Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

Essai de comparaison des céramiques de poêle médiévales et modernes provenant d’édifices laïcs et religieux à Strasbourg

Marie-Dominique Waton

Résumé

À Strasbourg, des fouilles récentes ont montré que l’usage de poêles avec des pots en céramique est attesté dès le haut Moyen Âge, aussi bien en milieu laïc qu’en milieu religieux. À partir du XIVe siècle, des différences dans la construction du poêle apparaissent : dans le même temps que se répand l’usage des carreaux-bol à bord pincé, celui des pots à ouverture ronde continue dans les milieux humbles, tandis que les décorations et les formes (carreaux-niche et carreaux plats) se diversifient dans les milieux patriciens, laïcs ou religieux ; de fait, il s’agit de la même population. L’architecture religieuse prédomine dans l’iconographie de ces milieux patriciens. Cependant, il existe des thèmes que l’on ne rencontre que dans un environnement religieux. À partir de la Réforme, au cours du XVIe siècle, le milieu patricien religieux tend à se montrer plus sobre dans l’ornementation des éléments céramiques, au contraire du milieu patricien laïc qui orne ses poêles de décorations luxuriantes : la scène est dorénavant située dans un cadre d’architecture domestique et l’extérieur est souvent couvert d’une glaçure manganésée. Peut-être est-ce dû à une imitation des fourneaux en fonte utilisés par les religieux dès les années 1500 ?

Texte intégral

Je tiens à remercier ici Jean Maire pour les nombreuses et fructueuses discussions que j’ai pu avoir avec lui.

1 Des fouilles récentes à Strasbourg ont été l’occasion de mettre au jour à l’E.N.A. (WATON, 1994a, p. 174-177), dans un contexte conventuel, trois ensembles clos (années 1400, première moitié du XVe siècle et XVIe siècle) qui, de par le nombre d’éléments individualisés, peuvent servir de base de comparaison dans l’étude de la céramique de poêle.

  • 1 WATON M.-D., Saint-Thomas, Rapport de fouille des interventions 1988 et 1989, Strasbourg, Service r (...)

2Trois autres chantiers strasbourgeois concernent des édifices religieux : Saint-Thomas1 (WATON, 1990a, p. 56-60, 235-240 ; 1994b, p. 144-146), la D.R.I.R.E. (HENIGFELD, 1987 ; HENIGFELD, 1990, p. 255) et rue Hannong (KUHNLE-AUBRY, 1993 ; KUHNLE-AUBRY, 1994, p. 178-181).

3Nous tenons à souligner que, dans cette présentation, nous sommes parti d’un postulat que nous ne pouvons vérifier, à savoir que les milieux considérés comme religieux le sont restés durant la période étudiée (sauf naturellement indications archivistiques contraires). Le seul site de contexte religieux affirmé pour les périodes du bas Moyen Âge et de l’époque moderne est celui de la Commanderie Saint-Jean (E.N.A.).

4À ces chantiers de contexte religieux, nous avons choisi de comparer des sites d’habitat laïc qui ont livré en relative abondance des pots, des carreaux ou autres éléments de poêle (fig. 1) : Istra (WATON, 1987, p. 79- 82 ; 1990b, p. 61-66), l’Hôtel Mercure (NILLES, WATON, 1990a ; NILLES, WATON, 1990b, p. 32-38 ; NILLES, 1994, p. 147-149). Mention sera faite d’un sauvetage, 22 rue des Hallebardes (Sauvetage urgent de R. Nilles et J. Koch 1990, inédit) et nous nous référerons à la fouille de sauvetage conduite par Jean Maire et Jean-Pierre Rieb au Marais-Vert en 1971 (MAIRE, RIEB, 1972, p. 165-180), dont les découvertes ont largement été exploitées par J.-P Minne dans son livre sur la céramique de poêle en Alsace (MINNE, 1977).

Contexte des decouvertes (fig. 1)

Milieu religieux

Saint-Thomas

  • 2 PITON F., Strasbourg illustré, Strasbourg, 1855, p. 205, 207 et sv., et témoignage de Specklin in F (...)

5Selon une forte tradition historique, un palais mérovingien, succédant à des bâtiments romains, se serait élevé à l’emplacement de Saint-Thomas ; il aurait été transformé au début du VIP siècle par le roi Dagobert en couvent pour des moines écossais. Les quelques vestiges mérovingiens mis au jour sur le terrain exploré consistent en deux fonds de cabane qui sont loin de correspondre à un palais. De plus, l’hypothèse d’une pérennité dans l’occupation de bâtiments gallo-romains dégagés dans l’emprise fouillée semble à exclure : les moellons d’un grand édifice à abside ont en effet été récupérés au Bas-Empire, les tranchées des murs fantômes étaient scellées par des fosses du IVe siècle. L’évêque Adeloch, au début du IXe siècle, reconstruisit entièrement l’église et son couvent, qui furent détruits par un grand incendie en 1007. Une nouvelle construction en bois, consacrée en 1031, fut ravagée au milieu du XIIe siècle. Aux XIIIe et XIVe siècles, de nombreux travaux furent réalisés pour l’agrandissement de l’église2. Avec la Réforme, les bâtiments perdirent leur caractère conventuel ; ils furent arasés à la fin du XVIIIe siècle.

Fig. 1. Localisation des sites présentés à Strasbourg.

Fig. 1. Localisation des sites présentés à Strasbourg.

6Dans l’église, lors des travaux d’installation de chauffage, la fouille de remblais de sol a livré des fragments de pots de poêle carolingiens à pâte blanc jaunâtre. Dans l’enclos de la fondation Saint-Thomas, une fouille préventive faite préalablement à la réalisation d’un parking souterrain, rue Martin Luther, a permis de mettre au jour la pente d’une berge du haut Moyen Âge sur laquelle étaient épandus les restes d’un poêle, avec de très nombreux fragments de pots à pâte blanche du IXe siècle (CHÂTELET, 1994, p. 482 ; WATON, 1994b).

  • 3 Un comptage a été réalisé jusqu’à maintenant sur les seules formes incomplètes : cf. CHÂTELET, 1994 (...)

7Le lit de la rivière, dont la berge décrit un vaste demi-cercle vers le Nord-Ouest, était tapissé d’un enchevêtrement de racines d’aulnes et de quelques petits poteaux sur lesquels ont été pratiquées des analyses 14C (date calibrée 775-1020 et dates brutes 810-910 et 770-880). Le cours d’eau avait entaillé les couches romaines et, sous la couche de déjection du poêle, se trouvait une couche humifère qui épousait la ligne de pente et recelait de nombreux fragments de pots de poêle à pâte blanchâtre3.

  • 4 Archives municipales de Strasbourg, fonds Saint-Thomas, n° 79, "carton 46" : document fin XVe, inti (...)

