Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

La céramique de poêle dans les habitats miniers des Vosges

Bernard Bohly et Pierre Fluck

Résumé

Plusieurs fouilles ont été effectuées depuis douze ans sur des habitats de mineurs d’époque Renaissance dans le massif des Vosges. Ces habitats sont souvent établis dans des endroits écartés, en altitude, et caractérisés par la présence d’un poêle, ce qui justifie l’appellation de "maison du poêle" que nous leur avons donnée. Chaque entrée de mine plus ou moins importante, occupée en permanence ou temporairement par un nombre restreint de personnes, en était pourvue.

Une dizaine d’emplacements de tels habitats, datés de la fin du XVe siècle au début du XVIIe siècle, ont été fouillés dans les Vosges avec des résultats intéressants, d’autant qu’ils ont été le plus souvent occupés sur un laps de temps bref, de quelques années, bien situé chronologiquement (sources d’archives, datation dendrochronologique sur des bois de mine, typologie de la céramique...), qu’il y a rarement superposition de plusieurs périodes d’occupation et, enfin, que le mobilier exhumé reflète le niveau de vie d’une catégorie socioprofessionnelle particulière, vivant en marge de la société de l’époque et bien documentée par les sources d’archives.

La céramique de poêle a été retrouvée en grand nombre au cours de ces fouilles. Après la présentation d’un corpus des formes et des motifs, nous essayerons de donner une image de ce poêle tel qu’il apparaissait dans cet habitat assez fruste : variété et richesse ou au contraire homogénéité du décor reflétant une certaine opulence matérielle dans certains cas ; assemblage plus ou moins hétéroclite de pièces de second choix, souvent non glaçurées, dans d’autres cas.

Texte intégral

1 Diverses fouilles ont été effectuées depuis douze ans sur des habitats de mineurs d’époque Renaissance dans le massif des Vosges. Ces habitats sont établis bien souvent dans des endroits écartés, en altitude, et se caractérisent par la présence assez constante d’un poêle (BOHLY, 1990a, p. 315-326 ; BOHLY, MARTIN, PROBST, 1990, p. 327-330). Chaque entrée de mine, ou "porche", de quelque importance, en était pourvue. Un nombre restreint de personnes l’occupait en permanence ou temporairement. C’est cette position géographique qui nous a suggéré l’appellation maison du porche que nous préférons à celle plus classique de maison du poêle.

2Une vingtaine d’emplacements de tels habitats, datés de la fin du XVe au début du XVIIe siècle, ont été fouillés dans les Vosges. Trois facteurs font tout l’intérêt de ces sites :

3– ils ont été occupés le plus souvent durant un laps de temps bref (quelques années, au plus quelques décennies), bien calé chronologiquement par des sources d’archives, des datations dendrochronologiques sur des bois de mine, la typologie de la céramique ;

  • ils n’offrent que rarement la superposition de plusieurs périodes d’occupation ;
  • le mobilier exhumé reflète le niveau de vie d’une catégorie socioprofessionnelle très particulière, qui vivait en marge de la société de l’époque, et qui nous est bien connue par les sources écrites.

4Ces fouilles ont livré de la céramique de poêle en grande quantité. Nous décrirons brièvement, tout d’abord, les sites vosgiens qui ont déjà livré de telles céramiques en fouille, en sondage ou en prospection ; nous présenterons, ensuite, un corpus des formes et des motifs ; nous tenterons, enfin, de donner une image de ce poêle, ou d’en établir les rudiments d’une typologie en nous appuyant sur leur structure.

Les catégories d’habitat minier

5La maison du porche, nous l’avons vu, a fait l’objet de l’essentiel de l’investigation de terrain à ce jour. Mais elle ne représente à l’évidence qu’un aspect tout à fait fragmentaire de l’habitat de la population qui vivait des mines, et lorsqu’on évoque l’habitat minier, il importe d’en distinguer les autres composantes.

La maison du porche

6Elle offrait une triple fonction : la restauration des ouvriers, le remisage de l’outillage et des matières premières (suif, minerais...) et parfois la résidence permanente (gardien, ouvriers...). D’autres fonctions liées à l’industrie peuvent s’y ajouter : forge le plus souvent, banc de scheidage manuel (séparation du minerai d’avec sa gangue), laverie. Dans ces cas, le bâti revêt une importance accrue : il ne s’agit plus d’une simple maisonnette.

L’habitat isolé en zone minière

  • 1 Sites nos 9, 10 et 17 de l’énumération présentée plus loin.

7La plupart des mineurs résidaient évidemment à distance de la mine. Nous serons amenés à décrire quelques cas d’habitats géographiquement proches des mines, mais dont on ne peut prouver qu’il s’agissait de maisons de mineurs1. Les fonderies, parfois éloignées des mines de plusieurs dizaines de kilomètres, représentent un cas particulier dans cette catégorie ; elles peuvent en effet regrouper, outre les ateliers et entrepôts, l’habitat du gardien ou du maître fondeur.

L’habitat en agglomération

  • 2 Site n° 18 de l’énumération.

8Nous le citerons pour mémoire, trop peu de telles structures ayant fait l’objet de fouilles2. Certaines agglomérations offrent encore des bâtiments Renaissance liés à l’activité minière : Sainte-Marie-aux-Mines (68), Giromagny (90), Plancher-les-Mines (70). Parmi ceux-ci figurent les maisons à tourelles "aristocratiques" de Sainte-Marie-aux-Mines, ou encore les bâtiments de prestige comme les maisons de justice à Giromagny et à Echery (68). Les maisons "prolétaires" subsistantes sont rares et le plus souvent postérieures au XVIe siècle.

9Dans cette catégorie également, l’habitat peut être couplé avec des activités d’atelier : forge, cabinet d’essayeur...

L’investigation des sites : état des lieux

10Nous présentons une revue analytique des sites, secteur par secteur, dans un ordre géographique du Nord vers le Sud (fig. 1).

1. Vallée de la Bruche, Champ des Messes

11Un inventaire (LEYPOLD, 1995) conduit sur le district des mines de fer de Schirmeck (67) a livré, au lieu dit "Champ des Messes" à Wackenbach où se localise un carreau minier, un unique tesson de carreau-bol.

