Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

La céramique de poêle fribourgeoise révélée par les fouilles archéologiques

Gilles Bourgarel

Résumé

La majorité des céramiques de poêle des collections du Service archéologique fribourgeois proviennent du milieu urbain. Le millier de pièces restaurées et inventoriées remontent pour la plus grande partie à la fin du Moyen Age ; les pièces les plus anciennes actuellement connues – des gobelets – ne sont pas antérieures au XIIIe siècle ; peu d’entre elles datent des XVIe et XVIIe siècles ; quelques rares carreaux sont plus récents. Les décors moulés fribourgeois sont similaires à ceux du Plateau suisse. Les animaux fabuleux ou réels dominent le répertoire des motifs, les décors architecturaux et végétaux sont également bien représentés. La figure humaine est plus rare, les thèmes de la vie de cour et de la chevalerie étant exceptionnels. Les motifs héraldiques sont peu nombreux, mais des carreaux de la deuxième moitié du XVe siècle aux armes des Habsbourg et de la maison de Savoie reflètent les vicissitudes politiques de l’époque. Enfin, les motifs religieux sont absents à Fribourg. L’amorce des études comparatives tend à montrer une diffusion régionale de certains modèles aux XIVe et XVe siècles, diffusion qui s’étend durant les deux siècles suivants alors que les décors moulés s’appauvrissent.

Texte intégral

1 L’archéologie médiévale est une discipline récente dans le canton de Fribourg (CH). Malgré cette jeunesse, les fouilles réalisées principalement dans la ville de Fribourg depuis 1985, mais également dans le canton, ont permis d’exhumer un abondant et riche matériel. Les découvertes proviennent essentiellement de fouilles, plus rarement d’analyses de bâtiments.

Le contexte des découvertes

2La majorité des céramiques de poêle des collections du Service archéologique du Canton de Fribourg (SACF) proviennent du milieu urbain, là où les projets de construction impliquant des fouilles de sauvetage ont été les plus nombreux. Ce fait reflète essentiellement la quantité des investigations archéologiques urbaines plutôt que la répartition réelle des poêles en céramique.

3Fribourg, fondée en 1157 par Berchthold IV de Zähringen, a connu le plus grand nombre d’interventions ces dernières années. Les ensembles les plus importants proviennent des remblais de caves condamnées lors de transformations anciennes. Comme il s’agit d’ensembles clos, seule la date de ces dépôts peut être définie, celle de la production de la céramique de poêle étant antérieure à ou, plus rarement, contemporaine de la date du dépôt.

4La fouille d’un îlot de maisons de la ruelle du Criblet a été particulièrement fructueuse (les interventions réalisées jusqu’en 1993 ont fait l’objet de notices dans les Chroniques archéologiques de la série Archéologie fribourgeoise, éditée par les éditions universitaires, Fribourg). La majorité des céramiques de poêle qui y ont été exhumées proviennent de deux dépôts : l’un de la fin du XVIIIe siècle et l’autre des alentours de 1600. Le premier contenait des carreaux dont la production s’échelonne de la deuxième moitié du XVe siècle au XVIIe siècle et le second, le plus riche, des carreaux de la deuxième moitié du XIVe siècle au début du XVIe siècle, ainsi que des gobelets de poêle des XIVe et XVe siècles.

5Une autre découverte importante a été effectuée dans les caves d’un immeuble du bourg de fondation, la Grand-Rue 14 (1992). Une cave, remblayée dans le courant du XVIIe siècle, a livré des carreaux exceptionnels de la deuxième moitié du XVe siècle et une autre cave, condamnée vers 1760, recelait des carreaux à décor peint de majolique, parmi les plus anciens de la ville (début XVIIe siècle).

