Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

Un poêle au temps des chevaliers

La céramique de poêle du château de Gestelnburg/Valais (Suisse)

Gabriele Keck

Résumé

Les recherches entreprises en 1989 au château de Gestelnburg (Valais), détruit en 1384, furent l’occasion de la fouille d’un poêle à carreaux effondré. Nous y avons découvert des pieds du poêle, des carreaux couvre-joint et d’autres carreaux à corps plat de forme carrée, barlongue, trapézoïdale ou en arc brisé, et munis d’un décor en relief moulé et d’une glaçure brun-vert olive. La diversité des formats de carreaux et leur nombre – au moins 121 – nous font penser à un poêle entièrement revêtu de carreaux et articulé en plusieurs parties. Les décors montrent, outre des motifs floraux et géométriques, des représentations figurées issues du monde de la poésie courtoise et chevaleresque. Les formats, la forme des bords et la glaçure indiquent une fabrication des carreaux au XIVe siècle. L’appréciation du style des personnages, des vêtements, des coiffures et de détails d’accessoires d’armement permet de préciser cette datation vers 1330- 1350. Le découpage en trapèze des carreaux carrés après leur moulage ou, sur les carreaux de couronnement, le rajout des têtes des personnages, ainsi que le remodelage de leurs coiffures, vêtements et ornements, constituent des particularités qui posent des questions sur la manière de travailler des ateliers de poterie au Moyen Âge et sur la collaboration possible entre le modeleur, le potier et le commanditaire.

Texte intégral

  • 1 L’étude des pièces de céramique découvertes a été menée par l’Atelier d’Archéologie médiévale SA, M (...)

1 Les recherches archéologiques entreprises en 1989 au château de Gestelnburg (Valais, Suisse), donnèrent lieu à la découverte des restes d’un poêle à carreaux à relief moulé, ayant appartenu aux seigneurs de la Tour. L’étude stratigraphique de l’emplacement du complexe a permis d’établir que le poêle avait été détruit lors de l’incendie du château, avec l’effondrement d’un étage supérieur. Les fragments de carreaux se trouvaient dans une couche argileuse compacte, entassés en cône. Le terminus ante quem du poêle est 1384, année au cours de laquelle, d’après les sources écrites, le château fut détruit1.

2Si l’enluminure de Würzburg (seconde moitié du XIIIe siècle) et les peintures murales de Zurich et Constance (début du XIVe siècle) offrent les plus anciennes représentations connues de poêles à carreaux, aucun exemple de poêle à carreaux à corps plat moulés en relief n’est parvenu du XIVe siècle à nos jours. Dans le manteau d’argile de ces fourneaux s’intégraient, jusqu’alors, des pièces en forme de gobelet ou de bol. Quant aux carreaux à face plate, avec un décor en relief, les pièces connues permettent d’en fixer les premiers essais de fabrication au cours de la première moitié du XIVe siècle, et ceci en plusieurs endroits. Cet état de la question confère toute sa valeur au poêle découvert au château de Gestelnburg.

3Cette découverte a permis d’étudier, non seulement les éléments de l’ensemble d’un poêle de la première période de céramique glaçurée en relief, mais encore les divers formats des carreaux qui le constituaient, avec leurs motifs de décoration. L’étude de ces formats a, en outre, mené à une hypothèse de reconstitution du poêle et, pour chacun des types de carreau, son emplacement dans la structure générale du fourneau : celle-ci comprenait un corps de chauffe, un corps inférieur et un corps supérieur.

4À côté des motifs floraux, architecturaux et géométriques se trouvent également représentées des scènes tirées du monde de la poésie courtoise et chevaleresque (fig. 1 et 2). Les motifs décoratifs répertoriés démontrent l’existence d’un programme iconographique exigeant une ordonnance bien définie des carreaux, ainsi qu’en témoignent les pièces représentant un tournoi lors d’une fête courtoise.

5Les constatations faites sur la fabrication de cette céramique de poêle sont également dignes d’intérêt. Elles ont révélé la fréquente modification de la forme du corps principal des carreaux après moulage, c’est-à-dire qu’ils étaient d’abord moulés, puis retravaillés pour épouser un nouveau contour. De plus, la finition du relief des carreaux, effectuée après leur moulage, ne se contente pas d’éclairer la manière de travailler en atelier : les observations faites posent, à leur tour, des questions sur la répartition du travail entre modeleur et potier au XIVe siècle.

