Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

Qualités et propriétés de la céramique de poêle bernoise du Moyen Âge tardif

Eva Roth

Résumé

Jusqu’ici, on reproduisait volontiers les plus beaux carreaux de poêle du bas Moyen Âge pour illustrer des rapports de fouille ou des catalogues d’exposition. Mais à Berne, une trouvaille de masse – plus de 2500 fragments de carreaux moulés, datés d’avant 1531 – a fourni l’occasion d’une étude systématique de toutes les trouvailles de carreaux de poêle du bas Moyen Âge faites depuis les années 1870.

Cette étude a montré que les ateliers actifs à Berne depuis la deuxième moitié du XIVe siècle produisaient des carreaux moulés de grande qualité. Les potiers utilisaient simultanément des moules importés et d’autres fabriqués sur place, dont les motifs reflètent les tendances stylistiques des arts plastiques contemporains : du style de cour français du milieu du XIVe siècle au gothique tardif rhénan de la deuxième moitié du XVe siècle et à l’apparition de la Renaissance au début du XVIe siècle.

Texte intégral

  • 1 ROTH KAUFMANN et alii, 1994 ; ZUMBRUNN, GUTSCHER, 1994. L’exposé suivant se fonde sur la publicatio (...)

1 Au début, ce fut une découverte sensationnelle et massive : en février 1986, lors de travaux d’assainissement sur le puissant mur de soutènement de la terrasse de la cathédrale de Berne, des mètres cubes, densément amoncelés, de fragments de molasse sculptés et de céramique de poêle à décor en relief, ont été mis au jour (GUTSCHER, 1989, p. 11). Cette découverte fut si exceptionnelle par sa quantité et sa qualité que le Service archéologique du Canton de Berne entreprit des études approfondies, qui ont donné lieu à deux publications distinctes1. La plupart des fragments de céramique de poêle (2 500 fragments) ne pouvaient pas être publiés individuellement. Il a paru judicieux de traiter les catelles et leurs motifs selon la typologie. C’est cette démarche qui constitue le fondement de notre étude et de l’articulation de notre catalogue. Les fragments ont été catalogués et étudiés selon leurs motifs en relief. Cela signifie concrètement qu’un motif dessiné complet n’apparaît pas forcément à Berne comme catelle entière (fig. 1). Le dessin peut donc avoir été composé à partir de plusieurs extraits du motif apparaissant sur des fragments différents.

  • 2 Ce travail a été présenté comme mémoire de licence à la Faculté des Lettres de l’Université de Bern (...)

2Cette systématique typologique présente d’abord l’avantage de permettre la publication accessible et compacte d’une telle quantité de fragments. Ensuite, nous avons pu élargir notre problématique : nous nous sommes ainsi fixé pour but idéal de rassembler tous les motifs en relief du Moyen Âge tardif connus à ce jour en ville de Berne2.

Fig. 1. Berne, terrasse de la cathédrale, 1986. Carreau plat à glaçure verte aux armes de l’Empire avec couronne. Deuxième moitié du XVe siècle. Le dessin de ce motif procède de plusieurs fragments se recoupant. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 7508/140, 7511/138, 7512/142 et Musée historique de Berne, n° inv. 35211, 35215 (Dessin René Buschor, Service archéologique du Canton de Berne).

Fig. 1. Berne, terrasse de la cathédrale, 1986. Carreau plat à glaçure verte aux armes de l’Empire avec couronne. Deuxième moitié du XVe siècle. Le dessin de ce motif procède de plusieurs fragments se recoupant. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 7508/140, 7511/138, 7512/142 et Musée historique de Berne, n° inv. 35211, 35215 (Dessin René Buschor, Service archéologique du Canton de Berne).