2. Val de Villé, Champ Brêcheté

12Un seul site a fait l’objet d’une fouille de surface dans le val de Villé (67) : il s’agit d’un des carreaux miniers du filon "Champ Brêcheté" à Urbeis (METZGER, 1990, p. 126-129 ; 1986, p. 140-166). La fouille a livré la base en pierre d’une maison carrée de 5,50 m sur 4,80 m. Ses solins étaient surmontés par un pan de bois, la toiture étant probablement faite de bardeaux. Le poêle reposait sur un socle monolithique (1,50 x 1,15 m) intégré à l’arrière dans le mur. La présence d’un banc de scheidage manuel est attestée par deux carrés de minerai concassé.

District de Sainte-Marie-aux-Mines (68)

13Les sites sont décrits du Nord-Est au Sud-Ouest. La plupart d’entre eux (nos 4 à 16) se trouvent dans la vallée de Fertrupt (secteur minier de l’Altenberg) qui a aussi fait l’objet du plus grand nombre d’investigations de surface ; pour celle-ci, l’ordre de présentation se fera du Nord au Sud. La figure 2 montre la répartition des sites dans cette vallée.

3. Le carreau de la mine Samson

14Fouillé depuis 1985, le carreau Samson a livré notamment une forge et une laverie, mais toute la chaîne des ateliers de traitement paraît présente. L’habitat couplé à ce site a livré un abondant ensemble de céramique culinaire et de poêle (GRANDEMANGE, 1990).

Fig. 1. Carte de répartition des sites dans le massif vosgien.

Fig. 1. Carte de répartition des sites dans le massif vosgien.

Fig. 2. Carte des sites à Sainte-Marie-aux-Mines. Les numéros renvoient à la liste des sites dans le texte.

Fig. 2. Carte des sites à Sainte-Marie-aux-Mines. Les numéros renvoient à la liste des sites dans le texte.

4. Le carreau de la mine Lehenschafft

15Un volume remanié d’un dépotoir à céramique de poêle a fait l’objet d’une fouille de sauvetage en 1993, sur un espace très restreint, à proximité de l’emplacement présumé du porche de cette mine (FLUCK et alii, 1993). La série de carreaux de poêle y est particulièrement homogène (au moins onze carreaux du type "fleurs de lys").

5. Le carreau de la mine Rumpump

16L’organisation du carreau de cette mine, site majeur de l’extraction à Fertrupt, n’apparaît pas clairement. Deux sondages ont été effectués en 1990 sur la propriété de M. Pairis (16a, Fertrupt), à une cinquantaine de mètres au Nord-Est de l’emplacement présumé de cette mine, et vers l’extrémité de la halde qui descend ici en pente douce. Le mobilier a été découvert en vrac dans la stratigraphie, remaniée ; la céramique de poêle est peu abondante (dix tessons, pour des centaines de tessons de céramique culinaire !) (FLUCK et alii, 1990).

6. Le carreau de la mine dite "Ulmer Zech 2"

17Le porche très effacé de cette mine (appellation actuelle), située à l’aplomb de la chapelle de Fertrupt, a fait l’objet d’un décombrage à l’occasion de la fouille programmée de 1989. Un mobilier relativement abondant faisait partie des matériaux de remblaiement de la tranchée, parmi lequel figurent divers petits tessons de céramique de poêle. Les motifs ne sont pas identifiables.

7. Le site "Fertrupt-chapelle"

18Un sondage effectué en 1987-88 sous la direction de P. Brunei, à l’occasion des travaux de restauration de cette chapelle, a livré de la céramique culinaire et un peu de poêle, ainsi que du verre à vitre et des scories de réduction (FLUCK et alii, 1991). Une fonderie devait exister antérieurement à la chapelle (fin XVIe siècle) sur le terrain juste au-dessus.

8. Le site "Fertrupt-cimetière"

1950 m au Nord du site précédent, des travaux de réfection du mur amont du cimetière, en 1993, ont révélé une série importante de céramiques culinaire et de poêle, dispersées sur une dizaine de mètres carrés. Les motifs gaufrés y sont peut-être plus abondants que sur les autres sites de l’Altenberg ; les autres motifs sont variés (FLUCK et alii, 1993).

9. La forge Zann

20Une fouille de sauvetage pratiquée sur le sol de la maison Zann (39, Fertrupt), à l’occasion de travaux de restauration en 1992, a livré un superbe foyer de forge et une quantité énorme de mobilier du XVIe siècle. Parmi ses éléments, on a pu mettre en évidence une série d’au moins vingt-trois carreaux du motif aux "chevrons", des carreaux d’angle, corniches et plinthes (différentiables par les traces d’usure) et des carreaux plats ; les carreaux-bol sont rares.

10. Le site en aval de la forge Zann

2125 à 28 m au Nord de l’angle nord-ouest de la maison Zann, la tranchée du chemin d’accès a livré en 1992 une coupe stratigraphique montrant en place une concentration de céramique de poêle mêlée d’argile indurée, essentiellement des carreaux-bol, mais aussi un carreau vernissé vert à motif original (étoiles inscrites dans un treillis à maille carrée). Une petite fouille pratiqué en 1993 a montré des éléments d’infrastructure (mur en pierre) de ce bâtiment (FLUCK et alii, 1994).

22En 1989, puis à nouveau en 1994, ont pu être étudiés, en bordure rive droite du ruisseau de Fertrupt, face à la ferme Freyburger et à quelques dizaines de mètres en aval du site précédent, trois bacs de décantation d’une laverie de minerai. Parmi le mobilier abondant qui remplissait ces structures en creux à la suite de leur abandon, figure de la céramique de poêle qui offre divers décors (sablier ou variante, chevron, carreau-bol vernissé...), dont le motif à étoiles cité plus haut (même pièce ?). Étant donné la proximité de cette laverie et du site en aval de la forge Zann, on ne peut exclure qu’il s’agisse d’une seule et même maison.

11. Le carreau de la mine Saint-Jean

  • 3 La mine fut exploitée de 1530 à 1580 environ.