Les formats des carreaux : un reflet de la structure du poêle

6La configuration des pièces trouvées permet de penser que l’ensemble de la céramique provenait d’un seul et même poêle. Au moins cent vingt et un individus ont été reconnus, parmi lesquels on identifia des pieds de poêle (fig. 3) et des couvre-joints aux tenons modelés à la main permettant la fixation des carreaux à la paroi du fourneau. En l’état des connaissances actuelles, cette technique semblait surtout être caractéristique de la région de Berne et Fribourg. S’y ajoutent des carreaux à corps plat, à décor en relief moulé, carrés, rectangulaires, trapézoïdaux et en arc brisé ; leurs corps d’ancrage ont été tournés en forme de bol. Cet ensemble de pièces se décompose en groupes portant le même décor en relief. Toutes sont faites de la même argile, finement dégraissée, à laquelle la cuisson a conféré une couleur brun orangée. Leur glaçure, sans engobe, offre à l’œil de nombreuses variations de tons brun olive.

7Les divers formats devaient être prévus pour la construction des éléments du poêle, de forme carrée, polygonale, cylindrique ou conique. C’est ainsi que leur diversité, de même que l’agencement qui en découle nécessairement, poussent à conclure qu’il s’agissait d’un poêle à l’architecture bien structurée. L’identification d’au moins cent vingt et un individus et l’étude de leur répartition ont clairement démontré que ceux-ci n’étaient pas disséminés, comme le montrent les illustrations de poêles antérieurs connues : ici, au contraire, les carreaux se jouxtaient de manière à constituer des surfaces recouvrant le manteau du fourneau. L’absence de trace de suie à l’intérieur des corps d’ancrage prouve, quant à elle, que les carreaux étaient noyés dans la structure porteuse ; celle-ci, d’une épaisseur assez importante pour conférer sa solidité à l’ensemble, était essentiellement constituée d’argile.

Fig. 1. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle au chevalier, faisant partie d’une scène de tournoi (14 x 17 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 1. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle au chevalier, faisant partie d’une scène de tournoi (14 x 17 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

8Par sa paroi massive et son articulation en corps de chauffe, corps inférieur et corps supérieur, le poêle de Gestelnburg constitue encore un exemple de type ancien. Cependant, par sa mise en œuvre de carreaux à corps plat, il ouvre la voie à un modèle promis à un bel avenir : celui des poêles entièrement revêtus de carreaux.

Observations concernant quelques particularités de fabrication

Modifications apportées au contour des faces de carreaux après leur moulage

Fig. 2. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle au chevalier, faisant partie d’une scène de tournoi (14 x 15 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 2. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle au chevalier, faisant partie d’une scène de tournoi (14 x 15 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

9Onze moules différents ont été utilisés pour la fabrication des carreaux à corps plat : deux moules pour les variations à angle droit de la scène chevaleresque, un moule pour les carreaux à arcature, deux pour les carreaux à quadrilobe, deux pour les carreaux portant un motif en relief à la rosette, un pour les carreaux à trilobe (fig. 4), un pour les carreaux trapézoïdaux à la rose et deux pour chacun des types de carreaux en ogive du couronnement.

10En outre, la modification du format de certains carreaux à trilobe portait à douze le nombre de types disponibles : quatre carrés, quatre rectangles (dont trois barlongues), deux en ogive et deux en trapèze. La diversité des types de carreaux rencontrés, par exemple ceux à trilobe, a été enrichie par la reprise des contours après moulage (fig. 5). À noter encore que pour chacune de ces deux formes, il existe une variante avec une face ajourée à décor géométrique (fig. 6 et 7). C’est ainsi que, de onze moules au départ, le nombre de types de faces décorées produites a finalement pu être porté à vingt.

11Les carreaux au motif de la rose, eux aussi, prouvent bien une modification postérieure du contour originel de leur face principale (fig. 8). Cette dernière était issue d’un modèle quadrangulaire, ainsi qu’en témoigne la baguette en retrait de bordure qui encadre le motif de la rose. Les bords verticaux ont ensuite été rognés pour modifier le format du carreau en trapèze. Afin d’obtenir un bord supérieur légèrement arqué, il a fallu en plus retravailler les angles. Il est surprenant de constater que cette incurvation manque à l’un des cinq individus encore existants. Bien que la raison n’en soit pas évidente à première vue, on pourrait l’expliquer par un oubli de la découpe lors de sa fabrication, les autres carreaux de cette série accusant les contours irréguliers d’une exécution à la va-vite et improvisée.