6Une douzaine d’autres sites de la vieille ville de Fribourg ont livré de la céramique de poêle. Dans l’ensemble, les pièces du XVIIIe siècle représentent un faible pourcentage des découvertes archéologiques, inversement proportionnel à celui des poêles conservés, le canton ne recelant aucun poêle du XVe siècle, un seul du XVIe siècle et six du XVIIe siècle (TORCHE-JULMY, 1979, p. 219- 220). Les carreaux médiévaux, mis au jour lors d’analyses de bâtiments, sont souvent très fragmentaires, car réutilisés dans des maçonneries. Par contre, les emplacements des poêles peuvent être mis en évidence. Ils sont situés dans les pièces des étages donnant sur la rue, plus rarement à l’arrière de la maison. Les poêles sont adossés à une paroi donnant sur un espace de circulation et à un des murs latéraux de la pièce, les maisons médiévales étant en général étroites. Bien que la céramique de poêle soit attestée à Fribourg dès le XIIIe siècle, les plus anciens emplacements de fourneaux repérés ne sont pas antérieurs au XVe siècle et, dès cette époque, il n’est pas rare d’en rencontrer plusieurs par maison, un voire deux par étage.

7Dans le reste du canton, les découvertes sont nettement moins nombreuses, les fouilles médiévales réalisées hors de la ville de Fribourg ayant été pour l’essentiel des fouilles d’églises ou de nécropoles. On peut signaler le site de Belfaux (1981-1994), où les vestiges d’un habitat rural, remontant au VIe siècle et abandonné à partir du XIIIe siècle, ont livré quelques gobelets de poêle des XIIIe et XIVe siècles (les poêles conservés aujourd’hui dans les fermes fribourgeoises sont souvent en pierre, du grès molassique largement répandu sur le plateau suisse). Dans une autre fouille, en cours, dans la vieille ville de Morat, fondée à la fin du XIIe siècle par les Zähringen, plusieurs caves, dont la plus récente a été incendiée au début du XVe siècle, livrent de nombreux gobelets avec des fragments des parois du (ou des) poêle(s) et quelques carreaux attribués à la première moitié du XIVe siècle.

État de la recherche

8La restauration et l’étude de cette céramique de poêle, plus particulièrement des carreaux de poêle, est en cours, quoique peu avancée actuellement, car les travaux de terrain absorbent la plus grande partie des ressources humaines et financières du Service archéologique du canton. Près de mille pièces ont été restaurées, un peu moins est déjà inventoriée. Plus d’une centaine de décors moulés ont été répertoriés, les études comparatives étant à peine amorcées et la documentation graphique encore incomplète. Depuis la thèse de doctorat de Marie-Thérèse Torche-Julmy, dont nous tirons les sources, aucune étude historique n’a accompagné les découvertes récentes.

9Bien que les mentions de potiers ne soient pas rares – à Fribourg, onze exerçaient au XVe siècle, quinze au XVIe siècle et dix-sept au XVIIe siècle (TORCHE-JULMY, 1979, p. 268-269) – aucune pièce médiévale ou antérieure au XVIIIe siècle n’a pu être attribuée, à l’exception d’un poêle provenant de l’ancien hôtel de ville de Lutry dû à Henri Baud et daté de 1602 (GRANDJEAN, 1991, t. 2, p. 274-277, p. 414, fig. 380-382, p. 661). Si l’abondance de certains types de carreaux tend à attester leur origine locale, rien ne permet de prouver qu’ils aient été produits à Fribourg, la plupart des découvertes provenant de bâtiments privés pour lesquels les sources historiques, notamment les comptes de construction, font défaut ou sont difficilement accessibles, car dispersés dans des fonds divers. Des analyses de pâte pourraient apporter des précisions, pour autant qu’elles soient réalisées sur l’ensemble du plateau suisse, l’étude des argiles étant particulièrement ardue en raison du brassage provoqué par les glaciers.

