Version classiqueVersion mobile

Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne

 | 
Annick Richard
, 
Jean-Jacques Schiwien

Strasbourg, place des bateliers

La céramique de poêle du haut Moyen Âge

Madeleine Châtelet et Jean-Jacques Schwien

Résumé

Les fouilles de la place des Bateliers à Strasbourg en 1990 ont mis au jour un ensemble de terres noires datées par 14C de l’époque carolingienne, sur une superficie de 200 m2 environ et une épaisseur de 10 à 20 cm, en bordure d’un cours d’eau. L’essentiel était constitué de résidus de matière organique, de cendres et de gravier ainsi que de plusieurs lentilles d’argile jaune avec de nombreuses inclusions d’argile rubéfiée, déposés en couches subhorizontales : l’absence de structures caractérisées, la proximité du cours d’eau et l’abondance du mobilier céramique font penser à un dépotoir de berge constitué de couches dont une partie au moins résulte de la destruction de foyers (sole ou voûte).

Ce dépotoir comportait au total 1646 fragments de pots de poêle, correspondant au minimum à 183 individus. C’est ainsi actuellement le plus grand ensemble de céramique de poêle du haut Moyen Age en France et en Allemagne, mais c’est aussi le plus ancien, puisque la poterie culinaire qui lui est associée a permis de le dater de la transition des périodes mérovingienne et carolingienne. L’étude typologique du matériel, réalisée par une approche quantitative sur la base des unités stratigraphiques, a montré un ensemble très homogène, sans aucune différence entre les couches. Les pots, réalisés dans la même pâte claire que les céramiques culinaires, sont tournés. Ce sont des gobelets de forme haute, légèrement évasée, pourvus généralement de larges cannelures sur leur face externe. Les variations, secondaires, touchent principalement la forme des lèvres et le diamètre de l’ouverture.

Ces plus anciens témoins du poêle, dont les pots sont sans évolution notable jusqu’au XIIe siècle, ont une forme déjà accomplie, soulevant la question de leur origine.

Texte intégral

  • 1 La responsabilité de la fouille était assurée par Jean-Jacques Schwien (cf. chap. 1, Les données de (...)

1 Dans le cadre d’une construction immobilière avec parking souterrain sur une superficie de 3400 m2, a été réalisée une fouille préventive avec une équipe de dix-quinze personnes pendant six mois en 19901. Cette fouille a livré des traces d’occupation du haut Moyen Âge et en particulier de nombreux fragments de pots de poêle : cette découverte, complétée par d’autres observations dans la région et en particulier à Strasbourg (CHÂTELET, 1994), permet de reconsidérer les origines de ce moyen de chauffage dont les plus anciens témoins ne semblaient guère antérieurs à l’an mil (DUMITRACHE, 1992, p. 280).

Les données de terrain

Problématique et conditions de la fouille (fig. 1 et 2)

2Située dans l’actuel quartier de la Krutenau, la place des Bateliers a été créée aux XIXe-XXe siècles par démolition progressive des immeubles d’habitation qui s’y développaient depuis la fin du Moyen Âge : la dernière en date est celle liée au bombardement de la ville en 1944. Ce quartier n’avait encore guère fait l’objet de fouilles archéologiques un tant soit peu développées. Aussi, son histoire n’est-elle connue que dans ses grands traits.

3Il semble assuré que ce secteur comme toute la rive droite de l’Ill (la principale rivière de Strasbourg) ait été totalement inoccupé à l’époque romaine : l’espace compris entre Ill et Rhin était une vaste plaine d’épandage de crues et, en tant que telle, marécageuse. D’après les données historiques, l’urbanisation n’y a démarré qu’après l’an mil, en partie grâce à l’implantation d’établissements religieux. L’intégration définitive dans l’espace urbain se situe vers 1200 avec la construction de la première enceinte du Strasbourg médiéval. La place des Bateliers est d’ailleurs bordée par un tronçon de cette enceinte. L’urbanisation se poursuivra ultérieurement avec, vers 1400-1440, la construction d’une seconde enceinte qui inclura le reste du quartier de la Krutenau. Dès lors un important bras d’eau reliant le Rhin à l’Ill – appelé le canal du Rhin et desservant le port urbain du centre ville – est régulièrement cité. Son origine naturelle ou anthropique restait une question en suspens : on savait seulement que le dernier tronçon avant la confluence avec l’Ill servait de fossé défensif à une partie de l’enceinte de 1200. Ce fossé, comblé vers 1880, reste marqué dans la topographie actuelle sous la forme de la rue de Zurich. Intégré tardivement dans l’espace urbanisé, ce quartier est longtemps resté un faubourg peu densément occupé, l’essentiel des activités étant assuré par les maraîchers, les pêcheurs et les bateliers.

Fig. 1. Localisation du site sur le plan de Strasbourg au haut Moyen Âge (extrait de SCHWIEN, 1992, Strasbourg DEPAU, plan 9).

Fig. 1. Localisation du site sur le plan de Strasbourg au haut Moyen Âge (extrait de SCHWIEN, 1992, Strasbourg DEPAU, plan 9).

Fig. 2. Localisation du site sur le plan Blondel de 1765.

Fig. 2. Localisation du site sur le plan Blondel de 1765.