23Fouillé de 1991 à 1995, le carreau minier de Saint-Jean-Fùrstenbau a livré deux maisons emboîtées, l’une du XVIe siècle3, l’autre des XVIIe-XVIIIe siècles, plus ou moins obliques l’une par rapport à l’autre. L’emprise totale des structures occupe une aire de 8 x 13 m. Les murs sont en pierres sèches, la toiture (au moins pour la seconde époque) étant en bardeaux (milliers de clous !). On peut démontrer, par exemple par la présence de mobilier XVIe siècle repris dans la maçonnerie XVIIe siècle, que l’occupation était polyphasée et non continue.

  • 4 Moules de pièces rectangulaires à décors variés (carreaux de poêle !), tête de cheval.

24Outre le mobilier dispersé sur toute l’aire, des concentrations privilégiées ont été mises au jour : dépotoir XVIIe-XVIIIe siècle, carreaux de poêle dans un des coins de la maison, fosse dépotoir du XVIe-début XVIIe siècle très riche (avec notamment de superbes grès du Westerwald). La maison du XVIe siècle était couplée à une forge localisée sur l’arrière, à gauche du couloir d’accès à la mine ; la sole du foyer a été retrouvée en lambeaux dans le dépotoir du XVIe siècle. Un certain nombre de moules en terre très fine ont été mis au jour sur ce site4. Le coin sud-est de la maison du XVIe siècle offre la plus grande concentration de céramiques de poêle. Le motif aux "fleurs de lys" est très largement prédominant, en compagnie de divers motifs plus rares et de carreaux plats ; quelques carreaux-bol sont néanmoins présents, ainsi que des carreaux divers en nombre accessoire, peut-être les vestiges d’un poêle préexistant. Quelques pièces graphitées (carreaux, corniches, couvre-joints) sont à noter. Il faut également signaler qu’un même motif ("fleurs de lys", par exemple) peut présenter de légères variantes issues de moules différents, ainsi bien sûr que la variante du carreau d’angle.

12. Le site "maison Freyburger"

25Il s’agit d’une ferme cossue (n° 34, Fertrupt, anciennement Baltzinger) qui paraît remonter à l’époque de la Renaissance. M. Freyburger y a trouvé, dans la cave, un très grand tesson de carreau de poêle vernissé vert, d’un motif original.

13. Le site au-dessus de la "maison Freyburger"

  • 5 Communication orale d’Anne Freyburger, 1995.

26À une trentaine de mètres au Sud-Ouest de la maison Freyburger, se trouve une anfractuosité de terrain formant terrasse, d’une dizaine de mètres, entourée d’un complexe de haldes. Un petit sondage pratiqué en 1995, en vue d’y... planter un arbre, a livré des tessons de céramique culinaire et de poêle (corps d’ancrage et bordures vernissées vert, motif non déterminable)5.

14. Le carreau de la mine Porte de Fer

27Il s’agit du vaste terrain plat (dit "terrain de football") entre le porche de cette mine et le chemin de la Bourgonde. Des sondages effectués en 1989 ont mis en évidence un champ d’épandage de résidus de laverie (sables, limons, argiles). Du mobilier s’y est trouvé piégé dans les couches les plus hautes, à l’occasion d’un orage ou du débordement d’un axe hydraulique (céramique culinaire et de poêle, verre). Quelques scories marquent également la présence proche d’une forge (FLUCK, 1989).

15. Le carreau de la mine Sainte-Anne

28En 1993, le creusement d’un bassin par le propriétaire de ce site a livré un ensemble de céramiques culinaires et de poêle, recueilli par J.-F. Bouvier (environ quatre cent cinquante objets). Le site a été détruit par l’excavatrice, ne laissant apparaître temporairement qu’un coin de maison en pierre et le canal en bois de drainage de l’eau de la mine. Les carreaux de poêle offrent des motifs fréquemment effacés, estompés, voire écrasés, comme s’il s’agissait de pièces de second choix. En outre, ce poêle devait ressembler à un patchwork : il y a seize motifs différents, aucun n’étant prédominant (ainsi que quelques carreaux-bol dont certains sont vernissés) !

16. Le carreau de la mine Notre-Dame (?)

29Il s’agit d’un sondage d’environ 3 m2, dans la propriété Linder (FLUCK et alii, 1990), presque en contact avec l’extrémité nord d’une halde qui paraît appartenir au groupe de la mine Notre-Dame (la seule étendue en rive droite du ruisseau, mais la présence d’un porche indépendant de cette mine n’est pas à exclure). Aucune structure n’a pu être détectée, si ce n’est un dépotoir à céramique de poêle particulièrement abondante (plus d’un millier de tessons) et remarquable (notamment un motif inédit qui paraît être, sous toute réserve, un profil de Charles-Quint).

17. Le site Fouchelle (Sainte-Marie-aux-Mines)

  • 6 P. Fluck et P. Clerc, Rapport de fouille de sauvetage.

30Il s’agit d’une petite fouille de sauvetage sur un habitat isolé, étendue sur quelques mètres carrés seulement. Le site est une plate-forme d’environ 15 x 7 m, à 50 m au Sud du porche de la galerie dite improprement "zum Ast" (situé derrière le petit bâtiment d’accueil de la mine touristique dite "Saint-Barthélemy"). Les murs n’apparaissent qu’au travers d’un alignement de pierres désappareillées. La céramique culinaire et surtout de poêle est abondante. Parmi celle-ci, les motifs dominants sont inédits ("la vue" : femme tenant un miroir, à sa droite un aigle, et "l’ouïe" : femme jouant du luth, à sa droite un cerf)6.

18. La "winstub" de la rue Weisgerber à Sainte-Marie-aux-Mines

31Des travaux d’assainissement effectués vers 1990 entre les maisons n° 8 (ancienne auberge "À l’Ange") et 10, de la rue Weisgerber ont livré de la céramique culinaire et de poêle (dont des carreaux-bol) et des scories de réduction. Il s’agit évidemment d’un habitat couplé à un atelier, en zone urbaine.