8Avant la construction d’un centre de documentation enterré, rue Jean Sturm, une couche d’épandage recelant de très nombreux fragments de charbon de bois (hêtre, chêne et saule), et dont l’analyse 14C (réalisée par Archéolabs) a donné comme date calibrée 1040-1280 ap. J.-C. (date brute 1080-1180), a permis de recueillir de nombreux fragments de bords de pots à pâte blanche et à pâte rouge. Un four de potier a été fouillé : en raison du nombre de fragments de pots de poêle à pâte rouge recueillis à proximité immédiate, il s’agit peut-être d’un four de poêlier dont la production serait de la deuxième moitié du XIVe siècle. Transformé en four à pain, le four a été définitivement condamné lors de l’installation du cimetière paroissial en 14124.

9Dans des couches de déblais de démolition des bâtiments anciennement conventuels, des fragments de carreaux plats ornés de la fin du XVIe et du XVIIe siècle, à glaçure au manganèse ou à la plombagine, ont été retrouvés, dans un contexte alors laïc.

E.N.A.

10L’installation de l’E.N.A. (École nationale d’Administration) à Strasbourg a entraîné la restructuration des locaux de la prison construite sur les vestiges de l’ancienne Commanderie Saint-Jean. Celle-ci, succédant à un établissement d’ordre mendiant fondé au XIIIe siècle, s’était implantée dans l’île-Verte en 1371 ; elle survécut à la Réforme, mais en pleine guerre de Trente Ans, par crainte d’infiltrations d’éléments catholiques dans une zone stratégique (entrée de Strasbourg par 1T11), la plupart des bâtiments conventuels furent rasés en 1633 (ROTT, 1989, p. 239-256).

11Dans le secteur au Sud-Ouest de la Commanderie où fut retrouvé l’essentiel des céramiques de poêle, les bâtiments de 1414-1415 ont succédé à des constructions fondées elles aussi sur pieux datés des années 1343- 1345. De grands réaménagements furent réalisés vers 1451-1452, puis vers 1505 (analyses dendrochronologiques réalisées par Archéolabs).

12À la base des remblais comblant une structure carrée de 1 m de côté, puits perdu ou vide sanitaire, ont été retrouvés des carreaux-niche des années 1400. Cette couche était scellée par des remblais de destruction – briques, mortier – sur 1 m de puissance, sur lesquels reposait sur plus de 70 cm de hauteur une couche de destruction d’un poêle avec trente-six carreaux individualisés, carreaux-niche et carreaux plats ornés à glaçure plombifère verte de la première moitié du XVe siècle. Cette unité stratigraphique recelait, mêlés à de l’argile jaune par endroits rubéfiée, des clous, des fragments de tuiles-canal et des petits galets, témoins de l’armature du poêle mis au rebut.

13Le dernier ensemble provient d’une fosse-latrines (située sous un appartement vraisemblablement réservé aux hôtes de marque, avec un fourneau en fonte de 1516 ; ROTT, 1989, p. 243) avec sablière de bois des années 1475 (analyses Archéolabs) et au terminus ante quem de 1633. Il s’agit là d’un ensemble de carreaux plats, de carreaux-niche, carreaux d’angle ou de couronnement à glaçure verte du XVIe siècle.

D.R.I.R.E.

14Rue Zimmer, maintenant rue Pierre Montet, la construction de l’immeuble administratif de la Direction Régionale de l’Industrie et de la Recherche en 1987 a provoqué une fouille de sauvetage à l’emplacement du grand couvent des Capucins (1686-1791), ainsi qu’à l’emplacement des murs d’escarpe et de contrescarpe menacés lors de l’agrandissement de l’Université Robert Schumann (1992).

15En 1987, la découverte d’un élément de corniche à surplomb dans le comblement d’une poterne située dans le mur d’escarpe érigé vers 1406, redégagée en 1992 et conservée dans la nouvelle construction, laisse supposer la démolition à proximité d’un établissement religieux que confirme la fouille de 1992, avec notamment la découverte inédite d’une pierre tombale en écriture gothique réutilisée dans ce que le fouilleur a interprété comme le vivier du couvent des Capucins (KELLER, 1990 ; HENIGFELD, KELLER, 1994, p. 139-141).

16Il pourrait s’agir de la couche de démolition, déplacée pour la construction du couvent au XVIIe siècle, des bâtiments conventuels des Dominicaines de Saint-Jean-aux-Ondes, qui furent détruits en 1475 et dont la localisation (rue Pierre Montet ?) à proximité du rempart de la Krutenau reste cependant incertaine (SCHWIEN, 1992, p. 98).

Rue Hannong

17Un grand projet de construction avec parking en sous-sol a été l’occasion de fouilles planimétriques en 1993. Les premières traces sporadiques d’occupation médiévale sont celles de fosses comblées au XIIIe siècle. À partir de la première moitié du XVe siècle, l’occupation est plus intense avec l’installation de fosses-latrines, d’une cave et d’un puits dont l’organisation générale annonce la trame cadastrale actuelle.

18D’après l’Allmendbuch de 1466 (KUHNLE-AUBRY, 1993, p. 18), tout le secteur était occupé par des béguinages, qui se sont développés à Strasbourg dès le XIIIe siècle ; le quartier de la rue au Foulon (actuelle rue Hannong) était celui du béguinage zum Schoub (HATT, 1929, p. 98). Les "maisons de Dieu" sont des fondations de nobles ou de riches bourgeois et les pots de poêle à pâte rouge du XIIIe siècle retrouvés dans les fosses et quelques carreaux-niche sortis de latrines témoignent de la relative aisance, due à leur fondateur, dans laquelle vivaient ces habitantes qui n’avaient pas prononcé leurs vœux perpétuels.

Milieu laïc

Istra

19La rénovation de l’îlot d’Istra, à l’angle de la rue des Juifs et de la rue des Charpentiers, a été l’occasion en 1986 de fouiller en planimétrie, par passes successives de 5 cm d’épaisseur, des terres brunes dites "de jardin". La couche humifère, accumulée sur plus de 0,50 m, a livré un mobilier très fragmentaire des VIIIe-Xe siècles, dont des bords de pots de poêle à pâte blanche. Il est difficile d’envisager un remblaiement systématique de la zone avec de la terre contenant autant de tessons venus d’ailleurs ; on peut supposer qu’au cours du haut Moyen Âge, le secteur connut une mise en culture de ses terres. Une petite fosse-tonneau au mobilier homogène du IXe siècle témoigne d’une occupation sporadique.

  • 5 WATON M.-D., Strasbourg-Istra, rapport de fouille 1990, Service régional de l’archéologie d’Alsace. (...)

20La fouille de deux fosses à déchets maçonnées – l’une de la fin XIIIe-fin XVe siècle, l’autre du XVIe-début XVIIe siècle – a été complétée par l’étude du bâti : une glacière fondée sur sablière de bois a été construite vers 1410 et des travaux importants ont été entrepris au milieu du XVe siècle ; au deuxième étage du 15 de la rue des Juifs, un faux plafond, daté par dendrochronologie du printemps 1459, a été aménagé ; un puits, qui n’est pas antérieur à 1458, a été creusé5.

