 34 x 25 cm. Stražnice, Musée de la ville.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 7. Carreau avec décor floral sous une arcade ; jaune et manganèse sur glaçure blanche. Stará Břeclav, Moravie, première moitié du XVIIe siècle, 36 x 29 cm. Stražnice, Musée de la ville.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20208/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 8. Carreau de couronnement avec figures d’animaux. Kosolna, Slovaquie, vers 1680, 22 x 16 cm. Stražnice, Musée de la ville.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20208/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

Auteur

Conservatrice du Musée des Arts décoratifs à Prague (République tchèque), Professeur d’histoire des arts décoratifs à l’Université Charles à Prague.

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search