19. Le carreau de la mine Vieux-Saint-Guillaume (Haut-Altenberg)

32Situé très en hauteur, tout près du sommet de l’Altenberg, ce site médiéval repris à l’époque de la Renaissance a été fouillé de 1985 à 1987. Il s’agit d’une maisonnette entièrement en bois, plusieurs fois incendiée. Un glacis d’argile ocre en position centrale, ainsi qu’un muret de pierres disloquées par l’effet de la chaleur, paraissent marquer l’emplacement du poêle. Les carreaux sont exclusivement du type carreaux-bol (au moins trente-cinq individus, de 138 à 166 mm de côté, et de 65 à 84 mm de hauteur) et s’accompagnent de céramique culinaire abondante, de verre à vitre et d’autres éléments de la vie matérielle. Un sol supérieur (postérieur à la dernière destruction) a néanmoins livré un unique carreau de corniche vernissé vert.

20. Le carreau de la mine Eisenthür (Neuenberg)

33Cette maison du porche (Eisenthür est actuellement plus connue sous le nom de mine Saint-Louis), dont les murs (au moins les bases) sont en pierre, a été partiellement fouillée (6 x 5 m) en 1983 (ANCEL, FLUCK, 1988). Le carreau de poêle le plus représentatif offre un motif au "chevron" simplifié (pas de palmettes dans les coins et dans le triangle attenant à l’une des bases).

21. Le carreau de la mine Saint-Antoine (Neuenberg)

34Le plateau remarquable de cette immense halde, sur le versant Petite-Lièpvre du Neuenberg, n’a pas été fouillé. Le porche se trouve à l’extrémité sud du carreau, mais une très courte galerie a été ouverte, vers 1972, en regard de la partie centrale du plateau. Sur son sol reposait un carreau entier présentant un motif au "sablier" original (FLUCK, 1995, p. 35).

22. Le Bluttenberg

  • 7 Exploité de 1570 à 1615 environ ; FLUCK, 1995.

35Le carreau de la mine principale de ce petit secteur minier7 abrite l’habitat minier le plus élevé actuellement connu dans les Vosges (altitude : 950 m). Une maisonnette, équipée d’un plancher en bois bien conservé par un sol tourbeux très humide, a été reconnue en 1975 (MARTIN, 1981, p. 49). Un socle rectangulaire de briques (95 x 75 cm, format des briques 43 x 26 x 11 cm) recouvert de nombreux tessons de carreaux vernissés marquait l’emplacement du poêle. Une quinzaine d’années plus tard, la même équipe a pu récupérer des tessons variés en grande quantité, lors de la rectification d’un chemin forestier, à une trentaine de mètres de distance. Parmi ceux-ci figurent des fragments de carreaux-bol et de carreaux à motif (essentiellement chevron) dont certains ont pu être assemblés aux morceaux découverts dans l’habitat. Il est à noter que ce site a fourni un mobilier considérable et varié, qui dénote une certaine aisance des occupants. Une pierre de broyage et des scories de forge découvertes devant l’habitat montrent que celui-ci était couplé avec un atelier de traitement du minerai et une forge pour la mise en forme ou la réparation de l’outillage.

Bassin de la Meurthe

23. Haute vallée de la Morte, le Pré du Bois

  • 8 Rapport de sondage, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, P. Fluck, N. Florsch et G. Golde (...)

36À l’heure actuelle, le seul site ayant livré de la céramique de poêle est la fonderie F 4 du secteur dit des Schlagues, sur le cours supérieur de la Morte (parcelle cadastrale Pré-du-Bois). Sur ce site, le sondage S 3 pratiqué en 19918, un peu au-dessus de l’emplacement des fours, a livré un unique grand tesson de carreau-bol. Aucun des autres sites de fonderies, qui firent de 1991 à 1993 l’objet de sondages, n’a donné de céramique de poêle.

Fig. 3. Plan des fouilles du carreau minier du Silberwald avec emplacement du poêle dans l’habitat.

Fig. 3. Plan des fouilles du carreau minier du Silberwald avec emplacement du poêle dans l’habitat.

24. Anozel

  • 1 Aimablement transmis par H. Forner qui les a trouvés dans la halde.

37Cette mine de cuivre constitue à notre connaissance le site le plus occidental qui ait fourni de la céramique de poêle. Il s’agit de tessons de carreaux vernissés vert, trop fragmentaires pour qu’on puisse en déterminer le motif1.

Vallée de Munster (68)

25. Silberwald, le carreau de la mine Tiergarten

38Trois campagnes de fouilles de sauvetage de 1985 à 1987 ont livré les restes bien conservés d’un carreau minier complet, comprenant l’habitat, la forge et un atelier de fonte du minerai (sulfure d’antimoine), situé devant l’entrée de la mine principale du secteur antimonifère du Silberwald (BOHLY, 1990b, p. 47-56 ; note 2) (fig. 3). Les sources historiques, une monnaie et la typologie de la céramique datent cet ensemble de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle. La maisonnette, assez exiguë (6 x 4 m), mais équipée d’un minimum de confort (fenêtres vitrées, plancher, chauffage au poêle et âtre pour la cuisson des aliments), servait à la fois d’habitat et d’atelier de préparation du minerai. La base du poêle est un carré de pierres liées à l’argile, de 100 x 90 cm.

39En contrebas de la plate-forme, a été fouillé un riche dépotoir contenant céramique de poêle, poterie culinaire, outillage divers et surtout une masse considérable de scories de forge. Les deux éléments largement majoritaires du poêle sont le carreau-bol et des carreaux engobés, mais non vernissés ornés d’un oiseau sur une branche fleurie.

26. Silberwald, la halde de la mine Auf der Eyl

40Sur le dévers d’une autre plate-forme positionnée devant l’entrée de la mine moyenne, Auf der Eyl, a été retrouvé un mobilier analogue comprenant en particulier le même motif de l’oiseau.

Bordure des Vosges entre Thann et Soultz (68)

27. La mine de l’Erzgrubenthal à Wattwiller, halde supérieure

41Cette mine se signale à l’extérieur par deux haldes superposées sur le plateau desquelles ont été découvertes des traces d’habitats équipés de poêles à carreaux. Deux campagnes de fouilles ont été déclenchées par les travaux de collectionneurs de minéraux, principalement axés sur la halde supérieure (BOHLY, 1990c, p. 32-37). L’état du terrain, profondément labouré par les chercheurs de minéraux, explique que nous n’ayons pu détecter aucune trace des structures ou du plan de l’habitat, si ce n’est une grande quantité de briques et de tuiles. Quelques outils, un peu de céramique culinaire et de la céramique de poêle ont été collectés, complétés par un lot de céramique restitué par les fouilleurs clandestins. L’essentiel du mobilier du poêle est constitué de carreaux-bol.