21Les latrines ont livré un abondant mobilier, témoin d’une famille patricienne. Nombre de personnages illustres ont d’ailleurs été reçus aux XVe et XVIe siècles dans cette demeure qui passera au XVIIe siècle aux mains de J. Sébastien Muëg (PARENT, WATON, 1987, p. 16- 21). De très nombreux pots de poêle aux formes variées et des éléments fort divers de poêle ont été recueillis.

L’Hôtel Mercure

22La construction de l’Hôtel Mercure et de son parking, à l’angle de la rue Thomann et de la rue Marbach en 1989, a été précédée de fouilles planimétriques.

23Le XIIIe siècle a connu l’apport de terres brunes "dites de jardin", dans lesquelles ont été creusées des fosses profondes. Au début du XIVe siècle, les vestiges se densifient : fosses-latrines maçonnées, puits et fosses-tonneaux qui, alignés sur la rue Thomann, correspondent vraisemblablement à une limite parcellaire et qui devaient se situer à l’emplacement des arrière-cours des bâtiments bordant cette rue (NILLES, 1994, p. 147-149).

24La multiplication de petites fosses-latrines avec des pots de poêle et l’absence de carreaux décorés témoignent d’un milieu soucieux de son confort mais non patricien.

Rue des Hallebardes

25Un suivi de chantier, outre la reconnaissance de niveaux gallo-romains importants, a été l’occasion d’une fouille de remblais, datés par le mobilier des XVe-XVIe siècles. Au deuxième étage de la maison, des peintures murales d’inspiration religieuse (Vierge à l’enfant) ont été dégagées ; aucun texte, d’après les quelques recherches d’archives réalisées jusqu’à présent, ne permet de classer ce site en domaine religieux.

26Parmi le peu de mobilier récupéré, un élément de corniche à surplomb et des fragments de carreaux de poêle comparables à ceux du Marais-Vert témoignent de l’aisance des occupants.

Le Marais-Vert

27Il s’agit d’une fouille ancienne (1970-1971) où les observations archéologiques réalisées par Jean Maire et Jean-Pierre Rieb ont été pionnières. Publiée dès 1972, cette fouille de sauvetage a livré de très nombreux carreaux de poêle (MAIRE, RIEB, 1972, p. 165-180).

28Sur le vaste terrain vague du Marais-Vert, souvent inondé, a été retrouvé un puits comblé à la fin du XVe-début du XVIe siècle, situé dans un contexte de dépotoir public.

29La terre brune à la base du remplissage contenait de nombreux carreaux de poêle vernissés verts, certains entiers ; la comparaison avec certains carreaux issus de fouilles récentes complétera les données de 1971.

Les objets

30Pour éviter des redites fastidieuses, nous avons choisi de présenter les céramiques de poêle selon un cadre chronologique et non d’après leur contexte que nous indiquerons par une abréviation (CL : laïc, CR : religieux). Sur les figures, un petit numéro à côté de chaque céramique fait référence au site de provenance (cf. fig. 1).

Le haut Moyen Âge (fig. 2)

  • 6 Cf. l’intervention dans ce volume de M. Châtelet et de J.-J. Schwien sur le matériel de la place de (...)

31Les fouilles récentes ont montré l’apparition de pots de poêle à Strasbourg très tôt (CHÂTELET, 1994, p. 481-492) au regard des données iconographiques et ce en des endroits très divers de la ville6.

32À Istra (CL), les fragments sont trop petits pour pouvoir donner une bonne image de la forme générale des pots de pâte blanche. L’évolution de la forme de la lèvre, au départ légèrement bombée et soulignée d’une gorge profonde à l’intérieur pour devenir à bord rentrant arrondi dans les années 1000, est un des outils de datation.

33Quelques tessons découverts dans un ensemble clos daté par le matériel associé de la première moitié du IXe siècle peuvent sans doute être attribués à la fin du VIIIe-début du IXe siècle en raison d’une certaine longévité des poêles.

  • 7 Jusqu’à présent, Madeleine Châtelet a individualisé 148 exemplaires (CHÂTELET, 1994, p. 486).

34Saint-Thomas (CR) a livré des pots à pâte blanche de forme complète. Le nombre d’individus de l’ensemble clos que constitue le rejet de poêle pourra être défini par le comptage, non encore réalisé, du nombre des bords et de celui des fonds ; pour l’instant, il est estimé à une petite soixantaine7. La forme générale du gobelet aux cannelures régulières accentuées est tronconique (diam. sup. 150 mm, diam. inf. 68 mm, ht. 166 mm). Dans ce cas, les critères de datation sont récurrents. La berge sur laquelle ont été jetés les éléments de poêle peut être attribuée au IXe siècle et, si l’on croit les données d’archives, selon lesquelles Adeloch reconstruisit entièrement le couvent au début du IXe siècle, pouvons-nous considérer que les vestiges recueillis ont fait partie de cette reconstruction.

35Les quelques éléments recueillis rue Jean Sturm, non encore exploités, où des bords à lèvre rentrante arrondie à pâte blanche voisinent avec des bords à lèvre rentrante carénée à pâte orangée, étaient scellés par une couche d’inondation attestée en 1227 (sources archivistiques et données dendrochronologiques).

36La forme tronconique des premiers pots carolingiens perdurera jusqu’au XVIe siècle.

Fig. 2. Tableau typo-chronologique des pots de poêle.

Fig. 2. Tableau typo-chronologique des pots de poêle.

Les XIIIe-XIVe siècleS (fig. 2)

37Rue Hannong (CR), un petit lot de trois pots entiers a été mis au jour dans un contexte daté du XIIIe siècle par le matériel associé. Ces petits gobelets tronconiques sont plus étroits que pour la période précédente (diam. sup. 72 mm, diam. inf. 35 mm, ht. 140 mm) ; la lèvre rentrante est très anguleuse et la pâte rouge. Les éléments mis au jour à l’Hôtel Mercure (CL) offrent une forme plus ouverte (diam. sup. 156 mm, diam. inf. 76 mm, ht. 130 mm) ; de pâte rouge ou crème, ils sont aussi datés du XIIIe siècle par le mobilier associé.

38Le XIVe siècle verra une diversification des formes, avec notamment la diffusion du carreau-bol.

  • 8 J.-P. Minne place l’apparition de la poterie tronconique à ouverture quadrangulaire à la fin du XII (...)

39Le pot tronconique à pâte rouge est encore largement utilisé à l’Hôtel Mercure (CL), la lèvre triangulaire présente une gorge sur la partie sommitale, le pot est plus ou moins hâtivement tourné (diam. sup. 142 mm, diam. inf. 62 mm, ht. 144 mm). À côté de lui, dans la deuxième moitié du siècle sur les sites présentés ici, apparaît donc le carreau-bol (MINNE, 1991, p. 97)8 à pâte crème ou orangée, à la finition plus soignée et à la lèvre arrondie. De semblables éléments ont été trouvés rue Hannong (CR), datés par le contexte environnant (diam. sup. 144 mm, diam. inf. 86 mm, ht. 132 mm).

40Les premiers éléments à ouverture quadrangulaire et à corps tronconique ont des angles arrondis ; ce n’est qu’à la fin du siècle que le carreau-bol à bord pincé à angles assez vifs apparaît.