4Les sondages préalables aux fouilles avaient effectivement révélé des niveaux de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne ainsi qu’un dense réseau de pieux en bois interprétés comme un quai possible du canal du Rhin. La fouille a été orientée avec ces données préalables (connaissances historiques et sondages) : un terrassement sur 1,50 m avant fouilles devait évacuer les niveaux stériles superficiels, de grandes tranchées jusqu’aux couches naturelles (et la nappe phréatique) devaient localiser les cours et bras d’eau naturels de ce quartier inondable jusqu’à l’urbanisation.

Description des données de terrain (fig. 3 et 4)

5Rien ne permettait donc a priori de prévoir des niveaux antérieurs à l’an mil sur le site.

6Les divers décapages systématiques ont toutefois livré trois secteurs du haut Moyen Âge, tous localisés dans la même zone mais isolés ou individualisés par des perturbations (constructions du XVIIe siècle, tranchées archéologiques). Ces trois secteurs, intégralement fouillés, ont tous livré des "faciès" stratigraphiques similaires, à savoir une "terre noire" subhorizontale de 20 à 30 cm d’épaisseur sur le sol naturel (argiles et limons de débordement de cours d’eau) scellée par un limon brun stérile correspondant sans doute à une période d’abandon du site. Ce limon brun, en effet, a été entaillé ultérieurement par des fosses-dépotoir contenant du mobilier des XIIe-XIIIe siècles, les fondations d’un imposant bâtiment en briques de même période (sans doute une chapelle) ainsi que par la tranchée de fondation de l’enceinte des années 1200.

7Dans le détail toutefois, les trois secteurs ont livré des éléments spécifiques.

Fig. 3. Localisation des vestiges du haut Moyen Âge sur le plan d’ensemble des structures du site.

Fig. 3. Localisation des vestiges du haut Moyen Âge sur le plan d’ensemble des structures du site.

8Un premier secteur de 2 à 3 m2 de superficie (noté A sur la fig. 4) était malheureusement très perturbé par les travaux d’aménagement des bâtiments modernes. Il s’agissait peut-être d’une petite fosse-dépotoir peu profonde composée d’argile organique, de cendres, de gravier. Le mobilier, peu abondant mais homogène, la place incontestablement à l’époque carolingienne.

9Un second secteur, plus vaste (12/15 m2), a été entaillé par nos tranchées de repérage (noté B sur la fig. 4). La fouille a livré plusieurs trous de poteaux, délimités par une petite rigole et un alignement de cailloux. À "l’intérieur", une épaisse couche d’argile rubéfiée de forme circulaire (20 à 30 cm de diamètre) correspond à un foyer : évidé en son centre et avec un petit canal enterré latéral, il fait penser à un petit four d’artisan. Rien dans le mobilier, peu abondant (132 fragments), ne permet cependant de le préciser.

10Aucun véritable sol d’occupation n’a été individualisé en tant que tel. Les structures étaient noyées dans une succession de couches noires organiques (argile, cendres) et de beaucoup de gravier. Les charbons de bois prélevés dans la couche liée au foyer ont été datés des années 690 à 980 par le laboratoire Archéolabs ; cette fourchette se situe entre 755 et 910 à 68 % de probabilités.

11Le troisième secteur, le plus vaste (45-50 m2) et le plus riche en mobilier, nous retiendra davantage (noté C sur la fig. 4). Situé sous la chapelle du XIIe siècle, ses marges en ont été perturbées par les fondations du bâtiment ainsi que par des constructions des XVIIe-XIXe siècles. Dans la mesure cependant où les terres noires ne s’étendaient pas au-delà de ces fondations, on peut estimer en avoir observé l’essentiel. À l’exception de trois fosses ou trous de poteaux entaillant le terrain naturel, ce secteur n’a pas livré de structures ou parties de structures. Les terres noires, composées tantôt d’argile ou de limon gris-noir, tantôt de gravier argileux ou limoneux, incluant toujours des cendres, des charbons de bois, des cailloux calcaires, des fragments de briques ou tuiles rouges ainsi que des nodules d’argile rubéfiée ont été déposées en couches subhorizontales peu épaisses (1 à 5 cm) et imbriquées les unes dans les autres : quatre couches principales sans solution de continuité ont été observées. Il faut noter que l’abondant mobilier était principalement composé de céramiques (culinaires et pots de poêle) complétées par quelques ossements (déchets culinaires).

12Dans cet ensemble d’une épaisseur moyenne de 30 cm étaient incluses trois grosses lentilles de rejets de foyer, nettement distinctes les unes des autres. Leur composition était identique à quelques nuances près : de l’argile jaune ou du loess avec cet aspect marbré rouge et jaune caractéristique de l’action du feu ; des cendres, charbons de bois, nodules d’argile rubéfiée ainsi que quelques galets, fragments de calcaire et de tuiles ou briques. Ces lentilles étaient déposées en plaques horizontales de 1 à 5 cm d’épaisseur. Deux d’entre elles avaient une forme ovale aux contours bien marqués de 2 x 1 m environ chacune ; la troisième, légèrement plus grande, était par contre constituée de plusieurs petites plaques plus ou moins en contact. Des fragments de pots de poêle, enfin, étaient inclus dans ces lentilles.

13Cette zone était délimitée d’un côté par un aménagement de berge : une couche d’argile grise en légère pente prolongeait ces couches noires jusqu’à une série de piquets en bois, 1 m en contrebas, à fleur de nappe phréatique. Cette berge aménagée a été observée sur une douzaine de mètres de long et correspondait sans conteste à une première stabilisation du canal du Rhin. L’un des piquets a été daté des années 690 à 1025 (Archéolabs) ; il se situe même un peu plus précisément entre 770 et 1025 (95,4 % des probabilités).