Les lieux de découverte de céramique de poêle médiévale en ville de Berne

3Afin de cerner de la manière la plus exhaustive possible les motifs en relief des catelles issues de la Berne médiévale tardive, nous avons procédé à un examen régressif complet des découvertes anciennes jusque dans les années 1870. La plupart des catelles de poêle proviennent des comblements de l’ancien fossé de la ville (par exemple Waisenhausplatz, 1955/56) ou d’autres grands chantiers urbains (par exemple Münsterplatz, 1942). Un petit nombre de fragments conservés intacts, mais épars, sont apparus au cours de travaux dans des maisons privées de la ville, et des particuliers intéressés par l’histoire les ont remis au Musée historique cantonal (par exemple Neuengasse 7, 1925). Pour la plupart des trouvailles, il n’existe aucune documentation de découverte ; dans quelques cas qui sont l’exception, nous avons pu nous référer aux travaux de Paul Hofer, qui, en sa qualité d’auteur de l’inventaire des monuments historiques de la ville de Berne entre 1942 et 1971, a suivi divers chantiers urbains (HOFER, 1947 et 1959). C’est le cas notamment de la découverte importante faite dans les années cinquante sur le tracé de l’ancien fossé urbain, à la Waisenhausplatz.

4Nous allons présenter ici brièvement deux complexes de la ville de Berne : les trouvailles de la terrasse de la cathédrale constituent la base de notre étude et celles de la Neuengasse nous ouvrent des perspectives intéressantes sur les questions de l’artisanat et de la fabrication.

La terrasse de la cathédrale

5La terrasse représente l’extension d’un terrassement qui soutient depuis longtemps le versant raide au Sud de l’église paroissiale de Berne. L’agrandissement de ce qu’on appelle le "Kilchhof" a été entrepris dès 1334 et il constitue une réalisation audacieuse du génie civil de l’époque, puisque la dénivellation entre la terrasse et l’Aar atteint environ 32 m. En 1986, l’angle sud-est du mur de la terrasse a dû être assaini. À cet effet, on a creusé un puits de 3 m de diamètre jusqu’à la semelle du mur. Au cours de ces travaux, suivis par le Service archéologique cantonal, on a pu procéder au relevé, non d’une stratigraphie, mais d’une imposante accumulation de matériaux. Les observations sur place ont été confirmées lors de l’examen des trouvailles. C’est ainsi que des fragments d’une même catelle se trouvaient dans des niveaux différents du remblai. De même, deux des motifs les plus récents par leur style, rencontrés sous forme de produits semi-finis dans les couches inférieures, témoignent à l’évidence d’un comblement relativement rapide, du moins dans ce secteur de la terrasse (ROTH KAUFMANN et alii, 1994, cat. 257).

6Nous savons par les documents écrits que la terrasse était arborisée en 1531 et par conséquent son aménagement terminé (ZUMBRUNN, GUTSCHER, 1994, p. 11- 13). Il faut donc supposer que les objets ont été enfouis au plus tard dans le premier quart du XVIe siècle. L’année 1531 peut donc être considérée comme un terminus ante quem pour la céramique de poêle et ses motifs.

Neuengasse 7

7Lors de la démolition d’une ancienne maison dans la Neuengasse en 1925, des trouvailles remarquables ont été faites, que l’architecte a consciencieusement rassemblées et ensuite remises au Musée historique de Berne (n° inv. 16525-16532). Il n’existe aucune documentation sur ces trouvailles, mais l’inventaire du musée les décrit comme déchets d’un atelier de potier. Il s’agit d’une douzaine de moules, brûlés, qui ont été eux-mêmes modelés dans une matrice, puis partiellement retravaillés. Une partie de ces trouvailles peut être considérée comme moules pour des figures de terre cuite.

8Citons ici comme exemple de ces moules un griffon tourné vers la droite héraldique (fig. 2). Le relief, mesurant 20,5 x 20 x 3,2 cm, montre une surface plane et lisse et des faces découpées. La plaque d’argile constituant la base a été modelée sur un moule et ajustée encore mouillée aux faces latérales, comme en témoignent de fines traces de doigts sur le revers et les faces lisses. En outre, avant la cuisson, le relief a probablement été affiné avec un outil pointu. Le relief montre de fortes traces d’usure. Le matériau utilisé est une argile rouge brique à dégraissant fin. Quelques catelles, peut-être issues de ce moule, ont été découvertes en 1986 sur la terrasse de la cathédrale (ROTH KAUFMANN et alii, 1994, cat. 152). Il s’agit de catelles à corps principal plat, à glaçure verte, montrant le griffon héraldique tourné à gauche, dont le détail des formes et la profondeur du relief s’accordent largement avec le moule, compte tenu d’une diminution de 5 % environ (fig. 3).