28. Erzgrubenthal, halde inférieure

42La plus grande partie du mobilier retrouvé sur cette halde est issue d’un riche dépotoir disposé sur son revers. La fouille partielle du plateau a montré une réoccupation assez récente (guerre 1914-1918 ?), précédée d’un nivellement du terrain avec destruction probable de toutes les traces de l’habitat ancien. Le mobilier du dépotoir, outre de la poterie culinaire très diversifiée, des gobelets en verre et de nombreux ossements animaux, comprenait une multitude d’éléments de poêle formant certainement le décor le plus varié que nous ayons découvert dans les habitats miniers vosgiens : plus de quatre-vingts éléments, dont près de la moitié est constituée de carreaux vernissés verts et jaunes avec douze motifs différents. Une analyse dendrochronologique effectuée sur des bois de la mine situe l’occupation vers 1560.

29. Steinbach, mine Saint-Nicolas, le "Grand Puits"

43Une autorisation de fouille de sauvetage accordée pour permettre de suivre des travaux de réhabilitation de la mine Saint-Nicolas au Silberthal a été l’occasion d’une intervention ponctuelle sur l’emplacement d’un petit habitat, reconnu au préalable par une prospection magnétique. L’emplacement du poêle se signale par quelques blocs décimétriques enrobés d’argile couleur rouille et de terre charbonneuse, environnés de multiples tessons de carreaux de poêle ; ceux-ci sont majoritairement engobés sans vernis et à décor floral.

30. Vieux-Thann, mine du Bruderthal

44Sur une plate-forme établie devant l’entrée d’une galerie (dont la forme évoque la fin de l’époque médiévale), ont été découverts divers aménagements en argile blanche et en pierres d’usage indéterminé (traitement du minerai ?), probablement superposés à un habitat plus ancien. Quelques céramiques à usage culinaire et deux pots ronds à panse ornée de cannelures interprétés comme des pots de poêle ont été exhumés (BOHLY, BARTH, 1983).

Vallée de Masevaux (68)

31. Niederbruck, carreau de la mine Henri 1

45Le site des mines de cuivre et d’argent du Heidenkopf est situé en altitude, dans un vallon écarté et inhospitalier en rive droite de la Doller. La galerie Henri I est une galerie de drainage des eaux qui conserve encore une partie de ses équipements : voie de roulage, pompe à bras, traces de caisson d’aérage... (BOHLY et coll., 1992). Une datation dendrochronologique effectuée sur des pièces de la voie de roulage en situe le fonctionnement vers 1560.

46Face à l’entrée, sur l’autre rive du torrent, l’emplacement d’un habitat a été partiellement fouillé en 1994. Un horizon charbonneux recouvrait sur l’ensemble de la plate-forme les couches contenant le mobilier d’époque Renaissance ; il correspond à une réutilisation de cette surface après destruction du bâtiment, ce qui explique que ni sa structure ni son plan ne sont connus. La céramique de poêle recueillie jusqu’ici comprend uniquement des morceaux de carreaux vernissés verts ou simplement engobés, qui offrent au moins quatre motifs différents. L’un d’eux, le motif "fleurs de lys à quatre lobes", a été retrouvé à l’identique sur le site contemporain de l’Erzgrubenthal à Wattwiller ; un autre, tout à fait original à ce jour, est formé exclusivement d’écailles.

32. Wegscheid, "puits Lindecker"

47Un effondrement spectaculaire dans un jardin, tout contre le mur d’une habitation, est à l’origine de la réouverture partielle d’un grand puits d’exploitation au jour, situé sur l’alignement des travaux de la mine médiévale Reichenberg. Dans le bouchon d’argile qui obturait l’accès a été découvert un morceau de corniche de poêle associé à de la céramique culinaire et à des pointerolles, indiquant la présence d’un poêle proche. L’ensemble est typique du XVIe siècle, sans qu’on puisse donner plus de précision (PROBST, BOHLY, 1994).

La céramique de poêle : corpus des motifs

48Nous présentons ici un essai d’album-catalogue des formes de la céramique de poêle.

49Le nombre des sites miniers ayant livré de la poterie de poêle est à présent suffisamment important, en effet, pour qu’il nous paraisse opportun de proposer cette tentative de typologie "géographique" (fig. 5). Nous ajoutons à cette liste le site de la chapelle de Lamadeleine (90) (THOMAS, RILLIOT, 1990, p. 14-15). Des dessins (fig. 4) illustrent quelques-unes de nos désignations. L’ordre et la numérotation sont arbitraires, et servent pour les renvois aux dessins. Nous insistons sur le fait qu’il s’agit d’un état provisoire de la question de cet inventaire. Un certain nombre de motifs, parfois encore incomplets, ne figurent pas dans cette liste.

50Nous faisons précéder d’un tiret (–) les sites du district de Sainte-Marie-aux-Mines, et d’un point (•) les autres sites du Massif vosgien. Nous indiquons entre parenthèses, pour chaque site, autant que faire se peut, le nombre minimal d’exemplaires de carreaux de chaque motif.

Fig. 4. Les principaux motifs de carreaux de poêle retrouvés en milieu minier. Les numéros renvoient au corpus des motifs.

Fig. 4. Les principaux motifs de carreaux de poêle retrouvés en milieu minier. Les numéros renvoient au corpus des motifs.

Fig. 5. Carte de répartition de certains motifs dans plusieurs sites vosgiens.

Fig. 5. Carte de répartition de certains motifs dans plusieurs sites vosgiens.

511. Pots de poêle :

  • Wattwiller, halde inférieure (≥ 24, vernissés).
  • Bruderthal, Vieux-Thann (≥ 2, non vernissés).

