Version classiqueVersion mobile

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.)

 | 
Henri Gaillard de Sémainville

Thème spécialisé de l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe – VIIe siècle av. J.-C.).

Villiers-sur-Seine, le gros Buisson : un habitat aristocratique de la fin de l’âge du Bronze et du début du premier âge du Fer

Rebecca Peake, Gisèle Allenet, Ginette Auxiette, Fabienne Boisseau, Christine Chaussé, Sylvie Coubray, Chantal Leroyer, Caroline Pautret-Homerville, Jeanne Perrière et Françoise Toulemonde

Résumé

Le site de Villiers-sur-Seine, Le Gros Buisson se situe au sud-est du département de Seine-et-Marne en limite régionale entre l’Île-de-France et la Champagne-Ardenne (fouille INRAP, 2005). Localisé en fond de vallée, l’habitat fortifié de la fin de l’âge du Bronze/début du Premier âge du Fer s’étend sur une butte graveleuse triangulaire de 2 hectares, délimitée au sud par la Seine et au nord par un important paléochenal. Dans cet article seront présentés les premiers résultats de la fouille qui soulignent l’importance économique et politique de cet habitat aristocratique dont le rayonnement dépassait certainement le cadre local.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le site de Villiers-sur-Seine, Le Gros Buisson se localise au sud-est du département de Seine-et-Marne, en limite régionale entre l’Île-de-France et la Champagne-Ardenne. Il a été fouillé en 2005 dans le cadre d’une opération d’archéologie préventive de l’Inrap, motivée par l’extension d’une carrière de granulats alluvionnaires à ciel ouvert. Localisé en fond de vallée, l’habitat de la fin de l’âge du Bronze/début du Premier âge du Fer s’étend sur une butte graveleuse triangulaire de 2 hectares, délimitée au sud par la Seine et au nord par un important paléochenal (fig. 1). Le côté ouest est fermé par quatre imposants fossés concentriques, longs de 100 à 150 mètres. L’habitat, dont la durée d’occupation correspond à une centaine d’années environ, entre 800 et 700 av. n. è., s’est ainsi développé à l’intérieur de ce système défensif. Le site comprend aussi des occupations plus anciennes et plus récentes que l’habitat protohistorique. L’implantation humaine la plus ancienne correspond à neuf sépultures du Néolithique moyen II, vers 3500 av. J.-C. (groupe de Noyen), qui sont localisées en bordure du paléochenal dans la partie est du site. Les occupations les plus récentes se résument à deux installations de l’époque gallo-romaine au nord-ouest de l’emprise. Une installation datant du Ier siècle ap. J.-C. comporte un enclos rectangulaire d’environ 1 200 m2 qui délimite un habitat comprenant fosses et bâtiments sur poteaux. Un second habitat, situé en bordure du paléochenal et constitué de plusieurs petits bâtiments, de fosses et d’un cellier, est daté du IIIe/IVe siècle ap. J.C.

2Cet article propose un résumé des premières données issues de l’étude de cet habitat exceptionnel de la transition Bronze-Fer.

1. L’HABITAT HALLSTATTIEN : UNE OCCUPATION DE FORTE DENSITÉ

3De forte densité, l’habitat hallstattien comprend 460 fosses et plusieurs centaines de trous de poteau, principalement localisés à l’intérieur du système fossoyé et entre les deux premiers fossés internes (fig. 2). Parmi de nombreuses fosses bien conservées, certaines comportent des aménagements particuliers de placages argileux pour consolider les parois, ou des sols d’argile mis en place dans des fosses à moitié remblayées. Ces types d’installations indiquent une fonction particulière de certaines fosses en tant que structure de conservation d’aliments ou de fosse de travail, bien que la majorité de ces structures soit tout simplement déstinée à accueillir des rejets détritiques issus des activités diverses de l’habitat.