Fig. 2. Berne, Neuengasse 7, 1925. Moule en argile non glaçurée à motif de griffon en creux. Deuxième moitié du XVe siècle. Musée historique de Berne, n° inv. 16530 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).

Fig. 2. Berne, Neuengasse 7, 1925. Moule en argile non glaçurée à motif de griffon en creux. Deuxième moitié du XVe siècle. Musée historique de Berne, n° inv. 16530 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).

Fig. 3. Berne, terrasse de la cathédrale, 1986. Carreau plat à glaçure verte au motif du griffon. Deuxième moitié du XVe siècle. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 7503/1 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).

Fig. 3. Berne, terrasse de la cathédrale, 1986. Carreau plat à glaçure verte au motif du griffon. Deuxième moitié du XVe siècle. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 7503/1 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).

9Il faut mentionner que les sources écrites signalent précisément dans cette rangée de maisons qui s’étend entre la Neuengasse et la Spitalgasse voisine l’existence d’ateliers de potiers et de tuiliers depuis la deuxième moitié du XIVe siècle. Ainsi par exemple Vinzenz Tüdinger, fournisseur officiel des poêles de l’Etat de Berne vers 1440, possède-t-il une maison dans cette rangée, qui appartenait à la fin du XIVe siècle à un certain "Peter Hafner" (soit Pierre potier). Bien que les parcelles mentionnées dans les textes ne puissent pas pour l’instant être identifiées avec certitude avec la découverte d’un atelier à la Neuengasse 7, on peut partir de l’idée qu’en l’occurrence les témoignages écrits et les vestiges archéologiques se complètent. Quant à notre connaissance de la ville de Berne, cela signifie que ces deux tracés de rue, qui appartiennent aux extensions les plus récentes de la ville, s’inscrivaient vraisemblablement dans un quartier de potiers.

Les caractéristiques de la production bernoise

  • 3 La publication de cet ensemble est prévue dans le cadre des rapports du Service archéologique de ca (...)

10Les fragments de moules évoqués plus haut et les témoignages écrits prouvent l’existence d’une production bernoise de catelles de poêle au plus tard depuis la seconde moitié du XIVe siècle. En outre, de nombreux produits semi-finis ont été conservés de la deuxième moitié du XVe siècle. La question de savoir si l’atelier de potier de la fin du XIIe et du XIIIe siècle découvert en 1989 à la Brunngasse produisait déjà des catelles cylindriques ou en forme de bol doit rester en suspens jusqu’à l’étude du matériel3.

11Quel était l’aspect des catelles produites à Berne ? de quel niveau technologique les fragments conservés témoignent-ils ? d’où provient le répertoire iconographique ? Pour ne pas dépasser le cadre prévu, nous allons nous contenter d’évoquer ici les caractéristiques particulières de la production bernoise de céramique de poêle.

Types particuliers de catelles

  • 4 Notre terminologie se fonde sur les ouvrages de MINNE, 1977 et TAUBER, 1980.
  • 5 La publication des résultats des fouilles d’Aarberg, Stadtplatz 1992, est en préparation (Service a (...)