522. Carreaux-bol :

  • Vieux-Saint-Guillaume (forme dominante, ≥ 35).
  • aval forge Zann et laverie Fertrupt (forme dominante : ≥ 10, dont 1 pièce vernissée).
  • forge Zann (1 ou 2).
  • Ulmer Zech (2).
  • carreau Saint-Jean (≥ 4).
  • Fertrupt cimetière (≥ 6 , dont 2 vernissés).
  • carreau Notre-Dame (≥ 4).
  • carreau Sainte-Anne.
  • wistub rue Weisgerber.
  • Bluttenberg (≥ 15).
  • Urbeis, Champ-Brêcheté (≥ 3).
  • Pré du Bois (1).
  • Silberwald, Tiergarten (motif dominant, 30 à 40).
  • Wattwiller, halde supérieure (≥ 20).
  • Wattwiller, halde inférieure (≥ 4, vernissés).

533. Fleurs de lys à rosette centrale (fig. 7) :

  • carreau Saint-Jean (motif dominant, ≥ 16 ; variante à fleurs de lys simplifiée).
  • carreau Lehenschafft (motif dominant, ≥ 11).
  • carreau Sainte-Anne (≥ 2).

544. Fleurs de lys à 4 lobes (et variantes) :

  • Wattwiller, halde inférieure (≥ 3).
  • Niederbruck.
  • chapelle de Lamadeleine.

555. Motif "chevrons" à éventails et rinceaux :

  • forge Zann (motif dominant, ≥ 3).
  • carreau Saint-Jean (≥ 8, plus 2 variantes).
  • carreau Sainte-Anne (≥ 6).
  • aval forge Zann et laverie Fertrupt (≥ 1).
  • carreau Notre-Dame (≥ 2).
  • Fouchelle (≥ 3).
  • Eisenthür (Neuenberg), motif simplifié sans les éventails.
  • Bluttenberg (motif dominant, ≥ 20).
  • carreau Samson.

56• Champ Brêcheté, Urbeis.

576. Motif gothique flamboyant (à remplage) (comparable à MINNE, 1977, n° 14b) :

  • carreau Notre-Dame (2).
  • carreau Sainte-Anne (1).

587. Arcades aux étamines géantes :

59– carreau Sainte-Anne (≥ 1).

60• Wattwiller, halde inférieure (≥ 3).

618. Fleurs quadrilobées :

62– Fertrupt-cimetière.

639. Carreau "au sablier" :

64– carreau Saint-Anthony (1).

6510. Variantes du motif "sablier" (cf. MINNE, 1977, n° 26) :

  • forge Zann (carreaux d’angle, ≥ 2).
  • carreau Saint-Jean (rare).
  • carreau Sainte-Anne (1 ou 2).
  • laverie Fertrupt.
  • Fertrupt cimetière (≥ 4).
  • Porte de Fer.
  • Fouchelle (≥ 1).

Fig. 6. Assemblage de carreaux à l’oiseau. Habitat de la mine Tiergarten au Silberwald (Munster), fin XVe – début XVIe siècle (Cliché B. Bohly).

Fig. 6. Assemblage de carreaux à l’oiseau. Habitat de la mine Tiergarten au Silberwald (Munster), fin XVe – début XVIe siècle (Cliché B. Bohly).

6611. "Marguerite" (et ses variantes = V) :

  • forge Zann (≥ 3).
  • Fertrupt cimetière.

67• chapelle de Lamadeleine (T. de Belfort) (5).

6812. Éléments architecturaux :

  • carreau Notre-Dame (1).
  • carreau Sainte-Anne (1).

6913. "Effigie de Charles-Quint" :

70– carreau Notre-Dame (≥ 6).

7114. Oiseau (fig. 6) :

  • Silberwald, Tiergarten (≥ 26).
  • Wattwiller, halde inférieure.

7215. Aux armes de Bâle :

73• Wattwiller, halde inférieure (≥ 1).

7416. Cavalier de joute :

75• Wattwiller, halde inférieure (≥ 2, vert et jaune).

7617. La vue :

77– Fouchelle (carreaux rectangulaires, env. 172 x 154).

7818. L’ouïe :

79– Fouchelle (carreaux rectangulaires, env. 172 x 154).

8019. Arabesques :

81– Fouchelle.

8220. Fleurs dans treillis à maille carrée :

83• Wattwiller, halde inférieure (≥ 10).

8421. Motif floral :

85– Bluttenberg.

8622. Champs fleuronnés :

87• Steinbach (engobés non vernissés).

8823. Écuelle (et variantes) :

  • carreau Sainte-Anne (≥ 3).
  • carreau Saint-Jean (≥ 2).
  • Champ Brêcheté, Urbeis.
  • Niederbruck.
  • chapelle de Lamadeleine.

8924. Étoiles dans treillis à maille carrée :

90– aval forge Zann et laverie Fertrupt (≥ 1).

9125. Pointes de diamant :

  • carreau Notre-Dame (1) (?).
  • carreau Sainte-Anne (1).

92• Wattwiller, halde inférieure (≥ 3).

9326. Motifs gaufrés (carrés ou losanges) :

  • carreau Notre-Dame.
  • carreau Saint-Jean (?).
  • Fertrupt cimetière (≥ 4).
  • forge Zann (≥ 2).
  • Porte de Fer (≥ 2, deux modèles, losanges 20 x 12 et 12 x 8 mm).
  • carreau Sainte-Anne (≥ 2).
  • carreau Notre-Dame (≥ 1).
  • Wattwiller (≥ 5, losanges et rectangles).
  • Niederbruck.
  • chapelle de Lamadeleine.

9427. Fleurons dans cercles tangents (rectangulaire, cf. M1NNE, 1977 : n° 27) :

95– forge Zann (≥ 5).

Fig. 7. Carreaux aux fleurs de lys à rosette centrale. Habitat de la mine Saint-Jean à Fertrupt (Sainte-Marie-aux-Mines), XVIe siècle (Cliché P. Fluck).

Fig. 7. Carreaux aux fleurs de lys à rosette centrale. Habitat de la mine Saint-Jean à Fertrupt (Sainte-Marie-aux-Mines), XVIe siècle (Cliché P. Fluck).