Finition des carreaux du couronnement

12Le décor en relief des carreaux de couronnement a, lui aussi, été retravaillé après le moulage. Le motif de base récurrent représente un couple en vêtements de cour, sous un élément d’architecture gothique (fig. 9 et 10). Sur chacun des carreaux, les têtes ont été modelées une à une en ronde-bosse et ajustées au reste du corps. Le détail des vêtements, les coiffes et les coiffures ont de même été retravaillés après moulage des traits communs à tous les carreaux et avant durcissement de l’argile. Des traces, sous la forme d’encoches parallèles sur les bords de la face principale du carreau, indiquent en quel point du déroulement des opérations l’intervention a eu lieu : ces encoches trahissent l’usage d’un accessoire dans lequel les carreaux étaient introduits, après que le corps principal et le corps d’ancrage aient été assemblés, ceci afin d’éviter la déformation du corps d’ancrage lors des retouches.

Fig. 3. Gestelnburg / Valais, pied de poêle (H. avec tenon 11 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 3. Gestelnburg / Valais, pied de poêle (H. avec tenon 11 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 4. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle carré au trilobe (15,5 x 15 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 4. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle carré au trilobe (15,5 x 15 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 5. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle trapézoïdal au trilobe (H. 15,5 cm, L. haut 10,5-12 cm, L. bas 15,3-15,5 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).,

Fig. 5. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle trapézoïdal au trilobe (H. 15,5 cm, L. haut 10,5-12 cm, L. bas 15,3-15,5 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).,

Fig. 6. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle carré au trilobe ajouré (15,5 x 15 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 6. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle carré au trilobe ajouré (15,5 x 15 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 7. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle trapézoïdal au trilobe ajouré (H. 15,5 cm, L. haut 9,7-12 cm, L. bas env. 16 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 7. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle trapézoïdal au trilobe ajouré (H. 15,5 cm, L. haut 9,7-12 cm, L. bas env. 16 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 8. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle trapézoïdal à la rose (H. 11,5-12 cm, L. haut 11,3-12 cm, L. bas 8-9 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 8. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle trapézoïdal à la rose (H. 11,5-12 cm, L. haut 11,3-12 cm, L. bas 8-9 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

La preuve d’un modèle à relief négatif

13Outre la modification des contours consécutive au modelage de la face du carreau, nous avons aussi pu mettre en évidence la manière dont étaient produits les décors en relief. Les surfaces de chacun des deux carreaux au trilobe, le rectangulaire et le trapézoïdal, présentent les traits de construction de leur motif. Au centre de celui-ci, ainsi qu’au milieu de chacun de leurs lobes, la présence d’une petite bosse, qui ne fait pas partie du motif, ne peut s’expliquer que par le pointage du compas lors de la construction géométrique du décor. Cette observation a son importance, car on part, en général, de l’idée – en d’autres lieux attestée par la découverte de moules y correspondant – que le modèle a été créé au moyen d’un relief positif. Or, ici, l’utilisation d’un modèle à relief positif est exclue, ce qui présuppose l’utilisation d’une matrice issue d’un modèle original commun à tous les carreaux du même type. Tout d’abord, on aura créé un modèle en bois, à relief négatif, ceci afin de produire une matrice (ou plusieurs) en terre cuite, dont le relief était, par conséquent, positif. Grâce à elle, on a pu ensuite obtenir plusieurs moules, en négatif, qui allaient servir à la production proprement dite des faces de carreaux.

14De plus, tant sur les carreaux rectangulaires que trapézoïdaux, les lignes des lobes qui se recoupent prouvent qu’un seul et même moule a servi à les fabriquer. La forme trapézoïdale a donc d’être obtenue après coup : cela signifie que l’on a d’abord moulé la face des carreaux avec le modèle rectangulaire, après quoi on l’a fixée au corps d’ancrage, avant de tailler ses flancs en biais.

Un nouveau type de poêle en cours de développement ?