10Malgré le peu d’avancement des recherches, quelques constats peuvent être tirés des collections archéologiques, notamment par le contexte et la composition de la céramique de poêle de certains sites. Les ensembles issus de caves condamnées s’avèrent particulièrement intéressants, car ils proviennent de poêles démontés lors des transformations ayant entraîné l’abandon des caves. Ils permettent d’envisager la reconstitution de plusieurs poêles de la fin du Moyen Âge, apportent des informations sur la durée d’utilisation de la céramique de poêle et confirment sa réutilisation fréquente. Actuellement, deux ensembles fribourgeois (le plus ancien ensemble du Criblet et un lot provenant d’une cave de la Lenda 11, 1990) prouvent la coexistence des carreaux et des gobelets encore durant la deuxième moitié du XVe siècle, les carreaux formant le corps du poêle et les gobelets très probablement sa coupole. La rareté des carreaux d’angle contraste avec l’abondance de ceux de forme convexe, les fourneaux de corps cubique terminé par un demi cylindre étant vraisemblablement plus nombreux que les poêles simplement cubiques, en tout cas dès le milieu du XVe siècle. La fréquence des pièces de couronnement (simples frises ou carreaux à gable) souligne la popularité des poêles coiffés d’une tour, dans la plupart des cas cylindrique, un seul exemple polygonal étant attesté (Grand-Rue 14, Fribourg). Les socles ou pieds de poêle en céramique, au départ en grès molassique et en briques, n’apparaissent pas avant le dernier tiers du XVIe siècle, mais ils sont bien diffusés dès le début du siècle suivant.

La céramique de poêle

Les gobelets et formes moulées

11Les gobelets de poêle ne seront pas illustrés ici. Les plus anciennes pièces découvertes sur le territoire fribourgeois remontent au XIIIe siècle et les plus récentes à la deuxième moitié du XVe siècle, leur production cessant à cette époque. Les fouilles en cours à Morat vont apporter de précieuses informations sur la construction des poêles en gobelets, en particulier sur leur répartition, les éléments de parois recelant plusieurs gobelets, ou empreintes de gobelet, étant assez nombreux.

12Les catelles-assiette (le terme de carreau ne nous paraissant pas judicieux dans ce cas) n’ont été découvertes qu’à Morat. Elles sont absentes dans le reste du canton, alors qu’elles sont fréquentes en Suisse alémanique, la ville de Morat étant aujourd’hui à majorité germanophone.

Les premiers décors moulés

13Comme dans l’ensemble de la Suisse, les céramiques de poêle à décor moulé – appliques à tenon plein ou col d’ancrage étroit et carreaux – apparaissent durant la première moitié du XIVe siècle. Ces premiers décors moulés sont revêtus de glaçures brunes ou vertes sans engobe. Ces pièces du XIVe siècle sont encore peu nombreuses dans les collections du Service archéologique. Elles sont en général plus petites que les carreaux du siècle suivant (de 15 cm à 17 cm de côté). À l’exception des appliques, qui n’ont été produites que durant le XIVe siècle, les formes des catelles sont nettement moins nombreuses qu’au siècle suivant. Elles se limitent aux catelles de corps plat et aux catelles-niche de couronnement ; les catelles-niche de corps ne sont pas encore attestées dans le canton de Fribourg pour cette époque (elles le sont, en revanche, à Morat). Les motifs ne diffèrent pas dans leur ensemble de ceux que l’on rencontre dans le reste de la Suisse (TAUBER, 1980, p. 325-344), ce qui traduit une circulation rapide et étendue des modèles (catelles, moules ou matrices ?). Les qualités plastiques de quelques pièces fribourgeoises, notamment des appliques (cahier couleur, pl. 4c), trahissent une influence de la sculpture.

La céramique de poêle du xve siècle

14Le siècle suivant, en particulier la deuxième moitié du XVe siècle, est largement représenté par les découvertes récentes. La plupart des carreaux de cette époque sont revêtus de glaçures plombifères vertes sur engobe, les autres couleurs (jaune, vert olive clair) sont nettement plus rares et les pièces de couleur brune sans engobe connaissent encore un certain succès. Les carreaux polychromes sont exceptionnels et les émaux stannifères ne sont pas attestés actuellement à Fribourg avant le XVIe siècle.