12A Berne, comme dans les autres régions de la Suisse, le XIVe siècle a dû connaître une importante évolution technologique. Dès ce moment, on se met à fabriquer, en plus des formes ouvertes de catelles (gobelet ou bol), des catelles constituées d’un assemblage d’un corps principal moulé en relief et d’un corps d’ancrage tourné4. À côté des catelles à corps principal plat, Berne connaît des types plus particuliers comme les catelles-tampons et les catelles en forme d’assiette. Les catelles-tampons (Steckpfropfen) se rencontrent à l’origine dans l’aire d’influence de l’ancien État de Berne. Elles se composent d’un visage moulé et d’une tige appliquée, modelée à la main (cahier couleur, pl. 4, a et b). La catelle-tampon est un élément purement décoratif. Sa situation précise sur le poêle n’est pas clairement établie ; une découverte provenant d’Aarberg laisse toutefois supposer qu’elle était fixée dans l’argile du corps du fourneau et comblait les espaces laissés vides entre les catelles circulaires (catelles du type champignon ou assiette)5. Les catelles du type assiette, fréquentes à Berne, se composent d’un corps principal circulaire à motif moulé en relief et d’un corps d’ancrage tourné. Sur maintes pièces, nous avons pu observer que le corps principal se trouvait encore dans son moule lorsqu’on le plaçait sur le tour pour y dresser le corps d’ancrage.

13Les moules des catelles du type assiette découverts à Berne étaient circulaires et convexes. Deux moulages de dimensions identiques d’une image de cerf nous l’indiquent : le cerf bondissant vers la gauche (sens héraldique) ne se rencontre pas seulement sur un fragment provenant de la terrasse de la cathédrale, mais également sur un carreau de sol non vernissé trouvé dans les combles d’une maison de la vieille ville (fig. 4 et 5). La forme concave du carreau de sol nous donne ainsi le contour du moule. Cet exemple apporte une première confirmation à l’hypothèse parfois exprimée dans la littérature, selon laquelle les potiers de poêles et les fabricants de carreaux de sol collaboraient étroitement, ou que les deux produits étaient fabriqués par une même personne.

Fig. 4. Berne, terrasse de la cathédrale, 1986. Catelle du type assiette, au cerf bondissant. Deuxième moitié du XIVe siècle. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 7507/182 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).

Fig. 4. Berne, terrasse de la cathédrale, 1986. Catelle du type assiette, au cerf bondissant. Deuxième moitié du XIVe siècle. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 7507/182 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).

Fig. S. Berne, Münstergasse 16, 1987. Carreau de sol non glaçuré, fortement usé, à motif en creux. Deuxième moitié du XIVe siècle. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 43120 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).

Fig. S. Berne, Münstergasse 16, 1987. Carreau de sol non glaçuré, fortement usé, à motif en creux. Deuxième moitié du XIVe siècle. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 43120 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).

14Au XVe siècle, on constate à Berne une uniformisation de la production, qui touche non seulement l’utilisation des types de catelles, mais également les formats, les formes des cadres et l’évolution des motifs. Le type de catelle le plus couramment utilisé à Berne au XVe siècle est le carreau à corps principal plat. Sa forme, le plus souvent rectangulaire ou carrée, semble avoir remplacé la diversité des types de carreaux du XIVe siècle.

15Cette évolution suggère l’hypothèse d’une modification concomitante de la forme des fourneaux. Les sources iconographiques renforcent cette hypothèse. Le carreau à corps principal plat pouvait en outre être adapté aux diverses conditions : si l’on avait besoin par exemple d’une catelle d’angle, on pouvait combiner le moule d’un motif en vogue avec celui d’un bossage d’angle. C’est seulement après la confection de cette catelle angulaire qu’on lui appliquait un corps d’ancrage tourné.

Le relief

  • 6 Voir à ce sujet aussi les têtes modelées sans moule sur les catelles de couronnement du poêle de Ni (...)

16Les différences de qualité des reliefs s’expliquent en relation avec la simplification de la fabrication : le moulage des catelles du XIVe siècle est de qualité inégale et les pièces montrent souvent des retouches6. Ce sont précisément les pièces sorties de moules usés qui présentent des corrections à la main, par exemple le marquage des yeux avec un outil pointu (ROTH KAUFMANN et alii, 1994, cat. 26).