La question des moules "manquants"

15Il fallait bien une raison à ce que, sur deux types de carreaux différents, la même méthode soit utilisée pour transformer une face quadrangulaire afin d’obtenir un contour trapézoïdal. Cette raison devait venir du type de fourneau, dont le manteau ne devait pas recevoir que des carreaux à face rectangulaire. Ceci amène à considérer la forme des différents carreaux, ainsi que les couvre-joints et les pieds, comme autant d’indices importants pour la compréhension de l’architecture du fourneau et de ses articulations. Les transformations des faces de certains carreaux laissent supposer que la forme du fourneau avait été soit projetée, peut-être sur un plan, soit encore modifiée préalablement au moulage des carreaux.

16Des questions demeurent : pourquoi le potier n’a-t-il pas utilisé de modèle trapézoïdal ? N’était-ce là qu’une manière de faire courante pour un petit atelier, une routine pour le potier ?

17Ce système aurait eu pour avantage de pouvoir adapter, en tout temps, la forme des carreaux en utilisant le même motif décoratif. Le temps nécessaire à la découpe de formats spéciaux était plus court et revenait moins cher que la fabrication ou l’achat de modèles supplémentaires. La décision de transformer les contours des carreaux peut aussi s’expliquer par le fait que, dans l’atelier, on ne disposait pas de modèle correspondant exactement au type de fourneau désiré par le commanditaire. Les formats manquants devaient alors être découpés sur mesure. Sans que l’on puisse dire si cela était pratique d’atelier courante, il demeure que ces cas prouvent l’absence de modèle correspondant.

18Que l’on n’ait pas eu de modèle trapézoïdal à disposition pouvait aussi venir du fait de la relative nouveauté du modèle de fourneau en question, celui-ci n’étant pas encore répandu dans tous les ateliers. On aurait alors pallié le manque de modèles en improvisant artisanalement la technique de production nécessaire à ce type de poêle, conçu différemment de ce qui se faisait jusque-là, et qui en aurait encore été au stade du développement.

Fig. 9. Gestelnburg / Valais, carreau de couronnement au couple noble (env. 21 x 18-19 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 9. Gestelnburg / Valais, carreau de couronnement au couple noble (env. 21 x 18-19 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

L’hypothèse d’une collaboration en atelier dans le cadre d’un travail de commande

19Le souci du détail apporté au programme décoratif des carreaux de couronnement témoigne clairement de la volonté, probablement dictée par le commanditaire, d’individualiser chacune des figures pour qu’elle représente véritablement chaque fois une personne déterminée. Le traitement différencié des têtes et la finition soignée après le moulage pourraient accréditer l’hypothèse d’une collaboration entre le modeleur et le potier au sein du même atelier, voire d’une identité de personne. Ce serait la seule explication à la présence d’un type de carreau supposant un modelage séparé des têtes des personnages intervenu à la suite du moulage.

20Il devient alors possible de suggérer que l’atelier d’où provenaient les pièces du couronnement de Gestelnburg ne s’occupait pas seulement du moulage d’une partie des carreaux, mais que l’on a également pu y façonner les moules et les pièces leur ayant servi de modèle.

21Quoi qu’il en soit, la structure du poêle et les formats de carreaux correspondants, les carreaux plats au trilobe ou à la rose avec leurs contours modifiés et, enfin, le décor des faces du couronnement finement retravaillées, ont manifestement exigé une collaboration poussée entre le commanditaire, le façonneur des modèles, potier et constructeur de poêle.

22Le lieu de production n’a pas encore pu être localisé ; cependant, l’existence de carreaux identiques provenant de la ville de Berne, la présence de particularités techniques comparables, comme les tenons, ainsi que les relations qu’entretenaient les seigneurs de la Tour, alors propriétaires du château, permettent de suggérer la localisation de l’atelier dans la région bernoise.

Les éléments de datation

23Le modelage à la main ou la finition des détails après moulage, tels qu’en témoignent les carreaux de couronnement de Gestelnburg, ne constitue pas un cas isolé. Les découvertes faites jusqu’ici montrent que nous ne nous trouvons pas devant un phénomène exceptionnel. Au contraire, ce genre de retouches, surtout pour les décors figurés, se retrouve fréquemment sur les carreaux à relief du XIVe siècle, en divers endroits de Suisse alémanique comme de Suisse romande.

Fig. 10. Gestelnburg / Valais, carreau de couronnement au couple noble (H. conservée 20 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

Fig. 10. Gestelnburg / Valais, carreau de couronnement au couple noble (H. conservée 20 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).