15Les formes des carreaux fribourgeois et leurs motifs ornementaux ne diffèrent pas de ceux que l’on rencontre dans l’aire de répartition des poêles en céramique. Malgré le peu d’avancement des études comparatives, on relève une importante diffusion régionale de certains modèles, sans qu’il soit déjà possible de définir un centre de production. Il est fort probable que les motifs les plus communs aient été produits dans plusieurs centres, seuls circulant leurs moules ou modèles. On compte un peu plus de vingt décors moulés identiques ou très proches de ceux rencontrés à Berne (ROTH KAUFMANN et alii, 1994, p. 90-99) dont la plupart remontent à la deuxième moitié du XVe siècle (fig. 1) ; une dizaine provient du canton de Soleure, découverts dans le lit de l’Aar lors de la deuxième correction des eaux du Jura (fichier manuscrit établi par Marie-Thérèse Torche-Julmy et conservé au Service archéologique du Canton de Fribourg). Quelques décors des collections fribourgeoises se retrouvent également à Lausanne (BALLY, 1975, p. 53, n° 30) et dans le canton de Neuchâtel (HEILIGMANN-HUBER, 1983). Des similitudes frappantes ont été relevées avec certains carreaux alsaciens (MINNE, 1977, nos 22, 62, 80, 83, 84 et 92), mais les comparaisons ne sont pas assez approfondies pour pouvoir affirmer que ces pièces sont issues des mêmes modèles. Elles concernent essentiellement des motifs largement répandus tels que les roses héraldiques, des lions et des animaux fabuleux (dragons, griffons et hippogriffes) qui constituent une part importante des décors fribourgeois. Les décors de remplages gothiques, ajourés ou non, sont aussi bien représentés. Les motifs chevaleresques ou illustrant la vie de cour sont rares et l’héraldique peu fréquente. Les thèmes religieux sont étrangement absents des collections du Service archéologique du Canton de Fribourg, à l’exception d’un moine, dont la mise en scène traduit plutôt une attitude irrévérencieuse envers le clergé. En effet, il est le personnage masculin d’une scène galante sans équivoque (fig. 2) dont on trouve un parallèle à Strasbourg (MINNE, 1977, n° 149), mais là le personnage masculin n’est pas un ecclésiastique. Le cadre du carreau et le décor architectural sont quasiment identiques à ceux de l’exemplaire strasbourgeois.

Fig. 1. Fribourg, Criblet. Carreau de corniche convexe, lion rampant à droite, glaçure verte sur engobe, deuxième moitié du XVe siècle, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).

Fig. 1. Fribourg, Criblet. Carreau de corniche convexe, lion rampant à droite, glaçure verte sur engobe, deuxième moitié du XVe siècle, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).

Fig. 2. Fribourg, Criblet. Carreau de corps plat, couple d’amoureux sous une arcade ornée de crochets gothiques, glaçure verte sur engobe, deuxième moitié du XVe siècle, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).

Fig. 2. Fribourg, Criblet. Carreau de corps plat, couple d’amoureux sous une arcade ornée de crochets gothiques, glaçure verte sur engobe, deuxième moitié du XVe siècle, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).