17Il en va autrement au XVe siècle, les moules étant généralement de meilleure qualité. Si, pour quelque raison que ce fût, l’empreinte d’un moule n’était plus satisfaisante, on créait un nouveau moule à partir d’une matrice existante ou d’une catelle. On peut citer, comme exemple de telles adaptations de motifs à de nouveaux besoins, deux catelles de couronnement, provenant de Berne et de Trub. Au millésime en chiffres romains MCCCCLV que porte la plus grande des deux catelles, celle de Trub, on a ajouté un I au moulage, si bien que celle de Berne, plus petite, porte la date MCCCCLVI. En simplifiant, on peut dire qu’au XVe siècle, on n’affine plus le produit fini, comme on le faisait jusqu’alors, mais le moule, et partant, toute une série. La tendance est donc à une plus grande fréquence de motifs créés pour un commanditaire au XIVe siècle et au contraire à davantage de répétitions de motifs au XVe siècle. Cela ne signifie naturellement pas que le commanditaire du XVe siècle ne pouvait faire exécuter des motifs propres. Seulement, au lieu de la finition personnalisée du XIVe siècle, on produisait toute une série de "son motif (ROTH KAUFMANN et alii, 1994, cat. 102). D’une manière générale, ces groupes de motifs identiques sont le signe d’une plus grande quantité de production dans chaque atelier.

La glaçure

18Au XIVe siècle, les glaçures des catelles bernoises ont été appliquées d’abord sans engobe, comme ailleurs aussi. C’est une glaçure plombifère qui, selon les additifs, prend une teinte brune, jaune miel ou vert olive. À la fin du XIVe siècle apparaissent les premières catelles à glaçure verte appliquée sur un engobe blanc. Ce vert lumineux a dû être apprécié tout au long du XVe siècle, puisque 90 % des catelles conservées de cette époque sont pourvues d’une telle glaçure. Quelques pièces sont polychromes, revêtues d’une glaçure verte avec du jaune et/ou du brun. L’engobe était appliqué comme élément constitutif du décor : par ce revêtement d’argile claire, on éclaircissait par endroits la glaçure ou l’on soulignait des parties d’un motif. On peut mentionner en outre quelques glaçures à l’étain, blanches ou bleues, conservées notamment sur des catelles de la terrasse de la cathédrale. On peut ainsi situer la première apparition à Berne des glaçures de type faïence à la fin du XVe siècle ou vers 1500 (ROTH KAUFMANN et alii, 1994, cat. 257).

Le répertoire iconographique

19Les motifs conservés de la Berne du XIVe siècle se réfèrent principalement au répertoire courtois et sont conçus comme une représentation scénique des commanditaires. Notre étude nous a permis de constater deux thèmes dominants parmi les motifs précoces. Il s’agit d’abord d’un groupe, abondamment représenté, comprenant les scènes courtoises telles les couples, les rondes, la chasse ou les tournois. Un second groupe comprend les motifs animaux, qui se fondent sur le Physiologus et peuvent être interprétés dans une vision chrétienne : ainsi par exemple le pélican nourrissant ses jeunes de son sang, symbole du sacrifice du Christ.

20Au XVe siècle, apparaissent d’autres thèmes dominants. Les motifs n’évoluent plus dans le monde de l’idéal courtois, mais témoignent des diverses représentations des habitants de la ville : les contenus sacrés, les animaux fabuleux et les illustrations du pouvoir prédominent désormais. Il semble que les commanditaires ne souhaitaient plus de mise en scène ou de récit imagé, mais divers motifs individuels particulièrement appréciés : on doit ainsi supposer, au vu de la variété des motifs, que les thèmes comme la Vierge à l’Enfant, les chevaliers de tournois, les poncifs inspirés de la tapisserie et les figures de prophètes se côtoyaient, comme des citations, sur un même fourneau, sans révéler un programme iconographique élaboré.