9628. Carreaux d’angle décor floral (adapté au motif "chevron") :

  • carreau Samson.
  • forge Zann (≥ 4).
  • Saint-Jean.
  • Bluttenberg.

97• Champ Brêcheté.

9829. Carreaux d’angle fleurs de lys (adapté au n° 3, retour d’angle semi-cylindrique décor fleuronné) :

99– Saint-Jean (≥ 4).

10030. Carreaux d’angle décor personnage (cf. Vivre au Moyen Âge, site du Schoeneck, p. 444) :

101– carreau Saint-Jean.

10231. Éléments de corniche (ou plinthe) à croisillon :

  • forge Zann.
  • carreau Lehenschafft.
  • carreau Notre-Dame (≥ 2).
  • Bluttenberg.

103• Champ Brêcheté.

10432. Éléments courts de corniche ou plinthe, feuilles d’acanthe :

105– carreau Saint-Jean (≥ 8).

10633. Éléments de corniche à anges et tête de lion :

107– carreau Saint-Jean (≥ 4).

10834. Éléments de corniche ou plinthe, cintrés sans décor :

  • forge Zann.
  • carreau Lehenschafft.
  • carreau Saint-Jean.
  • carreau Notre-Dame (≥ 6).
  • Vieux-Saint-Guillaume.
  • Bluttenberg.

109• Champ Brêcheté (≥ 5).

11035. Couvre-joints (simples ou décorés) :

  • carreau Lehenschafft.
  • carreau Saint-Jean (≥ 8, dont un graphité).
  • Fouchelle (≥ 3).
  • Wattwiller, halde inférieure (≥ 8).
  • Niederbruck.
  • chapelle de Lamadeleine.

11136. Carreaux plats (plaques de carrelage) :

  • carreau Lehenschafft.
  • forge Zann (≥ 11).
  • carreau Saint-Jean.
  • carreau Notre-Dame (≥ 2).
  • Fouchelle.

L’architecture du poêle : essai de typologie

112L’étude comparative des ensembles de céramique de poêle des différents sites nous autorise à tenter une classification des formes architecturales du poêle. On a usé principalement des données typologiques des formes et motifs d’une part, de la quantification des proportions entre les motifs différents, de l’autre. La méthode a évidemment ses limites (récupération de carreaux entiers lors du démontage, présence simultanée de deux poêles, succession de poêles). Dans un premier temps de la recherche néanmoins, nous avons privilégié l’hypothèse la plus simple (vestiges laissés sur place...), la cohérence du résultat permettant de la valider le cas échéant. Nous aboutissons ainsi à un partage en quatre catégories. Les informations sur la structure de base des poêles sont évidemment beaucoup plus fragmentaires, et les données précises sont peu nombreuses (Champ Brêcheté, Bluttenberg, Silberwald...).

113– Type 1 : carreaux-bol exclusivement.

114Exemples : Vieux-Saint-Guillaume, aval Forge Zann (sur ce dernier site, si on lui adjoint la laverie voisine, quelques carreaux vernissés s’y ajoutent, mais il n’est pas prouvé qu’il s’agisse du même poêle et de la même époque).

115– Type 2 : poêle mixte (carreaux-bol et carreaux le plus souvent vernissés à motifs, un motif domine).

116Exemples : Bluttenberg, Silberwald. Le modèle d’un corps parallélépipédique à carreaux à motifs, surmonté d’un corps hémisphérique à carreaux-bol, est une des configurations possibles ; une autre est le "remplacement" d’un certain nombre de carreaux à motifs par des carreaux-bol. On ne peut cependant jamais totalement exclure la succession de deux poêles. À Bluttenberg, on dénombre au moins quinze carreaux-bol pour vingt-quatre carreaux vernissés. À Silberwald, les proportions sont respectivement 30/40 pour 28.

117– Type 3 : carreaux à motifs, un motif domine largement.

118Exemples : Saint-Jean, Forge Zann. Des carreaux plats, sans motifs ni corps d’ancrage, formaient l’entablement du dessus. Leur nombre permet d’ailleurs de restituer la surface de base de tels poêles.

119– Type 4 : type "patchwork".

120Juxtaposition en quantités très variables de motifs nombreux, avec ou sans carreaux-bol. C’est une variante des types 2 et 3, totalement inhomogène dans l’esthétique. La diversité des motifs ne permet pas d’expliquer cette configuration par deux ou plusieurs poêles qui se seraient succédé : la période d’occupation est courte sur certains de ces sites, et la variété des motifs trop grande. Exemples : Wattwiller (quinze motifs différents), Sainte-Anne (seize motifs). À Sainte-Anne, on l’a vu, les carreaux paraissent de "second choix", comme s’il s’agissait de matériaux de récupération.

Conclusion

121Cet essai analytique a fait apparaître une gamme de sites d’habitat minier suffisamment importante pour tenter à présent, avec quelque chance de succès, une typologie "géographique" (au sein de grandes tranches chronologiques). C’est-à-dire qu’il nous est possible, à partir du corpus des motifs, de présenter des cartes de répartition pour chaque décor, et par là d’approcher, sinon les directions vers lesquelles seraient à rechercher les ateliers, du moins les zones concernées par la commercialisation d’un même produit (fig. 5). Nous abordons ici les problématiques des centres de production, d’une part, des goûts "culturels" (ou esthétiques), de l’autre, pour une période donnée. La notion de chronologie elle-même est d’une manipulation délicate, car elle fait intervenir différents facteurs : la durée de vie du poêle, celle de l’habitat concerné et enfin le fait que des produits "démodés" dans une région donnée peuvent perdurer en d’autres lieux...

122Le dialogue est néanmoins à présent ouvert avec les archéologues des autres programmes (ville, habitat rural, châteaux, ateliers...), dans l’objectif d’élargir cette typologie géographique.

123Certes, si cet apport des sites liés à l’industrie minière peut paraître conséquent, notamment eu égard aux résultats quasi inexistants relatifs à l’habitat non minier des vallées vosgiennes (par manque de fouilles !), il ne représente qu’une fraction très faible des sites miniers potentiels, de l’ordre de 5 à 10 % peut-être.