Les années 1400 (fig. 3)

41Avec l’apparition d’une forme nouvelle, les années 1380-1420 connaîtront une profusion d’éléments de poêle de morphologie variée.

42Saint-Thomas (CR) connaîtra le pot à pâte beige en forme de cloche (diam. sup. 170 mm, ht. 152 mm), rue Hannong (CR) livrera des carreaux-bol à bord pincé (diam. sup. 130 mm, diam. inf. 85 mm, ht. 138 mm) et l’Hôtel Mercure (CL), des carreaux-bol à lèvre arrondie (diam. sup. 140 mm, diam. inf. 86 mm et ht. 132 mm).

43Résultat de l’évolution technologique, moyen de renforcement du carreau et de la paroi elle-même du poêle, le cadre mouluré sera le premier ornement existant (MINNE, 1991, p. 152). L’apparition de la glaçure plombifère verte lui est concomitante.

  • 9 D’après J.-P. Minne, le carreau-niche apparaît dans le deuxième quart du XIVe siècle (MINNE, 1991, (...)

44Les premiers carreaux-niche9, faîtiers en l’occurrence, à décor d’architecture en découpe sur vide trilobé sous un arc en accolade surbaissé et écoinçons à jour, ont été découverts à Istra (CL, ht. cons. 222 mm, 1. 146 mm) et rue Hannong (CR), où la partie sommitale pentue est parfois ornée de deux excroissances. Le gâble manque sur tous les exemplaires recueillis. À Istra (CL), le carreau-niche a ses écoinçons ornés d’oculi (ht. 188 mm, 1. 152 mm) ou d’animaux fantastiques comme des dragons (ht. 177 mm, 1. 154 mm).

  • 10 Dont un petit Krautstrunk de teinte turquoise.

45La Commanderie Saint-Jean (CR) a livré un petit ensemble plus varié, daté de la fin du XIVe siècle par le mobilier associé : verrerie10 (RIEB, WATON, 1989, p. 407-423 ; WATON, 1990c, p. 17-36) et céramique grise cannelée (HENIGFELD, 1992). Un exemplaire fragmentaire représente un jeune personnage efféminé, en découpe, enlacé par un autre personnage (manquant) aux grandes mains, allégorie peut-être du jeune héros grec Ganymède, échanson des dieux. La coiffure est cependant féminine et les ondes que l’on peut deviner sur le creux des reins peuvent nous conduire à interpréter le personnage comme celui d’une sirène. Les autres exemples sont des carreaux-niche dont la découpe sur vide de la face frontale s’ouvre sous un arc en accolade surmonté ou non d’un fleuron, et dont les redents de l’intrados forment un trilobe plus ou moins mitré. Les écoinçons s’adoment d’un motif floral à trois feuilles (ht. 336 mm, 1. 184 mm) ou d’un quintefeuille (ht. 274 mm, 1. 196 mm), d’oiseaux (ht. 290 mm, 1. 175 mm) ou encore de dragons s’affrontant (1. 182 mm). Dans ce dernier cas, par rapport aux autres carreaux à pâte rouge et vernis vert foncé, la pâte beige foncé et la glaçure vert amande semblent indiquer un centre de production différent, peut-être d’outre-Rhin.

46Après l’apparition de ces carreaux-niche décorés, le XVe siècle montrera une certaine apogée dans les techniques de construction du poêle. Naturellement les datations proposées ici sont celles du contexte des découvertes.

Le XVe siècle (fig. 4 et fig. 5)

  • 11 Selon J.-P. Minne, l’apparition de tels pots remonterait à la fin du XIIIe siècle (MINNE, 1991, p.  (...)

47De la première moitié du XVe siècle – transformations vers 1410 (terminus post quem) et réaménagement vers 1459 (terminus ante quem) – un lot important de céramiques de poêle a été exhumé à Istra (CL) ; avec des pots de poêle à ouverture circulaire au façonnage très soigné et à lèvre plate éversée (diam. sup. 148 mm, diam. inf. 94 mm, ht. 116 mm) ou des carreaux-bol à pâte orangée, ont été découverts des pots à fond arrondi et à panse cannelée carénée (diam. sup. 170 mm, diam. inf. 110 mm, ht. 150 mm) et des pots à pâte beige rosé à ouverture en étrier (diam. sup. 130 mm, diam. inf. 85 mm, ht. 138 mm)11. On rencontre des carreaux-niche, dont le vert du vernis est relativement vif, aux écoinçons adornés de motifs floraux (quintefeuilles, ht. 276 mm, 1. 182 mm) ou architecturaux : issant des crochets de l’extrados, des colonnettes forment une arcature inachevée, aveugle, ornant la face frontale de la niche figurant un arc en accolade fleuronné dont l’intrados à redents découpe un trilobe (ht. 266 mm, 1. 164 mm). L’extrados peut être décoré d’une illustration de ville avec représentation du rempart ; la toiture est alors en tuiles plates (ht. 282 mm, 1. 170 mm).

Fig. 3. Céramiques de poêle des années 1400. 1 : E.N.A., 4 : rue Hannong, 5 : Istra. Les dessins représentés ici (ainsi que ceux des autres figures) renvoient à la forme la plus complète et non à un objet précis.

Fig. 3. Céramiques de poêle des années 1400. 1 : E.N.A., 4 : rue Hannong, 5 : Istra. Les dessins représentés ici (ainsi que ceux des autres figures) renvoient à la forme la plus complète et non à un objet précis.

Fig. 4. Céramiques de poêle à décor architectural et floral du XVe siècle. 1 : E.N.A., 5 : Istra.

Fig. 4. Céramiques de poêle à décor architectural et floral du XVe siècle. 1 : E.N.A., 5 : Istra.

Fig. 5. Céramiques de poêle à décor de personnages du XVe siècle. 1 : E.N.A., 3 : DRIRE, 4 : rue Hannong, 5 : Istra.

Fig. 5. Céramiques de poêle à décor de personnages du XVe siècle. 1 : E.N.A., 3 : DRIRE, 4 : rue Hannong, 5 : Istra.

48Le XVe siècle connaîtra l’apparition de formes nouvelles : poteries de poêle de type champignon à décor de quintefeuille à Istra (CL) ou rue Hannong (CR) (diam. 176 mm, ht. 122 mm) et d’éléments de corniche à surplomb, ornés d’un ange tenant un écu à champ vide (E.N.A., CR), d’un ange tenant un phylactère inscrit en lettres gothiques (D.R.I.R.E., CR) ou d’un aigle aux ailes déployées (1. 155 mm, rue des Hallebardes, CL) ; ce style de poteries et ces types de décor se rencontrent aussi dans le domaine castrai (MINNE, 1977).

  • 12 Istra : 1410-1459 et Saint-Jean : 1415-1455.

49En comparaison d’Istra (CL), l’E.N.A. (CR), avec la Commanderie Saint-Jean aux dates de construction ou de restructuration très voisines (cf. supra) 12, permet de compléter les thèmes décoratifs qui ont inspiré les potiers de la première moitié du XVe siècle.