4Le noyau de l’habitat, à l’intérieur des fossés concentriques, comprend une forte densité de trous de poteau, mais n’a livré que les plans identifiables de deux bâtiments sur poteaux, exceptionnels par leur grande superficie de 258 m2 et 94 m2. Il s’agit de constructions à plan rectangulaire à deux nefs, orientées nord-est/sud-ouest, de 23,5 m de long et de 10 à 11 m de large pour l’UA 17 et de 14,5 m de long et 6,5 m de large pour l’UA 18. Aucune partition interne n’a pu être mise en évidence, cependant il est très probable, vu la grande superficie des bâtiments, que ce type d’aménagement a dû exister. La présence d’une rangée médiane de trous de poteau indique une construction à faîtière porteuse selon un axe longitudinal, dont la couverture se composerait d’une faîtière centrale et de sablières qui s’appuient sur un système de poteaux porteurs et coiffé de chevrons (Buchsenschutz 2005). Vu les grandes dimensions des bâtiments et leur localisation au sein de l’habitat, il est probable qu’il s’agisse des bâtiments d’habitation du site. Ils sont associés à d’autres constructions à dimensions beaucoup plus modestes, identifiées dans la zone intermédiaire entre le premier et le deuxième fossé interne. Ces petits bâtiments annexes à plan rectangulaire ont une superficie au sol ne dépassant pas 7 m2.

Fig-1- Le site de Villiers-sur-Seine, Le Gros Buisson est localisé à l’est du département de Seine-et-Marne en limite régionale entre l’Île-de-France et la Champagne-Ardenne. Sa fouille a été motivée par l’extension de la carrière de granulats alluvionnaires de l’entreprise Cemex (Morillon-Corvol) située en rive droite de la Seine (cliché C. Valero, Inrap).

Fig-1- Le site de Villiers-sur-Seine, Le Gros Buisson est localisé à l’est du département de Seine-et-Marne en limite régionale entre l’Île-de-France et la Champagne-Ardenne. Sa fouille a été motivée par l’extension de la carrière de granulats alluvionnaires de l’entreprise Cemex (Morillon-Corvol) située en rive droite de la Seine (cliché C. Valero, Inrap).

Fig. 2. Plan général du site de Villiers-sur-Seine, Le Gros Buisson. Les vestiges de trois périodes chronologiques bien distinctes ont été identifiés : neuf sépultures à inhumation du Néolithique moyen II (groupe de Noyen), vers 3500 av.).-C., sont localisées en bordure du paléochenal dans la partie est du site ; l’habitat de la transition Bronze-Fer, doté d’une fortification imposante, compte 460 fosses, quatre fossés concentriques larges de 6 à 10 m et plusieurs centaines de trous de poteau. S’étendant sur une bonne partie de la butte de graviers, sa superficie totale dépasse les deux hectares. Les occupations les plus récentes se limitent à deux installations de l’époque gallo-romaine au nord-ouest de l’emprise : une installation du Ier siècle ap. J.-C. comporte un enclos rectangulaire d’environ 1200 m2 ; une seconde installation du IIIe/IVe siècle ap. J.C., située en bordure immédiate du paléochenal, comprend plusieurs bâtiments sur poteaux de petites dimensions, des fosses et un cellier (infographie P. Pihuit, Inrap).

Fig. 2. Plan général du site de Villiers-sur-Seine, Le Gros Buisson. Les vestiges de trois périodes chronologiques bien distinctes ont été identifiés : neuf sépultures à inhumation du Néolithique moyen II (groupe de Noyen), vers 3500 av.).-C., sont localisées en bordure du paléochenal dans la partie est du site ; l’habitat de la transition Bronze-Fer, doté d’une fortification imposante, compte 460 fosses, quatre fossés concentriques larges de 6 à 10 m et plusieurs centaines de trous de poteau. S’étendant sur une bonne partie de la butte de graviers, sa superficie totale dépasse les deux hectares. Les occupations les plus récentes se limitent à deux installations de l’époque gallo-romaine au nord-ouest de l’emprise : une installation du Ier siècle ap. J.-C. comporte un enclos rectangulaire d’environ 1200 m2 ; une seconde installation du IIIe/IVe siècle ap. J.C., située en bordure immédiate du paléochenal, comprend plusieurs bâtiments sur poteaux de petites dimensions, des fosses et un cellier (infographie P. Pihuit, Inrap).