Origine des motifs

21La question souvent posée de l’origine des motifs présuppose des comparaisons approfondies avec des catelles d’autres régions. Notre investigation sur les motifs bernois peut se résumer ainsi. Les motifs remontant au XIVe siècle et apparaissant presque identiques dans d’autres régions constituent, en comparaison quantitative, une minorité. On peut donc supposer que les motifs précoces étaient généralement fabriqués à Berne et diffusés dans les alentours. Deux de ces motifs bernois précoces (ROTH KAUFMANN et alii, 1994, cat. 35 et 36) sont identiques à ceux connus sur le poêle de Niedergesteln (KECK, 1993, p. 327, fig. 19-22). Ces découvertes faites en ville de Berne renforcent ainsi la proposition de Gabriele Keck, selon laquelle les catelles et/ou les moules du poêle de Niedergesteln pourraient provenir de Berne (KECK, 1993, p. 341-343).

22Comme certains motifs de la seconde moitié du XIVe siècle se rencontrent également à Bâle, Zurich et dans divers châteaux de la Suisse centrale et septentrionale, on peut supposer que les potiers bernois on travaillé simultanément avec des moules importés et des moules de leur propre fabrication. Les références iconographiques des modeleurs se trouvent, directement ou indirectement, dans la peinture murale, l’enluminure et le travail de l’ivoire. Au cours du XVe siècle, un important commerce de moules de catelles se développe. C’est ce qu’on peut déduire de la large diffusion de certains motifs pratiquement identiques par leur forme et leur relief. Le cas est particulièrement frappant pour le groupe des motifs à médaillon intérieur, ainsi que pour certaines figurations animales et végétales, dont l’aire de découverte correspond pour le moins à l’extension de l’ancien diocèse de Constance (fig. 1 et 3). À la question de l’origine des motifs de la deuxième moitié du XVe siècle, la recherche donne souvent une réponse toute faite, en recourant à la théorie – plausible – selon laquelle les sources directes de ces motifs de catelles se trouvent dans la gravure du XVe siècle.

23Environ 70 % des motifs provenant de Berne peuvent être attribués à la seconde moitié du XVe siècle selon leur appréciation stylistique. Le style et l’iconographie trahissent leur appartenance au gothique tardif du Haut Rhin. Comme notre corpus, par sa quantité et sa répartition sur une vingtaine de sites en ville de Berne, dépasse le niveau de l’aléatoire pour acquérir une certaine représentativité, on devrait pouvoir trouver quelques-unes de ces sources iconographiques. Malheureusement, les relations, du moins en ce qui concerne la région bernoise, ne sont pas aussi simples. Nous avons certes pu définir quelques parallèles avec la gravure et la gravure sur bois, mais les traits communs restent confinés dans le domaine du style général de l’époque, de la composition courante et de l’iconographie. En revanche, nos motifs montrent parfois des recoupements surprenants avec la sculpture ou la sculpture sur bois contemporaines. Par là nous voudrions non seulement relativiser une théorie commode, mais favoriser une vision moins rigide des artistes et artisans impliqués : pourquoi n’aurait-il pas été possible qu’un sculpteur du XVe siècle esquissât le motif d’une catelle et en modelât le moule ? et pourquoi le potier ne pourrait-il pas avoir modelé lui-même ? La difficulté de trouver des parallèles pertinents entre nos motifs de catelles et des oeuvres d’art reconnues, c’est-à-dire de définir un rapport entre modèle et copie, prouve que la limite est fluctuante entre l’artisanat et les arts plastiques. Une étude sur les techniques de fabrication et l’artisanat céramique pourrait faire progresser la recherche sur une question à laquelle les méthodes traditionnelles de l’histoire de l’art appliquées jusqu’ici n’ont pu apporter que des réponses insatisfaisantes.

Bibliographie

Bibliographie

Gutscher D., 1989, "Vom Fund und Konservierung : Archäologische Befunde und Überlegungen zum Skulpturenfund", in : Gutscher D., Zumbrunn U., 1989, Die Skulpturenfunde der Münsterplattform, Bericht über das Interims-Kolloquium vom 26.-27. August 1988, Bern, p. 11-21 (Archäologischer Dienst des Kantons Bern).

Hofer P., 1947, Die Kunstdenkmäler des Kantons Bern : die Staatsbauten der Stadt Bern, Band II, Basel, Gesellschaft für Schweizerische Kunstgeschichte, 484 p. (Dossier aux archives du Service archéologique du canton de Berne).