16La céramique de poêle provenant des caves de la Grand-Rue 14 à Fribourg est exceptionnelle à plus d’un titre : la dimension des carreaux est supérieure à la moyenne (largeur maximum : 30 cm ; hauteur maximum : 26 cm) ; leurs formes sont actuellement uniques à Fribourg, comme les carreaux d’angle d’une tour de plan hexagonal et ceux de son couronnement constitués de pinacles dans les angles et d’accolades à crochets entièrement ajourées pour les faces ; plusieurs de ces carreaux conservent des rehauts de peinture rouge appliqués après le montage du poêle. Ces traces de peinture réalisée à froid, après la cuisson des émaux, éclairent les mentions de la collaboration avec des peintres lors de la confection des fourneaux, comme Pierre Maggenberg en 1422, 1439 et 1453. Les décors peints ont très probablement été réalisés sur les poêles déjà montés. Cette pratique est encore attestée à Fribourg en 1511 (TORCHE-JULMY, 1979, p. 50). Plusieurs de ces carreaux, enfin, sont frappés d’écus coiffés d’un heaume ; les uns sont des écus fascés dont le heaume couronné est coiffé d’un panache de plume de paon et les autres des écus frappés d’une croix, leur heaume étant surmonté d’un griffon aux ailes déployées (tarasque). Les rehauts de peinture rouge et l’ornementation des heaumes permettent d’identifier avec certitude les armes des Habsbourg (écu fascé, fig. 3) et celles de la famille de Savoie. Il peut paraître surprenant de voir figurer sur un même poêle les armes de ces deux familles rivales. Ce fait s’explique par l’histoire de la Ville-État de Fribourg. Entre 1452 et 1476, la cité s’est placée sous la protection de la Savoie, dont les terres jouxtaient celles de la ville. Durant cette période de domination savoyarde, les armes des Habsbourg coiffant les portes de la ville furent remplacées par celles de la Savoie, alors qu’elles coexistaient sur le poêle de la Grand-Rue 14 et vraisemblablement sur d’autres fourneaux, des fragments de carreaux de ce type ayant été découverts dans d’autres sites de Fribourg. Cette association des armes de la Savoie et des Habsbourg traduit peut-être l’incertitude politique dans laquelle se trouvaient les fribourgeois de l’époque. Elles se retrouvent sur un carreau du Criblet (fig. 4), où figurent côte à côte l’écu coupé de sable et d’argent (?) de Fribourg, l’écu fascé des Habsbourg (?) et l’écu de Savoie (?) frappé d’une croix, l’absence de couleur interdisant une interprétation sûre des trois écus. L’attribution certaine des armes figurant sur les carreaux de la Grand-Rue 14 et celle vraisemblable du Criblet permet de dater la production de ces modèles entre 1452 et 1476. Il est peu probable qu’ils aient été produits plus tard, sauf pour des réparations, car ils reflètent, fait rare, l’actualité politique de leur temps : Fribourg, après avoir reçu le statut de ville impériale en 1478, rejoint la fédération des cantons suisses en 1481.

Fig. 3. Fribourg, Grand-Rue 14. Carreau d’angle (hexagone), armes des Habsbourg, glaçure verte sur engobe et rehauts de peinture rouge, entre 1452 et 1476, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).

Fig. 3. Fribourg, Grand-Rue 14. Carreau d’angle (hexagone), armes des Habsbourg, glaçure verte sur engobe et rehauts de peinture rouge, entre 1452 et 1476, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).

Fig. 4. Fribourg, Criblet. Carreau de corniche convexe, écus de Fribourg, des Habsbourg et de la maison de Savoie (attributions incertaines), glaçure verte sur engobe, entre 1452 et 1476, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).

Fig. 4. Fribourg, Criblet. Carreau de corniche convexe, écus de Fribourg, des Habsbourg et de la maison de Savoie (attributions incertaines), glaçure verte sur engobe, entre 1452 et 1476, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).

La céramique de poêle des XVIe et XVIIe siècles

17Les découvertes archéologiques ne permettent pas encore de distinguer clairement les décors moulés de la première moitié du XVIe siècle de ceux de la fin du siècle précédent, les motifs Renaissance n’ayant pas encore fait leur apparition à cette époque dans les arts décoratifs. Si, dans l’architecture, le style gothique survit à Fribourg jusqu’à la fin du XVIIe siècle, les motifs Renaissance apparaissent dans les arts mineurs, comme les décors peints et la céramique de poêle au milieu du XVIe siècle. Dès cette époque, les carreaux fribourgeois révèlent un appauvrissement des décors moulés : leurs motifs se bornent à imiter des textiles, les rinceaux des décors peints ou des moulures de plinthes et de corniches pour progressivement céder la place aux décors peints de majolique. Si les motifs s’appauvrissent, leur diffusion, en tout cas en Suisse romande, est par contre plus grande qu’au XVe siècle où elle était déjà intense. Des carreaux identiques, ou très proches de ceux formant le poêle de Lutry, cité dans le deuxième chapitre, se retrouvent jusqu’à Genève et, dans le canton de Fribourg, leurs variantes sont nombreuses.