  • 13 À la Caserne Barbarle, a été exhumé le fragment d’un carreau-niche dont l’extrados figure la représ (...)

50Cinq carreaux-niche sous une accolade trilobée présentent un extrados orné de la représentation complète d’une ville : à gauche du tableau, une église avec tympan quadrilobé, au premier plan, muraille crénelée de la cité et en arrière-plan, maisons à toitures de tuiles plates et tour-donjon crénelée (ht. 260 mm, 1. 155 mm). Le motif, similaire à celui fragmentaire d’Istra (CL), indique l’usage d’un moule identique pour des productions livrées aux deux domaines, laïc et religieux13.

51Le thème de l’architecture religieuse a été diversement représenté ; le décor du carreau-niche peut être sobre avec une redenture polylobée de l’intrados (ht. 274 mm, 1. 188 mm) ou alors exploité dans l’extrados. La découpe sur vide en trilobe peut être déterminée par les redents d’intrados d’un arc en accolade fleuronné, lui-même surmonté d’un réseau aveugle d’arcs brisés s’entrecroisant (ht. 260 mm, 1. 160 mm) ; la Commanderie Saint-Jean (CR) a livré huit exemplaires de ce décor (ht. 260 mm, 1. 160 mm) dont certains sont complétés par un motif floral, trèfle rampant ou lierre courant ; un exemplaire présente un oculus un peu inexpliqué dans l’écoinçon gauche. Un carreau-niche au décor architectural similaire a été rencontré au Marais-Vert (CL) (MINNE, 1977, p. 134, 42).

52À côté de ces carreaux-niche, apparaissent des carreaux plats à cadre fortement mouluré dont le type pourrait être attribué à un atelier strasbourgeois (MINNE, 1977, p. 222). À la Commanderie Saint-Jean (CR), un carreau plat est orné d’un décor d’architecture religieuse dont le moule a été finement travaillé (ht. 215 mm, 1. 180 mm), mais au cadre rapidement exécuté.

53Avec les carreaux plats, les thèmes ornementaux se diversifient et l’on rencontre des représentations de personnages, figure féminine assise à gauche (ht. 221 mm, 1. 180 mm) ou illustration du masque feuillu (ht. 218 mm, 1. 178 mm). Les trois exemplaires de ce dernier décor découverts à l’E.N.A. (CR) montrent des différences dans le travail des potiers : le fond est très soigné alors que le cadre a été hâtivement posé, l’un des cadres est d’ailleurs inversé par rapport aux deux autres, alourdissant un peu le motif (fig. 12, rangée du milieu). Un exemplaire similaire, un peu plus grossier, a été retrouvé au Marais-Vert (CL) (MAIRE, RIEB, 1972, p. 176, 15 ; MINNE, 1977, p. 188, 117).

54Le thème du personnage a été exploité aussi sur les carreaux-niche et, de la Commanderie Saint-Jean (CR), proviennent deux séries à motifs peu ordinaires.

55Le premier groupe est composé de quatre carreaux-niche (ht. 225 mm, 1. 185 mm) : sur un arc fleuronné en accolade trilobé, sont représentés en découpe ajourée deux personnages se faisant face. Dans l’écoinçon droit, un homme sauvage très velu tient dans la main droite une massue et dans l’écoinçon gauche, un personnage féminin à visage simiesque a le cou paré d’une sorte de torque. Plutôt que d’y voir l’homme au pieu semblant frapper le singe par derrière le fleuron – un tel exemplaire fragmentaire, sur champ aveugle, a en effet été retrouvé place Stoeber à Strasbourg (MINNE, 1977, p. 192, 112a) –, sans doute faut-il y reconnaître la représentation d’hommes sauvages tels qu’on se les figurait à la fin du Moyen Âge.

56La seconde série comporte deux carreaux-niche qui se complètent et dont l’illustration constitue un unicum (WATON, 1994c, p. 208) : le décor de la face frontale de la niche forme un arc en accolade fleuronné et des colonnettes séparent les arcs outrepassés d’une arcature à claire-voie. Un exemplaire donne la forme complète du carreau (ht. 260 mm, 1. 161 mm), mais le personnage en découpe dont il reste les pieds chaussés allant à gauche a disparu. Son paratype, dont il manque une partie du cadre (ht. cons. 255 mm, 1. 160 mm), présente une figuration de Saint Jean-Baptiste pointant de son index l’emblème du Christ – dans le petit macaron en arrière-plan de l’Agneau de Dieu, un drapeau flottant à droite –, debout sous l’arc brisé d’une voûte d’ogive. Le personnage en pâte rouge à engobe blanc a conservé des traces de peinture rouge, ce qui accroît l’originalité de la pièce (cahier couleur, pl. 2a). Au Marais-Vert (CL), des représentations de personnages religieux ont aussi été mises au jour : sont figurés sur fond aveugle et non en découpe ajourée, Sainte Barbe (MINNE, 1977, p. 311-312, 234), Saint Georges terrassant le dragon (MINNE, 1977, p. 314, 236) ou le couronnement de la Vierge (MAIRE, RIEB, 1972, p. 178, 11).

Fig. 6. Céramiques de poêle à décor architectural du XVIe siècle. 1 : E.N.A., 4 : rue Hannong, 5 : Istra.

Fig. 6. Céramiques de poêle à décor architectural du XVIe siècle. 1 : E.N.A., 4 : rue Hannong, 5 : Istra.

Fig. 7. Céramiques de poêle à décor floral de la fin du XVIe siècle-début XVIIe siècle. 1 : E.N.A., 2 : Saint-Thomas, 5 : Istra

Fig. 7. Céramiques de poêle à décor floral de la fin du XVIe siècle-début XVIIe siècle. 1 : E.N.A., 2 : Saint-Thomas, 5 : Istra

57De la deuxième moitié du siècle, nous retrouvons rue Hannong (CR) le carreau-niche à architecture religieuse représentée par une redenture polylobée de l’intrados (1. 168 mm) ou encore, seul exemplaire de notre série étudiée, un motif végétal sur le fond de la niche dont l’ouverture est surmontée d’un arc en anse de panier (1. 174 mm).

58Le motif floral connaîtra un succès certain au XVIe siècle.

Le XVIe siècle (fig. 6 et fig. 7)

59Pour ce siècle, nous avons peu de comparaisons possibles : en effet, avec la Réforme, seul ne reste attesté en contexte religieux que le site de la Commanderie Saint-Jean.

60Au début du siècle perdure le carreau-niche à décor d’architecture en découpe sur vide quadrilobé délimité par les redents d’intrados d’un arc segmentaire à profil (1. 164 mm). Le contexte de la découverte et la couleur vert clair du vernis sur pâte crème nous incitent à cette datation. Les autres poteries de poêle consistent en des éléments plats de couvrement (1. 155 mm, ép. 10 mm), qui peuvent être d’angle, comme à Istra (CL, 1. 77 mm, ép. 7 mm). De l’E.N.A. (CR), provient un carreau-niche de couronnement, fragmentaire, au fond de niche orné de rinceaux architecturaux ; Istra (CL) a livré un petit merlon au centre ajouré (1. 56 mm). Parallèlement à ces carreaux, continue – dans des édifices laïcs – d’être façonné le carreau-bol à bord pincé, à l’Hôtel Mercure et à Istra (diam. sup. 164 mm, diam. inf. 110 mm, ht. 132 mm) ; de pâte rose orange, il présente une lèvre très moulurée alors que les deux exemples de petit format, mis au jour dans un contexte du XVIe siècle à l’E.N.A. (CR), possèdent un bord arrondi et ont l’intérieur vernissé vert foncé (diam. sup. 110 mm, diam. inf. 64 mm, ht. 71 mm).