Fig. 4. Plan des structures carolingiennes.

Fig. 4. Plan des structures carolingiennes.

14Tout semble indiquer au total que nous sommes en présence d’un dépotoir de berge d’époque carolingienne. La nature du ou des foyers d’origine des plaques rubéfiées n’est cependant pas tout à fait assurée : simple foyer de cuisine, four, poêle ? La présence conséquente de fragments de pots de poêle dont certains étaient inclus dans les lentilles rubéfiées nous fait pencher vers cette dernière solution. Ce ou ces poêles devaient appartenir à un habitat que, logiquement, il faudrait chercher de l’autre côté de l’Ill où ont perduré les zones d’occupation antique. Il est cependant difficile d’envisager le transport de détritus sur une telle distance et au-delà de la rivière alors que la rive gauche de l’Ill, ainsi que l’ont montré les fouilles de Saint-Thomas (WATON, ce volume), faisait tout aussi bien l’affaire. Les traces d’occupation contiguës à ce dépotoir (foyer et trous de poteaux du secteur B) sont trop ténues pour y voir la structure d’habitation correspondant à ce poêle ; mais au moins permettent-elles de considérer une occupation dans un secteur jugé jusqu’à présent comme inhabitable et inhabité.

Chronologie des données de terrain (fig. 5, 6 et 7)

15Une datation fine de ces fragments de poêle est évidemment indispensable si l’on veut avancer fermement dans l’histoire de ce moyen de chauffage. Les données de terrain, à savoir la stratigraphie relative complétée par des analyses au 14C, fournissent une fourchette large mais solide pour une période pour laquelle la chronologie de la céramique associée est en cours d’élaboration.

  • 2 Pour la description du site de Strasbourg et des apports spécifiques du haut Moyen Âge, cf. SCHWIEN (...)

16Ces niveaux du haut Moyen Âge étaient situés dans un contexte naturel désormais bien appréhendé2 et qu’il convient de rappeler en quelques mots. Le sous-sol de la ville est formé d’un épais dépôt de graviers apportés par le Rhin au cours des épisodes interglaciaires du quaternaire ; ce dépôt renferme aussi la nappe phréatique ; leur toit est globalement plan et oscille autour de la cote 135-136 m NGF. Sur ce gravier aquifère se sont déposés des sédiments plus fins (sables, limons et argiles) à partir de la fin des glaciations (vers – 10 000), le Rhin perdant son aspect torrentiel et le réseau de ses affluents commençant à se stabiliser. Ce dépôt, d’une épaisseur moyenne de 1,50 à 2 m (au centre de Strasbourg), a été la condition sine qua non de l’installation définitive de l’homme au-dessus du niveau des crues tant phréatiques qu’hydrographiques.

Fig. 5. Coupe en travers des vestiges carolingiens (pour la localisation de la coupe, voir fig. 4).

Fig. 5. Coupe en travers des vestiges carolingiens (pour la localisation de la coupe, voir fig. 4).

17L’une des questions importantes qui restent à résoudre est la chronologie fine de ce dernier dépôt sédimentaire par rapport au développement de l’agglomération. Or, il apparaît que, si en rive gauche de l’Ill, ce dépôt est antérieur de un à plusieurs siècles à la création de la ville antique, il pourrait ne dater que du haut Moyen Âge pour tout l’espace compris entre Ill et Rhin. Notre fouille de la place des Bateliers, qui se situe précisément dans ce dernier secteur, sert d’ailleurs de référence pour cette hypothèse.

  • 3 La vitesse d’accumulation du dépôt fin, qu’il soit lié à des inondations ou à un marécage, n’est pa (...)

18Un bois flotté découvert sur le toit des graviers au droit des niveaux du haut Moyen Âge a en effet été daté des années 430-645 ap. J.-C. (Archéolabs), ce qui signifie que la nappe phréatique affleurait encore aux Ve-VIIe siècles : la croûte sédimentaire qui permet une installation définitive n’est donc pas antérieure à l’époque mérovingienne. Les données absolues livrées par la fouille, à savoir un foyer des années 690 à 980 et une berge aménagée des années 690 à 1025, sont à mettre en regard de cette question de sédimentation naturelle. Compte tenu des fourchettes de datation 14C, la mise en place du dépôt sédimentaire fin se situe donc entre les deux hypothèses haute et basse : les sédiments ont pu commencer à s’accumuler au plus tôt vers 430, l’occupation anthropique étant possible dès 690 ; le dépôt naturel pourrait ne pas être antérieur à 650 et les premiers aménagements à 1025. À considérer les valeurs statistiques de probabilité, moins fiables mais plus resserrées (valeurs à 68 et 91 %), les premiers aménagements devraient être postérieurs à 750-770. Notre méconnaissance du processus naturel ne permet pas d’être plus précis3.

Fig. 6. Tableau et graphique des résultats d’analyse de 14C.

Fig. 6. Tableau et graphique des résultats d’analyse de 14C.

Fig. 7. Diagramme stratigraphique de la zone du haut Moyen Âge.

Fig. 7. Diagramme stratigraphique de la zone du haut Moyen Âge.