24Le procédé qui consistait à traiter individuellement les têtes de personnages contredit l’idée d’une organisation strictement rationnelle de travaux en série, à laquelle on aurait pu s’attendre, dans le cadre d’un artisanat établi de longue date. Les étapes successives du travail, nécessitées par la production d’un exemplaire unique, semblent bien plutôt appartenir à une phase expérimentale dans la fabrication de carreaux à corps plat : on laissait encore libre cours aux finitions originales et prêtait une attention toute particulière à l’exécution des décors figurés. La finition assez élaborée de cette céramique montre bien que sa fabrication n’était alors pas encore devenue une production de masse et que les poêles à carreaux glaçurés en relief constituaient un élément de représentation dans la manière de vivre des nobles. La demande de ces derniers a constamment stimulé et certainement influencé la conception de projets dont les décors étaient d’actualité. Ceci est vrai pour les représentations figurées mettant en scène la mode vestimentaire, très changeante au XIVe siècle.

25En dehors des innovations techniques apportées aux fourneaux – innovations qui n’entraînèrent pas que des changements de construction, mais s’accompagnèrent des nouvelles formes de carreaux nécessaires – il faut donc compter, pour cette époque et contrairement à la période post-médiévale, avec une courte durée d’utilisation de certains motifs de carreaux.

26Les formats, l’ordonnance des bordures et la glaçure situent la fabrication des carreaux au XIVe siècle. Ce sont l’appréciation du style des personnages représentés, leur mode vestimentaire, leurs coiffures, ainsi que les détails de l’armement des chevaliers qui ont permis de dater le poêle de Gestelnburg entre 1330 et 1350 : ceci en fait l’un des plus anciens poêles à décor en relief connus à ce jour.

27La réalisation du poêle de Gestelnburg ayant été directement influencée par son commanditaire, il pourrait s’agir de Pierre V de la Tour qui, dès 1324, présida la dynastie durant près de trente ans.

Bibliographie

Bibliographie

Keck G., 1993, "Ein Kachelofen der Manesse-Zeit : Ofenkeramik aus der Gestelnburg / Wallis", Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte (ZAK), Band 50, Heft 4, p. 321-356.

Keck G., 1995, "Modelschneider und Hafner im 14. Jahrhundert : der Reliefkachelofen aus der Gestelnburg / Wallis", Denkmalpflege und Forschung in Westfalen, 32, p. 51-60.

Notes

1 L’étude des pièces de céramique découvertes a été menée par l’Atelier d’Archéologie médiévale SA, Moudon / CH, dans le cadre d’un mandat de la Fondation Gestelnburg "Pro Castellione", Niedergesteln / CH, avec le soutien financier de la Ceramica-Stiftung, Bâle
Pour une présentation complète de la synthèse des travaux : KECK, 1993, p. 321-356. Richement illustré, cet article présente notamment une étude sur le contexte historique, l’inventaire des pièces, l’analyse stylistique des décors en relief, la distribution des pièces et l’hypothèse de reconstruction du poêle, ainsi que l’ensemble des observations qui ont servi de base au présent exposé.
Sur les observations concernant plus particulièrement les procédés de fabrication : KECK, 1995, p. 51-60.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle au chevalier, faisant partie d’une scène de tournoi (14 x 17 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 2. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle au chevalier, faisant partie d’une scène de tournoi (14 x 15 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Fig. 3. Gestelnburg / Valais, pied de poêle (H. avec tenon 11 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 4. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle carré au trilobe (15,5 x 15 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 5. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle trapézoïdal au trilobe (H. 15,5 cm, L. haut 10,5-12 cm, L. bas 15,3-15,5 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).,
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 6. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle carré au trilobe ajouré (15,5 x 15 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 7. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle trapézoïdal au trilobe ajouré (H. 15,5 cm, L. haut 9,7-12 cm, L. bas env. 16 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 8. Gestelnburg / Valais, carreau de poêle trapézoïdal à la rose (H. 11,5-12 cm, L. haut 11,3-12 cm, L. bas 8-9 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 9. Gestelnburg / Valais, carreau de couronnement au couple noble (env. 21 x 18-19 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 10. Gestelnburg / Valais, carreau de couronnement au couple noble (H. conservée 20 cm) (Cliché S. et D. Fibbi-Aeppli, Grandson).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20183/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

Auteur

Licence ès Lettres, Historienne de l’art, Atelier d’archéologie médiévale de Moudon (CH).

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search