61À la Commanderie Saint-Jean (CR), a été retrouvé un élément de plinthe en arc de cercle, vernissé vert clair et à pâte crème, qui pourrait avoir appartenu à la partie arrondie en terre cuite surmontant un fourneau en fonte, largement attesté pour cette période dans l’enceinte conventuelle (ROTT, 1989, p. 242-243).

62Le XVIe siècle verra la disparition presque soudaine et quasi totale de l’élévation du poêle du carreau-niche au profit de l’élément plat modulaire à table ornée ou non (MINNE, 1991, p. 222).

63Le carreau plat à décor géométrique en fond d’écuelle fait son apparition rue Hannong (CR) et à Istra (CL, 1. 170 mm, ép. 65 mm). De nombreux fragments de corniche, dont certains d’angle à l’E.N.A. (CR), présentent l’alliance du carreau à décor géométrique en fond d’écuelle inscrit sur champ oblong dans un cadre mouluré, et du carreau à champ oblong dans un cadre mouluré surmonté d’un triangle orné d’un motif végétal (ht. 160 mm). Ces carreaux sont d’une certaine sobriété dans leur décoration, alors que parallèlement se développe le motif floral très chargé sur des carreaux plats à cadre mouluré. De ce motif dont la fleur à deux rangées concentriques de cinq pétales est inscrite dans un cercle d’où, issant des quatre angles, des feuilles de coquelicot (Istra (CL, 1. 196 mm), Marais-Vert (CL), E.N.A. (CR), rue Hannong (CR)) adornent les écoinçons, nous rencontrons de nombreux allotypes dans le domaine castral. La décoration du quintefeuille se retrouve sur de simples carreaux plats sans cadre à Istra (CL, 1. 96 mm, ép. 8 mm) ; du même contexte provient un fragment de carreau plat avec une figure de lion agressif dont la proie n’est pas représentée.

  • 14 La couverte est à base de plomb d’après les analyses réalisées par Jean Maire.

64La fin du XVIe-début du XVIIe siècle n’est représentée qu’à Saint-Thomas alors passé dans le domaine laïc : le motif floral devenu très luxuriant sur un carreau d’angle à pâte rouge et à peinture bleu cobalt (ht. 170 mm, 1. 252 mm) côtoie des carreaux plats, ornés à la plombagine14, représentant des figures allégoriques, comme la force ou la justice dans une architecture maintenant laïque (1. 252 mm), ou encore des éléments à vernis au manganèse de corniche d’angle illustrés d’angelots, de cornière avec la représentation d’homme cuirassé, de personnages barbus dont la gaine de la poterie à pâte rouge est ornée de fleurs et de feuillage (1. 124 mm). Des poteries similaires ont été mises au jour à Istra (CL) dans un contexte du milieu du XVIIe siècle (WATON, 1990c, p. 85-92). La rue des Hallebardes (fig. 8, g) a livré le fragment d’un carreau d’angle à décor graphité et au motif floral répétitif dont la disposition rappelle la décoration de certains carreaux de pavement.

65La plombagine et la glaçure noire, dont J.-P. Minne place l’apparition dans le premier tiers du XVIIe siècle, sous l’influence des maîtres poêliers de Nuremberg (MINNE, 1991, p. 225), veulent imiter l’aspect métallique des fourneaux de fonte qui se développent au cours du XVIe siècle.

Milieux laïc ou religieux : existe-t-il des céramiques de poêle particulières ?

66L’apparition des premiers pots de poêle dès l’époque carolingienne s’est faite simultanément dans un milieu religieux comme à Saint-Thomas, si l’on admet la tradition historique, et dans un domaine laïc comme à Istra où aucun couvent n’est mentionné pour cette période.

67La fabrication du pot de poêle, sous des formes variées, continuera jusqu’à la fin du XVe-début du XVIe siècle.

68Dans les années 1400, d’après les contextes archéologiques pris en compte dans cet article, apparaît une certaine diversité morphologique de l’élément constitutif du poêle.

69Notre étude a été cantonnée à sept chantiers strasbourgeois dont les trouvailles devront être complétées par celles de sites ruraux ou castraux. Il n’en demeure pas moins que certaines conclusions peuvent être tirées de cette présentation sur l’iconographie de la poterie de poêle ainsi que sur la diffusion de ce type de mobilier en milieu urbain. Le contexte historique nous semble aussi intéressant à explorer.

70Des décors peuvent être spécifiques : quelques-uns comme l’ange à l’écu ou à phylactère inscrit, répandus aussi dans le domaine castrai, ne se rencontrent pas dans un contexte laïc urbain ; de même, certains, comme la représentation de Saint Jean-Baptiste (sorte d’emblème de la Commanderie Saint-Jean), ne se trouvent qu’en milieu religieux. Ceci nous amène à poser la question de l’origine du lot de carreaux mis au rebut au Marais-Vert qui est comparable à celui de l’E.N.A. : peut-être s’agit-il dans ce cadre de dépotoir public, du rejet de poêle provenant d’un établissement religieux. Un autre indice pour conforter cette hypothèse nous est fourni par les éléments ramassés sur le site de la rue des Hallebardes : son contexte religieux n’est pas attesté dans les sources écrites, mais l’inspiration de la peinture murale, avec une vierge à l’enfant dans l’immeuble même, diffère de celle des peintures que l’on a retrouvées en milieu laïc, comme à Istra dans l’Hôtel des Joham de Mundolsheim. Les décors sur fond de niche de deux fragments de carreaux-niche sont identiques à ceux découverts au Marais-Vert ; l’un (fig. 8, f) est orné d’une colonnette séparant deux fenêtres à cives (MAIRE, RIEB, 1972, p. 176, 14 ; MINNE, 1977, p. 131, 36), l’autre (fig. 8, e) évoque la représentation d’Adam et Ève (MAIRE, RIEB, 1972, p. 177, 17 ; MINNE, 1977, p. 275, 205) avec le même tronc d’arbre noueux autour duquel s’enroule le serpent, le bras plié d’Ève et le champ herbeux ; la décoration florale d’un élément de carreau de couronnement (fig. 8, c) peut être rapprochée de celle d’un carreau du Marais-Vert (MAIRE, RIEB, 1972, p. 176, 12) et le décor de rinceau sur fond de niche (fig. 8, d) est très proche de celui d’un élément de corniche à surplomb mis au jour aux Halles (MAIRE, RIEB, 1972, p. 177, 19). Un élément de corniche à surplomb (fig. 8, a) et un fragment de fond de carreau-niche (fig. 8, b) figurent un aigle aux ailes déployés ; sur ce dernier fragment, des fleurs à cinq pétales garnissent le champ et d’un branchage pend un gland. Le décor végétal est très proche de celui représenté sur un carreau provenant du château de Rathsamhausen-Ottrott (MINNE, 1977, p. 182, 109b). L’aigle pourrait être interprété comme l’emblème de Saint Jean l’évangéliste et confirmer le contexte religieux de ces découvertes. Il semble qu’il existe donc, en ville, des thèmes particuliers au domaine religieux.