19Les niveaux du haut Moyen Âge étaient scellés par une couche de limon sableux brun homogène qui pourrait correspondre à un phénomène d’abandon du site. Le redémarrage de l’occupation – et qui cette fois-ci, ne connaîtra plus d’interruption jusqu’à nos jours – se situe vers 1200, date large.

20Au total, selon les données de terrain, les niveaux d’occupation du haut Moyen Âge correspondent d’une part, à une première et temporaire prise de possession par l’homme d’un secteur encore inondable peu de temps auparavant et d’autre part, à la période carolingienne.

Les pots de poêle

  • 4 CHÂTELET, 1994. L’identification de ces poteries en pots de poêle en contexte carolingien a été fai (...)

21Les fouilles du dépotoir ont fourni 4 768 fragments de céramique. Les poteries culinaires en constituent les deux tiers. Le tiers restant, composé de 1 646 fragments et qui correspondent au minimum à 183 individus, provient d’un ensemble de céramiques que l’on a pu interpréter, par référence à des exemples des XIIe-XIIIe siècles, comme des pots de poêle et dont plusieurs sites du haut Moyen Âge, à Strasbourg et dans les environs, avaient déjà révélé l’existence4. Il s’agit d’une céramique de pâte claire en forme de gobelet dont la surface avait été noircie localement par le feu. Ces vestiges étaient répartis dans toutes les couches du dépotoir, dans des proportions sensiblement égales à celles des céramiques culinaires (fig. 8). Leur fragmentation est également identique à ces dernières. Elle est élevée à l’exception de quelques tessons dont une partie provenait des plaques d’argile.

Fig. 8. Répartition des fragments de céramiques de poêle et d’usage culinaire dans les différentes séquences stratigraphiques (Séquences établies par J.-J. Schwien).

Fig. 8. Répartition des fragments de céramiques de poêle et d’usage culinaire dans les différentes séquences stratigraphiques (Séquences établies par J.-J. Schwien).

Analyse technique et morphologique

22Dans leur ensemble, ces pots ont un caractère homogène. Aucune différence significative n’a été relevée entre les couches.

  • 5 Des lames minces ont été réalisées sur cinq échantillons de pots de poêle et treize échantillons de (...)

23Leur pâte, comme l’ont confirmé les analyses minéralogiques5, est identique à celle des céramiques culinaires. De couleur jaune, parfois orangée, elle est souvent légèrement micacée et mélangée à une faible quantité d’inclusions siliceuses, dont la taille est inférieure à 0,5 mm de diamètre. Bien cuite, elle n’est pas rayable à l’ongle. Sa coloration homogène traduit une cuisson dans une atmosphère maîtrisée, réalisée probablement dans un four.

24Toute la céramique est montée au tour. Les stries de tournage, fines et parallèles, supposent un système de rotation rapide et régulier. Le façonnage est soigné. La surface, légèrement rugueuse au toucher, a été systématiquement lissée.

25Par leurs caractères morphologiques et métriques, les pots apparaissent un peu moins homogènes. Les variations restent cependant limitées.

26Leur forme générale est celle d’un gobelet tronconique faiblement évasé dont les panses sont généralement pourvues de cannelures plus ou moins marquées (fig. 9-10). Celles-ci, même si elles n’apparaissent pas sur tous les pots, avaient probablement pour fonction de faciliter l’ancrage des céramiques dans la paroi du poêle. Quelques pots présentent une paroi convexe (fig. 9, n° 13). Les bords reprennent les formes des lèvres des céramiques culinaires. On y relève plusieurs types : les bords à profil rectangulaire ou triangulaire et les bords à gorge interne (fig. 11). Le nombre important des cas intermédiaires entre ces différentes formes ne permet pas cependant de les définir comme des groupes bien distincts. Leur signification ne peut être également considérée comme chronologique : les différents types surviennent dans les mêmes couches et leurs proportions n’évoluent pas de manière significative entre les séquences stratigraphiques. Un bon exemple en est fourni par la variabilité morphologique des pots provenant de la plaque d’argile 4585, dont le contexte et le faible degré de fragmentation permettent de penser qu’ils sont issus de la même structure et qu’ils sont contemporains (fig. 9, nos 7-14).

  • 6 Les deux pots au profil complet du site carolingien de Saint-Thomas à Strasbourg mesurent respectiv (...)

27La hauteur des pots des quelques exemples dont la forme complète a pu être restituée sur un plan graphique est de 15 à 16 cm et dans un cas, de 20 cm6. Le diamètre est en moyenne de 6 cm pour les bases et de 12 cm pour les ouvertures et ne présente qu’une faible variabilité (fig. 12 et 13). Il en est de même pour l’épaisseur des panses comprise généralement entre 4 et 6 mm (fig. 14). Aucune norme, en revanche, ne définit l’épaisseur des bases : elle est très variable et se situe entre 4 et 22 mm (fig. 15). Bien qu’on puisse éventuellement envisager une signification fonctionnelle, cette variabilité semble plutôt avoir été en relation avec les techniques de tournage. En effet, elle n’est pas propre à la céramique de poêle mais caractérise également, à la même époque, la céramique culinaire. Par ailleurs, l’étude des phases ultérieures a montré une diminution générale dans le temps de ces variations en parallèle à l’apparition des premiers récipients à paroi fine. Il semble ainsi probable que des transformations dans les procédés de tournage soient à l’origine de cette évolution (CHÂTELET, 1994, fig. 7 ; CHÂTELET, 1997, vol. 1b, p. 259).