Hofer P., 1959, Die Kunstdenkmäler des Kantons Bern : Die Stadt Bern. Gesellschaftshäuser und Wohnbauten, Band III, Basel, Gesellschaft für Schweizerische Kunstgeschichte, 495 p. (Dossier aux archives du Service archéologique du canton de Berne).

Keck G., 1993, "Ein Kachelofen der Manesse-Zeit : Ofenkeramik aus der Gestelnburg / Wallis", Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte (ZAK), Band 50, Heft 4, p. 321-356.

Minne J.-P, 1977, La céramique de poêle de l’Alsace médiévale, Strasbourg, Publitotal, 392 p.

Roth Kaufmann E., Buschor R., Gutscher D., 1994, Spätmittelalterliche reliefierte Ofenkeramik in Bern : Herstellung und Motive, Bern, Archäologischer Dienst des Kantons Bern, 311 p. (Schriftenreihe der Erziehungsdirektion des Kantons Bern).

Tauber J., 1980, Herd und Ofen im Mittelalter : Untersuchungen zur Kulturgeschichte am archäologischen Material vornehmlich der Nordwestschweiz (9.-14. Jahrhundert), Olten und Freiburg i. Br, Schweizerischer Burgenverein, 412 p. (Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters, 7).

Zumbrunn U., Gutscher D., 1994, Bern. Die Skulpturenfunde der Münsterplattform : Katalog der figürlichen und architektonischen Plastik, Bern, Archäologischer Dienst des Kantons Bern, 208 p (Schriftenreihe der Erziehungsdirektion des Kantons Bern).

Notes

1 ROTH KAUFMANN et alii, 1994 ; ZUMBRUNN, GUTSCHER, 1994. L’exposé suivant se fonde sur la publication citée de l’auteur. Pour l’alléger, nous avons limité les références au minimum, renvoyant à la publication pour de plus amples informations.

2 Ce travail a été présenté comme mémoire de licence à la Faculté des Lettres de l’Université de Berne, sous la direction du professeur Ellen J. Beer, en mars 1993.

3 La publication de cet ensemble est prévue dans le cadre des rapports du Service archéologique de canton de Berne (Archäologie im Kanton Bern, Fundberichte und Aufsätze 4).

4 Notre terminologie se fonde sur les ouvrages de MINNE, 1977 et TAUBER, 1980.

5 La publication des résultats des fouilles d’Aarberg, Stadtplatz 1992, est en préparation (Service archéologique du Canton de Berne n° trouv. 42828/15)

6 Voir à ce sujet aussi les têtes modelées sans moule sur les catelles de couronnement du poêle de Niedergesteln (KECK, 1993, p. 328-330, 334, fig. 23-28).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Berne, terrasse de la cathédrale, 1986. Carreau plat à glaçure verte aux armes de l’Empire avec couronne. Deuxième moitié du XVe siècle. Le dessin de ce motif procède de plusieurs fragments se recoupant. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 7508/140, 7511/138, 7512/142 et Musée historique de Berne, n° inv. 35211, 35215 (Dessin René Buschor, Service archéologique du Canton de Berne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 2. Berne, Neuengasse 7, 1925. Moule en argile non glaçurée à motif de griffon en creux. Deuxième moitié du XVe siècle. Musée historique de Berne, n° inv. 16530 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 3. Berne, terrasse de la cathédrale, 1986. Carreau plat à glaçure verte au motif du griffon. Deuxième moitié du XVe siècle. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 7503/1 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 4. Berne, terrasse de la cathédrale, 1986. Catelle du type assiette, au cerf bondissant. Deuxième moitié du XIVe siècle. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 7507/182 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. S. Berne, Münstergasse 16, 1987. Carreau de sol non glaçuré, fortement usé, à motif en creux. Deuxième moitié du XIVe siècle. Service archéologique du Canton de Berne, n° trouv. 43120 (Cliché Badri Redha, Service archéologique du Canton de Berne).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

Licence ès Lettres, Service archéologique du Canton de Berne.

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search