124La troisième problématique entrevue est celle de la structure du poêle pour laquelle est présenté un embryon de typologie, et qui peut être approchée – outre bien sûr l’iconographie générale (il n’ y a pas d’iconographie locale pour cet objet !) et les comparaisons avec des sites non miniers – par la nature du support (grosse pierre, carré de pierres ou de briques...) et sa surface, le dénombrement des carreaux et leur nature, la présence ou l’absence de plinthes, corniches, joints, enfin (pour les poêles de type 3) le nombre de carreaux "plaques" de la face supérieure.

Bibliographie

Bibliographie

Ancel B., Fluck P., 1988, Une exploitation minière du XVIe siècle dans les Vosges : le filon Saint-Louis du Neuenberg, Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 124 p. (Documents d’Archéologie Française, 16).

Bohly B., 1990a, "Le carreau minier au XVIe siècle : activités artisanales et vie quotidienne", in : Vivre au Moyen Âge, Musées de Strasbourg, p. 315-326.

Bohly B., 1990b, "Munster, le Silberwald : la plate-forme de la mine ’Tiergarten’", Pierres et Terre, 34, p. 47-56.

Bohly B., 1990c, "Wattwiller : la mine de l’Erzgrubenthal : un réseau minier et la fouille d’un habitat", Pierres et Terre, 34, p. 32-37.

Bohly B. et coll., 1992, La mine Henri I au Heidenkopf, Niederbruck (Haut-Rhin), Rapport de fouille de sauvetage.

Bohly B., Bartha., 1983, Les mines de Steinbach.

Bohly B., Martin D., Probst G., 1990, "Le mobilier archéologique des sites miniers, reflets de la vie quotidienne", in : Vivre au Moyen Âge, Musées de Strasbourg, p. 327-330.

Fluck P., 1989, La vallée de Fertrupt, district de Sainte-Marie-aux-Mines, Rapport de fouille.

Fluck P., 1995, "Du minerai au lingot, l’élaboration de l’argent à l’époque de la Renaissance", Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle de Colmar.

Fluck P., Florsch N., Latasse F., 1990, La vallée de Fertrupt, district de Sainte-Marie-aux-Mines, Rapport de fouille.

Fluck P., Debon N., Florsch N., Bouvier J.-F, 1991, La vallée de Fertrupt, district de Sainte-Marie-aux-Mines, Rapport de fouille.

Fluck P., BouvieR J.-F, Clerc P., Florsch N., Latasse F., Stein S., 1993, La vallée de Fertrupt, district de Sainte-Marie-aux-Mines, Rapport de fouille.

Fluck P., Florsch N., Latasse F., Ott J.-F, 1994, La vallée de Fertrupt, district de Sainte-Marie-aux-Mines, Rapport de fouille.

Grandemange J., 1990, "Le Samson : ateliers et habitats d’une mine d’argent du XVIe siècle", Pierres et Terre, 34, p. 116-120.

Grandemange J. et Y., 1990, Site du Samson, Sainte-Croix-aux-Mines, Rapports de fouille.

Leypold D., 1995, Mines et métallurgie du fer dans le massif vosgien de l’Antiquité au XIXe siècle : l’exemple de la vallée de la Bruche, Mémoire de thèse, Université de Strasbourg II, 509 p.

Martin D., 1981, "Les anciennes mines du Bluttenberg", Bulletin Municipal de Lapoutroie, juillet 1981, p. 49.

Metzger D., 1986, "Sept années de recherches et d’observations sur le site minier du Champ-Brêcheté à Urbeis", Annuaire de la Société d’Histoire du Val de Villé, p. 140-166.

Metzger D., 1990, "Urbeis (Bas-Rhin) : le site du Champ-Brêcheté, travaux miniers et habitat", Pierres et Terre, 34, p. 126-129.

Minne J.-P, 1977, La céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, Publitotal, 392 p.

Probst G., Bohly B., 1994, Wegscheid, le puits Lindecker. Rapport de fouille de sauvetage, 1994.

Thomas, Rillot M., 1990, "Lamadeleine-Val-des-Anges : opération de sauvetage autour d’un édifice cultuel", Pierres et Terre, 34, p. 14-15.

Vivre au Moyen Âge, 1990, Vivre au Moyen Âge : 30 ans d’archéologie médiévale en Alsace, Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, Catalogue de l’exposition présentée à Strasbourg du 17 mai au 30 septembre 1990.

Notes

1 Sites nos 9, 10 et 17 de l’énumération présentée plus loin.

2 Site n° 18 de l’énumération.

3 La mine fut exploitée de 1530 à 1580 environ.

4 Moules de pièces rectangulaires à décors variés (carreaux de poêle !), tête de cheval.

5 Communication orale d’Anne Freyburger, 1995.

6 P. Fluck et P. Clerc, Rapport de fouille de sauvetage.

7 Exploité de 1570 à 1615 environ ; FLUCK, 1995.

8 Rapport de sondage, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, P. Fluck, N. Florsch et G. Goldenberg, 1991.

Notes de fin

1 Aimablement transmis par H. Forner qui les a trouvés dans la halde.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de répartition des sites dans le massif vosgien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 2. Carte des sites à Sainte-Marie-aux-Mines. Les numéros renvoient à la liste des sites dans le texte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 3. Plan des fouilles du carreau minier du Silberwald avec emplacement du poêle dans l’habitat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 4. Les principaux motifs de carreaux de poêle retrouvés en milieu minier. Les numéros renvoient au corpus des motifs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 5. Carte de répartition de certains motifs dans plusieurs sites vosgiens.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 6. Assemblage de carreaux à l’oiseau. Habitat de la mine Tiergarten au Silberwald (Munster), fin XVe – début XVIe siècle (Cliché B. Bohly).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20198/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 7. Carreaux aux fleurs de lys à rosette centrale. Habitat de la mine Saint-Jean à Fertrupt (Sainte-Marie-aux-Mines), XVIe siècle (Cliché P. Fluck).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20198/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteurs

UPR A0423, Institut Polytechnique de Sévenans.

Centre de Recherches sur les Sciences, les Arts et les Techniques, Université de Haute-Alsace et UPR A0423, Institut Polytechnique de Sévenans.

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search