Conclusion

18L’apport des recherches archéologiques s’est avéré déterminant pour l’étude de la céramique de poêle fribourgeoise. Il a révélé celle de la fin du Moyen Âge et largement complété l’éventail de celle des XVIe et XVIIe siècles. Ces découvertes restent encore à exploiter, et les recherches de terrain à développer, en particulier dans les domaines castraux et ruraux. Le choix des sites de fouilles est malheureusement peu maîtrisable, car il dépend des sauvetages à effectuer lorsque des sites sont menacés par des projets de construction. Cette situation découle des tâches qui sont conférées par la loi au Service archéologique : l’inventaire et la protection des sites archéologiques (par protection, on entend la réalisation des investigations archéologiques sur des objets menacés ou la modification des projets de construction pour éviter ou limiter les destructions ; les expropriations ou les décrets d’inconstructibilité d’un site sont exceptionnels mais possibles ; la surveillance des projets se fait par le biais des procédures d’octroi de permis de construire, le Service archéologique du Canton de Fribourg étant consulté lors des mises à l’enquête publique). L’exploitation scientifique de la céramique de poêle mise au jour par les investigations archéologiques implique une recherche pluridisciplinaire. L’identification des modèles des décors moulés et de leur mode de diffusion, les attributions à des ateliers ne pourront se faire sans des dépouillements d’archives, des recherches iconographiques et des analyses de pâtes approfondies et dans un cadre dépassant largement les frontières cantonales, voire nationales. Des institutions telles que le Service archéologique du Canton de Fribourg ne peuvent être qu’un maillon de cette recherche, mais elles n’ont pas les moyens – ce n’est pas leur fonction – de les mener à bien. L’apport des universités et de leurs instituts est indispensable, comme la collaboration interrégionale, bien illustrée par la table ronde de Montbéliard, pour faire progresser nos connaissances sur la céramique de poêle.

Bibliographie

Bibliographie

Bally J.-F., 1975, Lausanne : 700 ans de la cathédrale.

Grandjean M., 1991, Lutry : arts et monuments.

Heiljgmann-Huber B., 1983, "Les catelles à relief du château de Valaugin, Lausanne", Cahiers d’archéologie romande.

Minne J.-R, 1977, La céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, Publitotal, 392 p.

Roth Kaufmann E., Buschor R., Gutscher D., 1994, Spätmittelalterliche reliefierte Ofenkeramik in Bern : Herstellung und Motive, Bern, Archäologischer Dienst des Kantons Bern, 311 p. (Schriftenreihe der Erziehungsdirektion des Kantons Bern).

Tauber J., 1980, Herd und Ofen im Mittelalter : Untersuchungen zur Kulturgeschichte am archäologischen Material vornehmlich der Nordwestschweiz (9.-14. Jahrhundert), Olten und Freiburg i. Br., Schweizerischer Burgenverein, 412 p. (Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters, 1).

Torche-Julmy M.-T, 1979, Poêles fribourgeois en céramique, Fribourg, éd. Fragnières, 285 p.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Fribourg, Criblet. Carreau de corniche convexe, lion rampant à droite, glaçure verte sur engobe, deuxième moitié du XVe siècle, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 2. Fribourg, Criblet. Carreau de corps plat, couple d’amoureux sous une arcade ornée de crochets gothiques, glaçure verte sur engobe, deuxième moitié du XVe siècle, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 3. Fribourg, Grand-Rue 14. Carreau d’angle (hexagone), armes des Habsbourg, glaçure verte sur engobe et rehauts de peinture rouge, entre 1452 et 1476, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 4. Fribourg, Criblet. Carreau de corniche convexe, écus de Fribourg, des Habsbourg et de la maison de Savoie (attributions incertaines), glaçure verte sur engobe, entre 1452 et 1476, échelle 1/3 (Cliché F. Roulet, Service archéologique du Canton de Fribourg).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Auteur

Responsable du secteur médiéval, Service archéologique du Canton de Fribourg (CH).

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search