Restitution de la position des pots dans le poêle

28La position primitive des pots dans le poêle peut être partiellement restituée par les traces de feu laissées sur leurs parois. Ce sont des traînées ou des tâches noires, parfois diffuses, qui ne couvrent que la face extérieure des panses. Les bases ne présentent aucun dépôt carbonaté ou sont simplement grisées. Ainsi, les pots ne pouvaient se placer dans la paroi du poêle qu’avec l’ouverture vers l’extérieur. La base devait former le parement interne. Le carbone pouvait ainsi se déposer sur les parties extérieures des gobelets par les interstices créés au contact de la céramique avec l’argile sous l’effet de la chaleur. En revanche, l’absence fréquente de suie sur les bases reste à expliquer. La structure générale du poêle, quant à elle, doit être probablement restituée à l’image des plus anciennes représentations iconographiques des XIIIe et XIVe siècles (DUMITRACHE, 1992, p. 283 ; HANSEN, 1984, p. 64, fig. 10).

Fig. 9. Céramique de poêle provenant des couches les plus anciennes. 1-6. US 4592 ; 7-14. US 4585 (Dessin M. Châtelet).

Fig. 9. Céramique de poêle provenant des couches les plus anciennes. 1-6. US 4592 ; 7-14. US 4585 (Dessin M. Châtelet).

Fig. 10. Céramique de poêle provenant des couches les plus récentes. 1. US 4580 ; 2. US 4582 ; 3. US 4577 ; 4-8. US 4574 ; 9-16. US 4570 (Dessin M. Châtelet).

Fig. 10. Céramique de poêle provenant des couches les plus récentes. 1. US 4580 ; 2. US 4582 ; 3. US 4577 ; 4-8. US 4574 ; 9-16. US 4570 (Dessin M. Châtelet).

Datation par la céramique culinaire associée

29La datation du dépotoir par les données de terrain et les analyses 14C peut être complétée par l’étude typo-chronologique des productions culinaires associées aux pots de poêle. Ces dernières sont constituées en majorité de céramiques tournées à pâte claire et de quelques fragments de poteries en technique mixte importées du Sud de l’Alsace (fig. 17, n° 13) et du Sud du Pays de Bade (fig. 17, n° 12) (au total 3122 fragments, soit un minimum de 302 individus). Ce sont les premières qui, par leur nombre, ont permis de cerner avec le plus de précision le cadre chronologique de cet ensemble.

30Leur étude a conduit tout d’abord à constater que l’utilisation du dépotoir devait se placer dans la durée. L’analyse statistique de la représentation des différentes variantes typologiques dans chaque couche a permis en effet de relever l’existence d’une évolution progressive des formes, des décors et des techniques des séquences les plus anciennes aux plus récentes de la stratigraphie.

31– Dans les couches les plus anciennes, les céramiques à pâte claire sont ainsi caractérisées par une forte proportion (15 à 17 %) de productions très bien cuites comprenant des inclusions grossières dans la pâte. Le restant est constitué de poteries à pâte semi-fine, cuites à une température moyenne, dont les inclusions sont inférieures à 0,5 mm de diamètre. Les récipients ont un corps peu renflé et leurs bords prennent souvent une forme massive et arrondie. Les décors sont en majorité constitués de simples cannelures ; les impressions à la molette sont minoritaires (fig. 16).

32– Dans les couches les plus récentes en revanche (fig. 17), la part des poteries très bien cuites ne représente alors plus que 5 à 10 % de l’ensemble des productions. Les formes sont en majorité très globulaires et les lèvres sont fines et découpées. Le décor, qui couvre la quasi-totalité des récipients, est composé principalement d’impressions à la molette.

33L’évolution n’est marquée par aucune rupture et témoigne de l’utilisation continue du dépotoir.

  • 7 Étude réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat sous la direcion de Robert Fossier (CHÂTELET, (...)
  • 8 Pour la méthode, voir DJINDJIAN, 1991, p. 167-200. Les datations absolues proviennent d’une datatio (...)
  • 9 Ce tableau est issu de CHÂTELET, 1998. Pour le détail de l’analyse, voir CHÂTELET, 1997.

34La datation du complexe a été définie dans une étude typo-chronologique globale de la céramique du VIe au Xe siècle dans le Sud du Rhin supérieur7. Cette analyse a été réalisée sur les ensembles "clos" à partir d’une étude statistique des différentes associations de céramiques. Plusieurs phases ont ainsi été distinguées dont la succession chronologique a été établie par les stratigraphies, les datations absolues et une sériation des ensembles "clos" selon le procédé des permutations matricielles8. Les productions culinaires tournées ont été scindées ainsi en six phases dont les caractéristiques essentielles et les éléments de datation ont été résumés dans le tableau de la figure 189.

Fig. 11. Les différents types de bords des pots de poêle (Dessin M. Châtelet).

Fig. 11. Les différents types de bords des pots de poêle (Dessin M. Châtelet).

Fig. 12. Diamètre à l’ouverture.

Fig. 12. Diamètre à l’ouverture.

Fig. 13. Diamètre des bases.

Fig. 13. Diamètre des bases.

Fig. 14. Épaisseur des panses.

Fig. 14. Épaisseur des panses.

Fig. 15. Épaisseur des bases.

Fig. 15. Épaisseur des bases.