5La limite ouest du site est matérialisée par quatre imposants fossés concentriques, larges de 6 à 10 mètres et conservés sur une profondeur de 1,5 mètre. Ce système fossoyé, qui souligne l’aspect défensif de l’habitat, mais qui évoque aussi son caractère ostentatoire, a subi de grandes modifications et les fossés aujourd’hui visibles représentent plusieurs phases d’élaboration de ce système. Ils ne semblent pas avoir fonctionné ensemble, mais plutôt par paire, en partant de l’intérieur, les fossés 1 et 2, puis, lors d’un agrandissement de l’habitat vers l’ouest, les fossés 3 et 4. Une première phase du site, pendant laquelle l’occupation est principalement concentrée dans la partie est de la butte de graviers, comprendrait donc l’aménagement des deux premiers fossés internes, ainsi que la construction de la palissade dotée d’une entrée « monumentale » bordée de part et d’autre d’une rangée de trous de poteau (fig. 3). Une deuxième phase, correspondant à l’agrandissement de l’habitat pour occuper la zone intermédiaire entre les deux premiers fossés internes, a nécessité le comblement volontaire du premier fossé interne utilisé en tant que grand dépotoir. La palissade semble avoir été démantelée ; elle est déplacée de quelques mètres vers l’ouest, puisque les traces d’une seconde palissade ont été trouvées en bordure immédiate du deuxième fossé interne. Ces aménagements seraient plus au moins contemporains du creusement des deux fossés externes, mais l’habitat ne s’agrandit pas au-delà de la limite matérialisée par la seconde palissade, les fossés externes constituant donc des fortifications périphériques du site.

Fig. 3. Le deuxième fossé interne est doublé par un fossé de palissade ; celle-ci est dotée d’une entrée dite « monumentale », bordée de part et d’autre de trous de poteau (cliché N. Ameye, Inrap).

Fig. 3. Le deuxième fossé interne est doublé par un fossé de palissade ; celle-ci est dotée d’une entrée dite « monumentale », bordée de part et d’autre de trous de poteau (cliché N. Ameye, Inrap).

6Large d’une centaine de mètres, le paléochenal a fait l’objet d’une étude détaillée par le biais d’un grand sondage transversal. Les observations menées dans la tranchée de sondage ont montré la succession de plusieurs remplissages fluviatiles qui traduisent le glissement progressif des remblaiements du bras fluvial de la Seine depuis le sud vers le nord. Cette migration débute au Tardiglaciaire et prend fin au Subatlantique. Ainsi, le chenal probablement en activité à la fin de l’âge du Bronze se trouve éloigné d’une quarantaine de mètres au nord par rapport à la butte de graviers. Pour cette période, les premiers résultats de l’analyse archéobotanique dessinent l’image d’un paysage de fond de vallée comportant des espèces végétales typiques des milieux humides (aulne, saule, bouleau, noisetier, orme, etc.) et des essences herbacées, notamment de prairie humide. Le milieu sec porte des traces de déboisement avec la présence d’une culture céréalière importante. Un ensemble de quatre pieux et de bois couchés a été mis au jour en bordure de ce chenal, appartenant vraisemblablement à un petit ponton ou à un aménagement de bord de berge. Les pieux sont en excellent état de conservation et portent encore de nombreuses traces de façonnage. Entre ce chenal et la butte de graviers s’étend une importante couche de rejet qui a livré un abondant matériel analogue à celui retrouvé sur le site d’habitat.

Fig. 4. Les structures de l’habitat ont livré un mobilier riche et varié : de la céramique en abondance ; des objets en alliage cuivreux issus d’une activité métallurgique qui s’est déroulée sur le site même ; des outils en os et en bois de cerf, notamment plusieurs éléments de harnachement décorés (cliché C. Valero, Inrap).

Fig. 4. Les structures de l’habitat ont livré un mobilier riche et varié : de la céramique en abondance ; des objets en alliage cuivreux issus d’une activité métallurgique qui s’est déroulée sur le site même ; des outils en os et en bois de cerf, notamment plusieurs éléments de harnachement décorés (cliché C. Valero, Inrap).