71Certains décors, peut-être conçus pour des ordres religieux, se retrouvent dans un contexte laïc ou inversement : il s’agit dans ce cas de familles patriciennes qui reçoivent des personnages illustres et qui aiment vivre dans un certain décorum. De plus, il y a des contacts directs entre les deux contextes : en effet, le milieu religieux est constitué par certains héritiers de ces familles patriciennes qui entrent dans les ordres.

Fig. 8. Fragments de céramiques de poêle découverts 22, rue des Hallebardes. a : élément de corniche à surplomb ; b, d, e et f : fragments de carreau-niche ; c : fragment de carreau de couronnement ; g : fragment de carreau d’angle.

Fig. 8. Fragments de céramiques de poêle découverts 22, rue des Hallebardes. a : élément de corniche à surplomb ; b, d, e et f : fragments de carreau-niche ; c : fragment de carreau de couronnement ; g : fragment de carreau d’angle.

72Pour les XIVe-XVIe siècles, l’Hôtel Mercure, seul site non patricien, ne nous a livré que des pots ou carreaux-bol de poêle : la population de cette époque de la fin du Moyen Âge – début de la Renaissance, sans prétention de luxe, était néanmoins soucieuse de son confort. Cela devra être confirmé par l’étude du mobilier issu d’autres chantiers, comme celui de la Cour des Bœufs, situé apparemment en milieu non patricien (LEGENDRE, MAIRE, 1987, p. 83-86 ; 1990, p. 51-55) et dont les premiers pots de poêle remontent au XIIe siècle.

73Si le XVe siècle a connu une certaine révolution dans les techniques de construction du poêle et a vu se développer une grande imagination pour les décors, tant dans le domaine laïc que religieux, la Réforme a entraîné une évolution différente entre les deux milieux. D’une part, au cours du XVIe siècle, l’architecture religieuse qui était la source d’inspiration du fond du tableau pour les fabricants de poêle est supplantée par l’architecture laïque ; d’autre part, l’ornementation des poêles en céramique installés dans des édifices religieux devient fort sobre, alors que ceux situés dans les maisons patriciennes affichent un décor très luxuriant.

74Le constat avait déjà été fait que le XVIe siècle était un siècle de transition pour la céramique culinaire en général (MAIRE, WATON, 1995, p. 128-129) ; de même pour la verrerie (WATON, 1990c, p. 37-84), nous avions relevé une évolution au cours de ce siècle, que nous avions en partie attribuée à la Réforme. Aucune étude n’a été menée sur l’évolution comparée entre le mobilier issu du milieu laïc et celui provenant du milieu religieux, que ce soit pour le vaisselier ou pour la verrerie.

75Une telle étude permettrait de déterminer l’impact qu’a pu avoir la Réforme sur l’esthétique du mobilier de cuisine et de table, celui-ci pouvant être d’usage quotidien ou d’apparat.

Fig. 9. Un exemple de présentation partielle du poêle de la Commanderie Saint-Jean.

Fig. 9. Un exemple de présentation partielle du poêle de la Commanderie Saint-Jean.

Fig. 10. Carreaux-niche de l’E.N.A. ; la rangée du haut est des années 1400, celle du bas de la première moitié du XV siècle (Clichés F. Schneikert).

Fig. 10. Carreaux-niche de l’E.N.A. ; la rangée du haut est des années 1400, celle du bas de la première moitié du XV siècle (Clichés F. Schneikert).

Fig. 11. Carreaux-niche de l’E.N.A., à décor d’architecture de la première moitié du XVe siècle (Clichés F. Schneikert).

Fig. 11. Carreaux-niche de l’E.N.A., à décor d’architecture de la première moitié du XVe siècle (Clichés F. Schneikert).

Fig. 12. Éléments de poêle de l’E.N.A., de la première moitié du XV siècle (Clichés P. Heckel et F. Schneikert).

Fig. 12. Éléments de poêle de l’E.N.A., de la première moitié du XV siècle (Clichés P. Heckel et F. Schneikert).

Bibliographie

Bibliographie

Châtelet M., 1994, "Les plus anciens témoins de l’usage du poêle : les pots de poêle du haut Moyen Âge découverts en Alsace", Revue Archéologique de l’Est, t. 45, fasc. 2, p. 481-492.

Hatt J., 1929, Une ville au XV siècle : Strasbourg.

Henigfeld Y., 1987, DRIRE, Rapport de fouille, Strasbourg, Service régional de l’Archéologie d’Alsace.

Henigfeld Y, 1990, "Grand Couvent des Capucins", Vivre au Moyen Age : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, éd. des Musées de Strasbourg, p. 255.

Henigfeld Y, 1992, La céramique grise cannelée d’Istra à Strasbourg (fin XIIe-fin XVIIe s.), Mémoire de maîtrise, Université de Strasbourg.

Henigfeld Y., Keller M., 1990, "Esplanade : rue Pierre Monter", Strasbourg : 10 ans d’archéologie urbaine, Strasbourg, éd. les Musées de Strasbourg, p. 139-141.

Keller M., Strasbourg : les fortifications de la Krutenau, Rapport de fouille 1990, Strasbourg, Service régional de l’Archéologie d’Alsace.

Kuhnle-Aubry G., 1990, "Rue Hannong", Strasbourg : 10 ans d’archéologie urbaine, Strasbourg, éd. des Musées de Strasbourg, p. 178-181.

Kuhnle-Aubry G., 1993, Rue Hannong, Document final de synthèse, Strasbourg, Service régional de l’Archéologie d’Alsace.

Legendre J.-P, Maire J., 1987, "Les fouilles du quartier médiéval de la Cour des Bœufs", Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, 3, p. 83-86.

Legendre J.-P, Maire J., 1990, "Un exemple d’évolution de la trame urbaine : la cour des Bœufs à Strasbourg", Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, éd. les Musées de Strasbourg, 1990.

Maire J., Rieb J.-P, 1972, "Un puits du XVe siècle dans le Marais-Vert à Strasbourg", Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 16.

Maire J., Waton M.-D., 1995, "Un extraordinaire lot de céramiques à décor polychrome découverts à l’ENA-Strasbourg", Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 38, p. 121-149.

Minne J.-P., 1977, La céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, éd. Publitotal, 392 p.

Minne J.-R, 1991, La céramique de poêle en France : recherches sur les origines de la structure et de la forme du poêle, de la forme au décor. Études sur quelques céramistes-poêliers, sculpteurs et peinteurs notables. Catalogue des dessins, des gravures et des oeuvres achevées, Mémoire de Thèse, Univ. de Strasbourg I, 5 vol. dactyl.