35Les céramiques à pâte claire du dépotoir s’inscrivent dans cette évolution aux phases 3 et 4 : celles des couches les plus anciennes dans la phase 3, celles des couches les plus récentes dans la phase 4, datées respectivement par les données en chronologie relative et absolue (fig. 18) du dernier tiers du VIIe siècle à la première moitié du VIIIe siècle et du début du VII ? siècle à la première moitié du IXe siècle (CHÂTELET, 1997, vol. 1b, p. 192-197). Ce cadre chronologique encore très large peut être précisé. En considérant que les céramiques se placent sur un plan typologique à la transition des deux phases, les plus anciennes devraient ainsi être datées vers la fin du VIP siècle ou au début du VIIIe siècle, les plus récentes encore avant la fin du VIIIe siècle. Ces conclusions restent compatibles avec les datations 14C.

Conclusion

36Des trois secteurs repérés en fouille, un seul a fait l’objet d’une étude poussée du mobilier parce que le plus abondant. C’est aussi ce secteur qui a livré la quantité la plus importante de pots de poêle.

  • 10 94 pots à la Neuenburg vers 1225-1250 (KNIESCHE, 1993, p. 6), 50 individus recensés à Rougemont pou (...)

37La destination de ce mobilier ne semble guère poser de problèmes : bien que d’un type inconnu jusqu’alors, le profil général des pots ainsi que les traces d’usage (traînées noirâtres extérieures) rappellent très nettement les pots de poêle bien connus à partir du Xe siècle. Le contexte même de la découverte va dans ce sens : les plaques d’argile – à la fois crues et rubéfiées – dans lesquelles étaient d’ailleurs inclus certains de ces tessons (ainsi que des petits cailloux et des fragments de briques) font immanquablement songer à une paroi de poêle détruite. Le nombre même des individus recensés (180 environ) n’a rien d’aberrant : les poêles à pot déjà analysés par ailleurs et pour des périodes plus tardives donnent des valeurs de cinquante à cent pots environ par poêle10. Nous aurions ainsi ici la valeur théorique de deux à trois poêles.

38Par contre, la structure à laquelle appartenait ce poêle reste à définir. Bien que situé dans un secteur de la ville encore non urbanisé, le site a cependant livré des aménagements (foyer, trous de poteaux, aménagement de berge) indiquant un début d’occupation. Les poêles pourraient appartenir à un habitat proche mais non repéré. Selon une autre hypothèse, les éléments de ce dépotoir proviendraient des structures d’habitats attestées bien que très mal connues de la ville en rive gauche de l’Ill. Dans tous les cas de figure, les éléments des poêles devraient provenir d’un bâtiment ou établissement appartenant aux couches les plus élevées de la société.

39La fourchette chronologique de ce mobilier est bien établie : les céramiques culinaires associées, la stratigraphie relative (couches noires sous les couches des XIIe-XIIIe siècles), ainsi que les éléments de datation absolue (14C), convergent tous vers les débuts de l’époque carolingienne. Par rapport à la chronologie du poêle telle qu’elle était connue jusqu’à ce jour (TAUBER, 1980 ; GROSS, 1991), cette attribution repousse de un à deux siècles l’origine du poêle. Si l’on cherche à préciser la datation, la fourchette chronologique est toutefois légèrement différente selon que l’on privilégie les données de terrain ou l’analyse céramologique.

40Pour les premières, on observe que l’occupation ne peut être antérieure aux Ve-VIe siècles, le secteur étant inondé jusqu’à ce moment là. Les aménagements sont datés par 14C des années 690 à 1000 au plus large et vraisemblablement des années 750 à 950. La durée totale de l’occupation des trois secteurs fouillés ne peut être connue avec précision ; mais pour ce qui concerne le dépotoir de poêle, il semble qu’elle soit très limitée dans le temps ; aucune solution de continuité n’a en tout cas été observée au cours de la fouille, les collages de tessons se faisant par ailleurs fréquemment entre couches jointives.

41Selon l’analyse céramologique, l’utilisation du dépotoir devrait plutôt se placer au début de la fourchette chronologique donnée par la datation 14C. L’étude statistique de la céramique culinaire associée aux pots de poêle a permis de situer l’ensemble à la transition de la troisième et de la quatrième phase du développement régional des productions culinaires tournées. Cette évolution est datée dans la chronologie établie pour le Sud du Rhin supérieur des environs de la fin du VIIe siècle et de la première moitié du VIIIe siècle.

  • 11 KASCHAU, 1976, pl. 21, 50. Pour l’interprétation des vestiges et leur datation, voir GROSS, 1991, p (...)

42Qu’on retienne l’une ou l’autre hypothèse, le complexe de la place des Bateliers conduit à reculer dans les deux cas la date de l’apparition du poêle par rapport à la chronologie actuelle (TAUBER, 1980 ; GROSS, 1991, p. 140). Jusque-là, les vestiges du Runder Berg (Kreis Reutlingen), dans le Sud-Ouest de l’Allemagne, pouvaient être considérés comme les plus anciens avec une datation entre le milieu du IXe siècle et le début du XIe siècle11. C’est donc un à deux siècles plus tôt par rapport à cette date qu’il faut aujourd’hui envisager l’apparition du poêle dans le monde occidental.

Fig. 16. Céramiques culinaires à pâte claire associées aux pots de poêle dans les couches les plus anciennes (US 4584 et 4583) (Dessin M. Châtelet).