2. UN SITE DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION

7Les structures de l’habitat se sont avérées particulièrement riches en mobilier archéologique et leur fouille a permis de récolter plus de 2,5 tonnes de céramique, plusieurs dizaines de milliers de restes de faune, de nombreux objets métalliques, une collection significative d’outils en os et en bois de cerf (éléments de harnachement notamment), ainsi que des objets témoignant les tâches de la vie quotidienne (fusaïoles, pesons, meules, etc.).

8Le mobilier céramique et métallique permet d’attribuer avec précision l’occupation du site à une relativement courte période entre le Hallstatt B2/3 et le Hallstatt C1 (Bronze final IIIb-Hallstatt ancien). Les fosses localisées autour des grands bâtiments sont particulièrement riches en céramique fine qui reflète les influences stylistiques de l’est de la France et de la Suisse : jattes tronconiques ou à profil arrondi, gobelets en forme de « bulbe d’oignon » ou à profil ouvert et surbaissé, parfois ornés d’un décor polychrome rouge et graphité. Quant aux objets métalliques, il faut noter la présence de deux objets en fer trouvés dans des contextes hallstattiens sûrs, ainsi que plus d’une centaine d’objets en alliage cuivreux et un petit fragment d’or. On compte parmi le mobilier recueilli des éléments de parure (bracelets, épingles à tête vasiforme ou à tête enroulée, pendeloques de type de Vaudrevanges), de l’armement (lame d’épée, éléments de suspension, bouterolle) et de nombreux petits outils (aiguilles à chas, alênes, poinçons et hameçon). La présence de fragments de tôle et de gouttelettes de bronze et la découverte de creusets et de deux moules atteste d’une activité métallurgique au sein de l’habitat, probablement axée sur la fabrication de petits objets et d’outils.

9La richesse de la faune, dont le corpus est constitué de plus de 50000 fragments, permettra une appréhension très complète de la consommation carnée, des espèces sélectionnées et de leur diversité, de la gestion du cheptel, mais aussi de la part de la faune sauvage dans les repas « quotidiens ». En effet, une estimation rapide du potentiel en animaux sauvages a déjà été réalisée, complétée par l’étude détaillée de deux structures, où la part des animaux sauvages dans la consommation camée oscille entre 40 et 70 %. Ces résultats préliminaires font de Villiers-sur-Seine un cas unique en France, toutes périodes protohistoriques confondues, où la part des animaux sauvages dépasse largement celle de la faune domestique. Ces résultats mettent en exergue la spécificité du site et nous obligent à porter un regard très particulier sur la chasse pratiquée en ces lieux et ses implications diverses dans les activités humaines (qui chasse ? et pourquoi ?), sur la gestion des troupeaux sauvages, mais aussi sur l’environnement du site propice à la cohabitation de toutes ces espèces. Parmi les animaux sauvages, les espèces principales sont le cerf, le sanglier, le chevreuil, mais aussi l’ours, le chat sauvage, le castor, le blaireau, la loutre pour ne citer que les principales. Parmi la faune domestique, on remarque la triade porc/mouton (et/ou chèvre)/ bœuf (minoritaire), complétée par le chien et le cheval dans une moindre mesure.

10Les restes carpologiques illustrent le large spectre de plantes utilisées sur l’habitat (cultivées et cueillies) : orge, blé, millet, lentille, pois, féverole, noisette, prunelle et glands carbonisés. Les espèces cultivées reconnues jusqu’à présent sur le site sont en concordance avec ce que l’on coinnaît par ailleurs dans le nord de la France (et en Europe) à cette époque. Sur la plupart des structures, les débris végétaux qui pourraient témoigner d’une quelconque activité de traitement des récoltes sont quasiment inexistants, se réduisant à quelques fragments de bases d’épillet et il semble que la majorité des semences proviennent de restes alimentaires. En effet, les grains retrouvés semblent le plus souvent soigneusement nettoyés de leur enveloppe (millet, orge vêtue), donc plutôt à un stade final de préparation, juste avant consommation. La présence récurrente de lots plus ou moins importants d’agglomérations de graines carbonisées, qui à l’examen se sont révélées être du millet commun (Panicum miliaceum), est aussi à noter.