Nilles R., 1994, "Rue Marbach : Hôtel Mercure", Strasbourg : 10 ans d’archéologie urbaine, Strasbourg, éd. les Musées de Strasbourg, p. 147- 149.

Nilles R., Waton M.-D., 1990a, L’Hôtel Mercure, Rapport de fouille 1990, Strasbourg, Service régional de l’archéologie d’Alsace.

Nilles R., Waton M.-D., 1990b, "Le passé de l’Hôtel Mercure à Strasbourg (Bas-Rhin)", Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 33, p. 32-38.

Parent B., Waton M.-D., 1987, "Découvertes de peintures dans une maison gothique", Archéologia, novembre 1987, p. 16-21.

Piton F., 1855, Strasbourg illustré, Strasbourg.

Rieb J.-P., Waton M.-D., 1989, "La verrerie d’Alsace", À travers le verre, du Moyen Âge à la Renaissance, Rouen, p. 407-423.

Rott J., 1989, "La Commanderie Saint-Jean en l’île-Verte à Strasbourg et ses trésors artistiques avant 1633", Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 32, p. 239- 256.

Schwien J.-J., 1992, Strasbourg : document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain, Paris, Ministère de la Culture / Tours, Centre National d’Archéologie Urbaine, 285 p.

Waton M.-D., 1987, "Strasbourg-Istra : vestiges médiévaux", Bull. de la Société Industrielle de Mulhouse, 3, p. 79-82 et 164-166.

Waton M.-D., 1990a, "Saint-Thomas", Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, éd. des Musées de Strasbourg, p. 56-60 et 235-240.

Waton M.-D., 1990b, "Strasbourg-Istra", Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, éd. des Musées de Strasbourg, p. 61-66.

Waton M.-D., 1990c, "Strasbourg-Istra : verrerie des XIVe-XVe siècles, verrerie du XVIe siècle, verrerie du XVIIe siècle", Verreries de l’Est de la France, p. 17-36, p. 37-84 et p. 85-92 (9ème suppl. à la Revue Archéologique de l’Est).

Waton M.-D., 1994a, "Commanderie Saint-Jean (ENA) et Musée d’art moderne et contemporain", Strasbourg : 10 ans d’archéologie urbaine, Strasbourg, éd. des Musées de Strasbourg, p. 174- 177.

Waton M.-D., 1994b, "Saint-Thomas", Strasbourg : 10 ans d’archéologie urbaine, Strasbourg, éd. des Musées de Strasbourg, p. 144-146.

Waton M.-D., 1994c, "Carreau de poêle à décor ajouré", Strasbourg : 10 ans d’archéologie urbaine, Strasbourg, éd. des Musées de Strasbourg.

Notes

1 WATON M.-D., Saint-Thomas, Rapport de fouille des interventions 1988 et 1989, Strasbourg, Service régional de l’Archéologie d’Alsace. Ces fouilles se sont déroulées en deux temps : un sauvetage programmé en 1988-1989 lors du réaménagement des bâtiments de la Fondation Saint-Thomas, un sauvetage urgent en 1990 dans l’église.

2 PITON F., Strasbourg illustré, Strasbourg, 1855, p. 205, 207 et sv., et témoignage de Specklin in Fragmentis MSC tis, fol. 21.

3 Un comptage a été réalisé jusqu’à maintenant sur les seules formes incomplètes : cf. CHÂTELET, 1994, p. 486, fig. 4 et 5.

4 Archives municipales de Strasbourg, fonds Saint-Thomas, n° 79, "carton 46" : document fin XVe, intitulé ultérieurement "Todtengräber" puis "Eid vom 27. sept. 1412" par les archivistes.

5 WATON M.-D., Strasbourg-Istra, rapport de fouille 1990, Service régional de l’archéologie d’Alsace. Jean Maire et Jean-Pierre Rieb ont largement collaboré à l’étude du 15 rue des Juifs.

6 Cf. l’intervention dans ce volume de M. Châtelet et de J.-J. Schwien sur le matériel de la place des Bateliers.

7 Jusqu’à présent, Madeleine Châtelet a individualisé 148 exemplaires (CHÂTELET, 1994, p. 486).

8 J.-P. Minne place l’apparition de la poterie tronconique à ouverture quadrangulaire à la fin du XIIIe-début du XIVe siècle (MINNE, 1991, p. 97).

9 D’après J.-P. Minne, le carreau-niche apparaît dans le deuxième quart du XIVe siècle (MINNE, 1991, p. 102).

10 Dont un petit Krautstrunk de teinte turquoise.

11 Selon J.-P. Minne, l’apparition de tels pots remonterait à la fin du XIIIe siècle (MINNE, 1991, p. 102).

12 Istra : 1410-1459 et Saint-Jean : 1415-1455.

13 À la Caserne Barbarle, a été exhumé le fragment d’un carreau-niche dont l’extrados figure la représentation d’une ville d’un moule différent. La photographie, présentée par erreur dans le catalogue Vivre au Moyen Âge p. 337, 1.12, ne correspond pas au fragment d’Istra mais à celui de la Caserne Barbade fouillée en 1986 par J.-J. Schwien.

14 La couverte est à base de plomb d’après les analyses réalisées par Jean Maire.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation des sites présentés à Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 2. Tableau typo-chronologique des pots de poêle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 3. Céramiques de poêle des années 1400. 1 : E.N.A., 4 : rue Hannong, 5 : Istra. Les dessins représentés ici (ainsi que ceux des autres figures) renvoient à la forme la plus complète et non à un objet précis.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 4. Céramiques de poêle à décor architectural et floral du XVe siècle. 1 : E.N.A., 5 : Istra.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 5. Céramiques de poêle à décor de personnages du XVe siècle. 1 : E.N.A., 3 : DRIRE, 4 : rue Hannong, 5 : Istra.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 6. Céramiques de poêle à décor architectural du XVIe siècle. 1 : E.N.A., 4 : rue Hannong, 5 : Istra.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 7. Céramiques de poêle à décor floral de la fin du XVIe siècle-début XVIIe siècle. 1 : E.N.A., 2 : Saint-Thomas, 5 : Istra
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 8. Fragments de céramiques de poêle découverts 22, rue des Hallebardes. a : élément de corniche à surplomb ; b, d, e et f : fragments de carreau-niche ; c : fragment de carreau de couronnement ; g : fragment de carreau d’angle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 9. Un exemple de présentation partielle du poêle de la Commanderie Saint-Jean.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 10. Carreaux-niche de l’E.N.A. ; la rangée du haut est des années 1400, celle du bas de la première moitié du XV siècle (Clichés F. Schneikert).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Fig. 11. Carreaux-niche de l’E.N.A., à décor d’architecture de la première moitié du XVe siècle (Clichés F. Schneikert).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 12. Éléments de poêle de l’E.N.A., de la première moitié du XV siècle (Clichés P. Heckel et F. Schneikert).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20203/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 264k

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search