Fig. 16. Céramiques culinaires à pâte claire associées aux pots de poêle dans les couches les plus anciennes (US 4584 et 4583) (Dessin M. Châtelet).

Fig. 17. Céramiques culinaires associées aux pots de poêle dans les couches les plus récentes (US 4570 à l’exception des nos 1-2 qui proviennent de l’US 4578). 1-11. céramique à pâte claire (7 : décor peint) ; 12. céramique mixte à dégraissant calcaire ; 13. céramique mixte poreuse (Dessin M. Châtelet).

Fig. 17. Céramiques culinaires associées aux pots de poêle dans les couches les plus récentes (US 4570 à l’exception des nos 1-2 qui proviennent de l’US 4578). 1-11. céramique à pâte claire (7 : décor peint) ; 12. céramique mixte à dégraissant calcaire ; 13. céramique mixte poreuse (Dessin M. Châtelet).

Fig. 18. Définition des différentes phases de l’évolution de la céramique culinaire tournée du VIe au Xe siècle dans le Sud du Rhin supérieur et données chronologiques (d’après CHÂTELET, 1998). En encadré, les phases dans lesquelles s’intègrent les céramiques du dépotoir de la place des Bateliers.

Fig. 18. Définition des différentes phases de l’évolution de la céramique culinaire tournée du VIe au Xe siècle dans le Sud du Rhin supérieur et données chronologiques (d’après CHÂTELET, 1998). En encadré, les phases dans lesquelles s’intègrent les céramiques du dépotoir de la place des Bateliers.

Bibliographie

Bibliographie

Châtelet M., 1994, "Les plus anciens témoins de l’usage du poêle : les pots de poêle du haut Moyen Âge découverts en Alsace", Revue archéologique de l’Est, t. 45, fasc. 2, p. 481-492.

Châtelet M., 1997, La céramique du haut Moyen Âge (6e-10e s.) du Sud de la vallée du Rhin supérieur : technologie, typologie, chronologie, économie et culture, Thèse de doctorat, Université de Paris I, 4 volumes.

Châtelet M., 1998, "L’évolution de la céramique culinaire tournée, du VIe au Xe siècle, dans le Sud du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade)", in : Actes des XVe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Rouen, 4 – 6 février 1994, Saint-Germain-en-Laye, A.F.A.M., p. 21-38.

Djindjian F., 1991, Méthodes pour l’archéologie, Paris, Armand Colin, 405 p.

Dumitrache M., 1992, "Heizanlagen im Bürgerhaus", in : Stadtluft, Hirsebrei und Bettelmönch : Die Stadt um 1300, Catalogue d’exposition, Zurich, 26 juin – 11 octobre 1992/Stuttgart, printemps 1993, Stuttgart, Konrad Theiss, p. 280-287.

Gross U., 1991, Mittelalterliche Keramik zwischen Neckarmündung und schwäbischer Alb, Stuttgart, Konrad Theiss, 226 p., 193 pl.

Hansen W., 1984, Kalenderminiaturen der Stundenbücher : Mittelalterliches Leben im Jahreslauf, Munich, Callwey, 292 p.

Kaschau., 1977, Der Runde Berg bei Urach II : die Drehscheibenkeramik aus den Plangrabungen 1967- 1972, Sigmaringen, Jan Thorbecke, 78 p., 26 pl. (Schriften der Kommission für alamannische Altertumskunde der Heidelberger Akademie der Wissenschaften, Band 15).

Kniesche A., 1993, "Ein romanischer Ofenkachelfund von der Neuenburg, Burgen und Schlösser in Sachsen-Anhalt", Mitteilungen der Landesgruppe Sachsen-Anhalt der Deutschen Burgenvereinigung, V., Heft 2, p. 6-14.

Koch U., 1982, "Die frühmittelalterlichen Funde vom Runden Berg bei Urach", Archäologisches Korrespondenzblatt, 12.1, p. 82-92.

Minne J.-P, 1991, La céramique de poêle en France : recherches sur les origines de la structure et de la forme du poêle, de la forme au décor. Études sur quelques céramistes-poêliers, sculpteurs et peinteurs notables. Catalogue des dessins, des gravures et des œuvres achevées, Mémoire de Thèse, Univ. de Strasbourg I, 5 vol. dactyl.

Schwien J.-J., 1992, Strasbourg : document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain, Paris, Ministère de la Culture / Tours, Centre National d’Archéologie Urbaine, 285 p.

Schwien J.-J., Schneider N., Waton M.-D., 1994, "Le site naturel et les aménagements hydrographiques", in : Strasbourg : 10 ans d’archéologie urbaine, Catalogue de l’exposition de Strasbourg, 15 octobre 1994 au 29 janvier 1995, Strasbourg, Les Musées de la ville de Strasbourg, p. 8-24.

Tauber J., 1980, Herd und Ofen im Mittelalter : Untersuchungen zur Kulturgeschichte am archäologischen Material vornehmlich der Nordwestschweiz (9.-14. Jahrhundert), Olten und Freiburg i. Br., Schweizerischer Burgenverein, 412 p. (Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters, 1).

Walter P. dir., 1993, Le vieux château de Rougemont : site médiéval, Rougemont-le-Château, Foyer Rural.

Notes

1 La responsabilité de la fouille était assurée par Jean-Jacques Schwien (cf. chap. 1, Les données de terrain). L’étude du mobilier du haut Moyen Age a été réalisée par Madeleine Châtelet (cf. chap. 2, Les pots de poêle).