3 UN PREMIER BILAN

11Les premiers résultats de la fouille soulignent l’importance économique et politique de cet habitat aristocratique dont le rayonnement dépassait certainement le cadre local. Situé aux bords de la Seine, voie navigable, il exerçait, sans doute, un contrôle exclusif sur un vaste territoire, selon un modèle hiérarchique comparable à celui des habitats dits « princiers » de la fin du Premier âge du Fer. Villiers-sur-Seine comporte tous les éléments d’un site hors du commun. Son caractère aristocratique est souligné par une organisation spatiale évidente comportant une fortification défensive et ostentatoire, par un mobilier abondant et remarquable et aussi par la présence d’une activité métallurgique. De plus, son état de conservation exceptionnel et le fait que la fouille s’est portée sur la quasi-intégralité du site, constituent un cadre privilégié pour cette recherche. L’étude pluridisciplinaire actuellement en cours visera donc à caractériser tous les aspects de l’habitat et à comprendre la relation entre le site et son environnement, que ce soit l’exploitation du milieu naturel ou son rayonnement politique et économique.

Bibliographie

Bibliographie

BUCHSENSCHUTZ O., 2005 – Du comparatisme à la théorie architecturale. In : BUCHSENSCHUTZ O., MORDANT C., dir., 2005 – Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du Fer. Actes des Congrès Nationaux des Sociétés Historiques et Scientifiques, 127e congrès, Nancy, 15-20 avril 2002. Paris, Éd. du C.T.H.S., p. 49-63.

Table des illustrations

Titre Fig-1- Le site de Villiers-sur-Seine, Le Gros Buisson est localisé à l’est du département de Seine-et-Marne en limite régionale entre l’Île-de-France et la Champagne-Ardenne. Sa fouille a été motivée par l’extension de la carrière de granulats alluvionnaires de l’entreprise Cemex (Morillon-Corvol) située en rive droite de la Seine (cliché C. Valero, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 2. Plan général du site de Villiers-sur-Seine, Le Gros Buisson. Les vestiges de trois périodes chronologiques bien distinctes ont été identifiés : neuf sépultures à inhumation du Néolithique moyen II (groupe de Noyen), vers 3500 av.).-C., sont localisées en bordure du paléochenal dans la partie est du site ; l’habitat de la transition Bronze-Fer, doté d’une fortification imposante, compte 460 fosses, quatre fossés concentriques larges de 6 à 10 m et plusieurs centaines de trous de poteau. S’étendant sur une bonne partie de la butte de graviers, sa superficie totale dépasse les deux hectares. Les occupations les plus récentes se limitent à deux installations de l’époque gallo-romaine au nord-ouest de l’emprise : une installation du Ier siècle ap. J.-C. comporte un enclos rectangulaire d’environ 1200 m2 ; une seconde installation du IIIe/IVe siècle ap. J.C., située en bordure immédiate du paléochenal, comprend plusieurs bâtiments sur poteaux de petites dimensions, des fosses et un cellier (infographie P. Pihuit, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3. Le deuxième fossé interne est doublé par un fossé de palissade ; celle-ci est dotée d’une entrée dite « monumentale », bordée de part et d’autre de trous de poteau (cliché N. Ameye, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 4. Les structures de l’habitat ont livré un mobilier riche et varié : de la céramique en abondance ; des objets en alliage cuivreux issus d’une activité métallurgique qui s’est déroulée sur le site même ; des outils en os et en bois de cerf, notamment plusieurs éléments de harnachement décorés (cliché C. Valero, Inrap).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/18346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteurs

UMR 5199 PACEA, Centre National de la Préhistoire, 38 rue du 26e RI, 24000 Périgueux – gisele.allenet@culture.gouv.fr

Inrap, Centre Archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, 67100 Strasbourg - fabienne.boisseau@inrap.fr

Inrap, UMR 7041 « Archéologies et sciences de l’Antiquité », Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Protohistoire européenne, 21, allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex – sylvie.coubray@inrap.fr

Inrap, 32 rue Delizy, 93694 Pantin Cedex – caroline.pautret-homerville@inrap.fr

UMR 7041 « Archéologies et sciences de l’Antiquité », Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, Protohistoire européenne, 21, allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex – francoise.toulemonde@gmail.com

© ARTEHIS Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search