2 Pour la description du site de Strasbourg et des apports spécifiques du haut Moyen Âge, cf. SCHWIEN, SCHNEIDER, WATON, 1994, Le site naturel, en particulier p. 13-16.

3 La vitesse d’accumulation du dépôt fin, qu’il soit lié à des inondations ou à un marécage, n’est pas connue dans l’absolu. Les modèles élaborés par les géographes ne sont pas transposables sans précautions dans un contexte archéologique urbain : si 2 m de sédiments fins peuvent correspondre à l’apport d’un petit nombre de crues, il faut compter ici avec les effets de chasse (une crue plus importante chassant un premier dépôt) mais aussi avec les compactages dus à l’assèchement et au poids des sédiments anthropiques postérieurs. En somme, quatre ou cinq couches visibles à l’œil nu peuvent avoir été déposées par autant de crues en autant d’années successives tout comme elles peuvent être le reflet d’un dépôt très étalé dans le temps.

4 CHÂTELET, 1994. L’identification de ces poteries en pots de poêle en contexte carolingien a été faite pour la première fois en Alsace par Jean-Paul Minne sur le matériel du site abbatial de Niedermunster (fouilles de C.-L. Salch en 1970 ; MINNE, 1991, vol. 1, p. 95). À Strasbourg, c’est aux observations réalisées par Jean Maire sur le site de Saint-Thomas (fouilles de 1989 par M.-D. Waton) et de la place des Bateliers que l’on doit leur interprétation en céramique de poêle.

5 Des lames minces ont été réalisées sur cinq échantillons de pots de poêle et treize échantillons de céramiques culinaires en pâte claire. Les analyses ont été effectuées par H. Maus, directeur à la section de géologie du Geologisches Landesamt Baden-Württemberg, que je tiens vivement à remercier pour cette étude.

6 Les deux pots au profil complet du site carolingien de Saint-Thomas à Strasbourg mesurent respectivement 15 5 et 16 cm de haut (cf ce volume, la contribution de M.-D. Waton).

7 Étude réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat sous la direcion de Robert Fossier (CHÂTELET, 1997).

8 Pour la méthode, voir DJINDJIAN, 1991, p. 167-200. Les datations absolues proviennent d’une datation dendrochronologique, de plusieurs analyses au 14C dont celles réalisées sur la place des Bateliers, de monnaies, de dates historiques et du matériel associé dans les tombes et les structures en milieu domestique.

9 Ce tableau est issu de CHÂTELET, 1998. Pour le détail de l’analyse, voir CHÂTELET, 1997.

10 94 pots à la Neuenburg vers 1225-1250 (KNIESCHE, 1993, p. 6), 50 individus recensés à Rougemont pour le XIVe siècle (WALTER, 1993, p. 44-48), 25 pots environ sur le côté visible des fresques de Zurich et de Constance au XIVe siècle, soit 75 à 100 pots en tout ?

11 KASCHAU, 1976, pl. 21, 50. Pour l’interprétation des vestiges et leur datation, voir GROSS, 1991, p. 140 et KOCH, 1982.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Localisation du site sur le plan de Strasbourg au haut Moyen Âge (extrait de SCHWIEN, 1992, Strasbourg DEPAU, plan 9).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 2. Localisation du site sur le plan Blondel de 1765.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 3. Localisation des vestiges du haut Moyen Âge sur le plan d’ensemble des structures du site.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 4. Plan des structures carolingiennes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 5. Coupe en travers des vestiges carolingiens (pour la localisation de la coupe, voir fig. 4).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 6. Tableau et graphique des résultats d’analyse de 14C.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 7. Diagramme stratigraphique de la zone du haut Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 8. Répartition des fragments de céramiques de poêle et d’usage culinaire dans les différentes séquences stratigraphiques (Séquences établies par J.-J. Schwien).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Fig. 9. Céramique de poêle provenant des couches les plus anciennes. 1-6. US 4592 ; 7-14. US 4585 (Dessin M. Châtelet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 10. Céramique de poêle provenant des couches les plus récentes. 1. US 4580 ; 2. US 4582 ; 3. US 4577 ; 4-8. US 4574 ; 9-16. US 4570 (Dessin M. Châtelet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 11. Les différents types de bords des pots de poêle (Dessin M. Châtelet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 12. Diamètre à l’ouverture.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Fig. 13. Diamètre des bases.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Fig. 14. Épaisseur des panses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Titre Fig. 15. Épaisseur des bases.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Fig. 16. Céramiques culinaires à pâte claire associées aux pots de poêle dans les couches les plus anciennes (US 4584 et 4583) (Dessin M. Châtelet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 17. Céramiques culinaires associées aux pots de poêle dans les couches les plus récentes (US 4570 à l’exception des nos 1-2 qui proviennent de l’US 4578). 1-11. céramique à pâte claire (7 : décor peint) ; 12. céramique mixte à dégraissant calcaire ; 13. céramique mixte poreuse (Dessin M. Châtelet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 18. Définition des différentes phases de l’évolution de la céramique culinaire tournée du VIe au Xe siècle dans le Sud du Rhin supérieur et données chronologiques (d’après CHÂTELET, 1998). En encadré, les phases dans lesquelles s’intègrent les céramiques du dépotoir de la place des Bateliers.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/20178/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© ARTEHIS Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search